Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2010

La rubrique nécrologique de la semaine

little big man.jpgHA ! Je l’avais prédit ! Un réalisateur meurt tous les 15 jours !
Alain Corneau le 30 août, Chabrol le 12 septembre, et mercredi, Arthur Penn!
 J’avoue que, comme Arthur Penn n’avait pas tourné depuis longtemps, je croyais qu’il était déjà décédé… bah il avait 88 ans tout de même, et sa dernière réalisation, un téléfilm, date de 1996  hein ! Son dernier long métrage célèbre, Missouri Breaks, est sorti en 1976… Je wikipède car je ne connaissais pas trop le bonhomme. Je ne me souviens que de Bonnie and Clyde et de La poursuite impitoyable avec Marlon Brando, Jane Fonda et Robert Redford. Mon préféré reste le loufoque Little big man avec Dustin Hoffman.

tony curtis.jpgLe lendemain du décès d’Arthur Penn, c’est l’acteur Tony Curtis qui s’en va… L’inoubliable interprète de Danny Wilde dans la série Amicalement vôtre, au côté de Roger Moore. Toute mon enfance! J’adorais regarder la série au goûter en mangeant les noix de mon jardin. L'acteur me faisait aussi rire dans l’ irrésistible Certains l’aiment chaud avec Marilyn Monroe. J’ai dû le voir 10 fois et je ne m’en lasse pas, une comédie qui donne à coup sûr le sourire (conseillé par ces temps grisâtres, ce retour de l’automne, du froid et de la morosité).
Dans un tout autre registre, Tony Curtis jouait à la perfection le serial killer fou dans  l’étrangleur de Boston. C’est un film particulier, un peu expérimental et longuet, qui a le mérite d’utiliser le procédé du split screen 30 ans avant la série 24 heures chrono. Je vous invite fortement à lire le livre, une enquête ahurissante classée dans ma top liste en bas à gauche.
Foodamour a écrit sur son facebook : « Comment je porte la poisse. Au moment où je songe commencer "Some Like It Hot" et "Little Big Man" avec mes élèves, Tony Curtis s'en va rejoindre Arthur Penn... Bon bah, je vais commencer à étudier les chansons de Michel Sardou, moi... » Avec mes billets sur le cinéma, serais-je aussi un oiseau de mauvaise augure ?

giraudeau.jpgC’est quand même l’hécatombe depuis cet été, surtout côté français : l’acteur Giraudeau en juillet (qu’est ce qu’il était craquant dans La boum et le tordant Viens chez moi, j’habite chez une copine).

cremer.jpgBruno Cremer, le dernier commissaire Maigret (beaucoup moins mignon lui… quand j’étais petite il me faisait peur avec son gros nez et sa verrue.. mais il avait une belle voix. Pas aussi belle que celle de Jean-Pierre Mariellounet bien sûr).

millenium actress.jpgLe réalisateur de film d’animation Satoshi Kon est mort aussi cet été. Il a été fauché en pleine carrière, à 47 ans, il avait encore le temps de faire tellement de bons films… J’appréciais Perfect blue et Millenium actress qui ont pour moi révolutionner le genre. Ils ont prouvé que l’on pouvait faire des dessins animés intelligents et pas seulement pour les enfants. Pas des « japoniaiseries » pour reprendre le terme de Ségolène Royal (il y a 20 ans, ça donne un coup de vieux).

quai_des_orfevres.jpgSinon, à ne pas rater cette semaine, je pense surtout à l’excellent Quai des orfèvres d’Henri Georges Clouzot, mardi sur France 2 à minuit 30.( quelle  heure tardive pour passer un si bon film, pff…) J’espère que la chaîne va diffuser un cycle sur le réalisateur, avec le génial corbeau, les diaboliques et mon préféré, l’hilarant l’assassin habite au 21…Comme Quai des orfèvres date de 1947 tout de même, les intervenants principaux sont morts depuis longtemps, Clouzot, Bernard Blier, Louis Jouvet … mais pas la survoltée Suzy Delair ! (A 93 ans, a-t-elle encore la force de chanter « je sais bien que tu mens ? » J'’aurai pas dû en parler, je vais encore porter la poisse !)

Pour revenir sur les documentaires conseillés la semaine dernière, j’ai trouvé que celui sur les bébés congelés n’apportait rien de nouveau. La personnalité de la mère, son parcours et son enfance, qui auraient pu expliquer son geste, n’étaient pas assez approfondis.
Idem pour La cité du mâle, je n’ai pas appris grand-chose, la journaliste ne savait pas rebondir sur les propos honteux des protagonistes  (« c’est normal de taper une femme.. ; Sohane méritait d’être brûlée vive à 17 ans car elle refusait de coucher avec un mec etc.. »).
J’ai OUBLIE de regarder le documentaire sur France télécom. Heureusement il est disponible sur le site de France 2. Je compte aussi lire le livre d’anciens salariés de l’entreprise, Ils ont failli me tuer. J’ai vu l’auteur dans une émission et son témoignage était poignant.

Bref, après cette rubrique nécrologique, heureusement que je vous conseille des films drôles cette semaine...

Et vous, avez-vous vu les films cités ?

 

12/09/2010

L'hécatombe continue : Chabrol maintenant

chabrol.jpgJ’allume la télé. Je tombe sur un bandeau en bas de l’image qui parle de Claude Chabrol.
« Pourquoi il parle de Claude chabrol ? Comment ça il "était" un grand cinéaste ? Ne me dites pas que Chabrol est… »
Et là, la journaliste de i-télé annonce : « je vous rappelle l’information principale de cette journée, Claude Chabrol est mort ce matin… »
J’ai immédiatement envie de me recoucher.

'Tain les gars, faut arrêter de crever maintenant ! C’est l’hécatombe là ! Après Alain Corneau, Claude Chabrol ! Il ne restera bientôt  personne dans le cinéma français ! Pourquoi ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier ?

Plutôt que me remettre au lit, je regarde l’hommage qui tourne en boucle. Avec des extraits de Que la bête meure avec Jean Yanne. Je déprime : « Ah ! Un grand lui aussi… Mort lui aussi… »
Des extraits de Poulet au vinaigre, avec Jean Poiret , mort lui aussi.
Des extraits du Beau Serge, avec Brialy et Gérard blain, morts eux aussi.
De La femme infidèle avec Michel Bouquet « mo... non, il n’est pas mort ! Vas-y Michel, tiens le coup ! »

bête meure.jpgDe Claude Chabrol, je préfère Que la bête meure et Le boucher, avec Jean Yannounet, dont j’ai déjà parlé ici. J’admire beaucoup aussi Le beau Serge, Les cousins, Les bonnes femmes, films qui ont lancé la nouvelle vague.
J’aime aussi Les biches, Docteur Popaul, Betty, Madame Bovary, La cérémonie, L’enfer… Je ne vais pas tous les citer, il en a réalisé une soixantaine…

J’appréciais ses satires de la petite bourgeoisie, de l’hypocrisie et de la bêtise, même si je trouve que cette thématique commune à toute son œuvre marquait aussi sa faiblesse. Ces derniers films, d’un intérêt inégal, se ressemblaient parfois un peu trop.
J’estimais aussi l’homme, bon vivant qui adorait la bonne chère (entre estomac sur pattes, on se comprend), toujours jovial et sympathique (il a tourné Le boucher dans un petit village et a invité tous les habitants à un gigantesque banquet).

Chabrol sortait toujours de bons mots :
"la bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a ses limites, tandis que la bêtise n'en a pas."
« Je n'avais qu'une seule crainte, avec ces pensées, c'était de paraître sympathique.»

Trop tard mon vieux, on t’aimait bien, tout le monde t’a rendu hommage. Ce soir par exemple, France 2 diffuse L’ivresse du pouvoir (inspiré de l’affaire Elf).

 Et vous, quel film de Chabrol préférez-vous ?

31/08/2010

Série noire pour Alain Corneau

alain-corneau.jpgAlain Corneau est mort ! Le réalisateur de mon film culte, Série noire, avec le meilleur acteur Français jamais égalé depuis, Patrick Dewaere ! En hommage, France 3 diffuse ce chef d’œuvre ce soir à 22h45, ne le manquez pas !

Le cinéaste est décédé dimanche, mais je n’ai appris la nouvelle qu’hier soir en consultant Allociné. Comme beaucoup de gens, en vacances, je surveille moins le journal. Je ne sais d’ailleurs pas si les J.T ont évoqué la mort du réalisateur, j’ai seulement regardé les infos de midi sur canal +, qui n’en ont pas parlé. Quel comble pour la chaîne du cinéma... (Par contre, sur 10 minutes de J.T, on subit toujours un résumé de sport dont je me contrefous éperdument).
Alain Corneau est mort à 67 ans d’un cancer (je rappelle que les scientifiques estiment qu’un homme sur 2 et une femme sur 3 seront touchés par un cancer au cours de leur vie). Corneau a réalisé des films qui ont marqué le cinéma français, comme Police python 357, avec Yves Montand qui se la joue Clint Eastwood.

tous les matins du monde.jpgL’une de ses œuvres les plus connues reste le délicat Tous les matins du monde, césar du meilleur film, sur la relation entre un violiste et son disciple au XVIIème siècle. Jean-Pierre Marielle♥ y joue le rôle principal, et je vous préviens, le jour où Mariellounet meurt, cet acteur qui possède la plus belle voix du monde, je porte le deuil (idem pour Jean Rochefort d’ailleurs. J’étais aussi triste comme une pierre quand le troisième « grand duc », Philippe  Noiret, est décédé -cliquez sur l'extrait du film en rose-. Enfin, on est censé parler de Corneau, revenons à nos moutons).

La filmographie d’Alain Corneau est éclectique et inégale. Dans un tout autre genre, moins fin, Corneau a réalisé Le prince du pacifique, avec Lhermitte et Timsit. C’est un film d’aventure comique, sous le soleil, gentillet et plaisant, sans plus, bref un film de vacances.
Son chef d’œuvre est bien évidemment Série Noire. Je vous en ai déjà parlé et je vous  livre aujourd’hui la bande-annonce du film. Série noire porte bien son nom, car tous les acteurs principaux sont morts : le réalisateur et l’acteur Bernard Blier, victimes de cancers, Patrick Dewaere qui s’est suicidé à 35 ans, Marie Trintignant, décédée à 41 ans sous les coups du chanteur de Noir Désir Bertrand Cantat…

Pour évoquer la mort d’Alain Corneau, Le Monde.fr cite l’incontournable Série noire. Le journal met en lien une vidéo du réalisateur, certes, mais qui parle essentiellement de Patrick Dewaere… Même si Dewaerounet demeure mon acteur préféré et que je ne me lasse pas des témoignages sur lui, Le Monde aurait tout de même pu choisir un extrait évoquant Corneau… C’est un peu comme si, moi, dans mon hommage au réalisateur, j’avais cité pleins d’autres personnes, enfin, voyons… (Comment ça, c’est justement ce que j’ai fait ?)

Crime-d-amour.jpgLe dernier film d’Alain Corneau vient juste de sortir en salles : Crime d’amour, une histoire de manipulation au travail entre Ludivine Sagnier et Kristin Scott thomas. Les relations dans le monde de l’entreprise, un de mes sujets de prédilection justement…Je compte voir ce film.
On peut supposer cyniquement que la mort du réalisateur relancera l’intérêt pour son œuvre. Les derniers films du cinéaste sont passés relativement inaperçus : Les mots bleus, Le deuxième souffle... J’espère aussi que d’autres chaînes de télévision rediffuseront en hommage des films de Corneau. En attendant, ce soir, ne loupez pas le glaçant Série noire, classé comme « l’un des films les plus déprimants ». Parfait en cette occasion, non ?

Et vous, quel film d’Alain Corneau préférez-vous ?

Je « wipipède »  sa filmographie :
•    1974 : France société anonyme
•    1976 : Police Python 357
•    1977 : La Menace
•    1979 : Série noire
•    1981 : Le Choix des armes
•    1984 : Fort Saganne
•    1986 : Le Môme
•    1989 : Nocturne indien
•    1991 : Tous les matins du monde
•    1995 : Le Nouveau Monde
•    1997 : Le Cousin
•    2000 : Le Prince du Pacifique
•    2002 : Stupeur et tremblements
•    2005 : Les Mots bleus
•    2007 : Le Deuxième Souffle
•    2010 : Crime d'amour

15/03/2010

Il est mort d'une petite fièvre

ferrat.jpg"Je meurs d'une petite fièvre
Avec un prénom sur mes lèvres
Et quelques souvenirs heureux
Quelque part au fond de mes yeu
x"
Jean Ferrat, 1975

Jean Ferrat est mort ! Les petits jeunes qui me lisent s’en tapent peut-être, mais mémé Papillote et ses goûts de vioque est toute chamboulée !
J’ai appris la nouvelle sur Face de bouc (mémé utilise tout de même les nouvelles technologies) en lisant le statut de Foodamour : « Jean Ferrat est mort et Michel Sardou est vivant. Et ça, c’est vraiment dégueulasse ». Malgré la tournure comique de la phrase, je n’ai pas réussi à rire car j’adore Michel Sardou, non je déconne car j’aime bien Jean Ferrat.

Je vous transcris la scène :
Moi : « oh non ! C’est pas vrai ! »
Amie : - Qu’est c’qui s’passe encore ?
Moi : - Jean Ferrat est mort !
Amie (rigolant) : - C’est qui ?
Moi : - Roooh ! Mais tu sais bien ! (Je chante en prenant une voix grave) « Pourtaaaaaaant… que la montagne est beeeeeeeeellllleuh… »
Amie (plaisantant) - Oh ben c’est pas trop une perte alors…
Moi (blessée) - Ah non hein! C’était mon copain Jean Ferrat !
Amie : - Ah ? Je ne savais pas du tout, tu ne m’en as jamais parlé…
Moi : - C’est un bout de mon enfance qui s’en vaaaaaaa !!!»

Du coup je vous explique aussi. Pour le tag des 7 secrets, j’ai eu du mal à me remémorer un bon souvenir d’enfance. Eh bien j’aurai pu citer Jean Ferrat.
C’était dans notre maison de campagne, encore moins équipée que l’appart en ville (on avait pas le téléphone par exemple). On écoutait souvent des vieux 33 tours sur notre bonne vieille chaîne hi-fi, qui a maintenant 28 ans et qui fonctionne encore (c’est pas comme tous les appareils actuels, de mon temps c’était fait pour durer, satané nouvelles technologies…oups mémé s’égare.)

J’étais jeune, car il me semble que j’écoutais Jean Ferrat entre deux chansons de Bob et Bobette (oui, les chansons pour enfants qui datent de 1929… quand je vous dis que je suis une mémé). Je savais déjà lire, car je lisais les paroles au dos du disque.
Bien entendu je ne comprenais pas les propos politiques, où qui faisaient référence à l’actualité (à l’époque d’édition du disque). Par exemple Un jeune sur les républicains indépendants de Valéry Giscard d’Estaing, en 1975 quand même…

Je me souviens très bien quand j’ai demandé à mon frère de m’expliquer les paroles du Bruit des bottes :
« C’est partout le bruit des bottes
C’est partout l’ordre en kaki
En Espagne on vous garrotte
On vous étripe au Chili »
L’explication de mon frère sur « garrotter » «étriper » et Pinochet m’a beaucoup marquée…

On ne possédait que deux albums, dont La femme est l’avenir de l’homme. J’adorais la chanson titre :
« Pour accoucher sans la souffrance
Pour le contrôle des naissances
Il a fallu des millénaires
Si nous sortons du Moyen-Âge
Vos siècles d’infinis servages
Pèsent encore lourd sur la Terre »

Berceuse pour un loupiot, Un singe, Le fantôme, me faisaient rire et je les prenais pour des chansons pour enfants, car Ferrat les chantait sur un ton marrant :
ferrat 2.jpg« Je fais des chatouilles
À ceux qui magouillent
Dans le sondage bidon
Je fais des gratouilles
À ceux qui glandouillent
Dans le débat-mironton
Je fous les chocottes
A ceux qui fayottent
Dans la désinformation… »

Parfois, des mots n’étaient pas de mon âge et mon frère ne voulait pas me les expliquer, je ne saisissais pas pourquoi à l’époque ! Je comprends maintenant en relisant les paroles… hum…
J’aimais bien Jean Ferrat, car avec sa voix grave et chaude et sa moustache rigolote, je trouvais qu’il avait une bonne bouille, un côté paternel rassurant. (Pas comme le « petit père des peuples », hein!)
J’ai arrêté d’écouter Jean Ferrat en grandissant, mais je gardais toujours ces bons souvenirs. Au moins, eux, resteront. Snif.

"Alors moi je ris doucement
Comme on rit aux enterrements
En me disant qu'au fond mourir
C'est ne plus s'arrêter de rire
"

Et vous, vous aimiez Jean Ferrat ? Quelle chanson préférez vous ?