Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2020

Les oiseaux, partie 8

confinement,coronavirusSubjuguée par les mésanges, je n'ai pas vu le temps passer. On est la veille du déconfinement, je dois encore posséder une attestation garantissant que je me trouve à moins d'un kilomètre de chez moi et sortie moins d'une heure. Or j'ai dépassé de 200 mètres et il ne me reste plus que 6 minutes pour rentrer. Je marche vite mais là, c'est de la télétransportation qu'il me faudrait.
Je ne m'inquiète pas : "tout de même, à un jour près, les flics vont être indulgents... la première fois que je m'éloigne, que je sors si longtemps... je n'ai pas été contrôlée une seule fois en deux mois alors que j'étais à 500 mètres de chez moi, je ne vais quand même pas l'être aujourd'hui !
Je repars confiante, ragaillardie par les oiseaux et mes photos floues, et là, lorsque je tourne à l'angle de la rue...Les flics.
 
confinement,coronavirusVite, je recule et me plaque contre le mur du parc. Je me risque à pencher la tête hors de ma cachette pour observer la situation de loin. Comme dans les films d'horreur et d'espionnage.
Un car de police bloque l'accès à l'escalier. Les flics sont nombreux, éparpillés sur la vaste pelouse, et contrôlent tout le monde. Pas un n'en réchappe. Si je tente un autre passage, je m'éloigne encore plus du kilomètre autorisé. S'ils sont sournois, ils auront mis des postes de contrôle devant toutes les issues vers la zone libre. Une copine s'est fait alpaguer alors qu'elle traversait un quai en zone interdite, le flic l'a rassurée "c'est bon, ça ira pour cette fois." Mais ce lâche fourbe a gardé son attestation et lui a envoyé une amende en douce par la poste une semaine après. Il n'avait pas contrôlé sa carte d'identité, juste le pauvre bout de papier écrit à la main. Ce qui signifie qu'à sa place, j'aurais pu mettre le nom de ma voisine foldingo, et c'est elle qui aurait payé l'amende.
 
confinement,coronavirusPas le choix, je dois passer devant les flics. Comment faire pour les éviter ?
Je ne peux pas rester là à essayer de me fondre dans le mur comme le passe-murailles, faut bien que j'avance. Plus j'attends, plus je dépasse l'heure, plus je risque de me faire verbaliser.
Je repense à la situation quelques mois en arrière. Malgré toute mon imagination et ma tendance à l'exagération, si on m'avait dit qu'un jour on allait devoir fournir une attestation pour sortir de chez soi, et que j'allais me retrouver à me planquer des flics comme de la gestapo pour échapper au couvre feu, j'aurais rigolé "oui mais bien sûr ! Faut pas pousser !"
Bon allez, j'assume, j'arrête de me cacher, je fais front. Je vais être honnête. Si je mens, ça va se voir tout de suite. Je vais dire la vérité : "j'ai dépassé la distance et le temps autorisé, car j'ai entendu des bébés mésanges au loin et je n'ai pas vu l'heure passer à force de m'extasier devant eux !" et là je démontre mes propos, preuves à l'appui : "regardez, j'ai les photos ! mais si là, dans l'angle, le petit point bleu au-dessus de la poubelle !" Je suis sûre que les flics seront sensibles à ma sincérité et à la beauté de mes clichés.
Puis je repense à l'attitude effarée des gamins devant ma tentative de cours d'ornithologie. je comprends que si des enfants censés s'émerveiller facilement ne se montrent pas réceptifs, j'ai encore moins de chance avec des flics aux airs de Gérard Jugnot Adolfo Ramirez contrôlant la famille dans Papy fait de la résistance  : "Rassurez vous madame c'est français, c'est la police française. Alors ausweispapier ! Au trot ! Tiens pendant que vous y êtes, rajoutez moi les tickets de pain."
 
confinement,coronavirusJ'avance à pas de velours. Des flics s'approchent. Vite, je me cache derrière le manège. Masquée par le cheval de bois, j'observe depuis mon poste de vigie l'attitude de l'ennemi.
Il sort quoi de sa poche ? Un flingue, une matraque, une grenade ? Une amende ! ça y est c'est foutu, ils vont me verbaliser, je vais être ruinée, je vais plus pouvoir payer mon loyer et j'irai vivre dans le parc avec les petits oiseaux !
Un jeune qui était assis là parlemente, rien à faire, le policier lui colle une contravention.
Ah là là, c'est pas des tendres, ils font du zèle, ils vont me faire payer. Faut absolument pas qu'ils me voient !
 
N'écoutant que mon courage qui ne me disait rien, je décide d'avancer en frôlant le mur du parc et en me cachant derrière les arbres que je croise. Il ne me manque plus que le pardessus et les lunettes de soleil d'apprenti détective, comme Antoine Doinel ou Jean Rochefort espionnant sa femme dans Nous irons tous au paradis.
Prochaine cachette à 15 mètres : un banc de pierre. Pas assez haut pour me dissimuler. Je ne vais quand même pas m'accroupir derrière et avancer à genoux ? :
"Vous faites quoi ?
- J'ai perdu mes clés, j'ai dû les faire tomber par ici !"
 
confinement,coronavirusPas de planque sur le reste du parcours. Je ne peux pas ramper non plus : "c'est pour me muscler ! regardez j'ai coché activité sportive sur mon attestation ! quoi j'ai choisi promenade ? qui a dit que pour se promener, il fallait obligatoirement marcher ? quel meilleur moyen d'être proche de la nature que de ramper le nez dans l'herbe, à respirer le parfum des fleurs, les abeilles me butinant le nez..."
Non, impossible d'avancer en rampant, en volant... Je cours ? Je vais attirer l'attention, ils vont comprendre que j'ai un crime à me reprocher, ils vont se mettre à ma poursuite, sifflets en bouche, ils vont braquer les projecteurs sur moi, faire hurler la sirène, me plaquer au sol, me menotter et me pendre aux grilles du parc avec un écriteau autour du cou pour donner l'exemple : "voilà ce qu'il vous attend si vous approchez du parc pour regarder les petits oiseaux ! restez chez vous !
 
confinement,coronavirusPour ne pas attirer l'attention... Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien. Marchons tranquillement en sifflotant gaiement, comme si je n'avais rien à me reprocher.
Je me rapproche... 20 mètres, 10, bientôt le fourgon devant le passage de la délivrance. 5 mètres. Un des flics m'aperçoit. Je fais des yeux de lapin pris dans les phares et m'immobilise comme dans 1 2 3 soleil. Puis là un groupe de jeunes tente de passer devant lui, il les intercepte. Vite, j'en profite, tel un enfant qui pointe le ciel derrière son ennemi pour qu'il se retourne "oh un ovni !" Je pique un sprint, contourne le fourgon et monte en courant l'escalier. Je m'arrête en plein milieu pour reprendre une attitude normale moins suspecte (j'avoue, je suis essoufflée aussi après cet exploit sportif) je jette un coup d'oeil en arrière. Le flic m'aperçoit et me désigne " !" puis il hausse les épaules et retourne à ses amendes.
Il est libre Max
Y en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler
 

19/05/2020

Les oiseaux partie 7

confinement,mésangesLa veille du déconfinement, j'ai délaissé mon sempiternel tour de la cour de prison pour pousser plus loin, à la limite du km autorisé... jusqu'au parc.
Enfin, "le parc". Il reste fermé. Je me contente de longer les grilles du paradis, et de regarder au travers la jungle qui a poussé sans entretien et surtout, les oiseaux. Les rôles semblent inversés, avec les animaux libérés allant à leur guise et moi accrochée aux grilles de ma cage, tendant le bras à travers les barreaux pour les prendre en photo : "laissez-moi venir avec vous !"
Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s'envoler, c'est beau
les enfants si vous voyez
Des confinés prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté
 
Et là, j'entends, au loin, au-delà du kilomètre autorisé, le piaillement caractéristique des bébés mésanges charbonnières. Elles cuicuitent à qui mieux mieux, d'un chant aussi puissant que leur corps est minuscule, comme s'i elles étaient fières d'annoncer à la face du monde : "regardez ! je sais voler ! je suis le plus fort !"
Je me rapproche des pépiements, ce qui m'éloigne de mon périmètre d'un km. Allez, les flics n'ont pas un compteur gps intégré, et puis voir enfin des oiseaux pour la première fois depuis 2 mois de confinement vaut bien de braver l'interdit ! (car chez le docteur puis chez moi, je les entends sans les voir.) 
 
mesange bébé.jpgDiscrets comme ma lourdaude de voisine qui marche à en faire trembler le sol, je repère vite les évadés du nid qui engueulent leurs parents (comme on peut le voir sur la vidéo) : "nourrissez moi ! j'ai faim ! j'ai pas mangé depuis 3 secondes ! plus vite !
Leur corps est rond, bien plus gros que celui des parents qui s'épuisent à faire des aller-retours pour trouver de la nourriture, sous les cris de leurs rejetons esclavagistes, à tel point que je ne peux m'empêcher de dire tout haut : 
"Mais c'est fini de brailler comme ça, arrête d'engueuler ta pauvre mère !"
 
Je perçois derrière moi des rires étouffés. Des enfants se moquent. Ah oui. J'ai oublié que je ne suis pas seule, et j'ai l'air de parler toute seule (alors que comme Blanche neige, j'entame juste un dialogue avec les petits zoiseaux, qui allaient me répondre, évidemment !)
Voyant là l'occasion d'entrer en contact avec mes congénères (les humains, pas les oiseaux malheureusement) je m'imagine que des enfants auront justement gardé leur âme d'enfant et s'émerveilleront comme moi devant des petits zanimaux :
 - Regardez, il y a des bébés oiseaux !
Mais au lieu d'observer la splendeur que je leur montre du doigt, ils me fixent moi.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt.
Je m'adresse alors à leur grand-mère qui se rapproche, me disant que son âge est synonyme de sagesse, conte pour ses petits-enfants au coin du feu "il était une fois, une petite fille découvrant des bébés mésanges"... Mais non, elle aussi me toise bizarrement sans me répondre. Elle demande aux gosses de poursuivre leur route. Voilà, elle les éloigne comme si j'étais une ogresse échappée de l'asile !
ignorant et méprisant ce genre d'individus incapables d'apprécier la nature qui les entoure, je continue ma conversation avec les mésanges. Je tends le bras à travers la grille pour les prendre en photo, en les invectivant "rah mais bouge pas comme ça ! mais non te mets pas à côté de la poubelle, c'est moche !"
Je suis consciente que les passants défilent derrière mon dos et je surprends des regards interloqués, mais je m'en fiche. (en réalité je ne prononce pas de longues phrases, juste des interjections, mais même en silence, collée à la grille le bras tendu à l'intérieur avec mon téléphone, je dois paraître suspecte). 
 
En revanche, je n'ai pas vu le temps passer. On est la veille du déconfinement, je dois encore posséder une attestation. Or j'ai dépassé de 200 mètres et il ne me reste plus que 6 minutes pour rentrer chez moi. Je marche vite mais là, c'est de la télétransportation qu'il me faudrait.
Je ne m'inquiète pas "tout de même, la veille du déconfinement, les flics vont être indulgents... la première fois que je m'éloigne, que je sors si longtemps... je n'ai pas été contrôlée une seule fois en deux mois alors que j'étais à 500 mètres de chez moi, je ne vais quand même pas l'être aujourd'hui !
Je repars confiante, ragaillardie par les oiseaux et mes photos floues, et là, lorsque je tourne à l'angle de la rue... Les flics.
à suivre....

16/05/2020

Les oiseaux, partie 6

oiseaux cage.jpgJe ne pensais pas qu'on allait permettre aux Franciliens de sortir, puisque les hôpitaux sont toujours saturés, mais visiblement, l'économie est plus importante que la santé. Les masques étaient inutiles quand on n'en avait pas, mais aujourd'hui qu'on en trouve vendus dix fois le prix normal, ils sont nécessaires. Dans d'autres pays, on vérifie les protections et on en fournit gratuitement si les gens n'en portent pas, mais chez nous, on verbalise. On peut prendre les transports en commun bondés pour aller travailler, mais on ne peut pas se promener dans les parcs désertés les jours de semaine.
L'étudiante en médecine qui avait fait une soirée le lendemain de l'annonce du confinement "une dernière pour la route ! ça va on va pas s'arrêter de vivre !" en refait déjà une. J'entends défiler dans le hall, sa musique pourrie et ses grosses pattes marteler le sol au-dessus de ma tête. Comme si elle sortait de deux mois de colle, comme si le confinement était une punition de sortie pour enfants turbulents, et pas une mesure de santé. Comme si déconfinement signifiait fin de l'épidémie. Dans le déni, elle brave la mort comme une ado qui teste ses limites, après avoir survécu à l'hôpital en contact avec les malades, elle doit penser qu'elle est désormais invincible. Si même le personnel soignant aux premières loges ne donne pas l'exemple, je comprends mieux pourquoi certains ne respectent pas les précautions...
 
michel blanc perruque.jpgAvant même le déconfinement, j'ai observé un net relâchement, avec autant de monde dans les rues qu'avant. Toujours sans masques : "on sort bientôt, c'est pas quelques jours qui vont changer les choses !" J'ai ainsi pu voir un homme assis sur un banc et une femme qui lui coupait les cheveux. Je ne sais pas ce qu'ils ont pu cocher sur leur attestation : "première nécessité, refaire ma teinture car tout le monde va se rendre compte que je suis un faux blond". 
A quoi ça va me servir d'aller me faire couper les tifs ?
Est-ce que ma vie sera mieux, une fois que j'aurai mon certif ?
 
Moi aussi j'ai fini par sortir de mon cachot plus souvent que ma sortie hebdomadaire, sans prendre non plus le risque de m'évader "quotidiennement dans la limite d'une heure autorisée" et bien sûr, en portant toujours 38 couches de protection sur le visage. La veille du déconfinement, j'ai même délaissé mon sempiternel tour de la cour de prison pour pousser plus loin, à la limite du km autorisé... jusqu'au parc.
 
Enfin, "le parc". Il reste fermé. Avant le confinement je faisais le tour du vaste domaine, aujourd'hui je fais la même chose, mais depuis l'extérieur, sur le trottoir étroit, trop proche des nombreux passants. Pour m'en éloigner le plus possible, je longe les murs du paradis. A travers les grilles, je regarde la jungle qui a poussé sans entretien et surtout, je vois les oiseaux. Bien plus nombreux que d'habitude, en pleine période d'envol des petits, ils se posent sur les bancs, sur les chemins habituellement occupés par les citadins. Les rôles semblent inversés, avec les animaux libérés allant à leur guise et moi accrochée aux grilles de ma cage, tendant le bras à travers les barreaux pour les prendre en photo : "laissez-moi venir avec vous !"
confinement,parisiensOuvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s'envoler, c'est beau
les enfants si vous voyez
Des confinés prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté
 
Et là, j'entends, au loin, au-delà du kilomètre autorisé, le piaillement caractéristique des bébés mésanges...
à suivre
 

11/05/2020

Ca puire !

visiteurs parfum.jpgAlors les déconfinés, ça bosse ? ça se contamine ?
Pas moi ! Non merci sans façon, après vous, je vous en prie. Je vous laisse faire les cobayes pour ce retour à l'anormal, vous me raconterez les nouvelles du front.
Ceux qui sont obligés de sortir travailler, je les plains. Mais les files d'attentes interminables devant Sephora comme on peut en voir depuis ce matin... Les pouffes vont se maquiller sous leur masque qui couvre le visage ? A un mètre de distance, personne ne verra leurs points noirs, et on n'a pas envie de choper la migraine en sentant leurs parfums polluer les environs. S'asperger de parfum pour se faire remarquer de loin, c'est comme un chien qui pisse dans tous les coins pour marquer son territoire. ("j'ai dépensé 120 balles dans ce remugle censé montrer ma personnalité, alors qu'il est le dernier relent à la mode et qu'on est des milliers à le porter.") 
 
A propos d'odeur nauséabonde, certains pensaient courir de joie dans la rue à minuit pour fêter le déconfinement, comme si à minuit pile, le virus disparaissait aussi d'un goût de baguette magique. Mais une exhalaison pestilentielle s'est répandue dans la région francilienne au même moment. Le parfum de ma collègue ? Après avoir réussi à envahir tout l'étage et les ascenseurs, elle a atteint tout Paris ? Ca sentait le soufre. Comme au travail avec la collègue harceleuse donc. Comme en enfer. Comme pour nous avertir : "si vous sortez, vous allez crever".
Après le covid, l'incendie à Tchernobyl, les incendies en Australie, l'invasion de criquets en Afrique, les pluies diluviennes de samedi puis dimanche le soufre et les entrailles de l'enfer qui se réveillent, Paco Rabanne et les mayas s'étaient juste trompés de date, l'apocalypse n'était pas pour 1999, ni 2012, mais 2020. Je lance donc ma propre secte : la secte des confinés tous seuls. Je prêcherai la bonne parole depuis mon ordi : rejoignez ma secte... en restant chez vous.
 
Officiellement pour l'odeur pestilentielle, pour ne pas alarmer la population, on évoque les égouts qui refoulent après les violents orages de samedi. Ce phénomène se produit fréquemment avec les canalisations du village reliés à la rivière dans le jardin familial, malgré nos plaintes à la mairie. Je peux donc dire que je connais bien l'odeur des égouts (avec la rivière, mais aussi les propos et le parfum de ma collègue), et ce n'est pas du tout celle que j'ai perçue hier. Le soufre, l'odeur d'oeufs pourris, non plus. Je l'ai senti dans les fumerolles en Islande, ou moins exotique, à la station madeleine à Paris, creusée à proximité d'une nappe phréatique riche en soufre. Ca sentait plutôt le brûlé toxique, comme un insecte grillé sur une lampe halogène. Le directeur de recherche au CNRS au labo de physique chimie de l’environnement estime que ce se serait plutôt : un rejet en douce, ponctuel, comme une centrale d’appoint ou un incinérateur qui se remet en marche et dont les panaches auraient été dispersés par le vent ». On fait cramer en douce tous les morts du covid non déclarés ?
 
confinement,covidJe ne pensais pas qu'on allait permettre aux Franciliens de sortir aujourd'hui, puisque les hôpitaux sont toujours saturés, mais visiblement, l'économie est plus importante que la santé. ça pue vraiment. Préparez vos surfs pour la deuxième vague.

07/05/2020

Les oiseaux, partie 5

goelands drone.jpgLe matin aux saisons nouvelles
Je vais au bord de la ruelle
Regarder les oiseaux
Ils viennent pas quand je les appelle
Caresser l'eau du bout des ailes
Et fientent sur les bobos
 
Depuis le temps qu'on nous le promet, enfin c'est vrai : "la nature reprend ses droits". Des goélands ont niché sur le toit de l'immeuble d'en face. Cet édifice hideux qui me gâche la vue sert enfin à quelque chose (et plus à héberger des cons qui font du bruit). Je ne vois pas les oiseaux vu que j'habite comme les gueux de Métropolis au ras du sol, mais j'entends leurs cris à la fois plaintif et moqueur si caractéristiques. Certains de mes congénères parigots têtes de veaux s'en plaignent pourtant sur BFM tv, une chaîne reflet de leur intelligence :
(J'ai enlevé leur nom de famille, car sans honte, ils ont osé le donner.) Ces cris rauques nous embêtent !" déplore Anne Connasse, une psychanalyste. (qui aurait besoin de se faire soigner, les cordonniers sont les + mal chaussés.) "C'est infernal ! C'est une catastrophe de les entendre brailler, de les entendre pleurer", vitupère Rodolphe Gerbant, un agent de sécurité. "Catastrophe", rien que ça, on ne peut pas trouver pire. La pandémie, la pollution, c'est rien à côté.
Fatigués, abandonnent
Et s'enfoncent dans le ciel
Pour aller chercher de l'air plus haut
 
Entre les cris des goélands et ceux du merdeux qui pleure en permanence :"APPOLINE ELLE M'A VOLE MON PLAYMOBIL ! NON JE VEUX PAS LA SALADE !!" Je choisis les oiseaux. Au moins eux, on ne comprend pas ce qu'ils disent. A mon avis, avec leurs cris qui ressemblent à des rires, ils se moquent de nous les confinés. 
Plus haut que nous ne pourrons aller avant longtemps
C'est si loin
 
allan-barte-la-liberte-c-est-surfait.jpgGrâce aux goélands qui couvrent enfin le bruit des perceuses et de la corde à sauter de la voisine, j'ai l'impression d'être au bord de la mer, et plus cloîtrée dans mon studio parisien. Continuez les copains, et continuez aussi à attaquer les drones de surveillance de 1984. A ce propos, je vous conseille vivement l'excellent documentaire d'Arte "Tous surveillés, 7 milliards de suspects" disponible jusqu'au 19 juin, en lien ici.
Loin de moi que mes yeux déçus
Aveuglés aux voûtes d'azur
N'y croient plus
 

02/05/2020

Les oiseaux, partie 4

oiseaux,confinement
Fly away through the midnight air
As we head across the sea
And at last we will be free
I'm a bluebird, I'm a bluebird
Les deux fenêtres du cabinet médical sont ouvertes pour la première fois. Peut-être pour aérer entre deux patients infectés, mais moi, je connais bien la vraie raison, bien plus importante, vitale : pour écouter les petits oiseaux !
Le docteur continue son discours désabusé : "Les gens n'en peuvent plus du confinement. C'est difficile pour eux de ne pas sortir voir leurs proches... Vous tenez le coup ?
- Je vois peu de personnes d'habitude, c'est surtout me promener dans la nature qui me man.. OH j'entends une mésange charbonnière aussi !!
L'étonnement se lit à nouveau sur le visage du médecin, mais compréhensif, il se met à mon niveau : - Oui on a de la chance avec cette cour intérieure, pas de bruit, les oiseaux sont tranquilles, on les entend bien...
- Han un troglodyte cette fois ! Mais c'est le paradis ici !"
Le docteur interrompt mon cours d'ornithologie : - Bon, vous étiez venue pour des piqûres et vaccins...
 
mesange-charbonniere-.jpgJe lui parle des oiseaux, ces êtres doux et divins, et il me répond piqûre infernale qui fait mal, qui est ce démon ?
- Nan mais je préfère écouter les oiseaux en fait
- Vous pourrez le faire pendant que je vous vaccine. Ca ne fait pas mal du tout, c'est très rapide, regardez :
En un éclair digne d'un magicien, il me pique le bras gauche et je confirme : - J'ai rien senti !
- Je vous l'avais dit ! Regardez les oiseaux par la fenêtre maintenant.
Je me tourne vers la vitre à gauche, et pendant ce temps, le docteur m'empale le bras droit en douce.
Moi, choquée : - MAIS !
Docteur, content comme un gosse qui a collé un poisson d'avril dans le dos de son voisin : - Hé hé ! Je vous ai eu !! 
- Mais il fait mal celui-là !
- Oui ! C'est pour ça que je vous ai dit de regarder les oiseaux !
- On les voit même pas en plus !!"
Bernée comme une gamine de 5 ans.
 
troglodyte mignon.jpgJe reprends une conversation d'adulte : - Je peux faire des effets secondaires ? Que je me dise pas que j'ai chopé le corona quoi...
- Bof, non c'est rien...
- Ah ?
- Bon c'est possible, surtout qu'on a fait plusieurs vaccins... Peut-être de la fatigue, des douleurs au bras, des boules au niveau des injections, de la fièvre...
 
3 fois rien quoi, juste une petite gangrène. Je sors du cabinet en faisant ma guerrière revenue du front : "les piqûres, je les fais toutes d'un coup, tournée générale, cocktail molotov, même pas mal."
4 heures après, je regarde la dernière saison du Bureau des légendes et tout d'un coup je passe d'une conversation dans les locaux de la DGSE à une scène dans le désert avec un nouveau personnage et un mort ressuscité. En fait je me suis endormie comme une grosse larve et j'ai loupé un épisode. Mes bras me font atrocement mal, et je vois que deux nouveaux biceps ont poussé. Soit je suis Hulk somnambule et j'ai fait 3000 pompes sans m'en rendre compte, soit, plus plausible, je fais une réaction aux vaccins comme Coluche en fait aux moustiques dans Banzaï. Pendant 3 jours, je comate dans mon lit en me réveillant en sursaut dès que mes bras touchent le matelas.
"ça ne fait pas mal" "c'est rien du tout" qu'il disait.
 
Le 3ème jour, ce n'est pas la douleur qui me réveille du coma, mais un bruit. L'éternelle guitare du voisin, la corde à sauter de la voisine ? Non. Un son très agréable. Le chant du merle. C'est sûr, il a quitté le médecin pour moi :"Une fan apprécie mon talent à sa juste valeur, je déménage pour suivre mon public éclairé." En 13 ans à Paris, je ne l'entendais qu'exceptionnellement. Depuis, il chante du matin au soir, sa voix puissante résonne et couvre celle du clodo aviné et des perceuses. Je ne l'ai pas encore vu, il est certainement perché sur le toit car les merles aiment se placer en hauteur pour dominer, comme les chats. Merlounet nous gueule à longueur de journée (je vous fais la traduction, je parle couramment le merle) : "restez chez vous, ne faites pas de bruit, écoutez-moi, c'est moi le roi !" et je bois ses paroles religieusement. Depuis le début du confinement je mettais des chants d'oiseaux sur youtube pour oublier Paris. Plus besoin, je laisse la fenêtre ouverte. Il fait 14 degrés et un vent à décorner les cocus, mais je préfère m'enrouler dans mon plaid et risquer la pneumonie pour entendre mon nouvel ami. 
 
Blackbird singing in the dead of night
Take these broken wings and learn to fly
All your life
You were only waiting for this moment to arise

25/04/2020

Les oiseaux, partie 2

 
Réveille-toi !
Debout !
Tiens-toi droit !
On va leur montrer
Qu'on peut tout changer
 
Je sors donc de chez moi. Je me rends d'abord à la pharmacie chercher mes vaccins (pas contre le coronavirus malheureusement) Pour cela, je dois me faufiler entre les clients de la boucherie qui tiennent une file d'attente de 30 mètres pour aller bouffer du pangolin. Cette fois-ci, ils ont fait un effort : ils portent des masques, des vrais, ces précieux trésors introuvables. Mais ils les laissent autour du cou. Oui, ils les baissent pour pouvoir discuter entre eux...
Quant aux distances de sécurité, déjà, un mètre, je trouvais que c'était trop peu : lors de ma dernière sortie, le gamin qui m'a doublé en trottinette a échappé (jeté ?) son mouchoir, lequel avec le vent s'est immédiatement retrouvé 10 mètres plus loin. Alors avec les crachats de joggeurs, les gens qui toussent... La distance à maintenir à été remontée à 2 mètres minimum, et des médecins admettent que les postillons et éternuements peuvent se répandre à 5 mètres à la ronde.
 
J'ai bricolé un masque à ma façon. Certains prétendaient au début que c'était inutile, mais tous les hivers, je porte mon écharpe autour du nez dans le métro, et je suis rarement malade (enfin à part des maladies chroniques non contagieuses), pas même un rhume. J'ai donc imaginé une protection avec une superposition de filtre à café, de sopalin, de foulard puis de tour du cou. Au top de la mode pour la collection printemps-été 2020. 26 degrés, j'étouffe sous mes 4 couches de protection (et même 8 car les foulards sont pliés en deux). La prochaine fois, j'en rajoute une 9ème avec une serviette hygiénique. Je pars en mission commando suicide.
Il faudrait retrouver les oiseaux blessés
Ils sont bien quelque part, on peut les sauver
Vaut mieux tout recommencer, on peut pas se suicider
 
Parvenant tant bien que mal à me glisser entre deux pestiférés, je rentre dans la pharmacie. C'est la première fois en 5 semaines que je parle à quelqu'un de visu (si l'on excepte le simple "bonjour" avec les voisins devant les poubelles). Je suis si contente de tenir enfin une conversation (ah les médicaments, ma passion) que je me montre volubile. Sauf qu'avec mes 8 couches de protection sur la gueule, la pharmacienne ne comprend rien.
Moi : "fé  fou fé fan fi fote feu faq faufou fu cou
Pharmacienne : - Pardon?
 Plus fort : FE FOU FE FAN FI FOTE... 
La pharmacienne grimace et tend l'oreille. J'articule : - F'est fou ces gens qui fautent
Elle se rapproche encore. Rah et la distance de sécurité... Par réflexe d'agacement de ne pas me faire comprendre, j'écarte un peu ma super protection sans la baisser :
" C'est fou ces gens qui portent leurs masques autour du cou !"
- Oui ! C'est ce qu'on se dit tous ici en les voyant. C'est désolant. ça ne sert à rien... Puis en touchant leur protection, ils la contaminent."
 
Un ange passe. Me croyant jouer à 1,2,3 soleil, je m'immobilise comme lorsque le maître du jeu se retourne pour voir si on a bougé : car j'ai la main sur mon foulard. J'essaie de le redresser tant bien que mal car les 28 couches de protections se disloquent. Hum.
Respire! On va leur montrer
Respire! Qu'on peut tout changer
Respire ! Debout, souffle
Réveille-toi
 
Après la pharmacienne, je dois à présent affronter le médecin...
à suivre
 

20/04/2020

Les oiseaux, partie 1

coronavirus, confinement, chanson française, musiquePleure pas, crie pas
N'oublie pas que tu n'as plus vingt ans
Ne te laisse pas sortir
Ou tu vas mourir
Notre vie n'est pas foutue
Faut pas qu'on s'habitue
 
Deux pigeons roucoulent devant ma fenêtre ouverte à 1 mètre de moi. Ils ne respectent pas la "distance de sécurité" ni les "gestes barrières" ni la limite "d'une heure autorisée". Ils me narguent en marchant sur la margelle, faisant crisser leurs serres sur le zinc : "alors comme ça, on ne peut pas sortir ? Frustrant hein ?" 
Confinement J+ je sais plus combien. Et on n'a même pas subi la moitié. Parce que le 11 mai, j'y crois autant qu'à la marmotte qui met le chocolat dans le papier d'alu. En plus je fais partie des "personnes à risque" (contre toutes les apparences : pas parce que je suis une mémé) qui "vont devoir rester confinées plus longtemps". Pas près de revoir mes oiseaux ni les marmottes (et vérifier si c'est vrai pour le papier d'alu). (J'ai un doute, elles sont capables de tout ces petites bestioles).
 
J'ai eu une bonne excuse pour sortir : me faire soigner, car les médecins s'alarmaient que "la situation est aussi dramatique pour les malades chroniques que l'on a perdus, ils n'osent plus venir nous voir."
coronavirus, confinement, chanson française, musiqueRéveille-toi
Debout, tiens-toi droit!
On va leur montrer
Qu'on peut tout changer
Je sais bien que les oiseaux perdus
Ne reviendront jamais
 
Alors je me suis résolue à me rendre chez le docteur, qui m'a sorti son sempiternel "mais pourquoi vous avez attendu !" Déjà parce qu'à chaque fois je pense "nan c'est rien, ça va passer, oublie que t'as aucune chance, on sait jamais sur un malentendu ça peut marcher". Puis en ce moment, la "petite grippette" ne m'encourage pas à sortir. Et pour des piqûres, encore moins. La dernière fois ya deux mois, après 5 jours d'empalements par des perfusions grosses comme le pipeau du déconfinement prochain, mes veines ne pouvaient tellement plus supporter que les infirmières ont dû s'y prendre à 3 pour me piquer 7 fois : "désolées pour le massacre" à la tronçonneuse. Mes bras ont ressemblé pendant 3 semaines à ceux d'une toxico du canal saint martin. J'aurais bien tenté les piqûres par téléconsultation sinon, je suis sûre que mon médecin a un petit côté marabout. Il pourrait sinon me lancer la seringue de loin comme l'infirmière le fait à De funès dans L'aile ou la cuisse (voir en lien) mais mon docteur n'est pas aussi sadique.
Mais arrête de dire dans ton lit
Que tu vas faire tout sauter
Toussoter 
 
Je téléphone d'abord pour savoir comment on procède, car je n'ai pas spécialement envie de me retrouver dans une salle d'attente bondée alors que je slalome déjà entre les joggeurs et crachats dès que je sors de chez moi.
Secrétaire :
- Oui vous pouvez venir cet après-midi, il est réservé aux patients atteints du covid.
- Mais je l'ai pas moi ! Et je suis à risque en + ! 
- Ah non pardon, je voulais dire que le covid, c'est le matin, l'après midi, c'est les téléconsultations.
- Il va me vacciner par téléphone ? (un marabout, j'en étais sûre !)
- Non (ah flûte) mais vous pouvez venir, la salle d'attente sera vide."
Allons viens et calme-toi
Parle-nous, ouvre-toi
 
Je sors donc de chez moi...
à suivre...

13/04/2020

Le lundi au soleil, c'est une chose qu'on n'aura jamais

28 jours affiche.jpgChaque fois c'est pareil
C'est quand on est derrière les carreaux
Qu'on est confinés que le ciel est beau
Qu'il doit faire beau sur les routes
 
Ca y est, on y est. 28 jours plus tard, comme dans le film. Les gens se transforment en zombies agressifs. Les insultes fusent en bas de chez moi :
" Vous prenez toute la place madame !
- Va te faire tringler !"
Ou encore : "ça va 6 paquets de farine, ça vous suffit peut-être ?!"
J'imagine le carnage à la American nightmare après ce soir, quand Macron annoncera la prolongation du confinement. Vous pariez sur quoi ? Mi-mai, début juin, et plus si affinités ?
 
marmotte.jpgA part la réclusion forcée avec des voisins que je méprise, le confinement ne change pas grand chose à mon quotidien au final. Avant je me lavais déjà les mains 20 fois par jour (obligée, l'estomac sur pattes mange beaucoup). Je ne fais pas la bise (je trouve cette manie dégueulasse) ni ne serre la main, évite la foule, en sortant peu le week-end et en prenant le métro à peine une fois par mois (je préfère marcher). J'enlève mes chaussures en rentrant chez moi, enfile une tenue uniquement pour la maison, ôte les emballages des aliments avant de les mettre dans le frigo. Je fais mes courses une fois toutes les 6 semaines (je déteste faire les magasins) Je cuisine moi-même, n'achète pas de pain en boulangerie. Je fais déjà du sport, yoga et relaxation quotidiennement et je sors peu voir des gens (en tout cas presque jamais hors du quartier à + de 2 km de chez moi accessible à pied).
Donc quand je lis les conseils pour survivre au confinement, j'ai plutôt l'impression de lire mes habitudes de vie : "Ah y en a qui ne se lavaient pas les mains avant ? Qui supportent pas d'être seuls face à eux-mêmes ?"
 
Pour mon planning quotidien, j'ai juste remplacé le travail par l'écriture et ça me convient très bien. Je suis ravie de ne plus bosser ni de voir les têtes de cons du boulot. Mais c'est le défoulement physique que le taf me procurait (beaucoup de marche, de montées d'escaliers) qui me manque, et plus que tout, ma promenade quotidienne au parc. Je les remplace par une heure de sport en +, mais même 2 à 3h par jour n'équivaut pas à  l'effort physique de la marche rapide, car je ne transpire pas en faisant des abdos. Le sport face à une fenêtre avec vue sur un immeuble hideux et les gamins qui braillent ne remplace par une promenade au milieu des mésanges qui gazouillent et des rosiers qui commencent à fleurir.
 
Je suis tellement sevrée de verdure que je rêve régulièrement, tous les hivers, que je marche en montagne. Si je ne peux pas aller cet été dans les Alpes voir mes marmottes parce que l'épidémie perdure à cause du confinement non respecté, au lieu d'observer les joggeurs depuis ma fenêtre, je vous préviens, je vais faire du tir aux pigeons dessus. Je ne pars pas en vacances sur les plages crades et bondées de la Méditerranée (quelle horreur) mais dans les alpages où je ne croise personne en 4 heures de balade (je me promène entre 15 et 19 heures quand les rares randonneurs rentrent et donc que les animaux sortent). Je ne vais pas contaminer les marmottes et les bouquetins à 20 mètres de distance.
 
alpes.jpgDis, ça fait combien de temps
Que tu n'as pas vu un peuplier, une fleur des champs?
Si tu as quelques chagrins
Pour les oublier il y a toujours une gare, un train
Change de ciel, viens voir la terre
Voir le soleil et les rivières
Viens à la maison y a le printemps qui chante
 
 
 

11/04/2020

Viens à la maison y a le printemps qui chante

buffet froid.jpgEt vu qu'il fait 26 degrés on peut même directement passer à : 
Voilà l'été j'aperçois le soleil
Les nuages filent et le ciel s'éclaircit
Et dans ma tête qui bourdonnent ? Les abeilles
J'entends rugir... la perceuse du voisin 
 
Normalement quand les beaux jours arrivent, je vais me promener quotidiennement au parc voir les canetons et je leur donne à chacun un petit nom (Poupou, Poupinou, Poupinounet). Avec le confinement, on nous a promis le silence dans Paris, le retour des oiseaux, des renards, des dinosaures. J'ai entendu une timide mésange charbonnière  "tiens, les cons sont partis, et si je tentais une sortie ?" mais elle a été immédiatement interrompue par le doux chant d'une perceuse. J'ai tenté de l'amadouer en mettant sur youtube "chants d'oiseaux de nos jardins" en me disant que ça servirait comme appeau, qu'elle viendrait sur ma fenêtre, que je lui donnerai des graines, qu'on deviendrait copines etc, mais peine perdue. Je n'ai plus qu'à apprivoiser le clodo qui gueule en bas de chez moi en lui lançant des canettes de bière.
 
La voisine qui refusait jusque-là de marcher et de faire du sport, habitant à côté d'un parc depuis 10 ans sans y avoir jamais mis les pieds (!!), se découvre soudainement une passion pour la corde à sauter. Le sol et les murs tremblent. Entre l'éléphant et la perceuse, l'immeuble va bientôt s'écrouler.
Le voisin s'est mis à la guitare aussi. Heureusement il a bon goût, en jouant Beatles et Rolling Stones, mais comme il apprend, il répète inlassablement les mêmes (fausses) notes. J'adore les Gymnopédies d'Erik Satie, mais version orchestre de professionnels, pas musique de chambre de débutant confiné. 
 
buffet blier.jpgAprès Jack Nicholson défonçant la porte de la voisine à coups de hache, j'envisage le remake de Buffet froid :
" Qu'est-ce que tu fous dans cette tour ?
- Mais je suis locataire !
- Eh ben tu vas déménager. Cette tour est malsaine. Des meurtres ont été commis, ça suffit comme ça je ne veux pas d'un nouveau criminel comme voisin.
- Mais j'ai jamais tué personne moi ! Je suis un artiste, je suis musicien ! Je suis 3ème violon à l'opéra.
- Qu'est-ce que t'as dit ? Mettez-lui les menottes. Y aura pas de violoniste dans cette tour. C'est une tour interdite aux musiciens, sans gamme et sans arpège ! On ne veut pas devenir dingues avec ton archet qui va grincer 4 heures par jour ! Ca me scie les nerfs moi, je suis allergique ! T'as connu une dénommée Jacqueline Pradel ?
- Oui, une grande artiste !
- Très grande. C'était ma femme. Elle passait son temps à faire des gammes. Le soir je rentrais du boulot vanné et elle m'accueillait avec des gammes, toujours des gammes ! Pas moyen de se reposer 5 minutes ! Alors un jour j'ai branché son violon sur le 220.
- Elle est pas morte dans son bain ?
- Bien sûr que non. Son bain je l'ai fait couler après..."
Spéciale dédicace pour les voisins.
 
Pire que la guitare, la corde à sauter et la foldingo qui développe des tocs en passant l'aspirateur 3 fois par jour et vérifiant si sa porte est bien fermée alors qu'elle est pas sortie depuis un mois, une voisine écoute de la musique pourrie avec des gonzesses qui hurlent à la mort comme si on les égorgeait. Je ne supporte pas ce genre de "chanteuses à voix" qui chouinent et hululent. Ca m'horripile, mais vraiment. Tous mes muscles se tendent, j'ai envie de frapper quelqu'un et si la gonzesse beugle trop longtemps, le désespoir m'envahit. A Guantanamo on faisait craquer les prisonniers en leur mettant du Britney Spears en boucle, mettez moi du Céline Fion et j'avoue tout au bout de deux chansons pour arrêter la torture. Alors à défaut de pouvoir comme Blier brancher la voisine sur le 220, je mets de la musique à l'extrême opposé, très joyeuse, très dynamique et brute de décoffrage : du punk rock celtique (Flogging Molly et Dropkick Murphys je les ai vus plusieurs fois en concert, ça déménage) en boxant contre un vieux coussin. Si j'avais une imprimante, j'aurais scotché la photo des voisins dessus pour plus de réalisme.
à suivre...