Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

Bilan "je suis culturée" de septembre

vivian maier.jpgPeu de sorties ce mois-ci. J’ai profité des derniers beaux jours avant la pluie et l’automne qui s’installent. J’ai passé mon temps libre à flâner et lire dans le parc. Ah, ce beau soleil qui revigore… quelle bonne idée j’ai eu de me promener avant d’aller bosser, comme ça j’aurai la pêche au boulot ! Pourtant, je me sens patraque, sonnée, on me demande si je vais bien « mais si, je reviens du parc! » J’ai chaud, j’ai soif, je manque de tourner de l’œil sur mon bureau… avant qu’on s’horrifie : « aaah t’as le crâne tout rouge ! » Oui, j’ai pris une insolation par 15 degrés en plein automne et aujourd’hui, je pèle de la tête.

3 films au cinéma :

Coup de cœur :
- Green inferno d’Eli Roth
Coup de cœur et surtout coup dans l’estomac. J’en reparle bientôt.

Pourquoi pas :
- Marguerite de Xavier Giannoli
Le cinéaste a le don pour trouver des sujets en or, mais il ne sait pas les traiter. J'en parle demain.

Bof bof :
- Un début prometteur d’Emma Luchini
Et non.

22 films à la télé :

Coup de cœur Canal+ :
A la recherche de Viviane Maier de John Maloof

Coups de cœur Canal sat :
A propos d’Elly de Asghar Farhadi
Vous ne l’emporterez pas avec vous de Franck Capra

Déception :
J Edgar de Clint Eastwood
Quel manque de souffle dans ce film ! Je conseille de relire plutôt la formidable biographie de Marc Dugain sur le sujet.

3 séries :

Coup de cœur :               
Black mirror, blanc comme neige, avec Jon Hamm
Série toujours aussi excellente. Dans un futur proche, les méfaits des nouvelles technologies sur les relations sociales... Effrayant, car réaliste.

télé, cinéma, documentaires- The brink, avec Jack Black et Tim Robbins
- Wayward pines, avec Matt Dillon

10 documentaires :

Coups de cœur :
- Pollution de l’air : qui nous intoxique ?
Le diesel, évidemment !
Le ventre, notre deuxième cerveau
Tellement évident pour l'estomac sur pattes !
- French Bashing

- Un jour un destin : Pierre Richard
- Un jour un destin : Marlène Jobert
- Pièce à conviction : Nos très chers députés de Patricia Loison
- Despot housewives
- Discrète chevêchette
- Comment le sexe a changé le monde
- hipstérie

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

02/10/2015

Tatie Danielle, fin

tatie danielle neveu.jpgJe somnole sur la chaise longue quand ma nièce vient me voir et demande avec sa petite voix :
« Tu veux jouer avec moi ?
Enthousiasme débordant : - Super… je suppose que tu ne sais pas encore jouer à Mario kart à 3 ans ?
- On fait la clé de saint Georges ! »
Gros retour en arrière car on m’invitait parfois à y jouer dans la cour de récré, quand il manquait quelqu’un. Mais on me donnait rarement la clé (mal aimé, je suis le mal aimé). Exclusion réparée aujourd’hui :

La petite aligne consciencieusement ses peluches en cercle.
« Ok… si je comprends bien ni Lapinou ni le bisounours (hé ! mais c’est mon gros taquin !) ne vont se lever pour ramasser la clé, donc c’est moi qui vais me la coltiner.
Ma nièce chante en tournant autour des peluches et moi :
« Je porte, je porte, la clé de saint Georges
- Déjà, c’est quoi cette histoire de clé ? Saint Georges a terrassé le dragon, mais la bestiole était enfermée dans sa chambre ou quoi ? Ou bien Saint Georges est une cité ? Répondez, les Français veulent savoir !
- Quand je l’aurais assez portée, je la laisserai tomber
- Ah ben bravo, on te confie une chose importante puis tu t’en débarrasses.
- Au pied d’un rocher
- Bah merci, je ne suis pas une pierre !
- Ne regardez pas le renard qui passe, mais regardez-le quand il est passé !
- C’est quand même n’importe quoi cette histoire, elle ne veut rien dire.
- Ohé matelots, regardez derrière votre dos !
- Qu’est-ce que des matelots viennent faire dans la combine ? Ils n’y étaient pas dans ma version ! Je proteste !

Ma nièce court comme une dératée.
- Ah oui, faut que je regarde. Qui va avoir la clé derrière son dos ? Quel suspense… oh c’est moi ! Je ne m’y attendais pas dis-donc ! Faut que je coure aussi ?!
Courir en rond a fait tourner la tête à mémé. Après trois tournées de bière :
- Je suis épuisée. C’est plus de mon âge tes trucs. Si on proposait à mamie ? Je suis sûre qu’elle va adorer !
- Oh oui, mamie ! »
C’est comme ça que je réussis à me faire remplacer par une vieille dame de 75 ans et que je peux retourner pioncer sur ma chaise longue.

Mais le répit est de courte durée. Je commence à m’endormir, bercée par le doux bruit de la rivière qui coule… Mais ma nièce se met à chanter en boucle le fameux air horripilant, tous les jeunes parents sont passés par là :
- Libérée ! Délivrée !
- Je vais te bâillonner, tu vas voir si t’es libérée…
- C’est décidé je m’en vais
- Oh oui ! merci !!
- Libérée, délivrée !
- Tu ne connais pas les paroles en plus… tu ne veux pas chanter autre chose plutôt ?
- Je voudrais un bonhomme de neige...
- Tu ne vas pas me faire tout le film ? T’as rien d’autre à ton répertoire, d’un peu mieux ? Je sais pas, les Beatles par exemple ? Puis tes parents seront contents, ils sont fans et tu parleras anglais. Il doit bien y avoir des chansons faciles à apprendre pour une enfant de trois ans…
- Libérée, délivrée
- Répète après moi : Helter skelter ! (je mime la guitare électrique)

La petite me regarde étonnée puis s’en va, attirée par un papillon.
- Comment ça, t’aimes pas les Beatles ? T’es sûre que tu fais partie de la famille ? Tant pis, pour une fois que j’étais motivée pour jouer avec toi ! »

J’exagère bien sûr, j’écris ce que j’ai pensé, pas ce que j’ai vraiment dit, je ne suis pas tatie Danielle… Puis ma nièce aime les Beatles et chante Got to get you into my life en yaourt, comme je faisais à son âge ! La relève est assurée : dans 5 ans je l’accompagne à son premier concert de McCartney !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

30/09/2015

Tatie Danielle, suite

tatie danielle grimace.jpgComme tous les enfants, ma nièce pose beaucoup de questions auxquelles je n’ai pas les réponses, mais mon neveu qui sait tout peut les lui donner. (voir en lien le billet sur lui)
Nièce : «  C’est quoi ça ?
Moi : - Ben, une bestiole.
Neveu : - Non, c’est un gastéruption à javelot. Je l’ai lu dans mon livre sur les insectes.
Nièce : - C’est quoi ça ?
Moi : - Demande à ton frère… »

Celui-ci s’est empressé de lui raconter les « choses de la vie ».
J’emmène ma nièce avec moi au marché. Chaque semaine, on achète des légumes bio chez la marchande, qui se penche toujours vers ma nièce pour lui faire des « gouzi-gouzi » :
« Alors ma petite, qu’est-ce que tu racontes de beau aujourd’hui ?
Nièce, d’un ton assuré :
- Eh ben moi, j’ai une zézette !! Et elle soulève fièrement sa robe pour le prouver.
Regard consterné de la vendeuse. Et des 12 000 passants qui s’arrêtent pour observer le spectacle.
- C’est mon frère qui me l’a dit ! »

Une semaine plus tard, rebelote.
« Alors ma petite, qu’est-ce que tu racontes de beau aujourd’hui ?
- Eh ben moi, je dis des gros mots !
Fermière, rigolant : - Oh oh, et tu dis quoi alors ? (elle doit s’attendre à des expressions gentillettes, ou à un classique « merde » qui aurait été prononcé malencontreusement devant l’enfant.)
Ma nièce, toujours très fière, et très fort, avec sa voix enfantine, regardant droit dans les yeux la vendeuse :
- Sale pétasse !!!

Le monde s’arrête de tourner un instant, le temps qu’un ange passe et que la marchande, moi, et les 12 000 clients restent pétrifiés sur place. J'imite Jacques Martin pour dégeler l’atmosphère :
« Les enfants sont formidables ! Ah là là! Je me demande où elle a appris ça…
- C’est mon frère qui me l’a dit ! »

La fermière et les 12 000 autres ne sourient pas du tout, eux, et me regardent d’un air désapprobateur (quelle mal élevée ! c’est un scandale ! ah les jeunes, aucun respect !) J’ai songé à abandonner ma nièce sur place :
« Cet enfant ? Non, connais pas, jamais vu. Je l’ai trouvé qui errait toute seule, alors je l’ai gardée avec moi pour qu’il ne lui arrive rien, je me suis dévouée… mais attendez je vous la laisse, je vais chercher plus loin les parents… non je vous assure, c’est pas la mienne ! On n’a pas le même sang ! La preuve, elle est blonde aux yeux bleus, vous voyez bien, rien à voir ! (et là je plante l’enfant et elle hurle comme dans le film « j’ai perdu ma tatie !!! » voir extrait en lien)

Intérieurement, j’avais envie de rire et même de féliciter ma nièce :
«  T’as bien raison, 2,5 euros le kilo de carottes, nan mais pour qui elle se prend ! »

Suite et fin demain

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

28/09/2015

Tatie Danielle

tatie danielle.jpgQuand elle était bébé, je ne vous cache pas que garder ma nièce relevait plutôt de la corvée :
« Quel est ce délicat parfum qui envahit mes narines ? oh justement j’adore changer les couches, surtout après le repas, quel plaisir ! »

L’interaction et les échanges avec un bébé ne sont pas très stimulants intellectuellement :
Tu me tends ta peluche. Je te la rends. Tu me la redonnes. Je te la rends. 25 fois. Tu t'acharnes à vouloir mettre en tapant dessus le cube dans le trou pour le triangle. Tu appuies comme une malade sur ton téléphone Minnie, le ventre de ton poupon qui pleure, le jeu d’éveil avec environ 12 millions de sonneries et bruits insupportables (mais quel sadique a inventé ça ?!!!) Tu me montres ton livre d’animaux : « là, c’est le chat. Le chat fait maow. Oui je sais, je « fais super bien le chat ».
Un enfant ne comprend même pas les références cinéphiliques.

Les conversations avec un bébé sont toujours pleines d’échanges fructueux :
« Pourquoi tu pleures ? t’as faim ? t’as sommeil ? tu t’ennuies ? M’enfin pourquoi tu t’échines à me vriller les tympans ? réponds quoi ! » « Le dosage pour ton biberon, c’est combien déjà ? tu sais pas ? si je fais au pif, ça donne quoi, je t’empoisonne ? Pire, tu me vomis dessus ? »

Je m’échine à lui apprendre à parler :
«  Je suis qui moi ?
Silence.
- Rien c’est ça ?! Je ne suis rien pour toi ! Vas-y, dis-le !

Répète après moi : pa-pi-llo-te.
- Papa.
- ok laisse tomber. »

Avant mon nom, ma nièce a d’abord prononcé un mot bien plus important et pourtant difficile à dire : « chat ». Elle le hurlait en courant avec enthousiasme après les pauvres bestioles pour leur tirer la queue. Elle a retenu sans problème le nom des 3 matous. Mais pour le mien, je pouvais me gratter.

Maintenant qu’elle a deux ans et demi, elle épelle enfin mon prénom sans trop de problème et parle enfin. Ce qui est beaucoup plus intéressant. Et elle parle beaucoup. Parfois même un peu trop... ( je me demande de qui elle tient…)

Suite demain

 

Rendez-vous sur Hellocoton !