Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2020

Parodie de journal des gueux, suite

tous les matins du monde musique.jpgMarie Darrieussecq, auteure de Truismes, Le bébé, Être ici est une splendeur et Il faut beaucoup aimer les hommes, nous livre son journal de vacances dans une maison de campagne.
Mercredi. Conseil de famille. Nos ados acceptent de se lever au plus tard à dix heures. Dans cette maison normalement de vacances, la consigne s'avère rude. Mais chacun retrouve du temps. Plus de trajets à l'école, d'accompagnement au sport, etc. J'aimerais qu'ils goûtent ce qui m'occupait tant, ici, enfant : l'ennui. Donc la rêverie. Empêchée par les écrans, dont la compagnie est pourtant si précieuse.
Dans l'immédiat, la petite joue de la guitare au sous-sol. J'ai un contrat avec elle : elle fera ce qu'elle voudra, mais lira trente pages par jour.
Deux biches broutent dans notre jardin en friche. Dans le ciel sans avion un milan fait des cercles… Les animaux sauvages profitent de l'absence des hommes.

mes chers voisins.jpgPapillote, auteure de Truites, Le morveux, Être ici est un cauchemar et Il faut beaucoup aimer les chats, nous livre son journal de confinement dans un studio en ville.
Mercredi.
Conseil à moi-même. J'accepte de me lever au plus tard à midi. Dans ce studio pourri, la consigne s'avère rude. Mais je retrouve du temps. Plus de travail, de promenade au parc, etc. Je goûte ce qui m'occupait tant, enfant : l'ennui. Donc la rêverie. Empêchée par les écrans qui relatent en boucle les mêmes infos sur l'épidémie, mais dont la compagnie est pourtant si précieuse.
Dans l'immédiat, le voisin joue de la guitare au-dessus. La voisine fait de la corde à sauter à faire trembler les murs, l'autre met son cours de yoga à fond. Je mets un contrat sur leur tête. Ils font ce qu'ils veulent, mais en silence.
Deux clodos se battent sur le trottoir dégueulasse. Je ne vois pas le ciel car j'habite le premier étage d'une rue étroite. J'aimerais bien que les animaux sauvages profitent de la quasi absence des hommes pour bouffer ceux qui restent encore à faire du jogging dans la rue.

Midi. Mon mari passe son temps en e-réunion. Je me demande si les femmes, comme toujours dans les crises, ne vont pas faire tourner l'essentiel, la maison, la vie…
Midi mon mari ce héros le plus beau n'existe toujours pas. Je me demande si les femmes, comme toujours dans les crises, ne vont pas en pâtir, les infirmières, les caissières en premières lignes, et ne vont pas faire tourner l'essentiel, la maison, la vie, l'hopital, le supermarché…

vie long fleuve tranquille le quesnoy.jpg14 heures. Nous planquons au garage notre voiture immatriculée à Paris et prenons la vieille que nous gardons ici. Je sens qu'il n'est pas bon de rouler avec un 75 aux fesses…
Nous partons voir la mer. Elle bat, lourde, forte, indifférente. La plage est déserte. J'ai une vision de planète sans humains. L'hypothèse Gaia, un rééquilibrage de la planète par elle-même, la Terre comme entité globale qui compense l'action des humains (leurs antibiotiques aux poulets, leur surchauffe polluante, leur déforestation, leurs étals d'animaux morts…) par une sorte de surpuissance donnée à l'infiniment petit, le virus qui nous supprimerait, enfin je romance déjà, mon mari (ou des chercheurs comme Bruno Latour) vous l'expliquerait de façon plus carrée.
Quatre flics masqués contemplent les vagues avec mélancolie. Nous avons coché la case « déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes ».

vie long fleuve trabquille groseille.jpg14 heures. Je me planque derrière la fenêtre comme une vieille qui espionne les voisins. Je sens qu'il n'est pas bon de sortir avec tous ces prétendus joggeurs qui pullulent et postillonnent.
Alors pour m'aérer, je descends ma poubelle. Elle pue, lourde, fortement, indifférente. La minuscule cour intérieure goudronnée est déserte. J'ai une vision face au mur et au grillage qui le surplombe, d'être dans une cour de prison. Mais même un prisonnier a le droit de marcher dans un endroit plus grand et a plus de contacts humains, même si c'est avec des gardiens. Enfin, je romance déjà, mon mari (le plus fort qui sait tout qui n'existe pas) me raisonnerait.
Aucun flic pour empêcher les joggeurs, les cyclistes, les innombrables personnes dans ma rue. Je respecte les consignes et je ne sors pas de chez moi.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Encore une fois je compatis pour tes conditions de confinement... le voisinage devient encore plus pesant quand c'est déjà le cas en temps normal... je regarde films, séries et quelques émissions tv mais j'ai arrêté les infos... je les lis dans la presse écrite, je préfère...

Écrit par : Carole Nipette | 28/03/2020

Le voisin ce matin m'a réveillée en apprenant à la guitare les gymnopédies de satie. J'adore, mais il ne sait pas encore les jouer, répétant en boucle les mêmes notes. D'ici la fin du confinement il devrait pourvoir interpréter l'intégrale sans faute... Je n'écoute + que d'une oreille le JT de 20h, il répète toujours la même chose.

Écrit par : Papillote | 29/03/2020

Écrire un commentaire