Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2015

Quiz on connaît le film, papillotes à gagner : les résultats

michel blanc téléphone maison.jpgJe parle toujours de mes papillotes en chocolat hein, pas de moi. Ni de mon chat (quoique, me débarrasser du panda obèse…)
Un jeu qui date du… 4 janvier. Pour gagner des chocolats de noël. Ça valait le coup d’attendre. Plus c’est long, plus c’est bon, non ?
Comme vous le savez, j’ai toujours des papillotes dans ma poche, mais je ne les donne pas à n’importe qui. Il faut les mériter. Il faut bien connaître la Papillote pour recevoir les papillotes. Je vous avais donc concocté un quiz 100 % (radotage) papillotien, avec mes films et auteurs comiques français préférés. Pourtant vous n’avez pas été aussi nombreux que prévu (comment ?! elles ne vous plaisent pas mes papillotes ? Ce cadeau pourtant inestimable, hautement symbolique ?!) Le jeu était sans doute trop long (10 questions mais 3 pages à lire, faut être motivé). Puis tout le monde n’est pas comme mémé intello à connaître par cœur les films de Belmondo. Le magnifique n’a pourtant que… 42 ans, et il est toujours d’actualité puisque OSS 117 s’en inspire, peuh.

Un jeu entièrement inventé et sponsorisé par moi-même. Je ne peux résister à l’envie de rajouter des répliques (le quiz n’est pas assez long) donc je publierai les résultats en deux fois (vous n’êtes plus à une semaine près). Comme je suis vraiment trop cool, j’ai mis en lien les extraits cultes (il m’a fallu beaucoup de temps pour les trouver, alors regardez-les !)

1 ) De quel film ces répliques sont-elles extraites :

« Est-ce que je pourrai dormir chez toi ce soir… j’ai perdu ma mère ce matin.
- Elle est morte ?
- Non non, je l’ai perdue, c’est-à-dire que je l’ai perdue quoi, elle était là et pouf pouf, je l’ai perdue… Mais mon chien est mort par contre. Alors, si je pouvais dormir chez toi, tu vois, juste pour avoir une présence, un compagnon, pour pas être seul…
- Ça fait trois fois qu’il est mort ton chien.
- Oui mais il a beaucoup souffert ! »

- « Parlez-moi de vous plutôt. »

- « Il ne peut plus rien nous arriver d’affreux maintenant ! »

Réponse : - « Je crois que nous avons affaire à un serial killer. » 
Il s’agit évidemment du film Red is dead, euh pardon, de La cité de la peur, une comédie familiale de Les nuls, sortie en 1994 (déjà !)

2 ) Dans quel film avec Louis De Funès entend-on cette réplique : « En tout cas on ne va pas moisir ici. J’ai un petit plan pour tous nous évader… Nous rentrons à Madrid, nous conspirons, le roi répudie la reine, la vieille épouse le perroquet, César devient roi, je l’épouse et me voilà reine ! »

a) La grande vadrouille
b) Les grandes vacances
c) La folie des grandeurs
d) Les grandes espérances

Réponse : La folie des grandeurs, un film d’actualité en ce mois de déclaration des impôts… « Cette année la récolte a été très mauvaise, alors il va falloir payer le double !  C'est normal, les pauvres c'est fait pour être très pauvres, et les riches, très riches ! »

Je vous rajoute la scène qui me pliait de rire quand j’avais 10 ans (et comme j’ai toujours 10 ans…) : la déclaration d’amour cachée derrière le buisson. Evidemment il faut la regarder pour comprendre les malentendus et gags visuels, avec la sublime (hum) Alice Sapritch. Cette actrice m’épatait : elle devait avoir beaucoup d’humour pour accepter de se moquer de son physique quelque peu ingrat :
« - ah madame il faut que je vous le dise, je vous aime. Vous êtes si belle, si rayonnante, si lumineuse… Je vous désire depuis des mois. C’est pas que vous le fassiez exprès, mais vous êtes si aguichante avec vos yeux mutins et vos petits pieds. Oh, mais vous pleurez madame !
- César, je serai à vous corps et âme, voici ma main. (le chien la mord) Petit sauvage ! »

Le film est librement inspiré de Ruy Blas de Victor Hugo. A l’origine, le réalisateur Gérard Oury voulait renouveler le succès du Corniaud et de La grande vadrouille en reprenant le même duo d’acteurs, mais Bourvil est décédé juste avant le tournage (1970). La musique est excellente, signée par mon chouchou Michel Polnareff. J’adore le « thème d’amour » en lien, mais tout l’album est super, comme le western, musique principale. 

- J’adore également le film Les grandes vacances avec De Funès, et sa bande originale qui met de bonne humeur.
- Les grandes espérances est un roman de Charles Dickens et un film de David Lean, donc le contraire d’une comédie !

3 ) Associez la bonne réplique au film correspondant, joué par Michel Blanc :

A) « Toi et moi, on a un peu le même problème, c’est à dire qu’on ne peut pas vraiment miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est : « oublie que t’as aucune chance, vas-y, fonce. On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher »
B) « J’ai eu une rupture. J’ai vécu avec une femme et puis au bout de 48 heures elle a décidé qu’on se séparerait d’un commun accord, alors j’ai pas bien supporté. J’ai même essayé de me suicider. On n’est jamais très original dans ces moments-là. J’ai mis l’adagio d’Albinoni, j’ai avalé deux tubes de laxatif et puis hop. J’ai perdu 16 kilos et ma moquette. Depuis je m’en suis jamais remis tout à fait. Surtout du point de vue digestif, c’est plus comme avant. »
C) « T’as fermé la porte ? Parce que j’ai été attaqué par des renards tout à l’heure (…) J’ai dû mal à parler parce que j’ai les dents qui poussent. »
D) « Sur les bords, au milieu, c’est vrai que je crains un peu » 

a) Les bronzés
b) Les bronzés font du ski
c) Viens chez moi, j’habite chez une copine
d) Marche à l’ombre

Réponses : A)b 
B)a. Jean-Claude Dusse, avec un d comme Dusse.
C)d, Marche à l’ombre, un film réalisé par Michel Blanc lui-même en 1984, reprenant en titre la fameuse chanson de Renaud :
Avant qu'il ait pu dire un mot,
j'ai chopé l'mec par l'paletot 
et j’lui ai dit : « Toi tu m'fous les glandes, 
pi t'as rien à foutre dans mon monde,
arrache-toi d'là, t'es pas d'ma bande
casse toi, tu pues, et marche à l'ombre ! »

D)c, un film de Patrice Leconte de 1981, qui reprend aussi pour titre une chanson de Renaud. La citation en est extraite : 
J'ai le cœur comme une éponge 
Spéciale pour filles en pleurs 
Heureusement parce que ma tronche
C'est pas vraiment une fleur…

4 ) Tous ces films ont le même scénariste. Qui est-il ?

- Les compères
- L’emmerdeur
- La cage aux folles
- La chèvre

Réponse : Francis Veber, ce génie de la comédie. Il joue souvent sur l’association de deux personnages contraires, un gaffeur frêle rêveur et sympathique (Pierre Richard, Jacques Brel, Papillote…) et un costaud cartésien antipathique (Depardieu, Lino Ventura).
- Dans Les compères, un adolescent fait une fugue. Pour le retrouver, la mère déclare à ses deux anciens amants que l’un d’eux est le père du gosse. Les compères Depardieu et Pierre Richard partent à sa recherche…
Par exemple la scène en lien du « il m’a foutu un coup de boule ? » et l’explication qui n’en est pas une : 
« Tu l’as plaqué il a pas compris, alors tu vas mettre les choses au point une bonne fois pour toutes.
- Je veux plus te voir, m’en veux pas c’est comme ça, c’est fini nous deux
En effet, quelle bonne explication ! Là il a bien compris qu’elle le larguait comme une vieille chaussette, sauf qu’il ne sait pas pourquoi !

- Dans La chèvre, on retrouve le même duo d’acteurs. Cette fois-ci le gaffeur Pierre Richard sert de « chèvre » pour retrouver la fille de son PDG aussi malchanceuse que lui, en espérant qu’il tombe dans les mêmes pièges.
« Vous m’avez traité d’abruti ? Je pratique les arts martiaux. La première chose qu’on nous apprend, c’est le contrôle. Un type me traite d’abruti, je ne cogne pas, je le regarde et je m’en vais.
- Eh ben tire-toi alors
- Vous avez de la chance
- Gros connard
- Vous avez de la chance… (il s’en va) pfouhh… Je suis arrivé à un contrôle total. Pardonnez-moi cette démonstration de force, mais j’ai horreur qu’on me marche sur les pieds »

- Dans L’emmerdeur, Jacques Brel tente de se suicider dans un hôtel, car sa femme l’a quitté pour son médecin. Son voisin de chambre, Lino Ventura, tueur à gages, le sauve malgré lui. Dès lors, le dépressif suit le tueur comme un boulet et l’empêche de mener à « bien » sa mission en enchaînant les catastrophes…
« Elle allait le voir tous les jours. Elle s'allongeait sur le divan. Normalement il aurait dû rester dans son fauteuil, lui. C'est toujours comme ça : le malade est sur le divan, et le psychiatre est à côté dans son fauteuil. Il pose des questions, il prend des notes. Et bien là pas du tout ! Hop, tout le monde sur le divan ! Et moi, je payais 60 francs de l'heure. »

« Ce qu'il lui faut, c'est un peu de chaleur humaine. Je m'en occupe. »

- Dans La cage aux folles, Renato et Albin (Michel Serrault) forment un couple d’homosexuels tenant une boîte de travestis. Le fils de Renato doit se marier avec la fille d’un député membre d’un parti très conservateur « union pour l’ordre moral ». Pour ne pas choquer ses futurs beaux-parents, le fils demande à son père de faire semblant d’être marié à une femme… "essayons de le viriliser un peu" :
« J’ai cassé ma biscotte ! »
« Essaie de marcher comme John Wayne, tu descends de cheval, tu t’avances vers le saloon, tu envoies valser la porte et crac ! »

Alors, vous aviez trouvé ? Suite des résultats la semaine prochaine, vous pouvez toujours vous amuser à répondre ici en attendant. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

04/06/2015

6ème album de McCartney : Venus and Mars

musique, Beatles, paul mccartneyUne semaine avant le concert au stade de France et J-1 avant celui de Marseille. Je n’aurai donc pas le temps d’évoquer les 20 albums de Macca, surtout que je ne les possède pas tous. J’achète toujours les CD pour mes proches, et ensuite je m’aperçois que je ne connais même pas les chansons des derniers albums, alors que Paulo va certainement les jouer, c’est ballot.
A chaque date de la tournée, McCartney change un peu sa playlist. Au dernier concert, il a interprété l’une de ses plus mauvaises chansons selon moi, extraite de l’un de ses pires albums. J’ai envoyé un sms à mon frère : « Ça y est Paulo devient sénile. Devine ce qu’il a joué hier, si tu gagnes je t’offre un banco »
Il a trouvé immédiatement : Temporary secretary, de l’album McCartney2. Il va peut-être devenir millionnaire grâce à Macca. Et vous, que pensez-vous de cette chanson électro ? Elle me fait penser à kraftbeurk Kraftwerk...

Mon espoir que McCartney  débute le concert au stade de France par Venus and Mars et Rock show s’amenuise donc. Il va sûrement encore choisir un air aussi pourri qu’Hello Goodbye (on tient les paris ?) Ces deux chansons sont pourtant parfaites pour commencer un concert, comme on le voit dans la tournée de 1976 en lien, vous ne trouvez pas ? Le rythme d’abord lent, puis énergique… Et les paroles adéquates :

Sitting in the stand of the sport Arena
Waiting for the show to begin…

Et Rock show et ses ruptures de ton (j'adore le final au piano) :

What's that man movin' cross the stage? 
It looks a lot like the one used by Jimmy Page 
Its like a relic from a different age 
Could be, oo hee !

If there's Rock Show 
At the concertgebow 
They're got long hair at the Madison Square 
You've got rock and roll at the Hollywood Bowl, 
We'll be there, Oh yeah !

The lights go down - they're back in town, O.K
Behind the stacks, you glimpse an axe 
The tension mounts, you score an ounce olé! 
Temperatures rise as you see the white of their eyes !

Macca, fais-moi confiance, écoute-moi, commence par Venus and Mars et Rock show. Comme tu débutes l’album de 1975 par ces chansons.
Le disque continue avec une mélodie que je trouve jolie et romantique (peu d’espoir qu’il la joue). Love in song :
My heart cries out for love
And all that goes with loving
Love in song, love in song
My, you’re so fine, when love is mine
I can’t go wrong, Love in song

I can see the places that we used to go to now
Happiness in the homeland

My eye cries out, a tear still born
Misunderstanding
Love in song, love in song

Avec You gave me the answer, McCartney rend hommage au music-hall et à son père qui appréciait ce genre. Comme il le faisait aussi du temps des Beatles à travers When I’m sixty four et Honey pie (mémé Papillote adore cette dernière).

La face A se termine par une chanson que j’aime beaucoup, Letting go. Mon meilleur ami à la fac la détestait. On avait eu une longue discussion à ce sujet, avec de puissants arguments :
« elle est nulle cette chanson ! – N’importe quoi, elle est super ! - Comment tu peux aimer une daube pareille ?  - T’es vraiment trop con !!! » (J’aime me disputer sur des sujets essentiels.) On était tous les deux très fans de McCartney, mais bizarrement on n’aimait rarement les mêmes chansons (et donc on débattait s’engueulait beaucoup). Peut-être parce que comme tous les hommes, il venait de Mars, et moi... du royaume des chats ? (j'ai aidé une dizaine de chats abandonnés ou blessés comme dans le film, pourtant jamais le prince des chats ne m'a demandé de l'épouser, je ne comprends pas) Après des années sans nouvelles, je suis tombée nez à nez avec mon ami aux deux derniers concerts de Bercy, sur 17 000 personnes. Allons-nous réitérer au milieu de 82 000 fans ? (on tient les paris, bis ?)
Mon pote préférait la chanson Listen to what the man said qui est sortie en single comme Letting go. Je ne l’apprécie pas spécialement, à cause du saxo.
Dans les bonus de la réédition de 1973, j’aimais bien jouer au piano (du temps où j’avais tous mes doigts) Lunch box/ odd sox.

Et vous, quelles chansons préférez-vous ? Letting go ou Listen to what the man said ? On tient les paris ?

Chansons de l’album Venus and Mars :
Venus and Mars
Rock show
Love in song
You gave me the answer
Magneto and titanium man
Letting go
Face B :
Venus and mars (reprise)
Spirits of ancien Egypt
Medicine jar
Call me back again
Listen to what the man said
Treat her gently / Lonely old people
Crossroads theme
Bonus :
Zoo gang
Lunch box odd sox
My carnival

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

01/06/2015

Laissez parler les petits papiers

papillotes en chocolat de noël,quiz cinémaRecord battu, vous pouvez m’inscrire dans le Guiness : hier, à 23h59 exactement, j’ai fini ma dernière papillote de l’année. Oui, un chocolat de noël, 5 mois après les fêtes !
Les papillotes se périmaient le 31 mai. On ne sait jamais, à minuit pile, elles pouvaient se transformer en citrouille. A 23h55 j’ai donc englouti 18 chocolats à la suite. Non en fait il ne m’en restait qu’un seul. Avant de l’ouvrir, j’ai songé : « les citations qui seront à l’intérieur seront le reflet de la fin de l’année. » Les voici :
« Hâte-toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie » Sénèque
« Expérience : nom dont les hommes baptisent leurs erreurs. » Oscar Wilde.

C’est marrant car les dernières papillotes de 2014, j’en ai parlé ici lorsque j’expliquais l’origine de ma bannière, révélaient :
« Apprends à vivre comme si tu devais vivre pour toujours et vis comme si tu devais mourir ce soir » (proverbe tibétain)
« Toute ascension vers un endroit merveilleux se fait par un escalier en spirale  » (Francis Bacon)
Quasiment les mêmes enseignements ! C'est un signe je vous dis !

Récemment, alors que j’étais en train de manger une papillote et de déposer la citation sur le clavier de l’ordinateur du boulot, une collègue s’exclame :
« Ah ! C’est toi !!
- Scronch ? (la bouche pleine de chocolat)
- C’est toi qui déposes ces petits papiers sur les bureaux ! On en trouve partout depuis des mois, je ne savais pas d’où ça venait !
- Petits papiers ?! Les précieuses citations de mes papillotes chéries ? Excuse-moi de vouloir éclairer mes collègues de leur infinie sagesse…
- Je pensais que quelqu’un me laissait des mots doux… oui, parfois c’était des mots d’amour…
- Non, ce n’est pas l’amour, qui fait les histoires d’amour, ce n’est pas ça toujours, on peut aimer oui sans amour… (chanson Polnareff quotidienne)

papillotes en chocolat de noël, quiz cinémaJe relis les citations (lorsque je les laisse sur les postes de travail, je les recopie avant dans mon agenda) :
26 janvier : « L’amour le plus discret laisse par quelques marques échapper son secret » Jean Racine
9 février : « Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout » Guy de Maupassant
16 mars « La séduction suprême n’est pas d’exprimer ses sentiments. C’est de les faire soupçonner. » Barbey d’Aurevilly
15 avril : « C’est impossible dit la fierté. C’est risqué dit l’expérience. C’est sans issue dit la raison. Essayons murmure le cœur. » William Arthur Ward
30 avril : « La rose n’a d’épines que pour celui qui veut la cueillir » proverbe chinois

Oh là là. Je vais vérifier le planning, regarder qui était présent au travail ces jours-là, et constater que mes 40 collègues pensent avoir un amoureux secret…

Les autres citations de papillotes que j’ai notées et laissées sur les bureaux :
« Le bonheur ne vient pas à ceux qui l’attendent assis » Baden-Powell
« L’intérieur de l’homme est un cadenas dont la langue est la clef » Proverbe malien
« L’art d’être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l’art de réussir » Napoléon Bonaparte
« N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez-là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace. » Ralph Waldo Emerson
« La science décrit la nature, la poésie la peint et l’embellit. » Georges-Louis Leclerc de Buffon
« La musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots » Wagner

papillotes en chocolat de noël, quiz cinémaJ’ai surpris mon collègue des chansons « découverte de radio nostalgie » en flagrant délit. Il donnait l’une de mes papillotes au chef.
- Aaah mais qu’est-ce que tu fais ! Sacrilège ! Tu te débarrasses de mes papillotes que je t’ai offertes gentiment ! T’as qu’à dire que tu t’en fous ! Je ne te donnerai plus jamais rien ! Tu peux crever de faim !!
- Tu vas pas nous faire un fromage pour un pauvre chocolat !
- Un pauvre chocolat, une papillote ? Blasphème ! Tu ne sais pas ce que tu dis ! (effectivement, il ne connaît pas l’existence du blog et de mon pseudo, heureusement). Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! Si au moins tu partageais mon précieux avec tes proches, même ton chat, si tu partageais ton pain avec tes disciples, mais non, avec le chef ! Mécréant ! Judas ! Traître ! »

Evidemment je n’ai pas dit tout ça, sinon il allait me prendre pour une illuminée. Mais j’ai quand même sorti la première phrase, et je ne lui ai plus offert de papillotes, na !

A propos de papillotes qui se méritent, je me souviens à l’instant du fameux quiz sur mes comédies françaises préférées, grâce auquel certains ont pu gagner mes précieuses papillotes… Je vous dévoile enfin les réponses d’ici une semaine… vous n’êtes pas pressés, le quiz ne date que du 4… janvier… Vous pouvez toujours jouer dans les commentaires d’ici là, « pour le plaisir » comme dirait Herbert.

Laissez parler les petits papiers
A l’occasion papier chiffon
Puissent-ils un soir papier buvard
Vous consoler

Et vous, quelle citation de papillote vous parle le plus ?

Photos extraites de l'hilarant tumblr "laissez parler les petits papiers"

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

29/05/2015

5ème album de McCartney : Band on the run

band on the run.jpgComme prévu j’ai remplacé au boulot les chansons « découverte de radio nostalgie » par du McCartney. Mon collègue qui n’a décidément aucun goût n’a pas aimé. Vexée comme un pou sur la tête d'un chauve, j’ai boudé comme dans la cour de récré : « T’es plus mon copain ! Je te causerai plus jamais !! » Mais j’ai vite compris que c’était un soulagement pour lui. J’ai donc décidé de relever un cran au-dessus : je suis passée à deux chansons par jour, Polnareff et Paulo. Et maintenant… je chante.
« - Qui a tué grand-maman, est-ce le temps où les hommes, qui n’ont plus le temps de passer le temps ?
- C’est moi ! C’est moi qui l’ai tuée ! Et je vais t’achever toi aussi !!
- Le con de collègue, a tué grand-maman, et changé ses fleurs en marteau piqueur… Papillote pour chanter, ne trouve que des chantiers, est-ce pour cela que l’on te pleure ?
- Je te regretterai pas moi je t’assure… 

The grand old painter died last night, his paintings on the wall
Before he went, he bade us well,
And say goodnight to us all
Drink to me, drink to my health
You know I can’t drink anymore… 
- Bon débarras ! »

Cette dernière chanson, Picasso's last words (drink to me), est extraite de Band on the run. Il est l’album préféré des critiques, classé numéro un lors de sa sortie en 1973, six mois après Red Rose speedway.
On y trouve le tube qui ouvre le disque et en donne son nom. Comme toujours Macca le proposera forcément au stade de France, et il l’a joué lors du concert mythique à l’Olympia (1500 personnes, j’étais à 10 mètres de Paul, alors qu’on sera 82 000 au stade de France et que je serai au fond du stade). Je vous ai déjà révélé que lorsque j’ai reconnu à l’Olympia les premières notes de Band on the run, j’ai couiné comme une midinette, et Macca s’est interrompu « faut arrêter, on est filmé » (je traduis en gros). Il a repris la chanson mais j’ai quand même re-miaulé. La preuve en lien ici. Comme vous pouvez le constater on entend très bien au début mes deux cris suraigus isolés (mémé et son train de retard). J’aime partager mes moments de honte.

Je préviens donc les spectateurs du stade de France : je vais vous bousiller les tympans. En plus je broie les bras de mes voisins quand je reconnais mes chansons préférées. Je m’étais rendue seule à l’Olympia (personne n’avait voulu faire la queue à 6 heures du mat dehors par 3 degrés en plein hiver avec moi, je ne comprends pas !) mais après 10h30 d’attente j’ai forcément fini par sympathiser avec des gars. Ils gardent certainement à vie la trace de mes griffes incrustées dans leurs biceps. En plus, ils m’ont parfois portée sur leurs épaules pour que je puisse passer devant la caméra de Canal+ et voie mieux la scène…
Conclusion : venez avec moi au stade de France, vous n’allez pas le regretter. Mon-collègue-qui-n’a-aucun-goût ne veut pas se déplacer, mais j’en ai convaincu d’autres, viendez tous, on louera un car ! Band on the run !

L’album enchaîne avec Jet, un autre tube qui met la pêche, souvent joué par Macca en concert. Puis il continue avec une chanson plus douce que j’aime bien fredonner, Bluebird :
Late at night, when the wind is still 
I'll come flying through your door, 
And you'll know what love is for
I'm a bluebird

La face A se termine par un slow que j’apprécie beaucoup aussi, Let me roll it :
I can’t tell you how I feel
My heart is like a wheel
Let me roll it, let me roll it to you !

Je suis moins fan de la face B, mais l’album se conclut par une chanson que je trouve géniale, que Macca a interprété la dernière fois à Bercy, et j’espère qu’il va réitérer : 1985. Je ne parviens pas à la jouer au piano (voir billet précédent) mais mon frère peut et je l’accompagne au chant.

Sur la pochette de l’album, on peut reconnaître dans le groupe en fuite l’acteur Christopher Lee (Dracula, Saroumane dans Le seigneur des anneaux, Dark Tyranus dans Star Wars).

Alors, vous rejoignez la bande à Basile ou pas ?

Chansons de l’album Band on the run :
- Band on the run
- Jet
- Bluebird
- Mrs Vandebilt
- Let me roll it
Face B :
- Mamunia
- No words
- Picasso’s last words (drink to me)
- Nineteen hundred and eighty five
Bonus :
- Helen Wheels
- Country dreamer

 

Rendez-vous sur Hellocoton !