Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2015

Le test de l'ennéagramme

chat intrus.jpgCertains me demandent quel est mon profil sur l’ennéagramme…  A la question « que fuyez-vous le plus ? Je réponds « la banalité. »
On correspond rarement à un type de personnalité pur (heureusement !) mais à une combinaison. Avec l’unique question du test proposé, j'équivaux au type 4, romantique. Alors qu’avec les tests complets j’associe ce profil, passionné-artiste, à celui de l’observateur-cérébral qui reste en retrait et n’exprime pas ses sentiments. Evidemment, ça va pas non ! N’avoue jamais comme dit la chanson :

« Si tu veux qu’on te donne tout ce que tu attends
Si tu veux que l’automne ait le goût du printemps
Sois celui qui déroute et souviens-toi toujours
Qu’il faut semer le doute pour récolter l’amour

Si tu tiens à entendre les plus tendres aveux
Soit celui que l’on aime pour ce qu’il ne dit pas
Qui commence un poème mais ne le finit pas. »

C’est complètement débile comme précepte. Je devrais arrêter radio Nostalgie.

Profil affectif :

Vous avez horreur de la banalité : les émotions tièdes sont sans intérêt, une vie « moyenne » n’a pas de sens. (je ne comprends même pas comment on peut vouloir une vie moyenne ?)
Vous recherchez l’intensité, tant dans la vie en général que dans les émotions en particulier (oui ! Quand je demande son avis à un ami sur une sortie ou autre, il répond invariablement « c’était sympa. » Ce manque de chaleur et d’enthousiasme me donne parfois envie de lui donner des coups de pelle pour le réveiller.)
Vous avez une grande faculté d’empathie avec les émotions des autres (je sais pas, ça dépend ça dépasse)
On peut vous considérer comme un poète, et vous vous sentez « artiste», en tout cas, différent des autres. (oui ! I’m not like everybody else comme chantent les Kinks
Vous rêvez d’un monde meilleur et vous vous réfugiez parfois dans votre imaginaire. (totalement)
Vous fonctionnez sur l’affect, la sensibilité, si ce n’est la sensiblerie. (roh c’est bon hein)
Vous avez besoin de complicité pour vous sentir aimé (c’est normal non ?)
Mécanismes de défense : en croyant souvent « être de trop », vous encaissez tout sans rien dire, vous ne laissez rien voir de ce que vous ressentez. (N’avoue jamais ! même sous la torture !)
Difficultés majeures : La peur d’être abandonné. La rêverie. Le doute.
Dans 8 fois debout, film moyen mais qui aurait pu être super avec un bon scénario, le personnage principal passe un entretien d’embauche. À la question « quelle est votre principale qualité ? Il répond « le doute ». J’ai trouvé ça touchant.
Qualité principale :  la créativité (le doute ?)
Vos principes relationnels : vos relations sont teintées de romantisme, mais vous gardez vos distances tout en aimant être écouté.
Ce que les autres apprécient en vous : votre créativité, votre générosité, votre chaleur. (Hum. A part Gaston Lagaffe, mon surnom est « Le chat sauvage »…)
Comment les autres peuvent agir avec vous :
Ne pas hésiter à exprimer son affection pour vous. (oh oui ! allez-y ! Blaze, flattez-moi !)
Ne jamais vous comparer avec qui que ce soit d’autre. (jamais, quelle horreur)
Etre sincère (évidemment !)
Partager avec vous des moments que vous pourrez déclarer « uniques ».

chats curieux.jpgEn passant des tests d’ennéagramme complets, je me rapproche aussi du profil observateur :

Volontiers distant avec les autres ("le chat sauvage"...)
Vous êtes plutôt à l'aise dans le rôle de celui qui regarde et écoute. (je préfère poser les questions pour éviter qu’on m’en pose)
Vous n'aimez pas vous mettre en avant, ni être regardé.
Mais vous aimez comprendre, tout comprendre, autant le fonctionnement des choses que les situations et les événements. Apprendre est l'un des ressorts de votre vie, l'un de vos grands plaisirs.
(Carrément ! J’ai fait des études de cinéma par envie de développer un sujet que j’aime. Tout le monde me riait au nez : « cinéma ! Ça ne mènera à rien ! »  Je répondais « je sais, mais de toute façon le chômage augmentera, alors autant étudier ce que j’aime vraiment.» 15 ans après, certains commencent enfin à partager mon point de vue. Mon frère a fait du droit alors qu’il détestait ça, mais à son époque cette voie offrait des débouchés. Il est resté des années sans travail et a fini par en trouver un dans un domaine totalement différent…)

Vos émotions vous appartiennent, c'est votre territoire : gare à celui qui voudrait y pénétrer indûment, et gare aux envahisseurs de vie privée ! C'est pourquoi, en amitié, vous mettez du temps à vous dévoiler. (oui !)
Qualité principale : la connaissance. 
Difficultés majeures : devoir fréquenter des inconnus (oui !)
Exprimer vos pensées clairement et rapidement (oui ! je manque de répartie et j'ai du mal à me faire comprendre)
Etre en groupe (horreur)
Vos principes relationnels : vous aimez vous isoler, et le faire savoir, tout autant que vous avez besoin qu'on s'intéresse à vous. 
Ce que les autres apprécient en vous : votre intelligence, votre curiosité, votre intuition. (j’espère ?)
Ce que vous devez améliorer : la communication.  (un blog, ça compte ?)

Et vous, quel est votre profil sur l'ennéagramme ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

11/05/2015

Test : votre personnalité en une seule question

chat-miroir.jpgPar curiosité de chat, j'aime bien faire les tests, même si je me méfie des résultats (les questionnaires saugrenus sur facebook « quelle est la couleur de ton âme ? » J’en parlerai un jour) L’ennéagramme est un test reconnu utilisé par les recruteurs, qui détermine les profils psychologiques, les défauts et qualités, les points à améliorer… Il est assez long, mais en voici un qui résume parfaitement le sujet en une question. Je l’avais déjà vu mais je n’en voyais pas la fiabilité (comment peut-on se définir en un seul mot ?) J’ai fini par le passer. Le résultat m’a bluffée alors je le partage avec vous.
J’ai retrouvé immédiatement la personnalité de certains proches. C’est très instructif, car lorsqu’on lit en détail, on s’aperçoit qu’ils correspondent en fait à mon caractère opposé. De même, ma meilleure amie a sélectionné le mot que j’aurais choisi en dernier, et inversement. Comme quoi les contraires s’attirent…
Je suis très curieuse de connaître vos réponses, n’hésitez pas à me les donner en commentaire.

Que fuyez-vous le plus ?

tests, tests psychologiques, ennéagrammeL’imperfection
La solitude
L’échec
La banalité
L’envahissement
La trahison
L’immobilisme
La faiblesse
Le conflit

Cliquez ici pour effectuer le test et voir les résultats. (sur la photo, le pauvre petit chat a peur comme beaucoup de ses congénères de l'aspirateur)
J’ai  reconnu des amis dans la peur de la solitude, donc le profil de l’aidant (le saint !) et surtout dans la crainte du conflit que possède le « médiateur » :

« Vos principes relationnels : afin d'éviter les discussions, vous déployez beaucoup d'énergie pour résoudre les problèmes, et vous avez une bonne capacité à ressentir les besoins des autres. Ce qui fait de vous une personne agréable, mais plutôt fermée, car vous n'exprimez pas vos sentiments. Vous êtes très sociable et vous rêvez d'une relation fusionnelle. 
Ce que les autres apprécient en vous : votre capacité à accepter les autres tels qu'ils sont et à les aider. Votre disponibilité. 
Ce que vous devez améliorer : l'affirmation de soi. 
Comment les autres peuvent agir avec vous : ne pas vous obliger à prendre des décisions rapides, vous laisser vous exprimer ou agir sans vous bousculer. Prendre du temps avec vous, et vous faire savoir qu'on apprécie ce moment. Surtout, ne pas profiter de votre gentillesse.
Mécanismes de défense : vous calmez votre colère par toutes sortes de moyens de compensation – abrutissement au travail, sucreries, tabac, alcool, télé... 
Tendance négative : la paresse. Pour éviter les conflits et certaines difficultés, vous "laissez tomber"
Difficultés majeures : les critiques des autres pour votre indécision. Exprimer spontanément votre désaccord. Regretter de vous soucier autant de l'opinion des autres, et trouver qu'on ne prend pas assez vos idées en compte. »

Pour moi c’est un très bon profil. Celui du gentil, compréhensif et serviable. Quelqu’un d’indispensable, qui sera toujours là en cas de besoin. Un médiateur utile dans un groupe, pour apaiser les conflits grâce à sa douceur et son côté conciliant.
Mais parfois les conflits, ou plutôt les discussions (on n’est pas obligé de crier pour se faire entendre !) sont nécessaires pour résoudre les problèmes, dissiper les malentendus, exprimer ses sentiments et ses besoins. Le médiateur a tendance à se laisser marcher sur les pieds… Je regrette effectivement son indécision, comme récemment un proche qui se reposait comme d’habitude sur moi pour faire le planning des sorties :
« On fait comme tu veux, je te fais confiance, ce sera bien 
- Mais ça te plaît au moins ? Je ne veux pas te forcer ! »
Et je ne m’aperçois qu’après coup qu’il n’avait pas vraiment envie de faire telle exposition (par exemple, Wallace et Groomit), mais qu’il ne l’avoue qu’après :
« c’était bien en fait !
En fait ? tu voulais pas venir ?! Je le sentais, je t’ai demandé dix fois confirmation ! Mais je savais qu’elle te plairait. »

Je lui ai offert le livre « cessez d’être gentil, soyez vrai ! » car il lui correspond parfaitement !

On peut osciller entre plusieurs profils, un dominant se détache puis un ou deux autres viennent le compléter. Vous pouvez passer des tests ennéagramme plus complets ici ou .

Et vous, quel est votre résultat?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10/05/2015

Connasse, princesse des cœurs

cinéma, cinéma françaisC’est pas moi hein. Mais je veux bien être princesse de vos cœurs par contre.
Petite pensée pour les caissières des cinémas qui doivent alors l’impression de se faire insulter à longueur de journée depuis la sortie du film... Voir bande annonce en lien.

Je connais Camille Cottin depuis ses rôles dans Les comédies Les gazelles et Toute première fois. Cette dernière est aussi réalisée par Noémie Saglio, auteure de Connasse princesse des cœurs. Dans ce film, l’actrice reprend le même principe que ses sketchs diffusés sur Canal+ : des séquences en caméra cachée où elle se montre odieuse et sans gêne avec des inconnus. Par exemple ici dans le métro: lire par-dessus l’épaule d’une femme et tourner les pages de son livre, demander à quelqu’un qui est assis de prendre sa place « sinon je suis debout » ou mettre du déo sous l’aisselle d’un gars !

Je reste hilare devant son audace, mais aussi très gênée : « c’est pas vrai, elle n’a pas osé ! Elle est folle ! » La moitié du temps je détourne la tête de l’écran, ou mets la main sur la bouche, pour cacher à la fois mon sourire et mon désarroi.
Camille Cottin nous bouscule pour notre plus grand bien. À travers la comédie et la provocation qui semble gratuite, mine de rien, elle dénonce et appuie là où ça fait mal. On pense : « est-ce que moi aussi j’ai été comme ça une fois ? Quelle horreur ! » Elle nous faire rire de nos pires travers.

Dans Connasse princesse des cœurs, Camille Cottin incarne comme à son habitude une Parisienne exécrable, qui pense que tout lui est dû et que le monde entier est à son service. Elle veut connaître la gloire et surtout être riche. Un notaire lui explique dans une séquence délirante qu’elle ne peut pas de son vivant hériter entièrement de sa mère. Elle passe alors en revue qui elle doit épouser pour parvenir à ses fins. Un banquier ? Oui mais il finira en prison. Un footballeur ? Oui mais il sentira la transpiration. Elle trouve la solution : une tête couronnée ! C’est parti pour l’Angleterre afin de rencontrer le prince Harry…
Le début est absolument hilarant : la séquence chez le notaire, dans les pharmacies et sur le pont de L’alma pour parler à Lady Di…

Mais en adaptant au cinéma un format court, le film aligne les sketchs, plus ou moins pertinents (le meilleur : le vol du chien !) On s’habitue vite aux outrances de la comédienne et le film commence à tourner en rond au bout d’une heure. J’ai trouvé la fin un peu bâclée et décevante : comment ça, elle ne se marie pas avec le prince Harry finalement ? J’apprends en plus qu'il cherche à se caser pour avoir des enfants. Je suis sûre que Connasse, avec sa grande douceur, sera une mère parfaite ! 

Conscient des défauts du format long, le film a l’intelligence de durer seulement une heure 20 et se suit vraiment avec un grand plaisir. J’ai beaucoup ri. J’ai apprécié la séquence finale où elle se pose dans un parc anglais afin d’exhorter la foule à la rébellion et à être elle-même. Cela montre que le film n’est pas seulement une suite de sketchs un peu vaine, mais est aussi porteur d’un message sous-jacent : il faut oser ! Oui mais pas n’importe quoi, comme Connasse !

Et vous, avez-vous apprécié ce film ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

09/05/2015

Gaston passe un oral, épisode 6 (fin !)

travailLe jury me soumet des questions de mise en situation. Je vous dévoile les réponses idéales…
Jury : - Un collègue arrive au travail dans un état alcoolisé. Que faites-vous ?
Moi : - Je trinque ? Je lui demande si c'est de la bonne et lui propose qu’on partage ? Après on déambule bras-dessus bras-dessous dans les couloirs, en chantant comme Gabin et Belmondo dans Un singe en hiver « Nuit de Chine, nuit câline, nuit d’amour, nuit d’ivresse, nuit de tendresse… » (voir scène en lien)

- Etes-vous pour le travail le soir et le dimanche ?
- Justement travailler en soirée c’est compliqué, parce que vous comprenez je sors beaucoup. Les avant-premières commencent souvent dès 19h, si j’arrive trop tard, je n’ai plus rien à boire. Si je veux une bonne place à un concert, faut pas que je débarque au dernier moment non plus. Pour Calexico j’ai cru qu’on ne trouverait plus de places assises, mémé avait mal au dos d’avance. Puis travailler le dimanche ? Ça va pas non, c’est le jour du Seigneur, faut que j’aille à la messe !

- Si vous êtes sélectionnée, vous ne serez pas dans le même service, peut-être même dans une autre ville. Où voudriez-vous aller ?
- Hé ho (on rentre du boulot) j’ai postulé parce que j’habite à 5 minutes à pied de mon taf, vous croyez quand même pas que je vais me remettre à prendre le métro qui pue aux heures de pointe, avec les gens qui vous collent et font la gueule et les types qui massacrent « aux champs élysées » à l’accordéon et la boîte à rythmes ? Plus jamais ! Je peux rester dans le même bâtiment ? Alors pas au service des renseignements avec Langue de pute! Mettez-moi plutôt avec Germaine de la compta, elle est fan de Claude François et je pourrai lui faire ma choré de Bélinda.

travail- Votre supérieur hiérarchique vous parle mal. Que faites-vous ?
- Je lui pète les dents ?

- Votre supérieur vous demande de faire quelque chose que vous n’avez pas envie de faire, que faites-vous ?
- Ça dépend de ce que c’est, légal ou pas ? Faire un feu de joie avec les dossiers, ce serait rigolo… Voler du matériel informatique, je m’en fous, je suis mémé nulle en nouvelles technologies !
- Non, il vous demande de faire une chose inscrite dans le règlement, un travail tout à fait normal, mais vous n’en voyez pas l’utilité, ou vous pensez que ce n’est pas votre rôle
- C’est un grand classique ! Souvent plus les mecs montent en grade plus ils glandent et sont incompétents, parce qu’ils délèguent ! On bosse à leur place, et du coup ils ne connaissent pas la réalité du travail et demandent des choses illogiques. Nan, je lui dis de me laisser faire mon boulot correctement, à ma manière.

Quand j’étais secrétaire, c’est à peu près ce que j’ai fait comprendre au directeur « qui avait peur de moi et n’osait plus rien me demander » selon mes collègues…
Lors de mon premier stage en journalisme, j’étais présente depuis le matin seulement et on m'a permis d’assister à la réunion de rédaction, qui décide des articles à traiter de la semaine. J’ai proposé des sujets et suggéré d’en modifier un autre qui n’était pas conforme à l’actualité ni aux attentes des lecteurs selon moi. N’empêche, la rédac chef était étonnée, mais elle a accepté que je développe une de mes idées. (Je n’ai compris qu’ensuite en voyant la tête des journalistes qu’on m’avait simplement « fait l’honneur » d’assister à la réunion, mais que normalement j’aurais dû me taire, ou éventuellement prendre l’initiative de… faire le café).

Le fonctionnaire est soumis à « l’obligation d’obéissance hiérarchique ». On fait ce qu’on nous dit sans poser de questions épicétout. Un peu comme Eichmann. Le jury a dû s’apercevoir avec mes réponses qu’au contraire, j’ai un esprit critique très développé, je pense par moi-même, je n’aime pas qu’on me donne des ordres et je suis assez indépendante…

- Si vous n’êtes pas retenue pour le poste, que faites-vous ?
- Comme José Garcia dans Le couperet de Costa-Gavras, j’élimine la concurrence, je dégomme les autres candidats. On est 2500 ? Que voulez-vous, ça vaut le coup(eret) !
Je menace de me petit-suissider à la cantine quand tous les employés sont présents ?
Je chante chaque matin tout mon répertoire de chansons d’amours déçues devant le bureau du dirlo jusqu’à ce qu’il cède ? D’ailleurs je commence aujourd’hui :

« Je voudrais que tu te ramènes devant, que tu sois là de temps en temps, et je voudrais que tu te rappelles notre amour est éternel et pas artificiel »

« This happened once before, When I came to your door, no reply… »

« I wanna know what it’s like, on the inside of job
I’m standing at the gates, I see the beauty above
I can’t find my way in, I try again and again »

Je sais, c’est étonnant, mais malgré mes réponses et ma personnalité adéquates, je n’ai pas été retenue pour être fonctionnaire dans ce job idéal. Mais je l’aurai un jour, je l’aurai !

Petit quiz On connaît la chanson en fin de texte...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !