Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2021

Un an de confinement en chansons

shadok escalier.jpgUn an de pandémie, un an d'isolement
Le retour du printemps, et du confinement
Je frime, je fais des rimes
Des détournements de journaux de confinement
Parodie des paroles pour ne pas finir folle :

Je veux chanter pour ceux qui sont cloîtrés chez eux
Et qui ont dans leurs yeux
quelque chose qui fait mal qui fait mal

Un premier confinement qui a été strict, difficile. Mais qui s'est prolongé pour les personnes en télétravail, ou en isolement :

shadok taper sur rien.jpgEst-ce que tu viens pour les vacances ? 
Moi je n'ai pas changé d'adresse
Je serai je pense
Toujours en confinement

Dis, ça fait combien de temps
Que tu n'as pas vu un peuplier, une fleur des champs?
Si tu as quelques chagrins
Pour les oublier il y a toujours une gare, un train
Change de ciel, viens voir la terre
Voir le soleil et les rivières
Viens à la maison y a le printemps qui chante

Un confinement difficile surtout en ville, où on doit supporter le bruit des voisins :

shadok mécontents.jpgVoilà l'été j'aperçois le soleil
Les nuages filent et le ciel s'éclaircit
Et dans ma tête qui bourdonnent ? Les abeilles
J'entends rugir... la perceuse du voisin 
 
Le lundi au soleil, c'est une chose qu'on aura jamais
Chaque fois c'est pareil
C'est quand on est derrière les carreaux
Qu'on est confinés que le ciel est beau
Qu'il doit faire beau sur les routes
 
Un confinement difficile en ville car l'accès à la nature est restreint, surtout pendant le premier confinement où les parcs restaient fermés : 
 
shadok pompent.jpgLe matin aux saisons nouvelles
Je vais au bord de la ruelle
Regarder les oiseaux
Ils s'enfoncent dans le ciel
Pour aller chercher de l'air plus haut
Plus haut que nous ne pourrons aller avant longtemps
C'est si loin
Loin de moi que mes yeux déçus
Aveuglés aux voûtes d'azur n'y croient plus
 
Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s'envoler, c'est beau
Les enfants si vous voyez
Des confinés prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté
 
Une maladie très contagieuse qui effraie. Aujourd'hui, la situation est encore plus catastrophique, mais la lassitude entraîne un relâchement des mesures sanitaires :
 
shadok essai.jpgPleure pas, crie pas
N'oublie pas que tu n'as plus vingt ans
Ne te laisse pas sortir
Ou tu vas mourir
Notre vie n'est pas foutue
Faut pas qu'on s'habitue
Je sais bien que les oiseaux perdus
Ne reviendront jamais
Mais arrête de dire dans ton lit
Que tu vas faire tout sauter
Toussoter 
 
Un an d'événements et décisions étranges : 
 
Tiens tout a changé ce matin
Je n'y comprends rien
C'est la fête, la fête
C'est comme un grand coup de soleil, un vent de folie
Rien n'est plus pareil aujourd'hui
Le monde mort et enterré a ressuscité
On ne peut plus respirer
C'est la fête, la fête
 
Les librairies n'étaient pas "essentielles". Face au tollé, elles le sont aujourd'hui. Ainsi que les coiffeurs et chocolatiers :
 
Je fais de toi mon essentiel
Celle que j'aimerai plus que personne
Ma librairie
 
Un an après, la situation demeure incompréhensible et difficile, avec des décisions absurdes et contradictoires, des attestations de 2 pages installées puis enlevées, des confinements qui n'en sont pas...
 
shadok solution.jpgNobody told me there'd be days like these
Personne ne m'a dit qu'il y aurait des jours comme ceux-ci 
Strange days indeed
Des jours étranges à vrai dire 
Everybody's running and no one makes a move
Tout le monde court et personne ne bouge

Tout le monde fait du jogging et personne ne bouge
Tout le monde est confiné mais personne respecte la loi
Il ya confinement mais on part de chez soi
Tout le monde sort bosser mais personne ne voit ses amis
Tout le monde veut lire mais personne peut acheter en librairie

Personne ne m'a dit qu'il y aurait des jours comme ceux-ci. 

Bref, cette année, j'ai beaucoup voyagé.

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire un commentaire