Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Paulette Dubost, Munich, Basic, Crazy kung-fu, la malbouffe et la gueule de l'emploi

Paulette_Dubost.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine…dernière (j’ai raté l’annonce) Paulette Dubost s’est éteinte le 21 septembre. Elle était la doyenne des actrices françaises, puisqu’elle allait fêter ses 101 ans. Elle interprétait de petits rôles, mais vous la connaissez sûrement. Elle a tourné dans pas moins de 160 films, avec les acteurs les plus célèbres (Michel Simon, Gabin, Bourvil, Noiret, Serrault…) et pour les plus illustres films des grands cinéastes : Renoir (La règle du jeu, où elle incarnait Lisette la femme de chambre) Marcel Carné (Hôtel du nord : la femme de Bernard Blier) Louis Malle (Milou en mai : la mère de « Milou » Piccoli)… Alors, vous voyez qui c’était ?

munich.jpgDans les films de la semaine, ce soir France 2 diffuse Munich de Steven Spielberg. Lors des jeux olympiques de 1972, le commando palestinien « septembre noir » prend en otage et exécute onze athlètes israéliens. Une équipe du Mossad part alors à la recherche des responsables dans le but de les éliminer… Comme tous les films de Spielberg, celui-ci joue plus sur l’action et l’émotion que la réflexion politique. Il s’intéresse plus aux destinées et états d’âme des protagonistes : la violence et la vengeance sont-elles des solutions ? Comment concilier une vie de famille normale et heureuse, avec du sang sur les mains et le danger permanent ?

crazy kung fu.jpgLundi, France 4 programme Crazy kung-fu de Stephen Chow. Le réalisateur est l’auteur de l’improbable Shaolin soccer, où des moines montent une équipe de football. Cette fois-ci, les maîtres de kung-fu affrontent des gangsters. Le film est toujours aussi loufoque et imaginatif. Stephen Chow est capable de mélanger arts martiaux, Tex Avery et comédie musicale… Dé-li-rant.

Basic-.jpgM6 passe à 23h Basic de John Mc Tierman (Piège de cristal, Last action hero, Predator…) A Panama, six militaires disparaissent dans la jungle. Que leur est-il arrivé ? Les deux seuls rescapés sont interrogés, mais ils changent sans cesse de version… On suit avec plaisir ce jeu de piste rocambolesque. Les rebondissements se multiplient tellement, qu’après quatre visionnages mémé Papillote ne se souvient toujours pas de l’énième retournement final. C’est très pratique d’être amnésique quand on regarde des oeuvres à suspense et des policiers : je ne me  rappelle jamais du nom du meurtrier.

Après les documentaires sur la guerre et les traumatismes (finalement je n’ai regardé que l’incroyable « Barbie »,  le très émouvant « l’âme en sang » et le téléfilm « occupation ») cette semaine Arte se consacre à un de mes sujets favoris : la bouffe, ou plutôt la malbouffe. Mardi, la chaîne diffuse « Dis-moi ce que tu manges » suivi de « La bataille de nos assiettes », jeudi « Poudres et potions de l’industrie alimentaire » et « La face cachée du chocolat ». Je vous conseille ces documents si vous souhaitez maigrir et « éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé » : les révélations vous couperont l’appétit. Par exemple, les « arômes naturels » sont en fait à base de moisissures... En Côte d’ivoire, les producteurs de chocolat emploient des enfants esclaves (j’achète du chocolat « équitable », à peine quelques centimes plus cher qu’une tablette classique, j’espère qu’il ne contribue pas à cette exploitation).

Mon autre sujet favori, comme vous commencez à le savoir, est le monde de plus en plus délétère du travail. Jeudi, France 2 programme un documentaire que je ne raterai sous aucun prétexte : « La gueule de l’emploi » sur les techniques humiliantes de recrutement… Le réalisateur Didier Cros filme dix candidats, s’affrontant pendant deux jours pour obtenir un poste de commercial. Les moins soumis, ne voulant pas se plier au système qu’on leur impose, ou les plus sensibles au stress de la compétition, seront éliminés… Le documentaire est disponible en ligne ce dimanche sur le site de Télérama, ici.
Ce film est très révélateur du monde du travail actuel, que ne comprennent pas nombre de retraités que mémé Papillote côtoie : à leur époque, la solidarité et le respect primaient sur la compétition, l’espionnage et la médisance.

Et vous, comment est l’ambiance dans votre travail, avez-vous subi ces impitoyables méthodes de recrutement ?

Voilà, vous pouvez allumer votre télévision et reprendre une activité normale. A ciao bon dimanche.

25/09/2011

A la télé cette semaine : Ascenseur pour l'échafaud, La science des rêves, Simone Lagrange et Klaus Barbie

ascenseur pour lechafaud.jpgCe soir, direct 8 rediffuse l’excellent Coup de tête avec Patrick Dewaere♥♥♥, j’en ai déjà parlé ici.
Lundi, France ô programme Ascenseur pour l’échafaud, le premier film de Louis Malle, en 1957, avec Jeanne Moreau et Maurice Ronet. Un homme commet un crime parfait, mais après le meurtre, il se trouve bêtement bloqué dans l’ascenseur… Sa complice l’attend toute la nuit en errant dans les rues. Le film est surtout connu pour la bande originale, composée par Miles Davis, qui a improvisé et crée la musique en 3 heures. Il est de bon goût et intellectuellement correct de dire qu’on adore le jazz, mais je vous avoue que les musiques improvisées me dépriment. Je trouve qu’elles n’ont pas de vraies mélodies, les notes se suivent sans vraiment s’accorder, l’air est souvent triste… Bref, quand j’écoute la BO d’ascenseur pour l’échafaud, j’ai envie de me mettre la tête sur le billot, en suppliant « achevez-moi ! ».
J’avais un kiné qui écoutait une radio de jazz en continu, qui ne passait que de la musique improvisée, molle, triste et discordante. Ca ne m’encourageait pas du tout à faire mes abdos et étirements, je soulevais faiblement mes haltères. Plus tard, pour un pseudo-reportage, j’ai fréquenté une salle de sport qui proposait des cours sur de la musique dance-techno. Ce style me donnait aussi envie de m’enfuir, mais au moins le rythme soutenu était plus compatible avec l’exercice physique. Maintenant je fréquente une salle qui ne passe pas de musique (beaucoup de clients s’en plaignent) et c’est un soulagement.

science des rêves.jpgMardi, Direct star diffuse La science des rêves de Michel Gondry. Pour ce film, le réalisateur français quitte l’Amérique et retrouve son pays natal. Un jeune homme timide et sans relief (Gaël Garcia Bernal♥♥) est embauché (par Alain Chabat) dans une entreprise de fabrication de calendriers. Ce créatif s’ennuie follement. Alors, rentré chez lui, il crée un nouveau monde, en imaginant une émission de télé dont il serait le personnage principal. Il fait la connaissance de sa voisine, interprétée par Charlotte Gainsbourg. Comment la faire entrer dans son univers ? Le monde du travail, du rêve, la lutte contre la banalité du quotidien, que des ingrédients pour me plaire. Si le film est aussi poétique et drolatique que les autres (comme Soyez sympas rembobinez), je trouve tout de même qu’il est moins poignant que le précédent opus de Gondry, Eternal sunshine of the spotless mind (avec Jim Carrey et Kate Winslet).

A la même heure, NRJ12 passe Fantômes contre fantômes de Peter Jackson, avec Michael J Fox, je l’ai déjà mentionné.

Pour les abonnés Canal +, je vous conseille cette semaine Crime d'amour d'Alain Corneau, The  american avec George Clooney ♥♥ et la suite des séries Platane, Mad men et The Event.

Cette semaine, peu de films à se mettre sous la dent, mais beaucoup de documentaires, tous sur le thème de la guerre. A ce propos, je me rends compte que j’ai oublié de vous proposer le bouleversant sujet la semaine dernière sur la vie de Simone Lagrange. Je n’ai pourtant pas la mémoire des noms, mais c’est une femme que je n’oublierai pas. Elle a été un des principaux témoins au procès Barbie qui s’est déroulé à Lyon en 1987. J’étais petite à l’époque, mais je me rappelle pourtant de l’effervescence autour du sujet, on en parlait à la maison (je suis Lyonnaise je vous rappelle).
J’ai découvert Simone Lagrange lorsque j’étais adolescente, au musée de la résistance de Lyon. Je me souviens encore dans les moindres détails de son témoignage au procès Barbie et des terrifiants extraits que propose le musée (j’en ai fait des cauchemars pendant des années).

La famille de Simone a été dénoncée, par l’enfant réfugiée qu’ils avaient accueillie et élevée comme leur propre fille pendant des années. Simone, à 13 ans, est torturée pendant une semaine par Barbie, au siège de la gestapo de Lyon, place Bellecour. Elle est envoyée à Auschwitz avec ses parents. Alors qu’elle se dirige comme les autres enfants vers les chambres à gaz, un homme la sauve en faisant croire qu’elle a 16 ans. Sa mère, qui s’occupe des choux (destinés aux cochons !) est dénoncée à son tour pour avoir piqué quelques feuilles. Avant son exécution, elle reste enfermée une semaine dans un cachot d’1 mètre carré. Mais l’épisode qui m’a le plus marqué il y a quinze ans, c’est lorsque les nazis déplacent les déportés d’un camp à l’autre, leur faisant subir de longues marches. Simone croise son père. Un soldat lui demande : « tu reconnais quelqu’un ? –oui, mon père là-bas. –va l’embrasser. » Le soldat laisse avancer le père devant sa fille, le fait mettre à genoux et lui tire deux balles dans la tête… J’ai toujours pensé que Simone avait certainement culpabilisé, se disant que si elle avait répondu par la négative, son père serait peut-être encore en vie…

Cette semaine, vous pouvez compléter le sujet avec un documentaire que j’ai déjà vu sur Klaus Barbie, lundi à 23 heures sur France 3. « Le boucher de Lyon » n’a pas arrêté ses méfaits à la fin de la guerre, mais a exporté ses techniques en Amérique Latine, où il a aidé les militaires à renverser les démocraties. On apprend entre autres dans ce documentaire de Kevin MacDonald (le dernier roi d’écosse) que Barbie travaillait dès 1947 en tant qu’espion anti communiste pour les Américains.

Autre conflit, France 2 propose jeudi soir « c’est pas le pied la guerre ? » un « journal filmé de soldats français en Afghanistan » suivi de « sans blessures apparentes » sur les traumatismes de guerre. Vendredi, Arte programme un téléfilm sur l’occupation en Irak, suivi cette fois encore d’un documentaire sur le stress post traumatique.

Voilà, le programme de la semaine est donc très joyeux. Nan, mais sinon, mercredi france 4 passe un documentaire sur des vétérinaires soignant des animaux sauvages, c'est mignon, ça... (en plus je compte le voir, j'ai déjà vu celui sur les NAC la semaine dernière) (je regarde toujours les documentaires sur les gentils n'animaux, ils compensent ceux qui donnent envie de se réfugier dans une grotte)

Et vous, avez-vous vu ces films et documentaires ?

11/09/2011

A la télé cette semaine : Légendes d'automne, Rocky, REC, Chacun cherche son chat...

Legendes-d-automne.jpgCe soir, Direct 8 diffuse Légendes d’automne. Mon genre de prédilection, la biographie : le film relate le destin d’une famille dans le Montana, autour de la première guerre mondiale. Si vous aimez Et au milieu coule une rivière, ce film surfe sur son succès : il se situe dans la même région, à la même période, décrit aussi l’histoire de plusieurs frères et Brad Pitt y tient également le rôle principal.

rocky.jpgA la même heure, France 4 diffuse Rocky, qui décrit un tout autre parcours. De la boxe avec Sylvester Stallone, je m’attendais à un film décérébré pour macho, mais j’ai été agréablement surprise : c’est en fait un drame social ! Le scénario écrit par l’acteur tient vraiment la route, avec un contexte bien ancré (des gens pauvres et un peu paumés dans le Philadelphie des années 70). On s’intéresse au parcours de ce grand gaillard au cœur tendre (« Adrieeeeeennne ! »). Il incarne en quelque sorte le rêve américain : comment un petit boxeur reprend confiance en lui, devient riche et célèbre en se battant contre le plus grand… A voir aussi pour la fameuse scène d’entraînement sur la musique gonna fly now.

hellboy.jpgSur W9, autre bonne surprise : Hellboy. Une créature étrange, sorte de diablotin gentil, collabore avec le FBI pour empêcher Raspoutine ressuscité et de vilains nazis de libérer un démon guerrier. Malgré ce pitch qui laissait présager le pire, ce film fantastique est vraiment bien ficelé. Le réalisateur, Guillermo del Toro, aurait dû me mettre la puce à l’oreille : il est l’auteur de l’excellent Labyrinthe de Pan, qui fait partie de mon top 50.

Autre biographie, cette fois-ci un documentaire, à 22h10 sur France 5 : la tragique fin de Romy Schneider. On ne sait pas si elle s’est suicidée ou à fait involontairement une overdose de médicaments, qu’elle consommait à outrance pour son état dépressif. Son histoire m’avait horrifiée quand j’étais petite : son fils de 14 ans, en voulant escalader le portail de sa maison, s’est empalé sur les grilles… et Romy est morte un an après ce drame.

chacun-cherche-son-chat.gifMardi, direct star diffuse Chacun cherche son chat de Cédric Klapisch. En cherchant son chat qui s’est fait la malle, une jeune femme timide et solitaire rencontre enfin ses voisins. Une rafraîchissante comédie sentimentale, qui m’avait ravie quand j’étais ado. D’ailleurs, ça me fait penser que je n’ai pas raconté la suite de mes aventures avec mes voisins et leur paillasson de chat… l’ultime révélation a suivre prochainement sur vos écrans (d’ordi). (Quoique, je pourrais peut-être en faire un film aussi ?)

rec.jpgMercredi, Arte programme REC de Jaume Balaguero, qui m’avait déjà terrifié avec La secte sans nom et Darkness. Comme Le projet blair witch, ce film d’horreur est tourné caméra à l’épaule, sous la forme d’un faux documentaire. Sauf que contrairement à son prédecesseur, celui-ci fout vraiment les chocottes. Une équipe de télévision suit des pompiers appelés au secours dans un immeuble. Comme 24 heures chrono, on vit l’expérience en temps réel, ce qui permet vraiment de se plonger dans l’action. Tout est filmé à travers l’œil de la caméra et comme la journaliste, on a sans cesse envie de dire  au caméraman : « Braque plutôt l’objectif  de ce côté ! Derrière toi, j’entends un bruit ! » L’angoisse va crescendo au fur et à mesure que les personnages grimpent les étages... Si vous êtes amateurs de sensations fortes, je vous le conseille vivement, ainsi que les autres films du réalisateur.

Un vrai documentaire suivant une équipe de pompiers, c’était celui que proposait TF1 hier soir, sur ces deux Français prisonniers des tours du world trade center le 11 septembre. Certaines images  étaient fortes (lorsque une tour s’écroule, créant un nuage de fumée) mais le traitement et les commentaires redondants, insipides et larmoyants gâchaient vraiment le tout. Du TF1 quoi…
Côté documentaire, toujours sur les 10 ans de l’attentat, cette semaine je regarderai plutôt celui de spécial investigation comme d’habitude : Le 11 septembre raconté par al qaida. Pour ceux qui ne captent pas canal +, France2 propose un documentaire similaire jeudi : Dans la tête d’al qaida.

Sinon, pour cette rentrée, petite nouveauté. J’évoque essentiellement pour cette rubrique les films des chaînes historiques et de la TNT. Or, je les regarde peu moi-même, les ayant déjà vus. Je me consacre en fait aux films de canal+ (je n'en parle pas puisque pour la plupart  je ne les ais pas encore visionnés et parce que je considère que beaucoup d’entre vous ne sont pas abonnés). Or si je veux que canal me propose un boulot ou au moins une réduc sur mon abonnement (qui représente quand même un budget pour une chômeuse non indemnisée) je devrais peut-être plus parler des films de cette chaîne non ? (après 14 ans d’abonnement, je suis une peu longue à la détente).

Donc, je vous conseille sur canal +  les séries Mad Men (jeudi) et Platane (lundi).
Sur canal+ cinéma♥♥♥, mardi soir à 20h45 : Piranha 3D d’Alexandre Aja.
Mercredi à 22h20, The killer inside me, l’adaptation du roman de Jim Thompson Le démon dans ma peau.
Jeudi Crime d’amour d’Alain Corneau.
Je ne suis pas abonnée à canal + family et décalé (mais j’ai canal + sport, vous pensez bien que je m’en contrefous).
Pour les chômeurs et insomniaques comme moi, les autres films intéressants sont diffusés à toute heure, mais là on va pas s’en sortir…

Voilà, vous pouvez allumer votre télévision et reprendre une activité normale, à ciao bon dimanche.

Et vous, connaissez-vous ces films ?

04/09/2011

A la télé cette semaine : 21 grammes, Elephant man, The big Lebowski, La cérémonie...

télé,cinéma,programmes tv,lynch,chabrol,paul moreira,rentrée scolaireC’est la rentrée, le moment tant détesté. La fin des vacances, le retour des soucis et de la banalité du quotidien. Ces quinze derniers jours, j’étais dans mon patelin perdu sans ordinateur ni Internet. J’ai enfin pu me reposer l’esprit, chose que je n’ai pas fait depuis bien longtemps. Plutôt que de me préoccuper pour mes recherches d’emploi et mes dépenses d’argent, mes soucis principaux étaient de savoir si, avec les pêches du jardin, on faisait une compote ou un gâteau et si je jouais plutôt avec le chaton beige espiègle, ou si je caressais le chaton noir câlin. Des questions existentielles donc.

Plutôt que de me dire : « on est dimanche, je vais passer ma journée derrière l’ordi à écrire mon article télé de la semaine » je me promenais dans la nature, oubliant complètement les problèmes technologiques, puisque sans ordinateur ni même téléphone portable (on capte mal dans un trou). C’est pourquoi aujourd’hui je n’ai pas trop le goût d’écrire et de reprendre les vieilles habitudes.

Cet été n’a pas été riche en films, dans mon patelin je n’ai pas Canal+, alors je regardais surtout les documentaires de la 5 et d’Arte. J’espère néanmoins que vous n’avez pas raté quelques excellents films comme Les fils de l’homme  (avec Clive Owen♥♥) ou Les incorruptibles.

21 grammes.jpgCe soir, je vous conseille le film 21 grammes d’Alejandro Gonzalez Inarritu, le réalisateur qui décline de plus en plus. Son premier film étant l’excellent Amours chiennes, son dernier et quatrième, le très médiocre Biutiful. 21 grammes est son deuxième, il est donc encore très bon. Comme dans ses autres films, le réalisateur mêle plusieurs personnages, à priori opposés, mais qui vont se retrouver liés par des coups du sort. Que signifie le titre, 21 grammes ? Ce serait le poids qu’un corps perd au moment de la mort. Est-ce le poids de l’âme ? Quand je l’ai vu en salles, un silence religieux régnait, interrompu par des reniflements. Un film choc et intense, une tragédie sur le deuil, le remords, le destin…

Lundi, france 4 rediffuse le grand classique du western spaghetti, Il était une fois dans l’ouest de Sergio Leone, avec la sublime musique d’Ennio Morricone. Quand j’étais petite, les longueurs et silences me gênaient un peu, et je ne comprenais pas pourquoi la réplique « puisque tu m’as appelé par mon nom » entraînait une si grave conséquence…

la ceremonie 2.jpgJeudi, soirée Chabrol sur France 3, avec Bellamy et La cérémonie. Dans ce dernier, on retrouve Sandrine Bonnaire en analphabète honteuse et réservée, et  Isabelle Huppert en postière révoltée. Le film s’inspire du célèbre faits-divers des sœurs Papin, des domestiques ayant assassinées leurs riches employées dans les années 30. Comme souvent, Chabrol se moque de la bourgeoisie sur fond de lutte des classes.

big lebowski.jpgA la même heure sur direct star, deux films cultes : The big Lebowski des frères Coen. Le duc est un glandeur tranquille et affiché, qui passe son temps à boire et à jouer au bowling. Mais de dangereux malfrats le confondent avec un bandit et lui réclament une somme colossale. Le paresseux va devoir rompre avec sa léthargie habituelle pour se sortir du pétrin.
elephant man.jpgTout autre style, Direct star enchaîne avec le chef d’œuvre de David Lynch : Elephant man. Ce film émouvant retrace l’histoire vraie et incroyable de Joseph Merrick, qui vécut en Angleterre dans la seconde partie du 19ème siècle. Il était atteint d’une maladie rare qui déformait atrocement son corps. Son père l’expulsa et il se retrouva exposé cruellement dans une fête foraine, où un médecin humaniste le vit et le recueillit. Le pauvre être rejeté, abandonné, fut alors accepté dans les grands salons londoniens par la reine elle-même.

Côté documentaire, la semaine est marquée par les 10 ans de l’attentat du world trade center (et l’attentat de Pinochet contre Allende le 11 septembre 73 ?). Je ne raterais pas comme d’habitude la nouvelle enquête de Paul Moreira♥♥♥ « islam, antéchrist et jambon-beurre », lundi sur canal +. Sinon, je vous conseille un documentaire que j’ai déjà vu : « qui a tué Massoud ? » ce soir sur France5 à 22h.

Voilà, vous pouvez allumer votre télévision et reprendre une activité normale. A ciao bon dimanche.
Et vous, avez-vous vu ces films ? Qu’avez-vous regardé cet été ?