Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2010

Comment choisis-tu tes livres ?

gaston biblio.jpgSeb me demande comment je choisis mes bouquins. Je lis rarement les derniers recueils parus, je ne veux pas regretter d’avoir dépenser de l’argent pour rien. De plus, je n’ai pas de place pour stocker mes livres dans mes 23 mètres carrés. Je lis essentiellement des livres de la bibliothèque. Je les emprunte souvent au pif, en furetant dans les rayons : La chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams, c’est un classique et j’ai adoré le film… » « Tiens, Marc Levy, l’auteur le plus lu en France, faut quand même voir ce que ça vaut. »

Forcément, à choisir au hasard, je suis souvent déçue. Alors je me fais conseiller par des amis qui ont les mêmes goûts que moi. C’est ainsi que j’ai découvert mes livres préférés : La conjuration des imbéciles, L’étrangleur de Boston ou Le matin des magiciens. A travers le blog, j’ai aussi sollicité votre avis. Pour l’instant j’ai lu le seul livre dispo en bibliothèque, La traversée des frontières conseillé par Mme Kévin.

Sinon mes lectures me donnent également des idées. Les préfaces font souvent référence à d'autres auteurs du même genre. Les écrivains citent même dans leur texte des confrères. Dans une des nouvelles du recueil A l’ouest d’octobre de Ray Bradbury, un couple se sépare et fait l’inventaire de ses bouquins à partager : une mine d’information.

Les films ou l’actualité m’influencent aussi : j’ai lu Orgueil et préjugés après avoir vu le film par exemple. Le documentaire sur le stress au travail, les suicides à France Télécom m’ont donné envie de lire des études sur le sujet. Les  infos télés sur la baisse du pouvoir d’achat, le crédit revolving, les soldes et la fashion week me poussent à lire No logo de Naomi Klein par association d’idées…Voilà.

Et vous, comment lisez-vous ? Je ne sais plus qui taguer car tout le monde répond au défi « photo lecture » en ce moment. M, Kahlan et Gabrielle peut-être? Qui est intéressé?

11/03/2010

Dis-moi comment tu lis

bouquin gaston 5.jpg

Après les 2508 autres personnes taguées par Thé citron, je donne enfin ma réponse au « dis-moi comment tu lis ».

Petite, je lisais partout et tout le temps. A l’école, par terre dans la cour de récré, ou cachée dans un coin chez les amis de famille qui nous invitaient. En été, je bouquinais toute la journée, sur une chaise longue dans le jardin, les pieds dans la rivière, ou carrément sur le toit de la maison de campagne.
Je lisais aussi à table et j’agaçais beaucoup ma mère : «Mais tu lâcheras donc jamais ces bouquins ! Tu vas t’abîmer les yeux à force ! » Elle avait raison : A 14 ans je suis devenue hypermétrope, la maladie des yeux usés qui survient normalement à la cinquantaine, mais je n'ai plus besoin de lunettes depuis quelques années.

A 10-11 ans j’ai commencé à tenir des carnets de lecture, alors j’ai lu assise à mon bureau, plus pratique et confortable pour prendre des notes. Quand ma mère venait m’espionner, je faisais semblant de faire mes devoirs. Elle me plaignait que « décidément les profs donnent trop de travail ».
Je crois que cette astuce a crée un malentendu : ma mère était persuadée que je travaillais beaucoup pour des résultats moyens, (donc que j’étais peut-être lente d’esprit), alors qu’en fait j’en fichais pas une rame (sauf en français, la seule matière intéressante, où j’étais la première de la classe).

J’ai continué à lire tout le temps. Puis j’ai découvert le baby-sitting. Je remplis mon activité favorite, sauf que je suis payée pour. Je dîne avec les enfants, je les couche, je leur lis une histoire pour qu’ils s’endorment, puis je bouquine pendant 3-4 heures. Le pied.

Le problème, c’est que maintenant je ne lis plus chez moi. Je me dis « c’est con, je vais attendre un baby-sitting et d’être payée pour le faire. »
Heureusement, pour me rendre au travail, je dois prendre les transports en commun, j’en profite donc pour lire. Je lis aussi pendant ma pause déjeuner au boulot.

Et vous, comment lisez-vous ? Je tague Jeanne, Cranemou, Déméninges, ennA et BBflo.
Demain, la suite avec le tag de Seb « comment choisis-tu tes livres ? »

12/02/2010

La nation est en deuil

faites_entrer_l_accuse.jpgAujourd’hui, grande première, je parle de l’actualité. Oui, les nouvelles brûlantes, les évènements politiques etc… Ca polémique grave.

Je vous fais donc parle de la nouvelle du jour (enfin, d’hier), si vous êtes passé à côté.
Christophe Hondelatte arrête Faites entrer l’accusé.
Plus de « Alors Dominique, le meurtrier est arrêté 128 fois, mais la police le relâche faute d’éléments !
- Tout à fait Christophe. Et le plus étonnant, quand on lit le rapport du psychiatre… »

Christophounet ne finira plus son émission en annonçant gravement : « Le serial killer sort de prison en 2005. Il y sera resté deux minutes et demie ». Il n’enfilera plus son blouson de cuir noir, il ne fermera plus la porte de la cave l’appart. On n’entendra plus la géniale musique dépressive du générique.
Car Faites entrer l’accusé ne peut plus exister sans Hondelatounet.
La nation est en deuil. Je réclame une minute de silence.
Qui va m’empêcher de dormir tous les dimanche soirs dorénavant ? Qui me donnera des cauchemars ? Christophounet, tu es irremplaçable.

yann-barthes.jpgIl ne manque plus que Yannounet Barthesounet s’en aille, et je ne réponds plus de rien.

29/01/2010

Série killeuse : Battlestar Galactica

battlestar-galactica.jpgComme vous avez pu le constater dans la colonne de droite, je visionne en ce moment Battlestar Galactica.
Tout le monde l’a vu avant moi, tout le monde m’a dit que c’était génial.
Bien sûr il a fallu que je chipote :
« Oui, c’est une très bonne série… mais l’histoire, comment la faire tenir sur 4 saisons ? Ah je comprends, c’est parce qu’une seule intrigue est développée par épisode… Ici, le rebondissement est un peu facile… là, le personnage a une réaction étrange… »

C’est ma réaction officielle. Car officieusement…
Hier j’ai regardé la version longue du dixième épisode de la saison 2 (les connaisseurs comprendront)
Avant de m’installer devant la télé, je luttais comme d’habitude pour ne pas grignoter toute la tablette de chocolat. Je n’ai pas eu besoin : j’avais l’estomac totalement noué. J’ai même fait du sport pour éliminer le trop plein de calories : tous mes muscles étaient tendus. Je me levais d’un bond du fauteuil, puis me rasseyait, puis me relevait, je boxais même dans le vide…

Je m’ennuyais tellement que je faisais autre chose tout en matant la série ? J’étais indignée par la nullité de l’épisode ? Que nenni. Tout le contraire. J’étais totalement prise par l’histoire.
J’invectivais la télé :
« - MAIS C’EST HORRIIIIIBLE ! Mais arrêtez-le ! NAAAAN!!! VIIIIIITE ! SAUVEZ-LA ! OUAIS VAS-Y ! FAIS LUI LA PEAU A CE GROS PORC !!!! »

A 1h30 du matin, alors que l’épisode se terminait sur un suspense INSOUTENABLE, mon frère a voulu arrêter la télé : « Mais on se lève tôt demain pour aller travailler !
Moi : - M’en fous ! Je veux voir la suite ! Je ne survivrai pas jusqu’à demain !!
- Mais tu seras trop fatiguée pour te lever !
- M’en fous ! J’irai pas bosser ! Je trouverai quelque chose ! Je prendrai un congé maladie pour crise nerveuse ! Il faut absolument que je voie la suite !!!! »

Bon, j’ai entendu la voix de la raison. Je me suis couchée. Avec mes nerfs en vrille  (quelle bande de salauds!) et mon cerveau en alerte (mais comment ça va se terminer ?) je me suis endormie à 4 heures du matin. Pour me lever à 8. (Ça va, j’ai l’habitude)
J’ai travaillé sans problème. Mes collègues ont dû me trouver très concentrée sur mon boulot. La tête dans les mains, je couchais sur le papier mes réflexions, je raturais, me grattais le menton, puis renoircissais des lignes.
Le fruit de mes pensées? « La société serait plus rentable si… » Non. Ça :
« S’il existe 12 types de robots… j’en connais déjà 6 qui ont infiltré les hommes… sachant que certains Cylons pensent sincèrement être des humains… Mais qui sont les six robots restants ? Que veulent-ils faire aux humains? Quel est leur plan ? Et d’où viennent ces hommes ? Qui sont leurs Dieux ? Où vont-ils ? Dans quel état j’erre ? Qui suis-je ? »

Plus que 60 épisodes pour avoir le fin mot de l’histoire et retrouver mon état à peu près normal.
Je passe aussi mes journées à chanter en yaourt (car c’est du sanskrit) et à taper le rythme de la magnifique chanson du générique.

A part ça, je ne suis pas du tout accro à cette série.