Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2020

Un petit boulot

un petit boulot.jpgJe cherche un job job job
Pour aller lui acheter sa robe !
Chômeur, Jacques (Romain Duris) accepte pour combler ses dettes de tuer la femme d'un truand (Michel Blanc). D'abord maladroit, l'apprenti assassin prend de l'assurance et plaisir à ce métier de tueur à gages, puisqu'il lui permet d'aider également financièrement ses amis ! Et accessoirement, de séduire la femme qu'il convoite (Alice Belaïdi, craquante quand elle ne joue pas la standardiste agressive de Working girls).

Je plaçais la barre haut puisque le film est réalisé par le regretté Pascal Chaumeil (L'arnacoeur) et le scénario est signé par Michel Blanc, déjà scénariste de mes comédies cultes Les Bronzés, Marche à l’ombre et Viens chez moi j'habite chez une copine. Le film ne m'a pas déçue, avec un humour noir désopilant comme je les aime, qui rappelle les losers des frères Coen ou les truands sympathiques aux répliques acerbes d'Audiard. Ah quel plaisir de voir le héros dégommer son patron infâme (Alex Lutz, toujours parfait) qui humilie et vire ses employés pour rien... Je ne supporte pas Romain Duris et son sourire d'attardé mental (voir en lien), mais ce rôle réussit à me le rendre sympathique ! (puis son visage disgracieux est masqué par sa barbe et sa tignasse.)

Avec son côté solidaire (les pauvres qui s'entraident) le film m'évoque aussi  Louise Michel (on retrouve d'ailleurs dans les deux l'attendrissant Gustave Kervern).
En revanche, pourquoi une conclusion aussi réac ? "Je suis enfin heureux, je bosse 60h par semaine, mais quand c'est pour soi, c'est bien, je rentre épuisé du travail mais je me console en me blottissant contre ma femme". Et pourquoi pas "travail famille patrie" tant qu'il y est ? Depuis quand s'abrutir au boulot est synonyme de bonheur ? (surtout dans une station service, il sauverait le monde, je dis pas). Malgré cette conclusion, Un petit boulot reste une très bonne comédie.

 

09/02/2020

Les comédies de Pierre Salvadori

en liberté.jpgJ'ai vu tous ses films, que je trouve toujours drôles, touchants, parfois clowns tristes (Les apprentis, Dans la cour) souvent romantiques (Après vous) parfois noirs et acerbes (Cible émouvante). Son dernier est un excellent cru :

- En liberté !
A la mort de son mari présenté comme flic exemplaire, Yvonne (Adèle Haenel) découvre qu'en réalité celui-ci était un ripou, et qu'il a fait incarcérer à sa place un brave gars (Pio Marmaï). Dans l'espoir de réparer les erreurs du défunt, Yvonne se rapproche du condamné à tort récemment libéré. Mais ce dernier à quelque peu perdu la tête en détention... Voir en lien la bande annonce, pour une fois très bien faite.
Un film jubilatoire, d'un punch et d'une inventivité rares. Par exemple, Pio marche le long d'une route la nuit en délirant, et Adèle le suit de loin pour le surveiller. Le réalisateur les filme en champ contre champ, chacun parlant tout seul, mais le découpage très dynamique laisse croire qu'ils se répondent. J'ai pleuré de rire face à des situations et répliques dingues (le type qui vient dénoncer des meurtres atroces mais se fait rembarrer à chaque fois "on n'a pas le temps, revenez lundi !" Audrey Tautou qui houspille son mec avec sa gouaille habituelle : ("c'est quoi ce truc de massacrer calmement les gens comme ça ? On avait pas l'impression que tu te battais mais que tu rangeais ton bureau !")
Pio Marmaï joue toujours à merveille le mec naïf (voir ici mes différentes critiques de films) et Adèle Haenel s'est adoucie depuis l'excellent Les combattants et prouve qu'elle compte désormais comme l'une des actrices les plus prometteuses (et les plus courageuses depuis ses dernières déclarations.) Audrey Tautou, grande habituée de Salvadori, joue ici un petit rôle, mais elle obtient le premier dans les films suivants, en femme superficielle au cœur sec. Deux comédies romantiques et acides sur les faux semblants :

hors-de-prix.jpg- De vrais mensonges de Pierre Salvadori, 2010
Emilie (Audrey Tautou) patronne autoritaire d'un salon de coiffure, reçoit une belle lettre d'amour d'un admirateur secret. Cette inculte sans cœur la jette, sans savoir que la déclaration provient de son homme à tout faire, cultivé, doux et talentueux (Sami Bouajila, très touchant). Pour changer les idées de sa mère (étonnante Nathalie Baye) qui ne s'est jamais remise du départ de son mari, Émilie a l'idée de lui transmettre la missive qu'elle a reçue...
Des quiproquos hilarants, même si je ne comprends pas ce qu'un homme aussi intelligent et sensible peut trouver à cette greluche dure et inculte (à part son physique...) Comme quoi, le cœur à ses raisons que la raison ne connait point. J'ai été un peu déçue par la fin que j'aurais préféré plus audacieuse et moins convenue (vas-y Nathalie, cougar power !)

- Hors de prix de Pierre Salvadori, 2006
Jean (Gad Elmaleh) timide serveur d'un palace, tombe sous le charme d'Irène, qui couche avec les hommes pour leur argent. Pour séduire sa belle, le modeste employé se fait passer pour millionnaire...
Quiproquos, rebondissements, tout y est, même si j'ai du mal à éprouver de la sympathie pour des gens avec aussi peu de valeurs morales, aussi superficiels, qui ne pensent qu'à l'argent, cyniques, menteurs et manipulateurs.


05/02/2020

Le jeu

le jeu.jpgLors d'un dîner, des couples d’amis décident de faire une expérience : chacun doit poser son téléphone portable au milieu de la table et tous les échanges, SMS, appels, mails etc., devront être partagés avec les autres.

Une excellente idée de scénario, qui tourne au jeu de massacre jubilatoire. Le réalisateur Fred Cavayé développe le thème de son précédent film Les infidèles, mais de manière plus originale. Par moments Le jeu fait penser au Prénom et rappelle les meilleurs moments de la comédie noire italienne. L'histoire est enlevée, pleine de rebondissements et de suspense. Avec les classiques et attendus quiproquos adultérins, le film pourrait se limiter à un simple vaudeville à la Feydeau (que je n'apprécie pas trop). Pourtant le jeu se révèle plus profond, et au-delà des piques savoureuses, il est même parfois touchant, par exemple le dialogue tout en délicatesse entre la fille et le père. Ce dernier, incarné par Stéphane de Groodt, me semble le personnage le plus sympathique avec l'émouvant Ben (Grégory Gadebois).

Un film réaliste, donc pessimiste, sur la nature humaine, qui pourrait illustrer des sujets de bac philo : "toute vérité est-elle bonne à dire ?"  "Pour vivre heureux, vivons cachés ?"  et même : "l’enfer, c'est les autres ?" Vous avez 4 heures pour rendre vos disserts.

27/01/2020

Le grand bain, jetez-vous à l'eau

grand bain persos.jpgDes hommes mal dans leur peau trouvent un sens à leur vie en pratiquant un sport jusqu'alors dévolu aux femmes : de la natation synchronisée, sous l'égide d'anciennes gloires déchues (Virginie Efira et Leïla Bekhti). Voir bande annonce ici.

J'attendais la diffusion Canal + pour vérifier si ce film mérite vraiment ses louanges, car à l'époque de la sortie, voir sur grand écran des gars bedonnant en slip ne me disait rien (afin de préserver les âmes sensibles, j'ai choisi une photo d'illustration coupée aux torses). Puis je craignais qu'il ne soit qu'un film de et pour mecs. Au contraire, agréablement surprise, je trouve que les meilleurs rôles sont pour les femmes ! (par contre les gars, va falloir arrêter la bière pour retrouver la ligne de flottaison).
Le grand bain avait tout pour faire un carton, car il se veut feel good movie, en lorgnant du côté des comédies sociales comme Full Monty et parce qu'il rassemble de grands noms de la comédie française (c'est utile de s’appeler Gilles Lellouche et d'avoir plein de copains dans le milieu). 
grand bain.jpgMalgré 8 nominations aux césars, le film n'a reçu que le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour Philippe Katherine. Il est en effet le meilleur atout de cette comédie, car avec son côté complètement décalé, il apporte son originalité et la personnalité qui aurait manqué sinon. Le rôle principal me semble en effet  banal (une simple histoire de dépression suite à un chômage) et échoue à Almaric que je ne peux pas encadrer (avec ses horribles yeux perçants, sa voix et son rictus constant). Le talent du génial Poelvoorde me paraît sous exploité. On salue malgré tout la performance de Guillaume Canet dans un rôle à contre-emploi, ambigu et complexe de mec qui veut tout maîtriser, reproduit les maltraitances qu'il subit en alternant chaleur et violence. Anglade est également très touchant, persuadé qu'il est un grand musicien incompris et que son heure de gloire viendra, et qui en attendant se contente de boulots et concerts minables dans des fêtes de village et est méprisée par sa fille ado (Odieuse. "Non mais oh, comment tu parles de ton père ? Moi mon père il était charron et je peux te dire que ça filait doux !" ) Félix Moati prouve également qu'il est un des acteurs les plus prometteurs de la nouvelle génération (ici dans Libre et assoupi).

Un film qui vaut surtout pour ses personnages, même si je ne souhaiterais pas être amie avec l'un d'eux dans la vraie vie, et qu'on s'aperçoit qu'ils ne le sont pas entre eux : ils ne se voient que pour le sport et entretiennent des relations assez superficielles, sans rien connaître les uns des autres. Une comédie douce amère qui montre donc notre solitude moderne, le culte de la performance, et la mise au rebut des gens qui ne rentrent pas dans le moule. Seules les femmes me paraissent fréquentables : Marina Foïs qui soutient son mari en dépression, est fière de lui et le défend face aux moqueries des autres (être chômeur et pratiquer un sport de gonzesse, c'est pas viril). Leïla Bekhti en fauteuil roulant qui conserve une combativité phénoménale, Virginie Efira qui cache ses fragilités et ses amours déçues.
Malgré un discours bisounours assez convenu (il faut accepter les différences, se dépasser, croire en ses rêves, tout peut arriver, etc) on plonge avec plaisir dans Le grand bain.