Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2015

6ème album de McCartney : Venus and Mars

musique, Beatles, paul mccartneyUne semaine avant le concert au stade de France et J-1 avant celui de Marseille. Je n’aurai donc pas le temps d’évoquer les 20 albums de Macca, surtout que je ne les possède pas tous. J’achète toujours les CD pour mes proches, et ensuite je m’aperçois que je ne connais même pas les chansons des derniers albums, alors que Paulo va certainement les jouer, c’est ballot.
A chaque date de la tournée, McCartney change un peu sa playlist. Au dernier concert, il a interprété l’une de ses plus mauvaises chansons selon moi, extraite de l’un de ses pires albums. J’ai envoyé un sms à mon frère : « Ça y est Paulo devient sénile. Devine ce qu’il a joué hier, si tu gagnes je t’offre un banco »
Il a trouvé immédiatement : Temporary secretary, de l’album McCartney2. Il va peut-être devenir millionnaire grâce à Macca. Et vous, que pensez-vous de cette chanson électro ? Elle me fait penser à kraftbeurk Kraftwerk...

Mon espoir que McCartney  débute le concert au stade de France par Venus and Mars et Rock show s’amenuise donc. Il va sûrement encore choisir un air aussi pourri qu’Hello Goodbye (on tient les paris ?) Ces deux chansons sont pourtant parfaites pour commencer un concert, comme on le voit dans la tournée de 1976 en lien, vous ne trouvez pas ? Le rythme d’abord lent, puis énergique… Et les paroles adéquates :

Sitting in the stand of the sport Arena
Waiting for the show to begin…

Et Rock show et ses ruptures de ton (j'adore le final au piano) :

What's that man movin' cross the stage? 
It looks a lot like the one used by Jimmy Page 
Its like a relic from a different age 
Could be, oo hee !

If there's Rock Show 
At the concertgebow 
They're got long hair at the Madison Square 
You've got rock and roll at the Hollywood Bowl, 
We'll be there, Oh yeah !

The lights go down - they're back in town, O.K
Behind the stacks, you glimpse an axe 
The tension mounts, you score an ounce olé! 
Temperatures rise as you see the white of their eyes !

Macca, fais-moi confiance, écoute-moi, commence par Venus and Mars et Rock show. Comme tu débutes l’album de 1975 par ces chansons.
Le disque continue avec une mélodie que je trouve jolie et romantique (peu d’espoir qu’il la joue). Love in song :
My heart cries out for love
And all that goes with loving
Love in song, love in song
My, you’re so fine, when love is mine
I can’t go wrong, Love in song

I can see the places that we used to go to now
Happiness in the homeland

My eye cries out, a tear still born
Misunderstanding
Love in song, love in song

Avec You gave me the answer, McCartney rend hommage au music-hall et à son père qui appréciait ce genre. Comme il le faisait aussi du temps des Beatles à travers When I’m sixty four et Honey pie (mémé Papillote adore cette dernière).

La face A se termine par une chanson que j’aime beaucoup, Letting go. Mon meilleur ami à la fac la détestait. On avait eu une longue discussion à ce sujet, avec de puissants arguments :
« elle est nulle cette chanson ! – N’importe quoi, elle est super ! - Comment tu peux aimer une daube pareille ?  - T’es vraiment trop con !!! » (J’aime me disputer sur des sujets essentiels.) On était tous les deux très fans de McCartney, mais bizarrement on n’aimait rarement les mêmes chansons (et donc on débattait s’engueulait beaucoup). Peut-être parce que comme tous les hommes, il venait de Mars, et moi... du royaume des chats ? (j'ai aidé une dizaine de chats abandonnés ou blessés comme dans le film, pourtant jamais le prince des chats ne m'a demandé de l'épouser, je ne comprends pas) Après des années sans nouvelles, je suis tombée nez à nez avec mon ami aux deux derniers concerts de Bercy, sur 17 000 personnes. Allons-nous réitérer au milieu de 82 000 fans ? (on tient les paris, bis ?)
Mon pote préférait la chanson Listen to what the man said qui est sortie en single comme Letting go. Je ne l’apprécie pas spécialement, à cause du saxo.
Dans les bonus de la réédition de 1973, j’aimais bien jouer au piano (du temps où j’avais tous mes doigts) Lunch box/ odd sox.

Et vous, quelles chansons préférez-vous ? Letting go ou Listen to what the man said ? On tient les paris ?

Chansons de l’album Venus and Mars :
Venus and Mars
Rock show
Love in song
You gave me the answer
Magneto and titanium man
Letting go
Face B :
Venus and mars (reprise)
Spirits of ancien Egypt
Medicine jar
Call me back again
Listen to what the man said
Treat her gently / Lonely old people
Crossroads theme
Bonus :
Zoo gang
Lunch box odd sox
My carnival

 

29/05/2015

5ème album de McCartney : Band on the run

band on the run.jpgComme prévu j’ai remplacé au boulot les chansons « découverte de radio nostalgie » par du McCartney. Mon collègue qui n’a décidément aucun goût n’a pas aimé. Vexée comme un pou sur la tête d'un chauve, j’ai boudé comme dans la cour de récré : « T’es plus mon copain ! Je te causerai plus jamais !! » Mais j’ai vite compris que c’était un soulagement pour lui. J’ai donc décidé de relever un cran au-dessus : je suis passée à deux chansons par jour, Polnareff et Paulo. Et maintenant… je chante.
« - Qui a tué grand-maman, est-ce le temps où les hommes, qui n’ont plus le temps de passer le temps ?
- C’est moi ! C’est moi qui l’ai tuée ! Et je vais t’achever toi aussi !!
- Le con de collègue, a tué grand-maman, et changé ses fleurs en marteau piqueur… Papillote pour chanter, ne trouve que des chantiers, est-ce pour cela que l’on te pleure ?
- Je te regretterai pas moi je t’assure… 

The grand old painter died last night, his paintings on the wall
Before he went, he bade us well,
And say goodnight to us all
Drink to me, drink to my health
You know I can’t drink anymore… 
- Bon débarras ! »

Cette dernière chanson, Picasso's last words (drink to me), est extraite de Band on the run. Il est l’album préféré des critiques, classé numéro un lors de sa sortie en 1973, six mois après Red Rose speedway.
On y trouve le tube qui ouvre le disque et en donne son nom. Comme toujours Macca le proposera forcément au stade de France, et il l’a joué lors du concert mythique à l’Olympia (1500 personnes, j’étais à 10 mètres de Paul, alors qu’on sera 82 000 au stade de France et que je serai au fond du stade). Je vous ai déjà révélé que lorsque j’ai reconnu à l’Olympia les premières notes de Band on the run, j’ai couiné comme une midinette, et Macca s’est interrompu « faut arrêter, on est filmé » (je traduis en gros). Il a repris la chanson mais j’ai quand même re-miaulé. La preuve en lien ici. Comme vous pouvez le constater on entend très bien au début mes deux cris suraigus isolés (mémé et son train de retard). J’aime partager mes moments de honte.

Je préviens donc les spectateurs du stade de France : je vais vous bousiller les tympans. En plus je broie les bras de mes voisins quand je reconnais mes chansons préférées. Je m’étais rendue seule à l’Olympia (personne n’avait voulu faire la queue à 6 heures du mat dehors par 3 degrés en plein hiver avec moi, je ne comprends pas !) mais après 10h30 d’attente j’ai forcément fini par sympathiser avec des gars. Ils gardent certainement à vie la trace de mes griffes incrustées dans leurs biceps. En plus, ils m’ont parfois portée sur leurs épaules pour que je puisse passer devant la caméra de Canal+ et voie mieux la scène…
Conclusion : venez avec moi au stade de France, vous n’allez pas le regretter. Mon-collègue-qui-n’a-aucun-goût ne veut pas se déplacer, mais j’en ai convaincu d’autres, viendez tous, on louera un car ! Band on the run !

L’album enchaîne avec Jet, un autre tube qui met la pêche, souvent joué par Macca en concert. Puis il continue avec une chanson plus douce que j’aime bien fredonner, Bluebird :
Late at night, when the wind is still 
I'll come flying through your door, 
And you'll know what love is for
I'm a bluebird

La face A se termine par un slow que j’apprécie beaucoup aussi, Let me roll it :
I can’t tell you how I feel
My heart is like a wheel
Let me roll it, let me roll it to you !

Je suis moins fan de la face B, mais l’album se conclut par une chanson que je trouve géniale, que Macca a interprété la dernière fois à Bercy, et j’espère qu’il va réitérer : 1985. Je ne parviens pas à la jouer au piano (voir billet précédent) mais mon frère peut et je l’accompagne au chant.

Sur la pochette de l’album, on peut reconnaître dans le groupe en fuite l’acteur Christopher Lee (Dracula, Saroumane dans Le seigneur des anneaux, Dark Tyranus dans Star Wars).

Alors, vous rejoignez la bande à Basile ou pas ?

Chansons de l’album Band on the run :
- Band on the run
- Jet
- Bluebird
- Mrs Vandebilt
- Let me roll it
Face B :
- Mamunia
- No words
- Picasso’s last words (drink to me)
- Nineteen hundred and eighty five
Bonus :
- Helen Wheels
- Country dreamer

 

27/05/2015

Les chansons maudites

musique, Beatles, mccartney, Polnareff, Souchon, William Sheller, chanson françaiseLa malédiction du chat noir : à chaque fois que je vais à un concert, le groupe ne joue pas mes chansons préférées.
- Concert de Polnareff en 2007 : ni Mes regrets, ni Rosée d'amour n'a pas vu le jour.
- Concert de Souchon au Trianon en 2013 : ni Le bagad de Lann bihoué, ni Rame.
- Concert de William Sheller aux Folies bergères : ni Le nouveau monde, ni Basket-ball.
etc.

Ces chansons dévoilent pourtant des paroles magnifiques, si vraies :
« Vous, qui restez si bien de glace, souffrez que mes mots dépassent, le peu de raison que je tienne, quand vous laissez ma peine, en disgrâce… »
« Mais quand t’étais là, je ne savais rien dire, ils parlaient tous aussi fort, tu ne voyais même pas ce que ça voulait dire, quelqu’un qui tient ton regard aussi fort… »

« Inutile de te lever pour m'écouter, navré de te déranger une si belle soirée, ta robe de mariée est faite pour épouser mes regrets...»
« Rose ma vie, si tu es mon amie, va lui dire que je me meurs d'ennui. Fais-toi douce et belle, mais si elle te renvoie, sors tes épines et lui pique les doigts »

Deux explications : soit j'ai des goûts de chiotte, soit les mecs se disent "oh purée ya Papillote qui vient ! On annule Le nouveau monde remballez les violons ! On va plutôt jouer mon air d'opéra qui dure 18 minutes, le truc bien relou..." "Papillote, ma fan numéro 1 ? Je peux pas jouer Pourquoi faut-il se dire adieu, pas possible ! On va plutôt proposer une grosse bouse comme Tout tout pour ma chérie !"

Sur Twitter, j'écris à Polnareff, qui annonce un nouvel album. Je lui envoie les paroles des chansons : "Si tu reviens nous aurons pour toujours un été sans septembre". Il me retweete et met en favori à chaque fois, vous croyez qu'il a compris le message ?! Je lui ai mâché tout le boulot : j'ai planifié toute sa play-list pour son prochain concert ! (tiens, si je faisais pareil pour McCartney ?)

J'exagère, car ces chanteurs ont composé tellement de bonnes chansons, ils ne peuvent pas toutes les jouer. Polnareff a tout de même chanté L'amour avec toi, Love me please love me, et même une moins connue comme Le prince en otage. Sheller a joué Fier et fou de vous, Le carnet à spirale, Loulou. Souchon Quand je serai K.O et Somerset Maugham...

Je vous ai parlé ici de Calexico et de ma chanson préférée du groupe, Black heart. Devinez ce qui s'est passé lors de leur concert au Trianon fin avril... Plus l'heure avançait, plus j’angoissais « c’est pas possible, ils sont obligés de la chanter…  en rappel ? Ce sera la dernière ?  non, ils joueront sûrement celle qui clôt le dernier album, Follow the river (j’avais raison)». Ça m’a fait décrocher les 15 dernières minutes. Surtout quand la grosse vache la chanteuse a beuglé une chanson que j’ai trouvée inintéressante, sans instrument pour l’accompagner. Un seul homme intelligent a interrompu ce moment de « recueillement solennel » en hurlant « black heart ! » depuis la fosse, et j’ai renchéri depuis le balcon « oui ! black heart ! » Notre appel à la raison n’a pas été écouté. Évidemment, je n'ai pas eu le plaisir d'entendre The news about William ni Si tu disais ni Crystal frontier. Le groupe est venu à Paris en 2013 et j’avais raté à mon grand désespoir le concert. Il avait joué toutes ces chansons…

Mais cette fois-ci, on y croit ! Au stade de France, Macca débutera par Venus and Mars, Rock show et Jet ! Je l'espérais au dernier concert, mais il a commencé par cette niaiserie d'Hello goodbye. Il les a jouées aux autres dates de la tournée, comme ici en lien (regardez, le stade de Sao Paulo est plein, ça va être trop bien le 11 juin !!) Il a aussi chanté Ram on...
Dans 15 jours à Paris, il interprétera enfin mes chansons préférées. On y croit !

 

22/05/2015

4ème album de McCartney : Red Rose Speedway

red rose speedway.jpgLe concert au stade de France approchant et les beaux jours revenus, je porte souvent mes T-Shirts des tournées (depuis celle de 1990, j'en ai 6). Je vais remplacer mes chansons "découverte de radio Nostalgie" par McCartney, et mon collègue a intérêt à ne pas se moquer cette fois-ci, non mais.
Red rose speedway sort en 1973. Pour éviter l’échec commercial du précédent disque, passé inaperçu car il portait uniquement le nom des Wings, la photo du chanteur apparaît sur la pochette (et est bien ridicule je trouve).
L'album comporte un tube, le slow « My love », que je connais par cœur. Macca le jouait en concert en hommage à Linda. Il ne le fait plus depuis qu’il est remarié…(comme chanson romantique, il proposera certainement à la place la magnifique « And I love her »)

And when I go away
I know my heart can stay with my love, it's understood
It's in the hands of my love, and my love does it good

And when the cupboards bare
I'll still find something there with my love
It's understood, it's everywhere with my love

And my love does it good
I love oh my love
Only my love holds the other key to me
Only my love does it good to me

Don't ever ask me why, I never say goodbye to my love
It's understood, It's everywhere with my love
And my love does it good…

Red rose speedway contient une de mes chansons préférées, Single pigeon. Une mélodie toute simple, mais elle provoque chez moi un effet d’apaisement. Adolescente je ne comprenais pas les paroles, et je croyais que Paul chantait « I’m not like you ». J’ai découvert des années après en vérifiant sur Internet qu'il prononce en fait « I’m a lot like you » c’est-à-dire le contraire ! Je l’ai fait écouter à une copine et elle l’a trouvé « mignonnette » ce qui m’a un peu vexée car cette chanson est importante pour moi !
Je ne parviens pas à la jouer au piano. Depuis que je me suis coupée entièrement le nerf et le tendon du petit doigt, j’ai perdu beaucoup de sensibilité et dextérité dans la main gauche. Ça paraît étonnant mais en fait tous les nerfs sont reliés (petite pensée pour la jeune interne qui m’a envoyé des pulsations électriques dans le bras afin d’isoler le bon nerf. J’en rigolais au début « mon bras bouge tout seul ! je sens une décharge !» Elle a mis un temps fou, elle s’excusait mais à la fin je serrais les dents « c’est rien je comprends ! (je vais te foutre l’aiguille dans la main tu vas voir !) Lorsque je suis arrivée à l’hôpital, la toute première remarque du médecin a été, avec un air grave « vous êtes pianiste ? Parce que vous ne pourrez plus jamais rejouer comme avant. » Je pensais qu'il exagérait, mais en fait, si. Déjà que j’étais pas douée.

J’avais prêté Red rose speedway à un ami, et sa chanson favorite était celle que je zappe systématiquement, je trouve le rythme balourd : Only one more kiss. Il a ajouté également qu’il n’appréciait pas les medleys, comme celui qui clôt l’album. Celui de fin d’Abbey road est pourtant exceptionnel... Comme quoi les goûts…

Dans Red rose speedway,  j’apprécie la douce « little lamb/dragonfly » où McCartney explique à sa fille :
« I have no answer for you little lamb
I can help you out, but I cannot help you in
Sometimes you think that life is hard
And this is only one of them »

Certains voient dans cette chanson un appel à la réconciliation avec John Lennon :
« How did two rights make a wrong
Since you've gone I never know 
I go on but I miss you so
in my heart I feel the pain
keeps coming back again »

Sinon, j'aime bien le dynamisme des chansons Big Barn bed et The mess. Ou la curieuse Loup qui rappelle Les Pink Floyd.

Chansons de l’album Red rose speedway :
Big barn bed
My love
Get on the right thing
Little lamb dragonfly
Face B :
Single pigeon
When the night
Loup
Medley hold me tight
Bonus :
C moon
Hi hi hi
The mess

Et vous, laquelle de ces chansons préférez-vous ?