16/02/2014

A la télé cette semaine : Photo obsession, Les sentiers de la gloire...

photo obsession.jpgCe soir, côté thriller, Numéro 23 propose Photo obsession de Mark Romanek (déjà cité ici).  Robin Williams est bien loin de ses personnages sympathiques, farfelus ou paternalistes de Madame Doubtfire ou du Cercle des poètes disparus. Ici, il incarne un employé de labo photo glacial et inquiétant. En secret, il est obnubilé par une famille à l’apparence idéale, dont il tire tous les clichés en double pour les conserver. Jusqu’au jour où il découvre des photos du père en flagrant délit d’adultère…
 
the town.jpgPolar toujours sur HD1, avec The town de Ben Affleck, meilleur réalisateur qu’acteur. Ce n’est pas qu’il joue mal, mais je le trouve fade avec sa gueule trop parfaite et lisse. L’histoire de The town se situe dans un quartier sordide de Boston. Des bandits attaquent une banque et l’un d’eux tombe amoureux de la directrice (Rebecca Hall). Amour impossible, difficulté d’échapper à sa condition… Le scénario est très classique, mais se suit sans déplaisir. Je préfère cependant le précédent film de Ben Affleck, Gone baby gone, plus approfondi, mais il faut dire qu’il est inspiré d’un livre de Dennis Lehane (Shutter island et Mystic river).
Sur RTL9, mêlant polar et science fiction, Bienvenue à Gattaca est une excellente réflexion sur l’eugénisme et ce qui définit un être humain…

compères veber.jpgSi vous préférez rire ce soir, France 4 programme un classique de la comédie populaire française : Les compères de Francis Veber. Avec l’incontournable duo mal assorti François Pignon / Pierre Richard et Gérard Depardieu.
Sur France2, Burn after reading, une comédie mineure des frères Coen, mais on ne rate pas un film de ces réalisateurs, surtout réunissant Georges Clooney et Brad Pitt. (D’ailleurs, j’ai des chaussettes noires où il est inscrit « I ♥ Brad, et sur l’autre paire I ♥ George (je n’en ai pas trouvé avec Michael Fassbender ou Ryan Gosling) (ou Paul McCartney).

Arte entame un cycle sur la première guerre mondiale avec La grande illusion de Renoir, avec Jean Gabin et Pierre Fresnay. Réunis dans un camp de prisonniers, des soldats français fraternisent malgré leur différence de classes sociales. Un aristocrate sympathise même avec son geôlier allemand du même rang. Mais la guerre qui abolit les différences n’est qu’une illusion…

sentiers de la gloire.jpgMais le film sur la guerre qui m’a le plus bouleversée est incontestablement Les sentiers de la gloire de Kubrick, qu’Arte diffuse lundi soir. Inspiré de faits réels, ce film de 1957 a été interdit en France pendant 18 ans. Sur le sujet, si vous êtes sur Paris, je vous conseille fortement l’exposition gratuite à l’hôtel de ville sur les fusillés pour l’exemple. Tandis qu’au même endroit, l’expo photo de Brassaï demandait 1heure de file d’attente, j’étais seule à m’intéresser aux injustices de la grande guerre, bientôt rejointe essentiellement par des personnes de plus de 75 ans. Pourtant ce travail de mémoire est indispensable et les archives déchirantes (on poussait le cynisme jusqu’à faire payer les frais de l’exécution par la famille des fusillés : 12,50 francs.)

Détendons nous mardi avec un film d’aventures sur M6. Après la diffusion de la saga Star wars (je vous ai dit que j’avais travaillé sur une convention Star wars, entourée de père de famille de 50 ans déguisés en soldats de l’empire galactique ?) J’ai également assisté à l’avant première de l’expo Star wars qui ouvrira ce week-end, où l’on peut découvrir selon notre profil psychologique quel personnage de la série est notre mentor : pour moi, l’indépendant et intrépide Han Solo, qui est surtout comme on m’a dit « le plus cool » (évidemment, pour ça que je lui ressemble, m’enfin). On retrouve l’irrésistible Pap… Harrison Ford♥ ce soir dans Les aventuriers de l’Arche perdue, même si le troisième volet d’Indiana Jones reste mon préféré, avec le tendre conflit entre le fils et son père Sean Connery.

Mercredi Arte diffuse un film curieux et sensible, Tomboy, l’histoire d’une fillette qui se fait passer pour un garçon.

Côté série, Jeudi sur Canal+, suite de Homeland, et reprise de Working girls. Pour ne plus en être une, j’aimerai être payée pour écrire ce blog ! Vendredi sur D8, Call the Midwife, série émouvante, inspirée des mémoires d’une sage femme dans un quartier pauvre anglais.

Et vous, qu’avez-vous vu cette semaine ? Appréciez vous ces films ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

15/02/2014

Papillote agent secret

cornerback.jpg« Trouvez le point de rdv du 21 janvier 20h : 2582 62727283 »
Alors, avez-vous déchiffré le code ?

Je pense d’abord aux lettres de l’alphabet : 2= la 2ème lettre : B ; 5 = la 5ème lettre : E. BE, ça commence bien, 4 lettres : « beau …? »
8=H…
BEHB FBGBGBHC
Non, ça ne doit pas être ça…
Les lettres de l’alphabet en le prenant à l’envers ?
YVSY UYTYTYSX
Bon, laissons tomber l’alphabet.

Reprenons le premier message : « la somme de toutes vos peurs » Il faut additionner les chiffres ? 2+5+8+2 =17 ? La 17ème lettre de l’alphabet, Q ? puis 37. euh, la 37ème lettre de l’alphabet ? De la langue de Krypton ?
Les touches du téléphone peut-être ?
Oh là là, on compte trois lettres par numéro !
2 = ABC, 5 = JKL 8= TUV 2= ABC
AKUC, BLUB, CKTA… pfouhh, ça correspond à rien… Je regarderai demain, car je ressors pour un autre rendez-vous. Je suis peut-être agent secret, mais j’ai surtout une vie sociale et culturelle chargée.

Le lendemain, samedi midi, nouveau message. Décidément, les agents secrets n’ont pas de week-end !
« bravo à ceux qui ont « craqué » le code. Vous pourriez être de brillants analystes financiers. Pour les autres, voici un nouvel indice : George et Franklin vous indiqueront la voie. Rendez-vous mardi à 20h agent ! »

Ah ben voilà, c’est bien des Américains. George Washington et Franklin Roosevelt. J’ai rendez-vous aux Etats-Unis, mémé va devoir prendre l’avion. Bah bravo. Je suis phobique de  ce truc qui vole sans battre les ailes, et en plus, mardi Arte passe un super film à la télé, ce serait dommage de rater ça.
George et Franklin, ce ne serait pas plutôt les stations du métro parisien… Tout de suite, mémé est plus rassurée. Le métro, je connais. Mais c’est qu’il s’en passe des choses entre ces deux stations des Champs Élysées… Je ne suis pas plus avancée.

Le soir, nouveau message. M’enfin, il me lâche pas ce Cornerback !
« Bravo aux agents qui ont découvert le point de rdv cet après-midi. Pour les agents encore en réflexion sur le lieu de rdv, voici le dernier indice : lat. 48.869857 long 2.305938 »
Des coordonnées GPS ? Mais Mémé n’a pas de voiture ! On peut les taper sur Internet ? Je ne suis pas chez moi (au cinéma pour Blue Jasmine) et bien sûr, j’ai difficilement accès à Internet depuis mon téléphone portable.
Comme toujours, I get by with a little help from my friends, I’m gonna try with a little help from my friends. Une amie tape les coordonnées sur Mappy et trouve le lieu : Le club Marbeuf, un cinéma privé sur les champs élysées.
Pour écrire cet article, je tape moi-même les coordonnées sur Mappy : je tombe sur « Caravaning du pré des Moines » à Saint Leu en Picardie. Pas le même niveau. Papillote, définitivement agent secret efficace. Comptez sur moi pour sauver le monde.


Suite demain

Petit quiz  On connaît la chanson en anglais

Rendez-vous sur Hellocoton !

13/02/2014

Papillote sauve le monde (suite)

cornerback.jpgUn téléphone portable, attendre les instructions, j’ai été activé… Pas de doute, je suis agent secret.
Évidemment, ça coule de source. Mémé est nulle en nouvelles technologies (je rappelle que je ne parvenais même pas à allumer le téléphone). Mémé est connue pour son calme et son sang froid indéniables. Je n’ai peur de rien. Je ne me pose jamais de questions, je préfère l’action. Rapidité, efficacité, perspicacité me caractérisent. La discrétion aussi. Je ne compte que sur moi-même, je n’ai pas du tout téléphoné immédiatement à tous mes amis pour leur demander leur aide ou leur annoncer la nouvelle « tu sais quoi ? Je suis agent secret ! Tu le dis pas hein ! »
Bref, Papillote, le parfait espion.

Mémé se cale devant le film d’après-midi d’Arte, s’endort devant comme souvent, puis est soudain réveillée par une sonnerie stridente. Je fais un bond de 3 mètres (faut ménager le cœur des vieux, voyons !) reprends mes esprits (où suis-je ? dans quel état j’erre ? qu’est ce que c’est que ce bin’s ?) et je comprends que le son désagréable provient du mystérieux téléphone…
« Vous avez un message ». Expéditeur : Cornerback. Je l’ouvre :
« Danger immédiat. Octobre rouge vous paraît bien loin, mais il va falloir tout de même affronter la somme de toutes vos peurs. Attention aux jeux de guerre entre agents ! »
Octobre rouge, la révolution bolchevique de 1917 ? C’est loin en effet. Le krach boursier en octobre 1929 ? Ou 87 ? Mais c’était pas plutôt octobre noir ?
« Danger immédiat. » « Toutes vos peurs.. » Mais c’est qu’il me ferait peur ce Cornerback !

« Jeux de guerre entre agents ». Quels agents ? Parce qu’on est plusieurs ? Je ne suis pas l’unique élue de Cornerback ? (étonnant !) Je regarde le répertoire du téléphone. Je trouve, en plus de Cornerback, 50 personnes : agent numéro 1, agent numéro 2… Mais qui sont ces gens ?! Je ne vais quand même pas leur téléphoner :
(voix guillerette) : - Bonjour ! Un anonyme m'a envoyé un portable par la poste et il avait votre numéro dedans ! Vous êtes qui ? Moi, qui je suis ? Pap… ah non j’ai pas le droit de le dire… un agent… euh lequel… »
Je vérifie les numéros. Je n’en connais aucun et ne retrouve pas le mien.

Je pars au cinéma voir Django unchained, et à mon retour, je regarde le portable. J’ai un nouveau message :
« Déchiffrez le code :
Trouvez le point de rdv du 21 janvier 20h : 2582 62727283 »

Suite demain

P.S : je fais la neuneu, mais en fait j’avais deviné de quoi il s’agissait dès l’ouverture de l’enveloppe…

Rendez-vous sur Hellocoton !

11/02/2014

Papillote sauve le monde

cornerback.jpgJ’ouvre la boîte aux lettres : « Courrier non distribué, personne absente »
J’étais chez moi mais le facteur ne prend pas la peine de sonner, ce serait trop simple. « Lettre trop volumineuse. » M’enfin, qu’est ce que c’est ?
Je ne peux pas retirer mon colis énigmatique le jour même, j’ai donc tout le loisir de me poser des questions et de me faire des films (ma spécialité).

Le lendemain matin, je me rends enfin à la poste. On me tend une grande enveloppe… noire. Couleur étrange  pour du courrier ! Mauvais présage ? On m’annonce un décès ? La lettre ne comporte pas d’expéditeur... L’esprit toujours romanesque, je fais durer le mystère en n’ouvrant pas l’enveloppe immédiatement, attendant d’être rentrée chez moi. Je tâte le paquet pendant le trajet. Je sens deux objets rectangulaires, un plus léger que l’autre… Qu’est ce que ça peut bien être… J’insiste… et là, rentrée dans l’immeuble, en palpant l’un des rectangles, un léger « bip ! » retentit. Sous la surprise, je manque une marche de l’escalier. Paquet noir, le bip : on m’envoie une bombe ! En fait, je pense plutôt à un jouet pour enfant. Ca tombe bien, j’en cache 10 dans mon frigo.

Je rentre chez moi, m’installe confortablement, et ouvre enfin l’enveloppe… J’en sors un téléphone portable, son chargeur, et une carte :
« Call Cornerback, you’ve got 85 seconds »
On veut ma peau ! Ça va exploser !
Pourquoi un message en anglais ? Cornerback, ça ne désigne pas un joueur de football américain ? Que me veulent les amerloques ? Je connais rien à ce sport moi !
Je regarde le téléphone : « code pin. Reste deux essais. »
Faut que je trouve le code en plus ? Qu’est ce que ça peut être, 007 ? Ah non, faut 4 chiffres.
Déjà 30 secondes de passer là, je vais mourir !
Je tente l’appel à un ami. Enfin, le sms.
« Ben, fais 0000 »
Ah oui… Je rappelle que mémé est nulle en nouvelles technologies. J’ai un portable seulement depuis 2007, que je n’ai changé qu’une seule fois quand il a rendu l’âme, et j’attends que le second fasse de même (je suis écolo moi, je ne remplace les appareils que lorsqu’ils ne fonctionnent plus) (c’est aussi parce que je mets des mois à comprendre leur mode d’emploi et découvre des années après des options sur mon téléphone) (sinon, j’ai 36 000 points valables chez mon opérateur, de quoi reprendre 2 ou 3 portables gratuits) (d’accord, j’arrête les parenthèses et retourne à mon sujet).

Je tape le 0000. Bingo, ça fonctionne !
Je manipule péniblement l’objet (mémé, toujours) trouve enfin le Corneback dans le répertoire, et l’appelle.
Les 85 secondes sont passées depuis 3000 ans, mais rien n’a explosé.
Ca sonne dans le vide. Je vais raccrocher, lorsqu’à la 5ème sonnerie, le message vocal d’une femme se fait entendre :
« Vous avez été activé. Tenez vous prêt. Attendez les instructions. »
Oh purée, ça y est, mémé est agent secret !

Suite demain

Rendez-vous sur Hellocoton !