Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2018

McCartney en concert, fin

macca4.jpg

On pourrait reprocher à Paulo de jouer souvent les mêmes chansons. Mais la tournée se nomme Freshun up, pas révolution : il présente le même concert, mais rafraîchi. Sur 40 000 spectateurs, beaucoup ne connaissent que ses chansons des Beatles, et presque pas sa carrière solo ou avec les Wings. Paul privilégie donc les airs des Fab four, c'est normal. Il interprète donc toujours les mêmes tubes : Hey jude, Let it be, Yesterday... La foule est venue pour hurler "na na na na " sur Hey Jude et le prendrait mal s'il ne la proposait pas. Je trouve que c'est un minimum de respect pour le public. Par exemple je m'étais rendue au concert de Stephan Eicher alors que je ne connais que déjeuner en paix, mais il a refusé de la jouer en râlant : "ce n'est pas ma seule chanson !" Idem pour Louise attaque, qui a expédié en milieu de spectacle au lieu du rappel Je t'emmène au vent et les tubes du premier album avec une mauvaise volonté flagrante, en précisant : "ça nous soule de les jouer tout le temps".

L'artiste ne joue pas pour lui, mais pour son public, qui a payé sa place. Alors oui McCartney joue souvent les mêmes chansons, et parfois dans le même ordre, mais quoi de mieux comme final que le medley d'abbey road et la bien nommée The end ?
Pour ce concert, Paul a néanmoins commis une grosse impasse. Avant, il faisait deux rappels. A Nanterre je restais donc assise; mon voisin s'impatientait pour partir, mais je résistais : "ben, j'attends Yesterday !" Pour la première fois, Macca n'a pas joué en France son plus gros tube. J'ai vérifié la set list de la tournée, il n'a osé cette transgression qu'une seule autre fois, au Japon. Il nous a remplacé Yesterday par... Birthday ! Chanson bien sympa, mais pas incontournable comme son tube ! M'enfin Macca, tu deviens sénile ?

Papy peut tenir trois heures sans pause, mais sa voix ne tient plus la cadence. On ne peut pas lui demander de hurler Helter skelter comme à ses 30 ans... Ses comparses restent là pour le seconder. Le son de cette nouvelle salle ne l'aide pas non plus, avec une espèce de soufflerie, mais c'est le défaut des grands espaces (au stade de France, le son se décalait de l'image). Autant la salle semble trop vaste, autant son accès trop étroit provoque de longs embouteillages à l'entrée comme à la sortie.
Mieux vaut donc une petite salle. J’attends ainsi le prochain concert à Bercy, plus petit, plus chaleureux, mieux sonorisé, et en plus à côté de chez moi. Encore mieux : Macca, tu pourrais quand même venir jouer dans mon salon ! Là c’est sûr, l’ambiance serait plus intime !
Alors Paulo, comme tu nous l'as dit : "à la prochaine!"

Set list du concert :
38 chansons, dont 23 des Beatles

egypt station.jpgA Hard Day’s Night
Junior’s Farm
All My Loving
Letting Go
Who Cares
Got To Get You Into My Life
Come On To Me
Let Me Roll It + Foxy Lady
I’ve Got a Feeling
Let ‘Em In
My Valentine
Nineteen Hundred and Eighty-Five
Maybe I’m Amazed
I’ve Just Seen A Face
In Spite Of All the Danger
From Me To You
Michelle
Love Me Do
Blackbird
Here Today
Queenie Eye
Lady Madonna
Eleanor Rigby
Fuh You
Being for the Benefit of Mr. Kite!
Something
Ob-La-Di, Ob-La-Da
Band on the Run
Back in the U.S.S.R.
Let It Be
Live and Let Die
Hey Jude

Rappel :
Birthday
Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band
Helter Skelter
Golden Slumbers/Carry That Weight/The End

13/12/2018

Concert de McCartney à Paris, suite

macca3.jpgPaul réussit à nous faire encore chouiner avec les chansons hommages habituelles pour ses chers disparus. Here today à «mon grand ami John», assassiné le 8 décembre 1980, Something au banjo pour "son frérot" George Harrison. Macca est resté marié 30 ans avec Linda jusqu'à ce que la mort les sépare, mais My love composé pour elle passe à la trappe. Certainement à cause de Nancy, sa nouvelle épouse depuis 2011, pour laquelle il ne manque pas d'interpréter My valentine en précisant en français : « J'ai écrit cette chanson pour ma magnifique femme ».

De l’album Sergent Pepper’s, j’écrivais dans ma set-list idéale qu’il pouvait tout jouer « sauf Being for the benefit of Mr Kite, que j’aime pas trop » Devinez ce qu’il fait… Il respecte enfin mes obligations propositions en enchaînant 8 mélodies attendues et en finissant par Golden slumbers et le magnifique medley d’Abbey road. En tout, sur 45 chansons que je souhaitais entendre, il en joue 24, et seulement une interdite. Pas mal non ? J’ai donc bon goût/je suis devin/Macca me lit assidûment et suit mes précieux conseils (cochez la bonne case).
Ainsi il ne manque pas de jouer les incontournables Back in the USSR, Band on the run et même le hard rock Helter skelter, qui déchaînent le public. Le show atteint les sommets avec Live and let die, où Paul lance carrément des feux d'artifice. Dans une salle fermée. Je pense que les trois premiers rangs ont cramé. (voir la preuve en lien)

On loue aussi ses nombreux efforts pour parler de plus en plus français, qu'il répète avant avec un traducteur. Il nous présente par exemple Blackbird comme "une chanson pour les droits civiques". Il articule chaque syllabe en fixant ses fiches collées au sol, il n'est pas encore bilingue.
Lorsqu'il joue à Paris, il change exprès sa set list pour nous interpréter "la seule chose qu'on sait dire en français" : Michelle.

Comme souvent, je trouve qu'il privilégie les chansons commerciales aux belles mélodies. Mais il joue pour son public, et le grand public préfère les airs faciles et connus, comme Obladi oblada. Paul interprète quelques chansons plus pointues, comme la sublime 1985. Mais elle fait partie de son album le plus célèbre, Band on the run. Il ne joue jamais l'album préféré des fans, son chef-d’œuvre Ram, alors qu'on lui réclame inlassablement... En 2011 avec le Maccaclub, on avait comploté pour faire tous en même temps le signe des Wings (des ailes avec les mains) afin d'encourager Paul à jouer plus de chansons de sa carrière post Beatles. Il avait été surpris et ému, et depuis, il ne manque pas de nous refaire le geste lorsqu'il joue les Wings.

 à suivre...

11/12/2018

Concert de Paul McCartney : j'y étais !

macca.jpgPapy fait de la résistance : 76 ans, toujours en tournée, on ne l'arrête plus ! Il joue 2h40, sans pause ! Et encore, les concerts précédents à Bercy et au stade de France, il avait tenu 3 h et 42 titres ! Il enchaine tant de tubes que le concert m'a paru durer vingt minutes.
Il me semble que je le vois pour la huitième fois, mais je ne me lasse toujours pas. Je suis toujours aussi émue lorsqu'il entame mes chansons préférées comme Band on the run, qu'il joue Let it be, lorsque tout le monde reprend en choeur Hey Jude... Même si l'on ne connaît pas sa carrière solo, on ne peut qu'être touché par ces moments de grâce et de communion. Et quel talent ! Il troque sa basse pour le piano, puis une guitare, un banjo, avec une aisance époustouflante.
Cette fois-ci, il se produit dans la nouvelle salle de Paris Nanterre, 40 000 places. Paul arrive sur scène en même temps que les derniers spectateurs qui ont bataillé pour atteindre cette forteresse infranchissable de la défense (d'entrer).

Paul débarque tranquillement, sans fioritures, la routine pour lui qui enchaîne plusieurs concerts par semaine depuis des années. On le remarque à peine arriver sur le coin de la scène ("salut, je passais par là, j'ai vu de la lumière!") Mais dès qu'il empoigne sa guitare, il nous scotche direct en jouant une seule note, une seule. Elle est bien choisie pour un début de concert, car elle est si particulière qu'on la reconnaît immédiatement et qu'on crie de joie... Même un mathématicien s'est penché sur la question pour tenter de la décrire et la reproduire. Paul joue en effet le premier accord de Hard day's night, aux paroles opportunes pour commencer la soirée :
It's been a hard day's night, and I been working like a dog
It's been a hard day's night, I should be sleeping like a log
But when I get home to you I'll find the things that you do
Will make me feel alright

Autre excellente idée : pour Letting go, des cuivres jouent carrément au milieu du public. (voir l'extrait du concert en lien). J'adore ces instruments, et les trois joueurs qui dansent en même temps dynamisent les chansons, notamment Got to get you into my life. Pourquoi pas les violons aussi, comme ici en 2007 pour Eleanor Rigby ? Car ce chef-d’œuvre au synthé, quel gâchis, Paulo, t'as les moyens de te payer un violoniste !

Le concert est équilibré, en enchaînant plusieurs mélodies endiablées reprises en chœur, comme I've got a feeling puis Let'em in, et moment plus intimistes et émouvants au piano comme Maybe I'm amazed. Paulo alterne les classiques des Beatles, de sa carrière solo et avec les Wings, puis seulement trois chansons du dernier album (je regrette cependant I don't know qui pour moi est la meilleure du disque).
Pour une fois, il joue des chansons du début des Beatles, Love me do et From me to you, et même la toute première qu'ils ont enregistrée alors qu'ils se nommaient encore  les Quarrymen : In spite of all the danger. L'écran projette des photos de Paul et John encore adolescents, 16 ans à leur début. Et dire que maintenant, Paul en a 76... 60 ans de carrière !

Suite demain

09/07/2018

Quiz On connaît la chanson des Beatles, suite

beatles magical.jpgAu cas où vous n'auriez toujours pas compris, avec tous les articles que j'ai écrits sur ses concerts, je préfère McCartney à Lennon. Je trouve ses mélodies plus complexes, et ce qui est le plus important dans la musique, justement, c'est la musique (surtout quand on parle anglais comme une vache espagnole comme moi). Mais pour un quiz, je ne peux citer que les paroles. Et les « silly love songs » de Paulo sont moins flatteuses que celles de John… Ainsi je citerai ici plus Lennon que McCartney ! 

Par exemple j'adore cette chanson de Paul que je trouve ultra romantique, mais les paroles sont d'une banalité…
I give her all my love
That's all I do
And if you saw my love
You'd love her too

Lennon est meilleur parolier, avec cette chanson qui me correspond bien :
Everybody seems to think I'm lazy
I don't mind, I think they're crazy
Running everywhere at such a speed
Till they find there's no need

Ses paroles sont souvent abstraites, pour ne pas dire perchées (petit indice) :
lennon.jpgPicture yourself in a boat on a river
With tangerine trees and marmalade skies
Somebody calls you, you answer quite slowly
A girl with kaleidoscope eyes

Ou bien encore :
I am he as you are he as you are me and we are all together
See how they run like pigs from a gun, see how they fly
I'm crying
Sitting on a cornflake, waiting for the van to come

Lennon invente carrément des mots :
Pools of sorrow, waves of joy are drifting through my open mind,
Possessing and caressing me
Jai guru deva om
Nothing's gonna change my world

C'est sûr, il a abusé des drogues :
I need a fix 'cause I'm going down
Down to the bits that I left uptown
I need a fix 'cause I'm going down
Mother Superior jump the gun

Et on peut conclure avec cette chanson fort à propos. Pour moi c'est la plus triste des Beatles, à la fois par la mélodie, les paroles et son contexte. John l'a écrite pour sa mère décédée, percutée par la voiture d'un policier ivre, lorsque le chanteur avait 18 ans :
Half of what I say is meaningless
But I say it just to reach you

A suivre, fin du quiz avec les chansons d'amour ! 

 

18/06/2018

L'appel du 18 juin

mccartney, beatles, musiqueAujourd'hui c'est l'anniversaire de Paul McCartney, 76 ans ! Je compte bien sur lui pour nous faire son appel du 18 juin :

« Moi le chef qui, depuis de nombreuses années, est à la tête de la pop music mondiale, j'ai formé un groupe. Ce groupe, alléguant la défaite de notre puissance vocale, s'est mis en rapport avec l'ennemi la vieillesse pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la faiblesse mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi. Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour les concerts en France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car les fans ne sont pas seuls ! Ils ne sont pas seuls ! Ils ne sont pas seuls !
Foudroyés aujourd'hui par la faiblesse mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Sir Paul McCartney, actuellement à Londres, j'invite Papillote et les fans français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs banderoles « I♥ Paul » ou sans, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai en concert à Bercy. »

C'est pas moi qui le dis, c'est lui.

En attendant ses prochains concerts en France, vous pouvez toujours revivre ceux de l'Olympia, de Bercy et du stade de France ici.

26/11/2017

Lennon/McCartney, l’œuvre impie

lennon.JPGJe me rends chez mon ami qui s'est enfin décidé à mettre des tableaux pour égayer ses murs blancs (d’hôpital). Je lui ai offert deux chefs d’œuvres toiles, il en a exposé une seule pour l'instant (trop de beauté d'un coup l'éblouirait). Il en a installé d'autres. Dont cette image blasphématoire. On y voit Lennon, tout seul.
Déjà, toute personne sensée possède plutôt un poster des Beatles et un de McCartney. Comme moi donc. Passons, chacun à des moments d'égarement. La vue dans son salon de Paul le Dieu vivant pourrait le perturber, en le plongeant dans un sentiment d'extase permanente, il a donc choisi un simple disciple.

Mais sur le tableau, pour prouver qu'il était un grand artiste, des titres de chansons sont inscrits sur le visage de Lennon. A commencer par Hey Jude, Yesterday et Eleanor Rigby. C'est-à-dire, comme vous le savez maintenant grâce à mes derniers articles de blog, grâce à votre grande prêtresse préférée qui propage la bonne parole, trois chansons de McCartney. (LE MEILLEUR LE SEUL ET UNIQUE) (le père le fils et le saint esprit). Dans la quinzaine de titres sur la toile, on peut même en lire un de George, Here comes the sun.

Pourtant, sur cette hérésie, c'est le visage de Lennon seul qui apparaît (A BAS LES FAUSSES IDOLES). Je demande une explication à cette infamie :
"- Oui mais les chansons des Beatles sont co-signées Lennon/McCartney. Et pour moi, Lennon est le vrai leader."

SACRILEGE, MECREANT ! Il faut rendre à César ce qui est à César, et les vaches seront bien gardées ! COMMENT OSE-T-IL !

A ce moment là, autant mettre sur la gueule de Lennon "Pain't it black" et "Alexandrie Alexandra".
Ou afficher un poster de Zola avec marqué "Harry Potter et la chambre des secrets" "Natacha a perdu son chat" (ne riez pas, j'adorais ce livre de la bibliothèque verte).

Oui je sais, ce blasphème peut heurter les âmes sensibles. Je songe à brûler cette œuvre impie. Il motiverait un divorce pour faute après "avoir violé gravement les devoirs découlant du mariage" (je me suis renseignée au cas-où).

26/09/2017

Quiz On connaît la chanson spécial Beatles !

beatles quiz.jpgEnfin, après 8 années de blog, mon premier quiz sur mon groupe préféré ! Après tous ces articles relatant les concerts de McCartney, je n'avais pas encore fait de jeu avec les Beatles ! A part ce quiz Macca que vous pouvez faire ici.

Difficile avec les Beatles, car le titre de la chanson apparaît souvent dans les paroles :
« yesterday, all my troubles seemed so far away... »

A moins de mettre une seule phrase pour ne pas citer le titre qui se répète, mais cette fois-ci, ce serait trop court et compliqué :
« And when the broken hearted people living in the world agree
There will be an answer »

Ou carrément de biper le titre de la chanson :
« We all live in a bip bip bip bip bip, truc truc truc truc truc, machin machin machin... »

On commence par une chanson de mon chouchou Paulo, évidemment :
Don't make it bad,
Take a sad song and make it better
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better

Étonnamment, l'une de mes chansons favorites n'est pas de McCartney, ni même de Lennon, mais de Harrison. Je préfère même une reprise, qui change le sens du titre en remplaçant la guitare par des violons (c'est bon, vous avez assez d'indices?)
I don't know why nobody told you
How to unfold your love
I don't know how someone controlled you
They bought and sold you

Lennon est meilleur parolier et plus torturé que Macca, par exemple avec cette chanson :
Although I laugh and I act like a clown
Beneath this mask I am wearing a frown
My tears are falling like rain from the sky
Is it for her or myself that I cry

Ou celle-là :
help beatles.jpgAnd now my life has changed in so many ways
My independence seems to vanish in the haze
But every now and then I feel so insecure
I know that I just need you like I've never done before

Mais Paulo se défend bien avec celle-ci :
Well on his way
His head in a cloud
The man of a thousand voices
Talking perfectly loud
But nobody ever hears him
Or the sound he appears to make
And he never seems to notice

Et celle-là :
The wild and windy night that the rain washed away
Has left a pool of tears crying for the day
Why leave me standing here
Let me know the way
Many times I've been alone and many times I've cried
Anyway you'll never know the many ways I've tried

On en met une chantée par Ringo/ Billy Shears pour rendre personne jaloux :
sgt_pepper.jpgWhat would you think if I sang out of tune
Would you stand up and walk out on me?
Lend me your ears and I'll sing you a song
And I'll try not to sing out of key
Oh I get by 
with ???

A suivre !
10 chansons à retrouver dans ce texte, à vous de jouer !

 

11/06/2015

Concert de McCartney au stade de France : ma setlist idéale

McCartney, mccartney au stade de france, musique, BeatlesC’EST LE GRAND JOUR !!!!!!!
Pour ceux qui n’ont pas la chance de venir, lot de consolation : à la question de Paris Match « vous donnez l’impression de vous être lancé dans une tournée sans fin. Est-ce le cas ? » McCartney répond : « Probablement, oui (…) je n’ai pas l’intention de m’arrêter. »
Mais on ne te retient pas !
« - Comment choisissez-vous les chansons que vous interprétez ?
La première chose à laquelle je pense, c’est : “Si moi j’étais dans le public de Paul McCartney, qu’est-ce que j’aimerais l’entendre chanter ?”»
Alors justement, je suis là pour répondre !

Cher Paulo
Mon Macca chéri d’amour que j’aime tant
Sir Paul McCartney,

Par la présente, je nous, les 80 000 spectateurs du Stade de France, te demandons gentiment supplions sommons :
D’interpréter ce soir au stade de France cette liste de chansons :

Début du concert (obligatoire) :
- Venus and Mars/ Rock show/Jet
Fin du concert (obligatoire)
Medley final d’Abbey road :
- You never give me your money (parce que je l’adore)
- Golden slumbers/Carry that weight/The end

Au milieu, dans l’ordre que tu veux (on est cool hein):
Je classe par album. J’ai sélectionné une quarantaine de chansons, car au dernier concert à Bercy, je relis mon billet, tu en as jouées… 42 !!!! (j’avais donné la liste ici) Quelle pêche pour un type qui aura 73 ans le 18 juin !
Le concert durera 3 heures comme d’habitude j’espère. L’année dernière à la même date, au même endroit, les Rolling Stones n’ont fait qu’un show de deux heures. Petits joueurs.

(McCartney a participé à 13 albums des Beatles, 23 seul ensuite. Il ne proposera normalement que les chansons qu’il a composées. Pas de Lennon, sauf en hommage : il a interprété A day in the life ou Give peace a chance à Bercy en 2011 par exemple. Je mets en lien les chansons en live):

Avec les Beatles :

mccartney,mccartney au stade de france,musique,beatles- And I love her, 3ème album : A hard day’s night, 1963
- I’ve just seen a face, Yesterday, 5ème album : Help, 1965
- Drive my car, 6ème album : Rubber soul, 1965
Singles :
- I’m down, 1965
- We can work it out, 1965
- Paperback writer, 1966

- 7ème album : Revolver, 1966 :
- Eleanor Rigby
- For no one
- Got to get you into my life

- 8ème album : Sergent Pepper’s lonely heart club band, 1967 (rien à jeter, sauf Being for the benefit of Mr Kite que j’aime pas trop) surtout :
- Sergent Pepper’s
- With a little help from my friend
- She’s leaving home
- Lovely Rita

- The fool and the hill, 9ème album, Magical mystery tour

- 10ème album : l’album blanc, 1968 :
- Back in the USSR
- Lady Madonna
- Hey Jude
- Helter skelter
- Martha my dear

11ème album : yellow submarine. Non pitié, je l’ai apprise à l’école et on se foutait encore de ma gueule.

12ème album, Abbey Road, 1969 :
- You never give me your money
- Golden slumbers, medley final

13ème  et dernier album, Let it be, 1970 :
- Let it be
- Two of us
- I’ve got a feeling
- Get back

McCartney sans les Beatles :

- Live and let die, B.O de James Bond, 1973
- Maybe I’m amazed, 1er album : McCartney, 1970
- Ram on et Smile away, 2ème album : Ram, 1971
- My love et Single Pigeon, 4ème album : Red rose speedway, 1973
- Band on the run, Jet, 1985, 5ème album : Band on the run, 1973
- Venus and Mars/rock show : 6ème album : Venus and Mars, 1975
- Beware my love, 7ème album : Wings at the speed of sound, 1976
- Mull of Kintyre, 8ème album : London town, 1978
- Here today, 11ème album : Tug of war, 1982
- Put it there, 15ème album : Flowers in the dirt, 1989
- Winedark open sea, 16ème album : Off the ground, 1993
- Too much rain, 20ème album : Chaos and creation in the backyard, 2005
- Only mama knows, 21ème album : Memory almost full, 2007
- My valentine, 22ème album : Kisses on the bottom, 2012
- Hosanna, 23ème  et dernier album : New, 2013

J'évite les chansons tristes comme Junk, ce serait ballot de plomber l'ambiance de fête. Déjà que tu vas encore nous faire chialer en jouant Here today en hommage à Lennon, comme sur la vidéo en lien "c'est comme la conversation que nous n'avons jamais eue. Si vous aimez quelqu'un, dites-lui avant qu'il ne soit trop tard et de penser "j'aurais dû lui dire ça".

Interdictions formelles de jouer ces niaiseries :
- Hello goodbye
- Ob la di ob la da
- Yellow submarine
- Temporary secretary
- Ebony and ivory
Sinon, nous les 80 000 spectateurs du Stade de France, nous te plantons là tout seul sur scène comme un con. (bon d’accord, il n’y a que moi qui n’apprécie pas ces chansons…)

Voilà, Macca, t’as vu comme je suis sympa, je t’ai mâché tout le travail. Je te laisse répéter maintenant, il ne te reste plus que quelques heures avant le concert. On prévoit des orages pour la soirée, évite de t'électrocuter tout de même. A tout à l’heure mon p’tit chou. Prends bien du miel pour ta gorge et sois en pleine forme pour ce soir.
Gros poutous-poutous
Cordialement
Signé : Papillote et Les 80 000 spectateurs du stade de France (je suis sûre qu’ils seront d’accord).

Et vous, quelles chansons voudriez-vous qu’il joue au concert ?
La prochaine fois, je vous dirai si j'avais trouvé ou pas !

 

 

29/05/2015

5ème album de McCartney : Band on the run

band on the run.jpgComme prévu j’ai remplacé au boulot les chansons « découverte de radio nostalgie » par du McCartney. Mon collègue qui n’a décidément aucun goût n’a pas aimé. Vexée comme un pou sur la tête d'un chauve, j’ai boudé comme dans la cour de récré : « T’es plus mon copain ! Je te causerai plus jamais !! » Mais j’ai vite compris que c’était un soulagement pour lui. J’ai donc décidé de relever un cran au-dessus : je suis passée à deux chansons par jour, Polnareff et Paulo. Et maintenant… je chante.
« - Qui a tué grand-maman, est-ce le temps où les hommes, qui n’ont plus le temps de passer le temps ?
- C’est moi ! C’est moi qui l’ai tuée ! Et je vais t’achever toi aussi !!
- Le con de collègue, a tué grand-maman, et changé ses fleurs en marteau piqueur… Papillote pour chanter, ne trouve que des chantiers, est-ce pour cela que l’on te pleure ?
- Je te regretterai pas moi je t’assure… 

The grand old painter died last night, his paintings on the wall
Before he went, he bade us well,
And say goodnight to us all
Drink to me, drink to my health
You know I can’t drink anymore… 
- Bon débarras ! »

Cette dernière chanson, Picasso's last words (drink to me), est extraite de Band on the run. Il est l’album préféré des critiques, classé numéro un lors de sa sortie en 1973, six mois après Red Rose speedway.
On y trouve le tube qui ouvre le disque et en donne son nom. Comme toujours Macca le proposera forcément au stade de France, et il l’a joué lors du concert mythique à l’Olympia (1500 personnes, j’étais à 10 mètres de Paul, alors qu’on sera 82 000 au stade de France et que je serai au fond du stade). Je vous ai déjà révélé que lorsque j’ai reconnu à l’Olympia les premières notes de Band on the run, j’ai couiné comme une midinette, et Macca s’est interrompu « faut arrêter, on est filmé » (je traduis en gros). Il a repris la chanson mais j’ai quand même re-miaulé. La preuve en lien ici. Comme vous pouvez le constater on entend très bien au début mes deux cris suraigus isolés (mémé et son train de retard). J’aime partager mes moments de honte.

Je préviens donc les spectateurs du stade de France : je vais vous bousiller les tympans. En plus je broie les bras de mes voisins quand je reconnais mes chansons préférées. Je m’étais rendue seule à l’Olympia (personne n’avait voulu faire la queue à 6 heures du mat dehors par 3 degrés en plein hiver avec moi, je ne comprends pas !) mais après 10h30 d’attente j’ai forcément fini par sympathiser avec des gars. Ils gardent certainement à vie la trace de mes griffes incrustées dans leurs biceps. En plus, ils m’ont parfois portée sur leurs épaules pour que je puisse passer devant la caméra de Canal+ et voie mieux la scène…
Conclusion : venez avec moi au stade de France, vous n’allez pas le regretter. Mon-collègue-qui-n’a-aucun-goût ne veut pas se déplacer, mais j’en ai convaincu d’autres, viendez tous, on louera un car ! Band on the run !

L’album enchaîne avec Jet, un autre tube qui met la pêche, souvent joué par Macca en concert. Puis il continue avec une chanson plus douce que j’aime bien fredonner, Bluebird :
Late at night, when the wind is still 
I'll come flying through your door, 
And you'll know what love is for
I'm a bluebird

La face A se termine par un slow que j’apprécie beaucoup aussi, Let me roll it :
I can’t tell you how I feel
My heart is like a wheel
Let me roll it, let me roll it to you !

Je suis moins fan de la face B, mais l’album se conclut par une chanson que je trouve géniale, que Macca a interprété la dernière fois à Bercy, et j’espère qu’il va réitérer : 1985. Je ne parviens pas à la jouer au piano (voir billet précédent) mais mon frère peut et je l’accompagne au chant.

Sur la pochette de l’album, on peut reconnaître dans le groupe en fuite l’acteur Christopher Lee (Dracula, Saroumane dans Le seigneur des anneaux, Dark Tyranus dans Star Wars).

Alors, vous rejoignez la bande à Basile ou pas ?

Chansons de l’album Band on the run :
- Band on the run
- Jet
- Bluebird
- Mrs Vandebilt
- Let me roll it
Face B :
- Mamunia
- No words
- Picasso’s last words (drink to me)
- Nineteen hundred and eighty five
Bonus :
- Helen Wheels
- Country dreamer

 

27/05/2015

Les chansons maudites

musique, Beatles, mccartney, Polnareff, Souchon, William Sheller, chanson françaiseLa malédiction du chat noir : à chaque fois que je vais à un concert, le groupe ne joue pas mes chansons préférées.
- Concert de Polnareff en 2007 : ni Mes regrets, ni Rosée d'amour n'a pas vu le jour.
- Concert de Souchon au Trianon en 2013 : ni Le bagad de Lann bihoué, ni Rame.
- Concert de William Sheller aux Folies bergères : ni Le nouveau monde, ni Basket-ball.
etc.

Ces chansons dévoilent pourtant des paroles magnifiques, si vraies :
« Vous, qui restez si bien de glace, souffrez que mes mots dépassent, le peu de raison que je tienne, quand vous laissez ma peine, en disgrâce… »
« Mais quand t’étais là, je ne savais rien dire, ils parlaient tous aussi fort, tu ne voyais même pas ce que ça voulait dire, quelqu’un qui tient ton regard aussi fort… »

« Inutile de te lever pour m'écouter, navré de te déranger une si belle soirée, ta robe de mariée est faite pour épouser mes regrets...»
« Rose ma vie, si tu es mon amie, va lui dire que je me meurs d'ennui. Fais-toi douce et belle, mais si elle te renvoie, sors tes épines et lui pique les doigts »

Deux explications : soit j'ai des goûts de chiotte, soit les mecs se disent "oh purée ya Papillote qui vient ! On annule Le nouveau monde remballez les violons ! On va plutôt jouer mon air d'opéra qui dure 18 minutes, le truc bien relou..." "Papillote, ma fan numéro 1 ? Je peux pas jouer Pourquoi faut-il se dire adieu, pas possible ! On va plutôt proposer une grosse bouse comme Tout tout pour ma chérie !"

Sur Twitter, j'écris à Polnareff, qui annonce un nouvel album. Je lui envoie les paroles des chansons : "Si tu reviens nous aurons pour toujours un été sans septembre". Il me retweete et met en favori à chaque fois, vous croyez qu'il a compris le message ?! Je lui ai mâché tout le boulot : j'ai planifié toute sa play-list pour son prochain concert ! (tiens, si je faisais pareil pour McCartney ?)

J'exagère, car ces chanteurs ont composé tellement de bonnes chansons, ils ne peuvent pas toutes les jouer. Polnareff a tout de même chanté L'amour avec toi, Love me please love me, et même une moins connue comme Le prince en otage. Sheller a joué Fier et fou de vous, Le carnet à spirale, Loulou. Souchon Quand je serai K.O et Somerset Maugham...

Je vous ai parlé ici de Calexico et de ma chanson préférée du groupe, Black heart. Devinez ce qui s'est passé lors de leur concert au Trianon fin avril... Plus l'heure avançait, plus j’angoissais « c’est pas possible, ils sont obligés de la chanter…  en rappel ? Ce sera la dernière ?  non, ils joueront sûrement celle qui clôt le dernier album, Follow the river (j’avais raison)». Ça m’a fait décrocher les 15 dernières minutes. Surtout quand la grosse vache la chanteuse a beuglé une chanson que j’ai trouvée inintéressante, sans instrument pour l’accompagner. Un seul homme intelligent a interrompu ce moment de « recueillement solennel » en hurlant « black heart ! » depuis la fosse, et j’ai renchéri depuis le balcon « oui ! black heart ! » Notre appel à la raison n’a pas été écouté. Évidemment, je n'ai pas eu le plaisir d'entendre The news about William ni Si tu disais ni Crystal frontier. Le groupe est venu à Paris en 2013 et j’avais raté à mon grand désespoir le concert. Il avait joué toutes ces chansons…

Mais cette fois-ci, on y croit ! Au stade de France, Macca débutera par Venus and Mars, Rock show et Jet ! Je l'espérais au dernier concert, mais il a commencé par cette niaiserie d'Hello goodbye. Il les a jouées aux autres dates de la tournée, comme ici en lien (regardez, le stade de Sao Paulo est plein, ça va être trop bien le 11 juin !!) Il a aussi chanté Ram on...
Dans 15 jours à Paris, il interprétera enfin mes chansons préférées. On y croit !