16/03/2014

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Alain Resnais, Le nouveau monde, la balade sauvage, Le secret de Brokeback Mountain...

alain resnais.jpgJe suis encore partie dans mon trou perdu sans Internet, mais en programmant des billets pendant mon absence : « Haha, grâce aux articles toujours réguliers, mon départ va passer inaperçu ! »
J’avais juste oublié ces légers détails : les César et Oscar. Des milliers de lecteurs (quatre) m’ont demandé « Bah alors, tu tiens plus les paris sur les films primés ? » « T’es plus la seule sur Twitter à 4 heures du matin pour commenter en direct la cérémonie des oscars diffusée sur Canal + ? »
Sans compter Alain Resnais qui profite de mon absence pour clamser : « Et ta rubrique nécrologique hebdomadaire ? »

Je n’ai pas appris sa mort en quasi direct sur Twitter comme d’habitude, mais au journal télévisé de 13 heures. Je ne regarde jamais ce JT, mais il est la seule source d’information disponible dans le trou perdu (jusqu’aux années 2000, on ne captait que les trois premières chaînes : après on se demande pourquoi les paysans sont toujours rivés sur TF1, la chaîne de la culture.)
Je faisais une salutation au soleil devant la télé (non, je ne suis pas devenue branchée, on a conseillé le yoga à mémé pour son dos et ses articulations) (maintenant, je peux toucher mes pieds en pliant les genoux). J’apprends la triste nouvelle. Étant en famille, pas la peine d’envoyer un sms pour poser la question habituelle. Je me dirige vers la cuisine où ils prennent l’apéro :
Moi, chagrinée : « Devinez qui est mort ?
Ma mère, d’un ton anodin, tout en buvant une gorgée de Pineau des Charentes : - Rochefort, Marielle ?
- QUOI ?! Mais pourquoi pas McCartney tant que tu y es !
- Ben je sais pas, vu ta tête !
- Mais si c’était eux, j’aurais sorti mon masque de tragédienne et je me serais roulée par terre de douleur ! (Évidemment McCartney est hors compétition, chacun sait qu’il est immortel, enfin voyons). Oui c’est pas bien, mais j’ai forcément des préférences. Le jour où il arrive malheur à Marielle la-plus-belle-voix-du-monde, je porte le deuil. D’ailleurs le vieux a bientôt 82 ans, et je m’empresse d’aller le voir au théâtre vendredi dans Love letters (je roucoule d’avance à l’idée de l’avoir en face de moi).

- Non, c’est un réalisateur  français... vieux… 91 ans.
- Encore un ?! Mais il va plus en rester ! Déjà Lautner et Molinaro
- Il a réalisé des films intellos : Hiroshima mon amour, L’année dernière à Marienbad… Avec plein d’acteurs, des destinées qui se croisent. Des films comiques et plus populaires aussi : Smoking/ No smoking, Cœurs… Avec des chansons : Pas sur la bouche, et bien sûr, mon préféré, mon hymne : On connaît la chanson. Il faisait toujours tourner sa femme, Sabine Azéma, et les mêmes acteurs, Pierre Arditi, André Dussollier, Lambert Wilson… Jaoui et Bacri aussi.
- Alain Resnais ?! Je préfère Nuit et brouillard, quel choc ce documentaire sur les camps de concentration !!"
Coincés dans le trou perdu sans Internet, on n’a même pas su quels films la télé diffusait en hommage. En voulant regarder The housemaid, on a juste vu qu’il était déprogrammé au profit de Mon oncle d’Amérique.

nouveau monde.jpgSi aucun cinéaste ne meurt encore ce soir, demain sur Arte, soirée Terrence Malick (tiens, il a déjà 70 ans, je dis ça, je dis rien…) La chaîne propose deux films emblématiques du lyrisme du réalisateur, qui célèbre la beauté de la nature : Le nouveau monde, avec Colin Farrell et Christian Bale, inspiré de l’histoire vraie de Pocahontas. Une plongée dans l’époque des colons et des Indiens du 17ème siècle. Le film est suivi d’une autre épopée magnifique et romantique, qui rappelle cette fois-ci Bonnie and Clyde : La balade sauvage, avec Martin Sheen et Sissy Spacek.

Mercredi sur France 4, Je vais bien, ne t’en fais pas, film que je n’ai toujours pas eu l’occasion de voir. Quand j’ai voulu le faire, on m’a spoilé au bout de 10 minutes : "je ne me doutais pas de la fin". Du coup je l’ai devinée et ça ne m’a plus donné envie. Je vérifierai si j’avais raison.

télé,cinéma,filmographie d'alain resnais,jean-pierre marielle la plus belle voix du monde,documentaires à la télé,le printemps du cinémaJeudi soir sur chérie 25, Le secret de Brokeback Mountain d’Ang Lee. On retrouve la délicatesse, le romantisme et la poésie de Raisons et sentiments, Tigre et dragon ou de Lust, Caution, du même réalisateur.  Ne ratez pas cette histoire sensible d’un amour impossible entre deux cow-boys. Avec Jake Gyllenhaal et le regretté Heath Ledger, mort à 28 ans, oscar du meilleur second rôle pour son interprétation d’un Joker halluciné dans Batman.

Pas beaucoup d’autres films cette semaine à la télé, mais des documentaires :
Ce soir sur France 5, spécial consommation : Grande distribution, promos, prix cassés, qui paie l’addition ? » Puis : « Cartes de fidélité, fidèle un jour, fidèle toujours » (j’en ai marre que le même caissier me demande inlassablement chaque semaine si j’ai une carte de fidélité et si j’en veux une. Nan je n’ai pas changé d’avis tu sais où tu peux te la mettre ta carte de f..)

Documentaires sur la guerre, toujours : mardi sur France 2, Apocalypse, la première guerre mondiale, avec des images colorisées. Je conseille toujours vivement aux Parisiens l’exposition gratuite sur les fusillés pour l’exemple.
Vendredi sur France 3 à 23h10, la seconde guerre mondiale avec Mussolini-Hitler, l’opéra des assassins.
Documentaire sur la guerre au cinéma, ce soir à 22h25 sur france5, suite de La guerre d’Hollywood.
Cinéma encore, jeudi à 21h40 sur France 5, un  Duel  Delon-Belmondo.

Documentaire sur la santé, avec sur Arte vendredi à 22h35 : Contrôler le génome (pour trouver le gêne de l’intelligence). On se croirait dans Le meilleur des mondes ou Bienvenue à Gattaca…
Mardi Sur France 5, des films sur les bipolaires puis les schizophrènes.

Enfin des documentaires plus gais, avec lundi sur France 3 : Tous bénévoles ! Au bonheur des autres, et surtout mercredi sur Canal+ : Made in France, l’année où j’ai vécu 100 % français.

N’oubliez pas le printemps du cinéma jusqu’à mardi soir, avec les places à 3,50 euros.

Et vous, avez-vous vu ces films ? Quel est votre film d’Alain Resnais préféré ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

06/03/2014

Bilan "je suis culturée" de février : expos et théâtre

fusillés pour l'exemple.jpgSuite du bilan culturel de février :

- 5 films au cinéma
- 30 films à la télé
- 8 documentaires
- 5 séries et :

4 Expositions :

2 Coups de cœur :
- Fusillé pour l’exemple, 1914-2014 : les fantômes de la république, Hôtel de ville de Paris, jusqu’au 22 mars. Gratuit. Je vous invite à revoir également sur le sujet le chef d’œuvre de Kubrick, Les sentiers de la gloire, et le film d’Yves Boisset : Le pantalon.

- La voix, La cité des sciences, jusqu’au 28 septembre.
Expo très intéressante, avec des jeux et des tests. Comme je suis une grande enfant, j’adore jouer.  J’ai adoré tenter de retrouver de quelle région est originaire un accent. J’ai fait le « question pour un champion » avec 4 autres participants, où il faut reconnaître à quelle personne célèbre appartient  la voix que l’on entend. Facile pour moi, je suis très sensible aux voix, bien plus qu’aux visages et noms. Je répondais immédiatement (les autres me copiaient, peuh) et j’ai eu envie de frapper une gamine qui me collait et a osé buzzer à ma place et donner une mauvais réponse. Sans elle, j’aurais fait un sans faute. (Non non, je ne suis pas mauvaise perdante). M’enfin, ce ne sont pas des jeux pour les enfants. J’ai piqué un énorme fou rire de 10 minutes, comme ça m’arrive rarement, en modifiant les voix de personnes célèbres. A voir (mais ni le week-end, ni le mercredi, ni pendant les vacances scolaires !)

- Star wars identités, Cité du cinéma, jusqu’au 30 juin. Article en ligne bientôt.
- Versailles : Le nôtre en perspectives

7 pièces de théâtre :

2 coups de cœur :
- Spamalot, comédie musicale de PEF, adaptation de Sacré Graal des Monty Python :  délirant.
- Déshabillez mots 2. Deux comédiennes jouent des définitions de mots, comme celle du lâcher prise et de l’intuition (mes préférées). Ca paraît peut-être ronflant mais pas du tout, c’est très drôle. Enfin du théâtre intelligent, subtil… Un pur régal. Ça change des comédies de boulevard grossières où les gens éclatent de rire aux blagues en dessous de la ceinture (ce qui me désespère et me rend misanthrope)
- Biscotte
- Paname comedy club
- Le casting des anges
- La vie rêvée des profs
Prochain théâtre prévu :
- Blabla, troupe d’improvisation autour d’un magazine et de ses rédactrices

1 concert :

- Ennio morricone à Bercy
Prochain concert prévu : Michael Gregorio, au théâtre du Châtelet

 3 Sport :

- Cours de self defense, article sur le sujet en ligne bientôt.
- Pilates
- Yoga (il faut vraiment que je prenne le temps de décrire mes expériences de mémé qui tente d’apprendre le zen…)
Prochain sport prévu : Tai chi chuan

Rendez-vous sur Hellocoton !

03/03/2014

Bilan "je suis culturée" de février : films, séries et documentaires

clé des champs.jpg5 films au cinéma :

Lire les critiques dans le billet précédent (en fait, c’est 7 films. Je me suis trompée dans mon carnet en les notant. Je n’ai vu « que » 11 films en janvier et 7 en février.)

30 films à la télé :

Coup de cœur Canal + :
- La clé des champs de Claude Nuridsany et Marie Pérennou. Un enfant rêveur et solitaire observe la mare à côté de chez lui. J’ai évidemment retrouvé ma propre enfance de membre du club CPN (Connaître et Protéger la Nature) de la Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers. Les images sont d’une beauté à couper le souffle.
- Meilleur thriller Canal + : Effets secondaires de Steven Soderbergh
- Meilleur drame Canal + : Cheval de guerre de Steven Spielberg.
Prochain film prévu : Die hard, belle journée pour mourir, de John Moore.

7 documentaires :

2 Coups de cœur :
- Le copain d’avant. Bouleversant. On retrouve dans une poubelle du Samu social un manuscrit de 450 pages : la vie d’un SDF, ce qui l’a amené à la rue, le drame de son enfance. Quelques jours plus tard, l’homme est retrouvé mort… Les réalisateurs partent à la recherche des personnes qui ont connu Thierry, le SDF de la rue des Boulangers. Emouvant et nécessaire. Disponible en replay.
- Billy the kid, Instructif et fascinant.

- Une journée dans la vie d'un dictateur, de Hendrick Dusolier. Rediffusion sur Planète+ le mercredi 5 mars à 20h45. A voir.
- Super héros : l’éternel combat. Le parallèle entre BD et société (américaine). Drôle et didactique. Le premier volet est le plus intéressant selon moi.
   - Vérité, justice et modèle américain
   - A grand pouvoir, grandes responsabilités
   - Tous des héros
- Le siècle de Simenon. Archives et commentaire lu par Simenon lui-même. Particulièrement émouvant quand il lit des extraits de son livre Lettre à ma mère (que j’ai donc envie de lire.)
Prochain documentaire prévu : Trop jeune pour mourir : Sharon Tate.

5 séries :

- Homeland saison 3
- Call the midwife
- Sherlock saison 1
- Working girls saison 3
- Mad men saison 6 (suite)
Prochaine série prévue : House of Cards saison 2.

Demain, suite du bilan culturel de février, avec les expositions et les pièces de théâtre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

28/02/2014

Bilan ciné février : 12 years a slave, Dallas Buyers Club, Robocop, Ida et The grand Budapest hotel

twelve years a slave.jpgPuisque je n’ai pas pris le temps depuis plusieurs mois d’écrire un article pour chaque film vus au cinéma, je détaille un peu ce mois-ci :
 
- Twelve years a slave de Steve McQueen

L’histoire vraie d’un musicien noir enlevé et réduit à l’esclavage. C’est frais, c’est gai… Deux filles étaient en larmes à la fin de la séance, elles ne pouvaient plus se relever. Le sujet est très intéressant, je reste néanmoins dubitative sur le traitement : un peu trop contemplatif, lent et froid. Enfin, ce n’était pas la peine d’en rajouter non plus dans l’horreur et l’émotion. Du même réalisateur, je préfère Hunger, sur la grève de la faim d’un militant de l’IRA. Je trouve ce film plus puissant, déjà par son héros révolté, Bobby Sands. A l’inverse, celui de 12 years a slave subit son sort… Shame, je n’avais pas trop apprécié (même si Michael Fassbender est à poil tout le long).

- Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée

Dallas-buyers-club1.jpgEncore une histoire vraie, mon genre de prédilection. Les médecins diagnostiquent Ron Woodroof séropositif et lui donnent un mois à vivre. Ils lui prescrivent le médicament officiel, mais le patient se rend compte qu’il est inutile et même dangereux. Avec l’aide d’un médecin rayé de l’ordre, Ron se lance dans un traitement alternatif et plus doux, qui fonctionne mieux, et le revend à d’autres malades. Un film sur la rage de vivre. Il dénonce les puissants labos pharmaceutiques qui mettent sur le marché des médicaments nocifs mais rentables, sans véritables études au préalable. Matthew McConaughey est comme toujours parfait, ainsi que Jared Léto, méconnaissable dans un rôle de travesti. Un bon film, pas forcément conseillé aux hypocondriaques comme moi.

- Robocop de José Padilha

robocop 2014.jpgReprendre mon film culte de Verhoeven chéri est un sacrilège, mais ce remake s’en sort plutôt pas mal. Le réalisateur n’a pas eu le culot de refaire l’une des scènes les plus angoissantes du cinéma pour moi, qui a hanté nombre de mes nuits d’enfant : « Posez votre arme… vous avez 30 secondes ». De même pour la fusillade. Padilha a édulcoré la critique virulente de la société américaine (consommation, peur des autres etc) en se concentrant uniquement sur la question de l’homme face au robot. Mais c’est un film d’action honnête.

- Ida de Pawel Pawlikowski

ida.jpgDe ce réalisateur, j’ai adoré l’envoûtant My summer of love, avec la belle Emily Blunt en femme fatale, et la musique planante de Goldfrapp. J’ai apprécié aussi La femme du 5ème étage avec Ethan Hawke. Pour ce dernier film, je n’ai pas assez retrouvé le charme et l’émotion des précédents. Pourtant l’histoire avait de quoi bouleverser : Dans la Pologne des années 60, quelques jours avant de prononcer ses vœux, une jeune nonne orpheline apprend qu’elle possède encore une tante, et qu’elle est en fait juive. Ses parents ont été massacrés pendant la guerre. Sa tante, ex juge pendant les procès staliniens, est responsable elle aussi de nombreuses morts. Désabusée, revenue de tout, alcoolique et dépressive, elle enchaîne des aventures sans lendemain. Elle tente de sortir sa nièce de son couvent et de l’éveiller à la vie. Les deux femmes rencontrent un charmant saxophoniste qui tombe sous le charme d’Ida… Quelle voie la jeune fille va-t-elle emprunter ? Dommage, le film est trop froid, comme ces matins d’hiver qu’il filme et ses images en noir et blanc.

- The grand Budapest hotel de Wes Anderson

grand budapest.jpgWes Anderson, le réalisateur branchouille adoré des jeunes et des bobos… Évidemment, mémé a du mal. Je me suis endormie devant A bord du Darjeeling Limited par exemple… J’ai mieux aimé Moonrise Kingdom, plus émouvant, plus profond et plus parlant pour moi :  l’histoire d’enfants rêveurs en fugue sur une île somptueuse. Dans The grand Budapest hotel, comme d’habitude, on voit défiler des acteurs cool et célèbres qui ne viennent que pour un clin d’œil. Les décors sont toujours magnifiques, les couleurs acidulées, un côté rétro charmant… Les gags et la mise en scène restent drôles, décalés et gentiment provocateurs, mais faciles : un type jette subitement par la fenêtre le chat qu’il a dans les bras, et l’on voit le cadavre écrasé de façon dérisoire. Mais quel intérêt à cette histoire d’hôtel et de tableau ? Et le boy, personnage principal, est vraiment falot. C’est beau et drôle, mais superficiel et vain.

Et vous, avez-vous vu ces films ? Qu’en avez-vous pensé ?

Rendez-vous sur Hellocoton !