Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2022

1918-1939, les rêves brisés de l'entre-deux guerres

documentaireDe l’armistice de 1918 à la déclaration de guerre du 3 septembre 1939, une plongée magistrale dans une époque qui ambitionnait d’accoucher d’un nouveau monde, mais engendra une nouvelle tragédie. Une série documentaire en 8 épisodes, basée sur des témoignages réels (lettres, journaux intimes) de célébrités et d'anonymes de cette période. 

Le premier épisode s'ouvre sur le récit poignant de Hans Beimler, engagé dans la marine allemande, 23 ans :
"Cette guerre n'en finit pas. 4 ans déjà. Je ne veux pas crever misérablement comme des millions d'autres. Je n'ai jamais vu de palmiers, jamais escaladé de montagne. Je n'ai jamais dansé toute une nuit. Jamais mangé un morceau de gâteau. Je n'ai jamais fait l'amour. Je veux vivre."
Pendant une permission, il se rend dans un salon de thé avec sa fiancée pour enfin goûter le premier gâteau de sa vie (à 23 ans ! j'écris en ce moment d'une seule main car la 2e tient une part de galette des rois). Le serveur lui répond que plus rien n'est disponible à cause des pénuries, mais le jeune homme le voit ensuite porter un plateau dans une pièce fermée. Il s'y rend, découvre des officiers se baffrant. Il leur prend la part de tarte qu'il avait commandée, la ramène à sa fiancée. Son supérieur vient lui réclamer, mais tous les pauvres ères affamés de la salle prennent la défense du jeune homme, qui se voit néanmoins rétrogradé en simple marin. Plus tard, juste avant l'armistice, l'officier ordonne une dernière bataille kamikaze perdue d'avance, "pour l'honneur". Le jeune homme organise une mutinerie...

Autre témoignage, celui de Marina Yurlova, enfant soldat pour le tsar depuis ses 14 ans. Un ami la demande en mariage, mais elle estime devoir reprendre le combat contre les bolchéviques. Le prétendant lui donne alors une lettre à fournir à un officier pour qu'elle puisse rejoindre le front. En réalité, sans qu'elle le sache, le courrier suppliait l'officier de l'envoyer en zone libre. La jeune fille se retrouve sauvée malgré elle, à côté d'anciennes princesses déchues, qui pour acheter leur billet de train pour la liberté, ont dû céder leur corps...
On suit également le destin d'une Française, Marie-Jeanne Picqueray. Après avoir survécu à la grippe espagnole, elle monte à Paris pour fuir son mari violent. Elle devient indépendante et milite auprès du mouvement anarchiste.

Le deuxième volet de la série s'attache à montrer le partage du monde après la victoire : les meilleurs parts de gâteaux pour les pays riches, les miettes voire rien pour les colons qui ont combattu, et la ruine pour les vaincus, qui doivent payer une énorme dette. Cela provoque l'envie de revanche et la haine de certains Allemands, comme le jeune Rudolf Hess (futur commandant d'Auschwitz) qui veut relancer la guerre... A voir en lien :

1918-1939, les rêves brisés de l'entre-deux guerres sur Arte.tv jusqu'au 10/02

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire un commentaire