05/09/2014

La planète des singes : l’affrontement

planete singes affrontement.jpgLa planète des singes fait partie de mes films cultes, comme vous pouvez le voir dans la colonne de gauche. Je cite l’original de Schaffner de 1968, pas l’ignoble remake de Tim Burton (il est pourtant bon réalisateur, qu’est ce qui lui est arrivé ?)
J’ai apprécié le préquel de 2011, Les origines. On y apprend comment les singes sont devenus plus intelligents que les hommes : à notre époque, un scientifique (James Franco♥) cherche un remède à la maladie d’Alzheimer. Il le teste sur le chimpanzé César, qui développe de fortes capacités intellectuelles. A l’inverse, le traitement semble néfaste aux humains. A la fin du film, César s’enfuit avec des doses du vaccin, libère ses semblables, leur injecte le traitement, et part dans la forêt en sachant prononcer quelques mots. Puis on voit juste un type contaminé avoir des saignements de nez et prendre l’avion. On comprend qu’il va diffuser le virus à l’échelle mondiale.

Je pensais que le deuxième film allait reprendre l’histoire où elle s’était terminée, mais non. On se retrouve 10 ans plus tard, la quasi-totalité de l’humanité n’existe plus. On passe directement d’un mec qui saigne du nez à l’humanité exterminée !
Les villes sont détruites à cause d’une guerre (quelle guerre, pourquoi ?) Jamesounet Francounet n’est plus là, remplacé par un acteur falot, Jason Clarke. Les singes, avec toujours à leur tête César, vivent dans la forêt et savent parler et écrire. Des hommes doivent traverser leur territoire pour réparer un barrage électrique. César leur accorde son aide, tandis que son second, Koba, veut déclarer la guerre aux humains.
Donc pendant la moitié du film, le sujet est de savoir si les humains vont avoir le droit de pénétrer dans la forêt. Quel enjeu palpitant ! Puis le but est d’éviter la guerre, sauf que le titre, « l’affrontement » le révèle. On sait donc à l’avance tout ce qui va se passer. On devine même ce que vont dire les personnages, car ils ont la manie de parler très lentement, en mettant un espace entre chaque mot pour faire plus solennel : « Il faut (2 secondes d’attente) tuer (3 minutes) les (on va se chercher un café) hommes » - Non (endormissement) ils sont (ronflement) gentils »

planete singes bataille.jpgIl y avait pourtant matière à faire un bon scénario. Surtout que la nouvelle politique des studios est d’exploiter toutes les idées jusqu'à la moëlle pour faire le plus de films possible. Alors pourquoi ne pas avoir fait ce deuxième opus sur la propagation du virus ? Sur la guerre entre les hommes ? Et pourquoi la guerre au fait, pourquoi les humains ne se sont-ils pas entraidés ? (« les gars, on va tous crever à cause du virus, j’ai une super idée, au lieu de conjuguer notre savoir pour trouver un vaccin, si on accélérait le mouvement en s'entre-tuant et en détruisant notre habitat ? ») J’ai peut-être loupé une explication, assoupie par l'ennui.
Au début j’ai sérieusement cru avoir raté un épisode : « c’est le troisième film en fait ? Il est où Jamesounet ? C’est qui ce con ? »

Alors, oui, c’est intéressant de voir comment une guerre se déclare : par peur et par ignorance. Mais pourquoi faire comme si la guerre était inéluctable, ce qui la justifie ? Tout le long du film, César et son pote humain se démènent et risquent leurs vies pour empêcher la guerre. Quand enfin, après avoir sué sang et eau, le mec parvient à sauver la peau de César, le seul qui peut ramener les singes à la raison, César répond, toujours calmement en mettant trois plombes pour sortir sa phrase « C’était sympa de ta part, mais c’est trop tard, les hommes vont quand même vouloir nous tuer, alors faut qu’on se batte » et il se casse tranquillement. Le brave gars qui a risqué sa vie pour le singe, encore tout transpirant, ne proteste pas « D’accord, salut, à la prochaine, on se fait une bouffe ! ah ben non puisqu’on va s’entretuer maintenant, dommage ! » ce revirement final me paraît ridicule.

Bref, j’ai été déçue par ce deuxième film. Il est quand même pas mal, les effets spéciaux sont époustouflants, le suspense pourtant éventé tient la route, mais j’en attendais tellement...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

04/09/2014

Boys like us (enfin presque)

boys like us.jpgRudolf, la trentaine, se fait plaquer par son petit copain. Il décide alors de quitter Paris et de retourner dans son village natal autrichien, au pied des montagnes. Ses deux meilleurs amis, boulets immatures, s’incrustent dans le voyage… (voir bande annonce en lien)

En recevant le pitch, qui commence par « trois amis gays » comme si c’était primordial, j’ai pensé « ok, mais c'est un film uniquement pour les gays ou pas ? » Parce que justement, comme mon nom féminin l’indique, je ne suis pas vraiment Boys like us… Je craignais le film communautaire, qui s’adresse en priorité aux homos, avec des private joke incompréhensibles pour moi, dont je me sentirais exclue. Mais curieuse comme un chat toujours, j’ai voulu vérifier avant de juger.
Ok, l’avant-première avait lieu dans un cinéma du marais… Ok, la salle était majoritairement remplie de gays… Et la fête, dont je pensais qu’elle se déroulerait dans une salle appartenant au cinéma (j’avais adoré la soirée de Dans la cour, avec Catherine Deneuve, Pio Marmaï et plein d’autres acteurs) avait lieu dans un bar. Arrivée parmi les premières, je me suis retrouvée avec les habituées. J’ai vite remarqué que le pub était essentiellement fréquenté par des femmes, certaines cheveux très courts, recouvertes de tatouages, forte carrure et air sévère, qui m’ont tout de suite fait penser à Josiane Balasko dans Gazon maudit…  J’admets qu’au début je n’en menais pas large, toute seule dans mon coin avec ma bière, en regardant mon téléphone pour me donner une contenance (« j’attends mes 45 amis, non non, je ne suis pas du tout seule et perdue dans un monde inconnu… qu’est-ce que je suis venue foutre ici… et si Josiane me drague ? »)
Dans les cocktails ou les projections presse, je ne me sens parfois pas à ma place, les journalistes parlent entre eux, je ne connais personne et reste isolée. Dans le bar, celle qui distribuait les sésames pour obtenir des boissons en a donné à tout le monde autour de moi en m’ignorant, il a fallu l’intervention de la distributrice du film : « Elle est invitée ! » Je n’ai pas su si, comme d’habitude, la serveuse pensait de prime abord que je n’avais pas l’air de travailler dans le milieu du cinéma (ce qui est vrai d’ailleurs, malgré moi), ou si elle m’a prise pour une habituée des lieux ! Rentrée chez moi, j’ai pu vérifier sur le site du bar qu’il est « par et pour les meufs, gouines, bies, trans’, queers » mais le site ajoute « participatif et ouvert à toutEs ». Dont les Boys like us.

Le film est également ouvert à tous, l’homosexualité des personnages n’entre pas vraiment dans les ressorts du scénario. Leurs situations peuvent être partagées par chacun : la recherche de l’amour, l’amitié, le travail… L’un, très anxieux, pense toujours à son ex 6 ans après leur rupture, et croit même le voir à plus de 1000 km de chez lui. L’autre, très cool, préfère enchaîner les conquêtes sans s’attacher. L’un est au chômage et préfère se la couler douce, tandis que l’autre se démène pour trouver un travail.  

J’ai apprécié l’humour un peu décalé et plutôt bon enfant. Le réalisateur se moque gentiment de ses personnages inadaptés à leur environnement : parisiens branchés perdus dans la campagne, décalage culturel entre la France et l’Autriche, gay coincé par une dame qui tente de lui marier sa fille, héros qui retourne après 17 ans dans son village natal resté identique, alors que lui a beaucoup changé…
Lorsqu’un personnage garde des enfants, il est accompagné d’un homme d’apparence inquiétante, couvert de tatouages et carrure d’armoire à glace. Mais lorsque ce dernier parle, on se rend compte qu’il possède une petite voix aiguë et qu’il semble doux comme un agneau. Les mioches ne sont pas du tout effrayés et jouent avec lui à « 1-2-3 soleil », dans un cimetière, comme si c’était un terrain de jeu habituel…

Le film montre ainsi qu’il ne faut pas se fier aux apparences, accepter les différences ; oser aller à contre-courant, et garder l’esprit ouvert et bienveillant. Pourtant les deux boulets n'adoptent pas cette attitude, ils sont peu sympathiques : méprisants ou grossiers avec les gens qui tentent de les aider (serveurs, hôtesse d'accueil etc). Je trouve aussi que le jeu des acteurs sonne assez faux. La comédie est agréable, mais assez anodine et parfois caricaturale. J’ai apprécié les paysages sublimes de la montagne autrichienne, ainsi que la musique d’Haussmann, qui était aux platines lors de la soirée (voir en lien).

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

02/09/2014

Les combattants : engageons-nous avec eux !

combattants.jpgLa presse est unanime comme dirait Ruquier, et je suis d’accord : ce film est un des meilleurs, si ce n’est le meilleur film français de l’année. Les combattants pourrait d’abord paraître comme une simple comédie romantique estivale : on suit une bande de jeunes, l’été sur la plage. Arnaud (Kévin Azaïs) tombe amoureux de Madeleine (Adèle Haenel). Elle est son contraire : aussi déterminée et dure qu’Arnaud est conciliant et doux. Mais Les combattants n’est pas une bluette pour ados et nous emmène vite vers des contrées inattendues : la jeune fille se prépare à l’imminence d’une catastrophe (à cause du réchauffement climatique, des virus, des guerres etc… ) et pour ça, elle veut suivre un stage de survie de l’armée. Amoureux, Arnaud la suit… (voir bande annonce en lien).

combattants bois.jpgÀ une comédie désopilante et rafraîchissante s’ajoute des thèmes plus profonds et graves :
- la destruction inéluctable de notre environnement. Discours qui reste discret au début (par exemple lorsque l’un des jeunes remarque que les poissons-chats ont supplanté les autres espèces du lac) pour prendre toute la place à la fin. Une conclusion étonnante qui m’a rappelé le très beau et étrange Take Shelter de Jeff Nichols, l’humour et l’ironie en plus.
- L’individualisme forcené, l’absence d’entraide comme le déplore le lieutenant recruteur de l’armée.
- La désillusion des jeunes d’aujourd’hui frappés par la crise et le chômage. L’un d’eux sort d’ailleurs la phrase bateau « moi je reste pas en France, je moisis pas ici c’est mort » comme si l’herbe était plus verte ailleurs. Arnaud doit reprendre l’entreprise familiale, suite au décès de son père, et son stage à l’armée risque de couler les finances de la boîte. Son destin semble tracé par sa famille, mais il se rebelle.

cinéma, les combattants

Le film est découpé en trois parties distinctes qui peuvent presque être vues indépendamment (la comédie romantique sur la plage, le stage à l’armée puis la survie dans les bois.)
Les combattants montre des paysages splendides, avec une  lumière et des couleurs magnifiées. Même la musique électro est originale, dont un titre de Vitalic, je l’ai vu en concert l’année dernière à Rock en Seine. La B.O est vivifiante, elle correspond parfaitement aux personnages. Les acteurs sont parfaits. On a beaucoup parlé de la prestation d’Adèle Haenel. Au début du film, je trouvais que sa moue boudeuse et monolithique était facile et qu’elle parlait trop vite. Mais j’ai vite reconnu sa performance, surtout physique. Son camarade Kévin Azaïs n’est autre que le frère de Vincent Rottiers (je suis heureux que ma mère soit vivante) ! Il est diplômé d’un CAP de plombier et se destinait d’abord à cette carrière… Il a bien fait de changer !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

31/08/2014

A la télé cette semaine : Witness, Le pantalon, L'urgence de ralentir...

witness.jpgSemaine spéciale "rebelles contre l’injustice", en commençant ce soir sur Arte avec l’excellent Witness de Peter Weir. Un enfant Amish est témoin d’un meurtre effectué par un flic corrompu. Pour le protéger, un policier honnête et courageux (Harrison Ford♥) intègre la communauté des chrétiens radicaux. Un film passionnant, qui mêle thriller et suspense à une réflexion quasi sociologique sur la société des Amish. Depuis, je regarde tous les documentaires (il y en avait un la semaine dernière sur France 5) sur ces êtres fascinants qui vivent en retrait de notre société moderne, sans électricité. Vivre sans télé ni Internet !!! Comment vont-ils faire pour regarder le film ce soir ?

Côté documentaire, je ne raterai pas évidemment sur Arte à 22h30 Dans l’antichambre des Beatles, récit de la secrétaire particulière des Fab Four durant toute leur carrière.

pantalon boisset.jpgLundi, autre rebelle sur France 5, Yves Boisset, avec son film Le pantalon. Une histoire vraie qui m’avait révoltée lorsque j’étais ado, en me faisant penser à l’injustice des Sentiers de la gloire : pendant la première guerre mondiale, un soldat français qui refuse de porter le pantalon d’un mort tâché de sang est jugé par un tribunal de guerre. Un fait qui était aussi relaté lors de la formidable exposition Fusillés pour exemple. J’aime beaucoup Yves Boisset, son désir de dénoncer  les injustices  et les histoires sombres de la France (l’affaire Seznec, l’affaire Dreyfus, Le juge Fayard etc...) J’ai lu son autobiographie dont je vous ai parlé ici et que je vous conseille, même si vous ne connaissez pas tous ses films comme moi : La vie est un choix, titre qui lui convient parfaitement : un peu brut de décoffrage, mais un homme toujours dans l’action, qui a vécu mille vies et rencontré des personnes fascinantes…

Autre personnalité indispensable dénonçant les scandales, Paul Moreira♥♥♥, à la même heure sur Canal+, dans un Spécial Investigation: Bientôt dans vos assiettes, de gré ou de force, sur les OGM de Monsanto. Ce documentaire que je n’ai pas encore vu doit forcément rappeler l’excellent travail de Marie Monique Robin♥♥♥, Le monde selon Monsanto et Notre poison quotidien. Paul Moreira est l'auteur entre autres de Travailler à en mourir et Des nouvelles censures, dans les coulisses de la manipulation de l’information.

erin brockovitch.jpgMardi, à 22h30 sur Arte, encore un documentaire rebelle qui promet d’être très instructif, et plutôt positif en montrant des solutions viables : L’urgence de ralentir de Philippe Borrel. Voir la bande annonce en lien.

Jeudi sur NT1, autre histoire vraie de rébellion, Erin Brockovich, seule contre tous de Steven Soderbergh. Une mère célibataire au chômage (Julia Roberts) galère depuis des années. Elle parvient à se faire embaucher sans diplôme par un cabinet d’avocats. Grâce à son opiniâtreté et son courage, elle dénonce un scandale d’eau empoisonnée et défend des centaines de victimes…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !