Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2012

La rubrique nécrologique de la semaine : Claude Miller

claude-miller.jpgLa mort nous fascine… Dans ma cambrousse, un vieux rend visite à ma mère uniquement lorsque une personne de leur connaissance est décédée. Comme ils habitent un village où tout le monde se connaît, le vieux vient donc souvent. Lui et ma mère discutent gravement : « Mais il n’était pas si âgé ! C’est terrible tous ces cancers… Et sa femme qu’est ce qu’elle va faire, etc… » Une petite vieille se rend systématiquement à toutes les messes d’enterrements, même des personnes qu’elle ne côtoyait pas. C’est sa sortie du week-end, comme les autres vont se promener au parc. 

Je ne connais personne dans notre village, et quand ma mère me dit :
 « Le Jacquot est mort…
-Qui don’?
–Mais te sais ben, le Jacquot, on allait chercher le lait à la ferme…
- J’étais pas née je pense à l’époque… » (Quand je suis à la cambrousse je reprends l’accent et les mots patois)

Avec mon frère on a le même intérêt pour les morts, mais pour les célèbres. Je me souviens quand il m’a annoncé le décès de Gainsbourg (on était sur le pont à côté de chez nous et on a regardé longuement l’eau couler, j’en ai déjà parlé) Il avait aussi ouvert la porte de notre chambre brusquement et m’avait réveillée en sursaut pour me dire « Lady Di est morte ! » On  laissait de longues et tristes plages de silence pour la mort de Serrault♥♥♥ et Noiret♥♥♥…
Quand l’un de nous apprend le décès d’un artiste, il téléphone à l’autre pour lui faire deviner le nom… Je sais, c’est un jeu morbide, mais vous savez que j’adore les quiz…

Ca n’a donc pas loupé jeudi. Mon frère me téléphone :
"- T’as vu qui est mort ?
A son ton chagriné je comprends que c’est un artiste qu’on appréciait. (J’ai employé le même récemment pour Davy Jones des Monkees, et lui pour m’apprendre le décès de Gérard Rinaldi.)
- Non ! Un Français ?
-Oui.
- Un acteur ?
-Non. (ouf, Jean Rochefort♥♥♥ y a échappé)
- Un réalisateur ?
-Oui.
- Encore un ! Alain Resnais ? (Il a 89 ans…)
-Non, plus jeune… 70 ans
-Oh non, pas Claude Miller quand même ?!
-Si… »

Dans ses films, Claude Miller dévoilait à merveille la complexité des sentiments et rapports humains. Il excellait dans les duels psychologiques, comme avec La meilleure façon de marcher ou Garde à vue. Il s’est aussi attaché à démontrer les affres de l’enfance tourmentée et solitaire, à travers des films comme L’effrontée ou La classe de neige. A part le dernier, je les ai tous vus, et je les appréciais tous :

1976 : La Meilleure Façon de marcher
1977 : Dites-lui que je l'aime
1981 : Garde à vue
1983 : Mortelle randonnée
1985 : L'Effrontée
1988 : La Petite Voleuse
1992 : L'Accompagnatrice
1994 : Le Sourire
1998 : La Classe de neige
2001 : Betty Fisher et autres histoires
2003 : La Petite Lili
2007 : Un secret
2009 : Je suis heureux que ma mère soit vivante
2011 : Voyez comme ils dansent
2012 : Thérèse D

la_meilleure_facon_de_marcher.jpgSon premier long métrage est un de mes préférés, une vraie claque quand je l’ai découvert. Dans une colonie de vacances des années 60, un moniteur, Patrick Dewaere♥♥♥, surprend un collègue (Patrick Bouchitey) déguisé en femme. Dès lors, détenteur du secret qui lui accorde un moyen de pression et de supériorité, mais également troublé, il n’a de cesse de provoquer et d’humilier son collègue. Ce dernier est fiancé à la délicate Christine Pascal (qui comme Dewaere s’est suicidée). Un film perturbant, la scène du bal est d’anthologie. La meilleure façon de marcher est programmé ce soir à 20h30 sur France 2, ne le ratez pas.

J’apprécie beaucoup le deuxième film du cinéaste, qui n’a cependant pas trouvé le succès.  Il est adapté de Patricia Highsmith (L’inconnu du Nord Express, Plein soleil). Gérard Depardieu y incarne un homme qui sombre par dépit amoureux dans la folie meurtrière. J’ai découvert Dites-lui que je l’aime alors que j’étudiais les chapitres de la passion et du désir en philosophie, et je trouve que le film en est une bonne illustration.

garde-a-vue.jpgAvec Garde à vue, Miller  reçoit à la fois un succès critique et public, et une foule de récompenses (césar du meilleur scénario, meilleur acteur pour Serrault). Deux grands du cinéma s’affrontent en huis clos le soir du 31 décembre : Lino Ventura le commissaire, tentant de faire avouer Michel Serrault le supposé meurtrier, pendant que la femme de ce dernier, Romy Schneider, l’attend… Arte le diffuse ce soir.

Dans Mortelle randonnée, Michel Serrault interprète un détective qui a perdu la trace de sa fille (emmenée par son épouse). Il se prend d’affection pour une meurtrière (Isabelle Adjani) qu’il suit dans son périple et protège, comme si elle était sa propre fille… A noter que Serrault et Audiard le scénariste ont tous deux perdu un enfant dans des accidents de voiture avant le tournage (la fille de Serrault, à 19 ans, en 1977, et le fils d’Audiard en 75 –son deuxième fils n’est autre que le réalisateur d’Un prophète.) Paris première diffuse Mortelle randonnée à 22h40.

effrontée.jpgMiller poursuit son exploration des tourments de l’âme avec ce magnifique portrait d’adolescente, qui a marqué nombre d’entre nous : L’effrontée, lançant la carrière de Charlotte Gainsbourg. Une fille un peu sauvage, à part, s’ennuie dans sa campagne. Elle découvre un monde de rêve avec une belle pianiste de son âge en vacances dans la région. Elle imagine que sa nouvelle « meilleure amie » va la sauver de sa condition et l’emporter loin…

Avec La petite voleuse, on retrouve Charlotte Gainsbourg dans un personnage de campagnarde tout aussi effronté et voulant s’émanciper. Cette fois-ci, l’adolescente rebelle devient femme.

Romane Bohringer remplace Charlotte Gainsbourg dans le rôle de la fille idéalisant une amie, et confrontée à un monde différent. Dans L’accompagnatrice, pendant la seconde guerre mondiale, une pianiste timide suit une célèbre cantatrice dans son exil londonien.

Le sourire est un film mineur dans la carrière de Claude Miller, mais les éternels rapports ambigus s’y retrouvent, entre Richard Bohringer et Jean-Pierre Marielle♥♥♥ attiré par la troublante Emmanuelle Seigner.

Avec La classe de neige, adapté du roman d’Emmanuel Carrère (D’autres vies que la mienne, L'adversaire) le réalisateur dépeint encore un jeune tourmenté qui se plaît à raconter ses pensées sombres à son meilleur ami...
Dans Betty Fisher, cette fois-ci trois femmes adultes s’affrontent : une modeste serveuse (Mathilde Seigner), une écrivain talentueuse (Sandrine Kiberlain). La mère de cette dernière va provoquer la rencontre de ces univers différents, à travers le destin tragique de leurs enfants… TV5 monde le programme lundi.

petite_lili.jpgDans La petite Lili, librement inspirée de La mouette de Tchekhov, un jeune homme naïf qui rêve de devenir cinéaste (Robinson Stevenin) s’éprend d’une belle jeune fille de son âge, (Ludivine Sagnier). Mais l’ambitieuse prend à la place dans ses filets un cinéaste reconnu et plus âgé, Bernard Giraudeau♥♥♥. 5 ans plus tard, devenue célèbre, la jeune femme apprend que son ancien amoureux transi est enfin réalisateur et tourne un film inspiré de leur histoire, où il révèle la vraie personnalité de l’actrice… Un drame sentimental sur l’ambition, les rêves et illusions perdues…

un secret.jpgClaude Miller livre encore un film bouleversant avec Un secret, tiré du livre autobiographique de Philippe Grimbert (qui est devenu psychanalyste, on comprend pourquoi il a eu besoin d’explorer l’âme humaine, après le terrible secret de famille qu’il a découvert). Si vous ne connaissez pas l’histoire, je ne veux rien vous en révéler pour ne pas gâcher l’émotion qui ne manquera pas de vous submerger. 

Je suis heureux que ma mère soit vivante met encore en scène un adolescent mal dans sa peau. Il part à la recherche de sa mère qui l’a abandonné. Le film est adapté d’un faits-divers relaté par Emmanuel Carrère. Nouvelle révélation, Vincent Rottiers et son regard bleu acier, nommé mais qui ne remportera pas comme Charlotte Gainsbourg le césar du meilleur espoir. France 3 le programme ce soir à 22h45.

Je n’ai pas vu encore Voyez comme ils dansent, et le dernier film de Claude Miller sortira en octobre, il s’inspire du célèbre roman de François Mauriac, Thérèse Desqueyroux, avec Audrey Tautou dans le rôle titre.


Encore une grande figure du cinéma français qui s’en va…

Et vous, quel est le film de Claude Miller que vous préférez ?

18/03/2012

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Michel Duchaussoy, L'emmerdeur, Le lauréat

duchaussoy.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, l’acteur Michel Duchaussoy est mort le 13 mars d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 73 ans. Sociétaire de la comédie française, il jouait surtout au théâtre, recevant principalement des seconds rôles au cinéma.

duchaussoy que la bete meure.jpgChabrol lui donne ses meilleurs personnages, le plus réussi selon moi est celui du père meurtri de Que la bête meure (la bête étant Jean Yanne♥♥♥). L’année suivante, en 1970, Duchaussoy incarne l’inspecteur dans La femme infidèle, du  même réalisateur. L’acteur joue avec les plus grands noms du cinéma français : Louis Malle et son Milou en mai, où il interprète le frère de Milou alias Michel Piccoli♥♥, Bertrand Tavernier et La vie et rien d’autre, où il joue un général, Amen de Costa-Gavras où il tient le rôle du cardinal, T’aime de Patrick Sébastien… (ah non, film dispensable). Vous pourrez l’observer une dernière fois au cinéma en Abraracourcix dans le prochain Astérix.

crabe tambour.jpgAlors qu’en ce moment on ne cesse de parler de la guerre d’Algérie, Pierre Schœndœrffer, journaliste, réalisateur et écrivain grand témoin des conflits armés, est décédé le 14 mars à 82 ans.
Voulant devenir réalisateur, il s’engage dans le service cinématographique de l’armée et part en Indochine. Il est fait prisonnier et cette expérience est retranscrite dans ses films La 317 ème section, prix du scénario au festival de Cannes en 1965, et Diên Biên Phu en 1992. Il est journaliste pendant la guerre d’Algérie. Il réalise au Vietnam La section Anderson, qui reçoit l’oscar du meilleur documentaire. Son œuvre inspire Coppola pour écrire Apocalypse Now, et Oliver Stone pour Platoon. Schœndœrffer porte à l’écran son roman Le crabe tambour, toujours inspiré de son expérience durant les guerres coloniales. Ce film sera diffusé en hommage ce soir à 20h40 sur Arte, avec Jean Rochefort♥♥♥ césar du meilleur acteur pour le rôle du commandant. La relève Schœndœrffer est assurée par le fils Frédéric, également réalisateur, notamment de la série Braquo sur canal+ ou des films comme Scènes de crimes (avec Berling et Dussolier) ou Agents secrets (avec Cassel et Bellucci)

emmerdeur.jpgA la télé cette semaine, outre Le crabe tambour sur Arte, direct 8 rediffuse ce soir l’excellente comédie d’Edouard Molinaro, L’emmerdeur, avec Jacques Brel et Lino Ventura. Le scénario signé Francis Véber inaugure la série des François Pignon (ou Perrin) cet être maladroit (comme Pierre Richard dans Les compères, Jacques Villeret dans Le dîner de cons) qui se retrouve associé à son contraire, un homme imposant et plutôt antipathique (Lino Ventura, Depardieu...)
Je connais les dialogues de l’emmerdeur par cœur : « Ce qu’il lui faut, c’est un peu de chaleur humaine, je m’en occupe. » « Elle a pas voulu venir… » "C'est toujours comme ça : le malade est sur le divan, et le docteur est à côté dans son fauteuil. Normalement, c'est comme ça que ça se passe, chez un psychiatre. Et bien là pas du tout ! Hop, tout le monde sur le divan ! Et moi, je payais 60 francs de l'heure.""De quel droit tutoyez-vous ma femme ? -Parce que c'est la mienne." Les acteurs sont grandioses, un grand fou rire. Cliquez sur la bande annonce très originale récitée par Claude Piéplu.

laureat.jpgJeudi à 22h50 sur France3, ne ratez pas l’irrésistible Le Lauréat de Mike Nichols, avec le jeune Dustin Hoffman (30 ans mais en paraît 20). Il incarne un jeune homme timide qui ne sait pas quoi faire de sa vie, qui se fait draguer malgré lui par la « vieille » Mrs Robinson (celle de la chanson) avant d’être séduit par la fille. Un film romantique, une grande bouffée d’air frais. La B.O signée Simon and Garfunkel renforce le sentiment de rêve : The Sound of silence. (cliquez sur les liens). Le film est en VF, mais le héros est doublé par mon chouchou Patriiiick Dewaere♥♥♥.

Pour les abonnés canal+, ne ratez pas Nous nous sommes tant aimés d’Ettore Scola, The people vs George Lucas, Même la pluie, Virgin Suicides, et le troublant Caché de Michael Hanneke, avec Daniel Auteuil et Juliette Binoche, où un animateur célèbre reçoit des vidéos anonymes et se voit confronté à son passé obscur.

Côté documentaire, j’espère que vous n’avez pas raté cette semaine le terrifiant « dénoncer sous l’occupation » où des délateurs apparaissent à l’écran « ben j’ai fait ce qu’il fallait à l’époque ». On veut se débarrasser de son mari ? Hop on l’accuse faussement d’être un résistant. Du boulanger rival ? Hop on le dénonce pour avoir donné du pain à un maquisard, et il est fusillé par Klaus barbie devant ses quatre enfants…
Mardi France 2 diffuse le troisième volet de La vie moderne de Raymond Depardon, sur les paysans de ma région (Depardon est né à Villefranche sur Saône).
Arte aborde encore mon thème préféré, le monde stressant du travail, avec « mon boulot, quelle galère » (bien vrai !) et « détresse psychologique au travail, le tabou ». Personnellement pour supporter mon travail pourri, je chante, comme vous le savez.

Et vous, qu’avez-vous vu cette semaine ? Appréciez-vous ces films ?

11/03/2012

La rubrique nécrologique et le film de ce soir : Gran Torino, Moebius, Pierre Tornade...

pierre tornade.jpgUne rubrique nécrologique encore bien chargée cette semaine. Quelle bonne idée de l’écrire le dimanche soir, moment de déprime avant de reprendre le boulot le lendemain, non ?

Pierre Tornade est décédé le 7 mars des suites d’une chute, à l’âge de 82 ans. Il était surtout connu pour sa voix particulière, doublant Obélix et Abraracourcix. A propos de voix chaudes et magnifiques, je rappelle que Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle, qui ont le même âge, ont la formelle interdiction de décéder. (Yann Barthès et sa belle voix grave aussi, mais à 37 ans il a encore de la marge normalement, à moins que Bayrou et Sarkozy ne se vengent de ses piques et l’achèvent en direct la semaine prochaine quand ils seront au Petit journal).
Pierre Tornade jouait des seconds rôles dans la 7ème compagnie et la série Nestor Burma, mais mon personnage préféré parmi sa filmographie reste celui du père meurtri dans Dupont-Lajoie, réalisé par Yves Boisset (où l’on retrouve la jeune Isabelle Huppert, tuée accidentellement par Jean Carmet, et les deux autres formidables acteurs que sont Marielle♥♥♥ et Jean Bouise♥♥♥.)

moebius.jpgAutre décès, le dessinateur Jean Giraud, alias Moebius. J’avoue que je ne suis pas très sensible à ses dessins et son univers de science fiction, que je juge trop sombres. Il a participé à la conception graphique du 5ème élément (on retrouve bien ses personnages), mais aussi d’Abyss, Alien et Willow. Sa fille tient la série d’animation Minuscule diffusée sur france5.

aristochats.jpgDes dessins animés d’un univers différent, le compositeur des musiques de Walt Disney, Robert B Sherman, est décédé à 86 ans. La presse cite étonnamment cette oeuvre, qui peut pourtant sans peine concourir comme LA PIRE CHANSON DE L’UNIVERS, j’ai nommé l’horrible « it’s a small small word ».  3 ans après ma visite à Disneyland, j’ai encore cette mélodie affreuse en tête. Toutes ces poupées qui braillent, un vrai film d’horreur. Chucky c’est Bambi à côté. Je citerais plutôt les musiques des Aristochats, parce que tout le monde veut devenir un cat, parce qu’un chat quand il est cat retombe sur ses pattes, et le livre de la jungle, parce qu’il en faut peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire. Je n’étais pas très fan du Supercalifragilisticexpialidocius, mais je suis particulièrement fière de me souvenir encore du mot ! (Je l’avais appris en jouant au trivial pursuit junior).

Encore un décès parmi les compositeurs de films, Ravi Shankar Sharma, auteur de la BO Slumdog millionnaire (je n’aime pas trop ce film). Au début j’ai cru que c’était Ravi Shankar « tout court » comme dirait les Inconnus, celui qui a appris à jouer du sitar à George Harrison, mais il s’agit d’un homonyme.

gran torino.jpgA la télé ce soir, ne ratez pas l’excellent Gran Torino de Clint Eastwood, même si TF1 « la chaîne de la culture » n’a toujours pas compris l’intérêt de la diffusion multilingue et qu’il sera en VF. Un vétéran de la guerre de Corée, ronchon et raciste, devient du jour au lendemain le héros de ses voisins asiatiques. Il se prend d’affection pour des gamins résistant à l’appel des gangs. La scène du repas est d’anthologie, j’étais pliée et scotchée sur mon fauteuil de cinéma en entendant les réflexions du vieux réac, mais certains spectateurs bien pensants et sans humour poussaient des « oh ! » d’indignation. On rit mais on pleure aussi, préparez encore les mouchoirs… Ne ratez pas ce film, à la trame qu’on peut juger classique, mais vraiment bien fait et bouleversant.

Le reste de la semaine tv… la semaine prochaine. (le film va commencer !)

Et vous, quel décès vous a le plus touché cette semaine ? Que pensez-vous de Gran Torino ?

04/03/2012

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Davy Jones des Monkees, Rinaldi des Charlots, Nobody knows

davy jones.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, deux comiques sont décédés. Si les acteurs / chanteurs de mon enfance pouvaient arrêter de crever maintenant, merci hein, j’ai l’impression d’avoir 105 ans en plus. Non mais, 69 ans pour le charlot Gérard Rinaldi, 66 ans pour Davy Jones le chanteur principal des Monkees, pouvaient pas attendre un peu non ? J’interdis formellement à McCartney (70 ans en juin) et à Jean Rochefort (81 ans !) de mourir avant une bonne centaine d’années, après moi donc (j’ai décidé  de battre le record de Jeanne Calment).

monkees.jpgJ’ai découvert les Monkees adolescente, lorsque la 5ème chaîne a eu la bonne idée de rediffuser cette série culte des années 60. (cliquez sur le lien) J’ai tout de suite été emballée par l’esprit très « 68 » et baba cool du feuilleton, où 4 jeunes gens insouciants et drôles défendent les plus faibles dans des aventures loufoques et psychédéliques. Chaque épisode était ponctué par des chansons qui ont connu un succès planétaire. Vous connaissez certainement l’une d’elles, I’m a believer, reprise dans le film Shrek.
monkees2.jpgLes mélodies des Monkees singeaient (c’est le cas de le dire) celles des scarabées les Beatles, mais ces derniers appréciaient l’hommage et ont même invité le groupe aux séances de répétitions de Sergent Pepper à Abbey Road. Dès que j’ai un petit coup de mou (comme aujourd’hui où il pleut sans cesse) je danse sur les Monkees, leurs chansons pop et psychédéliques me mettent immédiatement la pêche. Mes préférées sont (cliquez sur les liens !) Valleri, The girl I knew somewhere, Stepping stone, For Pete’s sake, Mary Mary, Listen to the band… J'espère que ces chansons vous feront le même effet ! " In this generation, in this loving time, in this generation, we will make the world shine !"

A la fac, quand j’avais expliqué que j’adorais les Monkees, un camarade s’était offusqué : « quoi, ce boys band qui parodie les Beatles ? Tu rigoles ? » A noter que le type en question joue dans un groupe qui joue et chante (faux !) de la soupe, et imite pitoyablement les fab four…
Davy Jones, (à ne pas confondre avec David Jones, le vrai nom de Bowie, ni la créature de Pirate des caraïbes !) était mon Monkee favori, peut-être parce qu’il était le seul Anglais du groupe et apportait sa touche flegmatique. En plus il ne mesurait qu’un mètre 60, je trouvais ça chou !

rinaldi charlot.jpgA la même époque et dans le même esprit parodique et un peu contestataire, les Charlots ont également perdu leur leader cette semaine, Gérard Rinaldi. Ma chanson préférée et que je cite souvent ici reste Merci patron.  Même si je ne regarde plus aujourd’hui les multiples rediffusions des films sur la TNT, j’appréciais l’esprit lourdingue des Charlot. J’ai toujours des 33 tours, avec des chansons qui prouvent la plus grande finesse d’esprit et qui font partie du plus haut patrimoine culturel français, mais que j’adore toujours chanter au 42ème degré : Paulette la reine des paupiettes,  L’ANPE, Ah les fraises et les framboises, Pétronille, tu sens la menthe, Je suis trop beau (parodie de Dutronc)…"Il y a tant de gens qui se dépêchent, pour n'importe quoi, n'importe comment, moi je chante en attendant que ça sèche, et je m'en trouve bien content !"

Nobody Knows.jpgA la télé cette semaine, lundi soirée spéciale enfance meurtrie sur Arte,  avec Nobody knows et L'été de Kikujiro. Le premier est inspiré d’un faits-divers japonais : quatre enfants cachent la mort de leur mère et décident de se débrouiller seuls. Dans le deuxième film réalisé par Takeshi Kitano (Sonatine, Hana-bi...) un voyou ronchon accompagne à travers tout le Japon un jeune orphelin à la recherche de sa mère. Préparez les mouchoirs, mais vous avez échappé au magnifique Tombeau des lucioles,  qui ferait pleurer une pierre.
Jeudi, soirée film fantastique, avec sur TMC Jurassic park, qu’on ne présente plus, et Hellboy2 de Guillermo del Toro sur W9, j’en ai déjà parlé.

Cette semaine on commémore la catastrophe de Fukushima avec des « documentaires qui donnent envie de se réfugier dans une grotte » toute la soirée de mardi sur Arte. Le lendemain on célèbre la journée de la femme avec le film La domination masculine, inspiré de Bourdieu, mais qui survole plusieurs sujets. Suit un documentaire sur les suffragettes qui se battaient pour le droit de vote en Angleterre. Elles l’ont obtenu en 1918, mais les Françaises ne l’ont eu que 26 ans plus tard, en 1944…

Pour les abonnés canal+, je vous conseille Virgin Suicides de Sofia Coppola, Le discours d’un roi, oscar du meilleur film l’année dernière, Même la pluie avec Gabriel Garcia Bernal♥♥ et Avant l’aube de Raphaël Jacoulot, très bonne surprise, thriller psychologique avec Jean-Pierre Bacri et le glaçant Vincent Rottiers, je lui prédis un grand avenir dans le cinéma français.

Et vous, appréciez-vous les Charlots et les Monkees ? Que pensez-vous de ces films ?

P.S : je me suis couchée à 3 heures du matin dimanche dernier pour regarder le tapis rouge des Oscar et prendre des notes pour écrire un billet. J'ai de quoi faire, mais je n'ai pas trouvé le temps ni le courage de rédiger à cause du boulot... "Merci patron, Quel plaisir de travailler pour vous, on est heureux comme des fous !"