Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2021

Heroïc losers et Gold

heroic losers.jpgHeroïc losers de Sebastián Borensztein

En 2001 dans un village argentin, de modestes habitants mettent leurs économies en commun, afin de racheter l'entreprise locale en faillite et de relancer le travail et la vie dans la communauté. Mais à cause d'une crise économique, le gouvernement bloque les comptes bancaires et donc tout le financement de la coopérative. Lorsque les villageois comprennent que le banquier était au courant en avance et a gardé l'argent pour lui, ils décident de récupérer le magot. Évidemment rien ne se passe comme prévu...
Un film qui a cartonné en Argentine, certainement car il exorcise et venge une douloureuse période, celle du corralito, où le peuple argentin s'est retrouvé ruiné par son gouvernement. La bande de pieds nickelés et les rebondissements catastrophiques rappellent les frères Coen et les films sociaux anglais comme The full monty. L'organisation du braquage fait penser à un Ocean eleven du pauvre, mais en moins rythmé, et avec des acteurs moins sexys (des vieux édentés, des frères attardés, mais mené par l'acteur Argentin le plus connu, Ricardo Darin (Dans tes yeux). Un film sympathique, mais qui finit par s'essouffler, dommage.

Gold de Stephen Gaghan 

gold.jpgUn chercheur d'or vend tout ce qui lui reste pour partir dans une jungle au bout du monde, persuadé qu'il trouvera enfin la fortune.... Le film s'inspire vaguement d'une histoire vraie incroyable qui a tout pour plaire. Malheureusement Conaughey cabotine un peu trop, (était-il aussi nécessaire de  se rendre chauve et ventru ?) et les multiples rebondissements finissent par être poussifs aussi. Paradoxalement, malgré ses excès, la mise en scène reste relativement sage et un peu toc. Un bon divertissement néanmoins.

14/01/2021

C'est l'hymne de nos campagnes

marche avec les loups.jpgDanse avec les loups de Kevin Costner 

Un classique, une ode à la nature, à la tolérance, à la liberté... Le tout sublimé par la musique de John Barry (Out of Africa). La mort du loup reste parmi mon top ten des traumatismes d'enfance. Chaussette♥ a jamais dans nos coeurs (voir en lien la scène de danse avec Chaussette).

Marche avec les loups de Jean-Michel Bertrand

Danse avec les loups m'a donné envie de voir ce documentaire, où Jean-Michel Bertrand passe deux ans à suivre les traces d'un loup solitaire. Lorsque des louveteaux naissent dans une meute, les adolescents doivent laisser leur place et partir créer leur propre famille plus loin. Dans ses Alpes natales, le cinéaste dispose ses caméras sur les lieux de passages supposés des animaux sauvages. Les appareils se déclenchent au moindre mouvement et alertent leur utilisateur sur son téléphone. On voit ainsi un cerf, un sanglier, puis un loup curieux reniflant en gros plan la caméra. Jean-Michel Bertrand attend patiemment le loup, pendant 2 ans ! On le voit vivre en harmonie avec la nature, Il s'installe dans une grotte avec une vue magnifique, ramasse des truffes grosses comme le poing qui paieraient une semaine de salaire et s'en fait tranquillement une omelette...

Comme Danse avec les loups dont le titre fait évidemment référence, le fim est un hymne à la bienveillance pour la nature. Pourtant, avant même sa sortie, il a provoqué un tollé chez les bergers et le réalisateur a reçu des menaces de mort... 

Le film n'aborde pas seulement les loups, mais aussi les lynxs♥ Le documentariste déplore également le triste sort réservé aux blaireaux, gazés dans leur terrier, alors qu'ils se nourrissent essentiellement d'insectes. De même, les renards sont massacrés en France, la fédération de chasseurs de Charente-maritimes accordant une prime à tout chasseur rapportant 35 queues de renards roux, et un prix de 500 euros à celui qui en tuera le plus. Le renard se nourrit pourtant essentiellement de souris, mais on le classe en nuisible, et parallèlement on inonde la terre de produit de dératisation qui empoisonnent les sols, les plantations, donc les humains (la France est le premier consommateur européen de pesticides)... 

L'appel de la forêt de Chris Sanders

appel foret.jpgDans la lignée des films sur la nature, je me lance dans cette adaptation de Jack London (Croc-blanc). On suit ici le périple d'un chien volé à une riche famille californienne pour tirer un traîneau en Alaska, pendant la ruée vers l'or des années 1890. il est d'abord recueilli par un gentil postier (Omar Sy, dans son éternel rôle du bon gars qui sourit tout le temps) puis par Harrison Ford, Indiana Jones qui a pris 105 ans dans la gueule, buriné et barbe blanche, qui comme aventure se contente de passer son temps assis sur son fauteuil à picoler. 

Une adaptation édulcorée, qui plaira plus aux enfants qu'aux adultes. Les personnages sont manichéens, le méchant est très méchant, comme le veut un film Disney. Le chien est en image de synthèse et l'acteur Terry Notary (qui se prend pour un singe dans The square) joue le chien avant sa numérisation. Il lui prête des expressions humaines, cet anthropomorphisme est assez dérangeant. A tout moment je m'attendais à entendre le cabot parler....

13/01/2021

Selfie, de l'influence du numérique sur les honnêtes gens

selfie.jpgLe sujet me rappelle l'essai brillant, limpide, à lire absolument, de Marie-France Hirigoyen (la spécialiste du harcèlement, j'adore ses livres) : les Narcisse, ils ont pris le pouvoir. J'ai choisi ce film pour son sujet qui me parle énormément, et parce que c'est une comédie avec des acteurs que j'apprécie : Sébastien Chassagne, anti-héros de l'excellent Irresponsable, et Fanny Sidney, Camille dans 10 %.  Heureusement que je ne me suis pas fiée à l'avis des critiques, plutôt péjoratif. Le film est pourtant drôle, visionnaire, corrosif. Selfie est pour moi une sorte de Black mirror comique. Je ne vois qu'une explication aux mauvaises notes : il y a que la vérité qui fâche ? Certains critiques trop narcissiques n'ont aucune dérision ? Voir les teasers des sketchs en lien : 

Le premier sketch est à l'image de son actrice principale : grinçant. Blanche Gardin et celui qui incarne son mari mettent en scène sur leur chaîne Youtube "le combat" de leur enfant contre une maladie orpheline. Grâce aux succès de leurs vidéos, ils reçoivent de nombreux cadeaux prestigieux. Une dénonciation acerbe de l'hypocrisie et de la course aux like sur les réseaux de ceux qui exposent leur vie sans aucune décence. Les expressions à la mode agaçantes sont reprises : "c'est une belle personne" "il est dans nos coeurs" "eco friendly" etc... 

Le deuxième sketch, mon préféré, est réalisé par Marc Fitoussi, dont j'ai beaucoup apprécié Pauline détective et Copacabana. On retrouve son humour foldingue et son goût pour les personnages féminins extravagants, à travers Elsa Zylberstein, qui incarne ici avec brio une prof de lettres romanesque et démodée. Celle-ci ne sait même pas se servir d'internet, ses élèves se moquent d'elles sur les réseaux. Lorsque le gouvernement impose un passage au numérique aux enseignants, la prof découvre Twitter. Quand la star youtubeuse (Max Boublil) adorée par ses lycéens passe à la télé, l'enseignante commente sur Twitter sa syntaxe déplorable. Commence alors une relation épistolaire sur le réseau social, entre cette enseignante romancière frustrée et ce jeune inculte....

Autre problème dû au numérique, Manu Payet commande sur internet tout ce que l'algorithme d'un site d'achat lui propose, persuadé qu'il connaît ses désirs mieux que lui. Ce serait probable, à en croire par exemple Comment Trump a manipulé l'Amérique. Ce documentaire révèle que "sur Facebook, avec 10 likes, l'algorithme vous connaît mieux que vos collègues. Avec 100, mieux que votre famille, et 230, mieux que votre conjoint".... 

Les algorithmes sont aussi le sujet d'un sketch sur les sites de rencontre : on ne peut matcher qu'avec les gens qui possèdent la même note que nous, chaque rencontre est orientée. Comme le dénonce Judith Duportail dans son livre l'amour sous algorithme. Elle révèle que les sites de rencontre ne proposent pas à un homme une compagne plus diplômée que lui, ou plus âgée. Pour obtenir une note équivalente à un homme, une femme doit avoir 10 ans de moins que lui, et gagner moins d'argent. A l'inverse, un homme qui a 10 ans de moins que la femme, et gagne moins d'argent qu'elle, sera moins bien notée qu'elle. Comme le commente l'écrivaine : "un homme riche avec une jeunette, mais pas de réciprocité : c'est le modèle patriarcal des relations hétérosexuelles".

Dans le dernier sketch, Smileaks, le plus black mirroresque, le plus effrayant, le piratage d'un réseau social révèle au grand jour tous les messages échangés par les utilisateurs.... Les masques tombent et chacun découvre ce que ses amis et collègues disent de lui derrière son dos, ou les véritables activités de son conjoint...

En résumé, je vous conseille Selfie, en ce moment sur Canal+. Une comédie qui a parfaitement capté l'air du temps !

12/01/2021

La belle époque

belle epoque.jpgVictor (Daniel Auteuil) ne comprend plus le monde actuel. Lorsque sa femme (Fanny Ardant) le quitte, il fait appel à une entreprise qui permet à ses clients de revivre l'époque qu'ils souhaitent, à travers des comédiens et décors spécialement recrées pour eux. Victor choisit de retourner un soir des années 70, où il a rencontré le grand amour....
Un film original, nostalgique, émouvant et drôle, mais à l'image de son réalisateur Nicolas Bedos : ultra narcissique, englué dans son microcosme bourgeois, souvent vulgaire. Quel outrage de voir la si distinguée Fanny Ardant prononcer des insultes très crues par exemple...

Le prix élevé des reconstitutions est souvent évoqué, sans jamais être détaillé. On sait juste que Victor emprunte à son fils : "ça remboursera toutes les vacances que je t'ai payées" (mais le gosse partait où ? Aux Maldives ? Parce que ma mère m'envoyait chez ma grand-mère à la cambrousse à 1 h de Lyon, ça coûtait juste 30 francs de billets de train...) Le pire, pour financer sa nouvelle lubie, le héros doit revendre un de ses apparts sur la côte d'azur !  Juste le décor d'une seule soirée coûte 35 000 euros ! Mais combien coûte toute la prestation alors ? ça fait cher la soirée de souvenirs ! qui aurait les moyens de se payer ça ? Bedos vit clairement dans un autre monde... 

bedos-tillier.jpgLe plus embarrassant dans le film est l'histoire "d'amour" entre le réalisateur (Guillaume Canet) et sa comédienne, incarnée par Doria Tillier, qui n'est autre que la compagne de Nicolas Bedos. Il semble évident que Bedos met en scène leur propre histoire, et cet exhibitionnisme malsain est très gênant. Tillier roule de grosses pelles à Canet, se retrouve à poil sur lui dans un lit à de nombreuses reprises, et c'est son mec qui filme ça ! Bedos fantasme sur le proxénétisme, sur le ménage à 3, sur Guillaume Canet ? Il pense sans doute qu'il présente une folle histoire de passion, comme il étale leur relation dans les médias (on se rappelle de l'époque où Doria Tillier lavait son linge sale en direct sur Canal, faisant référence au livre de Bedos qui parlait d'elle comme d'une simple amie : "je ne savais pas qu'on suçait les potes !")

Non, La belle époque ne retrace pas un amour passionnel, mais juste une sombre histoire de jalousie et de tromperies. Le couple passe son temps à se disputer violemment, à se séparer, pour se réconcilier sous la couette (et encore sous la couette... ils s'engueulent et s'embrassent fougueusement en public, que voulez-vous, c'est la passion incontrôlable qui veut ça ! Non : l'exhibitionnisme.) Canet/Bedos trompe sans vergogne sa compagne, mais c'est lui qui se permet de faire des crises de jalousie, persuadé que sa copine couche avec Auteuil, qui pourrait être son père. Canet a le droit de se taper ses employées, mais l'inverse n'est pas autorisé ! (Normal, c'est un artiste tourmenté, et toutes les filles sont folles de lui, il fait preuve d'acte de bonté en couchant avec !)  Il se fait pardonner par de grandes déclarations d'amour. Je vérifie sur le net, aux dernières nouvelles, Bedos et Tillier se seraient enfin séparés. 

Le film est censé se concentrer sur le personnage d'Auteuil, sur la nostalgie d'une époque et d'un amour perdu, et ces thèmes sont bien traités. Malheureusement, ils passent au second plan, car le narcissisme de Bedos et son couple sordide prennent le dessus. Je n'ai toujours pas trouvé le courage de regarder son autre film, monsieur et madame Adelman, car la mise en scène impudique de leur relation glauque m'exaspère.
Heureusement que Daniel Auteuil, toujours mesuré et sympathique, apporte un peu de douceur et de romantisme à La belle époque. La reconstitution et l'aspect mélancolique m'ont plu, même si les rebondissements et le dénouement sont un peu trop alambiqués.

07/09/2020

Annie Cordy, rendez-moi mon enfance

annie cordy, chatTATA YOYO QU'EST-CE QU'IL Y A SOUS TON GRAND CHAPEAU
Désolée mais j'ai cet air qui persiste en tête depuis vendredi soir et je me devais de faire partager ce calvaire cette expérience. Niark niark.

J'envoie un sms à mon frère pour le traditionnel jeu "devine qui est mort ?" (on sait rigoler dans la famille)
- Ciné ?
- Oui mais pas que, surtout connue pour la musique. Une femme.
- Marie Laforêt ?
- Elle est déjà morte en novembre ! Non, des chansons rigolotes, pas comme "Viens, viens, sans toi l'existence n'est qu'un long silence qui n'en finit pas..."
- Françoise Hardy.
- Tu la trouves marrante ?!
"Si le dégoût de la vie vient en toi
Si la paresse de la vie s'installe en toi,
Pense à moi ?"
"On est bien peu de chose
Et mon amie la rose
Est morte ce matin ?"

Non, une énergique un peu fofolle.
- La foldingo du film de Kervern et Delepine, Le grand soir ?
- Brigitte fontaine, l'inadaptée? Parce qu'elle "déteste les gens qu'on recouvre de miel et qu'on attache sous le soleil à midi. Pourtant c'est bien normal, y faut bien que les fourmis bouffent, mais c'est plus fort que moi, il faut que je voie le mal partout."
Elle n'est pas morte, elle faisait même un concert samedi à l'Olympia ! Non, des chansons légères et surtout : qui restent en tête.
- Annie Cordy !!

"Les chansons qui restent en tête" : l'indice qui caractérise celles d'Annie Cordy. Je fredonne "chaud cacao, chaud chocolat" à chaque fois que je bois mon van houten, c'est-à-dire... tous les jours.
Je n'ai retenu que cette phrase. Pour les besoins de mon enquête d'investigation à haut risque dans les méandres de la chanson populaire, je vérifie les paroles :
Si tu me donnes tes noix de coco
Moi je te donne mes ananas
(...) Rikiki tes petits kiwis
T'es baba de mes baobabs

J'ai l'esprit mal tourné ou elle nous joue une variante de Annie aime les sucettes ? Je me souviens de "l'humiliation" comme elle le dit elle-même de France Gall en apprenant que Gainsbourg  le pervers a abusé de son innocence et de sa gueule d'ange. De la même manière, Chaud cacao est destiné aux enfants, mais les paroles me paraissent pour le moins tendancieuses...

On m'aurait menti ! Rendez-moi mon enfance, mon innocence ! Dois-je trouver des sous-entendus dans toutes les chansons d'Annie Cordy? Qu'y a-t-il réellement sous le chapeau de Tata yoyo ? Qui était vraiment Frida oum papa ? Son père était-il vraiment brasseur de bières ? Est-elle vraiment née en Bavière ? Jean-Marc Morandini est sur le coup.

Petite, j'étais aussi un peu choquée par les paroles de la bonne du curé :
Mais quand le diable me tire par les pieds
ça me grattouille, ça me chatouille
ça me donne des idées
Je fais des bêtises, derrière l'église
Je peux point m'en empêcher.

La chanson était passée dans un mariage un peu plouc, et les adultes avinés riaient grassement. Aujourd'hui j'apprécie la bonne qui préfère Claude François aux cantiques, mais les enfants sont facilement dégoûtés par les histoires étranges de la petite graine et des garçons qui naissent dans les choux.

La bonne du curé n'est pas en priorité une chanson destinée aux enfants, comme beaucoup du répertoire d'Annie Cordy en réalité. Par exemple, le titre éloquent : pourquoi tu me bats Léon
annie cordy, chatIl a bu mon cognac
Et calmement il m'a fichu
Une drôle de paire de claques

Quand Léon La Bagarre a tourné les talons
J'étais pas belle à voir
J'avais le nez en compote, les tibias en coton
Et de grands yeux noirs
C'est ce qui a fait rire la grande Mado
Pour la calmer, je l'ai mise K.O.

Qu'est-ce qu'on se marre oui...
Autre exemple, la chanson six roses :

Comme s'il ne m'avait même pas vue
Il a bu mon cognac
Et calmement il m'a fichu
Une drôle de paire de claques
https://lyricstranslate.com
Il a bu mon cognac
Et calmement il m'a fichu
Une drôle de paire de claques
https://lyricstranslate.comla chanson "six roses" :

On est samedi ce soir
Et moi au bout du comptoir
Du bar de Monsieur Edouard
Je pense... je pense...

Les copains m'appellent "Six roses"
Et je ne comprends pas pourquoi
Bien sûr ils savent que j'aime les fleurs
Mais pourquoi justement "Six roses"
Plutôt que une ou deux ou trois

Papa s'appelait pas "Six roses"
Puisqu'on l'appelait "Bois sans peur"
Grand-père on l'appelait "la liqueur"
Tonton, c'était "l'irrigateur"
Je vois pas le rapport avec les fleurs

Annie Cordy n'était pas seulement chanteuse, mais aussi actrice. Je me souviens de sa prestation dans le film Le chat de Pierre Granier-Deferre et la musique déprimante de Philippe Sarde, adapté de Simenon. Le film d'un grand pessimisme explore la déliquescence d'un vieux couple qui n’arrive plus à communiquer, dans un monde qui se transforme et qu'il ne reconnait plus, une banlieue en train de se construire et se déshumaniser. Jean Gabin reporte son affection sur son chat. Sa femme incarnée par Simone Signoret en est jalouse et commet l'irréparable, la faute impardonnable (comme le sort de Chaussette de Danse avec les loups).
Comme très souvent, j'ai vu ce film trop jeune et il m'a traumatisée, moi dont mon chat-adoré-de-ma-photo-de-profil était mon meilleur ami à qui je racontais tous mes malheurs d'enfant. Autre fait qui choquait mon innocence de petite fille qui lisait des contes de fées et croyait au prince charmant, non seulement Gabin délaissait et se moquait de Signoret, mais il fréquentait une prostituée, et une femme que j'identifiais dans un tout autre rôle, dans des chansons joyeuses pour bambins ! Devinez qui ? Annie Cordy !
Décidément étonnante !

 

11/07/2020

Ennio Morricone, Chi mai

ennio morricone.jpgJ'ai passé le week-end dernier à écouter des musiques d'Ennio Morricone, puis j'ai pensé : "il a quel âge maintenant ? Faudrait pas que ce soit le prochain". Vlan, il meurt quelques heures après, à 91 ans. 
Du coup, je vais éviter de mettre du Vladimir Cosma. (80 ans) Déjà en apprenant l'hospitalisation de Christophe, passer ses chansons en boucle ne lui a pas réussi... A la place, je vais peut-être me forcer à écouter l'heure des pas praud ou les petits cerveaux

J'ai vu Il maestro en concert à Bercy en 2014. J'étais proche de la scène, mais sur le côté, ce qui fait que je ne voyais pas l'écran avec les titres de films et qu'on a dû faire un blind test sans réponse :
"c'est quoi ça ? Le bon la brute et le truand ?
-non, je penche plutôt pour Quelques dollars de plus !"
Il jouait ses chansons les + célèbres, mais sur 500 compositions, difficile de se retrouver.

chi mai.jpgMon premier souvenir d'Ennio Morricone est la musique du Professionnel de Georges Lautner (Les tontons flingueurs). Film populaire typique avec Bébel, qui passait les dimanches soirs sur TF1 et me permettait d'oublier que le lendemain, l'école reprenait. J'avais l'habitude de voir l'acteur en casse-cou qui gagne tout, puis là, cette fin inattendue. Notre héros national se fait buter lâchement par derrière, juste avant de prendre sa liberté, l'hélico qui l'emportera au loin vers sa belle. Il s'effondre au ralenti en grimacant, sur l'air tristissime à souhait de Chi Mai.  (voir la scène en lien). Ils ont osé tué bebel. J'ai eu du mal à m'endormir ce soir-là.

Eh bien figurez-vous que cette fin n'était pas prévue ! Comme l'explique le réalisateur dans le documentaire "Maestro morricone, il était une fois en France", il devait sortir une "pantalonnade habituelle de Belmondo", qui triomphe au dénouement, mais Lautner a tourné trois fins : une où Bébel monte dans l'hélico, une où il meurt, et une 3ème où il en rajoute une couche avec Chi mai pour traumatiser toute la nation pour 4 générations. La musique a fait un tel effet que le cinéaste a décidé de garder cette version, au grand désespoir de son producteur qui pensait que tuer l'acteur fétiche des Français serait un fiasco. Un choc oui, mais pas un fiasco.

royal canin.jpgTraumatisme de Chi mai qui s'est renouvelé quelques années après, quand elle a été utilisée pour la pub Royal canin. Je ne comprends pas le publicitaire qui s'est dit : "Tiens, je vais mettre une musique super triste, ça va être vendeur. Puis je vais effrayer les enfants, ça va être marrant." Dans cette pub ici en lien, on voit un homme appeler son chien, puis l'animal courir sur les notes désespérantes de Chi mai. On ne voit pas le chien rejoindre son maître. Enfant, à cause de la mélodie déprimante, j'étais persuadée que le pauvre toutou était perdu et dès que la pub passait, je quittais la pièce en me bouchant les oreilles. Je l'ai retrouvée sur le net et je constate dans les commentaires qu'on est nombreux à avoir ressenti la même chose.
"Royal canin, le vrai respect du chien" pas le respect du gamin en tout cas. La pub et sa chanson ont été parodiée par Chabat avec les Nuls puis dans Astérix mission Cléopâtre.

Ce n'est qu'en commençant les cours d'italien que j'ai compris qu'on ne prononçait pas "chie mais" mais il n'y a que maille "qui maille". 3 ans à dormir au fond de la classe me servent juste à déduire que "qui jamais" ne doit pas être la bonne traduction. A priori ce serait plutôt une expression signifiant "qui donc ?" A osé écrire une chanson aussi déchirante ? Ennio Morricone.

A suivre, un autre traumatisme d'enfant dû au compositeur, avec la bande originale d'Il était une fois dans l'ouest. ("ouh ouh ouh houhououh.... ouh HOOOOOOU OOUUU oUUU OUUUUUH !")

11/03/2020

Vivarium

cinéma,cinéma sfÀ la recherche d'une maison, un jeune couple effectue une visite en compagnie d’un mystérieux agent immobilier et se retrouve pris au piège dans un étrange lotissement… Voir la bande annonce ici.
"You need not worry, you need not care
You can't go anywhere Shangri-la"
Le film s'ouvre sur un coucou, cet oiseau parasite : la femelle pond dans le nid d'une autre espèce. Lorsque l’œuf éclos, il pousse les autres hors du nid. Les braves parents lourdauds élèvent alors un petit qui n'est pas le leur, qui fait trois fois leur taille, et parfois en meurent d'épuisement... Ce film en est l'allégorie.

Etre en couple, devenir propriétaire et faire des gosses. Un idéal de vie, un rêve que la société nous vend, mais qui peut se transformer en cauchemar. Comme dans Vivarium, mi thriller mi-fantastique, où tout est exacerbé. Les maisons typiques de lotissement sont si semblables et artificielles qu'elles ressemblent à un décor sous cloche, avec de faux nuages dessinés et un soleil artificiel, qui rappellent The truman show. Qui a crée ce cadre, qui tire les ficelles ? 
Acheter une maison, c'est bien lorsqu'on en a les moyens, mais faire croire que la propriété est accessible à tous conduit les plus pauvres à l'endettement. Ils se retrouvent dans des maisons uniformes, sans âme, avec de nombreux vices de fabrication, collées les une aux autres, sans intimité. Ces habitations se situent en banlieue lointaine, et les gens se ruinent en taxe d'habitation, essence etc. Ils perdent un temps fou dans les trajets, ne voient plus leur famille car ils doivent partir tôt et rentrer tard. Pour rembourser leur maison, les propriétaires doivent renoncer aux vacances, aux loisirs, et d'ailleurs, dans ces cités dortoirs loin de tout, les sorties culturelles sont rares. Tout cela crée stress, fatigue, divorce, isolement. Cette problématique est très bien résumée dans l'excellent documentaire "La France pavillonnaire, les dessous d'un modèle." Et ce film de science-fiction la pousse à son paroxysme.

Vivarium m'a également fait penser à ma chanson préférée des Kinks, la sublime Shangri la :
vivarium help.jpgThe little man who gets the train
Le petit homme qui prend le train
Got a mortgage hanging over his head
A une hypothèque au-dessus de sa tête
But he’s too scared to complain
Mais il est trop effrayé pour se plaindre
’cos he’s conditioned that way
Car il a été conditionné de cette manière

Vivarium m'évoque aussi la chanson Little boxes, au générique de la série Weeds :
Little boxes on the hillside, little boxes made of ticky-tacky
Petites boîtes sur le coteau, petites boîtes faites de bric et de broc
Little boxes, all the same.
Petites boîtes, toutes pareilles.
And they all have pretty children, and the children go to school
Et ils ont tous de beaux enfants, et les enfants vont à l'école
And then to the university, and they all get put in boxes
Et ensuite à l'université, et ils sont tous mis dans des boîtes
And they all come out the same.
Et ils ressortent tous pareils.

La société prône également les enfants comme étape nécessaire au bien-être du couple, et le film montre l'inverse, avec un bébé étrange qui leur est imposé d’élever jusqu'à sa maturité. L'enfant passe son temps devant des programmes de télévision que les parents ne comprennent pas.
Le fossé des générations, le poids, la désillusion et le stress que peuvent amener un enfant sont amplifiés ici. Certains s'imaginent que leur progéniture va combler leur manque d'affection et ressouder les liens. Mais 50% des couples qui se séparent le font dans la première année après la naissance d'un enfant, car ce dernier change leur relation : le père peut reprocher à sa femme de le délaisser au profit du gosse, etc. Les parents se retrouvent fatigués et énervés par les cris et demandes incessantes du bébé. Ils peuvent aussi être déçus de constater que le fruit de leurs entrailles, leur fils leur bataille, ne leur ressemble pas ou n'est ni un génie ni un être adorable. 
Dans le film, le couple qui se disloque est interprété par deux excellents acteurs, Imogen Poots, qu'on a vu dans 28 jours + tard et Jesse Eisenberg, qui décidément choisit bien ses rôles, après The social network ou bienvenue à zombieland par exemple. 
Le film m'a également fait penser à l'une des meilleures séries qu'il existe, Black mirror, et à la 4ème dimension rediffusée en ce moment sur Canal+. J'ai retrouvé également des références à l'univers de Richard Matheson, qui mêle réalisme et fantastique, où des êtres monstrueux envahissent le quotidien le plus banal.

J'ai apprécié Vivarium, les thèmes abordés m'interpellent, les décors sont fascinants, et plusieurs mois après l'avoir vu, je me souviens encore précisément de certaines scènes. Je regrette néanmoins qu'il n'aille pas plus loin dans la parabole, l'étrange et la terreur. Ou alors, il aurait dû être plus court (1h40), car une fois que l'on a compris où il voulait en venir, on s'attend un peu à la suite, même si la fin est vraiment saisissante. J'ai l'impression que pour s'adresser au grand public, le réalisateur, Lorcan Finnegan, a choisi un consensus, mais j'aurais préféré un traitement plus radical. Voici comment il explique la genèse de son film dans le dossier de presse : 
"Devenir propriétaire n’est une aubaine que lorsqu’on se croit dans un conte de fées. Les publicités insidieuses vous promettent une « vie idéale», une version fantasmée de la réalité à laquelle nous finissons par aspirer. Elle devient presque l’appât d’un piège dans lequel nombre d’entre nous sont tombés. Une fois pris au piège, nous travaillons toute notre vie pour payer nos dettes. Des zones naturelles sont détruites pour laisser place à des rangées de maisons identiques, les véritables labyrinthes d’une société uniforme et morose. Nous dégustons avec ignorance des aliments transformés, emballés dans du plastique. Les médias sont en compétition avec les parents d’aujourd’hui pour insuffler toujours plus d’idées saugrenues aux enfants. Le rêve de posséder une maison virera bientôt au cauchemar. C’est le consumérisme qui nous consume, pas l’inverse. Vivarium est né à la suite de tous ces constats. Le choix du fantastique est un moyen de les amplifier. C’est un conte à la fois surréaliste et tordu, à la fois sombre, ironiquement drôle, triste et effrayant."

20/02/2020

Ennemis intimes

ennemis intimes.jpgFilmé par le cinéaste, les rapports entre fascination/répulsion, amour et haine liant le réalisateur Werner Herzog et son acteur fétiche Klaus Kinski.
Ce dernier m'a toujours mise très mal à l'aise. Ce type me répugnait, déjà il était hideux, parfait pour le rôle de Nosferatu, mais il me dérangeait surtout par sa personnalité qui transperçait dans ses rôles. Je ne me suis pas trompée. Il était effectivement aussi agressif et mégalo que ses personnages. Il admettait sa pédophilie (enfin, il appelle ça dans son autobiographie "avoir un penchant pour les mineures".) Sa fille Pola a révélé qu'il avait abusé d'elle de ses 5 à 19 ans. Quant à l'actrice Nastassja, elle a admis des attouchements et que les colères de son père la terrifiaient. Il me semble significatif qu'elle ait entretenu une liaison à 15 ans avec Roman Polanski, lui-même accusé d'agressions sur mineures, et tourné sous son autorité Tess à 17 ans, un rôle de fille violée...

Le documentaire n'évoque pas le sujet, uniquement l'attitude de Klaus Kinski sur les tournages, et rien que ça méritait qu'on l'enferme dans un asile. L'acteur poussait d'énormes colères et était violent, comme dans cet extrait où il manque de fendre le crâne d'un figurant. Les tensions sont exacerbées par les conditions de tournage en pleine jungle pour Aguirre la colère de Dieu (ou plutôt de Kinski qui se prend pour un dieu).
Herzog explique que l'acteur ne supportait pas de ne pas être au centre de l'attention. Par exemple, alors qu'il défriche la forêt pour les besoins du tournage, un Indien se fait piquer par un serpent. ll n'a que 20 secondes pour réagir avant que le venin ne l'empoisonne. Le gars n'hésite pas, il se tronçonne le pied. L'équipe entoure le brave mutilé, et Kinski, vexé de ne plus accaparer les regards, trouve que c'est le bon moment pour taper un scandale parce que... son café est trop froid. Il réitère ses crises d'enfant-roi lorsque six personnes de l'équipe ont un accident d'avion et donc que l'intérêt est détourné de sa divine personne. On le voit insulter, menacer de tuer les techniciens, pendant que les autres restent impassibles, habitués, attendant que l'orage passe. Outrés par son comportement, les Indiens qui doivent le frapper pour une scène, le font réellement (c'est assez jouissif à voir). 
On se demande comment le réalisateur a pu poursuivre sa relation avec Kinski et en faire son acteur fétiche. Ce n'était pas un génie irremplaçable, il aurait pu s'en débarrasser facilement pendant les tournages : "Rapproche-toi du bord oui, voilà comme ça on te voit bien ! Ah flûte, il est tombé !" "On tourne ! Non Klaus, ne touche pas le serpent, ce n'est pas un jouet ! Coupez ! Mais non la caméra, pas sa main !" etc.

18/02/2020

Tout peut changer: et si les femmes comptaient à Hollywood ?

tout peut changer.jpgUn documentaire indispensable qui interroge la place des femmes à Hollywood et leur représentation dans les films. (voir bande annonce en lien). C'est affligeant : alors qu'elles occupent la moitié des effectifs des écoles de cinéma, les réalisatrices américaines ne dirigent que 4% des longs métrages. On ne confie aux femmes que des emplois subalternes, casting, scriptes etc. En 2016, sur les films ayant rapporté le plus d’argent au box-office, on ne comptait que 27% de femmes avec au moins une réplique à prononcer. Hors Hollywood, le constat est identique. En 72 éditions, une seule femme a reçu la palme d'or au festival de Cannes : Jane Campion pour La leçon de piano

Dans les scénarii, les femmes restent le plus souvent hypersexualisées, ne servant que de faire valoir aux rôles masculins. La dessinatrice Alison Bechdel (j'ai beaucoup aimé le livre consacré à sa famille, Fun home) a élaboré un test qui permet l'évaluation de la présence féminine dans un film grâce à trois critères :
- Il doit y avoir au moins deux femmes nommées (nom/prénom) dans l’œuvre
- qui parlent ensemble
- et qui parlent de quelque chose qui est sans rapport avec un homme.
Le verdict est sans appel : environ 60 % des films échouent au test.

thelma tout peut changer.jpgRévoltée par cette situation, l'actrice Geena Davis a fondé un institut de recherche pour lutter contre les inégalités entre hommes et femmes et les stéréotypes sexistes dans les médias. Elle est l'une des rares actrices à avoir participé à un film que l'on peut qualifier de féministe, mettant en scène deux héroïnes se libérant du joug de leurs maris : Thelma et Louise.  La comédienne déplore : « Tant qu'on ne leur propose pas de rôles forts ou qu'elles sont simplement absentes des écrans, le message est clair : les femmes et les jeunes filles n'ont pas la même importance que les hommes et les garçons. Cette situation a un impact considérable sur le secteur et la société dans son ensemble.»
Jessica Chastain renchérit : « Le cinéma nous a fermé la porte. Les films n'ont pas à s'intéresser aux femmes... ni à leurs désirs, ni à leurs besoins, ni à leurs peurs. »

Le cinéma véhicule une image négative de la femme, qu'il peut aussi contrebalancer. L'institut de recherche témoigne par exemple d'un "effet Scully" : après avoir enfin vu des rôles de femmes fortes dans les films policiers, comme Gillian Anderson dans X files, les femmes ont été trois fois plus nombreuses à suivre des carrières scientifiques et judiciaires. Après le succès de Hunger Games, avec une héroïne très forte qui sauve sa communauté, les jeunes filles se sont inscrites massivement au tirc à l'arc.
Meryl Streep estime que « les changements n’interviendront que lorsque les hommes s’engageront ». Sharon Stone témoigne également : « des réalisateurs me demandaient de m'asseoir sur leurs genoux. Est-ce qu'ils le demandent aussi à Tom Hanks ?»

Les comédiennes qui apparaissent dans le documentaire sont justement reconnues, oscarisées, et j'ai parfois eu l'impression d'assister à un défilé glamour de promo d'actrices hollywoodiennes. J'aurais préféré plus d'extraits de scènes problématiques et de chiffres à l'appui. Certains étaient consternants, implacables. Je n'ai pas pris la peine de les noter pendant la projection presse en pensant les retrouver ensuite dans le dossier du film, mais malheureusement, non. 

On a pourtant énormément d'exemples concrets à donner. J'ai remarqué dès l'enfance la prépondérance des mâles au cinéma. J'étais choquée de voir comment les femmes étaient traitées : je me souviens d'une scène où la petite amie interroge Delon et en réponse, il lui envoie une volée de claques qui la fait tomber sur le lit. Lorsque je regardais les James Bond, les Belmondo, les Gabin, je constatais bien que les héros étaient les hommes, des durs. 
Je m’identifiais alors aux rôles masculins, car ils étaient les seuls respectés. Dans les films, les personnages féminins sont souvent source de problèmes : les femmes fatales des films noirs, tentatrices, manipulatrices, qui causent la perte du héros en le poussant au crime par amour, appât du gain. Ou bien les femmes sont présentées comme des êtres faibles et stupides que l'homme doit sauver. Elles enchaînent les bourdes, c'est souvent à cause d'elles que le héros est trahi, car elles ne savent pas garder leur sang-froid, un secret... Lorsqu'elles sont menacées ou poursuivies, elles ne savent pas se défendre, trébuchent en courant, s'évanouissent... ah les gourdasses.

Si l'on peut dire aujourd'hui que les femmes obtiennent des rôles forts dans les blockbusters hollywoodiens, elles n'en restent pas moins hyper sexuées. Une femme peut se battre, mais en tenue moulante et décolleté. Une femme peut remettre un homme à sa place, mais en lui parlant collée à 2 cm du visage comme si elle allait l’embrasser.

Tout peut changer, à Hollywood, à Cannes et dans la société. Ce documentaire essentiel s'attache à démontrer que les femmes doivent être traitées équitablement au cinéma, pouvoir réaliser des films, être les héroïnes principales, ne plus être des objets sexués. Pourtant après 1h30 sur le sujet, le film se clôt sur un panneau qui m'a fait sourire : "réalisé par Tom Donahue". Un homme... Tout peut changer, mais ya encore du boulot. 

 

13/02/2020

La femme de mon pote

cinéma, cinéma français, comédies françaisesDans une station de ski, Pascal (Thierry Lhermitte) s'éprend de Viviane (Isabelle Huppert). Avec sa mini jupe en cuir, ses talons aiguilles et son rouge à lèvres hyper vif et vulgaire, on repère vite la gourgandine qui cherche à se mettre au chaud pour l'hiver. Pascal, non, il ne voit rien, et laisse son meilleur ami (Coluche) s'occuper de sa bien-aimée pendant que lui part bosser... Évidemment, le pote tombe amoureux lui aussi et se retrouve en plein cas de conscience. Choisir l'amour ou l'amitié, trahir son meilleur ami ou pas ? On se laisse emporter dans le tourbillon de la vie et faire un remake de Jules et Jim ?
Elle avait des bagues à chaque doigt
Des tas de bracelets autour des poignets
Et puis elle chantait avec une voix
Qui, sitôt, m'enjôla

A l'origine le rôle du cocu devait être tenu par Patrick Dewaere♥, grand habitué de Bertrand Blier dans les personnages de naïf. Après son suicide, c'est Thierry Lhermitte qui reprend le rôle, qu'il connaît déjà puisqu'il jouait sensiblement le même dans Les bronzés font du ski : même vendeur dans un magasin de sport, même cœur d'artichaut. Quant à Coluche, avant Tchao Pantin qui lui a valu un césar, il prouve avec La femme de mon pote qu'il maîtrise autant la comédie que le drame.

Blier se tient souvent à la lisière entre provoc vulgaire (Les valseuses) et sensibilité. Son coup de maître dans ce registre reste Beau père, un drame délicat qui aurait pu virer au sordide graveleux  : une ado de 13 ans qui à la mort de sa mère, est gardée par son beau-père et tombe amoureuse de celui-ci ! (Faut dire que c'est Patrickou, comment résister). Dans La femme de mon pote, le cinéaste reprend son thème favori du triangle amoureux, mais dans le genre, je préfère l'excellent Préparez vos mouchoirs (avec Patrick Dewaere) et Tenue de soirée (Patrickou, décédé, remplacé par Michel Blanc).
J'apprécie l'humour grinçant de Blier, qui réussit tout de même à me faire accepter des scénarii souvent misogynes (les femmes sont toujours des garces écervelées, les mecs des braves types qui se font avoir, mais très cons aussi). De ce réalisateur, j'apprécie aussi Buffet froid :"Des gammes, toujours des gammes ! Pas moyen de se reposer 5 minutes ! Alors un jour, j'en ai eu marre, j'ai branché son violon sur le 220 !" (si je pouvais faire pareil avec le voisin qui beugle et me réveille chaque matin !)