Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2021

Bilan je suis culturée de mars : les documentaires

damnés commune.jpgCoups de cœur, à voir absolument :

- Les damnés de la commune , arte.tv, jusqu'au 20 mai
Un documentaire passionnant, très émouvant. Il est constitué à partir des mémoires d'une survivante, lues par Yolande Moreau, et illustré de gravures de l'époque.

- Allen vs Farrow, sur OCS
Woody Allen est accusé de viol sur la fille qu'il a adoptée avec Mia Farrow. Pour se défendre, il détourne l'attention : non il n'a pas violé la fillette de 7 ans de sa compagne, puisqu'il est amoureux d'une autre fille qu'il élève depuis 10 ans avec elle, et qui est désormais majeure, 21 ans (il en a à l'époque 56, 35 de + qu'elle). Mia Farrow serait tout simplement jalouse et aurait inventé cette histoire pour le discréditer...
Je craignais que le documentaire soit racoleur, mais non. Les témoignages (victimes, juges, psy qui ont suivi la fillette) sont très pertinents. A voir pour comprendre les mécanismes d'emprise, de culpabilité...

Société :

allen farrow.jpg- Tout peut changer : et si les femmes comptaient à Hollywood, Mycanal
- Quand les femmes s'émancipent (2 parties), Arte 
- One of us, la communauté juive ultra, Netflix
La fabrique du mensonge : fake news sur ordonnance, France5

Enquêtes criminelles :

- Trahison chez les mormons, sur Netflix
- Team Foxcatcher, Netflix
- Meurtre en Finlande, Arte

Cinéma :

- Lana Turner, l'indétrônable, France5, disponible jusqu'au 3 avril
- Mae West, une star sulfureuse, jusqu'au 5 avril sur Arte.tv

 Animaux :

- Pas si bêtes ! Les chèvres savantes, jusqu'au 6 mai sur Arte.tv
- Au rythme des saisons : la renaissance et les beaux jours, France 5

Santé :

- L'hygiène à travers les âges, arte.tv, disponible jusqu'au 17 juin
Le mystère Cléopâtre, sciences grand format, France5
- Marat/Robespierre, les malades de la révolution, sciences grand format, France5
- Descartes, autopsie d'un génie, sciences grand format, France5

 

25/03/2021

Un an de confinement en chansons

shadok escalier.jpgUn an de pandémie, un an d'isolement
Le retour du printemps, et du confinement
Je frime, je fais des rimes
Des détournements de journaux de confinement
Parodie des paroles pour ne pas finir folle :

Je veux chanter pour ceux qui sont cloîtrés chez eux
Et qui ont dans leurs yeux
quelque chose qui fait mal qui fait mal

Un premier confinement qui a été strict, difficile. Mais qui s'est prolongé pour les personnes en télétravail, ou en isolement :

shadok taper sur rien.jpgEst-ce que tu viens pour les vacances ? 
Moi je n'ai pas changé d'adresse
Je serai je pense
Toujours en confinement

Dis, ça fait combien de temps
Que tu n'as pas vu un peuplier, une fleur des champs?
Si tu as quelques chagrins
Pour les oublier il y a toujours une gare, un train
Change de ciel, viens voir la terre
Voir le soleil et les rivières
Viens à la maison y a le printemps qui chante

Un confinement difficile surtout en ville, où on doit supporter le bruit des voisins :

shadok mécontents.jpgVoilà l'été j'aperçois le soleil
Les nuages filent et le ciel s'éclaircit
Et dans ma tête qui bourdonnent ? Les abeilles
J'entends rugir... la perceuse du voisin 
 
Le lundi au soleil, c'est une chose qu'on aura jamais
Chaque fois c'est pareil
C'est quand on est derrière les carreaux
Qu'on est confinés que le ciel est beau
Qu'il doit faire beau sur les routes
 
Un confinement difficile en ville car l'accès à la nature est restreint, surtout pendant le premier confinement où les parcs restaient fermés : 
 
shadok pompent.jpgLe matin aux saisons nouvelles
Je vais au bord de la ruelle
Regarder les oiseaux
Ils s'enfoncent dans le ciel
Pour aller chercher de l'air plus haut
Plus haut que nous ne pourrons aller avant longtemps
C'est si loin
Loin de moi que mes yeux déçus
Aveuglés aux voûtes d'azur n'y croient plus
 
Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s'envoler, c'est beau
Les enfants si vous voyez
Des confinés prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté
 
Une maladie très contagieuse qui effraie. Aujourd'hui, la situation est encore plus catastrophique, mais la lassitude entraîne un relâchement des mesures sanitaires :
 
shadok essai.jpgPleure pas, crie pas
N'oublie pas que tu n'as plus vingt ans
Ne te laisse pas sortir
Ou tu vas mourir
Notre vie n'est pas foutue
Faut pas qu'on s'habitue
Je sais bien que les oiseaux perdus
Ne reviendront jamais
Mais arrête de dire dans ton lit
Que tu vas faire tout sauter
Toussoter 
 
Un an d'événements et décisions étranges : 
 
Tiens tout a changé ce matin
Je n'y comprends rien
C'est la fête, la fête
C'est comme un grand coup de soleil, un vent de folie
Rien n'est plus pareil aujourd'hui
Le monde mort et enterré a ressuscité
On ne peut plus respirer
C'est la fête, la fête
 
Les librairies n'étaient pas "essentielles". Face au tollé, elles le sont aujourd'hui. Ainsi que les coiffeurs et chocolatiers :
 
Je fais de toi mon essentiel
Celle que j'aimerai plus que personne
Ma librairie
 
Un an après, la situation demeure incompréhensible et difficile, avec des décisions absurdes et contradictoires, des attestations de 2 pages installées puis enlevées, des confinements qui n'en sont pas...
 
shadok solution.jpgNobody told me there'd be days like these
Personne ne m'a dit qu'il y aurait des jours comme ceux-ci 
Strange days indeed
Des jours étranges à vrai dire 
Everybody's running and no one makes a move
Tout le monde court et personne ne bouge

Tout le monde fait du jogging et personne ne bouge
Tout le monde est confiné mais personne respecte la loi
Il ya confinement mais on part de chez soi
Tout le monde sort bosser mais personne ne voit ses amis
Tout le monde veut lire mais personne peut acheter en librairie

Personne ne m'a dit qu'il y aurait des jours comme ceux-ci. 

Bref, cette année, j'ai beaucoup voyagé.

 

 

 

 

20/03/2021

Le prince en otage

oiseaux cage.jpgUn an de pandémie, un an de confinement.
"personne vulnérable au Covid", un "certificat d'isolement" m'enferme chez moi depuis cette date. Le gouvernement se cale sur mes rares exils programmés (en "respectant les gestes barrières" : seule dans la montagne avec les marmottes) pour interdire de voyager :
17 mars 2020, instauration du premier confinement. Je venais juste de poser des congés.
En novembre, je devais partir en week-end. Le deuxième confinement a été installé.
J'avais prévu de repartir pile aujourd'hui : troisième confinement.
Je vous annonce donc en exclusivité que le 4ème confinement sera instauré le 10 juillet, pour mes prochaines vacances réservées.
 
En un an, je n'ai donc pu m'échapper de mon studio parisien qu'une seule semaine, l'été dernier.
Aujourd'hui, c'est le printemps, le retour du beau temps, et comme un an auparavant, on est à nouveau confinés. 
 
Alors je m'évade en musique, comme le personnage de cette chanson de Polnareff. Je pense qu'elle parlera à nombre d'entre nous :
 
Quand mon esprit est comme un jour d'orage
Quand la vie me prend à la gorge
Quand je m'ennuie, quand je suis comme un prince en otage
Que ne vient réclamer personne

Je me rend léger, je ne pèse plus un gramme
Et je m'en vais dans le ciel, alors ma vue est belle
J'ai le coeur léger, je ne verse pas une larme
Et je suis dans les étoiles, alors je n'ai plus mal
Je plane
Et j'oublie la terre et les drames

Et je me promène et je flâne

Quand c'est la fin et que je prends mes bagages
Et pourtant je suis encore otage
Quand je sais bien que je vis sur un échafaudage
Et que ma vie est revenue en cage

Je me rend léger je ne pèse plus un gramme
Et je m'en vais dans le ciel, alors ma vue est belle...


13/03/2021

La nuit, j'écrirai des soleils

nuit soleil.jpgBoris Cyrulnik a popularisé le concept de résilience. J'apprécie sa douceur et son optimisme. J'ai lu quasiment tous ses livres, mon préféré reste "autobiographie d'un épouvantail".
Ce dernier ouvrage promettait de me plaire : le neuropsychologue constate que la majorité des écrivains, surtout du 19e, étaient orphelins. Il en conclut que l'art a transcendé leur manque. L'écriture leur a aussi permis de sortir de l'isolement, en créant une communion d'émotions partagée par les lecteurs.
C'est justement un constat que j'ai fait jeune, en lisant les biographies en postface de mes livres scolaires. Je me disais qu'un jour, si j'ôtais mon poil dans la main (à ce niveau on peut carrément parler d'un cheveu de Raiponce) je ferais des recherches pour le démontrer. Cyrulnik a bossé à ma place, ouf. 

L'avantage et l'inconvénient à la fois, c'est qu'il se répète, à travers toute son œuvre mais aussi dans le même bouquin. Par exemple, dans un précédent livre (je ne sais plus lequel), il citait un enfant qui réussit à se cacher lors d'une rafle allemande. Dans son autobiographie, il raconte encore cet épisode, mais en avouant que cet enfant, c'était lui, sans dire qu'il l'avait déjà révélé anonymement.
Cyrulnik ne manque ni de cohérence ni d'organisation, mais il a tellement peur de ne pas être compris du grand public en expliquant des concepts psy (attachement secure/insecure, résilience, etc...) qu'il reformule ses phrases (j'ai le même souci). Comme j'ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien, ce procédé m'arrange, mais Boris devrait peut-être consulter un confrère pour ce problème de radotage.

J'ai pris 6 pages de notes sur le bouquin. Je vous en livre 2, en 2 parties. J'ai regroupé les extraits qui traitent de l'écriture, en enlevant ceux qui détaillent les concepts psys. Je n'ai pas suivi l'ordre du livre, car parfois, l’auteur parle d'un sujet, puis d'un autre, pour revenir plus loin sur le premier thème. 

Besoin du manque pour créer :

p 85 : " Le manque aiguillonne le plaisir de vivre, c'est dans le noir qu'on espère la lumière. Sous la pluie on attend le soleil, en prison on rêve de liberté. "Ecrire pour sortir de prison ou pour oublier qu'on n'a pas de famille" dit l'écrivain T. Ben Jelloun. Que voulez-vous écrire quand on est aimé par de braves gens, qu'on se routinise à l'école, quand on gagne sa vie avec un petit boulot ? Rien. Rien à dire, rien à écrire. Normal quoi. rien.
Sans manque, nous n'aurions rien à créer. Sans rêves, nous serions inertes. Notre existence ne serait qu'un vide, un non sens pire que la douleur.

p 133 : "Quand il n'y a pas d'autre à aimer, on se replie sur soi. Mais quand on aime un autre et qu'il vient à manquer, il faut des mots pour combler le vide. Cela explique pourquoi "la fréquence de l'orphelinage ou des séparations précoces dans les populations créatives est un fait frappant". (André Haynal, dépression et créativité)
Vite, un récit pour évoquer ce qui a disparu. Sur 35 écrivains français les plus célèbres du 19e, 17 ont subi une perte, mort ou séparation d'un ou des deux parents. Balzac, Hugo, Rimbaud, Dumas, Maupassant mais aussi Baudelaire, Rousseau, Poe, Voltaire, Dostoïevski... Plus tard, Mallarmé, Sartre, Cocteau, Genet...
Les récits qu'on construit pour remplir ce vide créent un sentiment d'existence, malgré tout."

p 111 : "Un deuil est une perte douloureuse qui contraint à la créativité. "
Une création naît de l’absence, c'est ainsi qu'elle parvient à tisser des liens invisibles.
p 296, conclusion : "Je ne suis plus seul au monde, les autres savent, je leur ai fait savoir. En écrivant j'ai raccommodé mon moi déchiré ; dans la nuit, j'ai écrit des soleils."

08/03/2021

Bilan "je suis culturée" semaine 9

strike.jpg5 FILMS :
- Freaks de Zach Lipovsky et Adam B. Stein, 2019
- Oblivion de Joseph Kosinski, 2013
- Angel de François Ozon, 2017
- The nest de Sean Durkin, 2020
- La fin d'une liaison de Neil Jordan, 1999

3 DOCUMENTAIRES :
- La fabrique du mensonge : fake news sur ordonnance, en lien, France5
- Meurtre en Finlande, Arte
- Le mystère Cléopâtre, sciences grand format, France5

1 SERIE :
- Strike de JK Rowling, OCS

1 LIVRE :
- Yvette de Maupassant

 

 

05/03/2021

La chronique des Bridgerton

chronique bridgertown.jpgÀ Londres, pendant la Régence, les jeunes filles de la haute société se préparent à chercher des maris, mais la concurrence est rude...
Parfois entre deux films d'horreur, malgré mon aversion pour le shopping et la mode censés être des "trucs de filles" j'apprécie les histoires romanesques et en costumes, si elles ne sont pas trop niaises, si elles restent subtiles, littéraires, réalistes, sarcastiques et sans glorification de la femme cruche et soumise (j'ai été consternée par 50 nuances de Grey, Outlander, mais j'ai apprécié malgré (grâce ?)  ses nombreux défauts Emily in paris).

J'adore donc les Jane Austen comme Orgueil et préjugés. Dès les premières images de cette nouvelle série, la voix off laisse présager qu'elle s'en inspire, commentant avec malice les travers de ses contemporains, tout en les montrant dans des décors somptueux. Chouette.
Puis là dans la rue, j'aperçois furtivement un homme noir au bras d'une blanche. Tiens, c'est bizarre, un anachronisme, parce qu'à cette époque le pauvre gars s'il avait approché à moins d'un mètre une femme de la haute, on l'aurait lynché, émasculé et pendu. (comme on le voit dans les terribles mais excellents docs d'Arte sur le KKK, même si le parti ségrégationniste a été créé 30 ans après l'époque de la série, et en Amérique). Je poursuis la chronique, puis je découvre que la reine est Noire et le héros aussi, et que les couples mixtes ne posent aucun problème, en 1810. Le monde rêvé des Bisounours quoi.

Je ne sais pas trop quoi en penser. La série est fidèle à l'Histoire, reproduit les moeurs, coutumes, décors et costumes de l'époque, et s'inspire de personnes ayant existées (le boxeur). Alors pourquoi cet ajout totalement irréaliste d'un métissage qui aurait été accepté à l'époque ?  Pourquoi réécrire l'Histoire ? Ce procédé peut laisser supposer à des ignorants que cet ordre des choses a toujours existé, que l'esclavagisme et le racisme n'ont jamais eu lieu, et qu'il n'y aurait donc aucune raison de se plaindre d'une ségrégation, qui serait imaginaire.
Après vérification, je tombe sur des articles affirmant que la reine Charlotte aurait réellement eu des ancêtres Africains. L'Histoire étant écrite par les blancs, je n'étais pas au courant.
France info : "le but du créateur n’était pas de refléter la réalité, mais d’imaginer un monde dans lequel la reine serait bel et bien métissée et aurait transformé la société anglaise." La série ne dénonce pas le racisme, elle fait comme s'il n'existait pas. 

chronique reine.jpgOn peut dire que cette question reste secondaire : le plus important, c'est le scénario. Il est issu d'un métissage lui aussi : Chris van Dusen et Shonda Rhimes. Je tique : aïe, la créatrice de Scandal ? Où une femme carriériste insupportable, ignoble avec ses équipiers, tombe amoureuse comme une midinette de celui qui représente le pouvoir suprême : le président des Etats-Unis. Tout le propos de la série, sur la femme forte et indépendante qui peut mener une équipe et une carrière, s'effondre avec cette idée de fantasmer sur un homme juste parce qu'il incarne le pouvoir. J'avais trouvé l'actrice horripilante et les scènes romantiques ridicules. Ces deux problèmes se répètent dans cette nouvelle série.

L'héroïne de chronique est toujours à minauder et écarquiller les yeux et la bouche comme une demeurée. Elle est molle, a une tête de chien battu. Elle tombe amoureuse d'un homme absolument magnifique, contrairement à son nom (Regé-Jean Page). Tout le début de la saison, les deux se tournent autour. Je pensais que le mariage serait le final comme dans tout conte de fées, mais non, il arrive bien plus tôt, et la suite est laborieuse, un épisode entier de scènes de sexe aussi kitschs et peu excitantes qu'un téléfilm de M6 du dimanche soir, que celles de Outlander, ou de 50 nuances de grey (les scènes de ce dernier sont si froides que je m'étais ENDORMIE devant. ENDORMIE.) Peut-être qu'avec une meilleure actrice, ça aurait fonctionné, mais les gros plans sur les yeux de grenouille et la bouche en cul de poule de l'héroïne quand elle se fait dépuceler, c'est d'un niais, d'un ridicule.... Mais qu'elle joue mal... comme la plupart des acteurs d'ailleurs, beaucoup trop caricaturaux et peu charismatiques.

Une femme sort du lot, l'apprentie détective énergique qui refuse de rentrer dans le rang, de se marier, veut être indépendante et travailler. La série se veut progressiste, mais le seul objectif de l'héroïne et de ses copines, c'est d'avoir un mari et des enfants !

On est plus proche d'un Harlequin ou d'un Barbara Cartland, que de la subtilité de Jane Austen, et la chronique se résume plutôt à des potins à la gossip girl qu'une réelle satire subversive. L'objectif principal est de deviner qui est l'auteur des potins de la cour (j'ai vite trouvé). 
Une série agréable à regarder pendant les premiers épisodes, lourde sur les derniers. Pour la subtilité, revoyez plutôt les adaptations de Jane austen, Downton abbey ou le film de Scorsese Le temps de l'innocence.

 

03/03/2021

Designated survivor

série, 24h chronoOn m'a conseillé la série, sur un homme qui travaille au gouvernement américain et se retrouve propulsé président après qu'un attentat terroriste a tué tous ses confrères. Il est "designated survivor", ce qui signifie que si les gens au sommet de l'état meurt, c'est le prochain sur la pyramide qui lui succède. Voilà comment le onzième sur la liste, un simple conseiller au logement, se retrouve président malgré lui. "Il porte un sweat à capuches, il n'est pas préparé à ça". J'imaginais donc un geek rigolo un peu à la masse, une série un peu comique avec des bras cassés comme Parks and recreation, Spin city ou Veep. Qu'elle n'est pas ma surprise lorsque je découvre que le balourd que je supposais n'est autre que Jack Bauer, le sauveur de l'humanité invincible de 24h chrono ! Le héros qui prend les plus gros risques dans un temps imparti, sans dormir ni manger. J'avais adoré cette série, révolutionnaire pour son époque (déjà 20 ans !)

Je ne doutais donc pas une seule seconde que Jack Bauer allait faire un bon président pour cette nouvelle série. Effectivement, devenu chef de la plus grande puissance mondiale en 2 minutes, sans préparation, alors qu'il mangeait tranquillement devant son écran, il maîtrise ses nerfs et son rôle à merveille, prend les décisions les plus justes et sensées.
Il est présenté comme un naïf idéaliste, car il n'est pas corrompu et ne s'intéresse pas au pouvoir, il veut simplement améliorer les choses (avant, pour le logement, maintenant, pour ses compatriotes). Il n'est pas opportuniste, ne retourne pas sa veste toujours du bon côté. La série ménage habilement les sensibilités politiques de ses spectateurs : on comprend le nouveau président progressiste (il s'alarme que dans un état du Sud, les musulmans soient pris à parti car considérés comme responsables de l'attentat) les républicains sont souvent agressifs et source de conflits, mais le président n'est pas non plus ouvertement démocrate, il est officiellement sans parti.
J'ai adoré les rouages de la politique, des magouilles diplomatiques ("si vous m'aidez là dessus, je vous libère un otage" etc...) des manoeuvres des journalistes pour obtenir des scoops, et du gouvernement pour ne pas révéler les infos sensibles tout en ayant l'air de répondre aux journalistes (bref, la langue de bois). 

série,24h chronoJ'ai même plus apprécié cette partie politique que la partie enquête policière, plus convenue. On se doute que si les islamistes sont désignés coupables d'office, les vrais responsables de l'attentat ne sont pas eux mais des adversaires politiques (un peu comme le "tiens, on va dire que l'Irak a des armes de destruction massive pour lui déclarer la guerre" ) Le suspense fonctionne bien, mais 20 épisodes, c'est  trop long : 10 auraient suffi.
On s'attache aux personnages bien campés, mais la fliquette incorruptible et courageuse ressemble à un mannequin, de même que les collaborateurs du président, c'est un peu too much. Ce qui m'a le plus dérangé, c'est le côté "travail famille patrie", la glorification de l'américanisme, les "god bless america, on est les plus forts, on se relève toujours."
Le sens du sacrifice et la dignité du président exemplaire m'ont fait sourire aussi, car on est est loin de la réalité d'un Trump ou de la corruption française, où on apprend chaque jour qu'un politique est mis en examen ou mêlé à des affaires...
Le nouveau président dort 2 heures par nuit. Moi quand ça m'arrive, je suis décalquée pendant une semaine et je ne sais plus comment je m'appelle, alors à sa place je ferais tout sauter sans faire gaffe "oups, trompée de bouton, j'ai envoyé une ogive nucléaire ! j'ai cru que c'était l'interrupteur !"
Une bonne série, mais je n'ai pas poursuivi la 2ème saison. 
Designated survivor, saison 1, sur Netflix

01/03/2021

Bilan "je suis culturée" semaine 8

cinéma, littérature, séries6 FILMS :
Suspense :
- The thing de John Carpenter, 1982
- I see you d'Adam Randall, 2019 
- Le temps de l'innocence de Martin Scorsese, 1993
- Raccrochez, c'est une erreur de  Anatole Litvak, 1948, Arte
Biopic :
- Radioactive de Marjane Satrapi, 2019 
Animation :
- Ferdinand de Carlos Saldanha, 2017 

2 SERIES :
- Unorthodox, netflix
- The undoing, My canal

1 DOCUMENTAIRE :
- La fabrique de l'ignorance, Arte

 1 LIVRE :
- Ecriture, mémoires d'un métier de Stephen King, 2000