Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2010

And the winner is...

jeu mensonges.jpgRéponse au jeu des deux mensonges !

Vous avez été nombreux à jouer, merci à vous!

Deux personnes ont trouvé les bonnes réponses tout de même. Pourtant je pensais avoir corsé l’affaire… Vous connaissez déjà tous mes secrets ?

 

Alors :

1 ) j’ai passé mon bac deux fois et l’ai eu au final au rattrapage :

VRAI. Je détestais l’école, le bac m’angoissait profondément depuis l’école primaire. J’ai préféré ne pas réviser du tout. Si je ratais l’examen, j’avais la consolation de penser que ce n’était pas à cause de ma nullité, mais parce que je ne m’étais pas entraînée. L’année suivante, j’ai tout de même vaguement révisé, car je ne me voyais tout de même pas m’ennuyer une année de plus au lycée. Le bac commence par le plus terrible pour un élève littéraire : philosophie, coefficient 7. Comme c’était le premier jour, j’angoissais comme une folle. J’ai eu 15 de moyenne toute l’année et …7 au bac : rattrapage.

2 ) j’ai eu la bourse du mérite pour mon master 2 à la fac

VRAI comme l’écrit Antiblues « fallait bien que je me rattrape après un bac catastrophique ». J’étais deuxième de ma promo de 150 élèves, je me sentais plus pisser et l’ai raconté à tout mon entourage. Maintenant, grâce à Internet, le monde entier le sait (j’aime me vanter de mes maigres exploits, il y en a si peu !)

3 ) Je suis ambidextre, j’utilise aussi bien ma main gauche que la droite

FAUX Je suis le contraire : j’utilise aussi mal ma main droite que la gauche. J’effectue certains gestes avec la droite, d’autres avec la gauche, certains des deux mains… et beaucoup d’aucune. J’ai deux mains gauches comme Gaston Lagaffe. En C.P j'écrivais des deux mains mais la maîtresse m'a habituée à écrire d'une seule, je ne sais plus utiliser la gauche. Mais dès que j'apprends un nouveau truc, je le fais de la main gauche : tir à l'arc etc... Je peux vous dire avec fierté que mes deux neveux ont hérité de ma tare et sont aussi malhabiles que moi. Comme l’analyse encore le perspicace Antiblues, si j’étais ambidextre, j’aurais écrit : « aussi bien ma main droite que la gauche ».

4 ) J’ai une peur bleue de l’avion et n’en ai jamais pris un seul

VRAI bien sûr. J’ai peur de mon ombre. Comment peut-on faire confiance à un oiseau aussi lourd dont les ailes ne battent même pas ? Je devais prendre un de ces engins de malheur, six mois auparavant, j’en faisais des cauchemars au moins une fois par semaine. Le voyage a été annulé finalement. J’ai bien évidemment adoré l’introduction du film Destination finale 1, où l’on décortique un fort réjouissant accident d’avion. Je peux vous raconter la scène en détail, elle est restée à jamais gravée dans ma mémoire…

5 ) J’ai des vêtements que je porte depuis mes 13 ans

Je déteste la mode et le shopping, mais je ne suis pas non plus une plouc finie… Ces habits ne sont ni des écharpes et bonnets comme le suggère Jeanne, ni des chaussons comme le pense Guenièvre. Ce sont des T-shirt que je mets pour faire du sport ou des travaux.

6 ) J’ai interviewé Gérard Lanvin et Emmanuelle Béart

FAUX, mais j’ai failli. Au dernier moment Emmanuelle Béart n’est pas venue à la conférence de presse. Gérard Lanvin est aussi bourru en vrai que dans ses films. Comme j’ai peur de mon ombre, je n’ai pas osé l’interroger (j’ai laissé les autres journalistes le faire). Par contre, quand tous les autres sont partis, j’ai osé parler à Miou-Miou et Géraldine Pailhas, présentes aussi ce jour-là et qui ont été très cool avec moi.

7 ) j’adore le foie de veau, les épinards, les choux de Bruxelles et les rognons

VRAI bien sûr, car comme le souligne Guenièvre, je suis un estomac sur pattes. J’adore particulièrement ces plats qui sont généralement détestés : dans toutes les BD pour enfants, les épinards et choux de Bruxelles sont cités comme aliments les plus dégueu. Dans Viens chez moi, j’habite chez une copine, Michel Blanc accepte enfin de quitter l’appartement pour la soirée car la copine fait du foie de veau à dîner. Pourtant je trouve ça super bon !

 

Bravo donc à Guenièvre, qui me connaît décidément très bien, et à Jeanne, qui m’a aussi bien percé à jour ! Antiblues n’était pas loin non plus.

Ce que vous avez gagné ? ben euh.. je sais pas…

27/11/2009

Vos requêtes les plus folles

folles requêtes.gifPour l’anniversaire du blog, voici un petit best of des requêtes farfelues qui ont permis à certains d’atterrir ici. La majorité des lecteurs viennent délibérément, mais d’autres le font à l’insu de leur plein gré. Je n’ai pas encore compris comment, en tapant certains mots, on pouvait débarquer chez moi …
Petit florilège :

Con on ve on peu Toi, t’auras du mal dans la vie
Feignant efficace Toi aussi t’as de l’espoir. Je rappelle la maxime de Coluche : « sois feignant, sois feignant, tu vivras content, sois feignant, sois feignant, tu vivras longtemps ! »
Hypocondrie adénopathie Merci, je ne suis pas assez hypocondriaque comme ça, il faut que vous me suggériez de nouvelles maladies ! Après vérification, l’adénopathie désigne un ganglion. Ça va, j’ai déjà donné…
Animaux sur ma cul et chatte Ca, c’est à cause de la Souris verte qui m’a écrit dans les commentaires « chattes à poils » pour me ramener des lecteurs lourdauds! (parce que j'avais expliqué que j'utilisais le mot "chat" même si la pauvre Papillote est une femelle, pour éviter les blagues)
Dassin à colorier J’ai montré des dessins d’enfants, j’ai évoqué des chansons de Joe Dassin… mais je n’ai pas de Dassin à colorier par contre, désolée.
Papillote d’insecte D’habitude on recherche des papillotes de chocolat, de poisson… mais là… c’est pour s’entraîner pour le prochain Koh Lanta ?
Quoi faire avec des œufs périmés On peut obtenir une allure folle, c’est le cas de le dire.
Julie Lescaut vieille Pitié ! non !
Comment emballer une fille Je sais pas moi, dans un papier cadeau ?
Une fille somalienne avec une tête de boule J’ai dit que j’avais les poignets rachitiques d’une somalienne, pas une tête de boule, enfin voyons
Tu noyes le poisson Mais non, t’as rien compris ! Je le sauve au contraire !
Gens sont zombies Oui, j’en ai rencontré plein au centre commercial
Youpi je chante On est content pour toi
Comment tricoter pantoufles, jouets tricotés Vous voyez, ma mère n’est pas la seule !
Comment faire une critique J’ai déjà tout expliqué ici
Comment les abeilles font le miel Ma nièce de trois ans a déjà tout expliqué
Comment pas s’ennuyer Je sais pas, en lisant mon blog, au hasard ?

25/11/2009

Comment choisir un prénom pour son enfant

cigogne bébé.jpgDes amis annoncent à mon frère et moi qu’ils attendent un bébé.
On cherche avec eux un prénom potentiel dans un livre indiquant la "côte des prénoms" : s’ils sont répandus ou pas, à quelle époque et dans quel milieu social. Très fière, je constate que mon prénom est classé « rare » à  toutes les périodes. Ca fait la nique à ceux qui prétendent connaître d’autres Papillote. C’est impossible, je suis la seule et unique. Bon en même temps, c’est un prénom typique de mon patelin… J’en ai déjà croisé une qui portait le même nom que moi cette copieuse, ça m’a énervée, non mais.

A l’échographie, les docteurs ont annoncé que j’étais un garçon (certains ont encore des doutes). Ce n’est qu’à la naissance qu’on a constaté la légère erreur, et je soupçonne ma famille paniquée d’avoir pris le premier prénom qui venait sous leurs yeux : « tiens, si on l’appelait comme le quartier ? » Heureusement que je ne suis pas née à Montparnasse par exemple. J’imagine l’appel en classe : «François ? – Présent ! » « Châtelet les halles ? – Présente ! »

C’est dur de choisir un prénom, on n’est jamais d’accord.
- Tiens, « bidule », c’est joli ?
- Ah non, ça me rappelle bidule en CP. Il a regardé sous les portes des cabines de la piscine et m’a vue toute nue. Les bidules, c’est des cons !
- Et truc ?
-Truc ? Comme la chanteuse ? Tu veux qu’on la traite de pouffe ?
- Et machin ?
- Machin c’est bien, mais c’est trop donné. Pour qu’il y en ait 12 dans sa classe, non merci, un peu d’originalité que diable.

morgane de toi.jpgBien entendu, avec ma chansonnite aigue, chaque prénom me rappelle un air.
- Lola ?
- Lola ! J’suis qu’un fantôme, quand tu vas, où j’suis pas ! Tu sais ma môme, que j’suis Morgane de toi !
- Barbara ?
- Un beau jour, ou peut-être une nuit, près d’un lac, je m’étais endormie
- Etienne ?
- Etienne Etienne Etienne, oh ! Tiens-le bien !
- Michelle ?
- Michelle, ma belle, sont des mots qui vont très bien ensemble, très bien ensemble
- Tu ne vas pas tout de même pas nous sortir une chanson pour chaque prénom!
-Mais j’en ai même DEUX par chanson si tu veux ! : «Michelle, c’est bien loin tout ça, les rues les cafés joyeux, même les trains de banlieue, se moquent de toi, se moquent de moi… »

Avec le futur père, on s’esclaffe sur les différents prénoms du livre.
- Ouah ah ah ! Trucmuche ! Le nom de grand-père ! 90 ans dès la naissance !
- Chose ! Le prénom de beauf inculte ! Les profs vont l’aimer tout de suite le gosse !
-et  Machinchouette, si ça fait pas aristo, ça ! »
On se bidonne bruyamment pendant des heures.

La future mère, qui nous observait stoïquement depuis tout ce temps sans piper mot, révèle les prénoms qu’elle apprécie.
Un ange passe. Avec mon frère, on se lance un regard, gênés. On trouve ces noms pas terribles non plus.

On aura l’air fin, quand elle nous annoncera avoir accouché de Bidulechose, comme le frimeur de 3ème C.

Quizz « on connaît la chanson » dédicacé à la grande Catherine !
Quelles sont les chansons citées et leurs interprètes ?
Indice : sur les six chansons, deux sont du même chanteur.

28/09/2009

Le dos nu

musée d'orsay.jpgComme promis la dernière fois, j’évoque le dos nu :

Ma mère : « c’est quoi, un dos nu ?
Moi : - Ben c’est un vêtement qui est ouvert dans le dos…
Mère : - Non, mais là ça se fabrique avec une sorte de casserole apparemment
Moi : - Un dos nu ce serait plutôt avec une machine à coudre…
Mère : - Tiens, écoute : « la poêle X 312 V6 vous permet de faire plus facilement des dos nus »
Moi : ????!!??!!???

Puis je comprends.
Moi : - Aaaaah ! des doneutes ! des donuts ! C’est comme des beignets !
J’attends le jour où ma mère me parlera de paon qui caque, de pancake, de crêpe quoi.

Je me moque, mais quand j’ai appris l’anglais au collège, ça a été un choc de comprendre que mon T-shirt préféré, mon « c’est à lif » (qui était en fait à moi) se prononçait en fait « si laïfe », «sea life » ! De toute façon, comme je parlais de mon maillot uniquement avec ma mère qui ne comprend pas l’anglais, j’ai continué à dire : « il est lavé mon c’est à lif ? » « J’ai une tâche sur mon c’est à lif ! »

Mais attention : le dos nu ne s'associe pas avec un jean pour aller à l’opéra, mais convient très bien pour la perro, euh, l’apéro.

C'est très clair.