Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2019

Quiz littérature : les réponses

jaime lire livre.jpg1 ) Associez ces débuts de romans avec leurs auteurs :
a) "Mr et Mrs Dursley, qui habitaient au 4, Privet Drive, avaient toujours affirmé avec la plus grande fierté qu’ils étaient parfaitement normaux, merci pour eux."
b) "Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."
c) "Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi."
d) "C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles."

a- Jean-Jacques Rousseau, Les confessions
b- Jane Austen, Orgueil et préjugés
c- JK Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers
d- Albert camus, L'étranger
Réponse
: a)c / b)d / c)a / d)b

2 ) Quel auteur français est considéré comme le chef de file du courant naturaliste en littérature, qui dépeint la société avec plus de précisions encore que le réalisme dont il dérive ?
a)
Réponse : a)
 
3) Associez ces vers au poète qui les a composés :
a) Les sanglots longs des violons de l’automne
Blessent mon cœur d’une langueur monotone.
b) Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
c) Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
d) La sottise, l’erreur, le péché, la lésine
Occupent nos esprits et travaillent nos corps 
Et nous alimentons nos aimables remords
Comme les mendiants nourrissent leur vermine. 
 
a- Baudelaire
b- Victor Hugo 
c- Paul Verlaine
d- Lamartine
Réponse : a)c / b)d / c)b / d)a
 
4) Jean-Baptiste Poquelin est le véritable nom de :
a) Corneille
b) Molière
c) Racine
d) Papillote
Réponse : b) Molière
 
5) Qui est cet auteur ? 
Il naît en 1864, d'un père républicain et anticlérical et d'une mère catholique et bigote. Celle-ci reporte le mépris qu'elle éprouve pour son mari sur son fils, et finira par se suicider en se jetant dans un puits. Le fils racontera le calvaire que lui a fait subir sa mère dans un livre qui deviendra célèbre. L'auteur est aussi connu pour ses pensées, comme "écrire, c'est une façon de parler sans être interrompu". Il est considéré comme  « un Montaigne minuscule dont La Bruyère aurait affûté le style »
Il s'agit de : 
a) Alphonse Daudet et son livre Le petit chose
b) Guy de Maupassant et Une vie
c) Jules Renard et Poil de Carotte
Réponse
c) Jules Renard 
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

14/09/2019

Bilan culture : les films d'horreur

cinéma, cinéma fantastique, films d'horreurCoup de cœur :
- Les bonnes manières Juliana Rojas et Marco Dutra
Une infirmière solitaire est embauchée par une jeune femme riche et exubérante, pour l'aider avant son accouchement. Alors que les deux femmes apprennent à se connaître et s'apprécier, la future maman est prise de crises de somnambulisme...
Un film étrange et fantastique dans les deux sens du terme. Prix du jury et prix de la critique amplement mérités au festival de Gérardmer. Voir ici la bande annonce.

- Mr Babadook de Jennifer Kent
Le mari d’Amélia est mort alors qu'elle était enceinte de leur enfant. Depuis, elle ne parvient pas à aimer ce fils qui lui rappelle le défunt. Le petit, sentant le rejet et l'angoisse de sa mère, est très perturbé. Alors qu'il a 6 ans, il se persuade que le monstre de son livre de contes, monsieur Babadook, hante leur maison. Sa mère rentre dans son délire.
Un film d'horreur psychologique original et émouvant, à l'esthétique soignée. Par certaines de ces attitudes, le gamin m'en a rappelé d'autres que j'ai connus, dans la lune, agressifs, "TDAH hyperactifs" (le terme à la mode)... Et chaque fois, comme dans le film, c'était les parents (surtout la mère !) qui étaient plus névrosés que le gosse. Ces enfants éponges hypersensibles aspirent le mal-être de leurs parents, et c'est d'abord eux qu'il faudrait traiter. Au lieu de développer l'originalité de ce sujet, le film se perd dans une classique histoire de possession et de maison hantée, qui ne fait pas vraiment peur. Dommage.

- Dans la brume de Daniel Roby 
cinéma, cinéma fantastique, films d'horreurAprès un séisme, un gaz toxique mortel est libéré des entrailles de la terre et envahi la capitale. Un couple a juste le temps de se réfugier en hauteur dans l'appartement des voisins. Leur fille, une enfant-bulle, est restée prisonnière deux étages plus bas. Comment survivre sans contact avec l’extérieur, sans électricité ?
Un scénario original, et surtout, des dialogues bien écrits, presque littéraires, qui font plaisir à entendre. Dommage que les enjeux de l'histoire ne soient pas plus poussés, mais une bonne surprise, qui montre qu'en France aussi, on peut faire de la SF. Après ça reste un film français, donc assez mal joué, avec le sourire de demeuré de Romain Duris, mais le personnage du vieillard philosophe est joué par Michel Robin, éternel second rôle qui aurait mérité un jour une tête d'affiche...

- Conjuring de James Wan
- Insidious 1 et 2 de James Wan
Le réalisateur de Saw livre encore des films d'horreurs classiques mais diablement efficaces. Grace à la mise en scène parfaitement maîtrisée, on se laisse avoir par les pourtant attendues portes qui claquent, bruits hors champs, apparitions soudaines... La fin de Conjuring vire à une surenchère un peu grand guignol, avec de l'humour (les inévitables seconds rôles poltrons et maladroits) mais l'angoisse ne faiblit pas. La fin de Insidious, très inventive, presque psychédélique, vire au cauchemar éveillé. Avec James Wan, l'angoisse est au rendez-vous.

- Ça de Andy Muschietti 
Déception ! Alors que le téléfilm a traumatisé mon adolescence, le film décide de couper tout l’intérêt de l'histoire : alterner l'enfance des personnages puis l'âge adulte, pour voir leur évolution. Dans le premier volet, on ne les voit qu'enfants, et on a le fin mot de l'histoire (qui est "ça") très vite. Puis le film ne fait même pas peur, le clown est moins effrayant que celui du téléfilm de 1990, qui était pourtant kitsch !Je n'irai pas au ciné voir le chapitre 2, quand les personnages sont adultes, j'attendrai que le film passe sur Canal.

- La maison du diable de Robert Wise 
Un film culte qui m'avait terrorisée ado lorsque je l'avais vu au cinéma de minuit, mais il a bien vieilli depuis... Je préfère son adaptation dans la série the haunting of hill house (à lire en lien). La saison 2 va exploiter un autre film et roman que j'avais adorés, Le tour d'écrou d'Henry James, adapté au cinéma par Jack Clayton et son superbe film Les innocents.

Rendez-vous sur Hellocoton !

03/09/2019

Le quiz de la rentrée : littérature

jaime lire revolution.jpgCerveau ramolli par l'inactivité des vacances ? Par le rosé et les bières des barbecues ? Par les insolations ? Ou à l'inverse, par l'inintérêt de votre travail et vos collègues ? Le retour des quiz est là pour vous réveiller !
 
1 ) Associez ces débuts de romans avec leurs auteurs :
a) "Mr et Mrs Dursley, qui habitaient au 4, Privet Drive, avaient toujours affirmé avec la plus grande fierté qu’ils étaient parfaitement normaux, merci pour eux."
 
b) "Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."

c) "Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi."

d) "C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles."

a- Jean-Jacques Rousseau, Les confessions
b- Jane Austen, Orgueil et préjugés
c- JK Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers
d- Albert camus, L'étranger

2 ) Quel auteur français est considéré comme le chef de file du courant naturaliste en littérature, qui dépeint la société avec plus de précisions encore que le réalisme dont il dérive ?
a)
 
3) Associez ces vers au poète qui les a composés :
a - Les sanglots longs des violons de l’automne
Blessent mon cœur d’une langueur monotone.
 
b - Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
 
c - Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
 
d - La sottise, l’erreur, le péché, la lésine
Occupent nos esprits et travaillent nos corps 
Et nous alimentons nos aimables remords
Comme les mendiants nourrissent leur vermine. 
 
a) Baudelaire
b) Victor Hugo 
c) Paul Verlaine
d) Lamartine
 
4) Jean-Baptiste Poquelin est le véritable nom de :
a) Corneille
b) Molière
c) Racine
d) Papillote
 
5) Qui est cet auteur ? 
Il naît en 1864, d'un père républicain et anticlérical et d'une mère catholique et bigote. Celle-ci reporte le mépris qu'elle éprouve pour son mari sur son fils, et finira par se suicider en se jetant dans un puits. Le fils racontera le calvaire que lui a fait subir sa mère dans un livre qui deviendra célèbre. L'auteur est aussi connu pour ses pensées, comme "écrire, c'est une façon de parler sans être interrompu". Il est considéré comme  « un Montaigne minuscule dont La Bruyère aurait affûté le style »
Il s'agit de : 
a) Alphonse Daudet et son livre Le petit chose
b) Guy de Maupassant et Une vie
c) Jules Renard et Poil de Carotte

Rendez-vous sur Hellocoton !

01/09/2019

Bilan culture : les comédies dramatiques

comédie dramatique,monty python,cinéma- La mort de Staline de Armando Iannucci 
Comment les camarades du tyran se sont écharpés, le cadavre à peine refroidi, pour obtenir le pouvoir. C'est drôle, mais triste et affligeant, puisque tout est vrai. Un humour très noir donc, un film à voir si on garde foi en l'humanité (ou si l'on est sous Prozac). Evidemment, le film est interdit en Russie. Steve Buscemi, habitué du genre avec ses rôles chez les frères Coen, est parfait en Khrouchtchev. On retrouve aussi avec plaisir Michael Palin des Monty Python. Le réalisateur a aussi proposé d'autres comédies politiques corrosives que j'avais appréciées, In the loop et la série Veep. Voir la bande annonce en lien.
Armando Iannucci précise : "Ils ont dû refaire le concert qu’on voit au début du film car il n’y avait pas d’enregistrement et Staline en voulait un – c’est véridique. Staline a mariné dans une flaque d’urine car ses propres gardiens étaient trop terrifiés pour entrer dans la pièce – véridique. Ils ont hésité sur quel médecin prendre car il craignait qu’on l’empoisonne – véridique. Staline ne se couchait pas avant 4h du matin et convoquait le Politburo dans sa datcha à 22h pour un énorme repas et les regardait devenir de plus en plus soûls alors que lui-même buvait des boissons diluées à l’eau – véridique. C’est comme s’il voulait voir comment ils se conduiraient devant lui." L’histoire de cet homme qui, avec le Politburo, a fait régner la terreur sur l’Union soviétique pendant plus d’une génération, a été victime d’une attaque cérébrale et dont tout le monde s’est mis à vouloir le poste pendant son invalidité, a l’air d’une fiction intégrale, mais est absolument véridique. Les brutalités, typiques du système soviétique de l’époque sont, elles encore, véridiques."

- Jeff who lives at home de Jay et Mark Duplass
Jeff-Who-Lives-At-Home-03.jpgJeff est un Tanguy qui vit toujours chez sa mère. Un jour, il reçoit un appel téléphonique étrange. Il le prend pour un signe du destin l'invitant à enfin sortir de chez lui et reprendre contact avec le monde extérieur, en commençant par son frère.
Une comédie très touchante, décalée et mélancolique, que j'avais déjà vue et qui m'avait marquée, ce qui est rare. Elle traite des gens trop sensibles et inadaptés au monde réel, des illusions et de l'amour perdu. Elle tient beaucoup à la sympathie qu'inspire les personnages : Jason Segel retrouve son rôle de nounours  de How I met your mother, Ed Helms de type coincé rigide et trop conformiste de The office ou Very bad trip, largué par sa femme car il manque justement d'humour. Les réalisateurs ont depuis signé la série Togetherness, dans la même veine (à lire en lien).

Rendez-vous sur Hellocoton !