28/08/2014

Albert à l'ouest, ya du nouveau

 

albert a louest.jpgOui, mémé a encore et toujours un train de retard, mais j’ai vérifié, le film passe encore ! Dans un seul cinéma. En banlieue parisienne. Ben quoi ? Mieux vaut tard que jamais. Ma critique servira pour la sortie DVD (qui ne devrait plus tarder, à ce rythme). Note pour  moi-même, bonne résolution de la rentrée : publier mes avis dès la sortie des films…

Le titre original est « un million de façon de mourir au Far West ». Ces suppositions originales et à l’humour noir sont très drôles, surtout pour une hypocondriaque parano comme moi : « le Far West, c’est un endroit et une époque horribles. À tous les coins de rue, tout ce qui bouge veut ta peau ! Les ivrognes, les chacals, les hors-la loi, les médecins : « vous ne pouviez rien faire docteur, elle avait une écharde ». Voir la bande-annonce en lien.
A l’Ouest ya du nouveau, l’idée de démystifier l’époque des cow-boys est intéressante : les héros étaient surtout des soiffards rendus intrépides par l’alcool, ou l’appât du gain.
Comme tous les cinéphiles, je me suis régalée des parodies et des références aux westerns classiques : la mise en scène, les panoramiques sur les paysages splendides, la lenteur, les lieux et personnages caractéristiques.

Le personnage du réalisateur-acteur Seth MacFarlane est attachant, avec sa bouille ronde de gamin trop sensible inadapté à ce monde de brutes. Il doit malgré lui affronter un dangereux bandit (Liam Neeson) et le nouveau petit ami riche et arrogant (Neil Patrick Harris, Barney dans How I met your Mother) de "l’amour de sa vie" (Amanda Seyfried) alors qu’il a une fille géniale sous son nez (Charlize Theron).

De bonnes réparties, un scénario classique et simple mais qui tient la route, qui est même émouvant, si si, lorsque Charlize Theron encourage Albert à développer ses capacités et sa confiance en lui. Mais pourquoi tout gâcher avec un humour pipi caca absolument dégueulasse ? La salle entière a poussé un « baaaah » de dégoût pendant la scène la plus crade. Le scénariste pense qu’être sale, c’est être rebelle ? Quel dommage.
On retrouve dans Albert à l'ouest l’humour en dessous de la ceinture de Ted, le précédent film du réalisateur, avec un ours en peluche libidineux et un homme (Mark Wahlberg) qui ne veut pas grandir. Comme Seth MacFarlane ?

 

23/08/2014

Des lendemains qui chantent (et on chante avec eux)

lendemains casta.jpg21 avril 2002 : Léon (Pio Marmaï) hésite dans l’isoloir : pour qui voter ? Il se remémore les 20 dernières années, là où tout a commencé : l’élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981. A cette époque, Léon et son frère Olivier (Gaspard Proust) sont étudiants à Saint-Etienne et pleins d'idéaux. Ils croient au changement. Ils rencontrent Noémie (Laetitia Casta) pour laquelle Léon a un coup de foudre. Mais la belle part sur Paris suivre une brillante carrière, et Léon n’ose pas la retenir.
Quelques années plus tard, la vie est moins rose (socialiste) : Léon, journaliste, a gardé ses principes, mais ses rédacteurs en chef ne veulent pas de ses articles polémiques (sur Bernard Tapie) et lui proposent des sujets consensuels (« Tu t’y connais en littérature ? Tu dois faire le portrait de BHL. – C’est quoi le rapport entre les deux ? ») Olivier est devenu un communicant cynique, qui pense d’abord à l’argent. Leur ami Sylvain (hilarant Ramzy) a fait fortune dans le minitel rose. Noémie, devenue conseillère présidentielle, hésite entre les deux frères… Leur père (André Dussolier) ancien syndicaliste d’une usine qui a fermé, ne croit plus en rien, et suit avec inquiétude le parcours de ses deux fils. (voir bande annonce ci-dessous)

lendemains, elections.jpgJ’ai eu un gros coup de cœur pour Des lendemains qui chantent. J’adore les films qui suivent le destin de personnages sur une longue période, qui résument une époque, ancrés dans la réalité. Il est rare qu’en France, un film traite des années 80-90, en parlant de politique, et associant la grande Histoire à la petite. Le film m’a rappelé Né en 68 dans lequel joue déjà Laetitia Casta, mais aussi Nos meilleures années de Marco Tullio Giordana, film que j’adore. On sent vraiment l’influence des comédies italiennes, avec cette volonté de montrer le destin de personnages, leurs espoirs et désillusions

En regardant le film, je me suis souvenue avec émotion des moments phares de la France de cette période : l’annonce à la TV des résultats des élections de 2002, la victoire à la coupe du monde de 1998, mais aussi certaines publicités emblématiques, la déco et les vêtements de l’époque, les tics de langage, le Minitel… Le côté Madeleine de (Gaspard) Proust m’a beaucoup plu.

Les journalistes sont moins enthousiastes que moi. Evidemment le film ne va pas au fond des sujets politiques, il est d’abord une comédie, très pertinente. Peut-être aussi que ces reporters n’ont pas apprécié la critique hilarante de certains journaux, qui sont carrément nommés. Les scènes où Léon passe des entretiens d'embauches avec différents rédacteurs en chef sont tordantes, avec un illuminé qui trouve des sujets d’articles partout, ou une Anne Brochet excellente en directrice superficielle qui parle anglais parce que c’est « branché ». (regardez l’extrait en lien). Ils peuvent paraître caricaturaux, mais j’en ai connu des comme ça, et des pires, la réalité dépasse toujours la fiction…

Des lendemains qui chantent utilisent des images d’archives qui donnent les meilleurs moments du film, preuves implacables, en montrant ce que l’époque était réellement. Si vous étiez trop jeunes pour connaître ces années-là, ou si le côté politique vous rebute, sachez qu’ils ne forment qu’une toile de fond : le film traite avant tout de thèmes généraux qui parlent à tout le monde : s’engager ou non, en amour comme au travail, la vie qui défile et nous change… Comme l’explique le réalisateur Nicolas Castro : « Qui a raison, celui qui choisit de rester fidèle à ses idéaux au risque de stagner, ou celui qui accepte de faire des concessions ? »
Certains changements apportés par la politique Mitterrand dans ses deux premières années au pouvoir, « les lendemains qui chantent » selon les personnages, ne sont d’ailleurs évoqués que dans une seule phrase de dialogue, oui, une seule  (qui cite la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans et la création de l’impôt sur la fortune.) Donc le film de Fidel Nicolas Castro n’est pas vraiment politique. 

Des lendemains qui chantent est également touchant, avec des scènes justes et pudiques, d’occasions manquées, d’amour non exprimé  : entre un père et son fils, entre un homme et une femme, entre deux frères rivaux… scène très belle avec Laetitia Casta invitée malgré elle à manger avec le père, (« dès que Dussollier apparaît à l’écran, résonne une note d’émotion pudique, de poésie » comme l’exprime le réalisateur) scène des « non adieux » sur le quai de la gare… mais aussi scène du comique Ramzy qui pleure…  Les acteurs sont parfaits.

Étonnamment, Gaspard Proust révèle dans le dossier de presse que « Nicolas castro m’avait d’abord approché pour le rôle de Léon, mais ça ne marchait pas très bien » Tu m’étonnes !!! 
« C’est un personnage très cynique
- Vous trouvez ? je ne le trouve au contraire ni très méchant ni très froid (…) Je suis toujours étonné par la douceur que je dégage à l’écran. »
On reconnaît bien là Gaspard Proust ! Et ses réflexions très noires qu’ils déclament dans Salut les Terriens, l’émission de Thierry Ardisson (dont les interviews parlant de vie privée et sexuelle sont critiquées dans le film, voir en lien).
L’humoriste voit son personnage ainsi : « Olivier est un type qui souffre d’un défaut très commun : il est égoïste et pense que la réussite passe par le statut social, l’élévation professionnelle et l’abondance matérielle. Il y a une certaine lucidité à s’avouer qu’on n’est peut-être pas capable de réussir dans un domaine plus intime »
lendemains qui chantent.jpgQuant au personnage de Ramzy, Nicolas Castro « trouvait amusant de montrer comment l’industrie du sexe s’est à chaque fois emparée des innovations technologiques. Elle est la 1ère à avoir gagné de l’argent avec les VHS, la 1ère à s’installer sur le créneau du minitel, la 1ère sur internet. Cela dit des choses sur l’époque. » (voir en lien)

Petit bémol : pour moi l’affiche du film est ratée et le dessert : elle fait niaise et sonne faux. J’ai peur que le public se fie à cette première impression et n’aille pas voir le film, qui pourtant mérite vraiment d’être vu. J’espère au moins qu’il est bien distribué dans les salles de cinémas… Pas comme Libre et assoupi. Plusieurs lecteurs m’ont rapporté que, encouragés par ma critique enthousiaste, ils ont voulu voir le film, mais qu’il n’est resté qu’une semaine à l’affiche à Lyon, capitale du cinéma, ou n’a même pas été diffusé dans certaines régions ! Quel dommage !

Alors, allez vite voir Des lendemains qui chantent avant qu'il ne soit plus sur vos écrans...

04/08/2014

Quiz cinéma : les résultats

petite voleuse.jpgLes réponses sont en gras :

1) Lequel de ces films n’a pas été réalisé par Patrice Leconte ?
a) Tandem
b) Les bronzés font du ski
c) Ridicule
d) La petite voleuse
Bis : Qui est le réalisateur du film restant ?
Claude Miller

2) Cinéaste américain né en 1928 et décédé en Angleterre en avril  1999, il se fit connaître avec Les sentiers de la gloire en 1957. Il s’agit de :
a) Sam Peckinpah
b) George Lucas
c) Stanley Kubrick
d) Robert Altman

3) De ces quatre acteurs, lequel n’a jamais réalisé de film ?
a) Harrison Ford
b) Al Pacino
c) Jody Foster
d) Mel Gibson

4) Quel est le seul film dans lequel Marilyn Monroe meurt à la fin ?
a) Niagara
b) Certains l’aiment chaud
c) Les désaxés
d) Sept ans de réflexion

5) Où se situe l’action du film Midnight express d’Alan Parker ?
a) En Iran
b) En Turquie
c) Au Liban
d) En Grèce
Bis : Quel est le sujet du film ?
L’histoire vraie d’un jeune touriste américain arrêté avec de la drogue dans ses bagages. Condamné à la prison à perpétuité, il fait tout pour en sortir.

6) Dans une contre-plongée, la caméra est :
a) Inclinée sur son axe vers le haut
b) Inclinée sur son axe vers le bas
c) Maintenue en équilibre de façon à ce qu’elle ne puisse pas plonger

7) Quel est le premier de ces acteurs à avoir incarné James Bond à l’écran ?
a) Roger Moore
b) Timothy Dalton
c) Sean Connery
d) Pierce Brosnan
Bis : Replacez ces acteurs dans l’ordre chronologique de leur interprétation de James Bond
c) a) b) d)

8) Qui incarne le samouraï de Jean-Pierre Melville ?
a) Jean-Paul Belmondo
b) Paul Meurisse
c) Maurice Ronet
d) Alain Delon

9) Le réalisme poétique est un mouvement cinématographique :
a) Russe des années 20
b) Français des années 30
c) Italien des années 40
d) Espagnol des années 50
Bis : Citez un film de ce mouvement
Quai des brumes de Marcel Carné, La grande illusion de Renoir, Pépé le moko de Duvivier…

10) Fahrenheit 451 est un film de :
a) Pierre Schoendoerffer, adapté d’un roman de Ray Bradbury
b) Louis Malle, adapté d’un roman d’Arthur C.Clarke
c) François Truffaut, adapté d’un roman de Ray Bradbury
d) Jean-Luc Godard, adapté d’un roman de Philip K.Dick
Que signifie ce titre et que raconte l’histoire ?
Dans le futur, la lecture est interdite car elle empêcherait d'être heureux. Les livres sont brûlés. Fahrenheit 451 est la température à laquelle le papier s'enflamme. 

Alors, combien de bonnes réponses ?

31/07/2014

Vos devoirs de vacances : Quiz cinéma

quiz, cinéma quiz cinémaAprès le quiz littérature, voici le quiz cinéma ! Comme d’habitude, questions très faciles, j’en ai rajouté des bis. Le gagnant tiré au sort recevra une carte postale papillotienne qu’il pourra revendre aux enchères.

1) Lequel de ces films n’a pas été réalisé par Patrice Leconte ?
a) Tandem
b) Les bronzés font du ski
c) Ridicule
d) La petite voleuse
Bis : Qui est le réalisateur du film restant ?

2) Cinéaste américain né en 1928 et décédé en Angleterre en avril  1999, il se fit connaître avec Les sentiers de la gloire en 1957. Il s’agit de :
a) Sam Peckinpah
b) George Lucas
c) Stanley Kubrick
d) Robert Altman

3) De ces quatre acteurs, lequel n’a jamais réalisé de film ?
a) Harrison Ford
b) Al Pacino
c) Jody Foster
d) Mel Gibson

4) Quel est le seul film dans lequel Marilyn Monroe meurt à la fin ?
a) Niagara
b) Certains l’aiment chaud
c) Les désaxés
d) Sept ans de réflexion

5) Où se situe l’action du film Midnight express d’Alan Parker ?
a) En Iran
b) En Turquie
c) Au Liban
d) En Grèce
Bis : Quel est le sujet du film ?

6) Dans une contre-plongée, la caméra est :
a) Inclinée sur son axe vers le haut
b) Inclinée sur son axe vers le bas
c) Maintenue en équilibre de façon à ce qu’elle ne puisse pas plonger

7) Quel est le premier de ces acteurs à avoir incarné James Bond à l’écran ?
a) Roger Moore
b) Timothy Dalton
c) Sean Connery
d) Pierce Brosnan
Bis : Replacez ces acteurs dans l’ordre chronologique de leur interprétation 

8) Qui incarne le samouraï de Jean-Pierre Melville ?
a) Jean-Paul Belmondo
b) Paul Meurisse
c) Maurice Ronet
d) Alain Delon

9) Le réalisme poétique est un mouvement cinématographique :
a) Russe des années 20
b) Français des années 30
c) Italien des années 40
d) Espagnol des années 50
Bis : Citez un film de ce mouvement

10) Fahrenheit 451 est un film de :
a) Pierre Schoendoerffer, adapté d’un roman de Ray Bradbury
b) Louis Malle, adapté d’un roman d’Arthur C.Clarke
c) François Truffaut, adapté d’un roman de Ray Bradbury
d) Jean-Luc Godard, adapté d’un roman de Philip K.Dick
Que signifie ce titre et que raconte l’histoire ?

A vous de jouer !

Questions inspirées du livre de Jean-Michel Oullion, 2500 QCM de culture générale
Vous pouvez donner vos réponses dans les commentaires, ou les envoyer par la rubrique "me contacter". Résultat lundi.

 

28/07/2014

Bilan ciné : Tristesse club et Xenia

- Tristesse Club de Vincent Mariette

tristesse club.jpgJ’ai beaucoup aimé 2 automnes, 3 hivers avec Vincent Macaigne. Dans Tristesse Club, on retrouve l’acteur dans le même rôle de loser fragile et décalé, le même humour, le même goût des bons mots, des répliques absurdes, ce ton mélancolique charmant. Le scénario n’est vraiment pas ce qui est le plus intéressant dans le film, il est d’ailleurs prévisible : deux frères recherchent leur père disparu avec lequel ils sont en froid, et découvrent leur demi-sœur. Le plus important, ce sont les réparties, les situations cocasses, le jeu d’acteurs (tous excellents). Que faisons-nous de notre enfance, de notre héritage ? La bande originale de ROB est entêtante, elle reprend le thème principal de Nous nous sommes tant aimés d’Ettore Scola, dont on sent l’influence. Un premier long métrage très prometteur. (voir bande annonce en lien)

- Xenia de Panos H. Koutras

xenia.jpgEncore une histoire de frères qui cherchent leur père démissionnaire. Cette fois-ci, ils sont adolescents et Albanais. Après le décès de leur mère, ils poursuivent leur géniteur Grec qui les a abandonnés, afin d’obtenir la nationalité de leur pays d'accueil. Dans leur périple " nouvelle odyssée grecque", ils rencontrent des personnages farfelus, tentent de passer le casting d’une sorte de nouvelle star… La mise en scène de Xenia est originale, souvent onirique voire fantastique (le lapin qui rappelle Donnie Darko, la référence au passage de la barque dans La nuit du chasseur…) Les personnages sont attachants, à la joie communicative. Mais j’ai trouvé le film bien trop long et la fin grotesque. J’en retiens surtout la musique : leur amour pour la chanteuse Patty Bravo, ou leur danse sur Rumore de Raffaela Carra.

 

25/07/2014

Bilan ciné : Jersey Boys, The edge of tomorrow, Black Coal

- Jersey Boys de Clint Eastwood

jersey boys.jpgL’histoire vraie d’un groupe de musique des années 60, The four seasons. De leur rencontre adolescents à leur vieillesse. Leurs doutes et plans galères du début (jouer dans des petits bars miteux, se faire claquer la porte au nez ou arnaquer par les producteurs de musique). La découverte de l’amour évidemment, du quotidien de la vie conjugale difficilement compatible avec la vie en tournée et les rencontres avec les filles groupies. Les choix et directions à prendre (traîner avec des mafieux ou pas) etc. Voir la bande annonce en lien.

J’adore les biopics, j’adore la musique des années 60, j’adore Eastwood (surtout L’échange et Gran Torino). Problème : pourquoi Clintounet a-t-il choisi un groupe un peu banal (et méconnu chez nous) ? Leur musique est un peu ringarde et la voix de castrat du chanteur Frankie Valli assez horripilante. Puis j'aime pas les cheveux pleins de gomina et les gros sourcils, bref ils ne font pas rêver. On attend une heure avant d’entendre le premier tube qui nous fera enfin dire « aaah d’accord ! C’est eux ! » Mais flop, je ne connais pas la chanson, les autres spectateurs aussi visiblement... Quand j’en connais enfin deux, des tubes effectivement planétaires, malheureusement, je ne les aime pas du tout… Ce sont mes goûts, car je sais que ces chansons sont très appréciées : Can’t take my eyes of you, et surtout cet air, December 1963, Oh what a night. Il a été repris par Claude François, et massacré par Yannick en 2000 (j’éteignais la radio dès que je l’entendais. C’est peut-être à cause de cette horreur que j’ai cessé d’écouter mon poste). 
Malgré tout, j’ai apprécié le film. Il lui fallait vraiment le talent de Clint Eastwood.

- The edge of tomorrow avec Tom Cruise, de Doug Liman

edge of tomorrow.jpgUn jour sans fin version SF. Tom Cruise succède à Bill Murray. La ville ennuyeuse qui fête la marmotte est remplacée par un paysage en ruine, une guerre dans le futur contre des extra-terrestres paraissant invincibles. Le film rappelle aussi le terrifiant et apocalyptique La guerre des mondes, dans lequel Cruise a aussi joué. Soldat pleutre, il est envoyé à la bataille, il y meurt. Il se réveille pourtant le lendemain et revit la même journée. Comme il est au courant de ce qui va se passer, il peut s’adapter aux situations et même les changer. Avec l’aide d’une femme soldat (Emily Blunt) ayant vécu le même phénomène, il cherche la faille des ennemis…
Très bonne surprise. Un bon scénario, très original, avec plein de rebondissements et de l’humour. Les scènes de bataille qui débutent et closent le film sont un peu longues, mais Edge of tomorrow vaut vraiment le déplacement. 

- Black Coal de Yi’nan Diao 

black coal.jpgLa critique a encensée ce film, je suis donc allée le voir avec enthousiasme, et j’ai été déçue. Le scénario de ce thriller/ film noir est prévisible, la femme fatale n’a rien d’une femme fatale, banale et peu charismatique, le flic loser n’est pas sympathique. Oui, les plans dans la neige, sur une patinoire, en haut d’une grande roue sont beaux… mais longs, mais lents… Je m’attendais à une sorte de Memories of Murder, film que j’adore, Black Coal n’égale pas le talent de Bong Joon-ho. 

 

21/07/2014

Le conte de la princesse Kaguya

conte kaguya.jpgÉnorme coup de cœur pour ce film de Takahata. Il est l’adaptation d’un conte japonais du Xe siècle. Un modeste paysan trouve une enfant et un trésor dans un bambou. Il se persuade que le bébé est une princesse qu’il faut élever comme telle. La famille quitte alors la montagne, les amis avec lesquels la petite a grandi, pour rejoindre la ville et les codes très rigides de l’éducation d’une princesse. Mais Kaguya reste nostalgique de son enfance, de la nature, la simplicité et l’amour perdu… (voir la bande annonce en lien)

conte kaguya lune.jpgA priori l’histoire ne me disait rien et la longueur (plus de 2 heures) me rebutait. Mais je n’ai pas vu le temps passer, et le sujet touche à l’universel : est-ce la peine de sacrifier ses rêves et désirs profonds pour se conformer à ce que les autres et la société attendent de nous ? Peut-on passer à côté de sa vie ?

Le dessin est d’une beauté époustouflante. Il varie d’une scène à l’autre, rappelle les estampes japonaises, l’aquarelle, le pastel… L’histoire qui frôle avec le fantastique est magique, belle et terriblement émouvante. J’ai vu le film pendant la fête du cinéma et durant un match de la France au mondial. On était qu’une vingtaine dans la salle, majoritairement des femmes (et quelques rares compagnons qui les accompagnaient). On est TOUS restés jusqu’à la fin du générique, sonnés. J’entendais renifler et j’ai vu plusieurs personnes les larmes aux yeux.

conte kaguya 3.jpgSacré Takahata. Il peut se vanter d’être le premier à m’avoir fait chouiner devant un film, qui reste toujours pour moi le plus traumatisant de tous : Le tombeau des lucioles. J’ai pourtant écrit mon mémoire de fin d’études sur Miyazaki, mais je retourne ma veste aujourd’hui. Je crois que je préfère Takahata, son style si changeant, de dessins et d’histoires, passant du pur mélo à la comédie loufoque, du quotidien d'une famille à la vie d'animaux imaginaires luttant contre l'accroissement urbain : Mes voisins les Yamada, Pompoko… Contrairement à Takahata, je trouve que Miyazaki ne se renouvelle pas. Le vent se lève m’a ennuyée : faire une scène entière sur des boulons d’avions ou un truc dans le genre, il était temps que pépé arrête le cinéma.

A plus de 70 ans, les deux géants de l’animation japonaise ont annoncé leur retraite. Quel dommage, mais Takahata finit sur un chef d’œuvre. Ne le ratez surtout pas.

 

18/07/2014

Dragons 2, laissez-vous transporter

dragons 2.jpgDans le premier film, Harold est un jeune viking qui peine à trouver sa place : son peuple chasse ardemment les dragons, vus comme des animaux sanguinaires. Mais l’adolescent réussi à apprivoiser le plus mystérieux de l’espèce : un furie nocturne. Dans ce film qui peut être vu indépendamment du premier, les vikings ont compris que les dragons ne sont pas leurs ennemis.
Dans Dragons 2, Harold atteint maintenant l’âge adulte. Il doit reprendre la place de chef de clan tenue jusque-là par son père. Mais le jeune homme doute de ses capacités. Il préfère l’insouciance et la liberté de la jeunesse, voler avec son ami dragon pour explorer des terres inconnues. Jusqu’à sa découverte d’une île cachée peuplée de dragons protégés par un curieux personnage. Car les animaux sont convoités par un homme dangereux, qui s’en sert comme arme de guerre… Harold doit alors prendre des responsabilités : sauver son peuple et les dragons. (voir bande annonce en lien)

dragons.jpgOn retrouve dans ce deuxième film les mêmes thèmes : le passage à l’âge adulte, l’importance de l’amitié, l’union qui fait la force, privilégier la parole à la violence, se mettre à la place de l’autre pour le comprendre, ne pas juger sur l’apparence : « oui, les dragons ont l’air méchant avec leur sale gueule de cracheur de feu ! Mais en fait ils sont cool, ne les tuez pas ! Et pourquoi la guerre ? But all we are saying, is give peace a chance ! »

Bon Harold ne chante pas du Lennon, mais vous avez compris son message. Qu’apporte le deuxième film au premier ? Une histoire familiale émouvante, des choix difficiles à prendre, l’importance de la transmission. Et surtout, un point indiscutable : une mise en scène 3 D époustouflante ! L’équipe a inventé un nouveau logiciel qui permet des mouvements plus naturels. Dragons 2 a été conçu pour être vu en 3d et non converti après réalisation comme le premier film. J’ai préféré ce deuxième opus, sans doute parce que j’ai vu le premier sur une simple télé. Ici, j’étais bouche bée : on assiste à un véritable spectacle qui rend euphorique. On a l’impression de voler nous aussi à dos de dragon. I believe I can fly, I believe I can touch de sky.

dragons persos.jpgEt que dire de la beauté et de l’originalité des couleurs de ces bestioles, tous différents et saugrenus ? Même si mon préféré reste celui qui est en apparence le plus simple, uniquement noir : le furie nocturne. Il me rappelle mon chat adoré de ma photo de profil… moi aussi j’en veux un ! Krokmou a en fait comme modèle un véritable chat, celui du superviseur de l’animation. Habitué à être dans le studio avec les animateurs afin qu’ils étudient son comportement, le chat s’est mis à préférer les plateaux de cinéma à la maison de son maître…
La modélisation des dragons s’inspirent du comportement des chats, mais aussi des chiens, car l’équipe était divisée entre les amoureux des félins et ceux qui préfèrent les chiens, dont le réalisateur fait partie (comment ?!) C’est pourquoi, pour faire plaisir à Dean Dubois, Krokmou possède des caractéristiques canines (c’est donc pour ça qu’il se met à lécher le visage de son maître et lui baver dessus, ce truc dégueulasse que font les clébards?)

Le film s’adresse autant aux enfants qu’à leurs parents, grâce à son humour et ses messages. Il n’est pas gnangnan ni bêtement positif (à la fin du premier film, le héros perd quand même une jambe !) Dragons 2 est aussi drôle qu’émouvant. Les personnages sont attachants. Je regrette juste un détail : comme Harold ne voulait pas être chef, je voyais à sa place sa fiancée à fort caractère. Je n'aime pas trop l'idée de la "destinée".
Si vous n’avez pas vu le premier film, ne vous retenez pas pour celui-ci : on s’adapte immédiatement à cet univers, le film débutant sur un ahurissant match aérien qui rappelle le quidditch d’Harry Potter. Sauf qu’ici, les magiciens sont remplacés par des vikings, les balles par des moutons, et les balais par des dragons. On comprend et accepte tout ça sans broncher, comme si c’était habituel ! Ben quoi, vous n’avez pas un dragon chez vous ?

 

27/06/2014

Under the skin : qu'est-ce que Scarlett a de plus que nous ?

Under-the-Skin-Scarlett-Johansson.jpgL’intérêt d’Under the skin repose sur le mystère, la fascination. Pour l’histoire étrange : quel est l’objectif de l’héroïne ? Qui est-elle ? Fascination pour le corps sensuel de Scarlett Johansson, considérée comme l’une des plus belles femmes du monde, et que l’on voit ici sous toutes les coutures. Pour la beauté exceptionnelle de la mise en scène. Pour la musique angoissante, qui reste longtemps en tête, et rappelle celle des Envahisseurs (à 1min40 de l’extrait) ou de Vertigo. Alors, problème : comment parler d’Under the skin  sans en rompre le charme ? 

En cela, avant d’aller au cinéma, je vous invite à voir uniquement la bande annonce, très bien réalisée (pas comme certaines qui dévoilent les moments cruciaux ou les meilleurs dialogues). Si en la regardant, comme moi, vous êtes intrigué, vous essayez de comprendre, êtes fasciné par la beauté des images (et de Scarlett Johansson dénudée aussi, oui…) alors courez-voir ce film. Vous ne serez pas déçus. Mais si vous avez un sentiment de rejet en pensant « mais qu’est-ce que c’est que ce truc zarbi ? », vous aurez sans doute plus de mal à vous laisser emporter par la vague … comme les jeunes hommes du film.

cinéma, scarlett johanssonL’étrange séquence de début m’a immédiatement rappelé 2001 l’odyssée de l’espace : « whaouh, qu’est-ce que c’est ? Un vaisseau spatial ? La matrice de l’enfant ? L’aube d’une nouvelle humanité ? C’est magnifique, je sens que je vais vivre une grande expérience métaphysique et sensorielle ! » La personne qui m’accompagnait, plus cartésienne (une scientifique !) a elle pensé a une tasse de café filmée en gros plan…

En sortant d’Under the skin, j’en parle à un ami :
« C’est un peu bizarre, mais on cogite et on ressent plein de trucs, c’est abstrait, expérimental, je ne suis pas sûre que tu apprécies…
- Ah. Je ne vais pas y aller alors.
- Par contre Scarlett Johansson est à poil tout le long.
- Ok, j’y vais ! »

Adorant les mystères, j’ai évidemment apprécié Under the skin. Je n’ai lu comme d’habitude aucune critique avant de voir le film (ni avant d’écrire la mienne d’ailleurs) pour qu’on ne me gâche pas le suspense. Malheureusement, j’ai vu malgré moi un gros titre qui révélait l’identité du personnage principal. Ça m’a profondément énervée : pourquoi les critiques gâchent-ils toujours tout ? Sans ce spoiler, à quel moment aurai-je compris ?
Alors comment vous parler d’un film… sans en parler vraiment ? Tant pis, j’analyse et donc révèle quelques éléments.

cinéma, scarlett johanssonLe titre est judicieux : que se cache-t-il sous la peau de Scarlett, qui est-elle ? Et plus généralement, que se cache-t-il sous la peau d’un homme, d’une femme, quelles sont leurs différences, qu’est-ce qu’ils éprouvent… L’héroïne tente de percer le mystère du corps humain. Elle ne ressent rien. Elle ne connaît pas le plaisir de manger (une appétissante part de forêt noire que son corps refuse d’avaler) la sensation de chaud et de froid, le désir. Pourtant, elle comprend une chose : certains hommes  sont dominés par leurs sensations. Au point d’être assez stupides pour accepter de suivre une inconnue uniquement parce qu’elle est belle et qu’ils espèrent ses faveurs. Ils se sont vus pourtant, ces mecs qui ne paient pas de mine, surtout le pauvre Elephant man ? Comment peuvent-ils penser une seconde qu’une fille comme elle s’intéresse à des types comme eux…

Comme eux, on est fasciné par Scarlett, visage filmé en gros plan, corps longuement dénudé devant la glace. Sa beauté conduit les hommes à leur perte.  Le film évoque le mystère féminin, souvent associé à l’eau noire et profonde dans laquelle se plongent les hommes fous de désir pour l’héroïne. 

cinéma,scarlett johanssonUnder the skin critique les types qui ne voient les femmes que comme des proies. Pourtant ici, c’est la femme qui chasse, tourne en rond dans son camion à la recherche d’hommes seuls et désœuvrés. Il ne faut pas se fier aux apparences : son corps est beau, mais son âme est cruelle et insensible : au sort d’un enfant en pleurs abandonné sur une plage, au sort des malheureux qui la suivent. 

Comme dans Her sorti récemment, Under the skin est un film de science-fiction, où Scarlett Johansson essaie de devenir humaine. Mais c’est surtout un film à l’esthétisme très recherché, avec des décors déroutants. A la beauté des paysages écossais, de la mer, de la forêt enneigée, s’oppose la laideur de la ville.

Mais selon Papillote critique de cinéma réputée, la vraie question existentielle que le film pose est : pourquoi Scarlett Johansson envoûte-t-elle autant ? C’est la caméra qui provoque cet effet non ? Parce que hein, d’abord, elle a le pif qui remonte, un peu rond, on voit ses narines. Pas très fin ni délicat quoi. Elle a un peu de bedon (ok, elle est enceinte, et alors, c’est pas une raison) elle a les cuisses molles (si si ! j’ai bien regardé !) Nan mais qu’est-ce qu’elle a de plus que nous franchement. Peuh.

Une fois qu’on a compris le sujet, on peut trouver le film de Jonathan Glazer un peu long et répétitif. La fascination peut faire place à l’ennui, et le film aurait gagné à être raccourci je pense. Mais les rares spectateurs qui sont partis avant la fin ont vraiment raté un final très étonnant… Hypnotisant, troublant, étrange, Under the skin est un ovni, c’est le cas de le dire.

 

03/06/2014

We are the best !

cinéma, We are the best ! Mk2En 1982 en Suède, la mode du disco cartonne dans un collège de Stockholm. Deux adolescentes de 13 ans, rebelles et pleines d’énergie, décident de prouver que « punk is not dead » en montant un groupe de musique. Elles se lient d’amitié avec une fille qui est tout leur contraire : soumise et sage en apparence. Ensemble, elles vont montrer qu’elles sont les meilleures ! … Voir la bande annonce en lien.

Ce film est un gros coup de cœur. Il dégage une énergie et un esprit positif qui mettent immédiatement la pêche. Il requinquerait le dernier des dépressifs. Il donne envie de danser, ou plutôt sauter en hurlant comme les héroïnes, à des mémés aux genoux rouillés comme moi. Il  laisse penser que tout est possible si on ose et qu’on y croit : demain, je me mets enfin à la batterie ! 

cinéma, We are the best ! Mk2Les films sur l’adolescence s’attardent habituellement sur les problèmes rencontrés à cet âge : la rébellion contre les parents (ici, d’ancien hippies), l’école (leur chanson sur leur haine du sport) la société (elles chantent « Brejnev-Reagan, fuck off ! » sans savoir que Brejnev est déjà mort), le rejet des camarades (les filles aiment Abba, le maquillage, nous on aime le punk et on s’habille comme des sacs mecs !), le premier amour non partagé (pour un gamin moche qui se prend pour une star : ridicule et hilarant)… L’incompréhension, l’agressivité, le pessimisme dominent souvent les films sur l’adolescence, les héros se vengent des humiliations subies (Carrie, Fish tank…)
We are the best est délibérément positif. Les héroïnes sont tout sauf effacées ou mélancoliques (comme l’est l’adolescent de Kes). Elles possèdent une confiance en elles rare à cet âge d’incertitude. Elles sont persuadées d’être les meilleures comme l’indique le titre, alors qu’elles n’avaient jamais touché un instrument de leur vie ! Elles pourraient être tête à claques (je déteste les gens arrogants) mais elles m’ont épatée. Le film est très drôle, ironique. Le réalisateur Lukas Moodysson se moque gentiment d’elles, avec une grande tendresse.

Il a en effet adapté le roman autobiographique de sa femme, comme il nous l’expliquait après le film. Le cinéaste se définit comme un féministe, et on sent à travers la douce moquerie une pointe d’admiration pour ces adolescentes si téméraires. Sa filmographie propose souvent comme personnages principaux des jeunes filles rebelles et courageuses (Fucking amal). Ici elles sont punks, elles sont hippies dans Together.

Dans We are the best, les parents sont super cool, j’aurais bien voulu avoir les mêmes ! « T’as rasé les longs cheveux blonds de ta copine pour lui faire une crête de punk ? C’est sympa ! » A sa place, ma mère m’aurait chassée à coup de balai et "foutue en pension" (sa menace favorite)…
Ma mère ne voulait pas que je fasse de la batterie, elle disait que c’était pour les garçons : elle m’a inscrite à la danse. Je n’ai jamais voulu y retourner après le premier cours : la prof aboyait ses ordres et les gamines en tutu roses ridicules s’exécutaient sans broncher, de vrais pantins. Mon frère a tenté de m’apprendre la guitare, mais comme je suis gauchère contrariée, je n’arrivais pas à jouer comme les droitiers. Mais demain, on y croit : je me lance, et je deviens à la fois Ringo Starr et McCartney ! Et je postule pour un job de rêve en affirmant être idéale pour le poste ! Au lieu de penser : je n’y arriverai jamais, je n’ai jamais fait ça, il y a tellement de concurrence et mieux que moi…

En rentrant chez moi après le film (enfin, le lendemain, je ne voulais pas réveiller les voisins à 23 heures) (je ne suis pas assez punk) j’ai écouté la b.o (Schweden Schweden d'Ebba Gron, The human league, Don't you want me etc...) et je bouge quotidiennement dessus depuis (cliquez sur les liens). Certains mettent Véronique et Davina pour faire du sport, moi désormais, j’écoute du punk suédois. Je ne comprends pas un traître mot, mais toutouyoutou, non plus. 

Courez voir ce film et prouvez que vous êtes des rebelles punk vous aussi!