Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2010

Il me manquait quelque chose pour descendre les poubelles

serpillière 2.jpgSouvenez-vous… j’essayais vainement de rentrer en contact avec mes nouveaux voisins, mais toutes les tentatives échouaient face à des quiproquos, à base de paillasson de chats et de fumée de cigarettes...

Mercredi soir, j’ai déployé un effort surhumain : j’ai descendu la poubelle.
Comme je suis déjà en pyjama (ou « encore », j’ai décidé de coller aux stéréotypes du chômeur qui se laisse aller), je me dis que ce n'est pas la peine de m’habiller pour si peu. J’enfile mon jogging de sport sous ma nuisette, ce qui donne un mélange détonnant : beau en haut, beauf en bas. Je pose un châle de grand-mère par-dessus pour cacher mes épaules, puis comme j’ai la flemme de mettre mes chaussures et de faire les lacets, j’enfile les grolles trois fois trop grandes de mon frère, ce qui me donne l’air d’un clown.

serpillière.jpgComme dirait Thérèse :
« Et puis c'est une chose qui n'est pas commune et que vous ne verrez pas chez tout le monde.
- Mais j'espère bien Thérèse, J'espère bien. Ecoutez, si vous saviez comme ça tombe bien : je me disais encore hier soir qu'il me manquait quelque chose pour descendre les poubelles. »

Mon frère me voit et m’interpelle :
-Tu vas quand même pas sortir comme ça ?
- Justement, je ne sors pas, je n’ai que trois pas à faire, j’en ai même pas pour 15 secondes. Ce serait quand même vraiment pas de bol de croiser quelqu’un pendant ce temps ! »

Je descends à toute allure les quelques marches, et arrivée en bas, si près du but, je suis stoppée net dans mon élan. Comme si je jouais à 1-2-3 soleil, je reste dans cette position, le sac poubelle levé bien haut. Bien entendu, devinez qui je rencontre …
La nouvelle voisine, toujours habillée à la dernière mode, me toise avec dédain, lentement, des pieds à la tête. J’ai l’air fin avec mon sourire idiot et crispé de l’enfant prise en faute (c’est pas moi ! j’ai rien fait !)
La voisine me dépasse en silence sans dire bonjour, me laissant toute penaude, mon sac poubelle à la main et ma dignité au fond des chaussettes rouges et jaunes à petits pois.

Après m’avoir pris pour une maniaco-dépressive qui pleure pour un rien (mon allergie au pollen), une hystérique qui crie toute seule (la fumée de cigarettes), elle me considère maintenant comme la dernière des ploucs.
Je prends soin de ma réputation.

Le lendemain se déroule la fête des voisins. Normalement, elle a lieu en été, mais le syndic de l’immeuble s’est dit « tiens ? Si on la faisait quand il fait 8 degrés et nuit à 18 heures, comme ça on aura bien froid dans la cour de l’immeuble et on sera obligés d’appuyer sur la minuterie toutes les deux minutes pour avoir de la lumière ? Quelle bonne idée ! »
Je tiens à préciser que j’étais bien habillée. avec une serpillière avec des trous pour passer les bras

Tout l’immeuble est présent. Il ne manque que les nouveaux voisins à l’appel.
On les voit rentrer. Un type déjà bourré les interpelle : « Hé ! Venez  boire un coup ! On s’amuse bien ! » Je croise le regard de la voisine, mais, sans répondre, elle poursuit son chemin jusqu’à son appartement.
Mes nouveaux voisins sont restés toute la soirée chez eux, tandis que 3 mètres en dessous, les autres faisaient la fête. Ils ne voulaient peut-être pas se mêler aux gueux.

Décidément, on ne sera définitivement jamais copains avec les voisins.

Quiz "on connaît le film" ultra facile : de quel œuvre culte la citation est-elle extraite ? Question en plus : qui sont les deux acteurs ?

08/07/2010

Les voisins ne sont plus mes copains

voisin_contre_voisin.jpgJe crois qu’on ne sera définitivement jamais copains avec les voisins.
Au cas où vous n’auriez pas remarqué, on est légèrement passé de 15 degrés à 35 en quelques jours. 
Je devrais fermer les fenêtres pour baisser la température, mais pour une fois qu’on voit le soleil, je ne le fais pas. Alors j’aère.
Je suis tranquillement vautrée sur le canapé en train de regarder Looking for Eric de Ken Loach sur Canal+ cinéma, quand je sens l’odeur insupportable et détestée. J’ai immédiatement mal à la tête, la gorge et les yeux qui piquent. La cigarette.

Un jour, après plusieurs soirées dans des bars très enfumés avec des amis tous fumeurs, qui me traitaient de chieuse car je ne pouvais plus respirer, j’ai dû aller chez le docteur qui ne voulait pas me croire :  « C’est impossible, vous avez la gorge dans un état… une vraie gorge de fumeuse. Faut absolument arrêter de fumer !
-    Mais je vous dis que je ne fume pas ! »

J’ai donc remis les pieds dans un bar quand l’interdiction de fumer est enfin passée. Je trouve dérisoires les campagnes anti tabac, alors qu’on ingurgite et respire toute la journée des produits toxiques présents dans notre environnement, mais autorisés (les pesticides dans l’eau et les fruits et légumes par exemple). Les fumeurs peuvent se bousiller la santé s’ils veulent, tant qu’ils ne me soufflent pas dans la gueule, je m’en tape. (Je précise tout de même que Jeanne Calment, morte à 120 ans, fumait)

Or, là (de Maupassant) l’odeur nauséabonde envahit mon appart. Je ne suis pas contente-contente. Je suppose que c’est un des petits jeunes fréquentant l’assoc d’à côté, qui braillent jour et nuit et foutent souvent le bordel.
Je tente de fermer brusquement la fenêtre, mais je suis tellement contrariée que je m’emmêle les pinceaux et n’y parvient pas. Dans de grands bruits de battants qui s’entrechoquent, je grogne toute seule :
« Raah !  Font chier avec leur fumée ! On peut pas aérer ! Je crève de chaud moi ! ».
Je me penche à la fenêtre pour sentir d’où provient l’odeur. Je continue à marmonner toute seule : « Qui sait qui m’emmerde avec sa  clope pourrie ? »
Personne en bas. Puis là, je tourne la tête. A 1 mètre de moi, à la fenêtre voisine, les deux voisins au paillasson de chat me dévisagent, très étonnés. Ce sont eux qui fument. Ils ont tout entendu.
Confuse d’avoir été surprise en flagrant délit de marmonnement, je recule d’un coup et ferme la fenêtre vivement.

Après notre première rencontre catastrophique, les voisins doivent définitivement me prendre pour une folle.
Si j’avais découvert autrement d’où provenait la fumée, j’aurai pu leur dire gentiment d’éviter de cloper à leur fenêtre. Car s’ils évitent ainsi d’empuantir leur appartement, ils embaument en revanche le mien dont la fenêtre est située à un mètre de la leur. Vu les conditions, je n’ai pas osé leur parler.
5 fois par jour en moyenne, je me relève pour refermer la fenêtre, et je crève de chaud.
Je crois que je vais investir dans un ventilateur.

Et vous, que faites vous pour lutter contre la chaleur ?
Fumez-vous et supportez vous l’odeur ?

26/06/2010

Les voisins, mes futurs copains (suite)

chat appart.jpgSouvenez vous… l’appart d’à côté s’est libéré. J’ai tenté de faire fuir les voisins potentiels. Malgré tout, un jeune couple s’est installé, mais j’ai pensé qu’il devait être sympa, puisque possédant un paillasson représentant des chats. Je comptais entamer les relations de bons voisinages en parlant de paillasson, justement.
Vous pensiez que je plaisantais ? Eh bien non…

Tous les soirs en rentrant, je voyais leur paillasson et la question cruciale me taraudait : « Ont-ils un chat ou non ? » L’occasion d’y répondre est enfin arrivée.
C’était le 31 mai (oui, ça date, mais vous savez que je suis longue à la détente). Je rentrais du sport, j’étais crevée, j’avais dormi 2 heures la nuit précédente. J’étais pourtant guillerette, car j’avais survécu à une nuit atroce et surmonté la fatigue.
Bref, j’avais plein d’excuses pour ce qui va suivre…

Je rentre dans le hall d’immeuble. Je vois enfin la voisine. Je ne lui ai jamais parlé mais je l’ai aperçue de loin. En temps normal, je l’aurais juste salué, mais là, j’ose l’aborder :
« Ah bonjour ! Vous êtes la nouvelle voisine, non ?
La fille est interloquée puisqu’elle ne m’a jamais vu de sa vie : « euh… oui… »

Sentant qu’elle n’est pas disposée à parler, j’aurai dû fuir tant qu’il en était encore temps.  Mais je déduis que c’est un peu con puisqu’elle va me suivre sur notre palier commun. Je reste donc pour lui tenir la porte. Sauf que, certainement décidée à me semer, la fille ouvre lentement sa boîte aux lettres et décortique son courrier. Un silence gêné s’installe. Elle, pensant sans doute « mais elle va pas se casser celle-là » et moi me sentant ridicule à faire bêtement le portier.
La fille passe enfin la porte, et je la suis dans l’escalier. Le silence est tellement long et pesant que j’ai l’impression de monter les 1665 marches de la tour Eiffel. (J’ai vérifié le nombre)

Arrivée devant son appart, la fille se tourne vers moi pour me dire au revoir. Elle ne sait pas que je suis sa voisine directe, et ne comprend donc pas pourquoi je m’arrête aussi. Je farfouille longuement dans mon sac pour prendre mes clés. Vu son air inquiet, la voisine semble croire que je cherche un flingue pour la braquer (au secours, une folle veut s’introduire chez moi !) Vous avez remarqué que, plus on est pressé ou stressé, plus les affaires ont tendance à se perdre au fond du sac ?

Je me décide à rompre ce silence ridicule. En général, quand je suis gênée, je m’enfonce encore plus en faisant de l’humour à deux francs ou en sortant des bulles.
Je trouve donc le moment fort opportun pour enfin aborder la question qui nous turlupine tous depuis deux mois :
Je montre le paillasson et demande : « vous avez un chat ?
La fille : - Hein ?
Moi : - euh… (petite voix de la gamine disant une connerie) Vous avez un chat ? Non parce que avec votre paillasson, je me disais…
La fille enlève ses écouteurs (je ne les avais pas remarqués) : - quoi ? Ah ! Si j’ai un chat ! Non, c’est trop petit ici.

Contente de trouver enfin un terrain d’entente, je pars pour une longue conversation :
Moi : - oui ! c’est quand même dommage…j’aimerais tellement avoir un  chat…
Fille : - j’en avais un, mais je l’ai laissé chez ma mère
Moi : oh, c’est triste, le pauvre…

chat où est charlie.jpgLa voisine me regarde curieusement, de biais... Je ne fais pas attention et continue sur ma lancée :
« J’ai gardé un chat pendant 15 jours, et c’est vrai qu’au bout d’un moment il essayait de s’enfuir… sinon, il grimpait sur toutes les étagères, on peut dire que ça lui faisait le double de surface, hihi ! »
Je montre un meuble du doigt pour illustrer mes propos.  (voir photo : un chat est caché dans cette image. Saurez-vous le retrouver ?)

La voisine me regarde toujours étrangement, l’air de ne pas comprendre. Elle n’a rien dû entendre puisqu’elle avait remis ses écouteurs.. elle les ôte encore, d’un air résigné mais poli,constatant que je suis décidée à lui tenir la jambe:
Moi : « c’était dur quand il a fallu rendre le chat… snif…on s’y attache vite ! »

La fille m’observe encore plus bizarrement, en reculant un peu, comme on regarde les fous ou les chiens dangereux (il faut soutenir leur regard sinon ils attaquent ! Puis on fuit lentement, à reculons, l’air de rien…)
Remarquant enfin que la voisine semble me trouver anormale, je suis gênée et termine la conversation abruptement :
« Euh… bon, ben voilà… bonsoir hein ! » et je referme la porte un peu vite peut-être…

Après cette première rencontre catastrophique, j’essaie de trouver des excuses :
« Non, mais quoi, c’est tout à fait normal de vouloir parler à ses voisins… C’est bien les Parisiens, ça, ils sont froids… je ne vois pas ce que j’ai fait de bizarre, parler de chats, ça rentrait naturellement dans la conversation… »
Tout en cogitant, je continue à renifler et essuyer les larmes qui coulent sur mon visage. Et là, ça fait tilt. Je me précipite vers le miroir.

J’ai la gueule d’une dépressive au bord du suicide : les yeux rouges et bouffis, de grosses larmes qui dégoulinent jusqu’au menton, le nez en patate et qui coule… J’y suis tellement habituée que je n’y fais plus attention : mon allergie au pollen. Je renifle, me mouche, sèche les pleurs sans m’en rendre compte.
Avec mon discours, la fille a dû croire que je chialais parce que je n’ai pas de chat.
Une heure après, on a sonné à la porte. Ca n’arrive jamais. (Je n’ai pas pu répondre, je dormais). Peut-être que c’était la voisine qui vérifiait si je n’avais pas ouvert le gaz pour faire sauter l’immeuble. Elle voulait peut-être me conseiller un bon psychiatre ou un antidépresseur.

La prochaine fois que je la croise, cette fois, je pars en courant pour me cacher.
Je crois que finalement, on ne sera pas copains avec les voisins.
Et vous, vos relations de voisinage ?
Vous avez trouvé Charlie le chat dans la photo ?
(en plus, le chat porte réellement ce nom ! J'ai joué à "où est Charlie" pendant 15 jours quand je l'ai gardé)

03/05/2010

Les voisins, mes futurs copains

boudin porte chats.jpgEn rentrant de ma semaine de vacances, arrivée sur le palier, j’ai tout de suite remarqué un changement chez les voisins.
Ils ont installé un paillasson. Avec, représentés dessus, deux chatons tout mignons.
Les voisins remontent dans mon estime. Les gens qui aiment les chats sont tout de suite plus sympas.

En rentrant le soir, mon frère me dit :
« T’as vu, les voisins ont les mêmes goûts ringards que toi !
- Ouais ! Je vais leur montrer mon boudin de porte d’entrée, il fera copain-copain avec leur paillasson ! »

Mon frère m’a offert un boudin de porte, vous savez, les longs trucs moches qu’on met sous les portes pour éviter les courants d’air. Il a donné celui en forme de souris à ma mère, et l’autre avec une ribambelle de chats à moi. (voir photo) Il m'a aussi offert un caddie de course avec des chats dessus, des assiettes, des bols...
Je trouve ça marrant. Ce n’est pas comme si j’exposais l’objet, qu’il était bien visible. Il est juste derrière la porte d’entrée, les visiteurs sont seulement obligés de marcher dessus en arrivant.... ils ne peuvent juste pas le louper, c’est tout. Ca donne le ton de l’appart quoi. On rigole trop chez Papillote.

En voyant le paillasson des voisins, j’ai aussi tout de suite pensé qu’ils avaient peut-être un vrai chat dans l’appartement. Si c’est le cas, j’espère bien qu’ils vont me proposer de garder leur chaton tout mignon pendant qu’ils partiront en vacances. En échange, pour me remercier, ils pourraient m’offrir des chocolats, ou tout simplement se calmer niveau bruit....

Ce soir, à 19 heures, l’heure où ils rentrent du travail, je vais me débrouiller pour ouvrir ma porte, prétexter sortir la poubelle par exemple. J’entamerai un brin de causette à base de paillasson, de boudin de porte, et de chats ...

16/04/2010

Les envahisseurs

envahisseurs.jpgCa y est. Ils sont là.
Aujourd’hui, 20h30, je sors péniblement du boulot et n'ai qu'une hâte : rentrer chez moi pour me reposer.
Dès mon arrivée dans le hall d’immeuble, j’entends de la musique de djeun’s.

Ce que je redoutais est arrivé. Les nouveaux voisins font une soirée.
Sur le palier, je sens également une odeur suspecte bien caractéristique. Vous savez, cette substance illégale qui vient justement d’être tolérée hier en Californie…
Fatalement, j’entends ensuite des gloussements. Puis le chting des bouteilles de bière qui s’entrechoquent.

Depuis une demi-heure, les invités défilent. Ils sonnent et braillent dans l’interphone, grimpent comme des hippopotames dans l’escalier et crient« « OUAIIIS !!! C’EST NOUS !!!! SALUT CA VA ??? » quand le voisin leur ouvre la porte.

Vite, vous avez deux heures pour me trouver un plan pour saboter leur soirée.
Peut-être que la rombière qui jouxte leur appart par la gauche va téléphoner aux flics ? : « Au secours, de jeunes drogués font du bruit dans l’appart à côté ! Venez vite arrêter ces délinquants ! »
J’attends.