Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2010

Coup de vieux (Raider, 2 doigts coupe faim)

Telechat.gifLe gosse que je garde de temps en temps visionne les Simpson pendant que je prépare le repas.
Je suis parfois larguée avec lui, il me parle de trucs à la mode inconnus, comme les podcasts, ou emploie des mots incompréhensibles : « Brian il m’a traité dans la cour ! - Il t’a traité de quoi? Ben, il m’a traité ! -Oui mais de quoi ? (Mémé Papillote a fini par comprendre que « traiter » signifiait « insulter »).

Pour faire la fille qui est dans le coup, j’annonce fièrement :
- Tu sais, à ton âge, je regardais aussi les Simpson !
Le gosse me regarde avec dédain et soupire :
- Pff, oui mais à l’époque, c’était en noir et blanc.
Moi, complètement dépitée : -Mais... mais non ! c’est pas si vieux, les Simpsons n’ont que 20 ans !
(Bon, ma grand-mère avait toujours une télé en noir et blanc en 89, mais quand même !)
Gosse : - Ah bon ? Les Simpsons n’ont que 20 ans ? Mais t’as quel âge alors ?

Mais vas-y rajoute une couche ! (T’as intérêt à les finir tes haricots maintenant, je vais pas te louper toi !)
Moi : -Tu me donnes quel âge ?
Gosse : - Je sais pas… 40-45 ?
(Finalement je vais me verser un peu de gnôle avec les haricots, des haricots flambés, je suis sûre que c’est bon. Puis toi, tu vas au lit à 9 heures tapantes !)

Je vous rappelle qu’en général on ne me donne pas plus de 22 ans en me voyant. Se prendre 20 ans d’un coup, ça fait mal.
Moi : - c’est l’âge de tes parents qui ont les cheveux gris et des rides, alors que j’ai toujours mon teint de pêche (et boutonneux) de jeune fille et mes cheveux châtains dorés ou blond cendré (comme dit mon coiffeur daltonien). Tu trouves que j’ai l’air aussi vieille d’avoir l’âge de tes parents ?!!!?
Gosse : - Ben oui…

Inutile de vous préciser que le gosse a fini tous ses haricots et tous ses grains de riz, qu’il a lu lui-même l’histoire que je lui ai sélectionné (celle de son livre de français alors qu’il préférait que je lui lise foot 2 rue) et que j’ai éteint la lumière à 9 heures moins dix (le petit m’avait l’air fatigué).

Je plaisante, je lui ai lu le petit Nicolas jusqu’à l’heure de coucher habituelle. (Par contre, l’estomac sur pattes ne rigole pas avec la bouffe, les gosses finissent TOUJOURS leur assiette. Mais c’est parce que je les sers peu pour ne pas gâcher, et que je « déguise » les légumes. Les gosses ne râlent jamais avec la nourriture avec moi. Je dois leur transmettre mon enthousiasme sincère : « super ! C’est enfin l’heure du repas ! »)
Je l’aurai un jour, je l’aurai.

coup de vieux raider.jpgJe vous invite à regarder le merveilleux site coup de vieux, si vous aussi vous mangiez des Raiders et pas des Twix. (je me souviens du choc quand mon biscuit préféré a changé de nom, tous mes repères étaient partis, ma vie n’avait plus aucun sens) L’estomac sur pattes se rappelle de tous les produits de la rubrique « nourriture » (les crok’images, brut soif de mordre, Pacific, force anis -enfin, j’en buvais pas à l’époque, j’étais trop petite. Hum..)
Le pire c’est de voir que je ne connais pas certains  éléments  du site coup de vieux, parce que j’étais déjà trop vieille : par exemple les chaussures Buffalo de 95. En même temps je n’étais pas spécialement à la pointe de la mode avec mes vêtements et chaussons tricotés par ma mère…

coup de vieuxdix de chute.jpgQuand je regarde la catégorie jouets, je reconnais les pubs, mais je m’aperçois que Cosette ne possédait aucun de ces supers trucs. (les hippogloutons, dix de chute, le spirograph, la dictée magique et docteur Maboul, je rêvais d’en avoir, mais je pouvais y jouer chez ma « copine riche »)

« la poupée Barbie c’était cher, (je n’avais qu’une pâle imitation) tu jouais avec les jeux de ton frère et de toute façon, on avait pas la place dans l’appart pour stocker des jouets» m’a expliqué ma mère, qui sait toujours mettre les formes.

Et vous, votre dernier coup de vieux ?

Vous avez vu que la 5 rediffuse Téléchat ? Y'a qu'une télé, c'est téléchat ! (mais j'avais un peu peur du téléphone et des gluons)

Je sens que je vais faire plusieurs articles coup de vieux, si ça vous dit...

13/11/2010

TF1 la chaîne de la culture : fin de concession

fin de concession.jpgCa fait longtemps que je surveille la carrière de Pierre Carles, ce réalisateur indépendant dénonçant les travers des médias.
Plusieurs de ses séquences ont crée un formidable buzz dernièrement, et pourtant le nom de Pierre Carles n’était quasiment jamais cité. Avant de voir son film, je ne savais même pas qu’il était l’auteur des extraits  polémiques : (je vous invite grandement à cliquer sur les liens vers les séquences) :
- C’est Pierre Carles qui a montré Jean Luc Mélenchon traitant Pujadas, le journaliste du JT de France 2, de "larbin !" "laquais" à la solde du pouvoir politique.
- C’est encore Pierre Carles qui a filmé Arnaud Montebourg proclamant : « c’est le moment de taper sur TF1, car c’est la chaîne de la droite, des idées qui détruisent la France, la télévision de l’individualisme, du fric… »

Ces séquences sont extraites du dernier documentaire de Pierre Carles, Fin de concession. Le réalisateur s’y pose une simple question : « pourquoi la concession entre TF1 et son actionnaire principal, Bouygues, est-elle sans cesse renouvelée, alors que le cahier des charges, promettant une chaîne basée sur la culture, n’a pas été respecté ? »

Le réalisateur montre les archives de l’audition du groupe Bouygues en 1987 pour remporter la première chaîne.  Les images sont ahurissantes : Bouygues promet : « nous serons une chaîne de culture et nous avons l’ambition d’imposer notre marque sur ce point de vue là » TF1 « réservera une place importante aux évènements culturels de haut niveau » en diffusant de l’opéra (Ravel, le festival d’Orange…). Elle « oubliera de temps en temps l’audimat » elle proposera peu de séries américaines et de dessins animés qui abrutissent les enfants, mais financera des productions françaises. Bernard Tapie ajoute même « on verra des matchs de pelote basque » !

Normalement, la concession de TF1 et Bouygues devait être réétudiée au bout de 10 ans, si l’entreprise n’avait pas rempli le cahier des charges. Or, rien n’a été fait, comme vous pouvez tous le constater…     A part Télérama à l’époque, dont TF1 s’opposait à la publication de l’article, aucun média n’en a parlé… Le Lay, le PDG de TF1 depuis la privatisation et jusqu’en 2007,  a même avoué les prétentions contraires de la première chaîne : « à la base, le métier de TF1 c’est d’aider Coca-cola, par exemple, à vendre son produit. Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du spectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible, c'est-à-dire de le divertir, de le détendre en deux messages. Ce que nous vendons à Coca-cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ».

Pierre Carles tente d’interroger des journalistes sur ce sujet, et il se retrouve face à un mur. Quasiment personne n’accepte de lui répondre, et sans « langue de bois ». On comprend mieux pourquoi la France est classée 44ème pour la liberté de la presse…
C’est déprimant, même si le réalisateur traite le sujet avec beaucoup de vivacité, d’humour et d’autodérision comme à son habitude. On rit  lorsqu’il tente de filmer à leur insu les journalistes depuis une montgolfière. On s’esclaffe avec le running gag de Jacques Chancel, qui à chaque coup de fil, a toujours de bonnes excuses pour ne pas se faire interroger. L’interview de Charles Villeneuve est désopilante : il déplore «je me suis déjà fait avoir une fois » et pourtant il ne se rend pas compte qu’il a affaire à la même personne et qu’il se fait donc encore rouler ! Toute la salle a explosé de rire en entendant la sonnerie de son téléphone : la B.O du Parrain

Pierre Carles est considéré comme le Michael Moore Français, pour ses documentaires polémiques et drôles, où il se met en scène. Pourtant contrairement au réalisateur Américain, Carles se remet plus en question. Il filme des collègues le critiquant, il admet avoir perdu de sa gniaque, user de procédés douteux (dissimuler son identité pour soutirer des déclarations…)

Je vous conseille vivement de voir ce film très révélateur sur les médias français. Dépêchez-vous, il est peu diffusé…

05/09/2010

Les petits carnets ciné

carnet vert.jpgEt non pas les petits papiers de Gainsbourg en référence à l’actualité, je reprends juste le titre de Chocoladdict. La blogueuse nous demande de montrer nos papiers d’identité s’il vous plaît calepins.

Mes petits carnets me sont très précieux, je les garde tous. J’en tiens un par an depuis mes 11 ans. J’y note essentiellement les films que je vois et les livres que je lis chaque année. J’emporte le dernier cahier dans tous mes voyages : si je n’écris pas au fur et à mesure les titres des films que je voie, je les oublie. Ce qui est tout de même bien pratique : mémé Alzheimer peut visionner dix fois le même film, elle ne se souvient pas de la fin, si l’histoire se termine bien, si quelqu’un a sauvé Willy ou qui a tué harry (dans le film de Hitchcock, que j’ai pourtant regardé trois fois).

La preuve : je jette un œil sur la Bible de cette semaine (le programme télé). Je me souviens peu de ces films pourtant vus et revus : Ce soir, Arrête-moi si tu peux de Spielberg, demain, Tous les matins du monde d'Alain Corneau
mardi, La piscine de Deray (je me rappelle surtout des  torses bronzés de Delon et Ronet, comme dans Plein soleil) (je vois aussi que le câble diffuse le magnifique Roseaux sauvages de Téchiné et le jubilatoire  Limier de Mankiewicz. Pourquoi je ne capte pas ces chaînes ! Grosse frustration)
Mercredi, Reservoir dogs de Tarantino, jeudi, Les incorruptibles de De Palma.
Notez au passage que je livre des conseils judicieux en matière de cinéma. Tiens, c’est une idée, si je vous donnais chaque dimanche ma sélection de films et de documentaires de la semaine ? De quoi passer toutes vos soirées sur le canapé.  (Papillote, nouvelle responsable de la sédentarité, du grignotage et de l’obésité en France. Ou plutôt, Papillote, nouvelle critique ciné. Embauchez-moi !)

Mes petits carnets me sont donc indispensables. Comme une année scolaire se termine et qu’une autre commence, mon dernier calepin est rempli et je dois en racheter un neuf. (Bien entendu je n’ai pas pensé à le faire avant d’écrire ma note, c’est ballot). En attendant je vous dévoile les carnets des trois dernières années, toujours choisis dans la même collection, car je suis un peu maniaque : la présentation doit être identique, l'écriture en bleu, les titres en capitales et les réalisateurs en italiques. Remarquez que le carnet vert est plus grand que les autres, et en plus les pages n'ont même pas de lignes ! Ça a perturbé mémé psychorigide pendant des semaines. (Ma vie est pleine de drames, je sais).

carnets chats.jpg

Et vous, utilisez-vous des petits carnets ? Mes conseils ciné hebdomadaires vous intéresseraient-ils ?


 

24/08/2010

Les citations du jour : le cinéma

le_cerveau_.jpgLa chanson culte de film de vacances : Le cerveau de Gérard Oury, musique d'American Breed :

"who's got a computer for a mind ? The brain ! who's got an I.Q like a Einstein ? Papillote ! The brain !"

Les phrases marrantes du jour (sur le cinéma):

"J'ai vu un film tellement mauvais que les gens faisaient la queue pour sortir de la salle" Robert Frost

"Un critique, c'est quelqu'un qui connaît le chemin mais qui ne sait pas conduire" Kenneth Tynan

"Le secret de la créativité, c'est de bien cacher ses sources" Albert Einstein

"En moins de 50 ans, on est passé du cinéma muet au cinéma qui n'a rien à dire" Doug Larson

"Une célébrité, c'est quelqu'un qui travaille dur pour arriver à être connu, et qui, ensuite, porte des lunettes noires pour qu'on ne le reconnaisse pas" Fred Allen

"Pour des raisons qui m'échappent, je suis plus apprécié en France que dans mon propre pays. J'imagine que le type qui écrit les sous-titres doit être très drôle" Woody Allen

Extraits de "So irressitible ! Deux siècles d'humour anglo-saxon de Jean-Loup Chiflet