Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2021

Calls, une série à voir

calls.jpgUne fois encore, je me suis lancée sans rien savoir de la série. J'ai donc été très surprise par le dispositif : pas d'images, juste des enregistrements sonores de conversations. Avec ce que racontent les personnages, on doit comprendre ce qu'il se passe. Pour moi qui ai beaucoup d’imagination, le dispositif a marché du feu de Dieu : je voyais les scènes comme si j'y étais, alors que sur l'écran, seuls les dialogues s'affichaient, au fur et à mesure.

De plus, je suis très sensible aux voix, aux bruits, et ce dispositif m'a fait le même effet que l'ASMR : les poils hérissés, des frissons dans le cerveau. J'étais littéralement scotchée. Aucun film d'horreur ne pourra surpasser mon imagination, et plus le film est démonstratif, avec un déluge d'effets spéciaux, moins je suis effrayée. Et avec Calls, j'ai eu tellement peur que j'ai dû rallumer la lumière. J'ai dévoré la première saison d'un coup (10X10 minutes) et me suis couchée à 3 heures sans pouvoir fermer l’œil. J'ai adoré.
J'avais hâte de découvrir la deuxième saison le lendemain, mais je lui ai trouvé moins de cohérence et de pertinence, avec trop de personnages. La troisième saison, et surtout son dénouement, m'a déçue. J'aurais préféré rester dans le flou. A côté la fin de lost semble un chef-d’œuvre.
Puis j'ai reconnu les voix particulières d'acteurs (Marina Foïs, Matthieu Kassowitz, Ramzy) et entendre l'ex robin des bois dans un registre dramatique a parasité mon appréciation.

série,mycanalTout semblait calculer pour un remake américain : un personnage est installé aux Etats-Unis, et les couples se disent "je t'aime" à tout bout de champ comme les amerloques. Ce détail n'a pas manqué d'être souligné par la parodie des Creustel.
Bingo, Hollywood a fait un remake, mais je n'ai tenu que 2 épisodes. Ces gros lourdauds n'ont pas pu s'empêcher d’être trop démonstratifs : mettre plein de couleurs, des spirales, des motifs psychédéliques, qui empêchent de se focaliser sur les paroles et d'imaginer les scènes : on se contente de regarder les dessins qui bougent.
Par exemple dans le premier épisode quasi identique, la version originale se contente de citer les noms des villes de Paris et New-York et compte sur l'intelligence des spectateurs pour comprendre. Les bourrins eux, expliquent tout : "Mais comment se fait-il que tu vois la même chose que moi dans le ciel, alors que je suis à New-York, et que toi tu es à San Francisco, donc à 5000 km ?"
Dans la version française, le spectateur doit faire l’effort de relier les histoires entre elles pour comprendre, la version américaine nous mâche tout sur un plateau, toute la magie s'envole.
Bref, je vous encourage vivement à regarder la première saison française, mais inutile de poursuivre les autres.

Rendez-vous sur Hellocoton !

26/04/2021

Strike, une série envoûtante

strike.jpgSuivant le conseil judicieux de Moviefreak, j'ai lancé la série sans rien en connaître. Inutile  : l'esprit de Strike est habilement délivré dès le générique. On comprend qu'on est tombé sur une série policière, un peu dans le style des polars des années 50 : les couleurs surannées, le héros tourmenté et mystérieux déambulant dans la ville, la nuit, le col relevé, le regard par en-dessous semblant épier, la cigarette négligemment fumée, ou bien sirotant sa bière, pensif. On le voit marcher au côté d'une femme magnifique. La musique colle parfaitement aux images "I walk beside you" et résume aussi bien la série : mélancolique, aux paroles simples, mais terriblement envoûtante, comme la voix de son interprète Beth Rowley. (à écouter en lien)

En général les histoires trop classiques me désolent, mais je considère Strike comme un retour aux racines du polar.
En vérifiant le nom de son auteur Robert Galbraith, je découvre que c'est en fait le pseudonyme de Jk Rowling. J'ai adoré Harry potter, mais aussi la série adaptée de son roman Une place à prendre.
Encore un point fort, c'est une série anglaise. Elle ne se déroule pas dans les villes imposantes, impersonnelles aux hideux gratte-ciel américaines, mais dans la magnifique Londres et la charmante campagne anglaise.
Pour moi, une série anglaise a plus de chance d'être subtile qu'une série américaine, comme Orgueil et préjugés est beaucoup plus fine que la chronique des Bridgerton. Ici, pas de personnages hystériques et hypocrites qui hurlent "hiiii ! oh my gooood love youuu" dès qu'ils se croisent en se prenant dans les bras, mais des gens normaux qui se disent bonjour d'un signe de tête et petite boutade pour exprimer leur sympathie. Bref de l'humour anglais, pudique et subtil. (retrouvez la suite dans mon livre "les clichés anglais vs américains").

La relation des deux personnages principaux, le détective et la collègue qu'il vient d'embaucher, œuvre beaucoup au charme de la série. Ils sont tous deux pudiques, et vont apprendre à se faire confiance et s'épauler. Au début, j'étais ravie que la série ne cède pas aux ficelles de l'intrigue amoureuse ("roh non pitié c'est trop cliché"), et se concentre sur les enquêtes ("on est là pour se creuser les méninges !")
Pourtant très vite, j'ai fini par les supplier "mais allez-y ! Faites-vous un bisou ! " et les enquêtes sont passées pour moi au second plan. Mais on n'est pas dans un scénario américain, où l'amoureux déclare sa flamme devant tout le monde en prenant un micro (exception anglaise : love actually). Le summum de la tension sexuelle, c'est quand Strike pose sa main sur l'épaule de sa partenaire.
Il faut dire que non seulement sa collègue est intelligente et forte, à traverser avec courage des épreuves difficiles, mais elle est aussi magnifique, j'ai été subjuguée par la beauté de l'actrice, Holliday Grainger. Son partenaire, bourru, ours et estropié (un peu la belle et la bête donc) est joué par Tom Burke, qui a incarné Orson Welles dans Mank de David Fincher.

La relation entre les deux héros est le fil conducteur de la série. En 2 saisons et 11 épisodes, on voit 5 enquêtes policières. J'ai été surprise de voir la première histoire se terminer en 3 épisodes, m'attendant à ce qu'elle remplisse la saison entière. J'ai eu du mal à rebondir directement dans une nouvelle intrigue, mais la concision permet aussi d'aller droit au but (pas comme Undoing par ex).

j'étais tellement envoûtée que je rêvais la nuit de Strike, me voyant déambuler moi aussi dans les rues de Londres. J'ai laissé passer une semaine avant de lancer une nouvelle série. J'attends donc avec impatience la suite ! (et le bisou !)

Strike saison 1 et 2 adapté de J.K Rowling sur OCS et Mycanal

Rendez-vous sur Hellocoton !

22/04/2021

La llorona

llorona.jpgAu Guatemala, un général est jugé pour le génocide de la population maya, 30 ans auparavant. Lui et ses proches sont retranchés dans la maison familiale, assiégée par les médias et les victimes qui réclament justice. La nuit, le général désormais âgé, entend une femme pleurer. Pour ses proches, il est atteint de démence, mais pour ses domestiques indigènes, il entend la llorona... voir la bande annonce en lien.

Comme souvent, je ne savais pas de quoi parlait le film avant de le lancer, je ne connaissais ni l'histoire douloureuse du Guatemala, ni la légende de la llorona. J'ai donc dû décrypter au fur et à mesure, et ce côté énigmatique a renforcé le suspense.

Le général jugé dans le film s'inspire ainsi de Efraín Ríos Montt. Après un coup d'état en 1982, il a été condamné en 2013 pour génocide et crimes contre l’humanité. Les villages mayas étaient brûlés, les hommes et enfants tués, les femmes violées. Le conflit a provoqué plus de 100 000 morts, les militaires auraient participé à 626 massacres, l'armée reconnaissant la destruction de 440 villages mayas entre 1981 et 1983, durant l'apogée des événements. Le général n'a pourtant dormi qu'une seule nuit en prison, le procès se voyant annulé par le classique "vice de procédure". Le bourreau s'est éteint chez lui, à 91 ans, paisiblement. 

Paisiblement... ce n'est pas ce qu'espère le cinéaste. Si les hommes n'ont pas rendu justice, ce sont les morts qui s'en chargent dans son film, en évoquant la légende de la llorona (pleureuse en espagnol). L'âme en peine d'une femme ayant perdu ses enfants, les cherchant dans la nuit près d'un cours d'eau, effrayant ceux qui entendent ses pleurs de douleur. 

Une fois que l'on a compris l'histoire du Guatemala et de la llorona, on devine les rebondissements et le film peut sembler longuet. D'autant plus que le côté fantastique joue sur des ressorts éculés (la femme aux longs cheveux noirs qui sort lentement de l'eau, déjà vue dans Dark water, The ring etc...).
Plus que le traitement fantastique, trop classique, c'est le récit historique et politique, mêlé au drame familial en huis-clos, qui rend le film original et intense : que se passe t-il dans la tête d'un tortionnaire, et dans celle de ses proches ? Il est intéressant que le général se retrouve entouré de femmes : son épouse, sa fille, sa petite-fille, sa domestique. Ses femmes l'admirent, voient en lui le sauveur de la nation. Il leur offrait tout ce qu'elles désiraient pour éviter qu'elles se posent des questions et se rebellent. Elles vivent retranchées dans un cocon doré sans connaître la réalité du sort des indigènes (ou plutôt refusant de la voir). Le procès leur fait ouvrir les yeux et se rebeller contre ce patriarche tout puissant.

Toute l'injustice du génocide, la douleur d'un pays, de ces femmes, se retrouve dans la chanson La llorona. C'est une chanson traditionnelle mexicaine dont il existe plusieurs versions, on peut l'entendre dans le (très bon) film d'animation Coco par exemple. Le film de Jayro Bustamante en propose une version dans son générique final qui réussit son coup : la pleureuse m'a émue. Au point que j'ai eu envie de connaître les paroles. Je ne les ai pas trouvées sur internet, j'ai alors eu l'idée saugrenue de les traduire... ça m'a pris 2 heures. Une traduction devrait être une punition comme au temps de l'école, mais les contresens possibles m'ont amusée ! J'ai traduit à l'oreille, j'ai sûrement fait des fautes, je n'ai pas pratiqué l'espagnol depuis le lycée... (une éternité donc).

llorona manif.jpgTodos lloraban tu tierra, llorona
Ils pleuraient tous ta terre, pleureuse
Tu tierra ensangrentada
Ta terre ensanglantée
Sollozos de un pueblo herido, llorona
sanglots d'un peuple blessé, pleureuse
Y de su voz silenciada
et de sa voix bâillonnée
No sé que tienen las flores
j'ignore ce qu'ont les fleurs
Las flores del camposanto
les fleurs du cimetière
Que cuando las mueven viento
car quand le vent souffle sur elles
Parece que estan llorando
elles semblent pleurer
Te escondias entre las milpas
tu te cachais dans les champs de maïs
Para no ser perseguida
pour ne pas être pourchassée
llorona general.jpgLas almas perdidas vagan
les âmes perdues errent
Y sus lamentos no se olvidan
et leurs lamentations ne s'oublient pas
Los ninos se vistieron de hojas
les enfants se sont vêtus de feuillage
Las ropas quedaron en trapos
une fois leurs vêtements devenus haillons
Un grito agonico sueltas (?)
tu pousses un cri d'agonie
Te quedan (??) en mil pedazos
ils te brisent en mille morceaux
La luz que alumbraba
la lumière qui brillait
Enteniebras te lejo
t'a laissée soudain dans les ténèbres
Arrebataron tus suenos
on t'a arraché tes rêves
Pero tu fuerza quedo
mais ta force est demeurée
Teniste por los cafetales
tu as surgi dans les champs de café
llorona famille.jpgDoliente clamando justicia
affligée et clamant justice
Las balas callaron sus llantos
les balles ont tu leurs sanglots
Desde sabes no eres la misma
depuis tu n'es plus la même
Lava tus penas
lave tes peines
Con agua bendita del rio
avec l'eau bénite de la rivière
Convierte tu angustia en calma 
transforme ton angoisse en sérénité
Y la madrugada en rocio
et l'aube en rosée

Rendez-vous sur Hellocoton !

17/04/2021

Les damnés de la commune

damnes commune.jpgLes damnés de la commune , arte.tv, jusqu'au 20 août
Pour fêter les 150 ans de la commune, voici un documentaire passionnant, résultant d'une enquête de 8 années. Il est illustré de gravures de l'époque et constitué principalement à partir des mémoires de Victorine Boucher, Souvenir d'une morte vivante.
A la fin des années 1860, l'empereur Napoléon III décide de moderniser Paris et la rendre plus salubre, en faisant appel au baron Haussmann. Celui-ci fait raser les maisons vétustes et les rues étroites du centre-ville, pour construire des parcs, des canalisations, de grands immeubles et de larges boulevards où le soleil peut pénétrer, afin d'améliorer la santé des Parisiens. Pour payer les travaux, les loyers augmentent, la misère aussi, et les anciens habitants pauvres du centre sont refoulés à la périphérie.

Le gouvernement tente de détourner la colère des Parisiens en la focalisant sur un autre sujet (astuce toujours d'actualité, en ces temps de Covid où la population se plaint de la mauvaise gestion de l'épidémie). Napoléon III déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. 
Le conflit vire très vite au fiasco : 2 mois après, Napoléon III est fait prisonnier. L’empire s’effondre, la république est proclamée. Le gouvernement provisoire, dirigé par Adolphe Thiers, décide de négocier la paix avec les Prussiens. Mais "vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine" ! Dans la capitale assiégée, les habitants, eux, refusent de se rendre. Le siège de Paris est terrible : les plus riches mangent les animaux des zoos (comme Castor et Pollux, les éléphants du jardin des plantes), les plus pauvres mangent des rats ou meurent de faim.
Après une élection, la Commune de Paris est proclamée le 28 mars 1871. En deux mois, elle instaure de nombreuses réformes : école gratuite obligatoire et laïque, salaires augmentés dans l'enseignement, égalité des sexes et des salaires entre hommes et femmes, aides pour les veuves et les orphelins, limitation de la journée de travail à 10 heures pour les ouvriers, encadrement des loyers et réquisition des logements vacants...

Mais Adolphe Thiers mobilise une armée de Versaillais pour attaquer les Parisiens. S'ensuit de violents combats, qui s'achèvent par la semaine sanglante et la fin de la commune : environ 20 000 morts et exécutions sommaires dans les rues, puis 7000 déportations en nouvelle Calédonie.

Grâce au témoignage de la survivante Victorine Boucher, lu ici par Yolande Moreau, on revit la commune de Paris comme si on y était. Un documentaire passionnant et très émouvant, à voir.

Rendez-vous sur Hellocoton !