Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2010

Dis-moi comment tu lis

bouquin gaston 5.jpg

Après les 2508 autres personnes taguées par Thé citron, je donne enfin ma réponse au « dis-moi comment tu lis ».

Petite, je lisais partout et tout le temps. A l’école, par terre dans la cour de récré, ou cachée dans un coin chez les amis de famille qui nous invitaient. En été, je bouquinais toute la journée, sur une chaise longue dans le jardin, les pieds dans la rivière, ou carrément sur le toit de la maison de campagne.
Je lisais aussi à table et j’agaçais beaucoup ma mère : «Mais tu lâcheras donc jamais ces bouquins ! Tu vas t’abîmer les yeux à force ! » Elle avait raison : A 14 ans je suis devenue hypermétrope, la maladie des yeux usés qui survient normalement à la cinquantaine, mais je n'ai plus besoin de lunettes depuis quelques années.

A 10-11 ans j’ai commencé à tenir des carnets de lecture, alors j’ai lu assise à mon bureau, plus pratique et confortable pour prendre des notes. Quand ma mère venait m’espionner, je faisais semblant de faire mes devoirs. Elle me plaignait que « décidément les profs donnent trop de travail ».
Je crois que cette astuce a crée un malentendu : ma mère était persuadée que je travaillais beaucoup pour des résultats moyens, (donc que j’étais peut-être lente d’esprit), alors qu’en fait j’en fichais pas une rame (sauf en français, la seule matière intéressante, où j’étais la première de la classe).

J’ai continué à lire tout le temps. Puis j’ai découvert le baby-sitting. Je remplis mon activité favorite, sauf que je suis payée pour. Je dîne avec les enfants, je les couche, je leur lis une histoire pour qu’ils s’endorment, puis je bouquine pendant 3-4 heures. Le pied.

Le problème, c’est que maintenant je ne lis plus chez moi. Je me dis « c’est con, je vais attendre un baby-sitting et d’être payée pour le faire. »
Heureusement, pour me rendre au travail, je dois prendre les transports en commun, j’en profite donc pour lire. Je lis aussi pendant ma pause déjeuner au boulot.

Et vous, comment lisez-vous ? Je tague Jeanne, Cranemou, Déméninges, ennA et BBflo.
Demain, la suite avec le tag de Seb « comment choisis-tu tes livres ? »

12/02/2010

La nation est en deuil

faites_entrer_l_accuse.jpgAujourd’hui, grande première, je parle de l’actualité. Oui, les nouvelles brûlantes, les évènements politiques etc… Ca polémique grave.

Je vous fais donc parle de la nouvelle du jour (enfin, d’hier), si vous êtes passé à côté.
Christophe Hondelatte arrête Faites entrer l’accusé.
Plus de « Alors Dominique, le meurtrier est arrêté 128 fois, mais la police le relâche faute d’éléments !
- Tout à fait Christophe. Et le plus étonnant, quand on lit le rapport du psychiatre… »

Christophounet ne finira plus son émission en annonçant gravement : « Le serial killer sort de prison en 2005. Il y sera resté deux minutes et demie ». Il n’enfilera plus son blouson de cuir noir, il ne fermera plus la porte de la cave l’appart. On n’entendra plus la géniale musique dépressive du générique.
Car Faites entrer l’accusé ne peut plus exister sans Hondelatounet.
La nation est en deuil. Je réclame une minute de silence.
Qui va m’empêcher de dormir tous les dimanche soirs dorénavant ? Qui me donnera des cauchemars ? Christophounet, tu es irremplaçable.

yann-barthes.jpgIl ne manque plus que Yannounet Barthesounet s’en aille, et je ne réponds plus de rien.

29/01/2010

Série killeuse : Battlestar Galactica

battlestar-galactica.jpgComme vous avez pu le constater dans la colonne de droite, je visionne en ce moment Battlestar Galactica.
Tout le monde l’a vu avant moi, tout le monde m’a dit que c’était génial.
Bien sûr il a fallu que je chipote :
« Oui, c’est une très bonne série… mais l’histoire, comment la faire tenir sur 4 saisons ? Ah je comprends, c’est parce qu’une seule intrigue est développée par épisode… Ici, le rebondissement est un peu facile… là, le personnage a une réaction étrange… »

C’est ma réaction officielle. Car officieusement…
Hier j’ai regardé la version longue du dixième épisode de la saison 2 (les connaisseurs comprendront)
Avant de m’installer devant la télé, je luttais comme d’habitude pour ne pas grignoter toute la tablette de chocolat. Je n’ai pas eu besoin : j’avais l’estomac totalement noué. J’ai même fait du sport pour éliminer le trop plein de calories : tous mes muscles étaient tendus. Je me levais d’un bond du fauteuil, puis me rasseyait, puis me relevait, je boxais même dans le vide…

Je m’ennuyais tellement que je faisais autre chose tout en matant la série ? J’étais indignée par la nullité de l’épisode ? Que nenni. Tout le contraire. J’étais totalement prise par l’histoire.
J’invectivais la télé :
« - MAIS C’EST HORRIIIIIBLE ! Mais arrêtez-le ! NAAAAN!!! VIIIIIITE ! SAUVEZ-LA ! OUAIS VAS-Y ! FAIS LUI LA PEAU A CE GROS PORC !!!! »

A 1h30 du matin, alors que l’épisode se terminait sur un suspense INSOUTENABLE, mon frère a voulu arrêter la télé : « Mais on se lève tôt demain pour aller travailler !
Moi : - M’en fous ! Je veux voir la suite ! Je ne survivrai pas jusqu’à demain !!
- Mais tu seras trop fatiguée pour te lever !
- M’en fous ! J’irai pas bosser ! Je trouverai quelque chose ! Je prendrai un congé maladie pour crise nerveuse ! Il faut absolument que je voie la suite !!!! »

Bon, j’ai entendu la voix de la raison. Je me suis couchée. Avec mes nerfs en vrille  (quelle bande de salauds!) et mon cerveau en alerte (mais comment ça va se terminer ?) je me suis endormie à 4 heures du matin. Pour me lever à 8. (Ça va, j’ai l’habitude)
J’ai travaillé sans problème. Mes collègues ont dû me trouver très concentrée sur mon boulot. La tête dans les mains, je couchais sur le papier mes réflexions, je raturais, me grattais le menton, puis renoircissais des lignes.
Le fruit de mes pensées? « La société serait plus rentable si… » Non. Ça :
« S’il existe 12 types de robots… j’en connais déjà 6 qui ont infiltré les hommes… sachant que certains Cylons pensent sincèrement être des humains… Mais qui sont les six robots restants ? Que veulent-ils faire aux humains? Quel est leur plan ? Et d’où viennent ces hommes ? Qui sont leurs Dieux ? Où vont-ils ? Dans quel état j’erre ? Qui suis-je ? »

Plus que 60 épisodes pour avoir le fin mot de l’histoire et retrouver mon état à peu près normal.
Je passe aussi mes journées à chanter en yaourt (car c’est du sanskrit) et à taper le rythme de la magnifique chanson du générique.

A part ça, je ne suis pas du tout accro à cette série.

15/01/2010

Mes meilleurs livres de 2009

Pour continuer dans le marronnier, après celui de l’année dernière, voici mon best of des livres lus en 2009.
Après l’exceptionnel bon cru de 2008, cette année, sur les 48 lus, seuls 23 m’ont vraiment plu et une dizaine m’ont carrément saoulé. Je voulais acheter le dernier Ellroy car j’ai adoré Le Dalhia noir, mais j’ai peur de perdre encore 25 euros…

Même mes chouchous m’ont déçu. Bruits de l’asphalte de Philip K Dick est triste et banal, en évoquant le quotidien à la place de la science-fiction inventive habituelle. Le tome 3 des Nouvelles de Matheson est moins original que les deux précédents. Peut-être aussi que mon point de vue est altéré par mes conditions de lecture. J’ai lu les deux premiers tomes confortablement installée dans mon lit, alors que j’ai bouquiné le dernier dans le bruit et la foule du métro…
J’ai tout de même adoré certains livres cette année. Sur les 48 lus, mes préférés sont :

1er : Le matin des magiciens de Louis Pauwels et Jacques Bergier
le-matin-des-magiciens-.jpgPassionnant et fascinant. Un extrait résume le sujet :
« Une des grandes puissances du siècle est la certitude qu’ont les hommes civilisés de savoir tout de l’univers dans lequel ils vivent (…) La connaissance scientifique n’est pas objective. (…) On rejette quantité de faits parce qu’ils dérangeraient les raisonnements établis. Nous vivons sous un régime d’inquisition où l’arme la plus fréquemment employée contre la réalité non conforme est le mépris accompagné de rires. Qu’est ce que la connaissance, dans de telles conditions ? »
Les auteurs citent une quantité d’exemples de faits non expliqués par la science, mais aussi d’inventions et découvertes qui existaient bien avant notre époque, contrairement à ce qu’on suppose (plus on avance dans le temps, plus on est intelligent et sophistiqué). Je ne vous cite pas les nombreuses preuves pour vous inciter à lire cet essai !

2 ème : Les falsificateurs d’Antoine Bello
les-falsificateurs.jpgEncore un roman qui nous apprend des trucs. (Avant de me coucher, j’adore me remémorer ce que j’ai appris le jour même. J’ai l’impression d’être plus intelligente que le matin, mais le lendemain, je ne retiens jamais la leçon…)
Un jeune homme rentre dans le monde du travail et se rend compte que son entreprise n’est pas comme les autres. Son rôle est de réécrire l’histoire et l’actualité en créant des scénarii et des faux documents. Par exemple, Laïka, la première chienne lancée dans l’espace par les Russes, ne serait qu’une invention pour pousser les Américains à se lancer eux aussi dans la conquête spatiale…
Un roman foisonnant, ludique, inventif et drôle.
En revanche, je trouve que la suite Les éclaireurs est décevante : elle relate l’histoire archi connue du 11 septembre 2001, certains personnages et intrigues du premier tome sont laissés à l’abandon…

3 ème : Persépolis de Marjane Satrapi
persépolis.jpegJ’avais déjà beaucoup aimé le film, et la B.D est encore plus détaillée. J’aime beaucoup les biographies, ces « leçons de vie ».

4ème : Nouvelles, tome 2, 1953-1959 de Richard Matheson
Cet écrivain scénariste a vraiment un don pour créer des histoires, mais j’ai déjà tout expliqué l’année dernière.



5ème : Many years from now, les beatles, les Sixties et moi de Paul McCartney et Barry Miles
many years.jpgBen oui, Macca chéri… J’aime les biographies, alors celle de Macca… Elle est vraiment captivante et même exaltante. Pas niaise (« un pauvre garçon issu du monde ouvrier… » « Il rencontre Linda, l’amour de sa vie » etc…) mais centrée sur le monde artistique des sixties. Macca dans ses entretiens enjolive certainement, mais il donne le sentiment d’avoir tout vécu, que tout était possible à cette époque. La description du Swinging London est très enthousiasmante. Un livre qui met de bonne humeur, avec plein d’anecdotes croustillantes (Malgré son image de minet propret, c’est McCartney qui a appris à fumer le joint au « rebelle » Mick Jagger... Il lui a aussi composé ses premiers tubes.)

Je vous donne la liste des autres romans. Initialement j’avais noté une brève critique pour chaque bouquin, mais vous imaginez la longueur du texte…

Romans et contes

vol coucou.jpgVol au-dessus d’un nid de coucou de Ken Kesey
Dans un asile d’aliénés, un détenu se heurte à une infirmière sadique. Bien, mais misogyne : les seules femmes du roman sont soient castratrices (l’infirmière « aux gros nichons », sévère, donc « mal baisée ») soient des prostituées idiotes !

Chagrin d’école de Danniel Pennac
Le diable et marguerite de Mikhaïl Bolgakov
Le meurtre et autres nouvelles de John Steinbeck
Le silence de la mer de Vercors
Emma de Jane Austen
Persuasion de Jane Austen
Northanger Abbey de Jane Austen
Contes de l’Egypte ancienne de Viviane Koenig
Contes de Norvège de Johanne Margrethe Patrix
Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar
Le journal de mon père de Jîro Taniguchi

Thrillers et faits-divers
Au-delà du mal de Shane Stevens
Eloge de la pièce manquante d’Antoine Bello
Ce cher Dexter de Jeff Lindsay
L’évangile du bourreau de Arkadi et Gueorgui Vaïner
Est-ce ainsi que les femmes meurent ? de Didier Decoin
Un faits divers réel sordide : une femme assassinée devant son immeuble, sous les yeux d’une trentaine de voisins qui n’ont pas réagi : ils allaient chercher une chaise pour mieux admirer le spectacle ! Un sujet en or : l’auteur aurait pu exploiter les archives du procès, interroger des témoins, livrer une vraie réflexion sur la noirceur de l’âme humaine… Mais il n’en donne qu’une ébauche. Déception.

Science fiction et fantastique
shining.jpgShining de Stephen King
Sauvagerie de J-G Ballard
Cauchemar à quatre dimensions de J-G Ballard
A l’ouest d’octobre de Ray Bradbury
Rashômon et autres contes de Ryûosuke Akutagawa

Sociologie, psychologie
Les nouvelles solitudes de Marie-France Hirigoyen
Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés de Marie Pezé
Le compte à rebours a-t-il commencé ? d’Albert Jacquard
L’ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
Autobiographie d’un épouvantail de Boris Cyrulnik
Un merveilleux malheur de Boris Cyrulnik
Secrets de famille et psychogénéalogie de Véronique Tison
Les monologues du vagin de Eve Ester
Où on va papa ? de Jean-Louis Fournier

Humour et Bandes dessinées
L’erreur est humaine de Woody Allen
Crises et grouchotements de Groucho Marx
Livre composé de plusieurs entretiens du comique. Lorsque Groucho raconte ses débuts périlleux, c’est excellent. Quand il est enfin célèbre et envoie des lettres aux journaux qui n’évoquent pas son spectacle par exemple, c’est beaucoup plus anecdotique. A force de lire tous les écrits de Marx dans ce recueil, sans tri, sans pertinence, je m’attendais à sa liste de courses…
vie de chat.gifUne vie de chat de Philippe Geluck
J’adore cet auteur. Je l’ai rencontré et il est vraiment sympathique, drôle et modeste.
Ubu roi d’Alfred Jarry
Les nuls, le livre
Les Bidochon, morceaux choisis
Joséphine de Pénélope Bagieu
Vie de merde
Quand on lit la sélection drastique des VDM aujourd’hui (j’en ai publié deux :100 000 personnes pensent que j'ai une vie de merde !), on a peine à croire que les auteurs aient pu sélectionner des anecdotes aussi insignifiantes pour certaines (« aujourd’hui, je me suis mis le doigt dans l’œil et j’ai bien mal »). Certaines aventures ne respectent même pas les « codes des VDM» : trop longues, plusieurs temps de conjugaison etc… décevant.
V pour Vendetta de Alan Moore David Lloyd

Et vous, qu’avez-vous lu cette année ?
Je vous incite grandement à me donner des exemples. Les romans conseillés sont souvent mes préférés (merci à Mathieu pour Le matin des magiciens et à Martin pour les falsficateurs)