Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2015

Les films coups de cœur et les navets du mois

lunchbox.jpgCoups de cœur Canal + :

- The lunchbox de Ritesh Batra

A Bombay, un employé de bureau taciturne depuis la mort de sa femme, reçoit par erreur le repas d’un autre, confectionné par une épouse délaissée. Les deux âmes solitaires et résignées correspondent par petits papiers placés dans la gamelle. Ils vont peu à peu reprendre espoir et s’ouvrir. Un joli film.

- Tel père, tel fils de Hirokazu Koreeda

Deux enfants ont été échangés à la naissance. L’un vit dans une famille aisée dont le père est absent et trop exigeant, l’autre avec des personnes modestes mais chaleureuses. Le même scénario que La vie est un long fleuve tranquille, mais pas du tout le même traitement ! Dans ce drame, il paraît évident aux protagonistes japonais que les enfants doivent retourner dans leur famille originelle. Car ce qui compte, c’est le lien du sang. On arrache donc à leur foyer sans aucune explication (!) des mômes de 6 ans déjà (!), pour les emmener dans une nouvelle famille inconnue. Les parents, enfin ceux qui ont élevé pendant six ans des mioches qui ne sont pas les leurs, n’ont pas l’air chagriné plus que ça… C’est moi où ils sont tarés ? T’as élevé un gosse en pensant que c’était le tien, ben tu l’aimes et tu le gardes ! mais en lui laissant fréquenter ses vrais parents évidemment, le gamin aura deux familles comme ça, tout bénef.

Navet Canal + :

- Le cœur des hommes 3 de Marc Esposito

Le cœur sec des beaufs misogynes. Consternant, je n’ai pas tenu jusqu’à la fin.

Et vous, appréciez-vous ces films ?

 

 

06/04/2015

Les documentaires du mois : Le docteur Petiot, l'aventure du Vasa et Vladimir Cosma

vasa.jpgCoups de cœur :

- L’aventure du Vasa, Stockholm, 1628

Roi de Suède : « construisez le plus grand et le plus beau navire de guerre jamais vu, avec une poupe immense, des centaines de sculptures et dorures qui impressionneront nos ennemis. Je vais gagner la guerre de 30 ans, je vais conquérir le monde, tremblez devant moi ! Vas-y Vasa ! » Le jour de l’inauguration en grande pompe devant la foule en liesse, le bateau instable, trop lourd, coule dans le port au bout de 200 mètres, au premier souffle de vent. Impressionnant effectivement. Les ennemis ont dû bien rigoler. Les marins morts dans le naufrage et leurs familles affamées restées sur la terre ferme, beaucoup moins. 300 ans après, l’épave est localisée et remontée à la surface, révélant des objets et un précieux témoignage sur la vie de l’époque. Très instructif. (documentaire à voir en lien)

 - L’ombre d’un doute : le docteur Petiot

Cette histoire m’a toujours fascinée, enfant j’ai vu le film avec Michel Serrault. Pendant l’occupation en 1944, des parisiens sont incommodés par une odeur pestilentielle se dégageant d’une cheminée. Sur les lieux, les pompiers découvrent des corps dépecés et d’autres incinérés dans un poêle. La maison appartient au docteur Petiot. Ce dernier arrive chez lui à bicyclette, et devant les policiers se fait passer pour son frère. Il leur explique qu’il est en fait résistant, et que ces corps sont ceux de nazis. Les flics le laissent repartir tranquillement. Sa cavale dure 7 mois, pendant laquelle il s’engage sous un faux nom comme médecin dans les toutes nouvelles FFi.
Le docteur Petiot laissait espérer à des familles juives qu’il les aiderait à rejoindre l’Argentine et sauverait ainsi leurs vies. En réalité, il les dépouillait de leurs biens, et vous savez ce qu’il faisait des corps... Il est condamné à la guillotine pour 27 meurtres, mais il en revendique 63. (documentaire à voir en lien)

A voir :

- Vladimir Cosma, tout pour la musique

Il a composé des centaines de bandes originales de films, lui-même ne peut plus les compter. Des titres ultra célèbres comme La boumRabbi Jacob, La chèvreLe grand blond avec une chaussure noire… Et le mec reste modeste et simple. Toujours guilleret et alerte à bientôt 75 ans (on fêtera son anniversaire le 13 avril). Chapeau l’artiste. Je l’ai vu en concert au grand Rex, avec 75 musiciens et autant de choristes. Grandiose, vous pouvez voir les extraits en lien. J'étais émue pendant Le château de ma mère et pendant La septième cible. Sur trois heures de spectacle, j’ai constaté que je connaissais toutes ses chansons : Vladimir Cosma fait vraiment partie de la mémoire collective.

Pourquoi pas :

- Les vrais Hannibal Lecter
On n’a pas envie de les connaître…

Et vous, avez-vous vu ces documentaires ? Quelle chanson de Vladimir Cosma préférez-vous ?

 

 

05/04/2015

Bilan "je suis culturée" de février

nouveaux sauvages.jpgUn jour je serai à l’heure ! En février, l’hibernation continuait, le chat noir n’est pas sorti. Mais comme ça, j’ai beaucoup plus écrit ! Maintenant c’est le printemps (enfin il paraît, il pleut depuis trois jours) on est passé à l’heure d’été, je peux remettre les pattes dehors.

6 films au cinéma :

 Coup de cœur :
Les nouveaux sauvages de Damian Szifron

A voir :
Toute première fois de Noémie Saglio
Papa ou maman de Martin Bourboulon

Pourquoi pas :
The voices de Marjane Satrapi
It follows de David Robert Mitchell

Bof bof :
Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador

22 films à la télé :

Coups de cœur Canal + :
The lunchbox de Ritesh Batra
Tel père, tel fils de Hirokazu Koreeda

Navet Canal + :
Le cœur des hommes 3 de Marc Esposito

4 séries :

Coup de cœur :
- The americans saison 3

- The driver saison 1
- Burning love
- Veep

4 documentaires :

Coups de cœur :
- L’aventure du Vasa, Stockholm 1628
- Le docteur Petiot, l’ombre d’un doute 

- Vladimir Cosma, tout pour la musique
- Les vrais Hannibal Lecter 

 

15/02/2015

Bilan "je suis culturée" de décembre

hello ladies.jpgOui, on est en février, et alors ? J’ai jamais dit que ma bonne résolution de l’année était d’arrêter la procrastination hein (ah, si…)
En décembre, il faisait trop froid, le chat a entamé une hibernation. Puis j’ai vu beaucoup de spectacles pas terribles qui m’ont coupé l’envie de ressortir :

3 pièces de théâtre :

 - Le roi se meurt  d’Eugène Ionesco, avec Michel Bouquet
Mais achevez-le qu'on en finisse! Voir mon billet en lien.
- Lisa, La comédie Saint Michel
Mona Lisa est volée par un blaireau inculte. Mais le tableau parle. Choc des cultures, humour un peu lourd, facile. Très bof et beauf. La comédienne est super, on ne peut pas en dire autant de l’acteur…
- Ni Dieu ni diable avec Lou de Laâge, Théâtre Le lucernaire
Réflexion d’1h30 sur la religion… Qu’est-ce qu’on est venu faire ici ? On ne pouvait même pas partir, la salle était minuscule, la représentation filmée et le metteur en scène assis à côté de nous…

 2 séries :

Coup de cœur :
télé,cinéma,théâtre,sorties à parisHello ladies de Stephen Merchant
De gros losers cherchent l’amour à Los Angeles. Ils draguent des mannequins inaccessibles et décérébrées, alors que des filles « normales » sont devant eux… Le héros et scénariste est Stephen Merchant, le créateur avec Ricky Gervais de l'excellente série The office. Cette dernière évoque sous forme de faux documentaire le quotidien burlesque de bras cassés dans leur entreprise. La version anglaise reste la meilleure, mais l’américaine est très bien aussi, et même la française, avec François Berléand, se défend. 

Working girls, la grande évasion
Autre série sur le monde du travail, mais beaucoup moins fine. Dans  ce téléfilm de noël, les ex employées se retrouvent en prison après avoir séquestré leur patron qui tentait de délocaliser l’entreprise. Plusieurs références, Papillon, Les évadés d’Alcatraz, La grande évasion… Les pintades s’enfuient et c’est très drôle. Chicken run.

3 films au cinéma :

Coup de cœur :
télé,cinéma,théâtre,sorties à parisCold in july de Jim Mickle 
J’ai honte, je n’ai pas pris le temps d’écrire un billet dessus. Pourtant il fait partie de mes films préférés de 2014, avec une musique électro 80 qui rappelle Kavinsky (Drive), et un acteur au top, Michael C. hall (Dexter, Six feet under♥♥♥)

La French de Cédric Jimenez (voir mon billet en lien)
Eden de Mia Hansen-Love 
Ennui devant ce film que j’ai trouvé pompeux.

26 films à la télé :

Coup de cœur Canal + :
A touch of sin de Jia Zhang Ke  

concerts :

- Ezechiel, Le Bataclan
- Marc Jolivet, Comic Symphonic

3 one man show :

Coup de cœur :
- Jarry, atypique Théâtre L’européen jusqu’au 25 avril

- Léa Lando, elle tue
- Complètement à l’ouest, Frédérique Quelvenn, auteur Pierre-Emmanuel Barré

 4 expos-musée :

- Mayas, musée du quai Branly
- Baccarat, la légende du cristal
- Musée Delacroix
- Musée du compagnonnage

 Et vous, qu'avez-vous vu dernièrement?

 Je rappelle que jusqu'à mercredi 20 h, vous pouvez gagner des places pour Vincent n'a pas d'écailles.

 

22/01/2015

Les Gérard de la télé 2014

gérard de la télé, télé, chansons françaises, j'écoute des chansons de vieux« Tiens, bonjour, salut, dis-moi comment vas-tu ?
Depuis le temps que l’on ne s’est pas vu
Tu sais, crois-moi, je ne t’attendais plus… »

J’ai écrit que j’étais en deuil et en grève et que je reviendrai lorsqu’on me chantera Hervé Vilard : « reviens, on va vivre la main dans la main, l’aventure avec toi c’est si bien »
J’attends toujours. En prime je réclame la même chemise à fleurs et le même regard de chien battu que l'on voit dans le clip. (cliquez, vous verrez)
Le mercredi 7, j’avais programmé un texte sur noël et mon jour de l’an au milieu de fans de One direction. Bizarrement, il m’a semblé un peu... décalé avec l’actualité. Déjà que mémé avait toujours son éternel train de retard, les fêtes étant passées depuis 15 jours…
Dans ma cambrousse, la livraison du dernier Charlie Hebdo a été volée. On rigole bien dans mon trou perdu.
Je n’ai pas pu écrire sur le sujet. Je n’ai pas de mots, et tout a été dit.
Je n’ai pas pu écrire ensuite, mais là, un incontournable papillotien m’a redonné l’envie d’avoir envie : les fameux Gérard de la télé.
Je vous garde au frais mon texte sur le réveillon, je le ressortirai à Pâques. Avec mon best of des films de 2014. Et le résultat du quiz comédies françaises.

Dans le palmarès des Gérard, 3 parpaings mérités pour Cyril Hanouna (qui n’est pas content-content) et deux pour sa collègue de Touche pas à mon poste, Enora Malagré. Deux également pour Natacha Polony. Comme d’habitude, je ne regarde pas ces émissions, que je connais seulement de « réputation ». Si je passe mon temps devant la télé, c’est surtout pour regarder des films et séries (j’en ai enchaîné huit en janvier, je vous en parle en 2028)

Gérard du paradoxe :
- Il demande à ses invités de se calmer : Christophe Hondelatte dans "Hondelatte direct" 
- Elle présente un magazine culturel : Alessandra Sublet dans "Un soir à la Tour Eiffel" 
- Elle juge des musiciens : Cathy Guetta dans "Rising Star" 
- Il essaye d'insuffler de la bonne humeur, une ambiance détendue et un sentiment de camaraderie : William Leymergie dans "Télématin" 

J’adore le dernier intitulé. Ils étaient tous parfaits mais c’est Alessandra Sublet qui remporte le prix.

Gérard du titre d'émission qui définit sans doute le mieux la sexualité de son animateur :
- Jean-Luc Reichman dans "Les 12 coups de midi"
- Nikos Aliagas dans "50 mn inside"
- Harry Roselmack dans "7 à 8"
- Frédéric Lopez dans "Rendez-vous en terre inconnue"
- Xavier de Moulins dans "66 minutes"
- Michel Drucker dans "Vivement dimanche"
- Frédéric Taddéï dans "Ce soir (ou jamais) !"

Nikos Aliagas.  La seule émission de cette liste que j’ai regardée, c’est Vivement dimanche pour les 80 ans de Belmondo. Elle réunissait Bebel♥, Jean-Pierre Marielle♥♥, Rochefort♥♥♥… et d’autres gens de mon âge.

Gérard de l'animatrice qui avait toutes les qualités pour vendre du poisson à la criée, mais qui a préféré vendre de la soupe à la télé :
gérard de la télé, télé, chansons françaises, j'écoute des chansons de vieux- Enora Malagré, dans "Touche pas à mon poste" 
- Faustine Bollaert, dans "Rising star"
- Alessandra Sublet, dans "Un soir à la Tour Eiffel"
- Daphné Burki, dans "Le Tube" 
- Daniela Lumbroso dans "La fête de la chanson française" 

Enora Malagré. « Elle gueule mon vieux ! On dirait une poissonnière de Ménilmontant ! »

Gérard de l'animateur que tu ne pourrais pas expliquer à tes gosses :
- Eric Zemmour : « Non mon trésor, ce n'est pas Gargamel. »
- Jean-Marc Morandini : « Mais non mon loulou, ce n'est pas l'âne Trotro. Par contre oui, ce sont ses dents. »
- Roselyne Bachelot : « Non, ça chéri, ce n'est pas Shrek. »
- Patricia Loison : « Non ma puce, elle n'est pas la chef des lémuriens dans Madagascar. »
- Alessandra Sublet : « Non mon roudoudou, elle répète trois fois la même chose mais ce n'est pas Dora l'exploratrice. »
- Aymeric Caron : « Non mon petit cœur, il est végétarien et il mange des carottes mais ce n'est pas Lapin crétin. »

Morandini, l’âne Trotro, l’âne Trotro, trop trop rigolo.

Gérard de l'émission avec des sans-dents :
- "Confessions intimes" (NT1)
- "SOS ma famille a besoin d'aide" (NRJ12)
- "Tous ensemble" (TF1)
- "Toute une histoire" (France 2)
- "L'amour est dans le pré " (M6)

Confessions intimes. Jamais regardé ces programmes. Je ne rate rien je suppose…

Gérard de l'émission qui montre une telle image des jeunes que quand tu l'as vue une fois, tu reprends direct la pilule. Et deux capotes.
- "Les Ch'tis dans la jet-set" (W9)
- "Les Marseillais à Rio" (W9)
- "Les anges de la télé-réalité" (NRJ12)
- "Secret Story" (TF1)
- "Tellement vrai" (NRJ12)

Les Ch’tis. Pareil, jamais vu.

Gérard de l'animatrice qui n'a visiblement pas couché pour réussir :
- Patricia Loison dans "Le Grand Soir 3" (France3)
- Natacha Polony dans "Le Grand journal" (Canal+)
- Roselyne Bachelot dans "Le Grand 8" (D8)
- Daphné Burki dans "Le Tube" (Canal+)

Polony. C’est vrai qu’elle aussi peut chanter  « je je, suis érotique, je suis un glaçon, je je, suis sympathique, comme une porte de prison »

Gérard de l'animateur qui a visiblement dû réussir pour coucher :
gérard de la télé, télé, chansons françaises, j'écoute des chansons de vieux- Cyril Hanouna dans "Touche pas à mon poste" 
- Stéphane Bern dans "Comment ça va bien" 
- Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché" 
- Yves Calvi dans "C dans l'air" 

Cyril Hanouna. C’est pas bien de se moquer du physique, mais il le mérite tellement cet arrogant.

Gérard de l'animateur qui devrait maintenant arrêter de faire ses teintures en douce dans un petit salon de province :
- Jean-Pierre Foucault et son Régécolor nuance châtaigne craquante
- Laurent Delahousse et son mèche et balayage Schwarzkopf blond californien perlescent
- Guillaume Durand et son Tie and dye Préférence L'Oréal reflets auburn sensationnel
- Thierry Ardisson et son Expresso sensuel et chocolat radieux n°6

Jean-Pierre Foucault. Il paraît que plus de 60 % des femmes se teignent les cheveux. Je ne l’ai fait qu’une seule fois, et ça ne se voyait pas car j’ai choisi ma couleur naturelle (j’ai donc appris que je suis châtain doré, mais mon coiffeur me voit blond cendré avec des reflets roux, après on dit que c’est moi la daltonienne hein). Pourquoi se teindre alors ? Car l’ammoniaque contenu dans les teintures éloigne les poux, et à l’époque les 4 gamins que je gardais en étaient infestés... Ça n’a pas fonctionné, mais grâce à ça, 82 000 personnes ont pu me valider une Vie De Merde. La consécration, j’ai donc réussi ma vie.

Gérard de l'émission où t'es sûr de ne pas tomber sur Eric Zemmour en promo :
- "Les reines du shopping" (M6)
- Toutes les émissions de France Ô
- "Islam, les chemins de la foi" (France 2)

Gérard de l'émission qui est comme ta femme après quinze ans de mariage, tu la regardes plus, mais le soir, t'es content qu'elle soit là :
- "Le 19/20" (France 3)
- "Capital" (M6)
- "Zone interdite" (M6)
- "Thalassa" (France 3)
- "Envoyé spécial" (France 2)

Gérard de l'animateur qui a tellement réussi à squatter les programmes de sa chaîne qu'il va devenir encore plus difficile à déloger que l'Etat Islamique en Syrie :
- Nikos Aliagas dans "The Voice", "50 mn inside", "C'est Canteloup", "NRJ music awards" (TF1)
- Cristina Cordula dans "Les reines du shopping", "Cousu main", "Nouveau look pour une nouvelle vie", "Surprise" (M6)
- Stéphane Bern dans "Comment ça va bien", "Secrets d'histoire", "C'est votre vie", "Le village préféré des Français", "Le monument préféré des Français", "Le jardin préféré des Français" (FR2)
- Cyril Hanouna, 22 heures par jour (D8)

Gérard de l'émission qui fait les poubelles de Closer, BFMTV et même NRJ 12 pour faire de l'audience, mais qui se la joue branchée haut de gamme parce qu'elle est sponsorisée par Chanel et que son animateur est habillé en Dior Homme. Bref, Gérard de l'émission de Canal+ :
- "Le Before", avec Thomas Thouroude
- "L'Edition spéciale", avec Ali Baddou
- Le Grand journal", avec Antoine de Caunes

De Caunes. Il est loin le temps de Nulle Part Ailleurs et de Didier l’embrouille…

Gérard de l'émission où toutes les enquêtes sont confiées au SRPJ de Versailles :
- "Au cœur de l'enquête" (D8)
- "90' enquête" (TMC)
- "En quête d'actualité" (D8)
- "Enquête exclusive" (M6)
- "Enquête d'action" (W9)

Gérard de l'émission où on a beau chercher, les stars, bah elles sont que dans le titre :
-  "Rising Star" (M6)
- "Nouvelle Star" (D8)
- "Danse avec les stars" (TF1)

Gérard de la grosse descente :
- Alexandre Devoise, de "Nulle Part ailleurs" (C+) au "Téléshopping" (TF1)
- Estelle Denis, de "100% Mag" (M6) à "Splash" (TF1) au tirage du Loto (TF1)
- Guillaume Durand, de "Nulle part ailleurs" (C+) à "200 millions de critiques" (TV5 Monde)
- Christophe Dechavanne, de "Ciel mon mardi" (TF1) à "Drôles d'animaux" (TMC)

Estelle Denis. Il est revenu Dechavanne ? Je le regardais quand j’étais petite dans Ciel mon mardi et Coucou c’est nous, ça fait quand même plus de 20 ans… Coup de vieux.

Gérard de l'émission de France 5 qui s'appelle C :
- "C dans l’air" (France 5)
- "C politique" (France 5)
- "C à dire" (France 5)
- "C à vous" (France 5)

Cad. Titres visiblement inventés par des ados kikou lol mdr

Gérard de l'animateur qui est allé travailler sur la TNT parce que tu vois, dans un paysage en pleine mutation, la TNT c'est la télé 3.0 de demain, c'est à la fois numérique et terrestre... Et surtout parce que ça repousse à après-demain le chômage.
- Christophe Dechavanne (TMC)
- Julien Courbet (D8)
- Laurence Ferrari (D8)
- Carole Rousseau (TMC)
- Benjamin Castaldi (D8)

Gérard du Delahousse :
- Vincent Cerutti (TF1)
- Nikos Aliagas (TF1)
- Harry Roselmack (TF1)
- Xavier de Moulins (M6)
- Laurent Delahousse (France 2)

Gérard de l'animatrice à qui tu ne dirais pas non pour un petit châtiment corporel :
gérard de la télé, télé, chansons françaises, j'écoute des chansons de vieux- Marie Drucker (France 2)
- Natacha Polony (Canal+)
- Léa Salamé (France 2)
- Anne-Sophie Lapix (France 5)

Polony. Ben faudrait savoir ? Elle n’a « visiblement pas couché pour réussir » ou pas ? 

Gérard de l'accident industriel :
- "The Best, le meilleur artiste", avec Estelle Denis (TF1)
- "Y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis", avec Valérie Damidot (M6)
- "L'émission pour tous", avec Laurent Ruquier (France 2)
- "The Cover", avec Cyril Hanouna (D8)
- "Face à la bande", avec Jérémy Michalak (France 2)
- "Rising Star" avec Faustine Bollaert et Guillaume Pley (M6)

Rising star. Ces émissions existent réellement ? Jamais entendu parler. Tant mieux.

Gérard de l'animatrice :
- Enora Malagré dans "Touche pas à mon poste" (D8)
- Sandrine Corman dans "Must célébrités" (M6)
- Karine Ferri dans "The Voice" (TF1)
- Alessandra Sublet dans "Un soir à la Tour Eiffel" (France 2)
- Faustine Bollaert dans "Rising Star" (M6)

Malagré, mérité.

Gérard de l'animateur :
- Cyril Hanouna dans "Touche pas à mon poste" (D8)
- Jérémy Michalak dans "Face à la bande" (France 2)
- Antoine de Caunes dans "Le Grand journal" (C+)
- Laurent Delahousse dans "Un jour un destin" (France 2)
- Frédéric Lopez dans "Rendez-vous en terre inconnue" (France 2)

Hanouna, il le vole pas (je fais des rimes, c’est la frime)

Et vous, êtes-vous d’accord avec ce palmarès ?

Quiz On connaît la chanson : quatre titres et leurs interprètes sont à retrouver dans ce texte, qui sont-ils ? Une citation de film également (il me reste des papillotes à faire gagner…)

 

07/12/2014

A la télé cette semaine : Drive, Intouchables, Les temps modernes...

drive ryan.jpgN’oubliez pas de jouer pour remporter la bande originale du film La French.

A la télé ce soir, un film avec une formidable musique aussi : Drive à 22h30 sur France 4, et le tube Nightcall de Kavinsky. Ryan Gosling♥ interprète un homme énigmatique, cascadeur le jour et chauffeur pour braqueurs la nuit. Il tombe amoureux de sa voisine (Carey Mulligan, qu’est-ce qu’elle a de plus que moi). Avec elle, il est doux et galant. Mais il ne peut révéler sa vraie identité et la belle est mariée à un taulard… Un film envoûtant, où romantisme et violence extrême se confondent (la scène de l’ascenseur).

intouchables.jpegA 20h50 sur TF1, l’inévitable Intouchables d’Olivier Nakache et Eric Tolédano, dont le film Samba est actuellement en salles. Tout le monde connaît l’histoire et les blagues « pas de bras, pas de chocolat ». Un paraplégique aisé et cultivé (François Cluzet) prend comme assistant un jeune de banlieue (Omar Sy). Les deux hommes que tout oppose vont devenir amis. Une comédie touchante.

temps modernes.jpgA la même heure sur LCP, autre comédie sociale, mais plus marquée : Les temps modernes de Chaplin. Charlot est le mouton noir de son entreprise, il fait dérailler les machines de l’usine… Presque 80 ans après, le film porte toujours bien son nom. On s’échine autant dans un travail déshumanisé où seule la performance compte.

aventures robin des bois.jpgLundi sur Arte, Les aventures de Robin des bois : la version de 1938 de Michael Curtiz avec Errol Flynn et sa petite moustache. Délicieusement désuet, un régal pour les enfants et un classique pour les grands.

A la même heure sur France 3, un documentaire sur La French Connection, dont traite justement le film avec Jean Dujardin au cinéma.

elephant man.jpgA minuit 30 ( !!!) France 2 diffuse le chef d’œuvre de David Lynch, Elephant man. Ce film émouvant retrace l’histoire vraie et incroyable de Joseph Merrick, qui vécut en Angleterre dans la seconde partie du 19ème siècle. Il était atteint d’une maladie rare qui déformait atrocement son corps. Ses parents l’abandonnèrent et il se retrouva exposé cruellement dans une fête foraine, où un médecin humaniste le vit et le recueillit. Le pauvre être rejeté, abandonné, fut alors accepté dans les grands salons londoniens par la reine elle-même. « Je ne suis pas un animal »

Mardi sur Canal+, un an après son décès, Mandela, un long chemin vers la liberté, vous pouvez lire mon article ici.

heureux evenement.jpgMercredi, france 4 diffuse Un heureux événement de Rémi Bezançon (Le premier jour du reste de ta vie). Adapté de l’histoire (assez intéressante) d’Eliette Abécassis, le film explique comment une vie de couple idyllique (entre Louise Bourgoin et Pio Marmaï♥) retombe dans la cruelle réalité « lorsque l’enfant paraît ».

Sur Arte, The tree of life de Terrence Malick, questionnement métaphysique et nébuleux sur la création du monde. Palme d’or 2011, pourtant selon moi le film le moins intéressant et le plus confus du réalisateur du Nouveau monde, de La balade sauvage ou des Moissons du ciel

Jeudi, comédie très originale sur TMC, Jean-Philippe. Fabrice (Luchini, excellent) se réveille dans un monde parallèle où son idole Johnny Halliday est inconnue. Impossible à accepter ! Le fan retrouve Johnny, resté modeste  Jean-Philippe Smet, pour le convaincre de devenir la star qu’il doit être. Allumez le feu !

03/12/2014

Le grand soir, une comédie punk

grand soir.jpgA 20h50, Arte programme Le grand soir. Benoît Poelvoorde ♥♥ y incarne « un punk à chien », «Not», du nom gravé sur son front. Il vient traîner dans la zone commerciale où ses parents (la mère Brigitte Fontaine, toujours aussi chtarbée) tiennent une « pataterie » et son frère (Albert Dupontel ♥♥) est vendeur dans un magasin de literie. Ce dernier, qui veut mener une existence classique (il est marié et a un bébé) ne jure que par le confort matériel. Il ne voit pas d’un bon œil la venue du marginal. Pourtant, suite à son licenciement, Dupontel quitte le rang pour suivre la punk-attitude de son frère : rejeter la société de consommation et vivre sa vie comme il l’entend… (voir bande annonce en lien ci-dessous)

Le grand soir est signé par le duo de Groland, Gustave Kerven et Benoît Délépine. Ils ont réalisé ensemble cinq films, dont Near Death Experience, je vous en parlais en lien. Je trouve que Le grand soir est le meilleur. Pour Aaltra et Avida, je n’étais pas habituée à cet univers particulier, cet humour noir et absurde, ces personnages pitoyables. J’ai plus apprécié Louise Michel, avec Yolande Moreau (ex Deschiens) : son patron délocalisant l’usine, elle paie un tueur à gages ridicule (Bouli lanners) pour le faire assassiner. J’ai aussi aimé Mammuth, où Depardieu part à la recherche de ses points de retraite manquants.

grand soir feu.jpgDans Le grand soir, on retrouve l'humour décalé et noir emblématiques des réalisateurs. Dupontel,licencié, le compte en banque vidé par sa femme qui l’a foutu dehors, tente de s’immoler en plein supermarché, devant tous les clients poussant leur chariot, sans que personne ne réagisse. Le film illustre l’individualisme de la société et le repli sur soi en temps de crise. S’il crée un goût de révolte à travers les actes des personnages pour s’en sortir et réveiller les consciences, il ne donne pas vraiment d’espoir.


grand soir not dead.jpgLes réalisateurs utilisent souvent des plans larges afin de montrer l’absence de communication entre les personnages. J’ai éclaté de rire lorsque Poelvoorde tente lamentablement de vanter les mérites de son frère en tendant un C.V trempé à une hôtesse, tandis qu’à l’arrière plan on voit Dupontel crever des ballons un par un (voir l'extrait en lien). 

J’ai vraiment estimé que le film démarrait et devenait drôle lorsque Dupontel se met à péter les plombs. Certaines idées scénaristiques sont même poétiques : les personnages décident d’aller littéralement « droit devant eux » sans dévier de leur chemin pour prendre la route balisée. Ainsi ils traversent un lotissement en escaladant les barrières, rentrant chez les habitants, ressortant par la porte du jardin, tout simplement parce qu’ils vont « tout droit ». 

Comme pour Aaltra, la B.O est signée par Les wampas. On voit un concert du groupe lors du film. Poelvoorde slame au-dessus du public, pensant communier avec lui, mais les spectateurs le portent jusqu’à une poubelle… Comme beaucoup je pense, j’ai découvert les Wampas avec leur fameuse chanson polémique, qui comme toute œuvre censurée provoque inéluctablement l’effet inverse escompté : le public curieux se presse de découvrir l’objet de la discorde. Je parle de la chanson Chirac en prison (« j’attends 2007, c’est mon seul espoir de sortir du brouillard, c’est ma dernière chance, faut que j’aie confiance en la justice française ».) Les Wampas ont ensuite connu le succès avec leur hit Manu Chao. Dans Le grand soir, on entend leur chanson Comme un punk en hiver.
On peut écouter aussi des refrains de Noir Désir ou Brigitte Fontaine : je suis in- inadaptée.

grand soir chien.jpgLa chanteuse a d’abord refusé d'apparaître dans le film, expliquant qu’elle ne voulait jouer qu’une « sorcière dans la forêt ». Les réalisateurs ont alors réécrit le scénario en remplaçant le terme « la mère » par « la sorcière dans la forêt » et Brigitte Fontaine a accepté le rôle !
Autre star du film, le chien bien évidemment ! La même race que celui de The artist, mais pas du tout le même caractère : il a mordu toute l’équipe durant le tournage, envoyant même le premier assistant à l’hôpital. Un vrai punk quoi.

02/12/2014

A la télé ce soir : Lovelace

lovelace.jpgCe soir sur Canal+ cinéma, je vous invite à regarder Lovelace. Comme les fidèles le savent, j’adore les biographies. J’adore les films qui soulèvent des questions sur la nature et la psychologie humaine. Et à ce titre, la vie de Linda Lovelace est fascinante : comment peut-on se laisser manipuler comme ça ? Comment une jeune fille élevée au sein d’une famille stricte et puritaine, se retrouve l’héroïne du film porno le plus connu de tous les temps, Gorge profonde ? Ce dernier rapporta 600 millions, mais l’actrice sur laquelle reposait tout le film ne reçut que 1250 dollars, confisqués par son mari tyrannique et pseudo maquereau…
 
J’avais vu le documentaire Inside deep throat et la vie, la psychologie de Linda Lovelace m’avait très intriguée. J’ai donc beaucoup apprécié ce film de Rob Epstein et Jeffrey Friedman. L’histoire se déroule à la fin des années 60. L’époque baba cool, de libération des mœurs qui commence, est parfaitement retranscrite, dans les fêtes, les décors, les vêtements et jusqu’au grain grossier et la couleur de la pellicule, comme on les utilisait à cette période.
Le film est de façon originale découpé en deux parties : la première, qui montre la version officielle, et la deuxième, l’envers du décor… Je lis peu de critiques, et en tout cas jamais avant d’avoir vu les films ou de publier mon propre avis. Mais en tapant le titre pour trouver une photo, j’ai lu quelques avis en diagonale, qui expliquent que le film ne rend pas justice à la pauvre Linda Lovelace. Alors soit je suis restée focalisée sur l’histoire de manipulation (c’est possible, et je n’ai pas fait un mémoire de recherche sur Linda Lovelace, je n’ai vu qu’un seul documentaire à son sujet) soit ces journalistes ont quitté la salle avant la seconde moitié du film qui révèle le calvaire de l’héroïne ? (j’en ai vu un partir par exemple). 

lovelace acteurs.jpgBien sûr, le film ne peut pas tout raconter et être totalement objectif. Seul le mari est mis en cause, les participants au film porno aident même Linda à se défendre. L’actrice est présentée comme une victime qui n’a vraiment rien vu venir, et on a quand même dû mal à le croire qu'on peut être aussi cruche. C’est seulement 9 ans après la sortie du film qu’elle a annoncé qu’elle avait été forcée, et qu’elle s’est mise à militer contre la pornographie.
On comprend qu’elle a grandi dans une famille très puritaine, qui la rejette quand elle se retrouve enceinte, et la refile au premier gars qui veut bien d’elle. Qu’elle tombe sur un manipulateur pervers charmeur et redoutable qui lui promet protection et monts et merveilles…  Le lent et implacable piège se referme sur elle. Quand elle constate son erreur, la culpabilité et la honte l’empêchent de révéler ses tourments à ses proches et elle préfère s’en éloigner : elle se retrouve donc seule face à son bourreau et s’enfonce dans son martyr.

Je salue d’ailleurs l’impressionnante performance de l’acteur Peter Sarsgaard, charismatique et glacial. Linda Lovelace est interprétée par Amanda Seyfried, qui abuse un peu de ses grands yeux globuleux moches pour faire la niaise, et de sa grande bouche (forcément) pour minauder et se mordre les lèvres (cette suggestion est assez lourde). La mère prude et démissionnaire est jouée par Sharon Stone, que je n’avais pas reconnue tellement elle est vieillie et enlaidie… rien que pour ça, le film vaut le coup ! En résumé, je vous invite à voir ce film pour mieux comprendre la lente descente aux enfers de Linda Susan Boreman, alias Lovelace…

01/12/2014

Bilan "je suis culturée" de novembre

interstellar.jpgEnfin, je fais mon bilan à temps ! En revanche, à cause de mon hibernation peut-être, je m’aperçois que j’ai baissé le rendement niveau sorties ce mois-ci. J’ai aussi vu beaucoup moins de films et de documentaires, car je capte enfin Canalsat à la demande. J’ai accès à des centaines de programmes, l’embarras du choix, et le temps que j’en sélectionne un, la soirée est déjà bien avancée.

 9 Films au cinéma :

 Coup de cœur :
- Interstellar de Christopher Nolan

 - Respire de Mélanie Laurent
- La french de Cédric Jimenez, sortie le 3 décembre
- L’incomprise de Asia Argento
- Canada Morrison de Mathias Lucchesi
- L’homme du peuple de Andrezj Wajda
- Eden de Mia Hansen-Love
- Men women and children de Jason Reitman, sortie le 10 décembre
- Nature de Patrick Morris et Neil Nightingale, sortie le 24 décembre
Prochain film prévu : Hunger Games

 28 Films à la télé :

 sorties à paris, cinéma, télé, expositions parisCoup de cœur Canal+ :
- Rebelle de Mark Andrews
Prochain film prévu : Suzanne

 4 Documentaires :

 Coup de cœur :
- Twenty feet from stardom de Morgan Neville

 - Philippe Sarde, un voyage musical dans l’histoire du cinéma
Renaud, les raisons de la colère
- Churchill
Prochain documentaire prévu : Les artistes sous l’occupation

 2 Séries :

sorties à paris, cinéma, télé, expositions paris Coup de cœur :
- The Americans saison 2, canal +

 - The affair, canal +
Prochaine série prévue : Gomorra, Canal+

2 Concerts :

 Coup de cœur :
- Archimède, Le divan du monde

- soirée Eden, le Queen, Dj, Sven Love
Prochain concert prévu : Ez3echiel, Le Bataclan

3 Spectacles :

 Coup de cœur :
- Fuis moi je te suis, Comédie des boulevards

 - Born to be in live, Théâtre du petit gymnase
- Des gens intelligents, Théâtre de Paris
Prochain spectacle prévu : King Kong théorie

 sorties à paris, cinéma, télé, expositions paris1 exposition :

- Paul McCarthy, Chocolate factory, La monnaie de Paris, jusqu'au 4 janvier

Et vous, qu’avez-vous vu en novembre ?

 

 

30/11/2014

A la télé ce soir : Le prénom, Le patient anglais, Sixième sens...

prénom.jpgLe choix entre de très bons films, en commençant sur TF1 par Le prénom. Au cours d’un dîner en famille, un futur père (Patriiiick Bruel) dévoile le nom de son enfant à naître. Ceci va déclencher les passions et révéler les caractères et préjugés de chacun. Il ne faut jamais dire à l’avance le prénom de son futur bébé ! J’en ai fait l’expérience, comme je le raconte en lien…

Dans le film, on devine assez vite quel est le nom qui pose problème, mais l’intérêt n’est pas là.  Le prénom est une excellente comédie intelligente, pleine de retournement de situations et de joutes verbales. Un régal pour une littéraire comme moi.  Je danse souvent sur la bande originale et cette musique entraînante (voir en lien). Et dire que ce film intelligent est diffusé sur TF1... A croire que la chaîne devient vraiment celle « de la culture ».

patient anglais.jpgCôté drame romantique, l’inévitable Patient anglais sur Arte, 9 oscars dont celui du meilleur film. Passion impossible entre avec Ralph Fiennes et Kristin Scott-Thomas, dans les magnifiques paysages du Sahara…

sixieme-sens.jpgCôté film fantastique, France 4 diffuse Sixième sens de M.Night Shyamalan. Ce réalisateur décline inéluctablement : ses premiers films étaient très bons (Incassables, Signes) mais deviennent de plus en plus mauvais (Phénomènes et Le dernier maître de l'air). A l’époque, comme tout le monde, j’étais sortie de la salle de cinéma sous le choc de la révélation finale. Ceux qui ont dévoilé la fin de Sixième sens à leurs amis qui n’avaient pas encore vu le film devraient être bannis à jamais des réseaux sociaux et abandonnés dans une grotte en plein désert. Au moins.

Autre film fantastique, ou plutôt de science-fiction, Inception de Christopher Nolan sur HD1. Il m’avait déçu à sa sortie, ou plutôt mémé n’avait rien compris. Je tenterai donc de le revoir. En tout cas, du même réalisateur,  Interstellar en ce moment au cinéma m’a beaucoup plu.

Côté classique, Il était une fois en Amérique de Sergio Leone sur Numéro 23, avec la musique d’Ennio Morricone.

gazon maudit film.jpgSur NRJ 12, Gazon maudit  de et avec Josiane Balasko. Cette dernière incarne une routarde homosexuelle venant semer la zizanie dans un couple (Alain Chabat et Victoria Abril). Une comédie légère et originale. Je vous rappelle que dernièrement mémé s’est retrouvée sans le savoir au préalable dans un bar lesbien, entourée de clones de Balasko… Je n’en menais pas large comme vous pouvez le lire en lien…

Demain, suite des films de la semaine