Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Bilan je suis culturée 2016 (je sais, on est en mars)

cinéma,séries,concerts,expo,sorties à paris,livres,littératureJ'ai une réputation à tenir : je suis toujours à la pointe de l'actualité. Vous pouvez vérifier ici ou : chaque année, je fais mes bilans culturels à cette période. L'année dernière, je n'ai même pas pris la peine de l'écrire... En un an entier, j'ai presque vu ce que je voyais en un mois seulement les années précédentes. En 2014, j'ai été voir 79 films au cinéma, et en 2016, 24... Ce n'était pas simplement une année d'hibernation, c'est aussi parce que j'ai arrêté de noter mes sorties depuis plus de 6 mois. Et comme mémé Alzheimer ne se rappelle plus de ce qu'elle a vu comme film la veille, j'ai dû oublier la moitié de mes sorties 2016... Voici ce dont je me souviens : 

24 Films au cinéma :

Coups de cœur :
- Merci patron ! de François Ruffin. César du meilleur film documentaire 2016
- Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent. César du meilleur film documentaire 2015

A voir :
cinéma,séries,concerts,expo,sorties à paris,livres,littérature- Zootopie par Byron Howard et Rich Moore
- Le garçon et la bête de Mamoru Hosoda
- Les animaux fantastiques de David Yates
- The revenant de Alejandro Gonzalez Inarritu
- Midnight special de Jeff Nichols
- Deadpool de Tim Miller
- Comme des bêtes de Chris Renaud et Yarrow Cheney

- Les saisons de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud
- Money Monster de Jodie Foster
- Tony Erdmann de Maren Ade
- Cigarettes et chocolat chaud de Sophie Reine
- Star Wars le réveil de la force de JJ Abrams 
- Star Wars, Rogue one de Gareth Edwards

Pourquoi pas :
- Carol de Todd Haynes
- Ave César ! des frères Coen
- Docteur Strange de Scott Derrickson
- Un homme à la hauteur de Laurent Tirard
- Arrête ton cinéma ! livre de Sylvie Testud et film de Diane Kurys

cinéma,séries,concerts,expo,sorties à paris,livres,littérature- La tour 2 contrôle infernale de Eric Judor
- Pattaya de Franck Gastambide
- Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou
- Anomalisa de Charlie Kaufman et Duke Johnson
Prochain film prévu : Split de M. Night Shyamalan

11 concerts :

Coups de cœur :
- Michel Polnareff à Bercy (tournée interrompue... pour l'instant ?)
- Roger Hodgson (Supertramp) à l'Olympia. En tournée et le 27 mai au Grand Rex
- Alain Souchon et Laurent Voulzy au Zénith de Paris
- Louise Attaque au Zénith de Paris
- Renaud au Zénith de Paris, toujours en tournée
- Tri Yann à l'Alhambra, toujours en tournée

- Ciné concert Le seigneur des anneaux, Palais des congrès
- William Sheller aux Folies Bergères
- Little Barrie à La flèche d'or
- Massive attack au Zénith de Paris
- Axelle Red, L'été frappé de Mâcon
Prochain concert prévu : Idan Raichel

9 spectacles et one men show :

Coups de Cœur :
cinéma,séries,concerts,expo,sorties à paris,livres,littérature- Les Franglaises, en tournée, retour à Paris en septembre
- Les Coquettes Le grand point virgule 
- Kyan Khojandi (Bref), Pulsions, à L'européen

A voir
- La dame blanche, théâtre du Palais royal, jusqu'au 30 avril
- La peur d'après Stefan Zweig, théâtre Michel, jusqu'au 30 avril

Pourquoi pas
- Kheiron, 60 minutes avec Kheiron, Le République
- Vincent Dedienne, S'il se passe quelque chose..., L'atelier
- Ariane Brodier, Mytho, Les feux de la rampe
- Olivier Guedj, J'ai deux fois 20 ans, un chirurgien dentiste fait son show

Prochain spectacle prévu : Camille Chamoux, l'esprit de contradiction


Rendez-vous sur Hellocoton !

06/03/2017

Le phénix tour de Renaud : Toujours debout, vraiment ?

phénix tour.jpgEn attendant les résultats, vous pouvez toujours jouer au quiz Renaud rebelle en lien ici.
Renaud s'est lancé depuis plusieurs mois dans une longue tournée qui porte bien son nom : Le phénix tour. Après ses déboires sentimentaux et surtout alcoolos, Renaud sort d'une longue dépression. Comme le phénix, il renaît enfin de ses cendres avec un nouvel album, sept ans après le précédent, Molly Malone. Je l'ai vu en concert en 2002, pour sa tournée faisant suite à son disque Boucan d'enfer, celui qui s'est le mieux vendu à ce jour : plus de deux millions d'exemplaires, avec des tubes comme Manhattan Kaboul ou Docteur Renaud, Mister Renard.

En 2002, j'avais déjà été frappée par la voix du chanteur : faible, éraillée, fausse. Je propose à mon frère d'assister au nouveau concert :
« - Ah non, laisse tomber ! Tu te souviens il y a 15 ans, t'imagines maintenant ? Si c'est pour qu'il ne puisse plus chanter, c'est pas la peine ! »
Je laisse tout de même le bénéfice du doute à l'artiste : si il ne ment pas, il démarre une deuxième vie non ? Il a retrouvé sa voix, son talent ? Alors, direction le Zénith de Paris.

En première partie, un petit gars seul avec sa guitare qui braille des chansons à texte, avec une gouaille et un béret très titi parisien. C'est à dire qu'il joue du Renaud, mais en moins bien, surtout qu'on ne le connaît pas. On va écouter le même style de musique avec Renaud pendant 2h40, pourquoi en rajouter avec cette première partie ? On se doutait qu'il n'allait pas faire du hard rock ou de la musique classique, mais tout de même, exactement la même chose… Les textes sont certainement très bien, mais comme Renaud, la mélodie n'est pas recherchée, le mec est tout seul avec sa gratte : c'est répétitif. Puis nous on est venu voir Renaud, pas cet inconnu. Le flop assuré pour ce brave gars.
Il part au bout de 35 minutes, et une demi-heure plus tard, le temps d'installer les instruments, Renaud arrive enfin, sous les acclamations de la foule. Il commence traditionnellement par une chanson du dernier album, emblématique de sa tournée phénix : Toujours debout :

renaud concert.jpeg« Toujours vivant
Euh pardon ? Ce faible râle de zombie, toujours vivant ? T'es sûr ?
- Rassurez-vous
Ah ben non, pas trop là justement
- Toujours la banane
Il tire une tête de dix pieds de long, il n'a pas l'air content d'être là. Il parle à peine à son public. Il est surtout intimidé et pudique, gêné par les regards posés sur lui et l'admiration qu'on lui porte, comme si il ne la méritait pas. Il n'entre pas en communion avec ses fans, trop peu d'interactions, dommage.
- Toujours debout, je suis retapé, remis sur ses pieds, droit sur mes guibolles, ressuscité
Alors déjà que t'avais les jambes arquées… Tu ressemblais à un cow-boy comme Lucky Luke, mais là tu ploies plutôt sous le poids de ta grosse bedaine qui pendouille sur ton jean.
- Tout ceux qui tombent autour de moi, c'est l'hécatombe, c'est Guernica
Oui, j'avais l'occasion d'alimenter ma rubrique nécrologique, après les morts de Bowie, Delpech, Prince…
Tout ceux qui tombent, tombent à tour de bras, et moi je suis toujours là
Je me demande justement si il va tenir jusqu'à la fin du concert, et si il va pouvoir finir sa tournée de plusieurs mois… Mais pépé limite ses efforts : il ne se trémousse pas (on a pas trop envie de voir son ventre flasque remuer non plus). Pour la voix, il est secondé par des musiciens, ou le public. Les fans connaissent par cœur les paroles, et Renaud n'a même plus besoin de chanter. On lui fait une fleur en fait : « écoute mon petit vieux, repose-toi, t'en as bien besoin. On va faire comme si on avait pas entendu le carnage, on va chanter à ta place pour couvrir ta voix fausse et faiblarde. »
- Il est pas né, ou mal barré le crétin qui voudrait m'enterrer
C'est pas l'objectif du gars de ta première partie, ton imitateur ? Ah tu fais la technique du Parrain en fait : « sois proche de tes amis, mais encore plus proche de tes ennemis ? » Tu gardes un œil sur le chanteur qui veut te remplacer ?
- Je fais plus les télés, j'ai même pas internet, arrêtez de parler aux radios, aux gazettes
Plaît-il ? Qui a vanné à longueur d'interview Polnareff qui lançait sa tournée en même temps que lui ? (voir ici mon article sur le concert) « eh ben moi je vends plus de places que lui, na » ici quelques preuves dans mon billet en lien, comme :« Polnareff, je crois que les gens s’en foutent un petit peu, si j’en juge le nombre de locations pour ses concerts, qui sont annulés à tour de bras, ses ventes de disques, qui sont plus que moyenne, moi j’ai déjà 380 000 précommandes ».

- Ils m'ont cru disparu, on me croit oublié
Bien sûr que non ! Tes chansons m'accompagnent chaque jour pour illustrer mon quotidien. Au boulot, à un collègue hargneux : « toi tu me fous les glandes, puis t'as rien à foutre dans mon monde » A un ami qui subit une rupture :  « Mais Manu vivre libre, c'est souvent vivre seul, ça fait peut-être mal au bide, mais c'est bon pour la gueule »
- Dites à ces trous du cul que je continue de chanter
Eh bien…ce ne serait pas l'âge de la retraite ? Enfin tu te contenterais d'écrire les textes, puis après tu les refiles à, je sais pas, le petit gars qui faisait ta première partie ? Il avait encore de la voix lui. Nous on est ravis de te voir, d'entendre tes chansons… Mais ça nous fait de la peine d'écouter ce que ta voix est devenue.
- Et puis tous ses chasseurs de prime, paparazzis en embuscade
Qui me dépriment et qui n'impriment que des ragots, que des salades
Fallait pas chanter ça ! Je vais vérifier maintenant ce qui a bien pu lui arriver. (je vous laisse un instant pour lire la presse people sur Internet) Hum je reviens, non, c'est petit c'est mesquin, je n'ai pas envie de parler de ça.
- Toutes ces rumeurs sur ma santé, on va pas en faire une affaire
Ah non ! Hors de question que tu t'inscrives dans ma rubrique nécrologique t'as compris !
- Et celui qui n'a jamais titubé me jette la première bière
Bizarrement il ne s'est pas retrouvé aspergé de 4000 litres d'alcool en chantant cette phrase. Je lui aurai bien lancé ma bière que je tenais à la main, mais elle m'avait coûté cher et je collectionne les gobelets illustrés du Zénith (j'en suis à 7)
- Mais je ne vous ai jamais oublié, et pour ceux à qui j'ai manqué
Vous les fidèles je reviens vous dire merci, vous m'avez manqué vous aussi. »


renaud concert public.pngCommencer par Toujours debout… Choix risqué. Dès les premières notes, on se regarde effrayés avec mes amis : Qu'est-ce que c'est que cette voix de poivrot ? Cette dégaine de vieux croulant, ce dos voûté, ces pieds qui traînent ? Il est où le pimpant jeune homme droit dans ses santiags, le rebelle les poings dans les poches ?
On a peur. Oh là là, qu'est-ce que ça va donner… Mais au bout de la troisième chanson, on s’habitue à cette voix, puis les choristes et le public le tirent d'affaire. Renaud enchaîne les tubes, et c'est avec joie que je reprends en chœur les airs de mon enfance « Marche à l'ombre » « Dès que le vent soufflera » « marchand de cailloux ».
Je suis émue lorsqu'il entonne ma chanson préférée et que tout le public la chante à plein poumons comme moi : « Eh Manu rentre chez toi, y a des larmes plein ta bière... » mais aussi « Pierrot mon gosse, mon frangin mon poteau mon copain tu me tiens chaud, Pierrot » « ma gonzesse, celle que je suis avec, ma princesse, celle que je suis son mec » Je m'arrache la voix en chantant le plus fort possible « ya un mariole, l'a au moins 4 ans, il veut te piquer ta pelle et ton seau, ta couche culotte avec tes bonbecs dedans, Lolita, défends-toi, fous-y un coup de râteau dans le dos ».

Renaud entonne la chanson élue comme la préférée des Français : Mistral gagnant. Et celle que lui préfère : En cloque, certainement parce qu'elle lui rappelle de bons souvenirs, lorsque sa femme était enceinte de Lolita.
A ce moment-là, le chanteur bascule dans le concert intimiste. Il nous annonce que toute sa famille est présente dans le public, comme « son beau fils chéri » Renan Luce, le chanteur de La lettre. Le père trop protecteur avait pourtant taclé dans la presse ce type qui voulait suivre ses traces et qui a réussi à lui piquer sa fifille.
Comme tous ses proches sont présents ce soir-là, il se lance dans des hommages. Une chanson pour sa fille, puis pour pas faire de jaloux, une pour son fils, une pour son beau fils, une pour son ex… Si on connaît tous Morgane de toi pour Lolita, on connaît beaucoup moins Malone et les autres. J'ai l'impression d'assister au concert privé d'une réunion de famille autour du sapin de noël. Tu vas chanter sur le voisin, ton chien aussi ? Presque, il évoque Germaine, La mère à Titi, Tonton, Les bobos… Le concert dure 2h40, avec ces 40 minutes de trop. Auxquelles il faut rajouter les 30 minutes de la première partie…

Renaud est un parolier, pas un mélodiste, et enchaîner avec le même ton des chansons méconnues devient vite lassant pour mes amis et moi, on a l'impression que les airs se ressemblent tous. Il présente surtout des chansons évoquant des personnes, peu de politique (voir mon quiz Renaud rebelle en lien ici). J'attends toujours Dans mon HLM et Miss Maggie
Ces dernières arrivent enfin. L'artiste a la bonne idée de finir sur un medley : comme ça tout le monde est content et a entendu au moins une partie de sa chanson préférée. Comme les airs se ressemblent et sont peu mélodiques, on est pas obligé de subir la litanie des couplets, un seul suffit.

En résumé, à part les 40 minutes de concert privé et la voix éraillée de Renaud, j'ai beaucoup aimé le concert et l'ambiance que mettait le public en reprenant toutes les chansons. Mais ça ne restera pas mon concert de l'année, je vous parle de celui-ci bientôt...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

22/02/2017

Quiz On connaît la chanson de Renaud, fin

renaud,chanson française,quiz on connaît la chansonVoir ici la première partie du quiz où Renaud chante l'amour.
Cette seconde moitié célèbre le chanteur révolté.
Retrouvez les titres de ces chansons :

1) Un côté blanc, un côté noir
Personne n’est tout moche ou tout beau
Moitié ange et moitié salaud
Et c’est ce que nous allons voir

2) Col en léopard, homologué chez SPA,
Monoï et Shalimar, futal en skaï comme Travolta
Qu'est-ce qu'elle vient nous frimer la tête ?
Non mais elle se croit au palace !
J’peux pas saquer les starlettes ni les blondasses

renaud_miss_maggie.jpg3) Car aucune femme sur la planète
Ne sera jamais plus con que son frère
Ni plus fière, ni plus malhonnête
A part peut-être...

4) J'espère au moins que là-haut
Y'a beaucoup moins de salauds
Tu nous laisses avec les chiens
Avec les méchants, les crétins

5) Je ferai le tour du monde
Pour voir à chaque étape
Si tous les gars du monde
Veulent bien me lâcher la grappe

6) Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant
Pulvérisés sur l’autel
De la violence éternelle

7) A chaque fois qu'il culbute une collègue de bureau
Ou qu'il va se faire une pute, ce ringard, ce blaireau
Il dit que c'est pas tromper, que c'est juste pour l'hygiène
Mais que si sa femme l'imitait, il l'assommerait à coups de beignes
Le jour où les cons seront cuisiniers, c'est lui qui préparera les sauces

8) Il se recrée l'Indochinerenaud lambert.jpg
dans sa petite vie de peigne cul
Sa femme sort pas de la cuisine
sinon il cogne dessus

9) Je sais, ton père est patron
Faut pas en faire un complexe
Le jour de la révolution
On lui coupera que la tête

10) Ils font la fête au mois de juillet,
en souvenir d'une révolution
qui n'a jamais éliminé
la misère et l'exploitation
Ils s'abreuvent de bals populaires,
de feux d'artifice et de flonflons,
ils pensent oublier dans la bière
qu'ils sont gouvernés comme des pions

11) Ma plume est un peu assassine
Pour ces gens que je n’aime pas trop
Par certains côtés j’imagine
Que je fais aussi partie du lot

12) Après moi qui viendra ?
Après moi c'est pas fini
On les a récupérés
Oui, mais moi on m'aura pas
Je tirerai le premier
et je viserai au bon endroit

J'ai chanté dix fois, cent fois
j'ai hurlé pendant des mois
j'ai crié sur tous les toits
ce que je pensais de toi

13) Mais je ne vous ai jamais oublié
Et pour ceux à qui j'ai manqué
Vous les fidèles, je reviens vous dire merci
Vous m'avez manqué vous aussi
Trop content de vous retrouver
Je veux continuer nom de nom
Continuer à écrire et à chanter
Chanter pour tous les sauvageons
 

A vous de jouer !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

20/12/2016

Cigarettes et chocolat chaud

CIGARETTES-ET-CHOCOLAT-320x454.jpgDenis Patar (Gustave Kervern) est un père atypique et débordé. Il se débat entre deux boulots, l'un dans une animalerie, l'autre dans un sex-shop la nuit. Depuis la mort de sa femme, il oublie son chagrin en travaillant énormément, mais il délaisse aussi ses deux filles, Janine, 13 ans, et Mercredi, 11 ans, qui s'élèvent seules. Comme il a encore oublié d'aller chercher la cadette à la sortie de l'école, un signalement est fait et une enquêtrice sociale (Camille Cottin, Connasse princesse des coeurs) passe à la loupe le quotidien de la famille. Pour garder ses filles et montrer qu'il est un bon père, Denis doit suivre un stage de parentalité et rentrer dans le rang... Voir bande annonce en lien.

 Vu le sujet, le film pourrait sombrer dans le mélo, mais il est en fait une comédie tendre et délurée dans le style de Little Miss Sunshine, avec une famille aussi farfelue. Les couleurs acidulées et l'univers fantasque et enfantin fait aussi penser à Wes Anderson, particulièrement Moonrise Kingdom où deux enfants tentent de se débrouiller seuls sur une île. Par la mélancolie des souvenirs égrenés, Cigarettes et chocolat chaud rappelle aussi Le premier jour du reste de ta vie. Et justement, la réalisatrice, Sophie Reine, dont c'est le premier film, est la monteuse du film de Rémi Bezançon.

cigarettes appart.jpgLe film est touchant car il est en partie autobiographique, comme la réalisatrice nous l'explique :
« Mon père s’est retrouvé seul à nous élever avec mon frère et ma sœur, j’ai eu envie de décrire cette vie là : un papa débordé qui cherche à protéger à tout prix ses enfants d’un monde « où les mamans et les cochons d’inde meurent sans prévenir ». J'ai un mal fou à situer la norme, peut-être parce que j’ai grandi dans un appartement à Paris avec un singe et une chèvre comme animaux de compagnie ! Chez les Patar, comme chez les Reine, on porte des chaussettes dépareillées, on va au boulot avec des fringues multicolores parce que les tutus fuchsia des unes ont déteint sur les pantalons crème des autres, on mange des chips au petit-déj... Bien loin des 5 fruits et légumes par jour et du régime sans gluten ! »

Pour sauvegarder l'innocence de ses filles et ne pas leur rappeler le décès de leur mère, le père s'évertue à cacher la mort de leur cochon d'inde, en n'hésitant pas à en teindre un nouveau pour qu'il est la même couleur que l'animal décédé. L'inverse de Jeux interdits en quelque sorte où des enfants donnent des sépultures aux animaux morts, comme pour remplacer le sort des humains tués par la guerre et qui n'ont pas de tombes.

Ces idées originales m'ont beaucoup fait rire. Comme la petite dont la tête est constamment couverte de poux, et qui les revend à ses camarades pour qu'ils puissent sécher l'école.
J'ai aussi adoré les idées poétiques, comme les fillettes qui élèvent des lucioles pour remplacer l'électricité. Mais les lucioles meurent très vite : encore une référence, cette fois à l'excellent film Le tombeau des lucioles où deux orphelins tentent de survivre pendant la guerre.

cigarettes acteurs.jpgJ'ai adoré Camille Cottin, toujours parfaite, aussi tête à claques que dans Connasse (voir mon article en lien). Son stage de récupération de points est délirant, et pourtant réel. On apprend à des parents très différents, débordés, trop laxistes ou autoritaires, à éduquer leurs enfants, en rejouant des scènes et appliquant à la lettre des principes qui ne peuvent pourtant pas être indiqués systématiquement. Ce qui donnent des scènes excellentes et très moqueuses, qui sonnent volontairement faux : l'enfant hurle, se roule par terre en cassant des objets. Je reste calme : « je me mets à la hauteur de l'enfant et je lui explique que je comprends son ressenti, qu'il a voulu exprimer sa colère, mais que mon sentiment est... »

Cependant les scènes moqueuses, les idées farfelues et poétiques font parfois place à des moments plus conventionnels et guimauves qui m'ont fait tiquer. Comme lorsque les deux filles jouent au bowling en éclatant de rire avec l’assistante sociale, ce qui fait penser à une pub pour bonbons ou jouets pour enfants « youpi, on est la famille idéale, on se marre trop ! » Ou bien lorsque le père et ses filles font une danse de la joie dans la rue. J'ai pensé : « M'enfin Gustave, toi l'auteur de Groland, de films trashs et subversifs comme Mammuth, Louise Michel ou Le grand soir (voir mon article), que viens-tu faire là-dedans ? » L'acteur nous l'explique lors d'une rencontre après la projection du film:
« Le genre de la comédie familiale est à l'opposé de mon style, et j'ai eu beaucoup de mal à faire la scène de la danse : je suis un punk rebelle moi ! »

C'est pourquoi j'ai trouvé que parfois Kervern n'était pas vraiment dans son rôle. Même si son allure de nounours planant sied parfaitement à son image de père à la ramasse, l'aspect plus gnangnan que le film prend parfois ne lui convient pas du tout. En revanche Camille Cottin est toujours excellente dans le rôle de l'emmerdeuse pète-sec. J'ai aussi trouvé que rajouter une maladie à l'une des filles était superflu et à la limite de verser dans le pathos.

Le titre du film m'a aussi chagrinée. Il est en fait tiré d'une chanson de Rufus Wainwright, Cigarettes and chocolate milk. Les personnages sont aussi fans de David Bowie, cité malicieusement par des clins d’œil (le cochon d'inde s'appelle Ziggy par exemple)
Cigarettes et chocolat chaud
Ce ne sont que quelques unes de mes dépendances
Tout ce que j'aime semble un peu plus fort
Un peu plus abondant, un peu plus nocif pour moi

Si vous avez aimé Little Miss sunshine comme beaucoup, que vous aimez l'univers extravagant de Wes Anderson, la nostalgie enfantine de Rémi Bezançon, courrez voir ce film, vous allez l'adorer !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !