Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2017

Un invité surprise très étonnant au concert d'Idan Raichel...

Idan_Raichel.jpg(suite du précédent billet). Idan Raichel entame sa première chanson, qui m'est inconnue, surtout avec le bruit de la mer qui vient s'engouffrer dans mes oreilles… Puis je ne comprends rien à ce qu'il chante, car il ne parle pas français comme tout le monde, ni ne chante en anglais, mais en hébreu. Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier les mélodies, même si je ne comprends pas un traître mot de ce qu'il dit. J'aime bien Ramstein par exemple, mais dans leurs chansons, je ne saisis que les paroles en anglais : « we're all living in america, coca cola wonderbra » Comme tous les glandeurs de mon collège, j'ai choisi espagnol en LV2 : l'allemand était pour les intellos lèche-bottes et coincés qui voulaient vraiment travailler, avec une prof digne d'une kapo qui leur donnait des devoirs, tandis que je dormais (pour de vrai, certains peuvent témoigner) tranquillement au fond de la salle d'espagnol. 

Nos voisins de concert, eux, ont l'air de comprendre ce qu'Idan Raichel raconte, car ils chantent avec lui. Pendant l'entracte, j'entends ma voisine demander : « Salomon, je te prends un verre ? » et je ne peux m’empêcher de blaguer : « comment ? Salomon est Juif ?! » Je pense qu'on était les seuls à ne pas l'être dans la salle. Pourtant je me rends bien au concert de Ramstein sans être Allemande ou de Tri Yann sans être Bretonne.
Si j'apprécie les chansons d'Idan Raichel sans en saisir les paroles, comme Mimaamakim, ma préférée reste la seule que je comprends, chantée en français : Mon amour. Sauf que l'artiste ne parlant pas ma langue, elle est interprétée par un Malien, et qu'à ce concert, Raichel est seul sur scène, avec un piano. Un spectacle sobre alors que je m'attendais à un orchestre, des violons, des guitares… Non seulement j'avais mal lu son nom, mais je n'avais pas non plus vérifié l'intitulé du show : « piano songs, solo concert ».

Pourtant, le solo ne demeure pas. Entre deux chansons, le musicien nous raconte sa vie avec son anglais de collégien, et j'ai parfois du mal à le suivre puisque je parle anglais comme une vache espagnole. Il s'embourbe dans une longue explication que je traduis comme je peux :
« il y a quelques mois, quelqu'un m'a contacté par mail et m'a dit qu'il aimait beaucoup ce que je faisais, qu'il était musicien aussi… Je ne le connaissais pas. Aujourd'hui en arrivant à Paris, je l'ai rencontré pour la première fois cet après-midi, et ce soir il vient jouer avec moi...
Je soupire : - Super… il nous a ramené le chanteur inconnu du métro…
Il poursuit : - Je ne sais pas si vous le connaissez...
- Si c'est le joueur d'accordéon de la ligne 1, oui mais non merci !
- Voici mesdames et messieurs, monsieur Pascal Obispo !
Euh ??!

raichel obispo.jpgÉpatée, je me retourne vers mon ami, qui reste imperturbable : « Boh, pour son dernier concert, il nous a fait le même coup avec Patrick Bruel... »
Hein ?! Il connaît pas un certain Paul McCartney aussi ? Moi je veux bien voir Paulo jouer dans une salle minuscule à 2 mètres de moi !

Obispo débarque donc sur la petite scène. Les spectateurs hurlent de joie. Idan Raichel est étonné et a l'air de penser : « Il ne m'a pas menti, il est vraiment célèbre en fait, il n'y a que moi qui ne le connaît pas ». Je suis sûre qu'Obispo va enfin chanter la chanson en français que j'attends. Mais non, il nous explique qu'il souhaite interpréter l'une des compositions de son hôte en hébreu, sauf qu'il ne connaît absolument pas la langue. Ça promet. Il sort une feuille avec le texte écrit en phonétique et chante, très appliqué, maladroitement, en butant sur quelques syllabes. Touchant. L'Israélien le regarde en souriant, avec bienveillance.
A la fin de la mélodie, Obispo s'apprête à partir, mais la foule l'encense tellement qu'Idan Raichel le retient. Ils s'entretiennent une minute et Obispo revient :
« Finalement mon nouvel ami me propose de chanter l'une de mes chansons. Vous préférez laquelle ? Lucie ou celle des Dix commandements, L'envie d'aimer ? »

Personnellement je préfère de loin la mélancolique Lucie qui me rappelle Polnareff. Les 10 commandements, j'avais été invitée à voir le spectacle et je l'avais trouvé un peu kitsch (pour être polie). Mais la foule choisit la seconde option. Enfin, c'est plutôt Obispo qui choisit pour nous. Il nous demande de chanter avec lui et tous les spectateurs hurlent comme des loups :
« Ce sera nooouuus dèèès demaiiiiiiiiiiin, ce sera nouuuus le chemiiiiiiiin »
Jusque-là, on s'était tous tenus très tranquilles, petit concert pépère autour d'un piano, et là on a l'impression d'être transformés en groupies midinettes de 12 ans et demi. Même moi je hulule « ce sera nouuuus dèèèèès ce soaaaaaar, à nooouuuuuus de le vouloiaaaaaar !!! » (je vous rappelle que je ne suis pas dans mon état normal, je sors du Vendée Globe).

Idan Raichel regarde Obispo avec des yeux exorbités, sa bouche béante d'étonnement manque de toucher le sol « mais qui c'est cet hurluberlu ?! »
Car Obispo lui vole complètement la vedette. Il fait son show. Il rajoute des notes, monte dans les aigus, comme pour signifier : « t'as entendu ? T'es pas cap de faire pareil hein ? Ça te la coupe ? » Idan ne connaît pas la chanson et tente de l'accompagner, mais Obispo change le rythme, rendant sa tâche ardue. Celle du public aussi, qui ne peut pas chanter en même temps que lui puisqu'il ralentit le tempo en plein milieu d'une phrase. Il nous demande de l'accompagner, mais il nous en empêche. C'est comme si il voulait chanter seul, d'ailleurs il est tellement à fond qu'il ferme les yeux : on n'est plus là.

On sent qu'Idan Raichel commence à regretter : « le gars je lui fais une fleur… Il veut me rencontrer, j'accepte, je passe l'après-midi avec lui alors que j'aurais pu me balader tranquillement voir la tour Eiffel ou me reposer dans ma chambre d'hôtel avant le concert, mais en plus il s’incruste à mon spectacle et me pique mes fans ! Ah le boulet ! Je vais te le virer vite fait moi ! »
Ce qu'il fait dès le dernier vagissement terminé (car Obispo prolonge son show pendant des plombes). Le concert se termine quelques chansons plus tard, comme si Idan Raichel pensait : « vous préférez l'autre, eh ben je me casse, na ! »

J'avoue que le meilleur moment de la soirée reste pour moi la visite surprise d'Obispo ! J'ai moins apprécié le malaise par contre, mais ça m'a fait rire (après). Vivement le prochain concert D'Idan Raichel, qu'il invite Polnareff !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

01/05/2017

J'ai testé pour vous : faire un malaise à un concert

gaston jeanne musique.gifDésormais, j'ai donc l'habitude de me rendre à des concerts en connaissant à peine l'artiste. Parce que j'apprécie quelques chansons, parce qu'on m'invite, pour accompagner ou faire plaisir à un ami. Je me rends à la billetterie pour acheter des places à offrir :
- Je voudrais des places pour Aidan Rachel
La caissière cherche longuement : - Je ne trouve pas. Vous pouvez me l'épeler ?
Aidan, comme le prénom du mec cool que Carrie Bradshaw aurait jamais dû larguer dans Sex and the city, c'était le seul normal ! A la place elle va avec un gros pif laid hyper prétentieux, juste parce qu'il est millionnaire, beurk ! Puis Rachel comme le nom de Jennifer Aniston dans Friends ?
- Non désolée, je ne trouve pas
La file d'attente s'allonge et s'impatiente derrière nous.
- Vous êtes sûre que ça s'écrit comme ça ?
- Je ne sais pas en fait…
Elle a l'air de penser : mais vous connaissez au moins la personne que vous allez voir en concert ?! Ben c'est pour offrir, et j'ai entendu au moins 5 chansons, ce qui est déjà bien pour moi dernièrement !

Après 3 heures de recherche et une file d'attente qui fait le tour du pâté de maison, on trouve enfin la bonne orthographe : Idan Raichel. Je m'étais juste trompée d'emplacement où mettre le i. C'est pas logique aussi.
Le concert se déroule dans la petite salle du New Morning, habituellement réservée au jazz. On arrive bons derniers (l'estomac sur pattes était bien obligé de se sustenter avant) toutes les places assises sont prises. Mince, mémé va devoir rester debout. On achète des bières pour patienter (j'ai hésité, mais pour une fois je n'ai pas ramené ma propre canette) et on trouve un poteau libre contre lequel s'accouder, au milieu de la salle bondée. Il fait très chaud, je n'ai pas la place pour me contorsionner et enlever mon manteau, que je ne saurai pas où poser, je bois vite pour me désaltérer et me remplir le ventre car je n'ai pas assez mangé à mon goût (j'avais sauté l'indispensable goûter).

princesse evanouie.jpgL'artiste entame quelques notes et tout d'un coup, je vois quelques petits points noirs devant mes yeux, puis plusieurs… Mes oreilles bourdonnent, le son part, s'éloigne de plus en plus, j'entends un brouhaha incohérent dans mes oreilles, comme le ressac de la mer. La houle se produit aussi sur mon estomac, j'ai l'impression d'être sur un bateau qui tangue… Puis je n'entends plus rien, je vois tout noir et je m'écroule sur le poteau. J'aurais pu m'évanouir comme une princesse dans les bras de mon prince charmant « ooh je me sens défaillir ! » et me faire réveiller par un baiser, mais non, j'ai préféré m'écrouler sur un poteau toute seule comme une clocharde poivrote. Sacrée moi, je l'avais pas encore fait celle-là. Le petit voyage dure deux ou trois chansons, puis mon ouïe et ma vue reviennent à la normale, et je peux regagner la terre ferme. J'attends l'entracte, d'être sûre que la mer soient redevenue limpide et que le capitaine du bateau tienne bien la barre pour signaler :
- Je crois que j'ai fait un petit malaise…
- Hein ? Tu veux qu'on rentre, j'appelle un taxi ?
Oh ben non, maintenant que j'ai bravé la tempête, tout va bien ! Puis le spectacle n'est pas terminé et j'ai pas fini ma bière !

Au concert de Mylène Farmer (quand je vous dis qu'on me traîne à tous les concerts possibles) on a attendu plus d'une heure debout au fond de Bercy. Quand la diva a enfin fait son apparition, toujours avec une mise en scène élaborée et grandiose, la femme devant moi s'est effondrée. J'ai pensé qu’elle était tellement fan que voir enfin son idole l'avait submergée d'émotions. Et puisqu'elle a été évacuée par les pompiers avant le début, elle a raté tout le concert qu'elle attendait comme le messie…
Là, je m'évanouis aussi lorsque l'artiste apparaît, mais pas d’idolâtrie, puisque je ne sais même pas épeler le nom du chanteur.

concert, musique, Idan RaichelSur les images vues sur internet, il portait un calamar sur la tête, des dreadlocks. C'est avec surprise que je vois débarquer un type complètement chauve : « tain c'est pas vrai, je me suis encore trompé de nom, c'est pas lui ?! » Mais le mec nous annonce dans un anglais approximatif que sa copine l'a forcé à raser sa coiffure hideuse. Il faut toujours écouter les femmes, les voix de la raison.
Il entame sa première chanson, qui m'est inconnue, surtout avec le bruit de la mer qui vient s'engouffrer dans mes oreilles…  

Suite demain

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

29/04/2017

J'ai testé pour vous tous les styles de concert, suite

gastonmusique3.jpgJe me rends donc à un concert d'une artiste qui m'est inconnue, Laura Gibson. On se retrouve dans une cave, avec un bar au fond de la salle et le serveur qui se prend pour Tom Cruise dans Cocktail et fait s'entrechoquer les gobelets en les secouant « c'est parti ! Un mojito pour la petite dame ! » Il couvre la voix de la pauvre chanteuse à 10 mètres de lui. Plus la soirée avance, plus les gens accoudés au bar sont alcoolisés et rient fort. On n'entend parfois même plus la malheureuse artiste, déjà que j'ai du mal à comprendre ce qu'elle baragouine puisqu'elle est pas fichu de chanter français comme tout le monde, mais dans cette langue étrange qu'on nomme l'anglais.

"You belong to the cause, come on believe"
Aaaaaaaaaah ! Mais je connais !!! c'est pas une musique de pub ?!
Si, de Zadig et Voltaire : ce qui explique le nombre de hipster bobos barbus à slims/chemises à carreaux/grosses lunettes au mètre carré.
- Ya un nombre incroyable de beaux gosses t'as vu ?
- ben non, j'écoute et je regarde la chanteuse. Pourquoi elle a boutonné sa chemise jusqu'au col ? C'est laid comme tout, ça lui fait un tout petit cou, ça lui donne un air strict, mais surtout, elle veut s'étouffer en pleine chanson ? Hein des beaux mecs, où ? Tu veux dire le père noël, le bûcheron ou celui qui a emprunté le pantalon de sa sœur ? (les slims, c'est déjà rarement joli sur une femme, à moins d'avoir des cuisses fines, ou de vouloir ressembler à un jambonneau saucissonné, mais sur les hommes, par pitié, non, stop au ridicule).

musique, musique de filmsLe lendemain, mon collègue des chansons se moque : « alors t'étais avec les hipsters snobs hier ? »
Il est certainement jaloux de ne pas avoir été invité. Et parce que j'ai refusé de l'accompagner à un concert de rap et de hip-hop. Il m'en avait fait écouter, j'avais pas aimé, et pour me venger, il a subi du Demis Roussos pendant une semaine.

J'ai aussi vu des concerts de musique classique : très beaux quand on connaît les mélodies, comme celui des 4 saisons de Vivaldi dans la Sainte chapelle, ou le concert du nouvel an à l'opéra de Lyon. Mais lorsque l'orchestre joue pendant 1h30 de la musique dodécaphoniste… je me suis endormie à un concert chiant comme la pluie et j'ai été réveillée en sursaut au son des roulements de tambour. J'ai aussi vu ou plutôt subi des opéras, dont Roméo et Juliette, j'en ai parlé ici.

J'ai également testé le ciné-concert : le film du Seigneur des Anneaux était projeté avec les sous-titres, sans le son, et la musique était jouée par un orchestre et un chœur de 150 personnes. Grandiose, mais je n'arrivais pas à me concentrer en même temps sur le film et sur les musiciens : j'oubliais ces derniers et au final, c'est comme si j'étais juste au ciné. C'était très bien, mais j'étais contente d'avoir été invitée, je n'aurais pas payé ma place 90 euros pour voir un film !

Quitte à mêler cinéma et musique, Je préfère les concerts de musique de films, comme celui de Ennio Morricone. Mais ce dernier restait mutique et n'a pas proposé la chanson de Il était une fois dans l'Ouest, l'homme à l'harmonica. J'ai préféré le concert de Vladimir Cosma, beaucoup plus jovial et volubile. L'orchestre a interprété ses chansons les plus célèbres, comme Rabbi Jacob ou La boum, et ses plus belles mélodies selon moi : La valse d'Augustine (le château de ma mère) ou la b.o de La septième cible. Un concert magique et très émouvant.

Désormais, j'ai donc l'habitude de me rendre à des concerts en connaissant à peine l'artiste. Parce que j'apprécie quelques chansons, parce qu'on m'invite, pour accompagner ou faire plaisir à un ami. Je me rends à la billetterie pour acheter des places à offrir...

Suite demain

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

25/04/2017

J'ai testé pour vous tous les styles de concert

Musique, chanson française, Polnareff, Beatles, paul mccartneyAvant, je me rendais à des concerts uniquement lorsque je connaissais tous les albums de l'artiste par cœur. Ce qui limitait le choix : McCartney, Polnareff, Renaud, Souchon, Sheller… Je pestais lorsque les spectateurs ne jubilaient pas en reconnaissant la chanson jouée dès la deuxième note. Comme au concert des Négresses vertes : «  Ah ! Ces gens qui viennent parce qu'ils connaissent Sous le soleil de bodega ou Voilà l'été et Zobi la mouche; mais n'ont jamais entendu parler de Hey Maria ou La valse et Mamma mia ! Ils ne méritent pas d'être là ! » 

Mais ça, c'était avant. Après, mon frère, ce Yes man, nous a traîné ses amis et moi dans tous les concerts possibles imaginables :
« j'ai pris des places pour Kyo et BB Brunes, je savais pas trop ce que c'était mais comme on en parle en ce moment…
- Mais c'est des groupes pour adolescentes et tu as 45 ans ! 
- Justement c'était marrant, on était les deux seuls mecs matures de la salle avec mon pote ! Bon c'est vrai qu'on avait un peu peur de passer pour des Marc Dutroux… Mais tous les parents attendaient à la sortie (j'ai vécu la même chose pour le génial concert de Imagine Dragons à L'Olympia)

- J'ai pris des places pour Serge Lama, tu devrais y aller
- Oh non mais Serge Lama quand même !
- Bah c'était pas si mal en fait ! Bon par contre cette fois-ci c'était moi le plus jeune...

- J'ai pris des places pour Gathering
- Mais c'est un groupe de métal !
- Oui je m'en suis rendu compte, il y avait des mecs habillés tout en noir qui secouaient leurs cheveux longs dans tous les sens. (je l'ai accompagné trois fois et j'ai tous les albums, meilleure chanson du monde en lien)

Etc, etc. Une surprise par semaine. Un des derniers concerts qu'il a fait ce mois-ci où je n'ai pas pu l'accompagner, c'est celui de Jain (mais je danse dessus tous les mercredis à mon cours de zumba) :
- Alors, cette fois le public ?
- Très hétéroclite ! Il y avait autant de gamines de 8 ans que de mamie de 70 ! Mais j'étais encore le seul mec ! 

Désormais, je me rends à des concerts alors que je n'ai jamais entendu parler de l'artiste :
- Tu veux m'accompagner à un concert samedi ?
- Ok
- Tu me demandes pas qui on va voir ?
- Ah ben si tiens. Qui ?
- Laura Gibson. Tu aimes ?
- Connais pas.
- Ça te dit pas alors ?
- Ah ben si je viens quand même !

Et on se retrouve dans une cave obscure...

Suite demain

 

Rendez-vous sur Hellocoton !