Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

Bilan "je suis culturée" de septembre

vivian maier.jpgPeu de sorties ce mois-ci. J’ai profité des derniers beaux jours avant la pluie et l’automne qui s’installent. J’ai passé mon temps libre à flâner et lire dans le parc. Ah, ce beau soleil qui revigore… quelle bonne idée j’ai eu de me promener avant d’aller bosser, comme ça j’aurai la pêche au boulot ! Pourtant, je me sens patraque, sonnée, on me demande si je vais bien « mais si, je reviens du parc! » J’ai chaud, j’ai soif, je manque de tourner de l’œil sur mon bureau… avant qu’on s’horrifie : « aaah t’as le crâne tout rouge ! » Oui, j’ai pris une insolation par 15 degrés en plein automne et aujourd’hui, je pèle de la tête.

3 films au cinéma :

Coup de cœur :
- Green inferno d’Eli Roth
Coup de cœur et surtout coup dans l’estomac. J’en reparle bientôt.

Pourquoi pas :
- Marguerite de Xavier Giannoli
Le cinéaste a le don pour trouver des sujets en or, mais il ne sait pas les traiter. J'en parle demain.

Bof bof :
- Un début prometteur d’Emma Luchini
Et non.

22 films à la télé :

Coup de cœur Canal+ :
A la recherche de Viviane Maier de John Maloof

Coups de cœur Canal sat :
A propos d’Elly de Asghar Farhadi
Vous ne l’emporterez pas avec vous de Franck Capra

Déception :
J Edgar de Clint Eastwood
Quel manque de souffle dans ce film ! Je conseille de relire plutôt la formidable biographie de Marc Dugain sur le sujet.

3 séries :

Coup de cœur :               
Black mirror, blanc comme neige, avec Jon Hamm
Série toujours aussi excellente. Dans un futur proche, les méfaits des nouvelles technologies sur les relations sociales... Effrayant, car réaliste.

télé, cinéma, documentaires- The brink, avec Jack Black et Tim Robbins
- Wayward pines, avec Matt Dillon

10 documentaires :

Coups de cœur :
- Pollution de l’air : qui nous intoxique ?
Le diesel, évidemment !
Le ventre, notre deuxième cerveau
Tellement évident pour l'estomac sur pattes !
- French Bashing

- Un jour un destin : Pierre Richard
- Un jour un destin : Marlène Jobert
- Pièce à conviction : Nos très chers députés de Patricia Loison
- Despot housewives
- Discrète chevêchette
- Comment le sexe a changé le monde
- hipstérie

 

15/09/2015

Visite guidée du Panthéon

panthéon.jpgJ’avais déjà vu ce monument toute seule comme une grande : « mouaif, c’est des tombes quoi, puis qu’est-ce qu’il caille ici » Mais la visite guidée est passionnante, le guide alerte et drôle. Il nous révèle plein d’anecdotes significatives, que je m’étais promis de noter très vite pour ne pas les oublier. Ca fait donc déjà deux mois et je n’ai pas tout retenu :

Le panthéon servait d’abord d’église, puis d’édifice à la gloire de Napoléon, puis en l’honneur de la révolution française et de la laïcité (on vire sainte Geneviève), pour redevenir un édifice religieux (ah ben on va remettre la sainte finalement). Pour demeurer enfin le Panthéon, où l’on inhume les grands personnages ayant marqué la France. Comme Voltaire, Victor Hugo, Zola, Pierre et Marie Curie, Jean Moulin et 4 autres résistants depuis cette année.

Seules 4 femmes (deux justement dans la dernière fournée) sont enterrées au Panthéon, contre 74 hommes, dont le valet de chambre de je ne sais plus qui. « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » : parce qu’il le vaut bien : il a vidé des pots de chambre !

Certains ont été transférés au panthéon un peu vite, avant qu’on se rende compte qu’ils n’étaient pas vraiment des enfants de chœur indispensables à la nation et qu’on les enlève, l’air de rien. Par exemple Mirabeau, vanté comme un homme formidable au service de la révolution, avant qu’on s’aperçoive qu’il magouillait avec le roi pour restaurer la monarchie. Ça fait tâche.
Certaines familles n’ont pas voulu que les corps soient transposés au Panthéon, par exemple celle de Camus, dont Sarkozy avait pourtant annoncé dans les médias le transfert imminent. D’autres ont trouvé un compromis : on fait moitié-moitié : je garde le corps, tu gardes le cœur. Qui veut un bras ? c’est cadeau !

Et plein d’autres anecdotes savoureuses et significatives sur les différentes époques, les récupérations et enjeux politiques... A voir !

 

 

13/09/2015

David Bowie à la Philharmonie de Paris

bowie expo.jpegPas en concert hein, ne vous précipitez pas pour acheter vos billets. Juste une expo sur lui. Ne cherchez pas à y aller : c'était jusqu'en juin, mémé et son éternel train de retard... Consolez-vous, vous n'avez rien raté.

Déception pour cette expo très attendue. On porte un casque, dans lequel on entend divers extraits d’interview, en v.o non traduite. Mémé parle anglais comme une vache espagnole, donc je ne comprends pas tout. Je lis tranquillement des articles de journaux, qui me demandent des efforts de concentration, car il ne peut pas être né en France et avoir des documents rédigés en français comme tout le monde ? Ajouté à ça j’ai Bowie qui me baragouine dans les oreilles : trop d’infos pour mon petit cerveau. Plus tard je passe devant un écran, et je comprends qu’en fait j’avais déclenché la bande son d’un documentaire, et que le même discours revenait en boucle dans le casque …

Beaucoup de confusion, confirmée dans la salle principale, où tout est mélangé. Des chansons diffusées dans la salle, et d’autres en même temps dans le casque ! Ils veulent nous rendre schizo ou quoi ? D’intéressants costumes de scènes excentriques sont mêlés à des objets anodins (un mouchoir en papier sur lequel Bowie a essuyé son rouge à lèvres après un concert, euh ?) On sent qu'ils n'avaient pas beaucoup de documents pour l'enfance et les débuts du musicien, manque qu'ils comblent comme ils peuvent avec des coupures de journaux anecdotiques.

De plus, je ne connais pas autant ce chanteur que les Beatles, pourtant  cette exposition ne m’a pas appris grand-chose…

- Jean-Paul Gaultier, Grand palais

david bowie,expositions parisEncore des costumes excentriques. 130 vêtements « qui restent toujours dans le bon goût et la décence » selon un panneau explicatif. Euh, le pantalon de mec avec une tête de tigre sur l’entrejambe ? Les corsets aux seins comme des obus ? Puis on en rencontre souvent dans la rue, c’est délicat et discret, « ça va avec tout » parfait pour se rendre au bureau. Je préfère sa marinière classique, mais c’était très sympa de voir ses costumes extravagants et immettables (à moins de s’appeler Madonna ou Mylène Farmer, pour lesquelles Gaultier a confectionné des tenues de scène). J’étais quand même bien contente de ne pas payer (13 euros !) et de subir la longue file d’attente (une heure !)

Demain, suite des expos avec une visite du Panthéon qui m'a enchantée 

 

11/09/2015

Bilan "je suis culturée" de l'été : les one men show

pierre croce3 Pièces de théâtre / one man show :

- Alex Nguyen, le Sonart

Un humoriste encore méconnu qui joue dans la minuscule cave humide d’un café (on tient à 20 personnes dedans !) Il a le mérite de ne pas faire de blagues en dessous de la ceinture. Il est même assez émouvant en évoquant son ex-femme, son fils, son divorce, et les différences de culture.

Exemple de sketch : célibataire longue durée :
« Il y a 3 millions de chômeurs, que fait le gouvernement ? Il crée pôle emploi. Ya 18 millions de célibataires, que fait le gouvernement ? Rien. C’est pour ça que je suis pour la création du Popaul emploi. Rendez-vous avec ton conseiller : « monsieur vous n’êtes pas actualisé sur Internet ! Il faut une preuve de recherche active ! »

C’est aussi au Sonart que j’ai vu Pierre Croce, l’humoriste aux powerpoint qui commence à percer, espérons qu’Alex Nguyen connaîtra le même sort.
Pierre Croce et le powerpoint  "9 choses que tous les mecs en couple connaissent" : « Je reste quand même un romantique, parce que pour elle je serais prêt à décrocher la lune, à voler la fortune, mais par contre il y a très peu de chance que j'accepte de lui donner le code de déverrouillage de mon téléphone » (manquerait plus que ça !) (petit quiz On connaît la chanson dans cet extrait !)

- La gueule de l’emploi, Le mélo d’Amélie, jusqu’au 12 septembre

Rien à voir avec l’excellentissime documentaire éponyme sur une session de recrutement, où une dizaine de personnes se battent pour obtenir un poste, dévoilant toutes les facettes des individus dans le monde du travail. L’un des meilleurs documentaires que j’ai jamais vus. (ici en lien)
On ne peut pas en dire autant du spectacle, mais on passe tout de même un bon moment.

- Le clan des divorcées, La grande comédie de Paris

Pièce ultra connue et réputée, jouée plus de 2000 fois. Les personnes qui m’accompagnaient étaient pliées en deux de rire. Ok, quelques répliques bien senties. Mais sinon c’est lourd, c’est gras… et ça se termine en queue de poisson !