29/08/2014

New-York melody, on connaît la chanson

cinémaGretta (Keira Knightley) et son petit ami Dave (Adam Levine) sont Anglais. Ils viennent à New-York pour vivre de leur passion : la musique. Ils composent ensemble, mais Dave connaît le succès seul, prend la grosse tête et trompe sa copine avec son attachée de presse. Le couple se sépare, Gretta veut rentrer au pays natal et déprimer dans son coin. Mais la veille de son départ, alors qu’elle est dans un bar, son meilleur ami (un petit gros jovial comme le veut la caricature) la persuade de jouer sur scène. Gros coup de bol, un producteur de disques (Mark Ruffalo) se trouve dans la salle. Ce dernier est alcoolo et dépressif depuis que sa femme l’a plaqué, il ne comprend pas sa fille ado. Sa boîte de production, aux goûts consensuels et qui ne pense qu’au profit, le vire. Avec Gretta, ils décident de faire un album auto produit. Comme ils n’ont pas les moyens financiers, sans studio ni musiciens pros, ils enregistrent en live dans les rues de New-York, avec des amateurs de leur connaissance (voire des gamins trouvés dans la rue). Ensemble, ils reprennent goût à la vie. (voir bande annonce en lien ci-dessous)

 De New-York melody, j’ai surtout aimé la critique de l’industrie musicale. J’ai beaucoup apprécié la mise en valeur de la débrouille, de l’indépendance (envers les producteurs) et de l’entraide (entre musiciens). Une fraîcheur bienvenue se dégage du film. La réalisation est originale, en montrant parfois la même scène différemment selon le point de vue des personnages. J’ai apprécié que les deux héros ne vivent pas d’histoire d’amour, je n’avais aucune envie de voir Mark Ruffalo gras, barbu et crado se jeter sur la pauvre Keira Knightley qui pourrait être sa fille.

cinémaLe film plaît aussi car il montre New-York sous toutes les coutures. Or, je n’ai jamais compris l’intérêt que suscite cette ville : je trouve les hauts buildings oppressants, les rues grises, les trottoirs envahis par une foule dense et angoissante. J’aime la nature et les grands espaces moi ! Ok, Central Park apporte un peu de verdure, mais tout ce qu’on trouve autour, au secours ! Et dans les films, on voit souvent le métro new yorkais : il est aussi glauque, sale et déglingué que ça ? Ou bien les graffitis et la tôle, c’est pour donner un genre ?  Non non vraiment, le rêve de beaucoup est de visiter New York, moi, cette ville ne me fait pas du tout envie, et le film censé la magnifier ne m’a toujours pas convaincue. Le dossier de presse révèle « John (Carey, le réalisateur) a vécu toutes les expériences requises pour devenir un vrai New-Yorkais : il a eu un accident de vélo, et hier, s’est fait « baptiser » par un pigeon ! » Mark Ruffalo ajoute : « Une ville imprévisible et grouillante de vie. Si on essaye d’aller à contre-courant, on peut y laisser sa peau » Youpi, ça donne envie ! Enfin, une amie qui a visité New-York a justement eu envie d'y retourner après avoir vu le film, donc suivez plutôt son avis.

J’ai trouvé les personnages peu attachants. On découvre celui de Mark Ruffalo avec une scène archi classique, que j’ai déjà décrite par exemple dans Zulu : dans son lit au réveil, l’air hagard, avec un gros plan sur une bouteille d’alcool vide… Ensuite, il écoute des démos dans sa voiture (il prend son travail avec sérieux donc). Des pauvres gars plein d’espoir lui ont confié leurs œuvres, et ce malotru écoute les CD deux secondes, avant de dire que c’est de la merde et de les balancer par la vitre ! M’enfin quel gros porc !
Quant à Gretta-Keira, elle est mollassonne, et elle a bien de la chance de tomber sur quelqu’un qui croit en elle et lui trouve un boulot (moi j’attends toujours qu’on me découvre). Elle s’habille souvent comme un sac ou avec des robes que ma grand-mère paysanne née en 1914 aurait adorées, mais au moins ses vêtements trop larges cachent les os saillants de l’anorexique actrice.

cinémaQuand Mark Ruffalo découvre Gretta jouant dans le bar…  il est subjugué. Gros blanc de ma part : euh, c’est ça qu’il appelle de la musique qui sort des sentiers battus ? Cette banale guimauve ?
Je trouve que l’actrice s’en sort bien au chant, elle possède un beau timbre de voix. Le personnage du petit ami est joué par Adam Levine, le leader du groupe Maroon 5 et coach de l’émission The voice (hum, du lourd donc). Alors comme beaucoup, et comme visiblement  le public béat sortant de la salle (« j’espère que la b.o est disponible »), vous aimez peut-être ses chansons, mais moi, pas du tout... Ne vous fiez peut-être pas à mon jugement sur ce coup.

Puis enregistrer des chansons dans la rue ou sur un quai de métro « pour l’ambiance et le son naturel » me paraît très incongru, normalement on traque plutôt les bruits parasites…  Et comme le précise le dossier de presse : « Bien que cela puisse paraître étrange, John Carney a écrit les chansons au dernier moment(…)L’équipe du film s’est donc vu remettre un scénario où étaient indiqués l’emplacement des chansons et leur fonction dans l’histoire, mais sans aucune parole ni mélodie. » Pratique, logique.

James Corden (qui incarne l’ami) fait un commentaire qui me parle beaucoup plus : « Lorsqu’on a le cœur brisé ou qu’on est perdu et qu’on a l’impression que personne ne peut comprendre ce que l’on ressent, la musique est là pour nous rappeler que quelqu’un que l’on n’a jamais rencontré ressent exactement la même chose quelque part sur Terre. »
Pour Adam Levine, « le film pose la question suivante : la musique a-t-elle le pouvoir de sauver des vies

Bref, un petit film indépendant sympathique et léger. Vous pouvez voir en lien la bande annonce comique détournée par Tutotal.

 

28/08/2014

Albert à l'ouest, ya du nouveau

 

albert a louest.jpgOui, mémé a encore et toujours un train de retard, mais j’ai vérifié, le film passe encore ! Dans un seul cinéma. En banlieue parisienne. Ben quoi ? Mieux vaut tard que jamais. Ma critique servira pour la sortie DVD (qui ne devrait plus tarder, à ce rythme). Note pour  moi-même, bonne résolution de la rentrée : publier mes avis dès la sortie des films…

Le titre original est « un million de façon de mourir au Far West ». Ces suppositions originales et à l’humour noir sont très drôles, surtout pour une hypocondriaque parano comme moi : « le Far West, c’est un endroit et une époque horribles. À tous les coins de rue, tout ce qui bouge veut ta peau ! Les ivrognes, les chacals, les hors-la loi, les médecins : « vous ne pouviez rien faire docteur, elle avait une écharde ». Voir la bande-annonce en lien.
A l’Ouest ya du nouveau, l’idée de démystifier l’époque des cow-boys est intéressante : les héros étaient surtout des soiffards rendus intrépides par l’alcool, ou l’appât du gain.
Comme tous les cinéphiles, je me suis régalée des parodies et des références aux westerns classiques : la mise en scène, les panoramiques sur les paysages splendides, la lenteur, les lieux et personnages caractéristiques.

Le personnage du réalisateur-acteur Seth MacFarlane est attachant, avec sa bouille ronde de gamin trop sensible inadapté à ce monde de brutes. Il doit malgré lui affronter un dangereux bandit (Liam Neeson) et le nouveau petit ami riche et arrogant (Neil Patrick Harris, Barney dans How I met your Mother) de "l’amour de sa vie" (Amanda Seyfried) alors qu’il a une fille géniale sous son nez (Charlize Theron).

De bonnes réparties, un scénario classique et simple mais qui tient la route, qui est même émouvant, si si, lorsque Charlize Theron encourage Albert à développer ses capacités et sa confiance en lui. Mais pourquoi tout gâcher avec un humour pipi caca absolument dégueulasse ? La salle entière a poussé un « baaaah » de dégoût pendant la scène la plus crade. Le scénariste pense qu’être sale, c’est être rebelle ? Quel dommage.
On retrouve dans Albert à l'ouest l’humour en dessous de la ceinture de Ted, le précédent film du réalisateur, avec un ours en peluche libidineux et un homme (Mark Wahlberg) qui ne veut pas grandir. Comme Seth MacFarlane ?

 

26/08/2014

Bilan "je suis culturée" de juillet

agnes-obel.jpg5 Concerts :

Coup de cœur :
- Saint Motel,  La maroquinerie

- Les nuits de Fourvière : Agnes Obel et Goldfrapp
- Festival Fnac live : Julien Doré et M
Prochain concert prévu : Skip the use

3 Films au cinéma :

3 films seulement, mais j’ai dû annuler trois invitations, Boyhood, Ablations et A toute épreuve, et j’ai été absente la moitié du mois.
Coup de cœur : 
- Des lendemains qui chantent de Nicolas Castro, sortie le 20 août

mud.jpg- Jersey boys de Clint Eastwood
- Albert à l’ouest de Seth MacFarlane
Prochain film prévu : Hercule de Brett Ratner, sortie le 27 août

31 Films à la télé :

Coup de cœur Canal + :
Mud, sur les rives du Mississippi de Jeff Nichols
Prochain film prévu : Cloud Atlas de Andy et Lana Wachowski

8 Documentaires :

rock hudson.jpgCoup de cœur :
- Rock hudson, beau ténébreux, d’Andrew Davies et André Schefer

- Monty Python live
- Mon cerveau a-t-il un sexe ?  de Laure Delesalle
- the 90’s in music : live, clips et unplegged, de Didier Varrod
- Master of the universe, confession d’un banquier
- Vivre loin du monde : l’Alaska,  d’Elliot Kew
- Donald Duck, le vilain petit canard en nous, d’Edda Baumann Von Broen
- Le langage corporel des hommes politiques
Prochain documentaire prévu : Le monde selon H&M

4 Séries :

generation war.jpgCoup de cœur :
- Generation war, sur Arte jeudi 28 août 

- Lilyhammer saison 1
- Banshee saison 1, d’Alan Ball
- Girls saison 2
Prochaine série prévue : 24, live another day

 3 Livres :

emmanuel carrere autres vies.jpgCoup de cœur :
- D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère

- Eloge de la chance de Philippe Gabilliet
- La théorie de la contorsion de Margaux Motin
Prochain livre prévu : La malédiction d’Edgar de Marc Dugain

2 pièces de théâtre, one man show :

- Les 39 marches théâtre des Béliers Parisiens, jusqu’au 6 septembre 
- Alex Barbe, théâtre popul’air du Reinitas, à partir du 20 septembre
Prochaine pièce prévue : Isabelle Georges, Chante

1 Expo :

van gogh artaud.JPG- Van Gogh / Antonin Artaud : le suicidé de la société
Prochaine exposition prévue : Palais de la miniature et des décors de cinéma, Lyon

Et vous, qu'avez-vous vu en juillet ?

 

23/08/2014

Des lendemains qui chantent (et on chante avec eux)

lendemains casta.jpg21 avril 2002 : Léon (Pio Marmaï) hésite dans l’isoloir : pour qui voter ? Il se remémore les 20 dernières années, là où tout a commencé : l’élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981. A cette époque, Léon et son frère Olivier (Gaspard Proust) sont étudiants à Saint-Etienne et pleins d'idéaux. Ils croient au changement. Ils rencontrent Noémie (Laetitia Casta) pour laquelle Léon a un coup de foudre. Mais la belle part sur Paris suivre une brillante carrière, et Léon n’ose pas la retenir.
Quelques années plus tard, la vie est moins rose (socialiste) : Léon, journaliste, a gardé ses principes, mais ses rédacteurs en chef ne veulent pas de ses articles polémiques (sur Bernard Tapie) et lui proposent des sujets consensuels (« Tu t’y connais en littérature ? Tu dois faire le portrait de BHL. – C’est quoi le rapport entre les deux ? ») Olivier est devenu un communicant cynique, qui pense d’abord à l’argent. Leur ami Sylvain (hilarant Ramzy) a fait fortune dans le minitel rose. Noémie, devenue conseillère présidentielle, hésite entre les deux frères… Leur père (André Dussolier) ancien syndicaliste d’une usine qui a fermé, ne croit plus en rien, et suit avec inquiétude le parcours de ses deux fils. (voir bande annonce ci-dessous)

lendemains, elections.jpgJ’ai eu un gros coup de cœur pour Des lendemains qui chantent. J’adore les films qui suivent le destin de personnages sur une longue période, qui résument une époque, ancrés dans la réalité. Il est rare qu’en France, un film traite des années 80-90, en parlant de politique, et associant la grande Histoire à la petite. Le film m’a rappelé Né en 68 dans lequel joue déjà Laetitia Casta, mais aussi Nos meilleures années de Marco Tullio Giordana, film que j’adore. On sent vraiment l’influence des comédies italiennes, avec cette volonté de montrer le destin de personnages, leurs espoirs et désillusions

En regardant le film, je me suis souvenue avec émotion des moments phares de la France de cette période : l’annonce à la TV des résultats des élections de 2002, la victoire à la coupe du monde de 1998, mais aussi certaines publicités emblématiques, la déco et les vêtements de l’époque, les tics de langage, le Minitel… Le côté Madeleine de (Gaspard) Proust m’a beaucoup plu.

Les journalistes sont moins enthousiastes que moi. Evidemment le film ne va pas au fond des sujets politiques, il est d’abord une comédie, très pertinente. Peut-être aussi que ces reporters n’ont pas apprécié la critique hilarante de certains journaux, qui sont carrément nommés. Les scènes où Léon passe des entretiens d'embauches avec différents rédacteurs en chef sont tordantes, avec un illuminé qui trouve des sujets d’articles partout, ou une Anne Brochet excellente en directrice superficielle qui parle anglais parce que c’est « branché ». (regardez l’extrait en lien). Ils peuvent paraître caricaturaux, mais j’en ai connu des comme ça, et des pires, la réalité dépasse toujours la fiction…

Des lendemains qui chantent utilisent des images d’archives qui donnent les meilleurs moments du film, preuves implacables, en montrant ce que l’époque était réellement. Si vous étiez trop jeunes pour connaître ces années-là, ou si le côté politique vous rebute, sachez qu’ils ne forment qu’une toile de fond : le film traite avant tout de thèmes généraux qui parlent à tout le monde : s’engager ou non, en amour comme au travail, la vie qui défile et nous change… Comme l’explique le réalisateur Nicolas Castro : « Qui a raison, celui qui choisit de rester fidèle à ses idéaux au risque de stagner, ou celui qui accepte de faire des concessions ? »
Certains changements apportés par la politique Mitterrand dans ses deux premières années au pouvoir, « les lendemains qui chantent » selon les personnages, ne sont d’ailleurs évoqués que dans une seule phrase de dialogue, oui, une seule  (qui cite la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans et la création de l’impôt sur la fortune.) Donc le film de Fidel Nicolas Castro n’est pas vraiment politique. 

Des lendemains qui chantent est également touchant, avec des scènes justes et pudiques, d’occasions manquées, d’amour non exprimé  : entre un père et son fils, entre un homme et une femme, entre deux frères rivaux… scène très belle avec Laetitia Casta invitée malgré elle à manger avec le père, (« dès que Dussollier apparaît à l’écran, résonne une note d’émotion pudique, de poésie » comme l’exprime le réalisateur) scène des « non adieux » sur le quai de la gare… mais aussi scène du comique Ramzy qui pleure…  Les acteurs sont parfaits.

Étonnamment, Gaspard Proust révèle dans le dossier de presse que « Nicolas castro m’avait d’abord approché pour le rôle de Léon, mais ça ne marchait pas très bien » Tu m’étonnes !!! 
« C’est un personnage très cynique
- Vous trouvez ? je ne le trouve au contraire ni très méchant ni très froid (…) Je suis toujours étonné par la douceur que je dégage à l’écran. »
On reconnaît bien là Gaspard Proust ! Et ses réflexions très noires qu’ils déclament dans Salut les Terriens, l’émission de Thierry Ardisson (dont les interviews parlant de vie privée et sexuelle sont critiquées dans le film, voir en lien).
L’humoriste voit son personnage ainsi : « Olivier est un type qui souffre d’un défaut très commun : il est égoïste et pense que la réussite passe par le statut social, l’élévation professionnelle et l’abondance matérielle. Il y a une certaine lucidité à s’avouer qu’on n’est peut-être pas capable de réussir dans un domaine plus intime »
lendemains qui chantent.jpgQuant au personnage de Ramzy, Nicolas Castro « trouvait amusant de montrer comment l’industrie du sexe s’est à chaque fois emparée des innovations technologiques. Elle est la 1ère à avoir gagné de l’argent avec les VHS, la 1ère à s’installer sur le créneau du minitel, la 1ère sur internet. Cela dit des choses sur l’époque. » (voir en lien)

Petit bémol : pour moi l’affiche du film est ratée et le dessert : elle fait niaise et sonne faux. J’ai peur que le public se fie à cette première impression et n’aille pas voir le film, qui pourtant mérite vraiment d’être vu. J’espère au moins qu’il est bien distribué dans les salles de cinémas… Pas comme Libre et assoupi. Plusieurs lecteurs m’ont rapporté que, encouragés par ma critique enthousiaste, ils ont voulu voir le film, mais qu’il n’est resté qu’une semaine à l’affiche à Lyon, capitale du cinéma, ou n’a même pas été diffusé dans certaines régions ! Quel dommage !

Alors, allez vite voir Des lendemains qui chantent avant qu'il ne soit plus sur vos écrans...

04/08/2014

Quiz cinéma : les résultats

petite voleuse.jpgLes réponses sont en gras :

1) Lequel de ces films n’a pas été réalisé par Patrice Leconte ?
a) Tandem
b) Les bronzés font du ski
c) Ridicule
d) La petite voleuse
Bis : Qui est le réalisateur du film restant ?
Claude Miller

2) Cinéaste américain né en 1928 et décédé en Angleterre en avril  1999, il se fit connaître avec Les sentiers de la gloire en 1957. Il s’agit de :
a) Sam Peckinpah
b) George Lucas
c) Stanley Kubrick
d) Robert Altman

3) De ces quatre acteurs, lequel n’a jamais réalisé de film ?
a) Harrison Ford
b) Al Pacino
c) Jody Foster
d) Mel Gibson

4) Quel est le seul film dans lequel Marilyn Monroe meurt à la fin ?
a) Niagara
b) Certains l’aiment chaud
c) Les désaxés
d) Sept ans de réflexion

5) Où se situe l’action du film Midnight express d’Alan Parker ?
a) En Iran
b) En Turquie
c) Au Liban
d) En Grèce
Bis : Quel est le sujet du film ?
L’histoire vraie d’un jeune touriste américain arrêté avec de la drogue dans ses bagages. Condamné à la prison à perpétuité, il fait tout pour en sortir.

6) Dans une contre-plongée, la caméra est :
a) Inclinée sur son axe vers le haut
b) Inclinée sur son axe vers le bas
c) Maintenue en équilibre de façon à ce qu’elle ne puisse pas plonger

7) Quel est le premier de ces acteurs à avoir incarné James Bond à l’écran ?
a) Roger Moore
b) Timothy Dalton
c) Sean Connery
d) Pierce Brosnan
Bis : Replacez ces acteurs dans l’ordre chronologique de leur interprétation de James Bond
c) a) b) d)

8) Qui incarne le samouraï de Jean-Pierre Melville ?
a) Jean-Paul Belmondo
b) Paul Meurisse
c) Maurice Ronet
d) Alain Delon

9) Le réalisme poétique est un mouvement cinématographique :
a) Russe des années 20
b) Français des années 30
c) Italien des années 40
d) Espagnol des années 50
Bis : Citez un film de ce mouvement
Quai des brumes de Marcel Carné, La grande illusion de Renoir, Pépé le moko de Duvivier…

10) Fahrenheit 451 est un film de :
a) Pierre Schoendoerffer, adapté d’un roman de Ray Bradbury
b) Louis Malle, adapté d’un roman d’Arthur C.Clarke
c) François Truffaut, adapté d’un roman de Ray Bradbury
d) Jean-Luc Godard, adapté d’un roman de Philip K.Dick
Que signifie ce titre et que raconte l’histoire ?
Dans le futur, la lecture est interdite car elle empêcherait d'être heureux. Les livres sont brûlés. Fahrenheit 451 est la température à laquelle le papier s'enflamme. 

Alors, combien de bonnes réponses ?

31/07/2014

Vos devoirs de vacances : Quiz cinéma

quiz, cinéma quiz cinémaAprès le quiz littérature, voici le quiz cinéma ! Comme d’habitude, questions très faciles, j’en ai rajouté des bis. Le gagnant tiré au sort recevra une carte postale papillotienne qu’il pourra revendre aux enchères.

1) Lequel de ces films n’a pas été réalisé par Patrice Leconte ?
a) Tandem
b) Les bronzés font du ski
c) Ridicule
d) La petite voleuse
Bis : Qui est le réalisateur du film restant ?

2) Cinéaste américain né en 1928 et décédé en Angleterre en avril  1999, il se fit connaître avec Les sentiers de la gloire en 1957. Il s’agit de :
a) Sam Peckinpah
b) George Lucas
c) Stanley Kubrick
d) Robert Altman

3) De ces quatre acteurs, lequel n’a jamais réalisé de film ?
a) Harrison Ford
b) Al Pacino
c) Jody Foster
d) Mel Gibson

4) Quel est le seul film dans lequel Marilyn Monroe meurt à la fin ?
a) Niagara
b) Certains l’aiment chaud
c) Les désaxés
d) Sept ans de réflexion

5) Où se situe l’action du film Midnight express d’Alan Parker ?
a) En Iran
b) En Turquie
c) Au Liban
d) En Grèce
Bis : Quel est le sujet du film ?

6) Dans une contre-plongée, la caméra est :
a) Inclinée sur son axe vers le haut
b) Inclinée sur son axe vers le bas
c) Maintenue en équilibre de façon à ce qu’elle ne puisse pas plonger

7) Quel est le premier de ces acteurs à avoir incarné James Bond à l’écran ?
a) Roger Moore
b) Timothy Dalton
c) Sean Connery
d) Pierce Brosnan
Bis : Replacez ces acteurs dans l’ordre chronologique de leur interprétation 

8) Qui incarne le samouraï de Jean-Pierre Melville ?
a) Jean-Paul Belmondo
b) Paul Meurisse
c) Maurice Ronet
d) Alain Delon

9) Le réalisme poétique est un mouvement cinématographique :
a) Russe des années 20
b) Français des années 30
c) Italien des années 40
d) Espagnol des années 50
Bis : Citez un film de ce mouvement

10) Fahrenheit 451 est un film de :
a) Pierre Schoendoerffer, adapté d’un roman de Ray Bradbury
b) Louis Malle, adapté d’un roman d’Arthur C.Clarke
c) François Truffaut, adapté d’un roman de Ray Bradbury
d) Jean-Luc Godard, adapté d’un roman de Philip K.Dick
Que signifie ce titre et que raconte l’histoire ?

A vous de jouer !

Questions inspirées du livre de Jean-Michel Oullion, 2500 QCM de culture générale
Vous pouvez donner vos réponses dans les commentaires, ou les envoyer par la rubrique "me contacter". Résultat lundi.

 

28/07/2014

Bilan ciné : Tristesse club et Xenia

- Tristesse Club de Vincent Mariette

tristesse club.jpgJ’ai beaucoup aimé 2 automnes, 3 hivers avec Vincent Macaigne. Dans Tristesse Club, on retrouve l’acteur dans le même rôle de loser fragile et décalé, le même humour, le même goût des bons mots, des répliques absurdes, ce ton mélancolique charmant. Le scénario n’est vraiment pas ce qui est le plus intéressant dans le film, il est d’ailleurs prévisible : deux frères recherchent leur père disparu avec lequel ils sont en froid, et découvrent leur demi-sœur. Le plus important, ce sont les réparties, les situations cocasses, le jeu d’acteurs (tous excellents). Que faisons-nous de notre enfance, de notre héritage ? La bande originale de ROB est entêtante, elle reprend le thème principal de Nous nous sommes tant aimés d’Ettore Scola, dont on sent l’influence. Un premier long métrage très prometteur. (voir bande annonce en lien)

- Xenia de Panos H. Koutras

xenia.jpgEncore une histoire de frères qui cherchent leur père démissionnaire. Cette fois-ci, ils sont adolescents et Albanais. Après le décès de leur mère, ils poursuivent leur géniteur Grec qui les a abandonnés, afin d’obtenir la nationalité de leur pays d'accueil. Dans leur périple " nouvelle odyssée grecque", ils rencontrent des personnages farfelus, tentent de passer le casting d’une sorte de nouvelle star… La mise en scène de Xenia est originale, souvent onirique voire fantastique (le lapin qui rappelle Donnie Darko, la référence au passage de la barque dans La nuit du chasseur…) Les personnages sont attachants, à la joie communicative. Mais j’ai trouvé le film bien trop long et la fin grotesque. J’en retiens surtout la musique : leur amour pour la chanteuse Patty Bravo, ou leur danse sur Rumore de Raffaela Carra.

 

25/07/2014

Bilan ciné : Jersey Boys, The edge of tomorrow, Black Coal

- Jersey Boys de Clint Eastwood

jersey boys.jpgL’histoire vraie d’un groupe de musique des années 60, The four seasons. De leur rencontre adolescents à leur vieillesse. Leurs doutes et plans galères du début (jouer dans des petits bars miteux, se faire claquer la porte au nez ou arnaquer par les producteurs de musique). La découverte de l’amour évidemment, du quotidien de la vie conjugale difficilement compatible avec la vie en tournée et les rencontres avec les filles groupies. Les choix et directions à prendre (traîner avec des mafieux ou pas) etc. Voir la bande annonce en lien.

J’adore les biopics, j’adore la musique des années 60, j’adore Eastwood (surtout L’échange et Gran Torino). Problème : pourquoi Clintounet a-t-il choisi un groupe un peu banal (et méconnu chez nous) ? Leur musique est un peu ringarde et la voix de castrat du chanteur Frankie Valli assez horripilante. Puis j'aime pas les cheveux pleins de gomina et les gros sourcils, bref ils ne font pas rêver. On attend une heure avant d’entendre le premier tube qui nous fera enfin dire « aaah d’accord ! C’est eux ! » Mais flop, je ne connais pas la chanson, les autres spectateurs aussi visiblement... Quand j’en connais enfin deux, des tubes effectivement planétaires, malheureusement, je ne les aime pas du tout… Ce sont mes goûts, car je sais que ces chansons sont très appréciées : Can’t take my eyes of you, et surtout cet air, December 1963, Oh what a night. Il a été repris par Claude François, et massacré par Yannick en 2000 (j’éteignais la radio dès que je l’entendais. C’est peut-être à cause de cette horreur que j’ai cessé d’écouter mon poste). 
Malgré tout, j’ai apprécié le film. Il lui fallait vraiment le talent de Clint Eastwood.

- The edge of tomorrow avec Tom Cruise, de Doug Liman

edge of tomorrow.jpgUn jour sans fin version SF. Tom Cruise succède à Bill Murray. La ville ennuyeuse qui fête la marmotte est remplacée par un paysage en ruine, une guerre dans le futur contre des extra-terrestres paraissant invincibles. Le film rappelle aussi le terrifiant et apocalyptique La guerre des mondes, dans lequel Cruise a aussi joué. Soldat pleutre, il est envoyé à la bataille, il y meurt. Il se réveille pourtant le lendemain et revit la même journée. Comme il est au courant de ce qui va se passer, il peut s’adapter aux situations et même les changer. Avec l’aide d’une femme soldat (Emily Blunt) ayant vécu le même phénomène, il cherche la faille des ennemis…
Très bonne surprise. Un bon scénario, très original, avec plein de rebondissements et de l’humour. Les scènes de bataille qui débutent et closent le film sont un peu longues, mais Edge of tomorrow vaut vraiment le déplacement. 

- Black Coal de Yi’nan Diao 

black coal.jpgLa critique a encensée ce film, je suis donc allée le voir avec enthousiasme, et j’ai été déçue. Le scénario de ce thriller/ film noir est prévisible, la femme fatale n’a rien d’une femme fatale, banale et peu charismatique, le flic loser n’est pas sympathique. Oui, les plans dans la neige, sur une patinoire, en haut d’une grande roue sont beaux… mais longs, mais lents… Je m’attendais à une sorte de Memories of Murder, film que j’adore, Black Coal n’égale pas le talent de Bong Joon-ho. 

 

23/07/2014

A la télé cette semaine : Chacun cherche son chat, OSS 117, Rio ne répond plus...

chacun cherche-son-chat-.jpgCe soir sur Arte, Chacun cherche son chat de Cédric Klapisch. En cherchant Gris-Gris, son matou noir qui s’est fait la malle, une jeune femme timide et solitaire rencontre enfin ses voisins du 11ème arrondissement de Paris. Les habitants les plus emblématiques du quartier (la gouailleuse Mme Renée) jouent leurs propres rôles. Une rafraîchissante comédie sentimentale et sociale, qui m’avait ravie quand j’étais ado. 

viens chez moi copine.jpgAutre comédie sur France 4, après Marche à l’ombre la semaine dernière, on retrouve Michel Blanc dans son rôle de loser geignard avec Viens chez moi, j’habite chez une copine. Cette fois-ci, il met le bazar dans l’appartement et la vie rangée d’un couple (Thérèse Liotard et Bernard Giraudeau, très beau). On retrouve également la musique de Renaud : Sur les bords, au milieu, c’est vrai qu’il craint un peu. Irrésistible.

oss 117 rio.jpgJeudi sur M6, OSS, Rio ne répond plus de Michel Hazanavicius. Film que j'adore évidemment, car il parodie Le magnifique et d'autres films cultes. Après Le Caire nid d’espions, le réalisateur va encore plus loin dans l’humour irrévérencieux. On sent qu’il était l’un des auteurs des Nuls, et le réalisateur du film pour cinéphiles,  La classe américaine. En 1967, Hubert Bonisseur de La Bath, agent secret calamiteux, est envoyé à Rio pour traquer les nazis. Il se pointe à l’accueil d’un grand hôtel : « Vous avez bien une amicale d’anciens nazis ? Un club ? Une association peut-être ? » Quelques citations :

Hubert (à un groupe de hippies) : "Changer le monde, vous êtes bien sympathiques mais faudrait déjà vous lever le matin. Parce que je ne sais pas si vous êtes au courant, mais le monde, il ne vous attend pas. Il bouge et il bouge vite. Vous n’allez pas tarder à rester sur le carreau, j'vous le dis, hein. Parce que là vous êtes en vacances, très bien. Mais à la rentrée... 
Un hippie : On n'est pas en vacances.
Hubert : OK, admettons. Vous avez pris une année sabbatique, très bien. Mais l'année prochaine, vous y avez pensé à ça ? C'est pas le monde qui va se plier à vos désirs, les enfants. C'est pas « 68 année de la jeunesse ». C'est pas comme ça que ça se passe. C'est le vrai monde dehors. Et le vrai monde, il va chez le coiffeur, déjà. Alors gna gna gna la guitare, les troubadours, tout ça c'est fini. (Un hippie lui tend un joint) Non merci j'ai les miennes." (Il sort son paquet de cigarettes)

- "Finalement, cette bande de hippies est plutôt sympathique, une fois passée la barrière de l'hygiène s'entend. Enfin, que voulez-vous, c'est la jeunesse. Tôt ou tard, la vie se chargera de leur couper les cheveux."

Carlotta (réveillant volontairement Hubert avec de l'eau au bord de la piscine) : "Oh pardon, je suis affreusement maladroite. Apparemment je vous ai éclaboussé.
Hubert : - Mais je vous en prie. D'ailleurs ne dit-on pas qu'une femme qui éclabousse un homme, c'est un peu comme la rosée d'une matinée de printemps ? C'est la promesse d'une belle journée et la perspective d'une soirée enflammée.
Carlotta : Quel réveil !
Hubert : Ah, je n'y suis pour rien. C'est l'inexpugnable arrogance de votre beauté qui m'asperge.

Si vous voulez en découvrir plus, regardez le film…

 

21/07/2014

Le conte de la princesse Kaguya

conte kaguya.jpgÉnorme coup de cœur pour ce film de Takahata. Il est l’adaptation d’un conte japonais du Xe siècle. Un modeste paysan trouve une enfant et un trésor dans un bambou. Il se persuade que le bébé est une princesse qu’il faut élever comme telle. La famille quitte alors la montagne, les amis avec lesquels la petite a grandi, pour rejoindre la ville et les codes très rigides de l’éducation d’une princesse. Mais Kaguya reste nostalgique de son enfance, de la nature, la simplicité et l’amour perdu… (voir la bande annonce en lien)

conte kaguya lune.jpgA priori l’histoire ne me disait rien et la longueur (plus de 2 heures) me rebutait. Mais je n’ai pas vu le temps passer, et le sujet touche à l’universel : est-ce la peine de sacrifier ses rêves et désirs profonds pour se conformer à ce que les autres et la société attendent de nous ? Peut-on passer à côté de sa vie ?

Le dessin est d’une beauté époustouflante. Il varie d’une scène à l’autre, rappelle les estampes japonaises, l’aquarelle, le pastel… L’histoire qui frôle avec le fantastique est magique, belle et terriblement émouvante. J’ai vu le film pendant la fête du cinéma et durant un match de la France au mondial. On était qu’une vingtaine dans la salle, majoritairement des femmes (et quelques rares compagnons qui les accompagnaient). On est TOUS restés jusqu’à la fin du générique, sonnés. J’entendais renifler et j’ai vu plusieurs personnes les larmes aux yeux.

conte kaguya 3.jpgSacré Takahata. Il peut se vanter d’être le premier à m’avoir fait chouiner devant un film, qui reste toujours pour moi le plus traumatisant de tous : Le tombeau des lucioles. J’ai pourtant écrit mon mémoire de fin d’études sur Miyazaki, mais je retourne ma veste aujourd’hui. Je crois que je préfère Takahata, son style si changeant, de dessins et d’histoires, passant du pur mélo à la comédie loufoque, du quotidien d'une famille à la vie d'animaux imaginaires luttant contre l'accroissement urbain : Mes voisins les Yamada, Pompoko… Contrairement à Takahata, je trouve que Miyazaki ne se renouvelle pas. Le vent se lève m’a ennuyée : faire une scène entière sur des boulons d’avions ou un truc dans le genre, il était temps que pépé arrête le cinéma.

A plus de 70 ans, les deux géants de l’animation japonaise ont annoncé leur retraite. Quel dommage, mais Takahata finit sur un chef d’œuvre. Ne le ratez surtout pas.