Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2010

Les vacances de Mr Bean

vacances-de-mr-bean.jpgLMO nous demande de raconter un souvenir de vacances, pour avoir la chance de remporter une photo géante de Bonjour toile.
Le problème, c’est que si vous relisez le titre de mon blog, chaque évènement anodin se transforme pour moi en une montagne de péripéties. Une aventure qui m’est incroyable, mais inexistante pour les gens normalement constitués. Comme le professeur Rollin, j’ai toujours quelque chose à dire sur tout.

Alors, sélectionner une seule anecdote parmi toutes mes vacances… il m’est arrivé tellement d’aventures inexistantes cet été que l’ampleur de la tâche m’a découragée. J’ai écrit deux notes, en deux pages, et je n’en n’étais qu’au deuxième jour de mes vacances. Sur 60. Alors, comme souvent, j’ai abandonné.
Pourtant, je vous assure, il m’en est arrivé de belles, puisque :

J’ai le don de me retrouver dans des lieux improbables
Qui a décidé que, pour les premières vacances qu’elle organisait toute seule comme une grande, s’installer une semaine dans un bled  de 400 habitants au fin fond de la Picardie, à 25 km du premier lieu "touristique" (le musée des serrures, ouvert sur demande le samedi entre 14 et 18 heures) était une super bonne idée ? Oui, c’est bien moi.

petite maison prairie.jpgJ’ai le don de dire la bourde qu’il ne faut surtout pas dire :
- A 4 ans, en vacances dans le massif central, en voulant imiter le générique de la petite maison dans la prairie (les filles qui descendent en courant la montagne, voir le lien en rose) je me suis étalée comme une crêpe dans les orties. J’étais couverte d’énormes boutons, d’herbe et de terre. Mon frère tout timide a osé demander à une ferme si je pouvais me nettoyer. J’avais réussi à être forte en ne pleurant pas. Pourtant, en voyant la fermière venue bien gentiment me secourir, j’ai crié face à ses énormes cheveux qui frisaient tout droit sur la tête : « Nan ! Me donne pas à la sorcière ! »

J’ai le don de faire le truc qu’il ne faut surtout pas faire :
- A 6 ans, en visite avec un voyage organisé de 50 personnes dans une usine de fromages à Beaufort, un ouvrier est venu interrompre le guide pour dire : « y’a une petite fille qui est en train de dévorer tous les fromages là ». Ma mère m’avait pourtant bien expliqué qu’après la longue visite ennuyeuse, on aurait le droit de manger des fromages ensuite. J’avais juste pris un peu d’avance sur l’horaire et pas compris qu’il fallait payer pour manger...

J’ai frôlé la mort :
- Cet été en Bretagne, lorsque les phares de mon vélo se sont éteints subitement en pleine route et nuit noire, au milieu des voitures et sous la pluie. Il ne manquait plus que la dame blanche.

brice de nice.jpg- En disant, en vacances avec des amis à Cannes : « fastoche, j’atteins sans problème la bouée qui est à 100 mètres ! » et en me retrouvant submergée par une énooorme vague. On était en Méditerranée, où les vagues n’existent pas, mais je vous assure qu’il y en avait une rien que pour moi ! (mes copains m'ont surnommé Brice de Nice, celui qui voit des vagues où il n’y en a pas)

cliffhanger.jpg- En me retrouvant bloquée au « roc d’enfer » sur un passage de 20 cm de large, à flanc de montagne, à 1200 mètres d’altitude. Un panneau précisait « attention, danger, risque d’éboulement». Un randonneur avait fait une chute mortelle à cet endroit. Comme on dit parfois des gens au seuil de la mort, je ne voyais pas défiler ma vie sous les yeux, mais toutes les images de film catastrophe se déroulant en montagne : La mort suspendue, Vertical limit et Cliffhanger, accrochez-vous. Je ne montrais pas le courage ni le panache de Stallone s’agrippant avec une seule main au rocher en sifflotant (photo). J’étais plutôt à quatre pattes en train de chouiner : « nan, j’ai peur ! »

Bien sûr, je n’ai jamais pris l’avion, cet engin de mort.  Ma présence à bord annoncerait une catastrophe imminente. (Par contre j’ai bien vu le film Destination finale où tous les passagers meurent dans l’explosion au décollage)

Demain matin, la suite avec mes meilleurs souvenirs de vacances

Et vous, quels sont vos meilleurs ou pires souvenirs de vacances ?

 LMO organise également un autre concours:  transformer le dessin de votre enfant en déco pop, sur une toile ou un coussin (cliquer sur le lien) 

 

09/09/2010

Tiens, voilà le facteur

carte 5.jpg

Dans chaque village, on connaît l'facteur
C'est un personnage qu'on porte dans son cœur
Recevoir une lettre, vous met en émoi
Chacun s'dit, peut-être y'en a une pour moi

Plus d’un mois après, les gagnants du quiz On connaît la chanson ont enfin reçu leur carte postale! C’est qu’il m’a fallu du temps pour écrire. Je n’aime pas faire les choses à moitié. J’ai attendu aussi parce que j’hésitais à laisser libre cours à mon imagination. Puis j’ai pensé, tant pis, ils me prendront définitivement pour une timbrée, j’assume.

Laurie explique : « Papillote, elle, c'est la seule et unique personne du monde (je dis bien du monde) a réussir à raconter toutes ses vacances, dessiner, et faire d'étranges croquis... tout ça sur un espace de 10x15cm. S'il y avait un concours de la personne qui réussi à faire entrer le plus de mots sur une carte postale, sûre qu'elle gagnerait. (Peut être est-ce une piste à creuser avec Pôle Emploi ?) » OUI ! Quelle bonne idée ! Qui veut m’embaucher ?

Bbflo en rajoute une couche : « Et tu sais quoi ? Je n’ai jamais reçu une carte postale aussi remplie. En plus y'a des dessins de bonshommes, de phoques et de chats, des commentaires en couleur, des flèches et des renvois et même des textes à l'envers ! Bref, une carte postale originale qui m'a occupée un moment ! »

Antiblues porte le coup de grâce : « j’ai attrapé une migraine ophtalmique en lisant le texte »

Ah, ils voulaient une carte, ils l’ont eu !
Antiblues « harcelait le facteur, allant même par fouiller directement sa sacoche »

Je lui ai choisi une carte rétro puisqu’il est un vieux pépé joyeux retraité. Sur l’image on aperçoit une femme normalement constituée bien en chair, comme l'appréciait la mode au début du siècle dernier. Le blogueur et ses lecteurs m’ont comparé au modèle. Désolée de vous décevoir : même si la fille sur la carte porte un long maillot de bain couvrant, comme celui que j’ai voulu acheter pour me baigner dans la Manche glacée (je n’en ai pas trouvé: scoop: on est plus en 1920 en fait) je ne lui ressemble pas. A force de clamer que je suis un estomac sur pattes, quand certains lecteurs ont l’immense privilège de me voir en vrai, ils sont étonnés : « Mais t’es toute fine en fait ! ». Je mange tout le temps, j’ai grossi depuis mes 20 ans, mais je suis seulement passée du 36 fillette au 36 femme…

J’ai sélectionné une image de phoque, car j’ai visité la baie de Somme pour voir ces bestioles… Je ne savais pas à qui l’adresser : les garçons, Seb et Titi, la trouveraient sûrement cucul la praline (d’après les clichés dans les magazines féminins, les hommes n’ont pas de cœur et n’aiment que les voitures, la bière et les jeux vidéo, mais pas les gentils n’animaux).  (Puis en cherchant loin, ils pouvaient penser à l’expression « P… comme un phoque » et mal le prendre, on ne sait jamais..)

Donc j’ai envoyé la carte à une fille. J’hésitais entre Pitch et Laurie. J’ai choisi cette dernière et Laurie a plaisanté : «Quand j’ai vu la carte, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une photo de moi sur la plage ».
Ah oui, j’avais oublié qu’on compare aussi les gens gros (mais pas Laurie, hein !)  à des phoques.
M’enfin, quel est cet acharnement contre ces petites bêtes ? C’est tout mimi un phoque ! D’ailleurs j’ai acheté la carte en double et l’ai affiché sur le mur !

Pour éviter les malentendus, les autres gagnants ont reçu des illustrations classiques de paysages et de bateaux…
 
A ce propos, je n’ai pas encore choisi les cartes pour les gagnants du second concours, M, Catherine et Jeanne. Demain, je vous livre enfin les résultats du dernier quiz…

"Tiens, voilà le facteur
Pour garder son amitié, soyez complètement timbrés !"

Et vous, quelles cartes postales avez-vous reçues et envoyées ?

Quiz on connaît la chanson : qui est l'interprète du titre ?

P.S : voilà pourquoi j'ai mis une journée entière à enregistrer ma note sur les carnets : Photoshop "est défectueux" et refuse de réduire la taille de l'image. Vous ne voyez donc pas la photo en entier...

29/07/2010

L'aventure, c'est l'aventure

Aventure__c_est_l_Aventure.jpgA l’heure où vous me lisez, mémé Papillote est perdue en terre inconnue. La jungle à des milliers de kilomètres d’ici, dans cette contrée exotique qu’est l’Angleterre.
Je n’ai toujours pas préparé ma valise ni mon séjour (j’écris ce billet à la suite du précédent, c’est-à-dire dimanche 25). Je ne connais strictement rien de Londres ni de ses habitants. Je sens que je vais avoir des surprises, et je déteste ça (sauf les cadeaux). J’adore tout organiser et là rien ne l’est.

Je n’ai jamais quitté la France. Sauf quand mon frère habitait à côté de la frontière, on allait en Suisse dans leur hypermarché pour acheter des tablettes de chocolats (mon frangin en a acheté 38 d’un coup et la caissière a demandé s’il était pâtissier). J’ai aussi participé à un  voyage de fin d’année au lycée, aux Baléares. Pendant ce séjour, comme je ne parle pas un mot de langues étrangères (je précise que j’étais pourtant en classe « L » c'est-à-dire « langues ») je me suis bornée à employer le français. La seule fois où j’ai essayé de m’exprimer en espagnol, je suis rentrée dans un magasin en saluant les nombreux clients d’un « hasta luego » (au revoir) et je suis partie en bredouillant : « ben, merci, au revoir… euh…ola » (bonjour).

Pour un premier séjour à l’étranger, j’ai choisi l’Angleterre. J’ai pensé : « C’est pas loin, on n’est pas obligé de prendre l’avion (j’en ai une trouille bleue). C’est à deux heures d’ici, ce ne sera pas cher ». Londres est en fait une des villes les plus onéreuses du monde. On a surfé SEPT heures sur le net pour finalement trouver, désespérés, un hôtel à 95 euros la nuit avec les douches et chiottes sur le palier. Moi qui ai toujours extrêmement peur qu’on me refile des maladies par manque d’hygiène, je pense que la pluie londonienne suffira à me laver et que je risque une occlusion intestinale…

sont fous ces anglais.jpgQuant à l’Eurostar, malgré les 1h30 de trajet, on le paie quand même 100 euros. Tiens, on met 3h30 au retour… comment ça se fait ? Aaah, mais c’est vrai, les Anglais ne sont pas à la même heure que nous !
J’ai aussi appris la veille qu’ils n’utilisaient pas la même norme électrique. On est parti en catastrophe acheter un adaptateur (pour apprendre une heure plus tard que notre voisine en possédait déjà six et qu’elle nous en aurait prêté un). Je ne pense pas téléphoner sauf aux urgences quand je ferai mon occlusion mais j’ai besoin de recharger les piles de l’appareil photo. Il me faut des preuves de ce que j’ai subi souvenirs de mon séjour.

J’ai changé de l’argent en demandant « des lires pour aller en Angleterre ». Heureusement que j’ai précisé le pays car je me serai retrouvée avec de la monnaie italienne. Je n’ai pas non plus compris quand la voisine a parlé de pound et j’ai demandé « combien ça faisait de lires, euh, de livres ». Elle m’a regardé bizarrement, puis j'ai appris que pound signifiait livres en anglais.
Vous avez donc saisi que je ne parle pas un mot de cette langue.  Je compte sur mon amie pour s’exprimer à notre place, car elle utilise parfois l’anglais dans son travail et a remporté « la meilleure note de sa fac au TOEIC ». Pourtant en entendant son dialogue d’une minute au téléphone pour réserver l’hôtel, je sens que ce n’est pas gagné. Elle prend un accent très drôle : on a l’impression qu’elle parle la bouche pleine de pudding, expire des « h » à tous les mots. Elle a répété deux fois « shorrhyy, hhhhi dhon’t hhundhhersthhhand ». Je me moque, mais elle au moins fait des efforts. Je me ridiculise déjà assez en parlant français, je n’essaie même pas en anglais !

Vous savez qu’une de mes préoccupations favorites est de manger. Tout le monde m’a prévenu que ce n’était pas un mythe, la bouffe anglaise est dégueulasse. Mon frère m’a parlé comme un vétéran qui a fait le Viet Nam : « vous accompagner en Angleterre ? ça va pas non ! J’y suis allé ya 20 ans… ah… La bouffe… la gelée… le sucré-salé… les chips à toutes les sauces…. Noon ! Plus jamais ça !»
Une copine a séjourné une année en Angleterre et est revenue avec 10 kilos de plus et la gueule pleine de boutons « à force de manger du gras ». Une autre en est ressortie dégoûtée pour plusieurs années du pain de mie, que les Anglais utilisent pour leurs sandwiches (au lieu d’utiliser la baguette comme tout le monde, enfin, comme tout bon Français quoi). Je vous dirai ce que je pense de l’agneau à la menthe, de la tourte à la purée et du fish and chips. Sans oublier le petit déjeuner qu’on va avaler tous les matins à l’hôtel, les saucisses et les flageolets à 8 heures du matin…

Vous l’aurez compris, mémé Papillote n’est pas une aventurière. Je suis habituée à mon train-train quotidien, réglé comme du papier à musique. Je suis donc un peu effrayée, là. Priez pour moi.

11/07/2010

Le grand quiz on connaît la chanson

on connait chanson.jpgVoici enfin le fameux quiz qui vous permettra de recevoir des cartes postales signées de ma célèbre main.
Quels sont les interprètes et les titres de ces chansons qui me font penser aux vacances ? Interdiction de tricher ! Pas obligé de connaître toutes les réponses pour participer...

Chanson n°1 : « Voilà l’été j’aperçois le soleil, les nuages filent et le ciel s’éclaircit, et dans ma tête qui bourdonnent ? Les abeilles ! J’entends rugir… les plaisirs de la vie… »
Chanson n°2 : « Donne moi ta main, et prends la mienne, la cloche a sonné, ça signifie, la rue est à nous, que la joie vienne, mais oui mais oui, l’école est finie ! »
Chanson n°3 : « Allongés sur la plage, les cheveux dans les yeux, et le nez dans le sable, on est bien tous les deux ! »
Chanson n°4 : « C'est un endroit, qui ressemble à la Louisiane, à l’Italie, il y a du linge suspendu à la terrasse, et c’est joli ! »
Chanson n°5 : « Est ce que tu viens pour les vacances ? Moi je n’ai pas changé d’adresse, je serai je pense, un peu en avance, au rendez-vous de nos promesses ! » Je préfère bien sûr la parodie de cette chanson ringarde :
Chanson n°6 : « Qu’est ce que tu vends pour les vacances ? Des caleçons et des maillots de bain ! Je serai je pense, un peu en avance, à l’ouverture du magasin ! »
Chanson n°7 : « Vive les vacances, vive l'insouciance,  les jours d'affluence sur les routes de France, les embouteillages de péage en péage, une panne d'allumage,  arrêt au garage »
Chanson n°8 : « Les jolies colonies de vacances, merci maman merci papa, tous les jours, je voudrais que ça recommence, youkaïdi, aïdi, aïda ! »
Chanson n°9 « L’été s’ra chaud, l’été s’ra chaud ! Dans les T-shirts dans les maillots ! »
Chanson n°10 : « Vamos a la playa oh oh oho »

Je ne sais pas pourquoi les vacances me font penser à la mer, alors que j’ai déjà confessé que je préfère de très loin la montagne, car pourtant, "que la montagne est belle". Elle « est tellement jolie, quand on grandit auprès d’elle, Heidi en a fait son amie, mais loin d’elle, elle s’ennuie » (ça fait 2 chansons en bonus tracks)

Voilà, j’attends vos réponses. Au travail maintenant. Pour moi c’est les vacances, je pars mardi et j’enverrai les cartes à mon retour lundi prochain aux gagnants. Je donnerai les réponses en chanson la semaine prochaine.

Si vous êtes sages, vous aurez peut-être une session de rattrapage, un autre quiz dans 15 jours, car je repars encore en vacances…
Et encore en août…
Vous êtes gâtés, hein.

A vous de jouer !