Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2021

Nos données personnelles valent de l'or : les documentaires société

donnees or.jpg- Nos données personnelles valent de l'or, Cash investigation, en lien.

Big brother is watching you ! Pour ma part, depuis le rachat de whatsapp par facebook, j'ai constaté que les publicités s'insérant sur mon fil d'actu concernaient des sujets que je n'évoque jamais sur facebook, mais par messages whatsapp à mes amis... 
Vos téléphones vous espionnent et collectent des données très personnelles sur votre religion, votre moral ou votre santé sans votre consentement. Par exemple, lorsque vous vous connectez sur des sites de santé, vous transmettez des informations qui vont être envoyées à votre insu à des entreprises appelées data brokers. C’est ainsi que vous recevez des publicités ciblées… Un marché colossal, estimé à 400 milliards d’euros en Europe.
Vous croyez qu’en éteignant votre téléphone, ou votre ordinateur, vous pourrez leur échapper ? Et bien non car ils ont un autre moyen de vous pister, votre carte vitale ! Dans la moitié des pharmacies françaises, les informations sur les médicaments que vous avez achetés sont transmises au plus gros data broker de données médicales au monde, IQVIA. Sans le savoir, 40 millions de Français seraient ainsi suivis.

- Homothérapie, conversion forcée, Arte jusqu'au 15/08 en lien.
Plongée délirante et effroyable chez des prêtres et associations sectaires qui prétendent guérir de l'homosexualité, à travers des exorcismes, des transes... Effarant.

- Travail, salaire, profit, Arte.tv, jusqu'au 19/10 en lien.
Lire mon article ici.

- Très chers colis ! Envoyé spécial, jusqu'au 10/07 en lien.
Lire mon article ici

A suivre : les documentaires portraits.

 

 

 

 

 

17/04/2021

Les damnés de la commune

damnes commune.jpgLes damnés de la commune , arte.tv, jusqu'au 20 août
Pour fêter les 150 ans de la commune, voici un documentaire passionnant, résultant d'une enquête de 8 années. Il est illustré de gravures de l'époque et constitué principalement à partir des mémoires de Victorine Boucher, Souvenir d'une morte vivante.
A la fin des années 1860, l'empereur Napoléon III décide de moderniser Paris et la rendre plus salubre, en faisant appel au baron Haussmann. Celui-ci fait raser les maisons vétustes et les rues étroites du centre-ville, pour construire des parcs, des canalisations, de grands immeubles et de larges boulevards où le soleil peut pénétrer, afin d'améliorer la santé des Parisiens. Pour payer les travaux, les loyers augmentent, la misère aussi, et les anciens habitants pauvres du centre sont refoulés à la périphérie.

Le gouvernement tente de détourner la colère des Parisiens en la focalisant sur un autre sujet (astuce toujours d'actualité, en ces temps de Covid où la population se plaint de la mauvaise gestion de l'épidémie). Napoléon III déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. 
Le conflit vire très vite au fiasco : 2 mois après, Napoléon III est fait prisonnier. L’empire s’effondre, la république est proclamée. Le gouvernement provisoire, dirigé par Adolphe Thiers, décide de négocier la paix avec les Prussiens. Mais "vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine" ! Dans la capitale assiégée, les habitants, eux, refusent de se rendre. Le siège de Paris est terrible : les plus riches mangent les animaux des zoos (comme Castor et Pollux, les éléphants du jardin des plantes), les plus pauvres mangent des rats ou meurent de faim.
Après une élection, la Commune de Paris est proclamée le 28 mars 1871. En deux mois, elle instaure de nombreuses réformes : école gratuite obligatoire et laïque, salaires augmentés dans l'enseignement, égalité des sexes et des salaires entre hommes et femmes, aides pour les veuves et les orphelins, limitation de la journée de travail à 10 heures pour les ouvriers, encadrement des loyers et réquisition des logements vacants...

Mais Adolphe Thiers mobilise une armée de Versaillais pour attaquer les Parisiens. S'ensuit de violents combats, qui s'achèvent par la semaine sanglante et la fin de la commune : environ 20 000 morts et exécutions sommaires dans les rues, puis 7000 déportations en nouvelle Calédonie.

Grâce au témoignage de la survivante Victorine Boucher, lu ici par Yolande Moreau, on revit la commune de Paris comme si on y était. Un documentaire passionnant et très émouvant, à voir.

09/11/2019

Bilan "je suis culturée" d'octobre : les séries et documentaires

years.jpg11 séries :
Coup de cœur :
-
Years and years
saison 1
Pas mal :
- Kidding avec Jim Carrey♥
- Mindhunter saison 2
- Stranger things saison 3
- Dark saison 2
- Twilight zone saison 1
- Tunnel saison 3

propagande.jpegDéception, j'écris ton nom :
- La servante écarlate saison 3
- Top of the lake saison 2
- Mouche
- Missions saison 2

19 Documentaires :

4 Economie / société :
A voir absolument :
-
Dopamine ! 8 épisodes de 5 min en lien (facebook, twitter, tinder, instagram...)
- Propagande : l'art de vendre des mensonges. Dispo sur Arte replay en lien.
- La fabrique du consentement 
- La vérité sur le mensonge

2 Santé :
- Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre, en lien sur Arte replay
- Le ventre, notre 2ème cerveau, en lien sur Arte

3 Histoire :
- Enquête sur la peste noire
- Famine à Jamestown, les premiers colons du Nouveau Monde dispo jusqu'au 11/11 en lien
- C'est un complot ! Les illuminati

4 cinéma :
- Robin Williams, Come inside my mind
- Il était une fois Sergio Leone
- Philippe de Broca, poète de la dérision
- Les couples mythiques du cinéma : Steve McQueen et Ali MacGraw

3 Affaires criminelles :
- Manson, les archives secrètes
- Faites entrer l'accusé : l'étrange disparition de Nadine Chabert
et d'innombrables podcasts (Hondelatte raconte, Affaires sensibles...)

3 Animaliers :
- La planète bleue
- Un nouveau jour sur Terre
- Secrets de chats

30/10/2013

Les films du mois

chantons sous la pluie.jpeg... de septembre... Je vous avais bien prédit que je ne publierai pas mon bilan culturel à l’heure. Je n’ai pas eu le temps, j’étais en vadrouille la moitié du mois. J'ai déjà proposé un premier compte-rendu ici.
Puisqu’on me l’a demandé, je vais citer les films vus en septembre à la télé, 37, en tentant un semblant de classement. Dans la grande majorité, je connaissais déjà ces œuvres. J’ai sans doute été influencée par le souvenir qu’elles m’avaient laissé quand j’étais plus jeune et plus impressionnable. Le classement par ordre de préférence est donc subjectif et varie selon l’humeur du moment…

Comédies

Camille-redouble-.jpg- On connaît la chanson d’Alain Resnais, 1997. Sur D8 (déjà vu)
- Chantons sous la pluie de Stanley Donen et Gene Kelly, 1952. en dvd
Des films qui plaisent forcément à quelqu’un atteint de chansonnite aiguë.
- Camille redouble de Noémie Lvovsky. Canal +
Une plongée dans les années 80 drôle et originale.
- Asterix et Obelix, au service de sa majesté de Louis Tirard. Canal + (première vision)
Il égale le volet réalisé par Alain Chabat. Surtout grâce à la présence de l’irrésistible Guillaume Gallienne, bientôt au cinéma avec son film autobiographique Les garçons et Guillaume, à table !

- Bachelorette de Leslye Headland. Canal+ (première vision)
Une fille se marie, ses « amies » sont conviées à la fête. Jalousie (« pourquoi c’est elle qui se marie, elle est moche et obèse, ça devrait être moi ! » dit la belle Kirsten Dunst), règlements de comptes… un humour rentre dans le lard assez réjouissant, même si souvent en dessous de la ceinture et puéril.
- Les seigneurs d’Olivier Dahan. Canal + (première vision)
Ce film vaut surtout pour sa belle brochette de comiques, qui réunit mon chouchou Jean-Pierre Marielle la plus belle voix du monde, José Garcia, Ramzy, Franck Dubosc, Gad Elmaleh…
- Ariane de Billy Wilder, 1957. Arte (première vision)
Une comédie plutôt mineure de la part du réalisateur du génial Certains l’aime chaud.
- Rock ‘n love de David Mckenzie. Canal + (première vision)
Un film qui m’a surtout plu car je l’ai vu le lendemain de rock en seine, et qu’il se déroule lui aussi lors d’un festival d’été. J’ai pu y retrouver l’ambiance euphorisante de ces rencontres musicales. En plein hiver, cloîtrée par l’hibernation, je n’aurais sans doute pas accueilli le film si positivement…
- Chevalier de Brian Helgeland, 2001. rtl9
Une comédie anachronique située au Moyen-Âge, que j’avais trouvé délirante à sa sortie, beaucoup plus banale aujourd’hui.
- Jeux d’enfants de Yann Samuell, 2002. France 4 (première vision)
Une comédie romantique que conseillaient plusieurs filles, je l’ai donc regardé. Je n’ai pas du tout adhéré. Les défis que se lancent les personnages consistent souvent à se moquer des gens, et je déteste cet humour irrespectueux. J’ai trouvé les personnages très antipathiques, et le comble, peu  romantiques : Marion Cotillard se marie avec un gros bêta, sportif célèbre, uniquement pour son argent… De plus, la mise en scène et les couleurs criardes qui lorgnent sur un sous Amélie Poulain m’ont rendu le tout assez indigeste…

Drames

tess.jpg- Tess de Roman Polanski, 1979. Arte
Adolescente, je l’avais conseillé à une amie. Je me souviens encore de son verdict et de l’expression employée : « c’est niais ! « oh, je l’aime, il m’a frôlé l’épaule ! » Visiblement, elle n’avait pas compris la cruauté du film et confondu la scène d’agression avec une scène romantique…
- 12 hommes en colère de Sidney Lumet, 1957. Arte
j’en ai déjà parlé ici.

- A perdre la raison de Joachim Lafosse. Canal+(première vision)
Inspiré d’un faits-divers encore plus glauque que le film (attention, je raconte tout) : une institutrice devient femme au foyer modèle, tombe dans l’ennui et la déprime, et finit par assassiner ses 5 enfants ! (dans le film, ils ne sont « que » 3)
- Ombline de Stéphane Cazes (première vision)
Une histoire se déroulant dans une prison pour femmes, où une jeune délinquante incarnée par Mélanie Thierry tente d’élever son bébé… Réaliste et redoutable, mais je n’avais pas l’esprit à ce moment-là à regarder un film si dur.

Science-fiction / horreur

bienvenue à gattaca.jpg- Bienvenue à Gattaca de Andrew Nicoll, 1997. Rtl9
Une bonne réflexion sur l’eugénisme et ce qui définit un être humain…
- The thing de John Carpenter, 1982. Rtl9
Un classique de la paranoïa.
- Le cercle de Gore Verbinski, 2002. Rtl9
Moins effrayant que le film original, Ring, mais toujours efficace.
- La cabane dans les bois de Drew Goddard (première vision)
Une agréable surprise, un scénario original. Premier film d’un réalisateur à suivre, qui avait déjà écrit le scénario de Cloverfield, de quelques épisodes de ma série culte Lost, et de Buffy ou Alias…
- Predator de John Mctiernan, 1987. Rtl9 (première vision)
Je sais, c’est un film culte, mais des soldats bodybuildés qui ne se parlent qu’en s’insultant, sous des rafales de mitraillettes… et le prédator, avec sa coupe rasta, est plus comique et kitsch qu’effrayant … La seconde partie où Schwarzy affronte seul la bébête est plus flippante.
-Abraham Lincoln, chasseur de vampires de Timur Bekmambetov. Canal + (première vision)
Quelle drogue a ingéré le scénariste pour se dire « hé les gars, si on faisait un film où le président des états unis serait en fait un chasseur de vampires ? Ouais, trop bien ! » c’est marrant 5 minutes, mais un film entier…
- Paranormal activity 3 de Henry Joost, C+.  (première vision)
Je n’avais déjà pas trouvé le premier particulièrement effrayant, le deuxième assez risible, avec son aspirateur qui vole au-dessus de la piscine (qui n’est pas sans rappeler les pommes volantes de l’émission Mystères) … même constat avec ce dernier volet.
- Voisins du troisième type d’Akiva schaffer. C+.(première vision)
Affligeant.

Policiers / thrillers

télé, cinéma, canal+, arte- Plein soleil de René clément, 1960. Arte
Un des rares films dont je me souviens de la fin, tellement forte ! Et Delon était si beau à 25 ans, Ronet aussi…
- Memento de Christopher Nolan, 2000. C+
Un film tortueux qui m’avait beaucoup marqué lors de sa sortie. Critique ici.
- Insomnia de Christopher Nolan, 2002. Hd1
Le film original, norvégien, était encore plus troublant.
- Le guetteur de Michele Placido. Canal+ (première vision)
Pas mal mais manque d’originalité je trouve.
- Associés contre le crime (première vision)
Pas vraiment un film policier, plutôt une comédie pour vieux
- Wrong de Quentin Dupieux (première vision)
Un film inclassable, absurde, dérangeant. Je l’ai beaucoup plus apprécié que le précédent, Rubber, qui suit le parcours d’un … pneu ! je me suis peut-être habituée à cet univers étrange.

Comédies dramatiques/ société

- La forêt d’émeraude de John Boorman, 1985. Arte
Un film écolo tiré d’une histoire vraie : un ingénieur construit un barrage qui devra recouvrir une partie de la forêt amazonienne. Son enfant est enlevé et élevé par une tribu, et il le retrouve 10 ans plus tard, à l’état sauvage…
- Magic Mike de Steven Soderbergh. Canal+ (première vision)
Un bon cru de Soderbergh, avec Matthew Mcconaughey et Channing Tatum en rois du strip tease, donc forcément intéressant.
- Little children de Todd Field, 2006. France 2
Une vision assez juste des banlieues des classes moyennes américaines, ses commérages, sa vision étriquée, son quotidien banal, ses little boxes… Le personnage de Kate Winslet (toujours parfaite) rappelle celui des Noces rebelles.
- Le monde selon Garp de George Roy Hill, 1982. Arte (première vision)
Je n’avais ni vu ni lu cette adaptation d’un roman culte. Pas mal, original, fantaisiste. L’un des premiers rôles de Robin Williams, qui inaugure son personnage loufoque et tendre.
- Une éducation norvégienne de Jens Lien. Canal+ (première vision)
Adapté de l’autobiographie du scénariste, qui raconte son enfance hippie puis sa rébellion adolescente punk. Le film évoque par son sujet This is England de Shane Meadows, mais en beaucoup moins percutant.
- Les vestiges du jour  de James Ivory, 1993. D8 (première vision)
- Comme la série Dowton Abbey, un bon témoignage de la servitude des domestiques dans les maisons aristocrates au début du 20è siècle, qui sacrifient tout à leur maîtres, quitte à passer à côté de l’amour de leur vie... Froid et sans passion, un peu ennuyeux.
- Le jour des corneilles de Jean-Claude Dessaint, canal+ (première vision)
Je n’ai pas réussi à rentrer dans ce film d’animation, acclamé, auquel Télérama donne carrément la note maximale. Peut-être que je me fais vieille et supporte moins les dessins animés. Enfin, il faut bien soutenir la production hexagonale.
- Madame Solario de René Féret. Canal+ (première vision)
Un truc m’a frappé dans ce film : l’héroïne principale et une autre jeune fille jouent vraiment très mal. Après vérification, il s’agit des enfants  du réalisateur, qu’il impose dans tous ses films…
- Lady vegas, mémoires d’une joueuse de Stephen Frears. Canal+
Comment le réalisateur de My beautiful laundrette, High fidelity ou Les liaisons dangereuses a-t-il pu se compromettre dans une bouse pareille ?

Prochainement, les films du mois d’octobre.

Et vous, avez-vous vu et apprécié ces films ?