Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2013

Hollywood, l'envers du décor

rita_hayworth_glenn ford gilda.jpgSuite des résumés des livres lus en 2012 (première partie ici), que vous pouvez voir sur la colonne de droite. Sachant que j’ai publié sur les deux premiers livres  il y a trois semaines, et que j’en ai lu 68, je vous laisse faire le calcul pour connaître la fin des résumés. Dans la même veine, je n’ai toujours pas fini mon bilan ciné et livres de septembre. (C’est pas ma faute, je suis trop culturée, c’est tout).

3- Rita Hayworth, de Barbara Leaming

rita hayworth gilda.jpgL’envers du décor de la machine à rêves… Avant d’être la célèbre actrice hollywoodienne de Gilda (Put the blame on mame, boy : elle est doublée sur la chanson) Rita, née en 1918 de parents modestes, était une enfant maladivement timide. Son père, tyrannique et violent, la forçait à danser avec lui dans des music-hall glauques où ils mimaient un couple, qu’ils étaient réellement… Toute sa vie, Rita se laissera abuser par des hommes tyranniques et possessifs.

Son premier mari, Judson, la métamorphose physiquement et l’envoie littéralement s’offrir aux puissants du cinéma pour décrocher des contrats en retour. Le producteur Harry Cohn devient obsédé par la starlette, l’espionne et la met sur écoute. Rita épouse ensuite Orson Welles, qui la délaisse pour la politique ; puis le prince Ali Khan, qui lui préfère les fêtes. Rita sombre dans l’alcool, on la croit folle, alors qu’elle est en fait atteinte de la maladie d’Alzheimer, diagnostiquée près de 20 années en retard… La déchéance physique et morale de la star s’éteint en 1987, mais pas son aura.


4- Hollywood Babylone, de Kenneth Anger

Hollywood babylone.jpgUn livre culte, interdit depuis 1975, car il révèle la face cachée des célébrités de Hollywood, vraiment peu glorieuse : meurtres, orgies, drogue... Il a enfin été republié cette année, et je me suis jetée dessus, l’attendant avec impatience. J’ai un peu été déçue. Ce n’est pas de la grande littérature évidemment, plutôt un journal à scandale en version longue et plus subtile, qui relate des faits vraiment glauques.

Le plus sordide faits divers je trouve est celui concernant l’acteur Fatty Arbuckle, qui jouait le rôle de gros bêta à la tarte à la crème pour le plus grand plaisir des enfants. Je me souviens qu’au contraire, je le trouvais repoussant et trop bizarre. Je comprends mieux pourquoi : le livre décrit en détail la soirée d’orgie de 1921 qui aboutit à l’horrible agression et à la mort de l’actrice Virginia Rappe (l’humour noir de son nom…) Arbuckle est acquitté, mais sa carrière ne s’en relèvera pas.

J’ai été aussi particulièrement touchée par la destinée de l’actrice Francis Farmer, internée de force dans un hôpital psychiatrique où elle est maltraitée. Mylène Farmer a d’ailleurs tiré son pseudonyme de cette comédienne brillante.
Le recueil raconte aussi heureusement des épisodes moins graves, et fait preuve d’un opportun humour noir et cynique.

5- Jane Mansfield 1967, de Simon Liberati

jane mansfield.jpg(Notez que les deux dernières photos désignent la même personne...) Je m’attendais à une biographie classique, alors qu’il s’agit plus d’une réflexion sur la déchéance. Le début était très prometteur, mais j’ai eu du mal à finir le livre, je l’ai trouvé moins intéressant, répétitif, ou mal expliqué… J’ai décroché.
Jane Mansfield possédait un Q.I exceptionnel, mais elle préférait mettre en avant sa plastique et passer pour une écervelée. A la fin de sa vie elle ne jouait plus que dans des navets, proposait des spectacles de strip-tease sordides, était alcoolique et se faisait tabasser par son amant… Cette beauté a fini comme on le sait, décapitée dans un accident de voiture en 1967.

En résumé, être une star à Hollywood, c’est gai.

 La prochaine fois, suite des biographies, avec les chanteurs.

01/10/2013

Bilan je suis culturée du mois de septembre

monde merveilleux winshluss.jpgBonne résolution de la rentrée, vous avez pu constater que je me suis enfin remise à tenir régulièrement le blog, et que j’ai mis les colonnes lecture à jour. (Le chômage aide beaucoup). Autre nouveauté, j’essaierai de publier un bilan mensuel de mes sorties et films vus.
Je n’ai pas encore fini d’écrire le premier résumé. D’accord, vous allez penser « la promesse n’a pas encore commencé, et elle n’est même pas tenue ! » mais plutôt que de me présenter comme mémé toujours en retard qui manque de volonté (hum), je préfère pour une fois me la péter tourner la réponse à mon avantage : faire croire que si je n’ai pas fini d’écrire, c’est tout simplement parce que je sors et me culture beaucoup. En attendant (j’espère tout de même écrire le bilan du mois de septembre 2013 avant février 2014 pour une fois, voici tout simplement la liste :

4 livres :

- Limonov d’Emmanuel Carrère
- Je suis vivant et vous êtes morts, biographie de Philip K.Dick, d’Emmanuel Carrère
- Nouveaux mots d’excuse, les parents écrivent encore aux enseignants, de  Patrice Romain
- La femme et l’ours Philippe Jaenada
Prochain livre prévu : Biographie de Maupassant, par Frédéric Martinez.

4 films au cinéma :

- Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh (voir mon billet ici)
- Le dernier pub avant la fin du monde de Edgar Wright
- Au bonheur des ogres de Nicolas Bary (sortie en salles le 16 octobre)
- Turbo de David Soren (sortie en salles le 16 octobre)
Prochain film prévu : L’extravagant voyage du jeune et prodigieux TS SPivet, de Jean-Pierre Jeunet

Télé :

- 37 films
- 13 documentaires
Prochain film prévu : K19, le piège des profondeurs

 6 séries :

 - House of Cards saison 1
- Weeds saison 7
- Luther s1
- La gifle s1
- Scandal s1 et 2
- Spaced s1 et 2.
Prochaine série prévue : Luther saison 2.

4 spectacles ou one man show :

- Desperate housemen, au Grand point Virgule jusqu’au 31 octobre
- Remue méninge, spectacle de mentalisme de Xavier Nicolas, au théâtre de Nesle jusqu’au 20 décembre
- Toutes mes condoléances de Sébastien Castro, à la Comédie de Paris jusqu’au 29 décembre
- Le bal des crapules, théâtre Le mélo d’Amélie, jusqu’au 10 novembre.
Prochain spectacle prévu : Muriel Robin

3 Expositions :

- Expo Winshluss, Un monde merveilleux, musée des arts décoratifs, jusqu’au 10 novembre
- Expo La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette, musée des arts déco, jusqu’au 24 novembre
- Pub mania, ils collectionnent la publicité, musée des arts déco, jusqu’au 6 octobre
Prochaine expo prévue : La tour Paris 13

3 sorties :

- Visite guidée du Paris hanté
- Balade en bateau : Le canal Saint Martin
- Fête des jardins, ouverture exceptionnelle de jardins privés, du 21 au 22 septembre
- Festiblog, vente et dédicace des blogs BD publiés en librairie, du 28 au 29 septembre.
Prochaine sortie prévue : le salon du Bourget

1 Concert :

Mylène Farmer à Bercy
Prochain concert prévu : Imagine Dragons à l'olympia

Sortie sport :
Première inscription de ma vie à un cours collectif (grosse épreuve) : Yoga (je vous raconterai le carnage)
et toujours les sports habituels …
Prochain sport prévu : on m’a donné un DVD d’entraînement de Pilates, je vais tester ce que ça donne…


Et vous, qu'avez-vous fait en septembre ?





18/09/2013

La vie est un choix, Patrick Dewaere...

yves boisset vie est un choix.jpgJe ne sais pas si vous avez remarqué, mais mémé qui a toujours un train de retard et attend toujours que les choses soient terminées pour en parler, a ENFIN mis les colonnes du blog à jour. On pouvait lire la même bibliographie depuis… 2010. Oui, 3 ans. Ce qui ne signifie pas bien évidemment que je n’ai pas touché un livre depuis cette date…
Au lieu de noter les bouquins lus par leur ordre chronologique, cette fois-ci, j’ai tenté de faire un classement. Voici en premier celui concernant les stars du cinéma :

1- La vie est un choix, d’Yves Boisset

J’ai adoré cette autobiographie. A l’image de son œuvre, Yves Boisset est fougueux, passionné, révolté et épris de justice. Comme ses films, son écriture est brut de décoffrage et rentre-dedans. Il ne s’embarrasse pas de formules ampoulées ou de longues descriptions, il écrit dans un langage simple, parlé, mais incroyablement vivant. On rejoue avec lui sa vie passionnante, ses tournages au bout du monde, ses rencontres avec les plus grands metteurs en scène et stars, ses anecdotes les plus croustillantes…

Par exemple, quand il n’est encore que l’assistant de Jean-Pierre Melville, le réalisateur lui demande un figurant de profil Italien né dans le Bronx. Boisset trouve un jeune étudiant aux Beaux-Arts qui voudrait se lancer dans le cinéma. Il le présente à Melville, qui estime que le jeune homme n’est pas crédible et le renvoie… C’était … De Niro !
Plus tard, pour se documenter sur l’assassinat du juge Renaud, dont il tire le film « Le juge Fayard », Boisset prend rendez-vous avec l’un des deux présumés meurtriers, qui lui raconte le crime et évoque ses commanditaires. Le lendemain, l’homme est retrouvé mort…
L’Algérien accusé à tort du viol et lynché dans le film Dupont-Lajoie, sera assassiné après le tournage… (Ça donne envie de travailler avec Boisset)

juge fayard.jpgPas besoin de connaître sa filmographie ni même de l’apprécier pour lire ce livre. Un régal.
Ses films que je préfère :
- Le juge Fayard, dit le shériff (inspiré de l’assassinat du juge Renaud)
- Le pantalon, histoire d’un fusillé pour l’exemple qui m’avait bouleversée quand j’étais ado.
- L’affaire Seznec, avec Christophe Malavoy.
- Dupont-Lajoie, avec Jean Carmet, Jean Bouise et Jean-Pierre Marielle.

 


patrick dewaere, une vie.jpg2- Patrick Dewaere, une vie, de Christophe Carrière

Une biographie passionnante et documentée sur mon acteur préféré. J'en ai lu plusieurs, et je trouve qu'elle est la plus intéressante et la mieux écrite. Elle ne tombe pas dans le travers de l’hagiographie (par exemple comme le faisait, même si c’est compréhensible de la part d’une mère, le livre de Mado Maurin  Mon fils, ma vérité… qui ne la révélait pas justement).
Si on sent une admiration pour le talent si particulier de l’acteur, et pour sa grande sensibilité, Carrière ne cache pas non plus ses travers et épisodes peu glorieux (la drogue, les colères). Il fait aussi une révélation : Dewaere aurait été victime d’abus lorsqu’il était enfant.

L’acteur s’est suicidé à 35 ans, alors que le matin même, il répétait pour son prochain film Mado et Marcel. Au cours du déjeuner avec Lelouch, où il évoque avec sa passion habituelle ses futurs projets, Dewaere reçoit un appel téléphonique. Une heure plus tard, il se tire une balle dans la tête, avec le fusil offert par son meilleur ami Coluche… Le coup de fil aurait été de sa femme, partie en vacances avec l’humoriste, l’informant qu’elle quittait Dewaere pour lui et qu’il ne reverrait plus sa fille…
On éprouve de l’empathie pour l’acteur écorché vif, incompris, délaissé (Miou-Miou, la mère de sa première fille, l’a quitté pour Julien Clerc). Dewaere était peu reconnu par les critiques de l’époque (contrairement à son ami Depardieu avec lequel il était souvent nommé aux César, il n’a jamais obtenu de récompenses, alors qu’il désirait la reconnaissance de ses pairs). Le parcours de Patrick Dewaere est vraiment touchant.

La prochaine fois, plongée dans l’envers du décor de la machine à rêves, Hollywood…

06/07/2013

J’ai eu mon bac !

sousdoués bac.jpgOui, il y a quelques années déjà… Par contre, mon neveu l’a eu hier. (et vlan le coup de vieux dans la gueule). Il aurait pu imiter fièrement sa tante, modèle pour la nation, et le rater du premier coup : même pas. Pff, les jeunes de nos jours, aucune éducation, aucune valeur…
Papa blogueur lance un tag sur le bac, que je m’empresse de compléter :

1.    En quelle année as-tu eu ton BAC ?
M’enfin ! Je sais que j’attire en priorité les littéraires comme moi, mais ils pourraient tout de même calculer facilement mon âge en fonction de la date d’obtention de mon bac. A ce propos, je tiens à signaler qu’en voulant rembourser l’achat de 2 places de spectacles à 22,5 euros chacune, mamie a donc logiquement fait le calcul : 50 euros les deux. Prêtez-moi des sous, vous verrez c’est super, vous y gagnerez, je compte les intérêts sans le vouloir. (Pitié, ne me demandez pas de les calculer ici !) (Je rigole, j’ai su faire) (enfin je crois) (un banal théorème de Pythagore) (je plaisante bis).
J’ai quand même obtenu mon bac (je n’ai pas subi d’épreuve de maths, ceci explique peut-être cela) et ce n’était même pas ce millénaire en plus (re-coup de vieux).

2.    Quelle série ?
Littéraire,  au cas où vous n’auriez toujours pas compris.

3.    As-tu reçu un cadeau de ta famille pour l’occasion ?
Euh, non… Ma mère m’ayant déjà exilée de force dans un trou perdu pour me punir d’avoir raté le bac la première fois, je pense plutôt qu’elle a répondu « c’est pas trop tôt ! ». Avant de m’inscrire de force à un BTS de femme au foyer. Je n’ai pas été retenue. (mais quel dommage…)

4.    Quelles études as-tu entrepris ensuite ?
Celles que je voulais, à la consternation générale de la famille : cinéma ! Là, enfin, j’ai brillé. Ma mère me reproche encore de ne pas savoir coudre un bouton ou faire un ourlet, comme me l’aurait appris son BTS, mais je trouve que connaître par exemple la filmographie de Roman Polanski reste beaucoup plus utile (je l’ai vu hier ! Roman Polanski ! L’auteur des chefs d’œuvre que sont Rosemary’s baby, Le pianiste, Tess… Roman Polanskiiiii !) (il est tout petit). Sinon, j’ai dû acheter un pantalon, car on commençait à voir le jour à travers mon vieux futal tout déformé : j’attends donc de revoir ma mère à la saint glinglin pour qu’elle me fasse les ourlets…

5.    Quelle fut ta plus belle note ?
17 en espagnol. Pourtant, toute l’année, je demeurais bonne dernière, avec 8 de moyenne. Je dormais (au sens propre) en cours. Mais le prof était cool et m’aimait bien. Il riait de me voir dormir, s’amusait à hurler mon nom pour me réveiller en sursaut.
Je n’ai pas appris mes conjugaisons (je refuse d’apprendre par cœur depuis la 6ème) et je mettais plus de temps à les recopier sur de minuscules pompes planquées dans ma trousse qu’à retenir mes verbes… Le jour du bac, j’ai oublié d’enlever mes anti sèches. J’ai profité de l’étonnement du surveillant qui vérifiait nos affaires avant l’épreuve (« mais ! Qu’est ce que c’est que ça ?! ») pour dire, très décontractée : « oh, c’est rien ! (juste l’intégralité des verbes d’espagnol, d’anglais, d’italien, à tous les temps…) et j’ai vite jeté les pompes à la poubelle. La veille du bac espagnol, la mort dans l’âme, j’ai appris pour la première fois mes terminaisons (assez facile en fait, elles se ressemblaient).

6.    Quelle fut ta plus grosse branlée ?
Physique, 5/20. Pourtant, l’épreuve était censée être très simple, puisqu’elle s’adressait aux littéraires. On tirait au sort soit maths, soit physique, soit un autre truc. (pour vous dire à quel point je suivais les cours, je ne me souviens même pas de la 3ème matière scientifique !) Mes camarades sont sortis de la salle ravis et ont obtenu entre 15 et 20. Autre fait qui vous révélera mon niveau, ma belle sœur, ex prof de physique, m’avait donné des cours avant le bac pour tenter de m’expliquer cette matière étrange… peine perdue.

7.    A l’oral ou pas ?
Evidemment. Les sous doués passent le bac n’est pas un de mes films favoris pour rien. J’ai raté l’examen la première année sans même passer au rattrapage, et la deuxième, je l’ai arraché à l’oral.

8.    T’as fait la fête ensuite ? Si oui explique…
Non. Je rappelle que j’étais exilée dans un trou perdu…

9.    Ton avis sur le Bac aujourd’hui…
Toujours le même : un supplice inutile. Pour ceux qui veulent poursuivre leurs études, les écoles opèrent une sélection à l’entrée, sur dossier scolaire (comme le fameux BTS femme au foyer). On peut briller toute l’année, être admis au préalable dans sa future école, et ne pas pouvoir y accéder car on a échoué, par stress, au bac. J’ai suivi la fac, dont on dit qu’elle recueille les moins bons. C’est peut-être pour ça que je me montrais si douée : au royaume des aveugles, les borgnes sont rois…

10.    Un souvenir personnel nostalgique qui fait pleurer de ce BAC ?
Nostalgique de cette connerie de bac ? Sûrement pas ! Et pleurer pour ça, encore moins…

Je vous invite à lire ici les perles du bac 2013. J’apprécie particulièrement celles-ci :
« Parfois, il est vrai que l’on se sert du langage comme un outil pour arriver à ses fins : ici, j’essaie désespérément d’utiliser le langage pour vous prouver que je mérite une bonne note. »
« Le travail n’est pas toujours révélateur d’un potentiel : par exemple, certains élèves de ma classe n’ont rien fait pendant l’année et ils auront quand même leur bac. »

Et vous, quelles sont vos réponses ?