Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2015

Les documentaires du mois : Le docteur Petiot, l'aventure du Vasa et Vladimir Cosma

vasa.jpgCoups de cœur :

- L’aventure du Vasa, Stockholm, 1628

Roi de Suède : « construisez le plus grand et le plus beau navire de guerre jamais vu, avec une poupe immense, des centaines de sculptures et dorures qui impressionneront nos ennemis. Je vais gagner la guerre de 30 ans, je vais conquérir le monde, tremblez devant moi ! Vas-y Vasa ! » Le jour de l’inauguration en grande pompe devant la foule en liesse, le bateau instable, trop lourd, coule dans le port au bout de 200 mètres, au premier souffle de vent. Impressionnant effectivement. Les ennemis ont dû bien rigoler. Les marins morts dans le naufrage et leurs familles affamées restées sur la terre ferme, beaucoup moins. 300 ans après, l’épave est localisée et remontée à la surface, révélant des objets et un précieux témoignage sur la vie de l’époque. Très instructif. (documentaire à voir en lien)

 - L’ombre d’un doute : le docteur Petiot

Cette histoire m’a toujours fascinée, enfant j’ai vu le film avec Michel Serrault. Pendant l’occupation en 1944, des parisiens sont incommodés par une odeur pestilentielle se dégageant d’une cheminée. Sur les lieux, les pompiers découvrent des corps dépecés et d’autres incinérés dans un poêle. La maison appartient au docteur Petiot. Ce dernier arrive chez lui à bicyclette, et devant les policiers se fait passer pour son frère. Il leur explique qu’il est en fait résistant, et que ces corps sont ceux de nazis. Les flics le laissent repartir tranquillement. Sa cavale dure 7 mois, pendant laquelle il s’engage sous un faux nom comme médecin dans les toutes nouvelles FFi.
Le docteur Petiot laissait espérer à des familles juives qu’il les aiderait à rejoindre l’Argentine et sauverait ainsi leurs vies. En réalité, il les dépouillait de leurs biens, et vous savez ce qu’il faisait des corps... Il est condamné à la guillotine pour 27 meurtres, mais il en revendique 63. (documentaire à voir en lien)

A voir :

- Vladimir Cosma, tout pour la musique

Il a composé des centaines de bandes originales de films, lui-même ne peut plus les compter. Des titres ultra célèbres comme La boumRabbi Jacob, La chèvreLe grand blond avec une chaussure noire… Et le mec reste modeste et simple. Toujours guilleret et alerte à bientôt 75 ans (on fêtera son anniversaire le 13 avril). Chapeau l’artiste. Je l’ai vu en concert au grand Rex, avec 75 musiciens et autant de choristes. Grandiose, vous pouvez voir les extraits en lien. J'étais émue pendant Le château de ma mère et pendant La septième cible. Sur trois heures de spectacle, j’ai constaté que je connaissais toutes ses chansons : Vladimir Cosma fait vraiment partie de la mémoire collective.

Pourquoi pas :

- Les vrais Hannibal Lecter
On n’a pas envie de les connaître…

Et vous, avez-vous vu ces documentaires ? Quelle chanson de Vladimir Cosma préférez-vous ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

05/04/2015

Bilan "je suis culturée" de février

nouveaux sauvages.jpgUn jour je serai à l’heure ! En février, l’hibernation continuait, le chat noir n’est pas sorti. Mais comme ça, j’ai beaucoup plus écrit ! Maintenant c’est le printemps (enfin il paraît, il pleut depuis trois jours) on est passé à l’heure d’été, je peux remettre les pattes dehors.

6 films au cinéma :

 Coup de cœur :
Les nouveaux sauvages de Damian Szifron

A voir :
Toute première fois de Noémie Saglio
Papa ou maman de Martin Bourboulon

Pourquoi pas :
The voices de Marjane Satrapi
It follows de David Robert Mitchell

Bof bof :
Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador

22 films à la télé :

Coups de cœur Canal + :
The lunchbox de Ritesh Batra
Tel père, tel fils de Hirokazu Koreeda

Navet Canal + :
Le cœur des hommes 3 de Marc Esposito

4 séries :

Coup de cœur :
- The americans saison 3

- The driver saison 1
- Burning love
- Veep

4 documentaires :

Coups de cœur :
- L’aventure du Vasa, Stockholm 1628
- Le docteur Petiot, l’ombre d’un doute 

- Vladimir Cosma, tout pour la musique
- Les vrais Hannibal Lecter 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

01/04/2015

2ème album de McCartney : Ram, règlement de comptes avec Lennon

ram macca.jpgLe disque sort en 1971, un an après le précédent, McCartney (voir billet en lien). Le chanteur se remet toujours mal de la fin des Beatles et des soucis financiers qui s’en suivent. Mais cette fois-ci, plutôt que d’évoquer gentiment son amour pour Linda et sa famille, il parle de ses rancœurs, en lançant des piques contre John Lennon dans ses chansons :

Ainsi, dans l’excellente Too many people qui ouvre l’album :
Too many people going underground
Too many reaching for a piece of cake
Too many people pulled and pushed around
Too many waiting for that lucky break

That was your first mistake
You took your lucky break and broke it in two
Now what can be done for you?
You broke it in two

macca lennon.jpgToo many people sharing party lines
Too many people ever sleeping late
Too many people paying parking fines
Too many hungry people losing weight

That was your first mistake
You took your lucky break and broke it in two
Now what can be done for you?
You broke it in two

Too many people preaching practices
Don't let them tell you what you wanna be
Too many people holding back
This is crazy, and baby, it's not like me

That was your last mistake
I find my love awake and waiting to be
Now what can be done for you?
She's waiting for me

McCartney s’explique : « Je trouvais que John et Yoko disaient à tout le monde ce que l'on devait faire, d'où la phrase Too many people preaching practices. Ça m'enrageait de les voir agir ainsi. »

Dans la chanson Three legs, Paulo chante :
« I thought you was my friend, but you let me down, put my heart around the bend ».

La réponse de John ne se fait pas attendre. Il publie la même année son album Imagine, avec les paroles virulentes de How do you sleep ? :

macca lennon ram2.jpgSo Sgt. Pepper took you by surprise
You better see right through that mother's eyes
Those freaks was right when they said you was dead
The one mistake you made was in your head

How do you sleep ?
How do you sleep at night ?

You live with straights who tell you, you was king
Jump when your momma tell you anything
The only thing you done was yesterday
And since you've gone you're just another day

How do you sleep ?

A pretty face may last a year or two
But pretty soon they'll see what you can do
The sound you make is muzak to my ears
You must have learned something in all those years

John Lennon évoque entre autres la rumeur sur la mort de Mccartney : « ils ont raison, tu étais mort. »
Il ose dire que son ancien coéquipier n’a pas de talent ou du moins l’a perdu, en ayant composé une seule bonne chanson, Yesterday. Depuis qu’il a quitté le groupe, ses mélodies seraient médiocres (Another day, qui n’est effectivement pas sa meilleure) : « The only thing you done was yesterday, And since you've gone you're just another day » « le son que tu produis est de la musique d’ascenseur à mes oreilles » 

Lennon décrit McCartney comme un type sans caractère qui obéit aveuglément à sa mère. Or la mère de McCartney, Mary, est morte subitement lorsqu’il avait 14 ans, et il ne s’en est jamais remis. 
Presque 60 ans après, lorsqu’un fan lui pose la question via son site : « "Que feriez-vous si vous aviez une machine à remonter le temps ?" Paul répond : "Je passerais plus de temps avec ma mère" :
"Quand elle est morte, l'une des difficultés que j'ai rencontrée, c'est d'avoir de plus en plus de mal à me souvenir de son visage (…) Elle m'est apparue dans un rêve, je distinguais parfaitement son visage, particulièrement son regard. Et très doucement, très rassurante, elle m'a dit : 'Let it be.' C'était adorable. Je me suis levé avec ce sentiment de bien-être. C'était comme si elle avait choisi son moment, alors que je traversais une période difficile (1969, fin des Beatles) pour m'apparaître et me dire : 'Détends-toi, arrête de te battre contre tout, laisse-toi porter'. J'écris des chansons alors je suis allé à mon piano et ça m'est venu : 
"When I find myself in times of trouble
mother Mary comes to me
Speaking words of wisdom, let it be."

La même année, McCartney voit naître son premier enfant, une fille. Il la nommera Mary, comme sa mère…
Peut-être qu’en citant la mère de McCartney, Lennon vise en fait Linda, la femme qu’il vient d’épouser. Il peut parler, tout le monde reproche à Lennon de s’être laissé influencer par Yoko Ono !

Evidemment, je déteste How do you sleep, car je suis Peace and love moi, pourquoi les ex meilleurs amis du monde devraient-ils se détester ? 

macca lennon ram.jpgSur la couverture de Ram, Macca agrippe les cornes d’un bélier (ram). Je sais c’est un peu incongru, il avait dû abuser de la fumette. Lennon parodie la photo sur son album Imagine en empoignant un…cochon. Sur le recto de la pochette de Ram, on voit aussi des scarabées (Beatles) copuler…

Après l’amour, la haine. Mais pourquoi ces chamailleries mesquines ? Les gars vous êtes des génies, vous avez créé le groupe qui reste encore 50 ans après le plus grand du monde, vous avez inventé des chansons formidables. Pourquoi laver son linge sale en public ? Un peu de respect pour votre passé commun, vos 13 années d’amitié, toute votre jeunesse !

Ram est généralement considéré par les fans comme moi comme le meilleur album de McCartney. Je trouve la chanson titre magnifique et elle est l’une de mes préférées : 

Ram on, give your heart to somebody
Soon right away…

J’adore également Smile away, qui est un peu mon hymne de vie : être décontenancé par une remarque désobligeante, mais le prendre avec humour et sourire. Comme il m’est arrivé ici sur le billet à lire en lien.

I was walking down the street the other day
Who did I meet?
I met a friend of mine and he did say
"Man, I can smell your feet a mile away"

Smile away, smile away, smile away
Yeah, smile away !

Je chante aussi très souvent Heart of the country, ode à la campagne :

macca ram scarabées.jpgI look high, I look low
I'm lookin' everywhere I go
Lookin' for a home
In the heart of the country

I'm gonna move, I'm gonna go
I'm gonna tell everyone I know
Lookin' for a home
In the heart of the country

Heart of the country
Where the holy people grow
Heart of the country
Smell the grass in the meadow

Want horse, I want sheep
I want to get me a good night's sleep
Livin' in a home
In the heart of the country

J’aime beaucoup les étonnantes Uncle Albert et Monkberry Moon delight. Cette dernière reste impossible à chanter car McCartney hurle et écorche sa voix. On sent bien sa colère en l’écoutant…

J’apprécie les douces Long Haired lady et surtout The back seat of my car. Bref, j’aime tout l’album ! Malheureusement ce crétin Paul ne le joue quasiment jamais. Le maccaclub et moi avons pourtant hurlé "Ram on !" lors du dernier concert pour qu'il l'interprète (voir notre complot en lien). Niet. Mais le lendemain, il la jouait en Finlande... Aurons-nous enfin la chance de l'écouter ? C'est en France que McCartney remplit le plus les salles, fera t-il enfin plaisir à ses fans ? Réponse le 11 juin... En revanche, il joue toujours Another day, Yesterday et Let it be.

Chansons de l'album Ram :

Too many people
3 legs
Ram on
Dear boy
Uncle Albert/Admiral Halsey
Smile away
Heart of the country
Monkberry moon delight
Eat at home
Long haired lady
Ram on (reprise)
The back seat of my car

Bonus :
Another day
Oh woman oh why

Et vous, quelle chanson préférez-vous ? Electra, dis-moi que tu en aimes une hein ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

31/03/2015

Les deux pires films de l’année 2014

cinéma- L’amour est un crime parfait des frères Larrieu
Un prof se tape ses étudiantes. La dernière conquête en date disparaît. Sa belle-mère (l’hystérique décapsuleur Maïwenn) se demande ce qui a bien pu se passer… Nous, on sait, et on s’en fout. Scénario très mince, sans intérêt, personnages pathétiques, ambiance glauque (inceste…) Mathieu Amalric joue le rôle principal :  je ne supporte pas ce mec, ses petits yeux noirs enfoncés et cruels, sa voix pincée, beurk. La scène de Karin Viard sur les toilettes… mais pitié, pourquoi ?

Avec la palme, un cauchemar à voir, la moitié des journalistes se sont barrés en plein milieu mais j’ai tenu péniblement jusqu’au bout :

- Un voyage de Samuel Benchetrit
cinémaUn couple part pour le weekend en Suisse. Gentil voyage en amoureux ? Non ! La femme (Anna Mouglalis, compagne du réalisateur) est atteinte d’une maladie incurable et choisit le suicide assisté. Filmé le plus souvent caméra à l’épaule pour que le cadre bouge tout le temps et donne envie de gerber, et en gros plan pour être au plus près de l’intimité obscène des personnages.
Gros plan sur le visage baigné de larmes de l'héroïne qui emmène son fils à l’école, sans lui dire qu’il ne la reverra jamais (sympa pour le gamin !) Gros plan sur le corps dénudé décharné et malade, pendant les scènes de sexe etc. L'hystérique court dans la rue en hurlant, pieds nus, débraillée, larmes et morves qui se mêlent. Et le summum : elle imite un singe pendant une scène interminable.
Le but avoué du film d’après son dossier de presse : susciter un sentiment de malaise et une réaction chez le spectateur. Résultat obtenu : le faire fuir. Par contre c’est sûr, avec ce truc, on approuve tout de suite l’euthanasie : achevez-la pour que le film se termine ! La grande question : comment a-t-il pu trouver un financement ? Benchetrit était pourtant assez marrant avec Janis et John et J’ai toujours rêvé d’être un gangster… La meilleure blague du film : c'est en fait le premier d'une trilogie sur les femmes. J'ai tellement hâte de voir la suite !

4 (bons) films de 2013 vus en 2014 (mémé et son train de retard…) :

- Le loup de Wall Street de Martin Scorsese
- Blue Jasmine de Woody Allen
- Django Unchained de Quentin Tarantino
- The immigrant de James Gray

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !