Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2010

Bilan ciné mai

kick-ass.jpgSeulement une semaine de retard pour le bilan ciné ! Un jour je parlerai des films quand ils seront encore en salles ! Youpi !

Kick ass de Matthew Vaughn

Un adolescent ordinaire, un père et sa fillette, malgré leur absence de supers pouvoirs, décident de devenir des héros justiciers. Vu la bande annonce, je m’attendais à un film d’action pour gamins, un peu bête. Les spectateurs ont dû avoir la même impression, puisque le film n’a pas fait beaucoup d’entrées. C’est bien dommage, car j’ai été agréablement surprise.

Kick Ass est drôle, avec un vrai scénario, plein de rebondissements, une mise en scène efficace, des acteurs excellents. Le début, qui montre avec humour et justesse les affres de l’adolescence, me fait penser aux prologues des films de Spiderman, quand on voit le héros batailler avec son quotidien (ces passages réalistes sont d’ailleurs mes préférés dans les trois films de la série). Même si la fin cède aux techniques de films d’actions violents, elle est tournée avec tellement de virtuosité, d’humour et de détachement que je l’ai appréciée, alors que je n’aime pas les films d’action. Une bonne surprise. (enfin, pas tant que ça, car j'avais déjà beaucoup apprécié Stardust et Layer cake du même réalisateur)

Robin bois.jpgRobin des bois de Ridley Scott

Une flopée de films a parlé de ce mythe (parmi les plus connus : celui de Michael Curtiz en 1938 avec Errol Flynn, celui interprété par Sean Connery et le Robin joué par Kévin Costner). Ridley Scott parvient à renouveler le genre en s’attardant sur la période qui précède le mythe : quand Robin ne trouve pas encore refuge dans les bois (le film aurait pu se nommer « Robin le soldat » ou « Robin de Nottingham »). L’autre originalité du film, c’est que Marianne n’est plus une pauvre gourde fragile que le héros doit protéger, elle se défend et se débrouille toute seule.

Robin des bois est un bon divertissement, on suit l’histoire avec plaisir. Le gros point négatif, c’est que le film est très académique, il manque cruellement de souffle épique et d’enjeu. Les situations s’enchaînent sans suspense, on sait toujours à l’avance ce qui va se passer.  La bataille finale commençait bien, avec un magnifique panorama sur les deux armées, des plans impressionnants sur les nuées de flèches lancées… puis la guerre se règle en deux coups de cuillère à pot, on n’a pas le temps d’angoisser ou de s’émouvoir. Je ne regrette pas d’avoir vu le film, agréable sur grand écran, mais je ne le reverrai sans doute pas à la télé…


A suivre :
Freddy, Crazy night et L’élite de Brooklyn


Et vous, qu’avez-vous vu au cinéma ?

13/03/2010

Comment choisis-tu tes livres ?

gaston biblio.jpgSeb me demande comment je choisis mes bouquins. Je lis rarement les derniers recueils parus, je ne veux pas regretter d’avoir dépenser de l’argent pour rien. De plus, je n’ai pas de place pour stocker mes livres dans mes 23 mètres carrés. Je lis essentiellement des livres de la bibliothèque. Je les emprunte souvent au pif, en furetant dans les rayons : La chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams, c’est un classique et j’ai adoré le film… » « Tiens, Marc Levy, l’auteur le plus lu en France, faut quand même voir ce que ça vaut. »

Forcément, à choisir au hasard, je suis souvent déçue. Alors je me fais conseiller par des amis qui ont les mêmes goûts que moi. C’est ainsi que j’ai découvert mes livres préférés : La conjuration des imbéciles, L’étrangleur de Boston ou Le matin des magiciens. A travers le blog, j’ai aussi sollicité votre avis. Pour l’instant j’ai lu le seul livre dispo en bibliothèque, La traversée des frontières conseillé par Mme Kévin.

Sinon mes lectures me donnent également des idées. Les préfaces font souvent référence à d'autres auteurs du même genre. Les écrivains citent même dans leur texte des confrères. Dans une des nouvelles du recueil A l’ouest d’octobre de Ray Bradbury, un couple se sépare et fait l’inventaire de ses bouquins à partager : une mine d’information.

Les films ou l’actualité m’influencent aussi : j’ai lu Orgueil et préjugés après avoir vu le film par exemple. Le documentaire sur le stress au travail, les suicides à France Télécom m’ont donné envie de lire des études sur le sujet. Les  infos télés sur la baisse du pouvoir d’achat, le crédit revolving, les soldes et la fashion week me poussent à lire No logo de Naomi Klein par association d’idées…Voilà.

Et vous, comment lisez-vous ? Je ne sais plus qui taguer car tout le monde répond au défi « photo lecture » en ce moment. M, Kahlan et Gabrielle peut-être? Qui est intéressé?

11/03/2010

Dis-moi comment tu lis

bouquin gaston 5.jpg

Après les 2508 autres personnes taguées par Thé citron, je donne enfin ma réponse au « dis-moi comment tu lis ».

Petite, je lisais partout et tout le temps. A l’école, par terre dans la cour de récré, ou cachée dans un coin chez les amis de famille qui nous invitaient. En été, je bouquinais toute la journée, sur une chaise longue dans le jardin, les pieds dans la rivière, ou carrément sur le toit de la maison de campagne.
Je lisais aussi à table et j’agaçais beaucoup ma mère : «Mais tu lâcheras donc jamais ces bouquins ! Tu vas t’abîmer les yeux à force ! » Elle avait raison : A 14 ans je suis devenue hypermétrope, la maladie des yeux usés qui survient normalement à la cinquantaine, mais je n'ai plus besoin de lunettes depuis quelques années.

A 10-11 ans j’ai commencé à tenir des carnets de lecture, alors j’ai lu assise à mon bureau, plus pratique et confortable pour prendre des notes. Quand ma mère venait m’espionner, je faisais semblant de faire mes devoirs. Elle me plaignait que « décidément les profs donnent trop de travail ».
Je crois que cette astuce a crée un malentendu : ma mère était persuadée que je travaillais beaucoup pour des résultats moyens, (donc que j’étais peut-être lente d’esprit), alors qu’en fait j’en fichais pas une rame (sauf en français, la seule matière intéressante, où j’étais la première de la classe).

J’ai continué à lire tout le temps. Puis j’ai découvert le baby-sitting. Je remplis mon activité favorite, sauf que je suis payée pour. Je dîne avec les enfants, je les couche, je leur lis une histoire pour qu’ils s’endorment, puis je bouquine pendant 3-4 heures. Le pied.

Le problème, c’est que maintenant je ne lis plus chez moi. Je me dis « c’est con, je vais attendre un baby-sitting et d’être payée pour le faire. »
Heureusement, pour me rendre au travail, je dois prendre les transports en commun, j’en profite donc pour lire. Je lis aussi pendant ma pause déjeuner au boulot.

Et vous, comment lisez-vous ? Je tague Jeanne, Cranemou, Déméninges, ennA et BBflo.
Demain, la suite avec le tag de Seb « comment choisis-tu tes livres ? »

12/02/2010

La nation est en deuil

faites_entrer_l_accuse.jpgAujourd’hui, grande première, je parle de l’actualité. Oui, les nouvelles brûlantes, les évènements politiques etc… Ca polémique grave.

Je vous fais donc parle de la nouvelle du jour (enfin, d’hier), si vous êtes passé à côté.
Christophe Hondelatte arrête Faites entrer l’accusé.
Plus de « Alors Dominique, le meurtrier est arrêté 128 fois, mais la police le relâche faute d’éléments !
- Tout à fait Christophe. Et le plus étonnant, quand on lit le rapport du psychiatre… »

Christophounet ne finira plus son émission en annonçant gravement : « Le serial killer sort de prison en 2005. Il y sera resté deux minutes et demie ». Il n’enfilera plus son blouson de cuir noir, il ne fermera plus la porte de la cave l’appart. On n’entendra plus la géniale musique dépressive du générique.
Car Faites entrer l’accusé ne peut plus exister sans Hondelatounet.
La nation est en deuil. Je réclame une minute de silence.
Qui va m’empêcher de dormir tous les dimanche soirs dorénavant ? Qui me donnera des cauchemars ? Christophounet, tu es irremplaçable.

yann-barthes.jpgIl ne manque plus que Yannounet Barthesounet s’en aille, et je ne réponds plus de rien.