Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2020

Parodie de journal des gueux, suite

tous les matins du monde musique.jpgMarie Darrieussecq, auteure de Truismes, Le bébé, Être ici est une splendeur et Il faut beaucoup aimer les hommes, nous livre son journal de vacances dans une maison de campagne.
Mercredi. Conseil de famille. Nos ados acceptent de se lever au plus tard à dix heures. Dans cette maison normalement de vacances, la consigne s'avère rude. Mais chacun retrouve du temps. Plus de trajets à l'école, d'accompagnement au sport, etc. J'aimerais qu'ils goûtent ce qui m'occupait tant, ici, enfant : l'ennui. Donc la rêverie. Empêchée par les écrans, dont la compagnie est pourtant si précieuse.
Dans l'immédiat, la petite joue de la guitare au sous-sol. J'ai un contrat avec elle : elle fera ce qu'elle voudra, mais lira trente pages par jour.
Deux biches broutent dans notre jardin en friche. Dans le ciel sans avion un milan fait des cercles… Les animaux sauvages profitent de l'absence des hommes.

mes chers voisins.jpgPapillote, auteure de Truites, Le morveux, Être ici est un cauchemar et Il faut beaucoup aimer les chats, nous livre son journal de confinement dans un studio en ville.
Mercredi.
Conseil à moi-même. J'accepte de me lever au plus tard à midi. Dans ce studio pourri, la consigne s'avère rude. Mais je retrouve du temps. Plus de travail, de promenade au parc, etc. Je goûte ce qui m'occupait tant, enfant : l'ennui. Donc la rêverie. Empêchée par les écrans qui relatent en boucle les mêmes infos sur l'épidémie, mais dont la compagnie est pourtant si précieuse.
Dans l'immédiat, le voisin joue de la guitare au-dessus. La voisine fait de la corde à sauter à faire trembler les murs, l'autre met son cours de yoga à fond. Je mets un contrat sur leur tête. Ils font ce qu'ils veulent, mais en silence.
Deux clodos se battent sur le trottoir dégueulasse. Je ne vois pas le ciel car j'habite le premier étage d'une rue étroite. J'aimerais bien que les animaux sauvages profitent de la quasi absence des hommes pour bouffer ceux qui restent encore à faire du jogging dans la rue.

Midi. Mon mari passe son temps en e-réunion. Je me demande si les femmes, comme toujours dans les crises, ne vont pas faire tourner l'essentiel, la maison, la vie…
Midi mon mari ce héros le plus beau n'existe toujours pas. Je me demande si les femmes, comme toujours dans les crises, ne vont pas en pâtir, les infirmières, les caissières en premières lignes, et ne vont pas faire tourner l'essentiel, la maison, la vie, l'hopital, le supermarché…

vie long fleuve tranquille le quesnoy.jpg14 heures. Nous planquons au garage notre voiture immatriculée à Paris et prenons la vieille que nous gardons ici. Je sens qu'il n'est pas bon de rouler avec un 75 aux fesses…
Nous partons voir la mer. Elle bat, lourde, forte, indifférente. La plage est déserte. J'ai une vision de planète sans humains. L'hypothèse Gaia, un rééquilibrage de la planète par elle-même, la Terre comme entité globale qui compense l'action des humains (leurs antibiotiques aux poulets, leur surchauffe polluante, leur déforestation, leurs étals d'animaux morts…) par une sorte de surpuissance donnée à l'infiniment petit, le virus qui nous supprimerait, enfin je romance déjà, mon mari (ou des chercheurs comme Bruno Latour) vous l'expliquerait de façon plus carrée.
Quatre flics masqués contemplent les vagues avec mélancolie. Nous avons coché la case « déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes ».

vie long fleuve trabquille groseille.jpg14 heures. Je me planque derrière la fenêtre comme une vieille qui espionne les voisins. Je sens qu'il n'est pas bon de sortir avec tous ces prétendus joggeurs qui pullulent et postillonnent.
Alors pour m'aérer, je descends ma poubelle. Elle pue, lourde, fortement, indifférente. La minuscule cour intérieure goudronnée est déserte. J'ai une vision face au mur et au grillage qui le surplombe, d'être dans une cour de prison. Mais même un prisonnier a le droit de marcher dans un endroit plus grand et a plus de contacts humains, même si c'est avec des gardiens. Enfin, je romance déjà, mon mari (le plus fort qui sait tout qui n'existe pas) me raisonnerait.
Aucun flic pour empêcher les joggeurs, les cyclistes, les innombrables personnes dans ma rue. Je respecte les consignes et je ne sors pas de chez moi.

08/03/2019

Mes chers voisins : la vengeance

tatie danielle.jpgSouvenez-vous. Mémé était toute chamboulée dans son train-train quotidien : l'appartement du voisin, veuf SILENCIEUX, s'est libéré, des jeunes se sont installés. Les nouveaux ont organisé une soirée, donc DU BRUIT, en pleine semaine. Je cherchais une vengeance.
Ah ils ont mis de la musique de djeun's, à base de popopopo, jusqu'à 3 heures du mat'?
J'ai répliqué 4 heures plus tard en leur bombardant radio nostalgie.
Faut pas pousser mémé dans les orties.

Normalement je suis tirée du sommeil en douceur avec le radio réveil à faible volume, et Joe Dassin qui me susurre dans l'oreille : "tu sais, je n'ai jamais été aussi heureux que ce matin-là..."
Je me prépare rapidement, la musique si basse que je ne l'entends pas toujours très bien. Je ne veux pas déranger les voisins, et je connais les paroles par cœur de toute façon : "j'ai jamais eu les pieds sur Terre, j'aimerais mieux être un oiseau oh oh oh".

Mais cette fois-ci, j'ai augmenté le volume. Et je n'ai pas éteint le transistor en partant travailler.
Surtout, j'ai fait pareil le lendemain, un samedi. Parce que je bosse le samedi.
Bon, je n'ai pas réitéré le dimanche, je ne vais pas me lever exprès aux aurores juste pour emmerder les voisins non plus.

Les d'jeun's m'ont mis du rap, du hip-hop, de la soul funky trucmuche insupportable avec des pouffes qui hululent "ouououhh babyy" et le lascar qui répond "han yeah move your body"
Mémé leur a foutu Mike Brant à fond qui gueule : "laisse-moi t'aimer, toute une nuiiiiit LAISSE MOIAAAAA LAISSE-MOI T'AIIIIIMEEEEER !!!!

Je n'ai pas pu choisir le reste des chansons, mais je faisais confiance à radio nostalgie pour diffuser des mélodies modernes qui ne manqueraient pas de plaire aux voisins.
Et justement, le drame... ma fidèle station n'est plus ce qu'elle était.

Suite demain

21/02/2019

Mes chers voisins, suite : les envahisseurs

envahisseurs.jpgÇa y est. Ils sont là.
20h, je sors péniblement du boulot et n'ai qu'une hâte : rentrer chez moi pour me reposer.
Dès mon arrivée dans le hall d’immeuble, j’entends de la musique de djeun’s. A base de Popopopo (même en voulant faire croire que je suis trop "hype" ("dans le mouv'" ? "chébran"? comment parlent les jeunes d'aujourd'hui ?) mémé se trahit : après vérification, je constate que ma référence, NTM, date de 1995.)

Ce que je redoutais est arrivé. Les nouveaux voisins font une soirée. En pleine semaine. (Il paraît que le jeudi est le nouveau samedi) (Depuis longtemps sûrement, mais vous connaissez mémé).
Sur le palier, je sens également une odeur suspecte bien caractéristique. Vous savez, cette substance illégale qui est tolérée en Californie pour vertus médicinales...
Fatalement, j’entends ensuite des gloussements. Puis le chting des bouteilles de bière qui s’entrechoquent.

Depuis une demi-heure, les invités défilent. Ils sonnent et braillent dans l’interphone, grimpent comme des hippopotames dans l’escalier et crient « « OUAIIIS !!! C’EST NOUS !!!! SALUT CA VA ??? » quand le voisin leur ouvre la porte.

Vite, vous avez deux heures pour me trouver un plan pour saboter leur soirée. C'est qu'ils me couvrent ma télé, je ne peux plus regarder mon film tranquillement déjà que mémé est dure de la feuille.
Peut-être que la commère du dessous va téléphoner aux flics ? : « Au secours, de jeunes drogués font du bruit ! Venez-vite arrêter ces délinquants ! »
J’attends.

18/02/2019

Mes chers voisins

voisins.jpgMémé Papillote est toute chamboulée dans son quotidien. Comme tous les vieux croûtons, j’apprécie la tranquillité et le silence. Je déteste le bruit des autres, il est normal que je n’en fasse pas non plus : pas de musique forte, pas de grosses soirées organisées dans l’appart. J’étais très contente d’avoir un vieux veuf comme voisin : silence complet chez lui. L’inconvénient, c’est qu’on ne réalise pas le bruit qu’on produit... Quand le pépé a reçu une visite, on s’est rendu compte qu’on entendait toute la conversation, donc qu’en échange les voisins devaient aussi nous écouter… (j’ai  arrêté de parler pendant trois heures suite à cette révélation ! Mon frère était content.)

L’autre inconvénient des vieux, c’est qu’ils meurent… L’appartement d’à côté s'est libéré, le défilé des prétendants à la location a commencé. Mémé Papillote a entrepris le sabotage.
Une jeune divorcée avec son bébé me demande son avis sur le studio libre (le mien est identique).
Quoi ! Un merdeux qui va hurler tout le temps ! J’ai déjà les nerfs en pelote car je dors très mal, ça va pas non !
Je réponds à la jeune mère : "L’appart est trop petit pour un enfant… il a besoin d’espace... pour s’épanouir…"( Je ne mens pas, 23 mètres carrés)

Un autre jeune me questionne.
Celui-ci a l’air dragueur… je ne veux pas qu’il ramène des conquêtes tous les soirs et qu’il me réveille avec des bruits pas catholiques comme disait ma grand-mère.
Le jeune : « Le quartier est bien ? Il a de bons endroits pour sortir ? »
S’il fait la fête dehors, ça ne me dérange pas, mais il va sûrement faire des soirées chez lui aussi, donc du bruit !
Moi : « - Le coin est tranquille, la population plutôt âgée. Pas de bars dans les environs…Faut plutôt habiter du côté des facs pour en trouver ! »

Je croise ensuite la propriétaire :
Moi : - L’idéal, c’est une personne seule. Un petit vieux qui ne fait pas de bruit me convient très bien ! »
J’ai parlé sur le ton de la plaisanterie, la femme a rigolé, mais entre nous, vous saviez que j’étais sérieuse…
J’aurai dû caresser la proprio dans le sens du poil :
« Puis les vieux ne font pas de dégâts, ils n’ont pas la force de faire des trous dans le mur pour poser une étagère… Alors que les jeunes, ils osent tout ! Ils mettent des posters, ne font pas le ménage… Ils dégradent l’appartement ! Les personnes âgées ont plus le sens de la propreté et des convenances ! De mon temps… » 

La propriétaire n’a pas tenu compte de mes suggestions. Hier soir, j’ai croisé mes nouveaux voisins. Un couple, de 25 ans environ. Horreur, infamie.
Avec un peu de chance, ils n’ont pas d’amis et leur relation ne va pas durer. Un seul restera dans l’appartement, tellement déprimé qu’il restera au lit toute la journée, sans faire de bruit.
Pourvu qu’ils ne pendent pas la crémaillère.

Je vous mets le lien sur la chanson rigolote de Polnareff, Pipelette :
"Si un soir, vous écoutez cette chanson
Un peu trop fort et qu'au plafond
On tape, tape, tape, tape !
Ne demandez pas qui fait tout ce bruit là ... Oh non…

C’est la pipelette, c'est la pipelette
C'est la pipelette qui vous dit d'arrêter
C'est la pipelette, c’'est la pipelette
C'est la pipelette qui vous dit de baisser"

Une prochaine fois, je vous raconterai mon sabotage pour empêcher de nouveaux venus de fréquenter ma salle de sport (j'aime garder les appareils pour moi toute seule).