24/02/2014

Papillote agent secret : The Ryan initiative

ryan initiative.jpgThe Ryan initiative est inspiré de la série de romans d’espionnage écrite par Tom Clancy. Certains livres ont déjà été adaptés au cinéma, comme À la poursuite d'Octobre Rouge par John McTiernan avec Sean Connery et Alec Baldwin, Jeux de guerre et Danger immédiat avec Harrison Ford♥, La somme de toutes les peurs avec Ben Affleck.
Je n’ai raté aucun James Bond dans mon enfance (je m’identifiais à l’agent secret évidemment, pas aux cruches faire valoir) mais j’ai arrêté de suivre à l’adolescence. J’ai tenté de revoir un 007 récemment, mais je me suis ennuyée… Comme quoi, même moi, j’évolue. J’étais donc mal partie pour apprécier un film d’espionnage comme Ryan initiative, pourtant je me suis laissée prendre au jeu du suspense, de la tension permanente, et des gadgets à gogo.
Vous pouvez voir la bande annonce en lien ici.

keira knightley.jpgBlessé au combat, le marine Jack Ryan décide d’abandonner la guerre pour faire des études et devenir analyste financier. Non seulement il a des gros muscles, mais il a aussi un gros cerveau. Dommage que Chris Pine possède aussi de gros sourcils moches. Il sort avec le médecin qui a soigné sa blessure, incarnée par Keira Knightley, magnifique et très classe… quand elle ne sourit pas avec sa mâchoire en avant et ses yeux plissés qui lui donnent l’air d’une attardée. Puis faudrait qu’elle mange un peu, elle va bientôt perdre un os. La scène du restaurant a dû être une torture pour cette anorexique.

Manque de bol, Jack Ryan qui pensait rester pépère derrière un bureau et épouser bobonne, se retrouve recruté par Kevinou Costnerou de la CIA. Il devient Cornerback... et enquête sur une organisation financière terroriste russe. Les Russes ? Mais elle n’est pas finie la guerre froide ? Ils sont toujours méchants ? Je crois que les terroristes veulent faire chuter le cours de l’action du pétrole ou je sais pas quoi… Ouh là…les calculs financiers, mémé qui vit en dessous du seuil de pauvreté et a arrêté de comprendre les maths en 6e, je décroche. Puis il fait chaud dans la salle, les sièges sont confortables, mémé a picolé… Je fais mine de ronfler et lance à mon mentor : « Je comprends rien… tu me réveilleras ». Mais Cornerback est assis juste à côté de moi pour me surveiller et lance des regards noirs à mon mentor dès que celui-ci à l’audace de rire à mes blagues. Du coup j’ose plus rien dire et je suis obligée de me concentrer sur le film. Faut avouer qu’il est prenant, plein d’action, j’aurais eu du mal à m’endormir, les explosions nombreuses m’auraient réveillée. (« Hein quoi, qu’est ce qui se passe ? - Non rien, juste un hélicoptère qui explose et le monde libre qui s’écroule, rendors toi »).

ryan initiative chris pine.jpgPuis ça fait rêver. Moi aussi comme Jack Ryan, je veux mettre à terre un type qui fait 3 fois ma taille et m’attaque par surprise. Moi aussi je veux traverser la ville sur ma super moto pour sauver le monde et ma bien aimée. Moi aussi je veux pirater un système informatique super compliqué en moins de dix minutes dans un bâtiment ultra sécurisé, avec les méchants armés jusqu’aux dents qui arrivent, et garder mon sang froid : « Ils sont 35 et juste derrière la porte avec un bazooka, il te reste 30 secondes !… » « Pas de problème, j’ai le temps de prendre un café ! »

Pour sa mission, Jack Ryan est envoyé en Russie et le cache à sa fiancée (il n’est pas comme moi, il n’annonce pas au monde entier qu’il est agent secret ). Mais Keira Knightley le suit (en Russie !) car elle a peur qu’il la trompe. Alors Jack lui révèle sa véritable identité (ah ben finalement je ne suis pas la seule). Au lieu de se barrer en courant, cette neuneu est soulagée : c’est vrai qu’être la femme d’un mec de la CIA qui risque sa vie, c’est rassurant. Puis chacun sait que les méchants s’en prennent toujours à la chérie du gentil pour le faire chanter. Et devinez ce qui arrive…
Le gros méchant est incarné par Kenneth Branagh, assez risible avec son faux accent russe, mais je suppose que c’est fait exprès… Ce gars a tout de même réalisé 4 ou 5 adaptations de Shakespeare (j’aime surtout son Beaucoup de bruit pour rien) puis dernièrement, on ne sait pas ce qui lui arrive (trop d’impôts à payer ? un AVC ?), il se lance dans les blockbusters, avec Thor (le grand blond avec un marteau noir).

Ryan initiative ravira les fans de films d’action et d’espionnage. On ne s’ennuie pas, les effets spéciaux sont bluffants. Mais le scénario n’est pas assez crédible et il manque d’humour. Kevinou Costnerou  fait tout de même quelques blagues bienvenues : « c'est de la géopolitique, pas une thérapie de couple » mais il est sous exploité. L'image finale est assez risible, sûrement involontairement... Je vous encourage à voir le film pour la découvrir.

Rendez-vous sur Hellocoton !

23/02/2014

A la télé cette semaine : Mulholland drive, Riens du tout, L'horloger de St Paul, The mask, Le discours d'un roi...

mulholland-drive-affiche.jpgCe soir sur HD1, Mulholland drive, le chef d’œuvre de David Lynch. Le seul film que j’ai vu deux fois de suite au cinéma, pour tenter de le comprendre. J’ai finalement saisi grâce à un documentaire de Canal+ qui décryptait le film. « Fascinant » est vraiment le terme qui convient le mieux à cet ovni. La musique d’Angelo Badalamenti est envoûtante. Je chante souvent la superbe chanson I’ve told every little star de Linda Scott utilisée pour la BO.

télé,cinéma,musique de films,philippe sarde,jim carrey,rochefort,noiretA la même heure sur Arte, autre choc de cinéphile, vu comme Mullholland drive à l’institut Lumière (le réalisateur en est le président) : L’horloger de saint Paul, le premier film de Bertrand Tavernier. J’aime beaucoup ce film puisqu’il se déroule dans ma ville natale (Tavernier est Lyonnais), et il réunit mes deux chouchous Philippe Noiret et Jean Rochefort. Philippe Sarde a composé la bande originale, mélancolique comme souvent (voir en lien). Noiret incarne un horloger solitaire qui tente de comprendre son fils assassin, et de mieux connaître la nouvelle société qui l’entoure (l’histoire se déroule en 1975).
Le film est adapté d’un roman de Simenon. Il est suivi d’un documentaire sur cet auteur prolifique maintes fois adapté au cinéma : Les Maigret évidemment, mais aussi Betty de Chabrol, Le chat de Pierre Granier Deferre ou  Monsieur Hire et Panique que j’ai déjà évoqués ici.

riens du tout.jpgSur LCP, un autre premier film, celui de Klapisch en 1992 : Riens du tout, sur la vie des employés d’un grand magasin menacé de faillite. Un nouveau directeur (le toujours excellent Fabrice Luchini) tente de sauver l’entreprise. Comme quoi, le monde du travail m’a toujours fascinée. + de 20 ans après, je connais toujours par cœur la chanson du film (voir le lien).

Lundi, Arte poursuite son cycle sur la première guerre mondiale, avec Capitaine Conan, autre film de Tavernier. Il est suivi de l’éprouvant Johnny s’en va-t’en-guerre de Dalton Trumbo. Atrocement mutilé, devenu homme tronc aveugle et muet, le cerveau de Johnny est resté intact et se souvient…

télé,cinéma,musique de films,philippe sarde,jim carrey,rochefort,noiretBeaucoup plus gai, The Mask sur TMC. Cameron Diaz est absolument sublime dans ce film. Jim Carrey, timide et rêveur, se transforme en personnage de cartoon exubérant dès qu’il porte un masque magique. J’étais ado à la sortie du film (1994) et je rêvais de pouvoir faire pareil. Depuis on peut dire que j’ai pris Jim Carrey comme modèle, puisqu’à la fac mon surnom était « la toon » et que son film Yes man fait partie de mes principes de vie. En plus on partage le même signe astro et le même ascendant, je dis ça, je dis rien : Jim Carrey, c’et moi. Je refais souvent la chorégraphie de la chanson Sancho le cubain, à voir ici.
L’humour loufoque de Jim Carrey est également exploité jeudi sur TMC, dans le film M.Popper et ses pingouins. Une bonne surprise, le film est plus profond et tendre qu’il n’y paraît, et ravira petits et grands enfants (comme moi).

Autre comique que j’admire : Albert Dupontel, que l’on peut voir mercredi sur France4 dans son film Le vilain.

Jeudi, France3 programme Le discours d’un roi, qui a remporté les récompenses suprêmes : oscar du meilleur film, scénario, réalisateur et acteur pour Colin Firth. Il narre l’accession au pouvoir du roi Georges VI et surtout son combat victorieux contre le bégaiement.

Niveau documentaire, "Une journée dans la vie d'un dictateur" sur Planète+ lundi 24 février et mardi 5 mars.

Et vous, appréciez vous ces films, qu’avez-vous vu cette semaine ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

21/02/2014

Papillote agent secret (suite et fin)

johnny english.jpgLe soir, nous nous rendons enfin au mystérieux rendez-vous …
Pour une fois, je ne suis pas en retard (je fais un effort puisque le sort du monde en dépend). J’arrive même en avance, et je vois les autres agents qui attendent sagement l’heure exacte devant la porte. Mémé fonce dans le tas et rentre quand même. La salle est presque vide car les organisateurs installent les derniers préparatifs. On s’assied confortablement à l’une des rares tables. Coucou, c’est nous les lourdauds, on vient déranger ! Les membres de l’équipe sont sur leur 31, tout de noir vêtus, costard et nœud pap’ pour Cornerback. Mémé… ben en plouc comme d’habitude. Fallait pas l’inviter comme dirait Michel Muller.

Au bout d’un moment, une organisatrice me demande mon numéro d’agent :
- Meuh, quel numéro ? On ne m’en a pas donné ?!
Petit sourire en coin qui signifie « tss.. on a recruté Johnny English… »
Ce n’est que le soir que mémé a un éclair de génie : je cherchais dans le portable qu’on m’a envoyé si mon numéro figurait parmi les 50 agents. Mais je m’attendais à voir mon propre numéro… pas celui du téléphone offert ! Oui, je sais, mon intelligence phénoménale m’épate aussi. A ma décharge, j’ai parlé à un agent qui n’avait même pas remarqué que le portable comportait 50 contacts. Alors hein. (Cornerback a rassemblé une fameuse équipe de bras cassés).

On nous offre du champagne, du pop corn, puis Cornerback nous appelle par nos numéros d’agents pour distribuer des cadeaux : trop bien ! Je suis la seule fille a avoir droit à… un parfum pour homme. Mais je suis un homme, je suis un homme, quoi de plus naturel en somme. En parfait agent secret, je porte en fait un costume de fille pour dissimuler ma vraie identité. J’apprends ensuite que certaines ont reçu une carte de dégustation de vins. Mémé préfère picoler à se parfumer (fragance Sancerre 2009).
1 peu de champagne et mémé a un coup dans le nez. C’est le moment où Cornerback nous demande une dernière mission (déjà que dans mon état normal j’ai dû mal à faire fonctionner mon cerveau) : le premier qui lui téléphone gagnera une montre de luxe. Mémé saoule nulle en nouvelles technologies à a peine le temps de dégainer son téléphone (où jl’ai mis ? comment il s’allume déjà ?) qu’un agent a déjà appelé et remporté le lot (d’une valeur de 1000 euros paraît-il ! ben merde, plus que mon chômage!)

Comme certains d’entre vous l’ont compris (Rock and tea par exemple) nous étions en fait invité à une projection en avant première d’un film d’espionnage : The Ryan initiative

La campagne de communication est vraiment un coup de génie. J’aurais reçu comme d’habitude une simple invitation pour voir le film, j’aurais hésité : je ne suis pas fan d’histoires d’espionnage. Mais là, avec le colis énigmatique, le téléphone portable, les sms sur 5 jours… même si j’ai deviné tout de suite qu’il s’agissait de la promo de Ryan initiative, j’ai été happé et j’ai joué le jeu à fond. Vraiment, chapeau l’artiste.

Suite et fin demain, avec (enfin) la critique du film.

Petit quiz  On connaît la chanson.

Rendez-vous sur Hellocoton !

17/02/2014

Papillote agent secret (suite)

cornerback.jpgDimanche, nouveau message de Cornerback :
« Agents, nous ne pouvons prendre aucun risque pour votre mission ! Indiquez-nous par sms la station de métro la + proche de votre point de départ de mardi. Une voiture passera vous y chercher ! Soyez ponctuels, votre mission en dépendra. »
On veut m’enlever ! J’imagine d’ici la voiture noire blindée, aux vitres fumées, chauffeur en costard et lunettes noires qui ne pipera mot. Mémé connaît Faites entrer l’accusé, je ne monte pas dans la voiture d’un inconnu ! On va me découper en morceaux et mettre mes reins en vente sur E-bay !

Je reçois le lendemain un mail (une lettre, des sms, un mail, bientôt le pigeon voyageur : il est partout) :
« Tout d’abord, Cornerback a le plaisir de vous féliciter pour votre discrétion et votre ténacité dans l’accomplissement de cette mission secrète qui vous a été confiée. »
Discrétion : Tous mes amis sont au courant. Ténacité : J’ai deviné la solution de l’énigme (un numéro = une lettre sur la touche du téléphone) mais je n’ai pas pris le temps de remettre en ordre les lettres pour retrouver le lieu de rendez-vous :
2582 62727283
2 = ABC, 5 = JKL 8= TUV 2= ABC
2582 = CLUB

Mission 1: « Téléchargez aujourd’hui l’application « votre chauffeur privé » sur votre smartphone. »
Mon quoi ? Mémé, un smartphone, ouahaha. Je prendrai le métro, comme tous les gens du peuple.
« Mission 4 : habillez-vous élégamment. Qui sait sur qui vous pourriez tomber ? »
Mémé qui déteste le shopping, faire des efforts vestimentaires ? Plaît-il ? Et qui pourrait-on voir ? Ryan Gosling ?

Le jour J, encore un sms de Cornerback :
« Ceci ne sera pas une thérapie de couple mais les 10 premiers agents qui répondront « je viens avec mon mentor » pourront venir accompagnés ! Soyez rapides… »

Papillote est un esprit indépendant et libre qui n’a pas besoin de courir le monde après son destin comme un cheval sauvage. C’est donc pour ça que je fonce tête baissée vers un rendez-vous énigmatique, et que je partage avec mes amis mes bons plans galères.
Mémé répond en moins d’une minute (je sais, même moi ça m’a étonnée).
1 heure après, pas de réponse. Bon, faut pas tout ce temps pour compter les dix premiers agents. Seule avec mes doutes, je t'attends. Je t'attends, je t'attends.
2 heures après, toujours rien. La reine Papillote déteste qu’on la fasse attendre. Je n’attendrai pas le jour et la nuit, je n’attendrai pas toujours ton retour. J’ai dû mal à me concentrer sur le film que je regarde (d’ailleurs je l’ai oublié depuis). Surtout, je fais aussi attendre mon mentor, qui doit s’organiser pour la soirée. Je dégaine donc le téléphone 3 heures après : « Je voulais te dire, que je t’attennnnds ! Je mettrai mon cœur dans du papier d'argent, mon numéro d'appel aux abonnés absents ! Je voulais te dire que je t'attends et tant pis si je perds mon temps ! »
J’envoie en fait un message qui ne peut enchaîner qu’une réponse positive : « Je suppose que je suis dans les 10 premières puisque j’ai répondu en moins d’une minute ? » et enfin, je reçois un retour immédiat : « invitation mentor confirmée »
Je ne saurai jamais si j’étais réellement sélectionnée… Quand je vois le fameux Cornerback, il semble agacé : « ah, c’est vous qui ne pouviez pas attendre ma réponse… »
Mais si ! Je t’attendais comme un enfant à ton noël. Je t'attendais comme sous la pluie, un arc en ciel.
J'attendais ! J'attendais ! J'attendais ton regard pour expliquer enfin le pourquoi de ces au revoir, tout ce long chemin !

 Le soir, nous nous rendons enfin au mystérieux rendez-vous …

Quiz On connaît la chanson pourrie (5) et On connaît le film de merde (1).

Rendez-vous sur Hellocoton !