Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2014

A la télé cette semaine : Kick-Ass, The descent, L'arnacœur...

Kick Ass persos.jpgA la télé ce soir sur Numéro 23, Beignets de tomates vertes.  Pendant les années 30 dans un village du sud des Etats-Unis, deux femmes se rebellent contre une société et des hommes trop violents. L’une quitte son mari qui la bat, l’autre soutient la cause des Noirs. Ensemble, elles décident de prendre leur destin en main et de s’en sortir par elles-mêmes, en ouvrant un restaurant. 50 ans plus tard, une dame âgée raconte les souvenirs de ces deux amies à une femme qui leur ressemble et qui les prendra en modèle (Kathy Bates, toujours parfaite). Une histoire sensible et émouvante.

A la même heure sur HD1, Insomnia de Christopher Nolan (Batman). En Alaska, en voulant viser un meurtrier (Robin Williams), un flic insomniaque (Al Pacino) tue par erreur son coéquipier. Il fait endosser cette mort par l'assassin, mais celui-ci a été témoin et commence un chantage… Un film à l'atmosphère particulière, dont l'original, norvégien, était encore plus troublant.

kick-ass.jpgLundi sur W9, un film d’action déjanté que j’aime beaucoup, Kick-Ass. Un adolescent ordinaire, un père et sa fillette, malgré leur absence de supers pouvoirs, décident de devenir des héros justiciers. Je m’attendais à un film d’action pour gamins, un peu bête. Pas du tout.
Kick Ass est drôle, manie l’humour noir et absurde avec finesse. J’adore la scène du « Tu voudrais quoi pour ton anniversaire ? - Une Barbie et un petit poney. Mais non je rigole, un flingue ! » Le film livre un vrai scénario, avec de multiples rebondissements, une mise en scène efficace et des acteurs excellents (surtout Chloé Moretz, « the it-girl » et son « big daddy » Nicolas Cage). Le début de Kick-Ass, qui montre avec humour et justesse les affres de l’adolescence, me fait penser aux prologues des films de Spiderman, quand on voit le héros batailler avec son quotidien (ces passages réalistes sont d’ailleurs mes préférés). Même si la fin cède aux techniques de films d’actions violents, elle est tournée avec tellement de virtuosité, d’humour et de détachement que je l’ai appréciée, alors que je n’aime pas les films d’action. Une bonne surprise. (Enfin, pas tant que ça, car j'avais déjà beaucoup apprécié Stardust et Layer cake du même réalisateur).

Sur Arte, soirée comédie italienne avec Le pigeon et Divorce à l’italienne.

Si au lieu de rire vous préférez frissonner, ne ratez pas le très flippant The descent de Neil Marshall, à 22h30 sur RTL9. Surtout si vous avez des tendances claustrophobes comme moi (on ne me fera jamais plus rentrer dans une grotte !)

romain duris.jpgMercredi sur France 4, L’arnacoeur. Le scénario est original, bien ficelé et surtout on rit de bon cœur et on ne s’ennuie pas. La fin m’a quand même déçue (attention, ne pas lire les prochaines lignes si vous n’avez pas vu le film). Aucune personne censée ne plaquerait le mec idéal, gentil, intelligent, cultivé, beau gosse, patient et compréhensif (« tu m’as trompé avec le garde du corps à la veille du mariage, je te pardonne, tu es chamboulée par l’idée de te caser, c’est normal… »). Personne ne quitterait cet homme pour un type qu’on connaît à peine, dont on ne sait strictement rien et qui en plus est super laid. FIN DU SPOILER

Je ne comprends pas pourquoi Romain Duris a été choisi pour jouer les séducteurs. Ses affreuses dents, ses petits yeux plissés quand il sourit le rendent vraiment moche je trouve (vous avez vu sa photo ?!). Même Vanessa Paradis le dit dans le film quand elle le regarde sourire niaisement : « vous avez vraiment l’air con ».
Beaucoup de femmes apprécient Duris car il a un côté artiste romantique, mais j’ai toujours pensé qu’au contraire l’acteur du Péril jeune tenait plutôt le rôle du loser à côté de la plaque… A part ça, c’est un très bon comédien, hein, mais son physique… Bref, l’attrait pour Duris est un mystère que j’aimerais éclaircir. Quant à Vanessa Paradis, elle était si belle adolescente à l'époque de Joe le taxi ... Là, avec ses joues creuses d'affamée, elle a quand même beaucoup perdu de sa superbe. 

the mask.jpgJeudi sur NT1, The Mask. Jim Carrey, timide et rêveur, se transforme en personnage de cartoon exubérant dès qu’il porte un masque magique. J’étais ado à la sortie du film (1994) et je rêvais de pouvoir faire pareil. Depuis on peut dire que j’ai pris Jim Carrey comme modèle, puisque à la fac mon surnom était « la toon » et que son film Yes man fait partie de mes principes de vie. En plus on partage le même signe astro et le même ascendant, je dis ça, je dis rien : Jim Carrey, c’est moi. Je refais souvent la chorégraphie de Sancho le cubain, à voir ici.

A la même heure, un classique du western sur France 3 : Les sept mercenaires, remake des 7 samouraïs de Kurosawa.

Côté série, ne ratez pas la saison 2 de Real humans, encore meilleure que la première tous les jeudis sur Arte.

Pour les abonnés Canal+, je vous conseille Mud, Les fils de l’homme, Hannah Arendt, Mindscape, 40 ans mode d’emploi, Les gamins

Et vous, appréciez-vous ces films ? Qu'avez-vous vu cette semaine ?

04/05/2014

A la télé cette semaine : Nelly et M.Arnaud, J'me sens pas belle, Fenêtre sur cour

nelly et monsieur arnaud.jpgCe soir sur Arte, Nelly et Monsieur Arnaud de Claude Sautet. Un vieux monsieur fatigué ne se retrouve pas dans l’époque actuelle. Ancien juge, il est devenu amer et misanthrope. Il souhaite écrire ses mémoires avant de mourir, mais ne sait pas se servir d’un ordinateur. Il rencontre Nelly, une jeune femme désargentée, et lui propose de recopier son texte. L’employée n’hésite pas à corriger les propos, bousculer les certitudes du vieil homme. Comme dans Un cœur en hiver, l’avant-dernier film de Sautet, on assiste à un face à face bouleversant et une histoire d’amour impossible. Emmanuelle Béart est encore sublime, passionnée et entière. Michel Serrault est impressionnant, tout en émotions retenues. Il porte un postiche qui le fait ressembler étrangement à Claude Sautet. Nelly et Monsieur Arnaud reste le dernier film du réalisateur et peut être vu comme son film testament. 

Mardi sur Numéro 23, J’me sens pas belle de Bernard Jeanjean (nom parfait pour une comédie). Une jeune femme invite chez elle un collègue de bureau, dans l’espoir de rompre enfin son célibat. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’effrayée par l’enjeu, elle s’y prend très mal… Une comédie qui parlera certainement à de nombreux célibataires endurcis « je veux bien, non, je ne sais pas, j’ai peur, je fais tout foirer exprès, je m’en vais ! » Marina Foïs est parfaite dans le rôle de la foldingo, et Julien Boisselier est mignon et patient (s’il pouvait avoir une jolie voix plutôt que ce timbre nasillard et pincé, il serait très bien). Ecoutez cette chanson, qui devrait résonner chez de nombreux célibataires :

  • j-me-sens-pas-belle-marina-fois.jpgTrentenaire et célibataire
  • C’est le paradis ou bien l’enfer
  • On est nombreux à ne pas être deux
  • Et puis alors si c’était mieux
  • A 30 balais, tout est parfait
  • Tu nages dans le bonheur complet
  • Et ta maison est une prairie
  • Où tu coures tu gambades et tu ris 
  • Aucun besoin de vivre ça avec quelqu’un 
  • Seul on est bien, on est bien
  • Ah, ça y est, j'suis réveillée, j’avais rêvé…
  • A 30 balais, tout est foutu
  • Tu coules dans un malheur goulu
  • Et ta maison est un taudis
  • Ou tu pleures tu t’écroules et tu cries
  • Aucun besoin de vivre ça avec quelqu’un
  • Seul on est rien, on est rien
  • Ah, ça y est, j’ai sursauté, j’ai cauchemardé…
  • Mais où se trouve la vérité
  • Entre ces deux réalités ?
  • Moi tout ce que je sais, 
  • C’est qu’il y a de la joie dans le célibat
  • Si c’est un choix, un choix.

looking for eric.jpgMercredi, Arte diffuse Looking for Eric de Ken Loach. Un facteur déprimé a pour seule distraction le foot et son idole, Eric Cantona. Sans ami, il confie ses déboires à son poster représentant le footballeur. Jusqu’au jour où le vrai Eric Cantona, comme un génie sorti de la lanterne, apparaît réellement … Il devient le coach du supporter et reprend sa vie en main. Ken Loach apprécie toujours autant les mal aimés et la peinture sociale des quartiers populaires. Il délaisse cependant ici le misérabilisme (My name is Joe, bouleversant) les drames (Kes, pauvre faucon) pour se lancer dans une comédie légère. Idée qu’il reprendra avec La part des anges.

fenetre sur cour.jpgJeudi sur Chérie 25, un classique d’Alfred Hitchcock, Fenêtre sur cour. James Stewart incarne un photographe, jambe cassée et cloué dans son fauteuil, qui se distrait en observant ses voisins. Jusqu’à ce qu’il se persuade que l’un d’eux a tué sa femme. Sa fiancée (Grace Kelly) accepte de mener l’enquête. Un film fascinant sur le voyeurisme, l’imagination… et qui prouve qu’il faut toujours mettre des rideaux ! Pour vivre heureux, vivons cachés. Je ne comprends pas comment on peut vivre dans un appartement sans rideaux, où les autres peuvent voir notre intimité. Dans mon HLM au putain ce qu’il est blème de Lyon où j’ai habité toute mon enfance, les voisins d’en face, flasques et ventripotents, se baladaient entièrement nus chez eux, devant leurs enfants (et aussi moi qui avait le même âge : visions d’horreur). 

A la même heure sur TMC, un classique de la comédie cette fois-ci : Les grandes vacances avec Louis de Funès. Un lycéen a raté son bac à cause de l’anglais. Son père l’envoie en Angleterre pour réviser. Mais le fils a prévu de partir en vadrouille avec ses potes, et se fait remplacer par un benêt. Lorsque le père découvre la supercherie, il part sur les traces de son fils aux 4 coins de France… Un film que j’adorais lorsque j’étais enfant, pour le vent de liberté et de rébellion qu’il fait souffler. Et j’écoute toujours la musique très entraînante à l’approche des vacances (en lien rose).

Et vous, appréciez-vous ces films ? Qu’avez-vous regardé cette semaine ?

P.S : J'ai dû écrire la chanson en "notes" car depuis quelques temps, le blog me saute une ligne dès que je vais à la ligne ! Si quelqu'un a la solution...

29/04/2014

Les documentaires de la semaine : inégalité pour tous, Un coupable idéal, Tokyo freeters

inegalite pour tous.jpgCe soir à 22h30, Canal+ diffuse Inégalité pour tous. Ce film très simple et efficace  permet de comprendre la crise économique et sociale actuelle. Je cite Télérama : Aux Etats-Unis, les 400 personnes les plus fortunées possèdent autant de richesses que les 150 millions d’Américains les plus pauvres. 1 % des Américains les plus fortunés ont raflé plus de 23 % du revenu national en 2007 et... en 1928.

Un record dans les inégalités qui, dans les deux cas, a provoqué un krach financier et une récession brutale. Lorsque les inégalités atteignent de tels sommets, les salaires stagnent, les salariés consomment moins, les sociétés réduisent leurs effectifs, les recettes fiscales diminuent, l’Etat restreint les budgets, les salariés sont moins bien formés, le chômage augmente. L’accès à l’enseignement, aux universités est plus cher et les gens moins informés.

A en croire les médias, notre système économique ne serait pas réformable, mais selon l’économiste Robert Reich, c’est un mensonge entretenu par les puissants pour protéger leurs intérêts. Il espère que ce film va «  inciter les Américains à s’insurger contre des inégalités qui mettent en danger notre économie et notre démocratie » On le souhaite aussi !

coupable ideal.jpgA la même heure sur France2, rediffusion de Un coupable idéal, qui a reçu l’oscar du meilleur documentaire en 2002. Il est écrit par Jean-Xavier de Lestrade, auteur du génial et incroyable Soupçons, qui m’a tenu en haleine des semaines durant. Comme dans Soupçons, le réalisateur filme un procès : celui d’un jeune Noir de 16 ans accusé de meurtre. Ses avocats commis d’office se battent pour sa défense. Débat passionnant et très révélateur sur les inégalités sociales et les préjugés…

Le documentaire est suivi « d’un coupable idéal, 10 ans après », où Lestrade revient sur « les lieux du crime » pour découvrir ce que sont devenus les protagonistes du procès. Il déchante : les avocats commis d’office ont été licenciés pour avoir osé braver la police de leur état. L’ancien accusé ne veut plus parler de l’affaire. Il n’a pas profité de sa soudaine notoriété pour défendre et dénoncer les « coupables idéaux » comme lui dans la presse. Il a reçu des dommages et intérêts, qu’il a dilapidé dans une voiture de luxe. Ses parents réclament de l’argent au réalisateur pour qu’il puisse les filmer et les interroger (il refuse bien sûr)…

Vendredi sur LCP, ne ratez pas Tokyo freeters. Il traite de ces jeunes Japonais ne trouvant pas de travail régulier, et ne pouvant donc pas mener une vie stable et fonder une famille, faute de moyens financiers. Dans quelques années, on estime que la natalité japonaise va baisser d’un quart à cause de ce problème. Comme cette nation accorde une énorme importance au travail (à vie) et à la loyauté envers l’entreprise, les jeunes Japonais ne trouvant pas d’emplois fixes sont mis au rebut, dénoncés comme feignants, et certains sont acculés au suicide. Mais d’autres se rebellent. Ils revendiquent une vie certes moins confortables financièrement, mais plus libre, qui ne se résume pas à métro, boulot, dodo. I’m free, and I’m waiting for you to follow me !

 

28/04/2014

A la télé cette semaine : Blue valentine, Mars attacks, Minority report

blue valentine.jpgCe soir, Arte programme Blue Valentine, avec Ryan Gosling et Michelle Williams. Film amer sur la dislocation d’un couple, avec des flash-back sur les souvenirs heureux, qui rendent d’autant plus cruel le présent. A l’époque, les blogs féminins qui en parlaient décriaient le personnage de Ryan Gosling. L’échec du mariage était de sa faute. C’est sûr, il n’est plus beau comme au début, chauve, gras du bide, avec des lunettes… Il est ridicule quand il vient chercher son épouse sur son lieu de travail, et qu’il la menace parce qu’elle ne veut pas le suivre. Comportement impardonnable, mais il est simplement désespéré de se voir rejeter sans explication…

Pour moi, le problème vient d’abord de la femme. Elle sortait avec un minable. Elle n’a même pas été foutu de se protéger, tombe enceinte, déclare à l’hôpital qu’elle a déjà avorté une dizaine de fois (elle est complètement arriérée ou quoi ? Le préservatif, elle connaît pas ?!) Elle décide de garder cet enfant. Ne le dit pas au père (sympa). Et c’est Ryan Gosling qui a la gentillesse d’élever le gosse d’un autre. Qu’elle veut ensuite lui enlever des années plus tard quand Ryan ne lui plaît plus. Et c’est lui le salaud ? Evidemment qu’il a beaucoup de torts, mais elle en partage également… Ce film sombre est soutenu par la musique mélancolique de Grizzly Bear. On peut aussi entendre une reprise de You always hurt the one that you love, jouée par Ryanounet (comment ne pas craquer, regardez le lien) 

MinorityReport.jpgSur D8, ambiance moins déprimante, avec Minority report de Spielberg, adapté de mon chouchou Philip K.Dick♥♥. Dans le futur, des voyants prédisent les crimes et la police arrête les criminels avant que les meurtres n’aient lieu. Mais peut-on condamner quelqu’un sur une simple pensée ? Le flic incarné par Tom Cruise ne remet pas en cause ce système, jusqu’au jour où les "pré-cogs" voient qu’il tuera quelqu’un qu’il ne connaît pas encore…

Mardi, Spider-man 2 de Sam Raimi sur M6. Je préfère largement l’aspect réaliste de ces films, le quotidien du personnage principal, que les histoires de super héros, film d’action et blockbuster, qui m’ennuient. Je préfère quand Tobey Maguire fait ses courses, va à la laverie comme tout le monde et se pose des questions existentielles que lorsqu’il combat les méchants… 

mars attacks.jpgSur D8, la comédie délirante de Tim Burton, Mars Attacks. Je me souviens que cette parodie, cette satire féroce des valeurs américaines, est sortie en même temps qu’Independance day, sur le même sujet (l’attaque d’extra-terrestres). Le film de Roland Emmerich (déjà auteur des très lourds 2012 et Godzilla) est très premier degré, sans humour, portant en avant l’héroïsme et le patriotisme indéfectible des Américains... Bref, tout le contraire du film de Burton. « Nous venons en paix... (vlan, ils dégomment la colombe) Et si c'était seulement une incompréhension culturelle ? Oui. Peut-être que pour eux la colombe est symbole de guerre ? »

Je vous laisse avec cette fameuse réplique : 

"En tous cas, les Martiens, la télé, ils l'auront pas !"