20/07/2014

A la télé cette semaine : Basic Instinct, Les rois du désert, Les promesses de l'ombre...

gamin au vélo.jpgA la télé ce soir sur France 2, Le gamin au vélo. Les frères Dardenne filment toujours la misère sociale (Rosetta et L’enfant, deux palmes d’or).  Mais ici, avec plus de tendresse et d’espoir. Un enfant difficile, abandonné par son père, traîne avec des petits voyous. Il est recueilli par une coiffeuse au grand cœur (Cécile de France, toujours charismatique, fraîche et naturelle).Va-t-il suivre le bon chemin? 

basic instinct.jpgSur Arte, Basic Instinct de mon chouchou Paul Verhoeven. On connaît tous la fameuse scène de l’interrogatoire de Sharon Stone… et sa parodie par Les nuls « Vous allez me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? » Un thriller sulfureux, troublant, une relation perverse et machiavélique entre Sharon Stone et Michael Douglas. Avec l'envoûtante musique de Jerry Goldsmith. A revoir.

ripoux.jpgSur France 4, Les ripoux, une bonne comédie populaire à la française, fonctionnant sur un duo décalé. Noiret♥ incarne un vieux flic désabusé, dont le travail principal est de ramasser des pots de vin, assister aux courses hippiques et manger à l’œil au restaurant. Bref, glander. Le petit bonhomme de vie du ripou se retrouve perturbé par l’arrivée d’un jeune inspecteur, Thierry Lhermitte♥, pétri de principes et  ravi de passer à l’action… 

En deuxième partie de soirée, rediffusion de Marche à l’ombre de Michel Blanc.

traversee paris.jpgLundi sur TMC, La traversée de Paris, de Claude Autant-Lara, d’après une nouvelle de Marcel Aymé. Durant l’occupation, un chômeur (Bourvil) transporte des denrées au marché noir, de nuit, à l’autre bout de Paris. Il est aidé par un homme incontrôlable (Jean Gabin). Avec Louis de Funès dans le rôle qui le fera connaître, celui de « Jaaaaambiiier !!!! Je veux deux milles francs ! » (voir extrait). « Salauds de pauvres ! »

On retrouve Bourvil sur Arte, dans un film du satirique Jean-Pierre Mocky, Un drôle de paroissien.

rois du desert.jpgA 23h, ne ratez pas une autre comédie sarcastique sur France 3, Les rois du désert de David O Russell (American Bluff, Happiness Therapy) avec George Clooney et Mark Wahlberg. Après la guerre du golfe, 4 soldats recherchent le trésor de Saddam Hussein. Une comédie noire et jubilatoire.

viggo promesses de lombre.jpgMardi, à 22h35 sur France 2, ne loupez pas non plus Les promesses de l’ombre, de mon autre chouchou David Cronenberg (Dead zone, La mouche). Une jeune fille meurt pendant son accouchement. La  sage-femme (excellente Naomi Watts) tente de retrouver son identité à travers le journal intime de la défunte, écrit en russe. Son enquête l’amène dans un restaurant, qui est en fait tenu par un redoutable mafieux. Un homme de main (Viggo Mortensen, le roi du Seigneur des anneaux) tente de protéger la courageuse sage-femme. Une histoire d’amour impossible, un thriller au scénario redoutable, au suspense et à la violence intenses (la scène du hammam). Le personnage de Viggo est éminemment complexe : peut-on changer, échapper à son destin ? A la sortie du film, j’ai pu rencontrer David Cronenberg et lui serrer la main. Je ne l’ai pas lavée depuis 2007.

Côté documentaire, à 20h50 sur Arte, l’excellent Evasion fiscale, le hold-up du siècle  de Xavier Harel. 30 000 milliards de dollars seraient cachés dans des paradis fiscaux, ce qui représente les 2/3 de la dette mondiale ! 

La semaine prochaine, suite des films de la semaine

 

17/07/2014

A la télé ce soir : Lord of War, Brothers

gazon maudit film.jpgCe soir sur TMC, Gazon maudit de et avec Josiane Balasko. Cette dernière incarne une routarde homosexuelle venant semer la zizanie dans un couple (Alain Chabat et Victoria Abril). Une comédie légère et originale.
A la même heure sur Numéro 23, encore un film avec Chabat, mais dans un rôle dramatique cette fois : Le cousin, un honnête polar psychologique autour d’un flic et de son indic (ou « cousin ») dans le milieu de la drogue, incarné par Patrick Timsit. Les deux comiques sont étonnants de justesse dans ces rôles sombres. Le film est signé Alain Corneau (Série noire). 

lord of war.jpgÀ 23h15 sur M6,  Lord of war d’Andrew Niccol (Bienvenue à Gattaca). Ce film est un pamphlet contre le trafic d’armes. Il est raconté par un de ses principaux représentants (interprété par Nicolas Cage) avec un humour noir et cynique dévastateur :
« On estime à environ 550.000.000 le nombre d'armes à feu actuellement en circulation. Autrement dit il y a un homme sur douze qui est armé sur cette planète. La seule question est... Comment armer les onze autres ? » « Jusqu'à présent j'avais toujours fui la violence alors que j'aurais dû m'y précipiter. C'est dans notre nature. Les plus anciens squelettes humains étaient criblés de pointes de flèches. » « On dit "Le mal triomphe partout où les hommes de bonne volonté ont échoué" Il suffirait de dire "Le mal triomphe partout". » Un exposé implacable, à voir.

brothers.jpgA la même heure sur France 3, Brothers de Jim Sheridan (Au mon du père). Un époux modèle (Tobey Maguire, Spiderman) part à la guerre en Afghanistan. Il est porté disparu. Son frère (Jack Gyllenhaal, Prisoners) sorti de prison, trouve un  moyen de se racheter en aidant la jolie veuve (Natalie Portman). Problème : le supposé mort revient, traumatisé et transformé par la guerre… Rivalité entre frères, rivalité amoureuse, réflexion sur la place que l’on occupe dans la famille et la société… Un très bon film.

 

15/07/2014

A la télé ce soir : Jeux interdits, Le talentueux Mr Ripley...

jeux interdits.jpgCe soir sur HD1, encore un classique que j’ai vu trop jeune, Jeux interdits. Tout le monde connaît la musique (en lien), souvent massacrée par des joueurs de guitare débutants, puisqu’elle est l’une des premières chansons qu’on leur apprend. On connaît peut-être moins l’histoire, celle de deux jeunes enfants pendant la guerre, dont Brigitte Fossey (la mère de Vic dans La boum) dans son premier rôle à 5 ans.
Comme les héros du film, au même âge, j’étais déjà obsédée par la mort et j’enterrais les cadavres d’animaux … Mais je ne trouvais pas ces bestioles décédées au préalable. Oui, je les découvrais bien vivantes et je les achevais malgré moi ! C’était souvent des oisillons tombés du nid, ou que j’avais sauvé des griffes du chat, mais qui s’étaient cassé l’aile et tordu le pied. D’ailleurs je détestais la chanson A la volette que je trouvais vraiment trop triste et effrayante : on prend son envol, et vlan on se pète la gueule ! Mieux vaut rester dans son nid ! J’ai bien retenu la leçon : mémé est très prudente, ne prend pas de risques inconsidérés et quitte rarement son antre.
Je déterrais des vers de terre du jardin et les donnais aux oiseaux avec une pince. Les petites bêtes ouvraient le bec comme dans la pub Esso. J’avais ma carte rouge de membre des CPN (Connaître et Protéger la Nature) de la Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers, auquel je suis toujours abonnée. La carte me permettait de téléphoner à La Hulotte pour demander des conseils, mais malheureusement, beaucoup d’oiseaux mouraient quand même… J’ai quand même sauvé un bébé troglodyte par exemple, je l’ai raconté en lien.

talentueux mr ripley.jpgA la même heure sur NT1, Le talentueux monsieur Ripley, remake de Plein soleil et adaptation du livre de Patricia Highsmith. Un homme usurpe l’identité d’un riche qu’il jalouse. Le remake est bien, mais problème : si dans le film original, Delon ressemble à Ronet et qu’ils sont magnifiques tous les deux, vous trouvez que Matt Damon peut être confondu avec Jude Law, et qu’il l’égale en beauté ? (je pose toujours des questions hautement philosophiques et pointues sur la mise en scène cinématographique)

Et vous, appréciez-vous ces films ? Qu'avez-vous vu cette semaine ?

13/07/2014

A la télé cette semaine : Lone Ranger, Il était une fois dans l'Ouest...

lone-ranger train.jpgA la télé ce soir, à part la finale de la coupe du monde de football (oui, même moi j’ai regardé l’humiliation des Brésiliens : j’écrivais et j’étais sur Twitter en même temps, je voyais les commentaires, mes frères m’envoyaient  des messages sur le match : curieuse comme un chat, j’ai fini par allumer la télé pour vérifier le désastre. En fait, ils en étaient déjà à 7-0 et je n’ai vu que l’unique but brésilien !)

Pour ceux qui n’aiment pas le foot, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Les chaînes ont dû penser « pas la peine de lutter contre la finale du mondial, on va mettre de la daube, de toute façon personne ne regardera ». Je ne vous conseillerai tout de même pas de voir Tellement vrai ni le concert de Céline «  une seule fois » (encore heureux), ni l’adaptation du livre de Marc Lévy ou le film d’Alexandre Arcady.
A la place, pour les abonnés Canal +, regardez plutôt sur canal cinéma le blockbuster qui a été injustement boudé par les Américains, alors qu’il est largement au-dessus de la plupart : Lone ranger, naissance d’un héros (on ne connaîtra pas la suite, elle ne sera pas tournée à cause du flop). Ce film de Gore Verbinski est une sorte de Pirates des Caraïbes façon western, avec un message pro-Indiens et écolo. Il critique certains Américains avides de profit qui massacrèrent les populations et la nature pour étendre le chemin de fer ou trouver de l’or. (Lire ma critique complète en lien.)

france sauvage.jpgSur Arte, pour les amis des animaux comme moi, La France sauvage, pour voir les renards et chouettes filmés de près dans des décors grandioses. Paysages sublimes également sur France 5, qui continue de nous faire baver avec des documentaires donnant envie de partir en voyage : ce soir, Splendeurs de la mer du nord.
A 22h15 sur Arte, rediffusion du film semi autobiographique de Pialat, Loulou, j’en ai parlé la semaine dernière.

il etait une fois dans louest le petit franck.jpgLundi sur HD1, Le magnifique François Merlin, mon double qu’on ne présente plus.
Sur TMC, autre film qu’il est inutile de détailler, Il était une fois dans l’Ouest. Enfant, je m’amusais à rejouer les scènes cultes en me prenant pour un dur cow-boy intraitable, avec mon pistolet à pétard : « Qu’est-ce qu’on fait avec le gosse Franck ? – Puisque tu m’as appelé par mon nom... »
J’ai pu voir Ennio Morricone en concert à Bercy en début d’année, il n’a même pas joué la fameuse chanson de l’homme à l’harmonica ! (j'écoutais le 45 tours qu'on voit dans la vidéo). Par contre, la chanteuse a interprété deux fois le thème principal, émouvant  (voir en lien).

Demain, suite des films de la semaine.
Et vous, appréciez-vous ces films ? Qu'avez vous vu cette semaine ?

 

09/07/2014

A la télé cette semaine : Marche à l'ombre, L'armée des ombres...

télé, cinéma, cinéma français, la musique des dossiers de l'écranAprès un début de semaine placé sous le signe de la liberté et des vacances, les films suivants se déroulent dans l'ombre : pas dans celle de la prison, mais celle des SDF ou des résistants. Ce soir sur France 4, Marche à l’ombre, avec un personnage hypocondriaque et boulet, mais malgré tout sympa et drôle : Papillote Michel Blanc. L’acteur réalisateur et scénariste du film y incarne un loser SDF collant aux basques d’un dur à cuire, Gérard Lanvin. Comme Michel Blanc, je me plains beaucoup de mes bobos-là improbables, mais moi au moins, je n’ai jamais eu d’entorse qui s’infecte ou subitement les dents qui poussent après 15 ans. Quoique, il me reste encore une dent de sagesse qui sort, et un médecin pense qu’elle est peut-être responsable d’un de mes nombreux bobos incroyables…Toi tu me fous les glandes, arrache-toi de là t’es pas de ma bande, casse toi tu pues, et marche à l’ombre.

télé, cinéma, cinéma français, la musique des dossiers de l'écranJeudi sur France 3, un film, et surtout une musique qui a traumatisé toute une génération d’enfants. Je ne sais pas quel sadique a décidé de reprendre cet air pour le générique d’une émission télé… Au moins, c’était le seul soir de la semaine où j’acceptais d’aller me coucher sans broncher. Si vous ne l’avez pas encore reconnue, je veux parler de la musique du film L’armée des ombres, reprise pour l’émission Les dossiers de l’écran.  J’ai encore des frissons en l’entendant. (si vous êtes maso, cliquez sur le lien, en plus il y a un petit clin d’œil papillotien).
Le film de Jean-Pierre Melville est tout aussi terrifiant que sa musique, et  certainement responsable de mon cauchemar d’enfant récurrent : je devais me cacher pour échapper aux nazis. L’armée des ombres évoque en fait les résistants pendant la seconde guerre mondiale. Ils ne devaient absolument pas se faire repérer, pour ne pas mettre en danger leur vie et celle de leurs camarades. Le réalisateur est un ancien résistant, on sent le réalisme des situations et des personnages, jamais magnifiés ni glorifiés.  La tension est permanente, l’angoisse de la mort prochaine rôde, l’attente d’une fin cruelle sous la torture, ou la honte de trahir les siens… Je revois encore le regard triste de Simone Signoret, et ces hommes qui courent dans une galerie sombre… Un très grand film.

télé, cinéma, cinéma français, la musique des dossiers de l'écranAutre film déprimant sur D17, Une époque formidable de et avec Gérard Jugnot. Comme dans Marche à l’ombre réalisé par son compère du Splendid, encore une histoire de personnages qui cherchent un endroit où dormir, mais beaucoup moins optimiste. Un homme perd son emploi. Honteux, il n’ose pas le dire à sa femme, et couvert de dettes, se retrouve à la rue… Un film que je n’ai jamais osé revoir, peut-être parce que je le jugeais prophétique ? Selon différents sondages, près d’un Français sur 2 pense qu’il pourrait devenir SDF un jour… et le film date de 1991…

Sur cette note joyeuse, je vous laisse, j’ai un boulot à trouver avant de me retrouver au RSA.

Et vous, appréciez-vous ces films ? La musique des Dossiers de l'écran vous effrayait-elle aussi ?

06/07/2014

A la télé cette semaine : Alexandre le bienheureux, Le château de ma mère, Loulou...

télé, cinéma, chanson française, Renaud, William ShellerCette semaine, quelques grammes de finesse dans un monde de brutes, un vent de liberté et de vacances souffle sur nos télés. Avec pour commencer ce soir sur HD1, Alexandre le bienheureux, parfait manifeste de la philosophie de vie papillotienne :
Philippe Noiret ♥ trime chaque jour comme un forçat dans la ferme de sa femme, une horrible mégère autoritaire. Lorsque cette dernière meurt brutalement, Alexandre décide de se reposer et de profiter enfin de la vie : il flâne dans la campagne avec son chien, prend le temps d’observer les oiseaux et la beauté du monde qui l’entoure… Mais les autres paysans ne l’entendent pas de cette oreille : il faut travailler ! Branle-bas de combat dans le village où Alexandre fait des émules. Face aux attaques, il mène le siège… depuis son lit !

Le désir de retrouver l’insouciance et la liberté de l’enfance, son innocence, son goût pour la flânerie et la nature se retrouvent dans la plupart des films du réalisateur,  Yves Robert : La guerre des boutons, La gloire de mon père... Cet hymne à la liberté est sorti sur les écrans un an avant 1968, et on y sent les prémices de la rébellion.  Oui au droit à la paresse ! Sois feignant, tu vivras content comme Alexandre le bienheureux. (J’ajoute tout de même que je cherche toujours un travail pas trop compliqué : je n’ai plus droit au chômage dans 15 jours. Si je ne trouve pas d’ici là, sans ressources, je me verrai contrainte de faire comme Alexandre : repartir à la cambrousse et me nourrir des légumes du jardin et des poissons de la rivière. Ou je ferai moi aussi la grève : je ne quitterai plus mon lit et n’écrirai plus tant que j’aurai pas de boulot, na.)

télé, cinéma, chanson française, Renaud, William ShellerLundi, autre film d’Yves Robert sur la même chaîne : Le château de ma mère, suite et fin de l’enfance de Marcel Pagnol. Le sort des différents protagonistes est très émouvant : la fin de l’innocence de l’enfance et le retour au monde de brutes des adultes pour certains : la guerre de 14. La musique de Vladimir Cosma, La valse d'Augustine, est sublime et j’avais la gorge serrée lors du concert, avec 75 musiciens qui reprenaient la chanson… (voir en lien)

télé, cinéma, chanson française, Renaud, William ShellerEncore un film sur l’enfance sur NT1, Billy Elliot. Dans les années 80, des mineurs pauvres font grève contre le gouvernement Thatcher. Un jeune garçon s’oppose à cet univers de violence virile, en quittant ses cours de boxe imposés par son père pour apprendre en secret la danse classique… Depuis, le jeune Jamie Bell qui tient le rôle-titre a bien grandi (il a aujourd’hui 28 ans). Il  a joué entre autres dans L’aigle de la 9ème légion, Jane Eyre et Snowpiercer.

Sur Arte, on quitte le monde de l’enfance et des rêves pour une dure réalité, avec une violence verbale et psychologique habituelle chez Maurice Pilat (A nos amours) : Dans Loulou, le réalisateur et sa scénariste (Arlette Langmann, la sœur de Claude Berri) s’inspirent de leur propre histoire : la femme bourgeoise (incarnée par Isabelle Huppert) quitte son mari (Guy Marchand/Pialat) pour Depardieu, un petit voyou. Pialat avouera lui-même que réaliser ce film était « un truc de maso ! »

Loulou/ Depardieu, chansonnite aigue oblige, me fait penser à la chanson éponyme de Renaud :
télé, cinéma, chanson française, Renaud, William Sheller« Tu sais que t'as un peu la gueule à James Dean
Celle qu'il aurait eu s'il avait pas été beau
T'es bâti comme une armoire de cuisine
Le cœur dans le tiroir, tout près du couteau
Lorsque je vois se pointer dans mon horizon
Ta carcasse immense de grand chien paumé
Je dis : « tiens v´la Loulou, la fleur du baston
V´la la bête humaine, v´la l´autre allumé
Je dis "Salut Georges", t'aimes pas tellement ça
Tu veux qu'on t’appelle de ton surnom de voyou
Celui que t'as été quand t'étais moins gras
Un peu plus jeune, et moins con surtout… »

Loulou me rappelle aussi La chanson de William Sheller, chanteur que j’adore, pour ses textes littéraires, sa voix et sa musique mélancoliques :
« Et toi qui vis toujours dans ton imaginaire
Toi qui te promènes partout l'air abattu
ce serait bien que tu comprennes maintenant qu’il n’ y a plus rien à faire
que tu retrouves  un jour ou l'autre ta raison perdue :
Loulou ne t'aime plus… »

Mardi, France 5 propose une série documentaire sur des personnes qui, comme Alexandre le bienheureux, ont décidé de tout quitter pour retrouver leur liberté : « Vivre loin du monde ». Ce soir, une famille vit au rythme de la nature dans une yourte en Alaska.
Je vous rappelle que d’ici 15 jours, mémé va faire pareil : j’irai vivre dans mon trou perdu sans Internet.

Demain, suite des films de la semaine
Et vous, appréciez-vous ces films et chansons ?

30/06/2014

A la télé cette semaine : Les Goonies, The Truman show, Démineurs...

goonies.jpgLe film a deviné hier était évidemment Les aventures de Papillote Rabbi Jacob, avec la musique de Vladimir Cosma et la célèbre scène de la danse.

deux soeurs pour un roi.jpgMercredi, Si vous aimez les drames historiques romancés, Arte diffuse Deux sœurs pour un roi. Les deux filles Boleyn se disputent Henri VIII. Ce dernier jette d’abord son dévolu sur la douce et fragile Mary, avant que la seconde, Anne, n’obtienne ses faveurs. Mary la délaissée est finalement bien plus chanceuse, sachant comment sa sœur a fini… Un film d’amour en costumes qui plaira aussi pour son duo d’actrices (Natalie Portman et Scarlett Johansson, actuellement au cinéma dans Under the skin, voir ma critique en lien).

Jeudi sur 6ter, un film parfait pour les enfants : Les goonies. Des jeunes trouvent une carte menant au trésor d’un pirate. La bande d’intrépides part à l’aventure… Dans ce film de 1984, on a le plaisir de découvrir des adolescents qui deviendront des acteurs célèbres : Sean Astin, futur meilleur ami de Frodon dans Le seigneur des anneaux, Josh Brolin, qui enchaîne aujourd’hui les rôles de gros durs (No country for old men, True Grit, Gangster Squad…)

truman show.jpgSur W9, The Truman show de Peter Weir. Ce film dénonce avec humour la société du voyeurisme et de la télé-réalité, avec un Jim Carrey épatant comme à son habitude. J’aime beaucoup Peter Weir, ce réalisateur à la filmographie hétéroclite. Ses films les plus célèbres restent le très apprécié Cercle des poètes disparus, Witness avec Harrison Ford chez les Amish et Green card avec Depardieu. J’aime aussi ses œuvres méconnues, étranges et poétiques : Pique nique à Hanging rock et La dernière vague.

A 23h sur France 3, je vous conseille Démineurs de  Kathryn Bigelow l'ex femme de James Cameron. Intense suspense autour de soldats chargés de neutraliser des bombes à Bagdad, et où chaque passant, chaque immeuble peut cacher un tueur potentiel…

singe en hiver.jpgSur Paris première, Un singe en hiver d’Henri Verneuil, avec Gabin et Bébel, tendres alcooliques qui refont le monde. Les dialogues sont d’Audiard, et je ne me lasse pas de les déclamer aux moments appropriés. Comme, dès qu’on ouvre une bouteille, chanter « Nuits de Chine, nuits câlines nuits d’amour… nuits d’ivresse ! » (voir extrait). Ou bien encore : « Tu m’emmerdes gentiment, affectueusement, avec amour… mais tu m’emmerdes !! » et toujours les réflexions sur les cons chères à Audiard : « Si la connerie n’est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille ! » A ne pas rater.
Le film est suivi de l’adaptation théâtrale, que j’ai eu l’occasion de voir le soir où elle était filmée. Fred Testot reprend le rôle de Belmondo, et Eddy Mitchell celui de Jean Gabin.

Vendredi sur Canal+, Lone ranger, naissance d’un héros, j’en ai parlé ici.

 

29/06/2014

A la télé cette semaine : Pour un garçon, La gloire de mon père, Les moissons du futur...

rabbi funes.jpgOn sent que les vacances des enfants pointent leur nez, avec des films qui leurs sont destinés cette semaine. En commençant ce soir par un classique de la comédie française sur France 2. Essayez de le reconnaître grâce aux dialogues cultes :
« Comment, Salomon est Juif ! »
(Apprenant que les ouvriers de son usine font grève) «Ecoutez, vous faites comme d'habitude : vous promettez tout, et moi, je ne donne rien ! »
« Ça alors ! C’était Farès ? C’est effarant ! »

Non, ce n’est pas Farès ! Qui tient le rôle-titre qui donne son nom au film ? Réponse en musique demain.

gloire de mon père julien ciamaca.jpgLundi sur HD1, autre film qui plaira aux enfants, La gloire de mon père d'Yves Robert (Alexandre le bienheureux, Un éléphant ça trompe énormément...) Petite, j'étais un peu amoureuse du jeune héros... Aujourd’hui, Julien Ciamaca a abandonné le cinéma, a fait ses études à l’INSA de Lyon comme certains de mes amis et est un ingénieur tranquille…J’aimerais bien savoir s’il est toujours aussi trognon. Vous pouvez écouter ici la jolie musique de Vladimir Cosma, qui a également écrit celle du film de dimanche soir. J’ai pu voir le compositeur en concert au Grand Rex l’année dernière, c’était grandiose.

pour un garcon.jpgA la même heure sur NT1, une comédie mettant également en scène un enfant, Pour un garçon. Le film est adapté d’un roman de  Nick Hornby, auteur de High fidelity, dans lequel on retrouve la même sensibilité, le même humour sarcastique et des personnages bien troussés. Dans Pour un garçon, Hugh Grant incarne un beau gosse cynique et immature qui refuse l’engagement. Il drague les mères célibataires en s’inventant un fils imaginaire, jusqu’à sa rencontre avec un enfant bien réel et plus mature que lui…

Mardi Sur NT1, Dragons, film d’animation dont le prochain opus sort en salles mercredi, j’en parlerai demain.

Sur Canal +, Marius, adaptation de Pagnol par Daniel Auteuil, voir ma critique en lien.

Côté documentaire, ne ratez pas sur Arte l’excellent Les moissons du futur de Marie Monique Robin. Pour une fois, je ne le classerai pas dans le genre « documentaire qui donne envie de se réfugier dans une grotte », car celui-ci offre des solutions. La journaliste explique comment l’on peut nourrir toute la planète sans polluer et en respectant les exploitants, grâce à l’agro écologie. Pour ceux qui ne possèdent pas de télé, le film est disponible en DVD et un livre en est tiré. Marie-Monique Robin est également auteure des terrifiants et implacables « Le monde selon Monsanto » sur les OGM, « Notre poison quotidien » sur le bisphénol A dans les aliments, ou Mâles en péril (50 % de baisse de la fertilité en 50 ans).

Demain, suite des films de la semaine.

N'oubliez pas la fête du cinéma qui commence aujourd'hui jusqu'à mercredi inclus : 3,50 euros la séance.

 

23/06/2014

A la télé cette semaine : A l'ouest rien de nouveau, The constant gardener, Ma vie en rose

a louest rien-de-nouveau.jpgCe soir, ne ratez pas A l’ouest rien de nouveau sur Arte, un film terrible qui m’a profondément marquée, adapté du roman d’Erich Maria Remarque. Pendant la première guerre mondiale, de jeunes lycéens fougueux se laissent persuader par leur vieux professeur de partir à la guerre. Ils vont vite perdre leurs illusions et leur innocence, voire la vie.... Un film qui a été censuré par les nazis lors de sortie (en 1930), tout comme son équivalent, l’excellent Les sentiers de la gloire de Stanley Kubrick.

télé, cinéma, cinéma françaisMardi,  Chérie 25 programme Et au milieu coule une rivière de Robert Redford, avec Brad Pitt tout jeunot, mignon blondinet. Grand souvenir d’adolescence. J’apprécie les chroniques familiales liées à une époque historique, comme ici, au début du 20ème siècle, dans le Montana, entre deux frères que tout oppose. Puis c'est une histoire vraie qui délivre un message écolo, c’est un plus.

Sur Arte, suite de la série documentaire sur la prohibition. Le sujet ne me paraissait pas glamour ni assez intéressant pour tenir 5 épisodes, mais les archives, anecdotes et portraits des grands personnages liés à cette époque sont passionnants et souvent amusants.

télé, cinéma, cinéma françaisMercredi Encore un film poignant sur France 4, The constant gardener de Fernando Meirelles (auteur de l’excellent La cité de Dieu). Au Kenya, une avocate passionnée (la belle Rachel Weisz) est retrouvée assassinée. Son mari (Ralph Fiennes ♥) fou de chagrin, cherche la vérité… Un film nécessaire, mais qui m’a tellement traumatisée et énervée par les horreurs qu’il révèle que je ne n’ose pas le revoir !

Jeudi sur Numéro 23, Ma vie en rose d’Alain Berliner, une comédie que je trouvais originale à l’époque de sa sortie (1997). Un petit garçon de 7 ans se voit comme une fille. Mais dans sa petite banlieue tranquille et aisée où le consensuel et l’hypocrisie sont de mise, l’enfant sème la zizanie… J’appréciais beaucoup l’aspect poétique, l’univers fantasmagorique (l’enfant qui s’imagine dans une maison de Barbie etc). Ces effets me rappelaient l’excellent Toto le héros. L'interprétation du petit acteur (Georges du  Fresne) est formidable.

Sur NT1, La forêt d’émeraude  de John Boorman. Un film écolo tiré d’une étonnante histoire vraie : un ingénieur construit un barrage qui devra recouvrir une partie de la forêt amazonienne. Son enfant est enlevé et élevé par une tribu. Il le cherche et le retrouve 10 ans plus tard, à l’état sauvage…

Et vous, avez-vous vu ces films ? Qu’allez-vous regarder cette semaine ?

 

22/06/2014

A la télé ce soir : La fièvre du samedi soir, Terminator 2, Tellement proches...

fièvre samedi soir.jpgA la télé ce soir sur Arte, un film parfait pour marquer ce début d’été, mais qui aurait plutôt dû être diffusé hier pour la fête de la musique : La fièvre du samedi soir. On peut y retrouver les célèbres chansons des Bee Gees et les chorégraphies de Travolta que je répète à chaque soirée. Vous pouvez toujours aller danser un dimanche avant d’aller bosser le lendemain, ou mieux, faire comme moi, danser carrément sur votre lieu de travail… (voir en lien).

edward furlong terminator.jpgSi vous n’êtes pas adepte du déhanché sensuel de John Travolta et de son look seventies, regardez sur France 4 le glacial Terminator 2. Aux habits disco et pantalon pattes d’eph, Schwarzenegger préfère le style motard : « Je veux tes bottes, tes vêtements et ta moto » Quand j’étais petite, ce qui me plaisait surtout dans ce film qui me faisait tout de même un peu peur, c’était le jeune héros de  mon âge. Je trouvais Edward Furlong trô bô. Maintenant, coup de vieux, il a des kilos en trop et de gros cernes sous ses yeux de drogué repris de justice. Hasta la vista, baby.

gladiator.jpgAutre film assez violent, sur Hd1, Gladiator de Ridley Scott (Alien, Blade Runner). Dans l’empire Romain, l’empereur Marc Aurèle souhaite céder sa place au Sénat au vaillant général Maximus (Russell Crowe), pour que Rome devienne à nouveau une République. Le fils de l’empereur, (Joaquin Phoenix) est jaloux et désire le pouvoir. Il tue son père et ordonne l’assassinat de son rival et de sa famille. Mais Maximus survit. Vendu comme esclave, il devient gladiateur et cherche la revanche…

tellement proches.jpgCôté comédie, Tellement proches sur France2, une bonne satire des travers familiaux : concurrence dans la fratrie, les parents qui reportent leurs espoirs déçus sur leurs enfants en remplissant leurs agendas d’activités, les gosses des autres forcément moins bien élevés.... Pour vous convaincre de la drôlerie des situations et dialogues, je précise que le film est fait par les réalisateurs d’Intouchables et de Nos jours heureux, sur les jolies colonies de vacances, merci papa merci maman. Tous les jours, je voudrais que ça recommence.

Demain, la suite des films de la semaine.

Et vous, appréciez-vous ces films ? Qu’allez-vous regarder ?