Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2012

Un mois sans films, à la télé cette semaine : Juno, Fourmiz, Jane Eyre...

chat-tele.jpgUn mois d’absence, un mois sans ordinateur, mais surtout un mois sans canal +, et carrément quinze jours sans télévision, donc sans films ! (Dans les locations de vacances, il fallait payer 40 euros la semaine pour regarder la télé, faut pas pousser). Les soirées semblaient parfois longues, mais je suis devenue imbattable au scrabble. Même si ma mère ne connaissait pas le si judicieux terme « geek », et ne voulait donc pas que je le place en mot compte triple, avec lettre double pour le k (ce qui faisait un total de 72 points tout de même) (en fait elle ne voulait tout simplement pas que je gagne encore.)

Je suis revenue mardi, et j’ai vite retrouvé les vieilles habitudes de mémé. Avant même de ranger dans le frigo les fromages qui puent de la ferme bio (mes voisins dans le TGV se réjouissaient) la viande et la charcuterie achetées en douce par ma mère (si je lui avoue que je n’ai pas fréquenté de boucherie une seule fois en 5 ans, je pense qu’elle frôle la crise cardiaque) les fruits et légumes du jardin (une tomate et une pêche se sont battues, puisque j’ai retrouvé leur sang étalé dans la glacière) mon premier réflexe a été d’allumer la télé, l’enregistreur dvd et l’ordinateur, pour voir si mes précieux se maintenaient en vie. (Ils ont 8 ans tout de même).
Et là le drame. Plus de canal + : « votre abonnement est arrivé à échéance ». C’est vrai, mais ils ne m’ont pas reconduit automatiquement ? Je prenais déjà le combiné du téléphone pour supplier : « vous ne pouvez pas me lâcher comme ça après 16 ans d’une fidélité sans faille, qu’est ce que je vais devenir, d’ailleurs pour me remercier d’être abonnée depuis si longtemps vous pourriez me faire une ristourne, sinon je me désabonne, comment ça vous ne m’en croyez pas capable ? » Ce coup de bluff n’a pas fonctionné l’année dernière, j’avais pourtant tenté la tactique dite "de la chouineuse" : « je suis au chômage, 33 euros par mois c’est trop cher ». Mais vu qu’il y aura bientôt plus de chômeurs que d’actifs, je devais être la 72ème de la journée à le dire. Puis j’ai réflexionné (parfois ça m’arrive) qu’avant de téléphoner sur un numéro 0800 à 49 euros la minute et 3 heures d’attente (environ) je pourrais peut-être lire d’abord leur site internet et la rubrique « les pannes les plus fréquentes ».
Résultat en 24 secondes chrono : si on se branche sur canal+ moins d’1h30 dans le mois, le décodeur ne fonctionne plus. Il suffit de replacer la carte mémoire et de laisser allumer une heure et ensuite zou, c’est parti pour le show, et c’est parti le stade est chaud. J’ai rattrapé mon retard canalplussien en regardant 9 films en 5 jours, et en enregistrant 4 autres...

 télé, cinéma, canal+J’ai vu par exemple Never let me go, triste et beau, avec Keira Knightley et Andrew Garfield. Super 8, décevant, m’enfin JJ Abrams, tu as pourtant écrit la géniale série Lost ? Cowboys et envahisseurs avec Harrison Ford et Daniel Craig, divertissant. Impardonnables de Téchiné, peu d’intérêt je trouve. Faut dire que j’en ai profité pour faire du sport devant la télé, comme souvent pendant les films français. Scream4,  je ne me souvenais même plus l’avoir vu au ciné… je vois tellement de films, ce qui est aussi pratique car je ne me rappelais plus du tueur, c’est grave docteur ?

Je note les noms et réalisateurs des films que je vois, puisque sans ça j’en oublie. Comme on a passé le 1er septembre, donc une nouvelle année scolaire, j’ai fait le compte des films vus cette année, télé et cinéma compris. Devinez combien…
Rassurez-vous, je ne regarde pas seulement des films. Je lis aussi (seulement une trentaine de romans et d’essais cette année ; loin du compte « un livre par semaine ») je vois des expos, je sors, je me promène et fais du sport chaque jour, et même, parfois, je travaille !

télé, cinéma, canal+A la base de ce billet, je voulais enfin reprendre la rubrique « à la télé cette semaine ».... Je vous conseille donc, en vrac :
Ce soir sur France 2 : Juno de Jason Reitman (réalisateur de Thank you for smoking et In the air) avec la ravissante Ellen Page (To Rome with love) et le tordant Michael Cera (Scott Pilgrim). A la première vision, j’avais trouvé ce film trop mode, trop branché, en prenant pour exemple les conversations sur les musiques, signifiant « on est cool et dans le coup ». Pas comme une mémé Beatles comme moi donc.
Ensuite vous pouvez regarder Rocky Balboa, sur la même chaîne. Contrairement à ce que je redoutais, Rocky (le premier étant le meilleur) n’est pas un film d’action pure avec un boxeur brute épaisse, mais propose au contraire un scénario intelligent, ancré dans la réalité sociale, avec un Stallone sensible et fleur bleue ! Dans ce dernier film, devenu vieux, il pleure sa bien-aimée et sa carrière passée.

Lundi, W9 programme Incassable de M.Night Shyamalan, quand le réalisateur de Sixième sens faisait encore de bons films (pas comme ses derniers Phénomènes » et Le dernier maître de l’air).
Pour les abonnés canal+, ne ratez pas la reprise des indispensables documentaires de spécial investigation, lundi et mercredi soir.

télé, cinéma, canal+Mardi Gulli diffuse le sympathique film d’animation Fourmiz, où Z de Costa Gavras se pose beaucoup de questions (sa voix est très justement confiée à Woody Allen) et décide de sortir du rang.

Jeudi et vendredi, Arte prolonge l’été non pas indien mais anglais. Après les adaptations des romans de Jane Austen, voici celle de Charlotte Bronte avec Jane Eyre. Il faut d’ailleurs que je vous parle du film vu depuis plus d’un mois au cinéma, avec Michael Fassbender♥♥♥.
A la même heure, genre radicalement différent, avec Matrix sur NT1 ou encore New York 1997 de John Carpenter sur direct star.

Et vous, qu’avez-vous vu cette semaine ? A votre avis, combien ai-je vu de films cette année ?

20/07/2012

The dictator

dictator.jpgLors des interviews, Aladeen précise : « si vous écrivez de bonnes critiques, vos familles seront relâchées ». Je vais donc vous expliquer pourquoi The dictator est un film à voir, car comme le dit Kim Jong-Il : « c’est de la bombe ! » 

L’acteur Sacha Baron Cohen et son complice le réalisateur Larry Charles explorent toujours le choc des cultures et provoquent leurs contemporains, à travers des personnages grotesques et des situations hilarantes. Dans Borat, grimé en reporter Kazakh naïf transporté dans l’Amérique pudibonde, l’acteur interviewait des passants outrés. Dans Bruno, il jouait une icône de mode gay.
Dans ce film, l’acteur interprète Aladeen, dictateur de la république (imaginaire ?) du Wadya, « nommé Leader suprême à l’âge de 6 ans, après la mort prématurée de son père, tué dans un accident de chasse par 97 balles perdues et une grenade ». Sa mère est censée être morte en couches, mais on la voit se faire étouffer par un coussin immédiatement après l’accouchement, lors de l’incroyable scène d’introduction présentant le dictateur. On observe ensuite Aladeen gagner une course… après avoir tiré sur les autres concurrents, et d’autres illustrations délirantes dans ce genre. (voir bande annonce en lien)
Le dictateur se rend à New York pour répondre aux questions de l’ONU. Il échappe de peu à un attentat et devient anonyme dans la ville, recueilli par Zoey, une pasionaria qui ne soupçonne pas sa réelle identité …

L’humour culotté, provoc et outrancier de Sacha Baron Cohen se retrouve dans ce nouveau film, mais avec une différence de taille : cette fois, l’aspect réel et pseudo documentaire disparaît, Cohen prend pour victimes de vrais acteurs. Ceci enlève forcément un peu de piquant, mais les gags restent toujours aussi hilarants. Le côté spontané est préservé, comme le précise l’actrice Anna Faris qui joue le rôle de Zoey : « on a fait énormément d’improvisations. Il y avait un script, et je dirais qu’on le suivait dans 10 % des cas. »

 Je déplore toujours les passages avec humour en dessous de la ceinture, mais les sketches sont si outranciers qu’ils en sont drôles, on rit nerveusement, malgré soi, en détournant la tête (« Han ! Nan il n’a pas osé ! »). Lors de la projection, toute la salle s’esclaffait, par exemple pendant la scène de l’accouchement, ou du vol en hélicoptère, avec le quiproquo et dénouement d’autant plus drôles qu’on le voit venir gros comme une maison. J’ai apprécié les piques comme celle-ci, lorsque que le dictateur apprend la grossesse de sa femme : « c’est un garçon ou un avortement ? ».
Pendant son discours à l’ONU, Aladeen décrit certains éléments d’une dictature, qui correspond en fait à l’Amérique : « Imaginez une dictature en Amérique : on pourrait truquer les élections, on pourrait mentir pour faire la guerre ! ». Ce passage m’a fait penser à la réplique d’OSS 117, Rio ne répond plus : « Et comment appelez-vous un pays qui a comme président un militaire avec les pleins pouvoirs, une police secrète, une seule chaîne de télévision et dont toute l’information est contrôlée par l’Etat ? –J’appelle ça la France mademoiselle. Et pas n’importe laquelle : la France du général de Gaulle. »

dictator tapis rouge.jpgLe choix des acteurs est judicieux, avec le toujours stoïque et inquiétant Ben Kingsley (La liste de Schindler, Shutter Island…) La déjantée Anna Faris (Scary movie, Lost in translation) convient parfaitement au rôle de baba cool : « Zoey se fiche de son apparence. J’adore mon allure dans le film. Je me sentais indépendante et certainement pas vaniteuse, c’était très drôle ! Même mes poils aux aisselles sont authentiques. J’ai dû les faire pousser pendant trois mois et demi et je ne veux pas qu’on puisse penser qu’ils sont faux ! »

Pour assurer la promotion du film et faire parler de lui, Sacha Baron Cohen est resté dans la peau de son personnage lors des interviews. Celle donnée à canal + sortait des promos rasoirs habituelles, leurs questions convenues et réponses attendues ( « Vous aimez la France ? « Oh yes, I looove Paris… » etc.)  Le pauvre Laurent Weil ne savait pas comment réagir et Cohen/Aladeen a eu la bonne idée de faire référence à la politique actuelle du pays (En faisant croire qu’il a financé la campagne de François Hollande par ex.) Après la menace d'en être exclu (voir lien) l'’acteur a également osé débarquer sur le prestigieux et solennel tapis rouge des Oscar déguisé en dictateur, avec toute son armada. Bref, Sacha Baron Cohen n’a pas fini de nous secouer et nous faire rire avec ses provocations.


C’est bon, j’ai écrit une bonne critique ? Aladeen, rendez-moi mon chat maintenant !

Et vous, avez-vous vu ce film, qu'en pensez-vous ?

24/06/2012

Le grand soir

grand soir.jpgBenoît Poelvoorde♥♥ incarne « un punk à chien », «Not», du nom gravé sur son front. Il vient traîner dans la zone commerciale où ses parents (la mère Brigitte Fontaine, toujours aussi chtarbée) tiennent une « pataterie » et son frère (Albert Dupontel ♥♥) est vendeur dans un magasin de literie. Ce dernier, qui veut mener une existence classique (il est marié et a un bébé) ne jure que par le confort matériel. Il ne voit pas d’un bon œil la venue du marginal. Pourtant, suite à son licenciement, Dupontel quitte le rang pour suivre la punk-attitude de son frère : rejeter la société de consommation et vivre sa vie comme il l’entend… (voir bande annonce en lien ci-dessous)

Le grand soir est signé par le duo de Groland, Gustave Kerven et Benoît Délépine. Ils ont réalisé ensemble quatre films, et je trouve que ce dernier est le meilleur. Pour Aaltra et Avida, je n’étais pas habituée à cet univers particulier, cet humour noir et absurde, ces personnages pitoyables. J’ai plus apprécié Louise Michel, avec Yolande Moreau (ex Deschiens) : son patron délocalisant l’usine, elle paie un tueur à gages ridicule (Bouli lanners) pour le faire assassiner. J’ai aussi aimé Mammuth, où Depardieu part à la recherche de ses points de retraite manquants.

grand soir feu.jpgLe grand soir, qui fait référence à la notion révolutionnaire prônant une société nouvelle, commence par la longue errance de Poelvoorde/Not dans les rues de sa ville jusqu’au centre commercial, à la recherche de bières et de quelqu’un avec qui les partager. Comme souvent chez les réalisateurs, le début est  lent et contemplatif, pour signifier le vide et la dure vie du punk, et j’ai craint de m’ennuyer, à tort. On voit ensuite toute la famille réunie autour d’un repas surréaliste. Les deux fils parlent en même temps de choses totalement différentes : le punk de son mode d’existence et de l’accueil que lui font les habitants, le fils rangé du dernier appareil high tech à la mode et de l’achat à crédit.  Toute la salle de cinéma explosait de rire, ce qui était le but, mais je ressentais d’abord le malaise que crée ce décalage. J’ai eu la même sensation lorsque Dupontel, licencié, le compte en banque vidé par sa femme qui l’a foutu dehors, tente de s’immoler en plein supermarché, devant tous les clients poussant leur chariot, sans que personne ne réagisse. Le film illustre l’individualisme de la société et le repli sur soi en temps de crise. S’il crée un goût de révolte à travers les actes des personnages pour s’en sortir et réveiller les consciences, il ne donne pas vraiment d’espoir.

grand soir not dead.jpgLes réalisateurs utilisent souvent des plans larges afin de montrer l’absence de communication entre les personnages, comme pour la scène dans le supermarché. J’ai éclaté de rire lorsque Poelvoorde tente lamentablement de vanter les mérites de son frère licencié en tendant un C.V trempé à une hôtesse, tandis qu’à l’arrière plan on voit Dupontel  crever des ballons un par un (voir l'extrait en lien). Plus tard, avec un magnifique plan séquence dans un vaste champ, Dupontel/Don Quichotte se battra contre un pauvre arbuste.
J’ai vraiment estimé que le film démarrait et devenait drôle lorsque Dupontel se met à péter les plombs. Comme les autres spectateurs, j’ai pu rire de bon cœur à de maintes reprises face aux situations absurdes. Certaines idées scénaristiques sont même poétiques : les personnages décident d’aller littéralement « droit devant eux » sans dévier de leur chemin pour prendre la route balisée. Ainsi ils traversent un lotissement en escaladant les barrières, rentrant chez les habitants, ressortant par la porte du jardin, tout simplement parce qu’ils vont « tout droit ». L’utilisation des lettres des enseignes publicitaires est également une belle idée poétique.

L’humour noir est toujours de mise, par exemple lorsque les deux frères surprennent un homme la corde au cou et tentent de le dissuader de se suicider : « mais ce n’est pas original comme façon de faire ! » « Tu vois, je suis psychologue, j’ai senti qu’il n’allait pas bien ». L’homme suivra le conseil : il mettra finalement fin à ses jours de manière beaucoup plus spectaculaire.

Comme pour Aaltra, la B.O est signée par Les wampas, qui ont d’ailleurs enflammé la croisette au dernier festival. On voit un concert du groupe lors du film. Poelvoorde slame au-dessus du public, pensant communier avec lui, mais les spectateurs le portent jusqu’à une poubelle… Comme beaucoup je pense, j’ai découvert les Wampas avec leur fameuse chanson polémique, qui comme toute œuvre censurée provoque inéluctablement l’effet inverse escompté : le public curieux se presse de découvrir l’objet de la discorde. Je parle de la chanson Chirac en prison (« j’attends 2007, c’est mon seul espoir de sortir du brouillard, c’est ma dernière chance, faut que j’aie confiance en la justice française ».) Lors du passage de la pub, le nom du président était barré par un rectangle noir et un « bip » pour ne pas le reconnaître ! La télé refusant d’en faire un clip,  les Guignols s’en chargeront. Les Wampas ont ensuite connu le succès avec leur hit Manu Chao. Dans Le grand soir, on entend leur chanson Comme un punk en hiver.
grand soir chien.jpgOn peut écouter aussi des refrains de Noir Désir ou Brigitte Fontaine : je suis in- inadaptée. La chanteuse a d’abord refusé d'apparaître dans le film, expliquant qu’elle ne voulait jouer qu’une « sorcière dans la forêt ». Les réalisateurs ont alors réécrit le scénario en remplaçant le terme « la mère » par « la sorcière dans la forêt » et Brigitte Fontaine a accepté le rôle…
Autre star du film, le chien bien évidemment ! La même race que celui de The artist, mais pas du tout le même caractère : il a mordu toute l’équipe durant le tournage, envoyant même le premier assistant à l’hôpital. Un vrai rebelle, un punk quoi.

17/05/2012

Les Gérard du cinéma 2012

guerre des boutons.jpgHier commençait le festival de Cannes, présidé par Nanni Moretti ♥♥.
En même temps que j’écris ceci, je regarde la cérémonie en parallèle sur Canal+, la commente sur Twitter et réponds à mes « follower » (mémé nulle en nouvelle technologie essaie de faire croire qu’elle est trop hype, mais ne trompe personne hein ?) Ah oui, et je mange aussi. Je fais 4 choses en même temps, ma concentration est donc au top.
Vous attendez la liste des films en compétition ?  Mémé toujours en retard de deux trains vous la donnera dans six mois comme d’habitude, quand la cérémonie sera finie. Non, je préfère vous dévoiler le palmarès d’un évènement tout aussi glamour, sérieux et essentiel… Les Gérard du cinéma. Les intitulés ne jouent pas dans la finesse, ni dans le politiquement correct. Cette année ils sont moins drôles, moins humour potache et bon enfant, et certains sont vraiment limites, mais d’autres font sourire et jettent un (petit) pavé ou plutôt parpaing dans la mare.

Anna-Mouglalis.jpgGérard de l'acteur qui ferait bien d'arrêter de se la jouer et d'apprendre à jouer tout court :
Tomer Sisley dans Largo Winch 2 de Jérôme Salle
Jean-Paul Rouve dans Low Cost de Maurice Barthélémy (ex Robin des bois)
Anna Mouglalis dans Chez Gino de Samuel Benchetrit
Eric Cantona dans De force de Franck Henry
Louis Garrel dans Les Bien-aimés de Christophe Honoré

Je suis d’accord avec cette sélection, sauf pour Jean-Paul Rouve qui me semble au contraire plutôt humble. Anna Mouglalis est très belle, mais sa voix éraillée et son attitude un peu snob me congèlent.

Gérard du film avec des malades, des handicapés, des béquilles, des brancards, des fauteuils roulants, de l'Actifed, du Voltarène, du Primpéran, des bilans sanguins, des feuilles de remboursement, des courbes de température et des plateaux repas avec de la macédoine tiède. Et un petit suisse.
La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli, avec Jérémie Elkaïm
Intouchables d'Eric Toledano et Olivier Nakache, avec François Cluzet et Omar Sy
Lourdes de Jessica Hausner, avec Sylvie Testud
Je n'ai rien oublié de Bruno Chiche, avec Gérard Depardieu
Ma compagne de nuit d'Isabelle Brancard Brocard, avec Emmanuelle Béart

C’était à prévoir, mais pour une fois que le cinéma français parvient à sortir du mélo et faire rire d’un évènement tragique, il faut se réjouir.

Gérard du membre de duo qui l'a dans le cul :
Olivier Baroux, comparse de Kad Merad
Yvan Le Bolloch’, comparse de Bruno Solo dans Caméra café
Fred Testot, comparse d’omar Sy dans le S.A.V
Alexandra Lamy, compagne de Jean Dujardin
Kool Shen, comparse de Joey Starr dans le groupe N.T.M

Quel titre délicat. Fred Testot ne rencontre pas autant de succès avec ses films que son ami du S.AV. Son rôle dramatique dans Gardiens de l’ordre cassait son image de comique, mais le film n’était pas transcendant et est passé inaperçu. Testot apparaît dans trois films cette année, dont Le marsupilami, carton au box office. Dépressions et des potes et le dernier Sea no sex and sun sont mal notés par les critiques. Le césar ne reviendra pas tout de suite à Fred, mais il peut se consoler avec son parpaing.

monsieur papa.jpgGérard du film tellement riche en sucre, en miel et en guimauve que si t'as le malheur d'avoir pris du pop-corn, t'es sûr de dégueuler dans le seau :
La Délicatesse de David Foenkinos, avec Audrey Tautou
Ma part du gâteau de Cédric Klapisch, avec Karine Viard
Le Fils à Jo de Philippe Guillard, avec Gérard Lanvin
Mon père est femme de ménage de Saphia Azzeddine, avec François Cluzet
Monsieur papa de et avec Kad Merad

Encore un intitulé raffiné. Je n’ai vu que Mon père est femme de ménage, effectivement assez gnangnan et plein de bons sentiments, et Ma part du gâteau, je me suis endormie devant. Si quelqu’un peut me raconter la fin, j’en étais au moment où ils arrivent à Londres puis me suis retrouvée subitement au générique…

Gérard du film qui n'existe pas. Encore.
Le Vélo rouillé des frères Dardenne, avec Emilie Dequesne et Olivier Gourmet
Pa ni pwoblem de Lucien Jean-Baptiste, avec Firmine Richard et Edouard Montoute
La Famille Rossignol de Christophe Baratier, avec Gérard Jugnot, Kad Mérad, Gérard Jugnot et Mathilde Seigner. Et Gérard Jugnot.
Bisexuality Tokyo 2 AM de Christophe Honoré, avec Louis Garrel et Chiara Mastroiani
Yakuza Furious Game d'Olivier Mégaton et Luc Besson, avec Jason Statham, Jet Li et Louise Bourgoin
Tous coupables de Mathieu Kassovitz, avec Mathieu Kassovitz
Moi de Frédéric Beigbeder, avec Gaspard Ulliel et Pauline Lefèvre

Mon Gérard préféré ! Les intitulés pour Christophe Honoré, Beigbeder et les frères Dardenne sont particulièrement bien pensés ! En revanche le deuxième est vraiment lourd. Kassovitz ne pouvait que gagner avec sa polémique sur les césars, comme je l’ai déjà mentionné ici « Une seule nomination aux César. J’enc.. le cinéma français. Allez vous faire bais... avec vos films de m.. » (J’ai censuré).

podium jp rouve.jpgGérard de l'ancien Robins des bois qui devrait arrêter, maintenant. Ou à la limite reformer les Robins des bois. Mais loin. A Sherwood, par exemple.
Jean-Paul Rouve dans Légitime défense de Pierre Lacan
Jean-Paul Rouve dans Low Cost de Maurice Barthélémy
Jean-Paul Rouve dans Les Tuche d'Olivier Barroux
Jean-Paul Rouve dans Poupoupidou de Gérarld Hustache-Mathieu

Le comique était un peu mon chouchou, à cause de sa dégaine de Gaston sans doute (je me retrouvais en lui). Il faisait un sosie parfait de Polnareff dans Podium, il était drôle dans les Robins…N'est-ce pas une erreur de se lancer dans les rôles dramatiques… Je l’ai vu dans Poupoupidou, j’ai apprécié le film et sa prestation ne m’a pas trop gênée. Mais Légitime défense… je sais pas, peut-être que je reste sceptique parce que j’imagine toujours Jean Paul Rouve avec une perruque blonde et des lunettes noires ? L’erreur vient peut-être de la direction d’acteur et des dialogues calamiteux ?
J’avoue avoir éclaté de rire quand il téléphone à son père : « Papa t’es où ? Ils ont tué Filou ! » et pourtant, on parlait bien de son chat tué par les méchants (j’ai hurlé lors de cette scène, tuer un CHAT QUOI).
Quant à Tuche diffusé en ce moment sur Canal+, vu la bande annonce qui passe en boucle, je ne me sens pas le courage. Et pourtant je regarde quasiment tous les films de la chaîne (j’ai l’impression de rentabiliser mon abonnement)

Gérard de l'actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari :
Arielle Dombasle dans Crédit pour tous de Jean-Pierre Mocky
Comme chaque année.

Girard di film halal :
Beur sur la ville avec Booder
Omar m'a tuer avec Sami Bouajila
Halal police d'état avec Eric Judor et Ramzy Bedia
La Source des femmes avec Leïla Bekhti
Or noir avec Tahar Rahim
Décidément les gérard ont décidé de taper dans ce genre d’humour limite… Et là je me rends compte que j’ai raté tous ces films !

bacri.jpgGérard de l'acteur culte qui tournait dans des bons films. Et puis, un jour visiblement, ça l'a fait chier.
Jean-Pierre Bacri dans Avant l'aube de Raphaël Jacoulot
Valérie Lemercier dans Bienvenue à bord d'Eric Lavaine
Clovis Cornillac dans Une folle envie de Bernard Jeanjean
Jean Reno dans Comme un chef de Daniel Cohen
Christian Clavier dans On ne choisit pas sa famille de Christian Clavier

Je ne suis pas d’accord. J’ai aimé ce film et  la prestation de Bacri, toute en retenue. Je n’ai pas vu les autres nommés.

Gérard de l'acteur, on espère que tu l'aimes bien, parce que t'es parti pour voir sa gueule partout pendant les trente prochaines années :
François Cluzet dans Intouchables
Omar Sy dans Intouchables
Joey Starr dans Polisse
Gilles Lellouche dans Les Infidèles
Jean Dujardin dans The Artist

Evidemment ! Gilles Lellouche joue aussi dans de nombreux films, et comme il est ami avec Dujardin il va certainement encore plus profiter de son réseau.

Hollywoo-Affiche-France.jpgJérar du film tro golri : ))) ROTFLOL ! ! ! ! ! ! XDDDD ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! fo tro k jaille le voir av les soss, pke jkiff tro c jore de film c tro bi1 ! ! ! MDRRRRR ma louloutte jte kiff kissoukissou ! ! !
Sur la piste du Marsupilami avec Jamel Debbouze et Alain Chabat
Halal police d'état avec Eric Judor et Ramzy Bedia
Les Mythos avec Stéphanie Crayencour
Hollywoo… avec Florence Foresti et Jamel Debbouze
Case départ avec Thomas Ngijol et Fabrice Eboué

Pitié pour mémé, on pourrait avoir une traduction de cet intitulé ? Merci d’avance. (je suis sûre qu’un jeune de moins de 20 ans me lit et comprend ce langage)

Gérard du film en costumes qui s'est pris une veste :
Henri IV de Jo Baier, avec Julien Boisselier
Jeanne Captive de Philippe Ramos, avec Clémence Poésy
La Fille du puisatier de et avec Daniel Auteuil
Or noir de Jean-Jacques Annaud, avec Tahar Rahim
Le Moine de Dominik Moll, avec Vincent Cassel

Ils se sont tellement tapés des vestes que je ne les ai même pas vus, et pour certains, n’en avais même pas entendus parler…

pierre-arditi-lcl.jpgGérard du rôle de sa vie :
Jean Rochefort dans Amaguiz
Alain Delon dans Krys
Pierre Arditi dans LCL
Charlotte Rampling dans Allianz
Robert Hossein dans Audika

J’aurais voté pour Delon, puis Rampling. Rochefort♥♥♥ me déçoit de jouer dans une pub, mais que voulez-vous, il reste mon chouchou.

Gérard du désespoir masculin :
Louis Garrel dans Les Bien-aimés de Christophe Honoré
Franck Dubosc dans Bienvenue à bord d'Eric Lavaine
Jérémie Elkaïm dans La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli
Jean Reno dans Comme un chef de Daniel Cohen
Elie Semoun dans L'Elève Ducobu de Philippe de Chauveron

judith-godreche.jpgGérard du désespoir féminin :
Mathilde Seigner dans La Guerre des boutons de Yann Samuell
Monica Bellucci dans Un été brûlant de Philippe Garrel
Pauline Lefèvre dans Voir la mer de Patrice Leconte
Judith Godrèche dans Low Cost de Maurice Barthélémy
Audrey Tautou dans La Délicatesse de David Foenkinos

Mais pourquoi ne pas récompenser Mathilde qui s’est si formidablement distinguée aux César ? Même si la voix et l'attitude nunuche de Godiche Godrèche m'insupportent.

Gérard du film :
Les Bien-aimés de Christophe Honoré, avec Louis Garrel
Comme un chef de Daniel Cohen, avec Jean Reno et Michael Youn
La Croisière de Pascale Pouzadoux, avec Charlotte de Turkheim
Hollywoo… de Frédéric Berthe, avec Florence Foresti et Jamel Debbouze
La Guerre des boutons et La Nouvelle guerre des boutons de Yann Samuell et de Christophe Barratier avec Eric Elmosnino et Matilde Seigner et avec Laetitia Casta et Guillaume Canet

Les Gérard ont mis les deux films rivaux dans le même sac de billes.

Et vous, que pensez-vous de cette sélection ?