Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2015

Les séries du mois : True detective et The wrong mans

séries, télé,Coup de cœur :
- True detective saison 1, Canal+

Cliquez sur le lien pour écouter la superbe musique du générique, Far from any road du groupe The handsome family. Elle me rappelle Calexico.
Mémé et son train de retard a enfin vu cette série qui fait le buzz (j’attendais la diffusion sur Canal+, je répète, 37 euros par mois, call me neuneu).
Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la fine bouche « mouais, c’est du déjà vu quand même, inspiré de James Ellroy et des classiques des films noirs : les notables qui étouffent l’affaire, le culte satanique (une mise en scène avec des bois de cerf comme dans Hannibal) La fille internée mutique que Cohle interroge, qui parle enfin par bribes puis hurle : on voit ça dans plein de films d’horreur. On devine souvent la suite. C’est assez lent, l’histoire aurait pu être resserrée de moitié…Oui mais ça participe au suspense.

séries, télé,Chaque soir j’avais hâte de voir les prochains épisodes. Attention, spoil : Je me doutais qu’il allait se passer quelque chose entre Rustin Cohle/Matthew McConaughey et la femme, Michelle Monaghan (Gone baby gone, autre film noir)Haha, je ne suis pas tombée de la dernière pluie, on me l'a fait pas ! Mais en fait si. Avec mon sentimentalisme fleur bleue, j’imaginais naïvement qu’ils allaient vivre une grande histoire d’amour, "et ils vécurent heureux jusqu'à la fin de leurs jours". Je ne pensais pas qu’elle allait juste s’en servir comme pigeon, dans une scène sordide sans aucun romantisme. Je peux comprendre qu’elle ait envie de se venger de son mari qui la trompe, même si c’est puéril et mesquin. Ok, c’est toujours mieux qu’un inconnu croisé dans un bar, et elle était attirée par lui (normal, Matthew…enfin quand il ne ressemble pas à Vercingétorix vaincu par César, avec sa moustache et ses cheveux longs). Mais briser ainsi son amitié avec l’époux, le seul ami que Rust possède ? Pendant toute la scène, je m’étouffais avec ma papillote et je criais à ma télé (pardon les voisins): « ah la garce ! j’y crois pas ! c’est dégueulasse ! » Dernier coup de pute (cas de le dire) : faire croire à son mari que c’était génial, alors que Cohle s'est comporté comme une brute épaisse « super le mec ! Ah ben ça valait le coup ! » (re-cas de le dire) Et ça a duré 6 secondes… (par pure conscience professionnelle, j’ai chronométré).

séries, télé,J'ai apprécié aussi les lieux de tournage (les bayous de Louisiane, comme Dans la brume électrique, roman policier de James Lee Burke transposé à l’écran par Bertrand Tavernier). J’ai aimé les dialogues et la curieuse relation entre les deux flics aux caractères opposés. Martin, l’optimiste confiant qui trompe sans vergogne sa femme (vous avez vu avec quelle bombasse, Lisa ?!) Rust le rustre, foncièrement honnête, nihiliste misanthrope mystique, qui cache en fait sa sensibilité et une blessure profonde (grand classique)… J’adore la bouche en cul de poule de Matthew, et Woody Harrelson et son étrange diction : quand il parle, on a l’impression qu’il a la bouche pleine de cassoulet. J’ai hâte de voir le prochain duo de la saison 2 : Colin Farell et Vince Vaughn.

- The wrong man(s) saison 1, Arte

séries, télé,Une série anglaise à l’humour décalé, aux nombreuses références (24 h chrono, Jason Bourne…) Deux losers comme personnages principaux, un petit gros jovial et inadapté, et un nerveux stressé : The wrong mans rappelle le duo Nick Frost-Simon Pegg, leur série Spaced et leur trilogie Cornetto (Hot fuzz). Le scénario et le début sont excitants : Sam vient de se faire larguer par sa petite amie, sa patronne au conseil régional, job qu’il n’aime pas. En se rendant au travail, il est témoin d’un accident. Il entend sonner un téléphone portable tombé sur les lieux et il a le malheur de décrocher : « si vous n’êtes pas là à 17h, nous tuerons votre femme ». Sam et son collègue boulet, Phil, voient là une chance de mettre enfin de l’aventure dans leur vie et de devenir des héros…
L’histoire est un régal, malheureusement Arte a eu l’idée saugrenue de diffuser les 6 épisodes à la suite. Le plaisir s’essouffle un peu après 3 heures et les rebondissements paraissent poussifs.

Prochaine série prévue : Mad men, saison 7 

Et vous, avez-vous vu et apprécié ces séries ? 

 

09/04/2015

Les séries du mois

americans saison 3.jpgCoup de cœur :

- The americans saison 3

Pendant la guerre froide, au début des années 80, les Jennings forment une famille américaine classique. Ils habitent une petite banlieue et ont pour voisin et ami un membre de la CIA. Pourtant les parents sont en fait des espions du KGB, dont le mariage a été arrangé. Dans cette dernière saison, les Russes veulent recruter leur fille, qui ne connaît pas la double vie de ses géniteurs. Le père, qui s’intègre de plus en plus à la vie américaine, n’est pas d’accord.
Le suspense reste efficace. Les personnages sont toujours aussi complexes et fascinants : comment peut-on mener une vie ordinaire, être une mère idéale le jour, et tuer froidement la nuit ? Comment le père va-t-il se débrouiller avec son faux mariage avec Martha, qui veut un enfant, mais qu’il a épousée essentiellement pour obtenir des informations sur ses patrons de la CIA ? Comment peut-on vivre avec cette tension et ces mensonges permanents ? Gros plus : la série est créée par un ancien agent de la CIA…

- The driver saison 1

En Angleterre, Vince est un conducteur de taxi déconsidéré par sa femme et ses enfants. Pour arrondir ses fins de mois, il accepte de devenir le chauffeur d’un mafieux. L’irruption du danger et de l’aventure dans la petite vie tranquille et pleutre d’un individu ordinaire est parfaitement retranscrite.

- Burning love saison 1

Parodie des émissions de télé réalité sur la recherche de l’âme sœur. Tout y est, les décors kitschs, les couleurs pimpantes, les zooms… Et bien sûr, les greluches et leur prétendant écervelé. C’est parfois à peine exagéré, souvent trop lourd. Originalité mordante de la série : Les filles rejetées sont jouées par des stars comme Jennifer Aniston ou Kristen Bell.

- Veep saison 1

Une vice-présidente qui accumule les gaffes. Julia Louis-Dreyfus (Seinfeld) semble s’inspirer de Sarah Palin... Pas mal.

Et vous, avez-vous vu ces séries ?

 

03/03/2015

Les séries du mois : Masters of sex, Hannibal...

masters of sex persos.jpgJ'ai profité de l'offre Canal Play pour voir plein de séries :

- Game of Thrones saison 3

Relire ici ce que je pense de Jon Snow qui n’est plus mon copain du tout.

- Master of sex saison 1

Je croyais que la série évoquait le docteur Kinsey, qui a fait l’objet d’un bon film avec Liam Neeson. L’homme est un pionnier de la sexologie, avec un livre explosif paru en 1948 sur le comportement sexuel des Américains. La série s’attache en fait au docteur Masters qui débute ses recherches 10 ans plus tard, et à la relation étrange qu’il noue avec son assistante, Virginia Johnson. Les deux collègues étudient les réactions physiologiques des corps au moment de l’orgasme. Ils prennent pour cobayes des prostituées et des étudiants, et un jour, le docteur dit à sa secrétaire : « je vous propose de tester sur nous deux. Mais c’est pour la science hein. » Bah voyons.
Le toubib est marié à une brave femme qui désespère de tomber enceinte et culpabilise beaucoup. Elle suit un lourd traitement, sauf que le problème vient de son époux, qui lui cache délibérément. Masters est présenté comme un sale type, qui ment à tout le monde, méprise les gens, n’aime pas les enfants (il est gynéco hein) arrogant et odieux. Il est vieux et laid en plus. C’est donc naturellement que son assistante sexy cède à son charme, alors qu’un jeune docteur tout mignon tout doux (« tes patientes tombent enceinte juste pour venir te voir ») est fou amoureux d’elle et s’occupe de ses gosses comme si c’était les siens.
masters of sex playmobil.jpgAu début je surnommais ce jeune docteur « le playmobil », le type lisse avec les cheveux bien plaqués : « ils nous prennent vraiment pour des dindes, comme si un mec pareil existait dans la vraie vie. » Mais au bout de trois épisodes je tombais dans le panneau et ronronnais à chacune de ses apparitions : « il est quand même très chou ». Pourtant il ne sait pas ce qu’il veut. Une cruche veut l’épouser : « d’accord pourquoi pas ». La veille du mariage « ah ben non en fait, j’en aime une autre, l’assistante ». Cette dernière le repousse brutalement, il lui fout une beigne. Plait-il ? Où est passé le gentil playmobil ?
Une série qui tient donc par ses personnages complexes. Un bon témoignage des années 60 (un peu comme dans Mad Men) et de la mentalité de l’époque. Un sujet original, et heureusement, pas scabreux.

- A young doctor's notebook avec Jon Hamm et Daniel Radcliffe

doctors notebook.jpgD’après les mémoires de Mikhaïl Boulgakov, l’auteur du célèbre Le diable et Marguerite, mort à seulement 48 ans. Il raconte ici son expérience de jeune médecin qui apprend son métier sur le tas en improvisant souvent (sympa pour les patients). Il exerce dans la campagne reculée de 1917, juste avant la révolution russe. L’œuvre est singulière car assez gore, grand guignol : et que je t’ampute une jambe avec une scie émoussée, et que je t’arrache une dent avec une tenaille, sans anesthésie, avec le sang qui gicle partout... Et l’hygiène ? Quel est ce mot ?

 - Hannibal avec Hugh Dancy et Mads Mikkelsen

hannibal.jpgHugh Dancy incarne un profiler très sensible. Juste en regardant une scène de crime, il la revit et devine tout ce qui s’est passé. Moui… Par contre, il n’est pas foutu de se rendre compte que le dangereux serial killer qu’il recherche est juste sous son nez : son psy, Hannibal Lecter (personnage du Silence des agneaux). Vachement crédible donc. Hugh Dancy est bien mignon et Mads Mikkelsen est impeccable, mais j’ai eu du mal à finir la saison. Moi au moins, quand je retrouve mon pâté en croûte entamé sur la table, un verre brisé à terre,  des traces de pattes dans l’eau sur le sol, et le chat caché sous le fauteuil, je devine tout de suite qui est le coupable.

- The newsroom saison 2

newsroom persos.pngJ’ai adoré la première saison, beaucoup moins accroché à la deuxième. Au lieu de se concentrer encore sur les évènements médiatiques majeurs de l’année écoulée (ici, 2011: l’affaire DSK, Occupy wall street etc) la saison 2 s’attarde sur une seule fausse affaire, pas très palpitante. Dans la première saison, je trouvais charmant l’amour impossible entre Jim et Maggie, leurs petites chamailleries pour éviter de s’avouer qu’ils s’aiment : Maggie était engagée ailleurs et pour s’empêcher de céder, poussait Jim dans les bras de sa meilleure amie (pas tordue la nana). Mais là, ils se retrouvent célibataires. Ils sortent enfin ensemble ? Oh là là non, trop peur ! Chacun s’enfuit à l’autre bout du pays pour éviter de voir l’autre et l’oublier !

- In the flesh saison 2

Une série sur des zombies, mais rien à voir avec  The walking dead : ici, les « survivants du syndrome de la mort partielle » font tout pour retrouver une vie normale, le traitement est réaliste. Je préfère le genre comique et parodique, avec l’une de mes comédies préférées : Shaun of the dead.

Vous pouvez toujours gagner ici des places pour le film THE VOICES

 

01/03/2015

Bilan "je suis culturée" de janvier

asterix.jpgJe sais encore, on est le 1er mars…Mais pour une fois j’ai signé mon chèque de loyer dès aujourd’hui, je n’ai pas attendu le 8 (Un jour la proprio va me virer)
Je ne peux pas résister, j’écris en regardant OSS 117 diffusé en ce moment sur 6ter. (Si je fais des fautes, c’est pas ma faute à moi comme dirait Lolita.) « S’agirait de grandir, s’agirait de grandir… »

3 films au cinéma :

- Astérix, le domaine des dieux, d’Alexandre Astier et Louis Clichy

Alexandre Astier + Alain Chabat + Laurent Lafitte = . Oui je ne m’embête plus à faire des phrases.
Les trois acteurs doublent les personnages du dessin animé. Je suis très sensible à la voix, reflet des émotions et de la personnalité. Je retiens beaucoup plus les voix que les visages, et quelque chose m’a frappée en écoutant le film. Mémé a peut-être besoin d’un sonotone mais… vous n’avez pas trouvé que les trois gars possèdent quasiment le même timbre ? Preuve que leurs caractères se ressemblent sûrement aussi.
Astier parvient à égaler l’humour d’Astérix mission Cléopâtre de Chabat. J’aime beaucoup ce mec, auteur de Kaamelott et scénariste de Pop redemption, où il fait plein de clins d’œil aux Beatles (voir mon billet en lien). En plus, il est Lyonnais comme moi. J’adore Chabat évidemment : Les nuls, La cité de la peur, Didier, Ophélie Winter… J’aime bien Laurent Lafitte depuis Tristesse Club et surtout Papa ou maman et son « tranquilou bidou »

- Papa ou maman de Martin Bourboulon, voir mon article en lien
- 108 rois démons de Pascal Morelli

22 films à la télé :

Coup de cœur Canal + :
- Non-stop de Jaume Collet-Serra
Je n’étais pas tentée, encore un film d’action avec Liam Neeson… Mais mon frère, très difficile, m’a envoyé un sms : « pour la première fois depuis longtemps, j’ai aimé un film sur Canal+ ». Liam Neeson incarne un policier chargé de la surveillance des avions. Lors d’un vol, il reçoit de mystérieux sms : si une forte somme d’argent n’est pas versée sur un compte secret, un passager mourra toutes les 20 minutes… Les détails des messages prouvent que le terroriste est à bord. Qui est-il ? Un suspense très efficace.

Coup de cœur Arte :
enfants loups.jpg- Les enfants loups, Ame et Yuki de Mamoru Hosada
Une étudiante tombe amoureuse d’un garçon mystérieux. Et pour cause : il peut se changer en loup. Malgré tout, ils s’aiment et de leur union naît deux enfants, qui se transforment sous le coup des émotions. Le père meurt et la jeune femme courageuse part seule élever ses petits à la campagne, loin des curieux. Un dessin animé magnifique, ode à l’enfance, à la nature, dans la lignée de Miyazaki et Mon voisin Totoro.

1 one man show :

- Titoff, théâtre de la Michodière
Pathétique. Il répétait laborieusement la même blague jusqu’à ce qu’une âme charitable concède à rire. Il évoquait des émissions beaufs de M6 ou TF1 que je ne connais pas. Et son sketch sur les femmes qui refusent de s’asseoir sur des toilettes publiques, avec force mimes… pitié… On est parti avant la fin, et tellement rebutés par l’expérience qu’on n’a pas revu de one man show depuis deux mois (au lieu d’un par semaine auparavant).

2 expos :

Coup de cœur :
truffaut.jpeg- François Truffaut, cinémathèque
J’avais transcrit sur mon portable, pour faire moderne, une longue réflexion très pertinente sur l’adolescence. Mon téléphone a décidé de me supprimer l’onglet notes avec toutes mes citations de papillotes et autres données indispensables à la survie. Mémé nulle en nouvelles technologies retourne au bon vieux papier et  au stylo.
Je retiens cependant cette phrase : « l’adolescence ne laisse un bon souvenir qu’aux adultes ayant mauvaise mémoire ». J’ai beaucoup aimé la lettre d’amour à Isabelle Adjani, et pouvoir observer l’écriture un peu féminine du cinéaste (j’aime me targuer d’être graphologue car j’ai lu 5 pauvres bouquins sur le sujet.)

- Éloge de la rareté, Bibliothèque Nationale de France
Je retiens encore les livres annotés à la main par leurs célèbres auteurs, Proust, Apollinaire… J’ai bien rigolé devant la gêne du guide un peu précieux qui nous présentait un manuscrit licencieux du 18ème siècle, avec un texte à double sens (que même moi j’ai compris) « ce sont des mots que ma bouche se refuse à prononcer »

6 séries :

masters of sex.jpgCoups de cœur :
- Game of Thrones saison 3
- Masters of sex saison 1

 - A young doctor notebook avec Jon Hamm et Daniel Radcliffe
- In the flesh saison 2
- The newsroom saison 2
- Hannibal avec Hugh Dancy et Mads Mikkelsen

6 documentaires :

Coup de cœur :
marlon-brando-un-tramway-nomme-desir.jpg- Marlon Brando, un acteur nommé désir

- Philippe Noiret, la pudeur des sentiments
- La lutte des cadres de Pauline Frachon et Jean-Yves Cauchard
- Les clowns contre-attaquent de Martin Boudot
- Meurtre en Finlande
- Elvis et Priscilla

 

Je vous laisse, parce que OSS 117 va entonner Bambino, faut que je me concentre sur ma chorégraphie. "Alors infidèle, on s'en va sans dire au revoir ?"
Ensuite, je vous conseille le très bon documentaire de Patrick Jeudy à 23h10 sur Arte, Eliot Ness contre Al Capone.

Je vous rappelle que vous pouvez gagner ici des places pour le film The Voices.

 

07/09/2014

A la télé cette semaine

morning glory.jpgCe soir sur France4, Morning Glory, sur le quotidien d’une émission télé matinale. Une jeune productrice (Rachel McAdams) est engagée pour redresser les audiences, mais elle se heurte au présentateur vieux jeu (Harrison Ford) qui ne veut pas changer ses méthodes. Une comédie intéressante pour découvrir l’envers du décor de la télé, les coups bas, la course à l’audimat, l’ambition… Mais la morale de l’histoire est désolante : la productrice n’hésite pas à reléguer l’information au second plan et préfère ridiculiser son présentateur en le mettant en scène dans des sujets sans intérêt. A l’inverse, je vous conseille vivement la série The newsroom : les journalistes résistent à l’info people et aux pressions de la hiérarchie. Ils font du vrai travail d’investigation, sur des sujets importants, et restent le plus possible neutres. Passionnant.
sur Arte, un classique du western, Il était une fois dans l’Ouest.

gone baby gone.jpgLundi sur HD1, Gone Baby gone, un thriller très sombre où un couple de détectives recherche une enfant disparue. Pour vous donner une idée, le film est une adaptation du roman de Dennis Lehane, qui a également écrit Mystic River  et Shutter Island. Le meilleur film de Ben Affleck selon moi (avant (The town et Argo).

Mardi, autre film avec Ben Affleck sur NT1, Paycheck de John Woo, une adaptation du roman de science-fiction de Philip K.Dick. Un ingénieur qui travaille sur des dossiers secrets accepte de voir sa mémoire effacée à la fin de chaque contrat. Mais après le dernier CDD de 3 ans, il s'aperçoit qu’il a refusé son salaire colossal pour le remplacer par des objets en apparence anodins. Il tente alors de retrouver le fil des années oubliées.

kick-ass.jpgA 22h25 sur M6, Kick-Ass. Un adolescent ordinaire, un père et sa fillette, malgré leur absence de supers pouvoirs, décident de devenir des héros justiciers. L’humour noir du film est irrésistible. J’adore la scène du « Tu voudrais quoi pour ton anniversaire ? - Une Barbie et un petit poney. Mais non je rigole, un flingue ! » Le début qui montre avec justesse les affres de l’adolescence, me fait penser aux prologues des films de Spiderman, quand on voit le héros batailler avec son quotidien (ces passages réalistes sont d’ailleurs mes préférés). Même si la fin cède aux techniques de films d’actions violents, elle est tournée avec tellement de virtuosité, d’humour et de détachement que je l’ai appréciée. Du même réalisateur Matthew Vaughn, j'avais déjà beaucoup aimé Stardust et Layer cake.

Mercredi, TMC diffuse le dernier spectacle de Florence Foresti à Bercy. Je ne l’ai pas vu mais j’ai adoré ses précédents shows, Mother Fucker et surtout ses sketches à la Cigale.

Jeudi, soirée série, avec le retour de 24 heures chrono et la dernière saison de Mad Men sur Canal+. J’ai adoré les premières saisons révolutionnaires de 24, mais les invraisemblances m’ont vite lassée. Je continue par habitude et curiosité à regarder Mad Men, série d’ambiance où il ne se passe pas grand-chose.
Arte propose ses séries le même soir, avec un biopic romancé de Ian Fleming, l’auteur de James Bond, puis la rediffusion d’Ainsi soient-ils, sur les prêtres. La vie de Fleming ne me fascine pas vraiment jusque-là (et pourquoi choisir un acteur aux yeux aussi hideux, Dominic Cooper ! Il m’avait déjà gâché Raisons et sentiments !) 

 

13/06/2014

Les séries du mois : Real Humans, Black mirror, Weeds

real humans tobias mimi.jpgDétail du bilan culturé de mai :

4 Séries :
Série coup de cœur :

- Real humans saison 2

J’avais bien aimé la première saison de cette série suédoise, j’apprécie encore plus la deuxième. Dans le  futur, les hommes côtoient les robots. Ces derniers sont créés à l’image des humains, uniquement pour les servir. La série traite de l’éternelle lutte entre les robots et les hommes, mais ici, elle est profondément ancrée dans la réalité, et soulève beaucoup de questions. Qu’est-ce qui définit un humain ? Pourquoi se sentir supérieur ou différent des autres ?

real humans persos.jpgReal humans offre un parallèle évident avec notre société actuelle :
Les personnes âgées, de plus en plus nombreuses, dont on ne sait plus que faire : dans Real humans, des hubots se chargent d’eux.
La solitude de plus en plus évidente, la compétitivité : les adolescents timides se retournent vers les hubots qui ne se moqueront pas de leurs soucis.
Le chômage, l’immigration : le parti politique qui veut la suppression des robots car ils « sont différents et volent le travail des humains ».
Le mariage des couples mixtes ou homosexuels : l’union entre un robot (blonde) et un humain (métis), une femme pasteur mariée à une autre femme…
La religion, l’endoctrinement, la politique : le robot qui se pose en gourou et appelle à la révolte…

Passionnant. J’ai un faible pour la famille Engman, parfaite de tolérance, et surtout pour Tobias, l’adolescent timide, amoureux sans retour du robot Mimi. J’aime bien aussi Silas le trafiquant de robots. Il devrait jouer le rôle du bête et méchant, mais son tempérament optimiste et l’affection qu’il porte à son hubot cassé et pas très évolué le rendent attachant et plus complexe je trouve.

 - The office saison 9

sériesJe préfère l’original, la version anglaise, plus déjantée, avec l’humour si particulier des Anglais et l’acteur Ricky Gervais. J'ai même vu la version française, avec François Berléand dans le rôle titre. Dans la version américaine, je préfère aussi l’acteur Steve Carell à Ed Helms (le dentiste de Very bad trip) dans le rôle du patron nullissime. Mais j’aimerais bien bosser dans un bureau à l’atmosphère si cool, avec des collègues capables de faire des blagues potaches et un patron qui nous laisse glander…

 - Black mirror saison 1 et 2

Des passants qui filment une chasse à l’homme…. Pour empêcher l’assassinat de la princesse anglaise, le premier ministre doit avoir un rapport avec un cochon et passer en direct à la télévision… Une série choc, qui interroge notre fascination pour les médias, notre addiction à nos écrans d’ordinateur, de télé, de téléphone…  Qui se cache derrière le miroir ? Je déplore cependant la rapidité avec laquelle est traité chaque sujet. Pour le premier épisode (celui du premier ministre) je m’attendais à ce que le suspense dure toute la saison (qui ne compte que trois opus) mais chaque affaire se clos à la fin d’un épisode, en moins d’une heure. Je trouve que cet effet amoindrit le suspense et la tension.

 - Weeds saison 8

weeds-doug.jpgJ’avais bien aimé les premières saisons, mais comme souvent, la série perd de son intérêt et de sa cohérence au fil du temps. Mais j’ai aimé voir grandir les enfants de Nancy, la veuve qui devient vendeuse de drogues pour faire vivre sa famille. Mon personnage préféré est Doug, l’ami pot de colle, sympa et glandeur. (Non, je ne m’identifie pas…)

Prochaine série prévue : The Americans, saison 1

 Et vous, avez-vous vu ces séries ? Quelles séries regardez-vous en ce moment ?

 

 

01/10/2013

Bilan je suis culturée du mois de septembre

monde merveilleux winshluss.jpgBonne résolution de la rentrée, vous avez pu constater que je me suis enfin remise à tenir régulièrement le blog, et que j’ai mis les colonnes lecture à jour. (Le chômage aide beaucoup). Autre nouveauté, j’essaierai de publier un bilan mensuel de mes sorties et films vus.
Je n’ai pas encore fini d’écrire le premier résumé. D’accord, vous allez penser « la promesse n’a pas encore commencé, et elle n’est même pas tenue ! » mais plutôt que de me présenter comme mémé toujours en retard qui manque de volonté (hum), je préfère pour une fois me la péter tourner la réponse à mon avantage : faire croire que si je n’ai pas fini d’écrire, c’est tout simplement parce que je sors et me culture beaucoup. En attendant (j’espère tout de même écrire le bilan du mois de septembre 2013 avant février 2014 pour une fois, voici tout simplement la liste :

4 livres :

- Limonov d’Emmanuel Carrère
- Je suis vivant et vous êtes morts, biographie de Philip K.Dick, d’Emmanuel Carrère
- Nouveaux mots d’excuse, les parents écrivent encore aux enseignants, de  Patrice Romain
- La femme et l’ours Philippe Jaenada
Prochain livre prévu : Biographie de Maupassant, par Frédéric Martinez.

4 films au cinéma :

- Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh (voir mon billet ici)
- Le dernier pub avant la fin du monde de Edgar Wright
- Au bonheur des ogres de Nicolas Bary (sortie en salles le 16 octobre)
- Turbo de David Soren (sortie en salles le 16 octobre)
Prochain film prévu : L’extravagant voyage du jeune et prodigieux TS SPivet, de Jean-Pierre Jeunet

Télé :

- 37 films
- 13 documentaires
Prochain film prévu : K19, le piège des profondeurs

 6 séries :

 - House of Cards saison 1
- Weeds saison 7
- Luther s1
- La gifle s1
- Scandal s1 et 2
- Spaced s1 et 2.
Prochaine série prévue : Luther saison 2.

4 spectacles ou one man show :

- Desperate housemen, au Grand point Virgule jusqu’au 31 octobre
- Remue méninge, spectacle de mentalisme de Xavier Nicolas, au théâtre de Nesle jusqu’au 20 décembre
- Toutes mes condoléances de Sébastien Castro, à la Comédie de Paris jusqu’au 29 décembre
- Le bal des crapules, théâtre Le mélo d’Amélie, jusqu’au 10 novembre.
Prochain spectacle prévu : Muriel Robin

3 Expositions :

- Expo Winshluss, Un monde merveilleux, musée des arts décoratifs, jusqu’au 10 novembre
- Expo La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette, musée des arts déco, jusqu’au 24 novembre
- Pub mania, ils collectionnent la publicité, musée des arts déco, jusqu’au 6 octobre
Prochaine expo prévue : La tour Paris 13

3 sorties :

- Visite guidée du Paris hanté
- Balade en bateau : Le canal Saint Martin
- Fête des jardins, ouverture exceptionnelle de jardins privés, du 21 au 22 septembre
- Festiblog, vente et dédicace des blogs BD publiés en librairie, du 28 au 29 septembre.
Prochaine sortie prévue : le salon du Bourget

1 Concert :

Mylène Farmer à Bercy
Prochain concert prévu : Imagine Dragons à l'olympia

Sortie sport :
Première inscription de ma vie à un cours collectif (grosse épreuve) : Yoga (je vous raconterai le carnage)
et toujours les sports habituels …
Prochain sport prévu : on m’a donné un DVD d’entraînement de Pilates, je vais tester ce que ça donne…


Et vous, qu'avez-vous fait en septembre ?