Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Columbo, mes meilleurs copains, BP...

Columbo1.jpgDeux semaines sans billet du dimanche sur la télé. Non, ne croyez pas que je ne regardais plus de films ni de documentaires, c’est IMPOSSIBLE ma télé est ma meilleure amie. Je n’avais simplement plus d’accès à un ordinateur (dans le trou perdu sans Internet où j’ai dû chercher toutes mes fiches de paie depuis 10 ans) ou bien je n’avais plus d’ordinateur du tout (j’ai tenté de faire réparer ma tour, pour apprendre que le problème venait de l’écran, j’ai donc fait le tour des boutiques pour en acheter un, pour me rendre compte finalement que le problème vient bien de la tour, qui rend l’âme).

Ces dernières semaines, j’espère que vous n’avez pas raté tous ces bons films : L'enfer de Chabrol, Torture made in USA de Marie-Monique Robin♥♥♥ (le monde selon Monsanto…) L’effrontée avec Charlotte Gainsbourg, la série Rome, celle de la BBC sur Raisons et sentiments adaptée de Jane Austen… ainsi que les hommages à Jorge Semprun et Peter Falk.

Je n’ai pas lu les livres de l’ancien résistant, mais j’ai vu les films adaptés de ses scénarios : les fameux Z et L’aveu de Costa-Gavras, L’affaire Stavisky d’Alain Resnais, L’attentat et L'affaire Dreyfus d’Yves Boisset.

Avec Peter Falk, c’est encore une partie d’enfance qui s’en va : entre 10 et 13 ans, j’étais passionnée par les histoires policières et je ne ratais jamais un épisode de Columbo. Dans une série policière classique, l’intérêt principal est de savoir qui est le coupable, dans Columbo, on le connaissait depuis le début, pourtant la série était passionnante. Tout résidait dans la personnalité et les tactiques subtiles de l’inspecteur. Je me souviens avoir comparé les questions faussement naïves de Columbo (pour faire parler le coupable), à la maïeutique de Socrate pour « accoucher la connaissance »… (après on se demande pourquoi j’ai raté mon bac philo...)
Avec son vieil imperméable et sa vieille voiture, Columbo montrait qu’il était attaché à ce qu’il possédait et ne ressentait pas le besoin d’en avoir plus. J’adorais qu’il parle tout le temps de sa femme, sans qu’on ne la voie jamais, je trouvais ça très romantique. Pour moi il représentait le type simple et sage, le type bien. Un philosophe quoi ! Contrairement à lui, les coupables étaient riches, orgueilleux, stupides qui ne se fiaient qu’aux apparences. Bref, pour moi Columbo valait bien un cours de philo.

Vol_au_dessus_d_un_nid_de_coucou1.jpgA la télé cette semaine, je vous conseille demain soir sur Arte le célèbre Vol au-dessus d’un nid de coucou, le film aux 5 oscars. Pour échapper à la prison, le petit truand Jack Nicholson se fait passer pour fou et enfermer dans un hôpital psychiatrique, pensant mener une détention plus tranquille. Mais il découvre que les médecins sont pires que les geôliers et les soi disant malades…

Mardi, W9 programme La gloire de mon père d'Yves Robert♥♥♥ (la guerre des boutons, Alexandre le bienheureux, un éléphant ça trompe énormément...). Très bon souvenir d'enfance, je préférais même le film au roman (sûrement grâce au jeune acteur jouant Marcel, qui avait mon âge et dont j'étais un peu amoureuse)

MES-MEILLEURS-COPAINS.jpgJeudi, France 3 diffuse la comédie Mes meilleurs copains, avec Gérard Lanvin, Christian Clavier et Darroussin. Des ex baba cools se retrouvent 20 ans après mai 68 : ils ont bien changé…

Comme documentaires, je ne raterai pas celui sur BP et la pire marée noire de l’histoire, mardi à 20h40 sur Arte. J’enchaînerai sur la 2, traitant du Génocide du Rwanda (je n’oublierai jamais le témoignage bouleversant d’une rescapée, rencontrée lors d’une inauguration au musée de la résistance de Lyon). Moins pesant, france 5 diffuse vendredi soir La véritable histoire de James Bond.

Côté série, ne ratez pas Rome, tous les mercredi sur Arte. Les historiens s’accordent pour dire que le récit est réaliste. Attention, la violence règne, les Romains n’étaient pas des enfants de chœur…

Et vous, qu’avez-vous vu cette semaine ? Appréciez-vous Columbo ?

22/05/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : la mort de Colargol / Saturnin, Mystic river, Persépolis...

Colargol_.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, Colargol, l’ours qui chante en fa en sol, est mort ! Enfin, sa voix, celle du « chanteur fantaisiste » Ricet Barrier. L’humoriste incarnait aussi la voix des Barbapapas et du canard Saturnin, dessin animé dont il était co-auteur des dialogues. Frédéric Mitterrand a rendu hommage à « un clown gai et pétillant, qui donnait de la force à la liberté des grands et aux rêves des petits... Sa carrière montre combien la chanson est un patrimoine qui berce nos mémoires et nous accompagne dans tous les âges de la vie ».

saturnin.jpgComme j'ai toujours 5 ans, je confirme. Séquence nostalgie avec les génériques des dessins animés, à voir ici  en rose : « Approchez tous les amis, les grands et les petits, regardez bien ! Le cœur fier et l’œil malin voici venir au loin notre ami Saturnin ! » et Pour Colargol qui chante en gilet et en faux col, quand j'étais petite je comprenais en "pot de colle".

A la télé cette semaine, ce soir sur Canal + à 19 heures les marches et la cérémonie de clôture du « festival de connes, elles sont toutes blondes elles sont toutes bonnes c’est toutes des bombes en silicone, hallucinant dans le ciné ils disent que je suis mort, ma dulcinée n’est pas d’accord ». (désolée, chansonnite aigüe…)

mystic_river.jpgA 20h30 sur France 2, le polar très sombre  Mystic River de Clint Eastwood♥♥, tiré d’un roman de Dennis Lehane (également adapté au ciné par Scorsese avec Shutter Island et par Ben Affleck avec Gone baby Gone). A Boston, trois enfants jouent dans la rue. L’un d’eux se fait enlever et séquestrer, le drame sonne la fin de leur amitié. Pourtant, 30 ans plus tard, les trois se retrouvent : la fille de l’un d’eux est retrouvée morte… Comment le traumatisme de leur enfance a t-il agit différemment sur leur vies, comment feront-ils face à ce nouveau drame, et qui est le coupable ?

persépolis.jpegAutre histoire dramatique, mais à l’origine d’un bel exemple de résilience et d’un grand succès commercial : Persépolis de Marjane Satrapi, à 23 heures sur France 3. Dans ce film adapté de sa BD autobiographique (encore plus passionnante car plus complète) l’auteure raconte avec humour son enfance pendant le renversement du shah d’iran, jusqu’à son exil en Europe : écouter Michael Jackson ou eye of the tiger (voir extrait) alors que les produits occidentaux sont interdits par exemple…

un-long-dimanche-de-fiancailles.jpgLundi, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre jeunet, adapté de Japrisot (qui a écrit L’été meurtrier, superbement adapté au ciné par Jean Becker). L’histoire est intense et émouvante : après la première guerre mondiale, une jeune fille refuse de penser que son fiancé est mort au combat et part à sa recherche. Pourtant je trouve le film un peu décevant. L’univers extravagant et très imaginatif de Jeunet (Amélie Poulain, Délicatessen…) ne correspond pas vraiment à l’histoire qui aurait mérité un traitement plus classique.

Mardi, le grand journaliste Paul Moreira♥♥♥ livre encore une de ses enquêtes chocs sur Arte : Toxic Somalia, l’autre piraterie. Des déchets industriels extrêmement toxiques provenant d’Italie sont déversés sur les côtes somaliennes, créant un désastre écologique et par là incitant les pêcheurs se retrouvant sans poissons à se « reconvertir » dans la piraterie.

orange mécanique.jpgJeudi, Arte diffuse le film culte Orange mécanique de Stanley Kubrick, ainsi qu’un documentaire analysant le contexte social dans lequel ce film est sorti, en 1971 en Grande Bretagne. Adolescente, j'ai aussi lu le livre et appris le lexique à la fin, car j’aimais bien parler comme les personnages (comme dit Dolto, les ado aiment s’approprier le langage). Mon entourage n’ayant pas lu le bouquin, mes drougs ne comprenaient pas, me lançaient de drôles de glazards et me trouvaient bien gloupide.

fantômes contre fantômes.jpgA 22h25, NT1 passe la comédie fantastique Fantômes contre fantômes de Peter Jackson (Le seigneur des anneaux, Créatures célestes). Un architecte-médium-chasseur d’esprits (Marty Mcfly Michael J.Fox) lutte avec ses amis fantômes contre un serial killer revenant… Un film farfelu mais plus complexe qu’il n'y paraît.

Vendredi, si vous captez canal+ cinéma, ne ratez pas Mother de Bong Joon ho, l’un de mes réalisateurs préférés (Memories of murder et The host), j’en ai déjà parlé ici.


Voilà, vous pouvez allumer la télévision et reprendre une activité normale. A ciao bon dimanche.

Avez-vous vu ces films et dessins animés ?
Quiz on connaît la chanson, quel est le titre cité ?

24/04/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine (Marie-France Pisier, la bataille de Tchernobyl, le mariage princier...)

Marie-France-Pisier.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, l’actrice Marie-France Pisier a été retrouvée cette nuit par son mari, morte dans leur piscine. C’est affreux mais en écrivant, je me rends compte que je fredonne sans faire exprès: « j’ai touché le fond de la piscine dans ton p’tit pull marine ». Désolée, déformation papillotienne. Pour rechercher les causes du décès, une enquête a été ouverte, mais selon le magistrat en charge de l’affaire, «il ne s'agit pas d'une enquête criminelle» et «le corps ne portait pas de trace de violence externe». On ne songe pas non plus au suicide car l’actrice avait des projets professionnels, et devait se rendre à Cannes pour l’hommage rendu à Jean-Paul Belmondo (ce qui sent aussi le roussi, car qui dit hommage dit souvent « tu vas bientôt claquer » et Bébel a 78 ans !! mais je dirai rien car après on va encore me reprocher de porter la poisse)

marie france pisier l-amour-en-fuite-.jpgMarie-France Pisier, fille de gouverneur au Vietnam, a commencé sa carrière dès l’âge de 17 ans, en 1961, dans le film de François Truffaut Antoine et Colette. Elle donne la réplique à l’acteur fétiche du réalisateur, Jean-Pierre Léaud, qui incarne Antoine Doinel. Elle participe ensuite à la série de films retraçant l’évolution du personnage des 400 coups : Baisers volés et L’amour en fuite (musique de Souchon♥♥♥).
Avec son allure aristocratique, sa voix grave et un peu snob, elle interprétait souvent des personnages guindés (mais je vous avoue que je n’aimais pas du tout sa voix…)
Elle jouait essentiellement des seconds rôles, mais elle a tourné avec les principaux réalisateurs Français : Téchiné (Barocco et Souvenirs d’en France, pour lesquels elle a obtenu  des César), Le prix du danger d’Yves Boisset, et plus récemment Dans Paris de Christophe Honoré. Elle participait aux films « d’auteur » (Rivette, Bunuel, Ruiz…) mais aussi au cinéma plus populaire (Le corps de mon ennemi d’Henri Verneuil, L’as des as de Gérard Oury avec Bébel).

dimanche-a-la-campagne.jpgDans les films à la télé cette semaine, ce soir Arte diffuse Muriel de Paul J. Hogan, j’en ai déjà parlé ici.
Lundi, sur la même chaîne, Un dimanche à la campagne de Bertrand Tavernier : une subtile chronique familiale dans la bourgeoisie d’avant guerre. Le film est adapté d’un livre de Pierre Bost, qui participa également aux scénarios du réalisateur : Le juge et l’assassin et L’horloger de St Paul.
Dans la série documentaire essentiel mais déprimant, LCP diffuse La bataille de Tchernobyl à 20h25.

Mardi sur Direct star, Les arnaqueurs de Stephen Frears, adapté du livre éponyme de Jim Thompson♥ (les deux se valent). Le parcours d’une bande d’escrocs incarnés par John Cusack, Angélica Huston sa mère, qui déteste sa petite amie Annette Bening.
Sur TF1, à 1h45 (!!!) La chèvre de Francis Veber avec Pierre Richard. Un film sur moi. Non, je ne fais pas « beeh ! » je suis juste aussi malchanceuse que le héros paraît-il.

mariage prince william.jpgVendredi, « waitie Katie » épousera enfin le prince William, après dix ans d’attente depuis leur rencontre à la fac en 2001. Le mariage a lieu 30 ans après celui de Lady Di et du prince Charles, on leur souhaite de ne pas connaître le même destin… Les télés diffusent la cérémonie en direct, plus des documentaires et téléfilms, la palme revenant à M6 : de 9 heures à 17h35 sans interruption !
Parmi les 1900 invités au mariage princier, le réalisateur Guy Ritchie, ex mari de Madonna, les Beckam, et … mister Bean ! Les futurs mariés ne craignent pas sa poisse… Au moins ce ne sera pas lui qui célébrera ou plutôt massacrera la messe, comme dans 4 mariages et un enterrement (voir extrait). Paul McCartney va également chanter, alors je serai OBLIGEE de regarder… (et pas du tout parce que je suis une midinette, non non) en attendant vous pouvez voir la parodie du mariage avec les sosies, moins collet monté que l’originale sans doute…

Et vous, qu’avez-vous vu cette semaine et que comptez-vous voir ? Appréciez-vous ces films ?

10/04/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine (Sidney Lumet, After hours...)

12-hommes-en-colere.jpgQuel après-midi de chien... j'apprends en écrivant de quoi remplir la rubrique nécrologique de la semaine : le réalisateur Sidney Lumet est décédé samedi 9 avril d’un cancer, à l’âge de 86 ans.

Dès son premier film, il offre un chef d’œuvre : 54 ans après sa sortie, 12 hommes en colère reste d’actualité, avec son souhait d’une justice plus équitable, sa représentation des préjugés et de l’Américain moyen. Dans ce film, un jeune homme pauvre, flanqué d’un avocat commis d’office et peu motivé, est accusé de parricide. A l’issue du procès, les 12 jurés doivent statuer sur son sort : s’il est déclaré coupable à l’unanimité, l’homme sera condamné à mort. Un seul juré, incarné par Henri Fonda, offre le bénéfice du doute à l’accusé. Pendant un huis clos haletant d’une heure 30, il s’évertue à convaincre les autres jurés un par un…
J’ai vu pour la première fois ce film au collège. Le prof de français nous l’avait montré pour illustrer le pouvoir de l’argumentation. J’étais scotchée par le débat, la personnalité des jurés (chacun représente une pensée typique) le suspense (va-t-il ou non être condamné ?) par la mise en scène (un huis clos, où les personnages ne font que parler, sans beaucoup d’action donc, mais qui est pourtant passionnant par les thèmes qu’il exploite: la justice, l’importance de la raison sur l’émotion…) Mes camarades se sont ennuyés devant ce film (en noir et blanc, sans course poursuite et sans aucune meuf, quel supplice pour ces ados décérébrés).

un-après-midi-de-chien-1976.jpegLa justice était un sujet de prédilection pour Sidney Lumet, notamment dans le célèbre Serpico. Al Pacino y incarne un policier (qui a réellement existé) dénonçant la corruption au sein de la police de New York. L’acteur joue également dans l’un des films les plus populaires du réalisateur : Un après-midi de chien, inspiré encore d’une histoire vraie. Deux braqueurs mal préparés se retrouvent cernés par la police, qui déploie un arsenal impressionnant et disproportionné. Le voleur joué par Al Pacino fait appel aux journalistes et obtient le soutien de la population et son quart d’heure de gloire…
L’attrait pour les médias est également le thème du réjouissant Network, main basse sur la télévision : un présentateur licencié pour son impopularité dénonce le cynisme et l’hypocrisie du monde de la télé, en annonçant qu’il se suicidera en direct, ce qui fera grimper l’audimat…
Le dernier film du réalisateur, 7h58 ce samedi-là, est un drame policier machiavélique et implacable, (le titre original est "Before the devil knows you're dead") une suite d’évènements catastrophiques comme dans les scénarios des frères Coen. J’ai adoré ce film très noir et je regrette qu’il soit le dernier de Sidney Lumet…

afterhours.jpgDans les films diffusés à la télé cette semaine, j’espère voir un hommage à ce grand réalisateur.
Ce soir, je vous conseille After hours de Scorsese. Je l’avais vu pour la première fois pendant une insomnie, et le récit de cette folle nuit m’avait laissé un étrange souvenir. Ne me souvenant plus du titre du film, je ne savais plus si j’avais rêvé, ou plutôt cauchemardé… Si vous aussi, vous avez l’impression de vivre des aventures tragi-comiques et que vous dites souvent : « pourquoi moi ? » «  Je veux rentrer chez moi ! » regardez ce film !

Les documentaires de la semaine : jeudi sur France 2, le portrait et le parcours de Maurice Papon, suivi d’un documentaire sur l’épuration française après la seconde guerre mondiale, avec 9000 condamnations à mort et 20 000 femmes tondues…
Vendredi, Arte diffuse un documentaire sur l’octogénèse, l’utérus artificiel qui permettrait de développer des enfants hors du ventre de leur mère. 80 ans auparavant, ce thème était abordé dans le livre d’Aldous Huxley, Le meilleur des mondes
La semaine dernière j’avais évoqué la télé réalité, imaginant qu’une émission pourrait proposer de trouver un emploi. Les médias ont fait pire : filmer des jeunes gens qui se démènent et sont humiliés par un jury impitoyable pour remporter le gros lot : simplement un stage… l’émission « mon stage de rêve » est diffusé sur M6.

Sinon, le quotidien de mémé Papillote est tout chamboulé. Télérama a changé l’apparence d’Ulysse, le petit bonhomme qui donne son avis sur les films. Le dessin est mal choisi je trouve, car on différencie mal les notations : entre « bravo » et « bien », puis « bof » et hélas » le personnage conserve la même mimique, seule une petite étoile ou un éclair distingue les avis. C’est bien moins évocateur que le bonhomme qui tord la gueule de colère, fait une mine déplorée, impassible, sourit ou saute de joie…
Alors aujourd’hui je crie :
« Ulysse revient ! Et c’est un bien long chemin ! Ulysse revient il lutte pour son destin ! »
Ulysse reviiiiiiiiiens ! »

Et vous, appréciez-vous ces films ? Qu’avez-vous vu et qu’allez vous voir cette semaine ?