Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Le petit journal et Danielle Mitterrand, Hot Fuzz, Stardust

petit journal tue.jpgJ-2 avant le concert de McCartney à Bercy... 

(note écrite dimanche mais qui n'a pu être publiée plus tôt) Dans la rubrique nécrologique de la semaine, Danielle Mitterrand est décédée le 22 novembre. Elle ne fait pas partie du monde du spectacle (quoique ? on dit bien politique spectacle, puis avec Fredo…) Je voulais juste évoquer "la question qui tue" du Petit journal de Yann Barthès. Les journalistes de l’émission ont réalisé un micro-trottoir en demandant aux passants : « Danielle Mitterrand est la femme de quel président ? » (voir lien, émission du 25/11)
Voici les réponses consternantes. Une jeune bêcheuse répond sur un ton hautain : «  Je sais pas, je suis en médecine moi ». Une autre : « Vous pouvez répéter la question ? » (On a retrouvé Véronique de Télémagouille!) «  Aucune idée hahahah » « Jacques Chirac ? » « Je rentre de soirée je suis fatigué «  (il était 17 heures). Le pire, les personnes interrogées semblent toutes être nées avant la fin du deuxième septennat et la mort du président en 96.

L’interrogatoire est garanti sans trucage dixit Barthès, mais combien de gens les journalistes ont-ils interrogés aussi pour tomber sur des ignares pareils ? J’ai déjà vu un test qui démontait les principes du micro trottoir : les passants répondaient totalement à côté de la plaque à des questions évidentes, et l’exercice démontrait que c’était normal : sous le flot des questions et face au stress d’être filmé, les interviewés perdent leur moyens. Le Petit journal aurait-il usé du même stratagème ? (Bien entendu je ne retrouve pas ce fameux test pour étayer mes propos, si quelqu’un le connaît qu’il me fasse signe…)


J’ai bien ri quand même en remarquant que sur sa page facebook, le Petit journal orthographie Mitterand… Je le répète : Yann Barthès, embauche-moi, tu as les moyens avec tout ce que tu gagnes (au moins 30 000 euros par mois selon le très sérieux magazine d'investigation Entrevue (hum). Je peux m'occuper de la page facebook, qui est franchement délaissée (aucune réponse aux questions posées). Les commentaires des spectateurs ne parlent que de l’inculture des jeunes. Pourtant deux personnes interrogées avaient visiblement dépassé la trentaine. Jusqu’à quel âge est-on jeune ? Suis-je encore jeune ? On ne m’a jamais dit que j’étais inculte, bien au contraire, il ne faut pas faire de généralités.

hot_fuzz.jpgA la télé ce soir, Hot Fuzz sur NT1. Deuxième film où l’on retrouve le formidable trio de Shaun of the dead : Edgar Wright le réalisateur, les acteurs et scénaristes Nick Frost et Simon Pegg. J’attends avec impatience la sortie du troisième film de la trilogie « blood and ice cream », nommée ainsi car dans les trois parodies, entre deux joyeux bains de sang, les personnages achètent des glaces Cornetto. (Han ! le méchant placement de produit).
Après « une comédie romantique avec des zombies » Shaun of the dead, référence à Dawn of the dead de George Romero, dans Hot Fuzz, le trio rend hommage aux films d’actions comme Bad boys 2. Un policier modèle Londonien fait passer ses collègues moins zélés pour des bras cassés. Pour le calmer, on l’envoie dans un petit village de campagne, où son nouveau coéquipier rêve d’imiter Mel Gibson. Dans la commune paisible, entre deux contraventions et recherche d’animaux disparus, le policier scrupuleux découvre une série de meurtres étranges… Hilarant (même si je trouve la fin un peu lourdingue).

stardust.jpgMardi, Gulli diffuse Stardust le mystère de l’étoile, un bon film qui n’a pas rencontré le succès mérité. Il est réalisé par Matthew Vaughn, auteur de la réjouissante parodie de super héros, Kick-ass, et du polar mafieux Layer Cake, avec Daniel Craig.  Stardust est inspiré du roman fantastique de Neil Gaiman (aussi adapté au cinéma avec Coraline).
Au 19ème siècle, pour gagner le cœur d’une belle demoiselle, un jeune homme accepte le défi qu’elle lui a lancé : partir à la recherche d’une étoile filante. Cette dernière est tombée de l’autre côté du mur encerclant leur village, dans le royaume magique interdit… Un joli conte poétique et esthétique, où l’on retrouve De niro, Michelle Pfeiffer, Claire Danes…

Jeudi, TF1 « la chaîne de la culture » programme un bon film : Un cœur en hiver de Claude Sautet. Il est diffusé à…3heures du matin.


Côté documentaire, je ne les ai pas vus mais je regarderai certainement mardi soir sur France 2 la biographie de Louis XVI (à lire Louis croix vé baton comme dans le sketch des Inconnus). Mercredi, « Armando et la politique » sur Arte, qui tente d’expliquer la venue (avant la chute) de Berlusconi en Italie. Vendredi sur la même chaîne, Les yes men refont le monde, où de joyeux drilles infiltrent de grandes organisations internationales.

Pour les abonnés canal +, ne ratez pas mercredi soir le documentaire Inside job, expliquant la crise financière, et le film The reader mardi avec Kate Winslet.

Et vous, qu’avez-vous regardé cette semaine ? Que pensez-vous de la question qui tue du Petit journal ?

21/11/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Natalie Wood, la journée mondiale de la télévision, L'impasse, This is England

natalie wood.gif"Et tu revois Natalie Wood
Dans la fièvre, dans le sang
Chaque jeu a son perdant
Mais tu lui ressembles pas vraiment
Même si t’as beaucoup le goût du désespoir en toi
Comme Natalie Wood !"

Dans la rubrique nécrologique… d’il y a 30 ans, l’enquête sur la mort de Natalie Wood a été rouverte, suite à de nouveaux éléments.
Le 29 novembre 1981, L’actrice est retrouvée morte dans la baie de Los Angeles. L’autopsie conclut à une noyade accidentelle, malgré les traces de contusions. La veille, Natalie Wood se trouvait sur un yacht avec son mari Robert Wagner (le héros de Pour l’amour du risque) et Christopher Walken (Dead zone, Voyage au bout de l’enfer, Les portes du paradis…  des titres évocateurs ?). Le capitaine du bateau explique qu’une dispute aurait éclatée entre l’actrice et son mari, jaloux de Christopher Walken. Les deux époux avaient déjà divorcé une première fois, car Natalie avait cédé à Warren Beatty, l’homme aux 12 000 conquêtes selon Peter Biskind (l’auteur des passionnants essais sur Hollywood).

Alors, Robert Wagner, assassin ? Il a l’amour du risque, le justicier milliardaire ? (Quand j’étais petite je chantais « les justiciers de l’enfer »).
amour du risque.jpgL'amour du risque
C'est vraiment leur grande affaire
Faire la vie dure aux gangsters
Les risques-tout de la justice et de l'amour
L'amour pour mieux risquer
Le risque pour s'aimer
L'amour du risque
C'est leur passion explosive
La mort, le feu de l'éclair
N.B : finalement, on vient de l'apprendre, l'affaire est de nouveau classée et Robert Wagner noyé lavé de tout soupçon, mais le témoin maintient ses propos et doutes. Je l'aurai un jour, je l'aurai.


Aujourd'hui, on fête la journée internationale de la télévision (pas pour inciter les gens à la regarder, hein, ils le font déjà assez, mais pour "encourager des échanges mondiaux de programmes télés se concentrant sur la paix, la sécurité, le développement social et économique et l’amélioration de l'échange culturel".) Hum, je ne dirais rien.

impasse.jpgA la télé cette semaine… Ben pas grand-chose. Vous pouvez en profiter pour éteindre votre télévision et reprendre une activité normale (allumer l’ordinateur ? ah non, pas bien non plus). Mardi, Direct star diffuse L’impasse de Brian de Palma. Comme dans Scarface avec le même acteur, le cinéaste raconte une histoire de mafieux : ici, Al Pacino sort de prison et veut se ranger des voitures (justement en louant des bagnoles), mais ses anciens amis en décident autrement…

this is england.jpgJeudi, Arte programme This is england de Shane Meadows (déjà auteur du très bon Dead man's shoes). Pendant la guerre des Malouines, un jeune collégien mal dans sa peau et souffre douleur de ses camarades apprend le décès de son père soldat. Il trouve réconfort et modèle auprès d’une bande de skinhead… Le réalisme social, le quotidien souvent morose d’Anglais modestes rappellent les films de Ken Loach (comme My name is Joe) ou de Mike Leigh (Vera Drake).

coup_de_foudre_a_rhode_island.jpgA la même heure, si vous aimez les comédies sentimentales, France 3 en diffuse une pas trop mièvre, surtout grâce à l’épatant Steve Carell : Coup de foudre à Rhode island. Le titre français est très gnangnan, l’original me semble mieux : Dan in real life. Comme toujours, l’acteur incarne un homme maladroit et drôle malgré lui (comme dans 40 ans toujours puceau ou Crazy stupid love par exemple). Veuf, il ne s’est toujours pas remis de la mort de son épouse et sa famille le taquine pour qu’il reprenne goût à l’amour. Il tombe enfin sous le charme d’une femme (Juliette Binoche) qui se révèle être la fiancée de son frère… Les relations amoureuses et familiales livrent quelques bons gags.

Si vous êtes abonné à canal +, je vous conseille vendredi The Green Hornet de Michel Gondry, un super héros sans super pouvoir, mais très drôle, avec Seth Rogen (également acteur dans 40 ans toujours puceau).

Quiz on connaît la chanson, qui est l'interprète de la chanson "Natalie Wood" ?
Et vous, qu’avez-vous regardé cette semaine ? Que pensez-vous de la journée mondiale de la télévision ?

06/11/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : hommage à Yves Montand, Maladies à vendre

yves-montand.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, mercredi on commémore le vingtième anniversaire de la mort d’Yves Montand. La télé programme donc de nombreux films et documentaires à cette occasion.
Ce soir, Arte diffuse Le choix des armes d’Alain Corneau (décédé en août 2010). Dans ce polar du début des années 80, Montand, un ancien truand menant dorénavant une vie tranquille, héberge malgré lui un jeune évadé de prison, incarné par Depardieu, qui lui, a fait « le choix des armes »… Les vieux  « sages » contre les jeunes « fougueux », un débat classique mais néanmoins toujours intéressant. Avec également Deneuve, Galabru et Lanvin.

A la même heure, direct 8 diffuse Le grand escogriffe de Claude Pinoteau (La boum). Encore un rôle de truand, mais  plus charmant et drôle : avec son complice Claude Brasseur, Montand substitue le fils d’un millionnaire contre un autre, et exige une rançon. Mais contre toute attente, le père préfère garder le second enfant, beaucoup plus calme que son vrai mioche…
En deuxième partie de soirée, la chaîne fait suivre I comme Icare d’Henri Verneuil (100 000 dollars au soleil, Le clan des Siciliens). Dans ce thriller politique, Montand joue un procureur enquêtant sur l’assassinat du président (d’un pays qui ressemble fortement aux Etats-Unis, avec une technique de « balle magique » rappelant celle de l’assassinat de JFK). Par son enquête et son contexte politique, le film ressemble à Z de Costa-Gavras, dans lequel cette fois-ci Montand joue le rôle de l’homme politique assassiné et Jean-louis Trintignant celui de l’enquêteur.

cesar-rosalie-.jpgMardi, France 2 programme le classique de Claude Sautet, César et Rosalie. Romy Schneider aime César/Yves Montand, un beau parleur hâbleur, et tombe amoureuse de son contraire, David/Samy Frey, un intellectuel effacé. Peut-on aimer deux personnes en même temps? Avec en prime la belle musique de Philippe Sarde, l’un des plus grands compositeurs de BO français, travaillant avec les plus grands, Polanski, Annaud… Sa dernière collaboration était avec Tavernier, pour La princesse de Montpensier. Je pense que sa musique la plus connue est la triste et belle chanson d’Hélène dans Les choses de la vie.
Pour les insomniaques, France 2 enchaîne avec La guerre est finie d’Alain Resnais, à 1 heure du matin. Encore un film politique, cette fois-ci sur un militant anti franquiste exilé en France.

Côté documentaire sur Yves Montand, ce soir Arte en programme un sur son rapport avec son pays natal, l’Italie. Je regarderai plutôt celui de Patrick Rotman (L’ennemi intime, Chirac…) : Ivo Livi, dit Yves Montand, mardi à 20h35 sur France2.

Côté "on connaît la chanson de film", ma préférée de Montand, plus que A bicyclette et même Les feuilles mortes, est celle reprise dans L'été meurtrier : Trois petites notes de musique.


Autres films cette semaine (sans Montand, puisqu'il faut tout préciser pour ce tatillon de Cristophe), The dark knight le chevalier noir, plus sombre volet des Batman, avec Christian Bale♥♥ que je préfère à Julien Lepers, oups pardon, Michael Keaton. Le regretté Heath Ledger et son Joker fou fait même oublier la prestation de Jack Nicholson (Ledger a obtenu un oscar posthume).
Autre ambiance, France 2 diffuse ce soir Deux sœurs pour un roi. Les deux filles Boleyn se disputent les faveurs d'Henri VIII. Ce dernier jette d’abord son dévolu sur la douce et fragile Mary (Scarlett Johansson) avant que la seconde, Anne, n’obtienne ses faveurs (Mary la délaissée est finalement bien plus chanceuse, sachant comment sa sœur a fini sa vie). Un film d’amour en costumes qui plaira aux filles, mais aussi aux hommes pour le duo d’actrices (Scarlett Johansson et Natalie Portman).

tout le monde dit i love you.jpgJeudi, France 3 diffuse la réjouissante comédie musicale de Woody Allen Tout le monde dit I love you, une de ses meilleures comédies.

Côté documentaire qui donne envie de se réfugier dans une grotte, mardi Arte programme un sujet sur le médiator et un autre sur les Maladies à vendre. Je cite Télérama : « Pour les laboratoires pharmaceutiques, il est plus simple, et surtout plus rentable, d’inventer des maladies qui n’existent pas, et les médicaments (inefficaces) qui vont avec, que de chercher à en soigner des réelles. »
Ce midi, l’émission Dimanche+ sur Canal revenait sur le nouveau scandale, les médicaments contre la maladie d’Alzheimer : ils seraient en fait inefficaces, voire nocifs (ils endorment l’esprit des patients). L'invité Montebourg expliquait qu’en France, 5000 médicaments sont en vente, alors que la Suède  n’en possède que 500, avec une espérance de vie aussi élevée que la nôtre.
Je rappelle que  la France est un des pays les plus consommateurs de médicaments au monde, et le plus grand consommateur de psychotrope en Europe. Au moindre coup de mou, j’ai remarqué autour de moi que les docteurs s’empressaient de prescrire des anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères… Si je les écoutais, je serai moi aussi droguée et endormie. Personnellement, je préfère me droguer au chocolat, au cinéma et à la musique (les voisins doivent être ravis de m’écouter chanter et chorégraphier toutes les chansons de McCartney depuis deux semaines – pourtant avec ma voix imitation crooner, j’interprète parfaitement la rock'n roll Smile Away par exemple).

Pour ceux qui captent Canal +, je vous conseille le spécial investigation sur l’immobilier (à Paris, un studio a doublé son prix de vente en 5 ans). Côté cinéma, mardi, Le bruit des glaçons de Bertrand Blier (« bonjour, je suis votre cancer »).

Et vous, connaissez-vous ces films ? Que pensez-vous de l’obsession française pour les médicaments ?

30/10/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Tigre et dragon, Le secret de brokeback mountain, Le dernier roi d'Ecosse, Intolérable cruauté

bebeteshow1.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, le journaliste et humoriste Jean Amadou est décédé dimanche dernier à l’âge de 82 ans. Il officiait à la radio, où il faisait partie des grosses têtes. Il était l’un des créateurs du Bébête show, vaguement inspiré du Muppet show.

télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéJe regardais cette émission quand j’étais petite, mais j’étais gênée par  les Coco girls et en plus je trouvais que Stéphane Collaro avait une sale tronche. (en marionnette, je lui aurais donné celle d’un cochon je pense).  J’aimais bien les ressemblances physiques avec les animaux (le physique de Jack Lang me fait toujours penser à une chèvre et Tapie a vraiment une tête de taureau, tout comme Javier Bardem, Benicio del Toro et Benjamin Biolay dont je parlais récemment).
Je ne trouvais pas toujours les gags du Bébête show drôles et pertinents. Alors, comme beaucoup, j’ai zappé en 1988 sur Les Guignols de l’info. La concurrence de canal+ a fini par enterrer l’émission de TF1.

compagnie.jpgAutre décès cette semaine, celui de Robert Lamoureux, atteint d’un mélanome, qui s’est éteint à 91 ans. Comme Amadou, il était un comique populaire français, un peu lourd, il faut bien le dire. Il avait réalisé les  7ème compagnie. Comme le bébête show, enfant j’aimais bien regarder cette série de films, mais je ne trouvais pas Pierre Mondy et Jean Lefebvre aussi fins, drôles et attachants que De Funès et Bourvil dans La grande vadrouille.

A la télé cette semaine, ce soir vous avez l’embarras du choix : du film d’action, avec le culte Piège de cristal sur W9, ou des comédies, avec la suite de La cage aux folles sur France 4 et Shrek 3 sur TF1 (beaucoup moins bien que les précédents films).

hondelatte.jpgA 22h30, nouvelle saison de Faites entrer l’accusé, qui n’est plus présentée par mon chouchou Hondelatte mais par Frédérique Lantieri. Plus de « malgré ces 348 meurtres avec torture et barbarie, il est libéré après trois mois de prison », plus de relevé de col du blouson de cuir sur ces derniers mots fatals, plus d’ouverture de la porte et de départ dans la nuit, sur la magnifique et terrible musique de Michel Legrand, à l’origine BO du film Le messager de Joseph Losey (Monsieur Klein). Rassurez-vous, le décor reste le même et Dominique Pizet est toujours là (« justement Christophe, un fait impensable se produit : les pièces à conviction disparaissent dans les locaux même de la police judiciaire »).
Christophe Hondelatte, son tempérament sensible et sanguin nous manquera (ah, son clash dans l’émission de Ruquier et le JT de France 2 ! il m’a fait de la peine). J’admets que je le préfère en journaliste qu’en chanteur, sa chanson docteur House ne peut pas vraiment concourir pour les victoires de la musique (l’eurovision peut-être ? Les  Français seraient encore sûrs de tomber avant-dernier comme ça).

tigre-et-dragon-.jpgMardi, jour férié, des films sont diffusés l’après midi. J’aime beaucoup Tigre et dragon sur France 2, même si les puristes estiment qu’il propose des arts martiaux à la sauce occidentale. (Le réalisateur taiwanais Ang Lee travaille à Hollywood). Je suis scotchée par l’inventivité et la poésie des combats : au sommet des arbres, il fallait y penser. (J’ai essayé de reproduire certains mouvements, mon dos s’en souvient encore. Nan, mais je suis sûre qu’avec un peu d’entraînement…)
télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéJe ne pensais pas qu’un film où on se bat les ¾ du temps pouvait être romantique et tragique, mais vu les précédentes réalisations d’Ang Lee, ce n’est pas étonnant : Raisons et sentiments, Le secret de Brokeback Mountain...
Ce dernier est justement diffusé jeudi soir sur Arte, ne ratez pas cette histoire sensible d’un amour impossible entre deux cow-boys (avec Jake Gyllenhaal et le regretté Heath Ledger, mort à 28 ans, oscar du meilleur second rôle pour son interprétation d’un Joker halluciné dans Batman).

télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéLe soir, W9 programme le film des frères Coen, Intolérable cruauté, avec George Clooney et Catherine Zeta-Jones. Un avocat spécialiste en divorce affronte une femme fatale plumant  ses maris… Comme toujours chez les frères Coen, l’humour est féroce, les situations rocambolesques (ils ont réalisé entre autres Fargo et Burn after reading). En plus, le duo de charme des acteurs est irrésistible.

télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéJeudi en deuxième partie de soirée, France 3 diffuse Le dernier roi d’Ecosse de Kevin MacDonald (auteur du documentaire Mon meilleur ennemi sur Klaus Barbie, diffusé récemment et que j’ai évoqué ici). Le dernier roi d’Ecosse désigne Idi Amin Dada, comme il s’était lui-même auto proclamé. Le film suit un jeune médecin naïf et idéaliste embauché malgré lui par le dictateur ougandais, que l’on disait fou et même cannibale. On parvient sans difficulté à comprendre le sentiment de peur et de tension constante que doit ressentir le jeune homme face à un être aussi singulier. Forest Whitaker a obtenu l’oscar du meilleur acteur pour ce rôle, ce personnage et la relation complexe qu’il noue avec son médecin sont fascinants. 

Pour ceux qui captent canal +, je vous conseille vendredi soir Les petits mouchoirs de Guillaume Canet.

Et vous, appréciez-vous ces films ? Regrettez-vous Hondelatte dans Faites entrer l’accusé ?