Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2020

Le grand bain, jetez-vous à l'eau

grand bain persos.jpgDes hommes mal dans leur peau trouvent un sens à leur vie en pratiquant un sport jusqu'alors dévolu aux femmes : de la natation synchronisée, sous l'égide d'anciennes gloires déchues (Virginie Efira et Leïla Bekhti). Voir bande annonce ici.

J'attendais la diffusion Canal + pour vérifier si ce film mérite vraiment ses louanges, car à l'époque de la sortie, voir sur grand écran des gars bedonnant en slip ne me disait rien (afin de préserver les âmes sensibles, j'ai choisi une photo d'illustration coupée aux torses). Puis je craignais qu'il ne soit qu'un film de et pour mecs. Au contraire, agréablement surprise, je trouve que les meilleurs rôles sont pour les femmes ! (par contre les gars, va falloir arrêter la bière pour retrouver la ligne de flottaison).
Le grand bain avait tout pour faire un carton, car il se veut feel good movie, en lorgnant du côté des comédies sociales comme Full Monty et parce qu'il rassemble de grands noms de la comédie française (c'est utile de s’appeler Gilles Lellouche et d'avoir plein de copains dans le milieu). 
grand bain.jpgMalgré 8 nominations aux césars, le film n'a reçu que le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour Philippe Katherine. Il est en effet le meilleur atout de cette comédie, car avec son côté complètement décalé, il apporte son originalité et la personnalité qui aurait manqué sinon. Le rôle principal me semble en effet  banal (une simple histoire de dépression suite à un chômage) et échoue à Almaric que je ne peux pas encadrer (avec ses horribles yeux perçants, sa voix et son rictus constant). Le talent du génial Poelvoorde me paraît sous exploité. On salue malgré tout la performance de Guillaume Canet dans un rôle à contre-emploi, ambigu et complexe de mec qui veut tout maîtriser, reproduit les maltraitances qu'il subit en alternant chaleur et violence. Anglade est également très touchant, persuadé qu'il est un grand musicien incompris et que son heure de gloire viendra, et qui en attendant se contente de boulots et concerts minables dans des fêtes de village et est méprisée par sa fille ado (Odieuse. "Non mais oh, comment tu parles de ton père ? Moi mon père il était charron et je peux te dire que ça filait doux !" ) Félix Moati prouve également qu'il est un des acteurs les plus prometteurs de la nouvelle génération (ici dans Libre et assoupi).

Un film qui vaut surtout pour ses personnages, même si je ne souhaiterais pas être amie avec l'un d'eux dans la vraie vie, et qu'on s'aperçoit qu'ils ne le sont pas entre eux : ils ne se voient que pour le sport et entretiennent des relations assez superficielles, sans rien connaître les uns des autres. Une comédie douce amère qui montre donc notre solitude moderne, le culte de la performance, et la mise au rebut des gens qui ne rentrent pas dans le moule. Seules les femmes me paraissent fréquentables : Marina Foïs qui soutient son mari en dépression, est fière de lui et le défend face aux moqueries des autres (être chômeur et pratiquer un sport de gonzesse, c'est pas viril). Leïla Bekhti en fauteuil roulant qui conserve une combativité phénoménale, Virginie Efira qui cache ses fragilités et ses amours déçues.
Malgré un discours bisounours assez convenu (il faut accepter les différences, se dépasser, croire en ses rêves, tout peut arriver, etc) on plonge avec plaisir dans Le grand bain.

Rendez-vous sur Hellocoton !

23/01/2020

Star wars, épisode 238

star wars 9.jpgJe ne me tracasse même plus à chercher le titre et le numéro de la saga, vu que les scénaristes qui sont payés des millions pour écrire le film ne sont pas fichus de peaufiner une bonne histoire.
Mémé a décidé de faire semblant d'être une jeune dans le coup en délaissant ses documentaires pour avoir la bonne idée d'aller voir ce blockbuster dès le premier week-end (c'est donc pour ça que j'écris dessus un mois après). J'ai dû acheter les billets 4 heures en avance pour obtenir une place et attendre 1 heure debout devant la salle (mémé avait mal au dos), entourée de mecs geeks bien plus jeunes que moi. Grand moment de solitude.

Je n'ai pas trouvé un grand intérêt à ce film, avec un scénario téléphoné qui semble écrit en 24 h chrono. Clairement on sent que JJ Abrams a pensé : "Des millions de fans espèrent notre film ? Va t'on leur faire plaisir en soignant le scénar ? Pas la peine, ils viendront quand même ! Ils étaient déjà déçus par les deux premiers volets, mais ils paient quand même pour voir la suite, alors pourquoi se tracasser en leur vendant une bonne histoire, autant les prendre pour des poires jusqu'au bout puisqu'ils en redemandent !

star wars babu frik.pngLes geeks vont voir Star wars pour les scènes de bataille dans les vaisseaux sombres, moi j'ai confondu avec un épisode de Notre planète, j'y vais pour les petits zanimaux mignons et les beaux paysages des mondes inventés (ça permet de voyager sans quitter son fauteuil). L'île verte et isolée des Porgs, le désert de Tatooine, la fôret d'Endor...
Mais là, beaucoup de ruines filmées la nuit, des vaisseaux délabrés abandonnés (mais avec l'électricité qui fonctionne après 30 ans d'immersion sous l'eau) des galeries souterraines... Allumez la lumière, inutile de dépenser des millions dans les décors, on ne voit rien ! Bref, rien qui donne envie d'acheter le guide du routard ("ça a l'air sympa chez Palpatine ! Tout confort, très accueillant ! 5 étoiles sur B&B !")

Comme tous les enfants (je ne suis pas seulement fan de Faites entrer l'accusé) j'appréciais les animaux craquants marrants, comme les ewoks ou les Porgs, sorte de pingouins du dernier épisode. Je m'attendais à revoir cet incontournable, d'autant + que la saga a été rachetée par Disney et qu'elle veut vendre des peluches. Mais là, elles sont où mes bestioles mignonnes ? C'est la vieille réparatrice de droïdes Babu frik qui est censée tenir ce rôle ? Cet espèce de ver de terre ratatiné, cette chenille sans poil (à part au menton), cette grand-mère de monsieur Caca de South Park à l'humour très lourd ? "Peluche" sous-entend un jouet doux et duveteux que les enfants aiment câliner, Disney veut traumatiser les gosses avec ce vers gluant ?
Comme toutes les gonzesses, j'aime bien les histoires romantiques. Que deviennent les feux de l'amour entre Rose qui aime Finn mais Finn qui préfère Rey (qui préfère vivre en ascète et sauver le monde) ? Le personnage de Rose, la pauvre amoureuse éconduite, est totalement délaissé. A la fin les scénaristes ont dû se rendre compte que ça manquait un peu de bisous, alors ils ont rajouté ce moment ridicule qui arrive de nulle part, (attention spoiler) avec ce baiser incongru entre Kylo Et Rey. Ils ont passé 3 épisodes à s'entre-tuer, mais là, pif paf, tiens pourquoi pas, faites l'amour pas la guerre, flower power, Palpatine, t'es plus in, Macron démission (un intrus s'est glissé dans le texte)

D'autres rebondissements me paraissent très faciles (spoiler) : Palpatine dont on avait enfin réussi à se débarasser et  qu'on avait laissé pour mort, mais le matou revient, le jour suivant, le matou revient, il est toujours vivant. Rey qui s'encombre de deux sabres lasers, on ne s'attend pas du tout hein qu'elle le refilera à son nouveau pote... Etc.
Je ne suis pas la seule déçue, Star wars 9 (oui j'ai fini par vérifier le numéro) est classé à juste titre comme le moins bon de la série.
Vivement la suite !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

20/01/2020

Jean-Claude Romand, le roman d'un menteur

romand.jpgJean-Claude Romand, le narcissisme criminel, de Denis Toutenu et Daniel Settelen.
Pour fêter la grande nouvelle de ce début d'année, le retour de Faites entrer l'accusé♥, la meilleure émission juridique de la télé française, quoi de mieux qu'évoquer l'affaire Romand. De toutes les histoires criminelles, celle-ci reste ma préférée, elle
m'a toujours fascinée. Je me souviens des reportages télé de l'époque, puis d'avoir lu le formidable L'adversaire d'Emmanuel Carrère, d'avoir vu le faites entrer l'accusé sur le sujet (à voir en lien), le documentaire Le roman d'un menteur (en lien) et les films sur l'histoire (L'emploi du temps etc)... Il ne me restait plus que le témoignage des psys qui ont interrogé le criminel dans cet ouvrage.

romand famille.jpgRomand porte bien son nom : sa vie est un roman. Comment peut-on mentir à tous pendant 20 ans ? Ce personnage hors du commun voulait être médecin pour séduire la femme qu'il aime, mais il rate sa première année. Plutôt que d'assumer sa défaite, il fait croire qu'il a réussi. Qu'il poursuit ses études, devient docteur, et puis carrément membre de l'OMS... Quitte à mentir pour se la péter, autant revendiquer directement le poste le plus prestigieux.

Pour obtenir le train de vie digne de son prétendu rang, il escroque ses proches, parents, beaux-parents, leur faisant croire à des placements miraculeux en Suisse. Il va même jusqu'à profiter de la détresse de malades en fin de vie, en leur vendant à prix d'or un prétendu nouveau médicament anti-cancer pas encore sur le marché.  Sa famille pense qu'il voyage partout dans le monde ou fait des conférences avec Kouchner (soi-disant un intime), mais il passe en réalité sa vie sur des parkings et des bibliothèques. A combler ses journées en se plongeant dans les livres, il obtient ainsi un vrai savoir médical qui impressionne ses amis devenus de vrais médecins eux, dont un cardiologue qui déclare "à côté de gens comme ça, on se sent tout petit".

Quand ses proches ont enfin des soupçons (après 20 ans, il était temps !) ou réclame leur argent, comment avouer qu'il leur a menti, qu'il n'est pas le grand chercheur de l'OMS qui épate la galerie, mais un chômeur au RSA criblé de dettes ? Impossible, alors il les zigouille (ou tente de le faire). Femme, enfants, parents, beaux-parents, maîtresse, et même le chien (oh non, pas lui !)

Une étude de première main puisqu'elle est écrite par les psys chargés de conclure si Romand était apte à être jugé. On sent que les auteurs ont été affectés et surpris par ce criminel hors-norme. Romand raconte les faits sordides avec une froide précision, avec un regard extérieur, comme s'il ne parlait pas de lui. Il est arrogant, établit lui-même son diagnostic, se veut plus compétent que les professionnels. Il se pose en victime, il n'est pas quelqu'un qui a commis des crimes atroces, mais quelqu'un à qui il est arrivé des choses effroyables.
Après cette étude de personnalité, les psy ont considéré que Romand pouvait comparaître devant une cour d'assises. Il n'est pas fou, "juste" ultra narcissique, son image comptait plus que tout pour lui. Sans réelle personnalité, il ne vivait que pour le paraître, l'idéal qu'il renvoyait. Il pensait qu'être riche, avoir un haut statut social, fréquenter des gens hauts placés (Kouchner) prouvaient sa réussite et sa grandeur.
Il entretenait un sentiment de toute puissance, dû en partie à une enfance choyée par des parents qui ont eu tard cet enfant unique, et l’ont vu comme un miracle. Romand se devait d'être le meilleur, avoir la + belle femme, les + beaux enfants, une grande maison, une carrière prestigieuse. Même pour ce bilan psychologique, sa première question sera de demander aux experts et auteurs de ce livre s'ils viennent de Paris, et il sera déçu d'apprendre qu'ils ne sont "que" Lyonnais. La capitale concentre forcément les meilleurs (reste de la France = province = ploucs). Le caractère exceptionnel de son crime et sa médiatisation continuent d'entretenir son égo : grâce à son crime, il est au centre des projecteurs, il brille.

Ultra narcissique, les autres n'avaient pas pour lui d'existence propre : ils n'étaient là que pour lui être utile (donner de l'argent) et entretenir son image (ses beaux enfants), pour faire pâlir d'envie les voisins et prouver qu'il était admirable. Il voyait ses proches comme une extension de lui-même : en les tuant, puis en brûlant sa belle maison, il s'est tué lui-même. Il ne pouvait pas s'imaginer que sa famille pourrait vivre sans lui et subir la honte de n'être rien. Car sans argent, sans prestige, on est rien pour lui. Mais paradoxalement, Romand admet que c'est en tuant ses proches et l'image qu'il leur renvoyait qu'il a pu devenir lui-même, ne plus vivre dans le mensonge.
Il n'avait pas vraiment de personnalité, il a fait ce qu'on attendait de lui. Ses parents et sa copine le voyaient brillant médecin, il a fait croire qu'il l'était devenu. Surprotégé, peu armé pour le monde (un bizutage au réputé lycée du Parc l'a traumatisé et fait abandonner ses premières études) il s'est crée un monde imaginaire plutôt que d’affronter la réalité. Avec sa tête de nounours inoffensif, on le trouvait insoupçonnable, gentil et serviable, mais il a tué ou tenté de le faire, froidement, 6 personnes. Pendant que sa femme qu'il a assommé avec un rouleau à pâtisserie gisait sur leur lit, il a regardé un dessin animé avec ses enfants (avant de les tuer à leur tour).

Romand est un grand mythomane et manipulateur. Alors qu'il est étudiant, sa petite amie, future épouse, future victime, le largue. Pour la récupérer, il prétend qu'il a réussi médécine et lui fait miroiter un avenir rempli de richesses à ses côtés. Surtout, il l'apitoie en lui faisant croire qu'il a un cancer. Elle ne peut tout de même pas larguer un homme dans un tel état, c'est inhumain ! Il refuse de parler de sa maladie, se rend seul à l'hopital : il paraît ainsi digne et fort, endurant seul cette épreuve. La petite amie admire ce courage et accepte de devenir sa femme. 
Quand les gens posent des questions, il détourne leurs pensées en réactivant son prétendu cancer quand ça l'arrange :
" Au fait chéri, c'est quand que tu m'invites à voir ton bureau de l'OMS ?
- Aïe j'ai mal, je vais plutôt rester ici, j'ai mon cancer qui revient !
- Je ne vais pas te fatiguer avec mes questions, repose-toi !"

En prison, Romand s'est tourné vers la religion, pour vivre encore dans l'illusion d'un homme bon et simplement victime et martyr. Il dispensait ses généreux conseils de médecin. Après 25 ans derrière les barreaux, il a été libéré en avril 2019, et depuis il vit dans un... monastère. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

12/01/2020

Bilan lecture de 2019 : 75 livres

littérature,biographies,bdToujours une majorité d'histoires vraies, avec environ 75 ouvrages cette année, et certainement davantage (si mémé Alzheimer ne note pas le jour même, j'oublie). En reprenant ma liste de 2019, je m'interroge : "j'ai lu ça ? mais c'est quoi ?" Par exemple, j'ai simplement écrit  "les pervers narcissiques" sans prendre la peine de donner l'auteur ni le titre complet, pensant sans doute que j'allais m'en souvenir. Eh bien non.
Désormais j'essaie de recopier des extraits des livres pour en laisser une trace. Avant, j'avais la flemme, ou l'essai me semblait si pertinent que je n'allais pas le retranscrire en entier, alors je prenais des photos des meilleures pages. Mais j'ai dû changer de téléphone, et je ne savais pas que les images n'étaient pas automatiquement transférées sur le nouveau portable. J'ai donc perdu la majeure partie des citations. Je mérite donc bien mes trois surnoms : mémé Alzheimer, mémé nulle en nouvelles technologies, et Gaston.

20 Psy :
littérature, biographies, BDCoups de cœur :
- Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
- Jean-Claude Romand, le narcissisme criminel

Boris Cyrulnik :
- Les vilains petits canards
- Autobiographie d'un épouvantail
- La nuit, j'écrirai des soleils
- Sauve toi, la vie t’appelle

Humour :
- La santé psychique de ceux qui ont fait le monde de Patrick Lemoine (pas très pointu mais marrant, notes conservées)
- Le Lacan dira-t-on, guide français-lacanien de Corinne Maier
- Le divan, c’est amusant de Corinne Maier

Les gens, c'est des méchants :
- Le drame de l'enfant doué d'Alice Miller (juste le souvenir que c'est bien, mais pas vraiment du contenu. Surtout que je l'ai déjà lu car c'est un classique. Notes perdues)
- Le vrai drame de l'enfant doué (le fils qui raconte la vie de sa mère et qui prouve encore que les cordonniers sont les + mal chaussés : Alice Miller a passé sa vie à défendre les enfants contre des mères odieuses, mais elle en était une elle-même... Notes perdues)
- Les pervers narcissiques (aucun souvenir, notes perdues)
- Les paroles perverses, les reconnaître, s’en défaire de Robert Neuburger (NOTES CONSERVÉES ! ça mérite d'être clamé en capitale)
- Psychologie du bien et du mal de Laurent bègue (aucun souvenir, notes perdues)
- 16 cas cliniques en psychopathologie de l’adulte de N.Dumet, J Ménéchal (aucun souvenir, notes perdues)

Les filles, c'est trop compliqué :
littérature, biographies, BD- Beauté fatale de Mona Chollet
- King-kong théorie de Virginie Despentes
- La femme seule et le prince charmant de Jean-Claude Kaufmann (pas la peine de l'écrire en entier : ASNP)
- Pourquoi les hommes adorent les chieuses de Sherry Argov (ASNP)

Déception :
- L'âme et la vie de Jung

6 Société :
Coup de coeur :
littérature, biographies, BD- Vu en amérique, bientôt en France de Géraldine Smith

- Juste après dresseuse d'ours de Jaddo (quotidien d'une médecin)
- Les éditocrates ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n’importe quoi
- Les éditocrates 2 (Zemmour, Fog, Polony, Plantu...)
- Ceci n’est pas une lettre de candidature de Corinne Maier 
- L'amour sous algorithme de Judith Duportail (enquête sur Tinder)

5 Affaires criminelles :
-Le crime des sœurs Papin, les dessous de l’affaire d'Isabelle Bedouet
littérature, biographies, BD- La séquestrée de Poitiers d'André Gide
- Femmes fatales, les criminelles approchées par un expert de Michèle Agrapart-delmas
- L’assassinat du docteur Godard de Eric Lemasson
- Jean-Claude Romand, le narcissisme criminel de Denis Toutenu et Daniel Settelen

33 BD et romans graphiques :
Biographies :
Coups de coeur :
littérature, biographies, BD- Maus de Art Spiegelman
- L'arabe du futur de Riad Satouff
- Tant pis pour l'amour ou comment j'ai survécu à un manipulateur

Corinne Maier :
- Marx
- Einstein
- Freud 

Alison Bechdel :
littérature, biographies, BD- Fun home 
- C'est toi ma maman ?

- Révolution de Younn Locard et Florent Grouazel 

Riad Sattouf :
- L'arabe du futur, tome à 4
- Les cahiers d’esther, tome 1 à 3
littérature, biographies, BD- La vie secrète des jeunes 
- Les pauvres aventures de Jérémie

Marc Dubuisson :
- Ad absurdo, tome 1 à 3
- Les grands moments de solitude de Michael Guérin
- Amour djihad et rtt
- La nostalgie de Dieu, l’intégrââl  (livre 2 : le complexe de dieu, 3 : le retour de dieu)
- Sexe fort en péril

Allan Barte :
littérature, biographies, BD- Petit illustré des gros clichés d’Hollywood
-
Le journal du lutin, tome 1 et 2

Jirô Taniguchi :
- Quartier lointain
- Le journal de mon père
- Le gourmet solitaire
- Un ciel radieux

littérature, biographies, BD- Moi ce que j'aime, c'est les monstres de Emil Ferris
- Blueberry (13 premiers tomes)
- Modeste et pompon de Franquin, tome 1 à 4
- Le retour à la terre de Manu Larssinet, 5 tomes

Bd sciences :
Coup de coeur :
- Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne

- Tu mourras moins bête, tome 4
- Darwin, 2 tomes
- Le syndrome de l'imposteur de Claire Le Men (parcours d'une interne en psychiatrie)
- L'incroyable histoire des objets de tous les jours 
- Mars horizon de Florence Porcel et Erwann Surcouf

3 Biographie cinéma :
littérature, biographies, BD- Belmondo, mille vies valent mieux qu'une
- Louis de Funès, Le berger des roses
- Jean Rochefort, Ce genre de choses

7 Romans :
Coups de coeur :
- La femme rompue de Simone de Beauvoir
- L'invention de la solitude de Paul Auster

- Léviathan de Paul Auster
- Soumission de Michel Houellebecq
- La maison hantée de Shirley Jackson
- Les furies de Lauren Groff
- Les coups de Jean Meckert

 Et vous, quelle lecture vous tenterait ? Quels livres vous ont marqué en 2019 ?



Rendez-vous sur Hellocoton !