Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2009

Comment cuisiner une papillote

cuisine,recette accras de morue,charlotte aux poires,traque des calories,que faire avec des brocolisSuite de l’intarissable sujet papillotien préféré : la cuisine, la ripaille, la boustifaille…
Quand je suis seule, je cuisinais peu : personne pour s’extasier sur mes talents. Je mange principalement des légumes, car je fais les courses au marché. Je déteste les magasins, la foule qui se presse dans les rayons, le matraquage des réclames…Je préfère le marché juste à la fermeture : les marchands offrent des produits qu’ils ont la flemme de remballer ou qui s’abîment vite. Après je suis toute fière de faire des économies, de rentrer avec 2 kilos de brocolis pour deux euros. J’en ai pour 15 jours matin midi soir, mais ça fait travailler l’imagination : j’accommode en gratin, soupe, en tartine dans le cacao …Mais quand je retourne chez ma mère pendant les vacances, invariablement à la rentrée, mes collègues se moquent : « Oh les bonnes joues ! T’étais chez ta môman toi ! Elle t’a bien nourrie ! »

Ma mère tient à cœur son rôle de nourricière. Si je ne me ressers pas trois fois du même plat, c’est que je n’ai plus d’appétit et que je suis malade. Par contre, elle, elle picore : « non, vas- y, c’est pour toi ». Je la soupçonne de vouloir m’engraisser pour me rôtir à Noël. (Non, je ne suis ni une oie ni une dinde ! le labrador me suffit comme surnom)

C’est impossible de résister, car ma mère cuisine vraiment très bien. Toujours mes plats préférés (le gâteau de foie de volailles aux quenelles, les lasagnes, la crème anglaise…) Les recettes que je ne sais pas reproduire (le gratin de fruits de mer, les accras de morue, la charlotte aux poires…) Les produits chers et que je n’achète pas (le foie et le ris de veau, le cœur..) Après, quand je me plains d’avoir trop mangé, ma mère se défend toujours « mais je t’y mets pas dans le bec ! »

rouge queue oisillons site.JPG

Heureusement, malgré tout ce que j’ingurgite, je ne suis pas un bibendum. Mes copines étaient estomaquées (c’est le cas de le dire) de me voir engloutir 25 crêpes au gruyère sans prendre un gramme, alors qu’elles se limitaient à deux carottes et une endive. Je me moquais de leur obsession des calories et du régime.

Jusqu’au jour où… le couperet est tombé.
Mais je vous laisse, c'est l'heure du repas.

 

25/04/2009

L'estomac sur pattes

J’adore manger, et j’adore en parler. Je parle beaucoup au cas où vous n’auriez pas remarqué, alors quand je parle de cuisine, ça peut durer des heures. Comme mes posts sont déjà interminables, je suis contrainte d’inaugurer la rubrique « estomac sur pattes ». Je peux ainsi écrire plus longuement, plus souvent sur cette question primordiale : quand est-ce qu’on mange ?
Je photographie même les plats pour me délecter de leur souvenir... (Ici, noël 2006)
foie gras noël 2006.jpg
Je suis un tantinet gourmande. Je ne trompe personne. On m’appelle « la morfale » (les  amis), « l’estomac sur pattes » (mon frère). Même un inconnu m’a surnommé « le labrador ». C’était à une soirée d’anniversaire où j’étais collée au gâteau en attendant qu’on le découpe, pour être sûre d’en avoir une grosse part. Du coup j’en ai eu deux, j’étais toute contente.

Si je n’ai pas mal au ventre ou déboutonné mon pantalon, je considère que j’ai encore faim et que je peux encore manger.

Jeudi, j’étais avec La Souris Verte. Elle était éberluée par la quantité de chocolat liégeois dans mon gobelet et a insisté cinq fois : « T’es sûre ? Tu bois la très très grande taille ? T’es vraiment sûre ?
-Ouais, ouais, pas de problème ! »

Après avoir englouti un litre de cacao à la crème fraîche, la perspective du dîner dans deux heures me paraissait peu réjouissante.
Mais comme d’habitude, j’ai quand même préparé le repas. Mon rôti de bœuf allait s’abîmer. J’étais obligée de goûter si la viande n’était pas empoisonnée. Puis mon frère n’allait pas manger tout seul quand même, c’est triste. Bref, je me suis retrouvée à dévorer un rôti aux patates grillées et aux haricots. Mais j’étais obligée, vous en conviendrez. Je me suis dévouée, c’était de la pure charité.

Je vous laisse, je vais me goinfrer à une soirée. En plus y’a l’ex d’un acteur célèbre, je compte la « cuisiner » pour apprendre plein de potins du chaud bises.