Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2014

Bilan "je suis culturée" de mars : les spectacles d'improvisation

bla bla.jpg- Blabla, troupe d'improvisation, Théâtre Le bout, Paris, jusqu'au 28 juin.

Trois jeunes femmes improvisent des sketchs autour d'un magazine féminin. C'est le public qui propose les sujets qu'elles doivent développer. Le spectacle change donc chaque soir et varie en fonction de la pertinence des thèmes et de l'inspiration des comédiennes... J'ai ri aux larmes lors de la rubrique amour, où les spectateurs ont choisi un extrait d'un film Harry Potter, le sujet à aborder (la prostitution) et des mots clés à placer obligatoirement qui n'ont rien à voir avec la choucroute...  Les comédiennes doublaient les personnages du film, et quand on connaît les vrais dialogues et situations, c'était encore plus drôle.

Les actrices sont vraiment douées et réactives, pour pouvoir improviser sans prendre le temps de la réflexion sur des sujets peu faciles (le public a été vache pour la rubrique beauté : comment peut-on développer un sujet comique autour du jus de citron ?) Elles accentuent la difficulté également en choisissant par exemple de commencer chaque nouvelle phrase en suivant les lettres de l'alphabet « Alors je voulais vous dire » « Bonjour d'abord » « C'est évident ». A voir.

 

- Oui Raymond ! L'entrepôt, Paris 14e, tous les derniers dimanches du mois. Paiement au chapeau

Encore un spectacle d'improvisation où le public choisit les thèmes. Les comédiennes (seules les femmes ont le courage de se lancer dans l'impro ou quoi?) sont beaucoup plus nombreuses que dans Blabla et ne jouent pas toutes en même temps, elles ont donc plus le loisir de réfléchir aux sujets et gags à trouver. Certains sketchs étaient hilarants, mais pourquoi faut-il qu'une personne propose toujours un sujet scatologique et lourd... quelques grammes de finesse dans un monde de brutes ne font pourtant pas de mal. Pour l'anniversaire de l'une des leurs, les comédiennes (les bonnets M) ont demandé aux hommes de la salle de monter sur scène et de se mettre torse poil ! Ils ont tous joué le jeu, sauf deux (sur une bonne trentaine). Malheureusement, on a pu observer aucun torse « photoshopé » à la Ryan Gosling comme dans Crazy Stupid love. (cliquez sur le lien !)

Demain, suite du bilan je suis culturée de mars, les sorties théâtre, avec :

- Marina Cars l'ouvre un peu

- Du rhum, des hommes

- Je fais mieux l’amitié que l’amour (et encore)

 

19/04/2014

Love Letters, avec Jean-Pierre Marielle

 

jean pierre marielle love letters.pngUn homme et une femme (chabadabada) correspondent par lettres de leur enfance à leur mort. On suit et devine leur relation à travers les sous-entendus et non-dits entre les lignes. C'est subtil, drôle et émouvant. Sur scène, un couple lit les lettres. Il change chaque mois. En avril, Francis Huster et sa femme Cristiana Reali, qui ne me fait pas rêver comme Jean-Pierre Marielle.

Dans cette interview à Paris Match, Marielle, toujours provoc, explique :  « Je m’en fous complètement. Il (son personnage) ne me ressemble pas du tout.(...) La seule chose qui me plaise dans tout cela, c’est d’être sur scène avec ma femme ! »

Tu parles ! A la fin, lorsque le héros apprend que celle qu'il a toujours aimée est morte, Marielle avait les larmes aux yeux, les lèvres tremblantes comme s'il allait pleurer... Le rideau s'est vite baissé, mais entre deux relevés rapides, on surprenait son épouse qui le consolait, le bras posé sur son épaule, qu'elle retirait bien vite quand elle s'apercevait qu'on les voyait... C'était terriblement émouvant. Déjà de voir pleurer quelqu'un, mais surtout quelqu'un qu'on adore ! Jean-Pierre Marielle quoi, un monument qui a joué dans plus d'une centaine de films ! Je l'adore dans Tous les matins du monde d'Alain Corneau, Coup de torchon de Tavernier, Les grands ducs de Patrice Leconte, La valise de Georges Lautner... Je savais bien qu'il faisait le fanfaron qui se moque de tout, justement pour masquer sa grande sensibilité... Il a très bien choisi sa femme. Souriante, rayonnante, on la sent positive et pleine de vie. Pour moi, Marielle possède la plus belle voix du monde, grave et chaude. Son épouse a la petite voix frêle, aiguë d'une enfant ! Au début, j'ai cru qu'elle le faisait exprès pour marquer la jeunesse de son personnage (il commence à écrire ses lettres vers 8 ans) mais lorsque j'ai constaté qu'Agathe Natanson gardait le même timbre, j'ai compris que c'était sa voix normale. Comme quoi, les contraires s'attirent.

Love Letters, avec Jean-Pierre Marielle et Agathe Natanson, au théâtre Antoine, Paris.

Demain, suite des pièces de théâtre vues en mars :

- 1 one woman show : Marina Cars

- 2 spectacles d'improvisation : Bla Bla et Oui Raymond !

- 2 pièces de théâtre sur l'amitié féminine : Du rhum des hommes et Je fais mieux l'amitié que l'amour (et encore)

 

17/04/2014

Bilan "je suis culturée" de mars : films, séries et documentaires

balade sauvage.jpgSuite du bilan, après les films vus au cinéma.

31 films à la télé :

Coup de cœur canal+ : 

- Perfect mothers de Anne Fontaine, avec Naomi Watts et Robin Wright

Deux femmes d'une quarantaine d'années, amies depuis toujours, tombent amoureuses de leurs enfants respectifs qui ont à peine 20 ans... Ce pitch ne me disait rien qui vaille, comment pourrais-je comprendre une histoire quasi incestueuse... et pourtant, ça fonctionne ! Grâce à la subtilité des situations, des sentiments... et au décor paradisiaque, les plages d'Australie.

 Coup de cœur Arte :

- La balade sauvage de Terrence Malick, avec Martin Sheen et Sissy Spacek, 1973.

J'avoue, je ne l'avais jamais vu... Comme toujours chez ce réalisateur, on retrouve la nature magnifiée, une bande originale soignée (Gassenhauer de Carl Orff, à écouter en lien) et un certain lyrisme malgré l'horreur : J'ai été fascinée par cette histoire incroyable inspirée des célèbres « tueurs nés » qui ont donné également un film du même nom. A la fin des années 50, Charles Starkweather, fan de James Dean, n'a que 19 ans et sa copine 14. Les parents de cette dernière voient d'un mauvais œil cette union. Alors le jeune homme les tue... Les deux amoureux partent en cavale où ils assassinent froidement ceux qu'ils rencontrent. Starwheaker passe à la chaise électrique a seulement 20 ans, tandis que son amie, jugée victime, s'en sort avec la prison à vie. Elle est libérée sur parole en 1976. Elle travaille comme femme de ménage, change de nom (tu m'étonnes!) refuse toujours de parler des meurtres (tu m'étonnes bis!) et ne s'est jamais mariée. elle a aujourd'hui 70 ans. 

Prochain film prévu : Lincoln de Steven Spielberg

 

6 documentaires : 

2 coups de cœur :

- Amelia Earhart

Un documentaire fascinant sur la première femme à avoir traversé l'Atlantique en avion, en 1928. Elle disparaît à bord de son engin en 1937 alors qu'elle effectue un tour du monde. On ne retrouvera jamais sa trace, ce qui entraîne des hypothèses plus ou moins farfelues, mais fascinantes (elle était en fait une espionne pour Roosevelt, emprisonnée par les Japonais, elle aurait survécu et serait rentrée en Amérique sous un faux nom et y couler des jours paisibles dans l'anonymat, etc...)

- Violette Leduc, la chasse à l’amour, d’Esther Hoffenberg

Je ne connais cette auteure qu'à travers les livres de Simone de Beauvoir, et ce documentaire m'a redonné l'envie de lire les œuvres autobiographiques de cette femme singulière, amoureuse sans réciprocité (de Simone de Beauvoir, ou de Maurice Sachs, écrivain homosexuel).

- Katharine Hepburn

- Lindbergh, l’aigle solitaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke

- Heath Ledger, trop jeune pour mourir

- Sharon Tate, trop jeune pour mourir

Prochain documentaire prévu : David Bowie en 5 actes

 

3 séries :

- Broadchurch saison 1

- House of cards saison 2

- Mad Men saison 6 (fin)

Prochaine série : Weeds saison 8

 Demain, suite du bilan culturé avec les pièces de théâtre, concerts et livres

 

16/04/2014

Bilan ciné mars : Her, Les gazelles, Monuments Men...


- Her de Spike Jonze
her.jpg

Dans un futur proche, les hommes sont reliés entre eux par leur ordinateur et internet omniprésents, pourtant ils ont du mal à communiquer vraiment, parler de sentiments. Un homme sensible et solitaire (Joaquin Phoenix) les aide en étant écrivain public : il imagine pour les autres des lettres, surtout d'amour. Il suit le parcours de ses clients au fil des années et vit à travers eux. Il se remet mal de l'échec de son mariage. Un soir, il télécharge un programme pour l'aider à remettre de l'ordre dans son ordinateur, qui remettra en fait aussi de l'ordre dans sa vie sentimentale et sociale. Cette intelligence artificielle s'adapte à la personnalité de son utilisateur et évolue rapidement, jusqu'à éprouver des sentiments...

Une histoire d'amour entre un homme et un système informatique, incarné par une voix ? (celle de la sensuelle Scarlett Johansson). Et pourtant on y croit. On imagine presque l'actrice enlacer le personnage en lui susurrant des mots doux. Le film n'est pas réservé aux geeks, mémé nulle en nouvelles technologies a pu s'identifier aux états d'âme des personnages. Joaquin Phoenix qui joue souvent des rôles de nerveux ou de petite frappe (The immigrant, The yards) est ici étonnamment doux et sensible, avec ses grands yeux verts larmoyants. Le Los Angeles du futur est très crédible. Mais les gens vont-ils vraiment s'habiller comme des clochards et des clowns ? (Mention spéciale à Amy Adams, particulièrement enlaidie) Il fallait bien l'imagination débordante de l'auteur du génial Dans la peau de John Malkovitch pour trouver une idée pareille (oscar mérité du meilleur scénario). Un très bon film.

- Diplomatie de Volker Schlöndorff  

voir ma critique en lien.

- Les gazelles de Mona Achache 

gazelles.jpgJe craignais de me retrouver devant un film pour pétasses décérébrées, mais l'affiche dessinée par l'irrésistible Marion Montaigne m'a rassurée (cliquez sur son animation "Quelle gazelle êtes-vous ?"). En couple depuis 14 ans, une trentenaire est prise de doute lors de l'achat de son appartement, pour lequel le couple s'endette sur 30 ans. Marie regarde d'un nouvel œil ses amis, englués dans les soucis mornes du quotidien (les enfants, les grossesses, les problèmes d'argent). Elle se rend compte qu'elle s'ennuie et ne veut pas de cette vie toute tracée. Elle plaque tout pour retrouver sa liberté. Elle rencontre des copines déjantées qui font la fête tous les soirs. Avec elles, Marie revit des folies d'adolescente (qu'elle n'a pas vécues?). Que vaut-il mieux faire ? Subir son destin pour faire comme tout le monde, ou choisir ce qu'on veut vraiment, au risque d'être mal jugée (une femme célibataire est suspecte, mieux vaut être mal accompagnée que seule etc..) ? Le gros point positif du film est qu'il sent le vécu : les scénaristes se sont inspirées de leurs expériences. Il pose un regard juste et tendrement amer sur les trentenaires d'aujourd'hui. Sous ses airs légers, cette comédie est ancrée dans un certain malaise social (les personnages travaillent au Pôle emploi...)

- Nebraska d’Alexander Payne, sortie le 2 avril

J'ai écrit la moitié de la critique, puis mon ordinateur a rendu l'âme... J'essaie de la poursuivre bientôt.

- Monuments Men de George Clooney

monuments_men.jpgLe film promettait beaucoup. Un casting du tonnerre (Georges Clooney, Matt Damon, Bill Murray et le Français Jean Dujardin) Inspiré d'une histoire vraie passionnante : pendant la seconde guerre mondiale, des spécialistes de l'art ont parcouru l'Europe à la recherche des œuvres volées par les Nazis. Pourtant, ça ne fonctionne pas : on est en pleine guerre, mais on se sent dans une comédie légère, on voit à peine les batailles. On n'a pas peur pour les personnages, peu de suspense, on s'ennuie vite et se désintéresse de l'histoire. Et pourquoi faire jouer une Française par Cate Blanchett  ? On n'a pas assez d'actrices bankables en France ? Seule trouvaille hilarante : Matt Damon et son accent à couper au couteau. Même la bande originale signée par Alexandre Desplats est décevante : on se croirait dans la 7ème compagnie... Décidément, Clooney choisit toujours de bons sujets pour ses films, mais il est meilleur acteur que metteur en scène. (Confessions d'un homme dangereux ou Good night and good luck manquent de punch par exemple)

 

- Un voyage de Samuel Benchetrit sortie le 23 avril

voyage benchetrit.jpgLe synopsis évoquait des amoureux qui partent en week-end... Le cinéaste ayant réalisé des comédies décalées (Janis et John, J'ai toujours rêvé d'être un gangster) je m'attendais à une comédie romantique légère et loufoque. C'est tout le contraire. Le couple part en fait en Suisse pour que la femme, atteinte d'une maladie incurable, puisse bénéficier de l'aide au suicide... Un film terriblement éprouvant, dérangeant. Les personnages pleurent, crient, se battent, ont des réactions étranges voire malsaines (une scène où ils miment des singes en pleine montagne : logique). Ils rencontrent la formidable Céline Sallette (lueur d'espoir ?) mais son personnage est vite abandonné... On ne comprend pas trop où Benchetrit veut en venir et pourquoi il nous fait subir tout ça... Et pourquoi ces longs plans inutiles, comme filmer en temps réel et caméra à l'épaule (je vous déconseille de manger avant la séance) les personnages qui marchent jusqu'à un lac...

 

Prochain film prévu : Tom à la ferme de Xavier Dolan, sortie le 16 avril (voir ma critique en lien)

Demain, la suite du bilan "Je suis culturée" de mars, avec les films à la télé et les documentaires.