Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2018

Soupçons, the staircase : l'incroyable série documentaire criminel qui a lancé le genre

soupcons.jpgJe m'en souviens comme si c'était hier, et pourtant, l'histoire remonte 15 ans en arrière… La découverte de cette série sur Canal +  m'avait laissée sous le choc. Elle était restée jusqu'à présent comme ma référence absolue en documentaire criminel. Soupçons est réalisé par le Français Jean-Xavier Lestrade, oscarisé pour Un coupable idéal

soupcons famille.jpgCette année, la suite est enfin sortie, sur Canal +, et désormais sur Netflix. Dès les premières notes de la sublime musique du générique (à écouter ici) mes poils se sont hérissés, je me suis immédiatement sentie replongée 15 ans dans le passé. J'étais très émue, surtout de revoir tous les protagonistes longtemps après, comme des membres de ma famille perdus de vue : les filles adolescentes devenues mères de famille, l'accusé transformé en vieillard par le poids de tout ce qu'il a vécu…

soupcons couple.jpgSoupçons suit le procès de l'écrivain Michael Peterson suspecté d'avoir tué sa femme. Après une soirée arrosée, il la trouve agonisante en bas des escaliers. Il appelle paniqué les secours, en pleurant, les suppliant de venir le plus vite possible (on entend à de nombreuses reprises l'appel, on voit les réactions des proches en l'écoutant, c'est très émouvant). Trop tard, la femme décède. Sûrement un simple accident, elle avait trop bu, consommé des somnifères, l’escalier est étroit et en colimaçon. Son époux n'a aucun mobile pour le meurtre et tout le monde peut témoigner que le couple s'adorait.

soupçons avocat.jpgLe réalisateur filme l'accusé, sa famille et son avocat, pendant deux ans, dès les prémices de l'affaire, et on peut voir que personne ne croit que l'histoire ira jusque devant les tribunaux, puisqu'elle ne tient pas la route. L'homme plein d'esprit et d'auto dérision ne cesse de prendre l'affaire à la légère, elle est si risible. Mais il oublie qu'il habite l'Amérique profonde, en Caroline du sud. C'est sans compter sur l'acharnement des policiers de la ville de Durham.
Peterson, rare progressiste dans cette commune, avait osé dénoncer dans le journal local la corruption de la police et les injustices qu'elle commettait. Ah on est injustes ? Eh bien il va en avoir pour son argent ! Eh oui, l'écrivain aisé, jalousé, se retrouve ruiné par un procès coûteux et fortement médiatisé. Il perd ses amis et toute vie sociale. Sa vie et celle de ses proches sont disséquées et détruites. Ses filles ne perdent pas seulement leur mère, mais risquent de perdre leur père que l'on veut emprisonner jusqu'à sa mort. Cet homme est jeté en pâture aux médias américains, vampires avides de sang.

Soupçons enchaîne les rebondissements qui paraîtraient grossiers dans un film. Mais comme toujours, la réalité dépasse la fiction, c'est pour cela que je préfère les documentaires et les biographies aux romans. Les policiers exhument des détails sordides : par exemple, en fouillant dans son ordinateur, ils découvrent que l'homme avait des penchants bisexuels. Sa femme et son entourage étaient parfaitement au courant, mais Oh mon dieu, quelle horreur pour cette Amérique puritaine ! C’est forcément le mobile du crime : la brave épouse a découvert le pot aux roses, et menacé de divorcer, c'est sûr !

soupcons peterson.jpgJe vous passe les autres péripéties, incroyables, pour maintenir le suspense. Soupçons n'est pas seulement une enquête, l'enjeu n'est pas simplement de savoir si l'accusé est coupable ou innocent.
Le documentaire montre les coulisses fascinantes d'un procès, comment on choisit les témoins, comment on présente les indices pour tourner les choses en sa faveur. Les manipulations et plaidoyers des avocats des deux parties sont des joutes verbales absolument passionnantes, comme dans le film La vérité de Clouzot (qui s’inspirait également d’une réelle affaire, celle de Pauline Dubuisson, décrite par Philippe Jaenada dans La petite femelle, devenu depuis mon livre de chevet.)
Soupçons ne retrace pas seulement une simple affaire criminelle et ses conséquences sur les proches de la victime et de l'accusé, c'est l'état de l'Amérique toute entière qui est décrit, où des populations fort dissemblables se côtoient sans se connaître et comprendre.
Je pourrais résumer grossièrement l'effet que me donne cette affaire comme : les gentils intelligents cultivés mesurés contre les méchantes brutes incultes hystériques : la tête du procureur et de son adjointe vociférants, le regard plein de haine, le sourire sadique, se délectant de la souffrance d'autrui en énumérant avec délice les soi-disant sévices subis par l'épouse, et le prétendu horrible pervers qu'est le sensible accusé, ce n'est pas possible, faites les taire, qu'ils fassent un autre métier où ils ne pourront plus nuire, je sais pas, trier des endives dans une pièce obscure sans contact avec personne, ce serait bien par exemple ?

L'affaire est davantage filmée du point de vue de l'écrivain. Même si le réalisateur se défend de tout commentaire et donne également la parole à l'accusation, on sent évidemment son empathie pour l'écrivain et ses proches. D'ailleurs, pour prouver cette compassion, sa monteuse a fini en couple avec l'accusé !
L'affaire l'a tellement marquée que depuis, Jean-Xavier de Lestrade ne souhaite plus réaliser de documentaires. Décision navrante, mais il a ouvert une porte : grâce au succès de Soupçons, les fabuleux The keepers et Making a murderer ont pu exister. Je vous en parle prochainement…

 

22/10/2018

A la télé ce soir : Toy story

toy story.jpgC'est les vacances ! Et on le remarque avec le programme télé, rempli de films d'animation cette semaine.
Ce soir, C8 programme Toy story. Il est le premier long métrage entièrement réalisé en images de synthèse, en 1995. Un prof nous l'avait fait étudier à la fac de ciné, non seulement pour la révolution esthétique que ce film a créée, mais surtout pour son scénario.
Les jouets du petit Andy prennent vie lorsqu’il a le dos tourné. Quand j'étais petite, je possédais le livre La nuit où tous les jouets s'animèrent qui me terrifiait, car j'avais surpris mon grand frère en train de regarder Chucky et j'imaginais que ma poupée allait venir me découper dans la nuit pour se venger du 4/10 que je lui avais mis à sa dictée en jouant à la maîtresse.

Rien de cauchemardesque dans Toy story, les jouets sont gentils. A chaque anniversaire, ils craignent d'être remplacés par un nouveau venu plus performant ou original, comme le cinéma d'animation classique de l'époque pouvait le craindre des films de synthèse comme Toy story. La peur des jouets est fondée : pour ces 6 ans, Andy reçoit le tout nouveau robot gadget et délaisse son vieux cowboy Woody.

A son âge je possédais peu de jouets (« On n'a pas la place ! T'as qu'à prendre les vieux jouets de tes frères ! ») (génial, justement j’adore les voitures et les G.I Joe…) Le père noël ne m'amenait pas les derniers jeux à la mode qui permettaient aux élèves de crâner à la rentrée (« un ordinateur ? Mais pour quoi faire ? » J'ai obtenu mon premier PC en 2007...), mais je me souviens avoir quand même reçu des petits malins, Gaby l'ami des touts petits, un Bisounours (le pourtant petit « grostaquin » (ma copine avait eu le plus grand « gros câlin » qui pouvait articuler ses pattes, je l'enviais) et un Popple que j'adorais (j'avais décrété que c'était un rebelle qui jouait de la guitare électrique). Ils n'ont pourtant jamais supplanté dans mon cœur Lapinou, ma première peluche reçue à ma naissance, que je garde toujours (dans mon ancienne chambre d'enfant hein, pas dans mon lit d'adulte).

Toy story traite de la nostalgie de l'enfance, mais aussi de constance et fidélité, à nos idéaux et rêves, à nos jouets ou proches… Le film pointe également une critique de la société de la consommation, où tout ce qui est nouveau fait envie, discours auquel mémé reste hermétique.

Je me souviens qu'un lundi au collège, plusieurs élèves sont arrivés avec le même sac à dos, des Eastpak. J'étais persuadée qu'ils étaient des objets publicitaires distribués gratuitement par les camions qui s'installaient souvent sur la grande place : pourquoi tout le monde porterait le même sac sinon ? Quand mes camarades m'ont avoué avoir payé dix fois le prix habituel pour un simple cartable, tout simplement parce qu'il était à la mode, je suis tombée des nues. J'avais 11 ans et c'était ma première grande découverte de l'abrutissement des masses par la publicité. Les élèves, puis des années après, les enfants que je gardais en baby sitting, déploraient le manque de tenue de leurs eastpak qui se déchiraient rapidement. Eh bien figurez-vous que je possède toujours mon sac à dos du collège que j'avais acheté à l'époque 20 francs. Indémodable, indestructible.
A la même période, j'ai découvert le scandale des enfants Chinois qui fabriquaient des Nike pour quelques centimes. Le jour-même, j'ai décrété que jamais plus je ne porterai cette marque, ni aucune autre. Je n'ai pas dérogé à cette règle. Cet été, des dizaines d'années plus tard, j'ai dû changer mes baskets, les miennes rendant l'âme. Faire les magasins et particulièrement acheter des chaussures est pour moi une torture. Impossible de trouver une paire sans marque, ou sans fioritures inutiles : je veux du sobre, du noir que je pourrais porter des années jusqu'à déchirure de la semelle. Une paire de nique correspondait à mes critères, ma mère a proposé de me les offrir vu le prix exorbitant, j'ai évidemment refusé :
« Je refuse de porter des marques
- Quelle idée : tu es bien bizarre !»

Il y a que les cons qui ne changent pas d’avis, mais pour les valeurs essentielles, pourquoi aurai-je sacrifié mes idéaux ?
J'ai passé l'été à me tordre la cheville, jusqu'à voir ma nièce : en pleine croissance, l'ado avait porté une seule fois une paire de baskets noires. Exactement ce qu'il me fallait. Je n'ai même pas eu besoin d'acheter des chaussures.
On m'a ensuite félicité :
« elles sont classes ! C'est quelle marque ?
- Aucune. Et elles coûtent 12 euros.
- Oui mais elle vont pas tenir longtemps. Une marque, c'est plus solide.
- C'est tout le contraire, tu paies juste le nom célèbre. et comme les gens qui achètent des marques sont justement accros à la nouveauté et vont bientôt changer de chaussures pour un nouveau modèle, les baskets de marque ne sont pas faites pour durer. Mon ancienne paire à 12 euros a tenu 6 ans en les portant quotidiennement…»

Bref, tout ça pour dire que Toy story recèle plusieurs messages, pour petits et grands, et que je suis particulièrement sensible à celui sur la fidélité à nos objets. Je n'ai toujours pas trouvé le courage de jeter mes baskets déchirées, elles m'ont accompagnée dans tant de promenades... On ne sait jamais, elle pourraient me dépanner encore...

06/04/2018

Takahata a rejoint le tombeau des lucioles

tombeau lucioles.jpgMais il restera une lumière allumée dans la nuit, car les étoiles ne meurent pas !

Jeudi 5 avril, 23 heures, je rentre de dîner, guillerette. J'allume l'ordi pour regarder la série Mindhunter (sur l'invention du profilage des serialkiller) et je tombe sur l'actualité qui plombe ma soirée : le réalisateur de film d'animation Isao Takahata est décédé, à l'âge de 82 ans.
Pour ne pas m'achever, je n'ai pas le courage de regarder Le tombeau des lucioles. J'envoie à la place le traditionnel sms à mon frère :
"Devine qui est mort ? Un cinéaste. Tu n'as peut-être pas retenu son nom mais tu n'as pas pu oublier son oeuvre, même 30 ans après sa sortie, le film d'animation le plus triste au monde.
Réponse immédiate : -  le tombeau des lucioles !!"

Dans ce film, deux orphelins tentent de survivre dans le Japon d'après guerre en ruine. Un temps recueillis par leur tante, les enfants sont vus comme des bouches de trop à nourrir. Rejetés, ils décident de vivre seuls dans la nature, éclairés la nuit par les lucioles. Mais la petite fille souffre de malnutrition et son grand frère fait tout pour la guérir.
Si vous voulez reconnaître un sociopathe, pas la peine de lui soumettre toute une batterie de tests psy : si le gars ne chiale pas devant Le tombeau des lucioles, fuyez, appelez les flics, vous avez trouvé le nouveau Charles Manson. Je ne connais pas une seule personne qui n'ait pas été émue par ce film. Et le pire qui finit de nous traumatiser : il est inspiré d'une histoire vraie. 

kaguya.jpgL'autre film aussi triste et magnifique de Takahata, c'est le sublime Conte de la princesse Kaguya. Il est l’adaptation d’un conte japonais du Xe siècle. Un modeste paysan trouve une enfant et un trésor dans un bambou. Il se persuade que le bébé est une princesse qu’il faut élever comme telle. La famille quitte alors la montagne et les amis avec lesquels la petite a grandi, pour rejoindre la ville et les codes très rigides de l’éducation d’une princesse. Mais Kaguya reste nostalgique de son enfance, de la nature, de la simplicité de son ancien mode de vie et de son amour perdu… (voir la bande annonce en lien)
le sujet touche à l’universel : est-ce la peine de sacrifier ses rêves et désirs profonds pour se conformer à ce que les autres et la société attendent de nous ? Peut-on passer à côté de sa vie ?
Le dessin est d’une beauté époustouflante. Il varie d’une scène à l’autre, rappelle les estampes japonaises, l’aquarelle, le pastel… L’histoire qui frôle avec le fantastique est magique, belle et terriblement émouvante. J’ai vu le film pendant un match de la France au mondial. On était qu’une vingtaine dans la salle, majoritairement des femmes (et quelques rares hommes qui les accompagnaient). On est TOUS restés jusqu’à la fin du générique, complètement sonnés. J’entendais renifler et j’ai vu plusieurs personnes les larmes aux yeux.

pompoko.jpgMais Takahata ne proposait pas que des films tristes. Son style était très changeant, de dessins et d’histoires, passant du mélo au film d'aventures (Horus prince du soleil), de l'aquarelle sophistiquée au griffonné. Il a aussi réalisé des comédies loufoques, comme Mes voisins les Yamada, Kié la petite peste, ou bien encore Pompoko. J'ai un faible pour celui-ci, grâce à son message écolo et positif : les animaux se révoltent contre l'accroissement urbain qui détruit leur forêt.
L'ode à la beauté de la nature se retrouve dans toute l'œuvre de Takahata, comme celle de son acolyte Miyazaki. Ce dernier qui avait annoncé sa retraite, reprendrait du service pour un dernier film en...2022. Il aura alors 81 ans. Espérons qu'il ne fasse pas comme les vieux couples inséparables : ne pas survivre à son compagnon...

 

03/04/2018

Ready player one

ready player one.png2047, la société va mal. La population vit dans des bidonvilles. Pour oublier leur condition, les hommes se réfugient dans un monde virtuel, l'oasis, où ils peuvent être enfin ce qu'ils souhaitent grâce à leur avatar : beaux, forts, courageux, et riches.
Ce dernier rêve pourrait se réaliser dans la vraie vie : à sa mort, le créateur du jeu, Halliday, a caché dans l'oasis un easter egg, un œuf de pâques. Celui qui le trouvera héritera de toute sa fortune, 500 milliards de dollars. Tous les joueurs du monde se lance à la poursuite du butin. Parmi eux, James et son ami Aech, qui ne se connaissent pas dans le monde réel, et Artémis, une rebelle motarde qui veut à tout prix empêcher une multinationale de contrôler le monde virtuel, et ainsi, les humains qui le peuplent.

Halliday qui nous fait une farce en organisant une chasse au trésor pour trouver son héritage : sacré Johnny, c'est donc pour ça que Laura et David n'ont rien eu, ils n'ont pas su décoder tes indices ! Chercher les œufs de pâques, ça tombe bien, c'est ma spécialité comme dirait Yves de Koh lanta. Ma mère sadique les planque toujours sous les plantes qui piquent du jardin, les chardons ou les rosiers, et même si mémé Alzheimer oublie chaque année où elle les a mis (« mais, il manque un poisson ? Et une poule ? ») on finit toujours par les trouver. À minuit sous la pluie à la lampe torche, ou six mois après, moisi et détrempé, par hasard en bêchant le jardin (en jardinant, on déterre aussi des hérissons et des crapauds accoucheurs).

game and watch.jpgUn truc qui est moins ma spécialité, c'est les jeux vidéos. Mémé pétait les scores à la Game and watch de Donkey kong, le comptage n'allait que jusqu'à 999 et je retournais à 0 jusqu'à 4 fois tellement j'étais forte. Mais cette console date des années 80 et je n'ai plus touché à un jeu vidéo depuis, pas le droit d'en avoir, et après, j'étais trop vieille pour m'y remettre. J'ai réessayé hier avec Heroes of the storm, je n’arrivais même pas à repérer qui était mon personnage, il s'est pris une flèche en moins de 10 secondes, j'ai pas su d'où elle venait.

Les jeux vidéos ne semblent pas non plus être la spécialité de pépé Spielberg, 71 ans. Il fait surtout référence à des jeux des années 80, et pour les jeux actuels, se contente de montrer les personnages célèbres sans exploiter leurs capacités. Enfin c'est ce qu'on m'a dit, car bien sûr mémé n'a pas reconnu les jeux vidéos cités.
En revanche, j'ai bien saisi les références cinématographiques. Le rubik's cube de Zemeckis qui permet de remonter dans le temps, la Delorean de Retour vers le futur...
Pépé Spielberg est aussi beaucoup plus à l'aise avec les références cinéphiles. La meilleure scène du film est celle de l'indice caché dans Shining. On s'y croirait, tout y est, reproduit à la perfection : l'escalier principal, l'ascenseur et son flot de sang, le labyrinthe, la room 237…
Si le réalisateur avait choisi d'envoyer ses personnages dans des films plutôt que des jeux vidéos, Ready player one aurait été parfait, et je rêve d'une suite exploitant cette idée. Je me retrouverais projeter dans l'univers des Miyazaki, je rencontrerais le dieu cerf dans la forêt de princesse Mononoké, je me baladerais dans le château ambulant ou dans le ciel, ou en prenant le chatbus...

Dès les premières images de Ready player one, où le héros traverse la tour de Babel improbable de son bidonville, j'ai été subjuguée par la prouesse hallucinante de la mise en scène virevoltante, et j'ai regretté de ne pas avoir choisi la version 3 D. L'immersion dans ce monde étrange est totale. Autre scène à couper le souffle, celle de la course de voitures pour récupérer le premier indice. Mémé nulle en nouvelles technologies a déjà du mal à jouer à Mario kart, je fonce dans le mur ou le cratère du volcan dès le premier virage, je suis incapable de saisir les objets ou d'éviter les peaux de banane, alors affronter Godzilla et King Kong qui détruisent la route, vous imaginez le carnage.

On peut apprécier Ready player one sans être adepte des jeux vidéos (mes voisins de ciné étaient septuagénaires). Le film plaira surtout si on a gardé son âme d'enfant, ou si l'on a vécu les années 80, décidément à la mode ces temps-ci après Stranger things. J'ai aimé entendre les musiques de l'époque comme le Blue monday de New order, Bruce SpringsteenTears for tears... J'ai adoré tenter de résoudre les énigmes comme une apprentie détective, et je ne soupçonnais pas les réponses, qui m'ont épatée.

Mais Ready player one reste assez convenu. Les personnages sont caricaturaux : Le héros est un jeune orphelin (classique), un peu réservé, accompagné de son meilleur ami rigolo et culotté (rôle traditionnellement donné aux Noirs dans les films américains). Le jeune homme tombe immanquablement amoureux de la fille, farouche, belle et intrépide. Ils se font aider dans leur quête par deux asiatiques gentils et serviables : les éternels clichés et la famille Benetton déjà à l’œuvre dans le dernier Star wars sont là. Les méchants sont très méchants, égoïstes et ne pensent qu'au pouvoir et à amasser de l'argent (un peu comme les joueurs de l'oasis en fait...) L'inévitable bataille finale m'a semblé longue et classique (tous ensemble contre les méchants) la fin et l'histoire d'amour sont encore plus convenues.

ready bidonville.jpgJe regrette surtout les imprécisions sur la société de 2047. Pourquoi le monde s'est t-il transformé en bidonville ? Guerre, crise financière, désastre écologique ? Tout le monde semble jouer, partout, en permanence, dans les rues, chez soi : plus personne ne travaille ? Il aurait été pertinent de développer le monde réel également. Dans une suite peut-être ?

Le message du film est simpliste : le monde virtuel, c'est bien, mais la réalité, c'est encore mieux, alors parlez-vous dans la vraie vie plutôt, aidez-vous et aimez-vous les uns les autres au lieu de vous renfermer sur vous-mêmes. Le film ne remet pas en cause le monde virtuel et ne propose pas vraiment de changer la société dans le monde réel. Non, il propose juste une pause : deux jours de relâche où le jeu vidéo n'est plus accessible.

olivia-cooke.jpgrose byrne.jpgJ'ai grandement apprécié de retrouver Simon Pegg, auteur et acteur de l'une de mes comédies cultes, Shaun of the dead. Je trouve que Olivia Cooke, la jeune actrice qui joue Artemis est le sosie de Rose Byrne en plus jeune. Je rêvais que son avatar dont le héros est amoureux soit en réalité un mec de 80 balais, mais bien sûr, on est dans un film : la vraie fille est encore plus jolie que son personnage. Seule une anodine tache de naissance sur la joue la complexe, et elle demande à James lorsqu'elle le rencontre : « ça ne te dérange pas ? » Euh, et elle, ça ne l'ennuie pas que la gueule du mec ressemble à une patate et qu'il soit dix fois plus laid que son avatar ? (Tye Sheridan, qui a plus le physique d'un boxeur écrasé par les coups que d'un jeune premier aux traits délicats). La fille doit être jolie, mais l'homme, c'est secondaire…

Malgré ses clichés, Ready player one est un très bon divertissement que je vous conseille.

 

28/03/2018

La forme de l'eau : une version édulcorée et hollywoodienne du labyrinthe de Pan

forme eau.jpgAux États-Unis durant les années 50, pendant la guerre froide, Elisa est femme de ménage dans un laboratoire gouvernemental secret. La discrétion est de mise dans son travail. Elle doit faire oublier sa présence, afin de ne pas perturber les scientifiques dans leurs recherches et réflexions. Elle ne doit pas être curieuse, ne regarder que son balai qui brosse le sol, et si jamais elle osait lever le nez, ne pas divulguer ce qu'elle pourrait éventuellement voir ou entendre. Ça tombe bien, elle est muette.

L'héroïne ne peut pourtant pas s'empêcher d'être intriguée par une nouvelle expérience des scientifiques. Ceux-ci ont trouvé une mystérieuse créature aquatique, mi-homme, mi-poisson, qui ne parle pas. Pour le terrible colonel qui s'en occupe, l'amphibien est un animal : il ne peut s'exprimer, il est donc stupide. Mais Elisa réussit à rentrer en contact avec l'amphibien et à le comprendre… (Voir bande annonce en lien.)

Elisa est isolée par sa particularité et n'a pas d'amis, à part sa collègue Zelda, une femme noire très bavarde qui trouve enfin en Elisa une oreille, puisque sa compère ne peut pas répondre. Zelda se plaint des hommes qui les déconsidèrent : leurs employeurs ou son mari, qui ne les voient que comme des outils, juste bons à nettoyer leurs toilettes ou faire les repas. Elisa côtoie aussi son vieux voisin homosexuel, un artiste solitaire qui regrette sa jeunesse passée. Ce dernier est rejeté lui aussi : par son patron qui refuse ses affiches publicitaires, par le jeune homme qu'il convoite.
Entre personnes dédaignées par la norme, les trois complices se comprennent et décident d'aider la créature, encore plus démunie qu'eux.

Le rejet des personnes différentes, le mépris des animaux (s'ils ne parlent pas, c'est qu'ils sont inférieurs, stupides et sans émotion) le dédain pour les femmes, les noirs, les homosexuels, pour les pauvres (si elles sont femmes de ménage, c'est qu'elle sont trop idiotes pour faire des études, pas parce qu'elles n'ont pas eu les moyens d'y avoir accès). Le film voit éclore la revanche des laissés-pour-compte.

labyrinthe de pan.jpgLa forme de l'eau reprend les thématiques du labyrinthe de Pan, du même réalisateur, l'un de mes films préférés. Dans Le labyrinthe de Pan, c'est une jeune orpheline qui se retrouve isolée, avec son nouveau beau-père tyran, un capitaine tortionnaire franquiste pendant la guerre d’Espagne. La petite se réfugie dans ses rêves où elle est enfin comprise par un faune, une créature qui ressemble étrangement à celle de La forme de l'eau (et surtout à la créature du lagon noir, le classique de Jack Arnold).
Mais si le labyrinthe de Pan reste profondément ancré dans l'époque qu'il dénonce (les atrocités de Franco) si le film est amer, La forme de l'eau en est pour moi une version édulcorée, hollywoodienne. Ce dernier film me semble fait pour plaire au public américain et gagner l'oscar (ce qu'il a réussi).

En effet, La forme de l'eau se déroule dans les années 50, époque chérie par les Américains, car celle de la prospérité et de la surconsommation : le général est ravi d'acheter une fameuse Cadillac emblématique de cette période (qui se retrouve détruite par nos héros rebelles dès le premier jour). Autre époque adorée des Américains, celle des comédies musicales. Hazanavicius avait joué à fond sur la nostalgie et l'hommage au cinéma hollywoodien avec The artist, qui a remporté l'oscar du meilleur film. Guillermo del toro a donc fait pareil, avec le moment où l’héroïne s'imagine danser dans une comédie musicale en noir et blanc. Scène totalement superflue, juste présente pour le clin d’œil grossier : « allez-y, vous aimez les comédies musicales, donnez-moi l'oscar ! » Et ça a fonctionné.

Si la musique du labyrinthe de Pan est sublime (une berceuse triste comme celle de Rosemarys' baby, à écouter en lien) La forme de l'eau exploite une musique d'accordéon vieillotte et peu originale, qui m'a dérangée dès le générique de début. Notre compatriote Alexandre Desplat a encore gagné l'oscar de la meilleure bande originale, mais je trouve qu'il a fait mieux avec The ghost writer par exemple (à écouter en lien).

Le film est aussi manichéen que Le labyrinthe de Pan, le colonel américain est aussi méchant que le franquiste, et les gentils exploités le sont autant que les républicains rebelles, mais le trait est plus lourd. Le contexte politique et social est moins dénoncé, car cela pourrait faire tiquer. Guillermo del Toro a préféré accentuer l'argument lisse et consensuel qui plaît au plus grand nombre : chacun est différent mais on est tous égaux, aimons-nous les uns les autres etc.
Surtout, La forme de l'eau se traîne en longueur. Lorsque l'histoire principale est résolue, je pensais que la fin du film était arrivée, mais on en était qu'à la moitié.

forme eau 2.jpgLes acteurs sont excellents : Sally Hawkins, qui trouve enfin la consécration après des rôles discrets mais déjà rebelles (Be happy, We want sex equality) nommée à l'oscar de la meilleure actrice. Sa camarade Octavia Spencer jouait aussi une femme de ménage dans La couleur des sentiments, qui lui a valu un oscar. Elle a encore été nominée cette fois-ci (jamais deux sans 3, un prochain rôle de femme de ménage à lui donner ?) Richard Jenkins, le père cool de Six feet under, a été également sélectionné comme meilleur second rôle. Le toujours inquiétant Michael Shannon (Bug, Take shelter, Midnight special…) en méritait tout autant, mais on ne pouvait pas non plus récompenser tout le casting.
Le film a obtenu 9 nominations et 4 prix, dont les plus convoités : meilleur film et meilleur réalisateur.

La forme de l'eau reste donc néanmoins un bon film, en priorité par son hommage au cinéma des années 50 et son esthétique baroque très travaillée (le film a obtenu l'oscar des meilleurs décors). Mais comme j'ai remarqué dès la bande annonce la ressemblance flagrante avec Le labyrinthe de pan, mon film fétiche, j'ai été déçue de n'en retrouver qu'une version assagie. Je n'ai pas retrouvé la profonde émotion et le profond choc que m'avait donné le labyrinthe de Pan. Je suis le parcours de Guillermo del Toro depuis ses débuts (Cronos (1993), Mimic, L’échine du diable, Blade 2, Hellboy). Pour moi il a atteint son apogée en 2006 avec le labyrinthe de pan et a décliné ensuite, son dernier film Crimson peak était vraiment décevant et superflu. Espérons qu'avec le crédit que lui apporte l'oscar, il se permettra de revenir à des sujets plus osés.

 

06/02/2018

Les séries fantastiques de l'année : Twin Peaks, 22.11.63 et Room 104

twin peaks 3.jpg- Twin peaks, saisons 1, 2 et 3

j'ai adoré la première saison, que j'ai vu à l'époque sur Arte en VF. J'ai regretté que l'affaire Laura Palmer soit résolue au bout de quelques épisodes de la saison 2, et surtout les égarements de la série. Par exemple, James quitte la ville, est recueilli par une femme qui veut lui coller l’assassinat de son mari sur le dos. Quel intérêt à cette histoire secondaire qui n'apporte rien à la trame principale ?
La saison 3 poursuit ses écarts, en partant dans tous les sens. Des personnages sont abandonnés en cours de route (que devient Audrey ?) et le dernier épisode ne résout pas grand chose. La série nous perd volontairement et crée une fascination sur les réseaux sociaux (les fans n'évoquent pas des épisodes mais des "parties"). Twin Peaks est considérée comme une œuvre d'art, incompréhensible car trop géniale et en avance sur son temps. Si j'ai moi aussi été épatée par la beauté de certaines scènes, comme celle-ci en lien, ou l'étrangeté d'autres, comme celle-là, j'ai tout de même trouvé que David Lynch nous prenait pour des jambons.
twin-peaks-scène.pngAu final, j'ai surtout apprécié de revoir les acteurs 25 ans après (voir les photos avant/après en lien). On dit que les personnes au physique avantageux vieillissent mal, et inversement... La série le confirme. Certains sont méconnaissables, comme le beau Bobby devenu tout blanc de cheveux. La magnifique Audrey au teint de poupée de porcelaine a bien grossi, quant à Shelly, je ne l'avais tout simplement pas reconnue. Mais Nadine le pirate, qui à 35 ans en paraissait 60, n'a donc pas pris une ride, enfin elle les a conservées, elle fait enfin son âge, et la mère de Laura a toujours la même tête de poisson dépressif. Je regrette cependant l'absence du shérif et de la belle Donna.
De cette troisième saison de Twin Peaks, je retiens surtout les chansons jouées dans le bar à chaque fin d'épisode, comme Wild west de LissieShadows de Chromatics, The cactus blossoms ou la musique originale de Badalamenti, heartbreaking.

Déception :

- 22.11.63 d'après Stephen King

Adaptation du roman de Stephen King, où le héros (James Franco) trouve une porte menant à l'Amérique de 1960. Il tente d'éviter l’assassinat de JF Kennedy, pour que la société future se porte mieux. On va enfin admettre que Lee Harvey Oswald n'est pas le seul coupable avec sa balle magique aux 8 impacts différents ? Que la CIA, le FBI les Ovnis et tout le tralala sont derrière tout ça ? Comment sera le monde avec JFK imaginé par Stephen King : fin de la guerre froide, plus d'égalité ? J'étais impatiente de le découvrir, et ça a été une grosse déception. L'histoire tourne autour du pot pour finir en eau de boudin... Quel dommage.

- Room 104

Chaque épisode de 20 minutes se passe dans une même chambre d'hôtel, mais avec des histoires différentes, surnaturelles, horrifiques, comiques... Très inégal, sans grand intérêt, j'ai abandonné au bout de deux épisodes.

 A suivre : Narcos

 

 

02/02/2018

Série à voir : The leftovers

séries, à voir sur netflix, à voir sur canal +Subitement, 2 % de la population mondiale se volatilisent en pleine action : au volant de leur voiture, sur leur lieu de travail, dans leur bain... Le mari et les enfants de Nora s'évanouissent à table pendant qu'ils prennent tous ensemble leur petit-déjeuner. Une seule petite ville est épargnée par ces mystérieuses disparitions. Rebaptisée Miracle, des personnes de tous horizons y viennent dans l'espoir de retrouver leurs proches et un sens à ces pertes. Pourquoi certains sont-ils restés plutôt que d'autres ? Sont-ils élus, ou au contraire, punis ? Est-ce le signe d'un renouveau, d'une rédemption et nouvelle vie possible ?

séries, à voir sur netflix, à voir sur canal +Au début, j'ai eu du mal à rentrer dans l'univers très ésotérique et étrange de la série. (voir ici le générique qui met directement dans l'ambiance) Des faits incompréhensibles ne sont expliqués que des épisodes voire saisons après (pourquoi les membres de la secte fument-ils tous clopes sur clopes ? Pourquoi refusent-ils de parler ?)
On retrouve avec ces questions la patte du scénariste, Damon Lindelof, qui n'est autre que le créateur de Lost... Il m'avait déjà bien embrouillé le cerveau à l'époque, avec ses ours polaires en pleine île du Pacifique. De la même manière qu'avec Lost, je me suis laissée happer, envoûter, comme les personnages de Leftovers qui se mettent à adhérer à de nouvelles croyances.
Leftovers est l'une des rares séries qui s'améliore au fil des saisons, pour terminer en apothéose. Le personnage principal (Justin Théroux) est remarquable d’ambiguïté. Il meurt et revient d'un espèce d'au-delà infernal, ces épisodes à la fois sombres et magnifiques sont intenses, font penser à du Lynch, laissent une forte impression et ont hanté mes nuits. De même que la musique. Leftovers traite du deuil et de la rédemption, et des croyances, en soi, en les autres, la religion... Yes, I'm a believer ! A voir.

29/01/2018

Mémé a regardé une série de son époque : Stranger things

strangers things.jpegLa série joue clairement sur la nostalgie des années 80, et de E.T et des films de S.F en particulier. Dès le générique et son titre rouge et sanglant, on se croirait dans Christine ou Cujo de Stephen King. Les premières séquences, avec l’alien caché dans la remise, les torches dans la forêt de nuit, les jeunes qui jouent à Donjons et dragons, les VTT, annoncent l’hommage à E.T, le film culte de Spielberg qui a marqué plusieurs générations. Certaines scènes sont presque calquées, comme celle de halloween, où Eleven qui doit rester cachée se déguise en fantôme, comme ET. Les références à la SF des années 80 ponctuent le film : les affiches des Dents de la mer, les costumes de Ghostbusters, Halloween ou vendredi 13, une « rencontre du troisième type » avec une créature qui ressemble à celle d’Alien, The thing ou les Gremlins, sans oublier une bande de potes comme les goonies, Eleven qui a des pouvoirs télékinésiques comme Carrie…

strangers matthieu.pngStranger things est un régal pour les cinéphiles. Même ceux qui n’ont pas connu les années 80 s’enthousiasment pour la série. Elle me rappelle mon enfance : chez moi aussi on avait une tapisserie marron affreuse ! Et un vieux téléphone à cadran ! Et ma mère aussi me forçait à me couper les cheveux comme Mireille Mathieu !

La série ne brille pas par son originalité, mais par ses références et l’effet nostalgie qu’elle engendre. Elle parvient même à s’auto plagier : la saison 2 ressemble beaucoup à la première : Mireille Matthieu, pardon, Will, se fait enlever par un méchant alien dans la première saison, puis envoûter par la même bestiole dans la seconde. Il passe la moitié de son temps planqué au fond de sa paillasse à crever de faim et de froid dans la première saison, puis au fond de son lit mort de chaud dans la deuxième.
strangers mere.jpgSa mère Winona Ryder à moitié foldingo (on la comprend, avec un fils qui s’attire autant de problèmes) transforme sa maison en sapin de noël dans la première saison, en installant des guirlandes clignotantes partout, puis dans la deuxième retapisse sa baraque des dessins de son fils. Quelle mauvaise femme d’intérieur, elle n’est pas bonne à marier comme aurait dit ma grand-mère.
Une fille sauvage et intrépide vient semer le trouble et les premiers émois amoureux dans la première saison, idem dans la deuxième. Vivement la troisième, que Dustin trouve enfin une copine (inutile d’en souhaiter une pour Mireille Matthieu, il est déjà trop occupé à essayer de survivre, on ne va pas espérer en plus qu’il refile ses germes de mec toujours malade à une pauvre ado qui n’a rien demandé.) Je trouve l'actrice qui incarne Eleven très belle, elle ressemble comme deux gouttes d'eau à Natalie Portman, et je la trouve beaucoup mieux avec le crâne rasé qu'un mouton sur la tête. Sean Astin, le goonies et le hobbit, joue toujours le rôle du brave gars qui aide ses potes et se sacrifie.
De bons acteurs, des bonnes références, à voir. Une troisième saison est prévue pour 2019.

 

27/01/2018

Les séries de 2017

séries,séries netflix,séries hboEn 2017, j'ai pu profiter d'abonnements Canal +, OCS, et depuis noël, Netflix. Autant vous dire que je découvre le binge watching, je ne sors plus de chez moi (aller au ciné ? ça va pas non, il me reste encore 2 saisons de Black mirror et la dernière de Catastrophe). L'hibernation risque de se prolonger bien après mars. J'ai préféré classer en "déception" plutôt que "bof" (mon système de notation très objectif est digne des plus grands analystes) car j'attendais beaucoup de certaines séries réputées qui m'ont déçue.
Par exemple 13 reasons why, encensée sur les réseaux sociaux et que j'avais hâte de découvrir, mais que j'ai lâché au bout de deux épisodes et demi car je l'ai trouvé trop bluette adolescente (c'est là que je découvre que mémé lit en fait des webzines pour ados de 15 ans.) Idem, j'adorais la série The americans, mais j'ai estimé la cinquième saison très décevante, trop longue et sans gros rebondissements. En 2017, j'ai vu 33 séries (mais je crois que mémé Alzheimer en a oublié) :

S.F / fantasy :

Coups de cœur :
- Black mirror saisons 1 à 4séries,séries netflix,séries hbo
- Stranger things, saisons 1 et 2
- The leftovers,  saisons 2 et 3

A voir :
- Game of thrones, saisons 6 et 7
- Westworld, saison 1

Déception :
- 22.11.63 (assassinat de JFK)
- Room 104

La + perchée :
séries,séries netflix,séries hbo- Twin peaks, saisons 1, 2 et 3

Policier / enquêtes :

Coups de cœur :
- Breaking bad saisons 1 à 5
- Narcos saisons 1 et 2
- The people vs OJ Simpson

A voir :
- Le bureau des légendes saisons 1 à 3
- Engrenages saisons 1 à 6

ception :
séries,séries netflix,séries hbo- The americans saison 5

Drame :

Coup de cœur :
- En analyse saison 1

A voir :
- The knick saison 2
- The deuce saison 1
- Feud saison 1

Pas mal :
séries,séries netflix,séries hbo- Big little lies saison 1
- Une place à prendre (J.K rowling)
- Berlin 56

Déception :
- The young pope saison 1
- The night of saison 1
- This is us saison 1
- 13 reasons why
saison 1

Humour :

Coups de cœur :
séries,séries netflix,séries hbo- Catastrophe saisons 1 et 2
10 % saisons 1 et 2

Pas mal
:
- Togetherness saisons 1 et 2
- Casual saisons 1 à 3
- Platane saisons 1 et 2
- Workingirls à l'hôpital

Bof :
- The last man on earth
- You're the worst

 

21/01/2018

Mémé a vu Star wars, les derniers jedi

star wars,cinémaJ'ai dû vérifier sur internet le titre, car mémé ne le connaissait même pas.

Je résume le film, enfin ce que j'en ai compris :
- Luke fait son caca boudin :
« NAN, laissez-moi tout seul dans mon coin. Je suis le dernier survivant Jedi et le seul qui peut vous sauver, rien à foutre, vous pouvez tous crever, vous êtes tous des cons. Na. Oui je sais, je ne propage pas la philosophie cool des Jedi, que je me suis emmerdé pendant des années à apprendre et à protéger, et puis là je fais tout cramer. Fuck ze system. »

Vivre 30 ans tout seul sur une île, on devient vite zinzin-ronchon. Tatie Danielle change enfin d'avis, au dernier moment. On ne s'en doutait pas du tout :
Rey : « - Bonjour, j'ai traversé toute la galaxie et bravé tous les dangers pour vous trouver. Je viens vous demander votre aide pour sauver les gentils car on va tous y passer
Luke : - Rien à battre
- D'accord, au revoir, bonne pêche ! »
Durée du film : 3 minutes (générique qui explique les 123 épisodes précédents compris).

Ça ne pouvait pas se passer comme ça, alors après 2h de film où Luke fait son chieur (« J'ai dit non ! Na ! ») il estime enfin : « des jours que que je me fais prier, c'est bon, ils ont compris, je peux venir comme un prince. Puis là le film commence à devenir vachement longuet, il est temps que ça se termine et que je répare le foutoir. Ouais moi je débarque devant tous les ennemis, ils me bombardent, je bouge pas d'un cil. Je vais tous les massacrer d'un regard, je vais leur montrer qui c'est le meilleur. »

star wars,cinémaJ'ai bien rigolé sur les incohérences du film, comme par exemple les méchants qui se télé transportent à la vitesse de la lumière là où se cachent les résistants. Mais au lieu de se placer juste devant la porte et les attaquer par surprise, l'armée se met à 3 km et avance sur des espèces d'éléphants avec de minuscules pattes pas du tout pratiques qui mettent 4 heures pour faire 2 mètres, comme ça les gars ont bien le temps de les voir arriver et de se préparer (à fuir).

Ou bien encore le méchant suprême, Snoke (interprété par Andy Serkis, qui joue aussi Gollum dans Le seigneur des anneaux et King Kong : le mec est abonné aux rôles de monstres ?) Snoke se vante de voir dans l'esprit des autres, mais ne devine pas ce que les spectateurs avaient senti venir : Kylo Ren allait lui piquer son sabre laser. La mort du grand méchant est un peu ridicule : on s'attendait à un combat épique et intense, et puis là, paf, en 2 secondes il se fait découper en deux comme une miche de pain.

Le plus gros reste tout de même toute la partie : « on va trouver le meilleur crypto machin de tout l'univers pour qu'il bousille le vaisseau des méchants ». Quand l'équipe de la résistance le trouve enfin, je suis ravie de voir que ce fameux personnage est incarné par Justin Théroux, le héros de l’excellente série Leftovers et le réalisateur harcelé/ débordé qu'on voit dans Mullholland drive. Mais non, l'acteur n'a même pas une ligne de dialogue et est remplacé par Benicio del toro, dont la mentalité du personnage est à l'image de sa tête de taureau répugnante.
star wars,cinémaTout le film reposait sur sa réussite à désactiver le traceur du vaisseau des méchants, et … il échoue. Donc à quoi on servi les 45 minutes sur le sujet ? Juste à nous montrer une nouvelle planète, avec de nouvelles créatures à acheter en peluches en produits dérivés : une espèce de cheval de course qui a la tête du dragon de l'histoire sans fin. En nouveaux zanimaux tout mignons, je préfère les porgs, les créatures pingouins qui font les yeux suppliants du chat potté lorsque Chewbacca mange l'un des leurs (la propagande végan est partout) et le vulptex, le renard de cristal majestueux.

Autre problème du scénario : la vice amirale Laura Dern qui se sacrifie : « faut que quelqu'un reste dans le vaisseau. » (bah pourquoi tu ne demandes pas à un subalterne inutile ?) En voyant la flotte résistante se faire massacrer, elle a l'idée d'envoyer son vaisseau s'écraser sur celui des stormtroopers. Mais pourquoi ne pas le faire à chaque fois alors ? S'il suffit d'un gros vaisseau kamikaze pour éliminer toute la flotte ennemie, inutile d'envoyer au casse pipe tous les braves mecs de la résistance.

star wars,cinémaLa première scène m'a fait peur, avec le méchant roux qui joue extrêmement mal, aussi expressif et charismatique qu'une huître.
Dans le précédent film, quand Kylo Ren ôte solennellement son masque et révèle enfin son visage, tout le monde s'était foutu de sa gueule de mérou. Les scénaristes ont alors pensé que dans cet épisode, il allait enlever le reste et montrer son torse musclé, pour enfin plaire et susciter l'admiration. Peine perdue, la salle a encore éclaté de rire devant cette scène totalement incongrue et ses pectoraux qui ont l'air gonflé artificiellement. Pourvu que dans le prochain épisode, il n'enlève pas le bas.
Quand le mérou parle à Rey de ses parents, j'ai encore cru qu'il allait lui révéler qu'ils étaient frères et sœurs, vu que c'est une marotte de star wars. Je ne crois pas trop au fait que les vieux de l'héroïne soient de vulgaires soûlards qui l'ont vendue, à mon avis c'est la fille de Luke ou une autre histoire de consanguinité, ils sont tous de la même famille ces gens-là.

J'ai bien rigolé à la fin du film quand l’impératrice conclut : « tout va bien, on a tout ce qu'il nous faut ». Il ne reste plus que 12 éclopés traumatisés parmi la résistance, face à des milliers de stormtroopers qui terrorisent la galaxie, mais pas de problème, à 12, on va gérer.

star wars,cinémaAutre passage bien kitsch, lorsque Léia se retrouve congelée dans l'espace, puis tout à coup se rend compte à 75 ans, il était temps, qu'elle a la force jedi en elle, et revient dans le vaisseau avec la grâce d'une baleine traînée par une corde. Ce problème d'effet spécial se remarque avec Yoda aussi, aussi mal articulé qu'une marionnette de ventriloque.

Les scénaristes ont aussi pensé : « On ne peut pas garder tous les héros de la première trilogie star wars. C'est pas crédible, des milliers de personnages meurent, faut en sacrifier un. Ok, Han Solo. Ah merde, c'était le plus populaire. Bon, il en faut un autre dans le deuxième film, on va tuer Luke. On en garde qu'un, Léia. »
Manque de bol, c'est la seule qui meurt pour de vrai, vous allez bien galérer les gars maintenant pour la mettre dans le prochain film alors que l'actrice n'existe plus : « et si on disait qu'on s'est trompé et que Han solo n'est pas mort ? Ça peut fonctionner, après tout Ripley revient bien dans Alien alors qu'elle a sauté dans le feu ! »

Star wars n'a pas été racheté par Disney mais par Benetton, united colors : « On a déjà mis un Noir, un sud américain.. Maintenant, on va mettre une Asiatique. Dans le prochain épisode, qu'est ce qu'il nous manque ? Ah oui, on a qu'à placer un Indien ! »

Le film est atrocement long, une des potes qui m'accompagnaient s'est même endormie. J'étais persuadée qu'il allait se terminer enfin avec la mort du gros méchant Snoke, mais non, on subit encore 30 minutes…
Comme les derniers films, je ne le reverrai pas sur mon petit écran, c'est un film à voir au ciné pour la beauté des images (l’île, les créatures dans le palace, mais la longue bataille du début, je m'en tapais complet). J'apprécie beaucoup plus les scènes sur la philosophie jedi et la dualité bien/mal ; transmission/rébellion que les batailles interminables. A voir, au ciné.