Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2020

Bilan "je suis culturée" de janvier : 23 documentaires

faites entrer l'accusé.pngEn décembre, Canal+ a remis dans l'abonnement qui coûte un bras les chaînes documentaires de Planète et Sciences. Noël avant l'heure, je trépignais comme un gamin qui découvre ses cadeaux sous le sapin : "j'ai à nouveau accès à la série "des crimes presque parfaits" Oh oui ! Des histoires d'éventration et cadavres brûlés ! " (J'ai conscience qu'un enfant attend plutôt l'intégrale de Harry Potter que l'intégrale des méfaits du docteur Petiot).
Je ne pouvais donc pas sortir de chez moi pour me griller les neurones en buvant de l'alcool, puisque j'étais trop occupée à m'en connecter de nouveaux en rattrapant mon retard des docs de "matière grise". Puis par ce froid, j'hiverne. Et patatras, 15 jours, plus tard, comme ça sans prévenir, la caverne d'Ali baba s'est refermée. Je dois à nouveau me contenter des documentaires d’Arte (bien), France télé (pas mal) et RMC découverte (bof). Vivement noël prochain. 
Puis en janvier, consolation ! Pour bien démarrer l'année, France 2 propose enfin des inédits de Faites entrer l'accusé♥ tandis que RMC story rediffuse les anciens ! Quel bonheur de revoir Hondelatte et sa veste en cuir (voir mon article sur Jean-Claude Romand en lien).

Cinéma :
- Tout peut changer : et si les femmes comptaient à Hollywood ?
- Ennemis intimes de Werner Herzog (lui et Klaus Kinski)

Affaires criminelles :
- Faites entrer l'accusé♥ :
- Alain Berruet, l'obsession de la vengeance
- Roland Moog, meurtre au cinéma
- Nicolas Charbonnier, l'étrangleur de Strasbourg
- Raphaël Maillant, mensonges et trahison

- Des crimes presque parfaits :
Une excellente série qui replace les affaires dans les contextes historique, socio économique de leur époque. (La séquestrée de Poitiers, Henriette Caillaux, l'affaire Steinheil)... La dernière saison m'a déçue, l'émission peine à trouver des histoires palpitantes.
- Le curé d'Uruffe, assassin en soutane
- Monsieur Bill, série noire à Pigalle

Société :
Coups de cœur :
- Comment Trump a manipulé l'Amérique ( scandale Cambridge analytica/ Facebook)
- Propaganda disponible sur Arte jusqu'au 29/10
10 épisodes de 5 minutes décryptant les techniques de manipulation utilisées pour influencer nos opinions et fabriquer notre consentement : Star wars, I phone, Levi's, Red Bull, mais aussi les stratégies politiques de Trump ou de la Chine. Indispensable, à voir en lien.
- Diviser pour mieux régner, Roger Ailes, le créateur de Fox news

- Qui a peur de Huawei ? Le monde en face, France 5
- Rêve pavillonnaire : les dessous d'un modèle, Le monde en face France 5
- Le travail du futur
- La fabrique du mensonge : anti vaccins et Alex Jones (complotiste des médias américains)

Sciences et santé :
documentaires, faites entrer l'accusé- Les étonnantes vertus de la méditation, Arte
- Le virus qui soigne (la thérapie génique)
- Matière grise : comment avoir une idée de génie ?
- Matière grise : comment tombons nous amoureux ?

Histoire :
- Richard cœur de lion, le roi pris au piège, Arte
- Le roi Arthur, histoire d'une légende, Arte
- Eva Braun, révélations sur la femme du führer

Animalier :
- Notre planète, Netflix



20/01/2020

Jean-Claude Romand, le roman d'un menteur

romand.jpgJean-Claude Romand, le narcissisme criminel, de Denis Toutenu et Daniel Settelen.
Pour fêter la grande nouvelle de ce début d'année, le retour de Faites entrer l'accusé♥, la meilleure émission juridique de la télé française, quoi de mieux qu'évoquer l'affaire Romand. De toutes les histoires criminelles, celle-ci reste ma préférée, elle
m'a toujours fascinée. Je me souviens des reportages télé de l'époque, puis d'avoir lu le formidable L'adversaire d'Emmanuel Carrère, d'avoir vu le faites entrer l'accusé sur le sujet (à voir en lien), le documentaire Le roman d'un menteur (en lien) et les films sur l'histoire (L'emploi du temps etc)... Il ne me restait plus que le témoignage des psys qui ont interrogé le criminel dans cet ouvrage.

romand famille.jpgRomand porte bien son nom : sa vie est un roman. Comment peut-on mentir à tous pendant 20 ans ? Ce personnage hors du commun voulait être médecin pour séduire la femme qu'il aime, mais il rate sa première année. Plutôt que d'assumer sa défaite, il fait croire qu'il a réussi. Qu'il poursuit ses études, devient docteur, et puis carrément membre de l'OMS... Quitte à mentir pour se la péter, autant revendiquer directement le poste le plus prestigieux.

Pour obtenir le train de vie digne de son prétendu rang, il escroque ses proches, parents, beaux-parents, leur faisant croire à des placements miraculeux en Suisse. Il va même jusqu'à profiter de la détresse de malades en fin de vie, en leur vendant à prix d'or un prétendu nouveau médicament anti-cancer pas encore sur le marché.  Sa famille pense qu'il voyage partout dans le monde ou fait des conférences avec Kouchner (soi-disant un intime), mais il passe en réalité sa vie sur des parkings et des bibliothèques. A combler ses journées en se plongeant dans les livres, il obtient ainsi un vrai savoir médical qui impressionne ses amis devenus de vrais médecins eux, dont un cardiologue qui déclare "à côté de gens comme ça, on se sent tout petit".

Quand ses proches ont enfin des soupçons (après 20 ans, il était temps !) ou réclame leur argent, comment avouer qu'il leur a menti, qu'il n'est pas le grand chercheur de l'OMS qui épate la galerie, mais un chômeur au RSA criblé de dettes ? Impossible, alors il les zigouille (ou tente de le faire). Femme, enfants, parents, beaux-parents, maîtresse, et même le chien (oh non, pas lui !)

Une étude de première main puisqu'elle est écrite par les psys chargés de conclure si Romand était apte à être jugé. On sent que les auteurs ont été affectés et surpris par ce criminel hors-norme. Romand raconte les faits sordides avec une froide précision, avec un regard extérieur, comme s'il ne parlait pas de lui. Il est arrogant, établit lui-même son diagnostic, se veut plus compétent que les professionnels. Il se pose en victime, il n'est pas quelqu'un qui a commis des crimes atroces, mais quelqu'un à qui il est arrivé des choses effroyables.
Après cette étude de personnalité, les psy ont considéré que Romand pouvait comparaître devant une cour d'assises. Il n'est pas fou, "juste" ultra narcissique, son image comptait plus que tout pour lui. Sans réelle personnalité, il ne vivait que pour le paraître, l'idéal qu'il renvoyait. Il pensait qu'être riche, avoir un haut statut social, fréquenter des gens hauts placés (Kouchner) prouvaient sa réussite et sa grandeur.
Il entretenait un sentiment de toute puissance, dû en partie à une enfance choyée par des parents qui ont eu tard cet enfant unique, et l’ont vu comme un miracle. Romand se devait d'être le meilleur, avoir la + belle femme, les + beaux enfants, une grande maison, une carrière prestigieuse. Même pour ce bilan psychologique, sa première question sera de demander aux experts et auteurs de ce livre s'ils viennent de Paris, et il sera déçu d'apprendre qu'ils ne sont "que" Lyonnais. La capitale concentre forcément les meilleurs (reste de la France = province = ploucs). Le caractère exceptionnel de son crime et sa médiatisation continuent d'entretenir son égo : grâce à son crime, il est au centre des projecteurs, il brille.

Ultra narcissique, les autres n'avaient pas pour lui d'existence propre : ils n'étaient là que pour lui être utile (donner de l'argent) et entretenir son image (ses beaux enfants), pour faire pâlir d'envie les voisins et prouver qu'il était admirable. Il voyait ses proches comme une extension de lui-même : en les tuant, puis en brûlant sa belle maison, il s'est tué lui-même. Il ne pouvait pas s'imaginer que sa famille pourrait vivre sans lui et subir la honte de n'être rien. Car sans argent, sans prestige, on est rien pour lui. Mais paradoxalement, Romand admet que c'est en tuant ses proches et l'image qu'il leur renvoyait qu'il a pu devenir lui-même, ne plus vivre dans le mensonge.
Il n'avait pas vraiment de personnalité, il a fait ce qu'on attendait de lui. Ses parents et sa copine le voyaient brillant médecin, il a fait croire qu'il l'était devenu. Surprotégé, peu armé pour le monde (un bizutage au réputé lycée du Parc l'a traumatisé et fait abandonner ses premières études) il s'est crée un monde imaginaire plutôt que d’affronter la réalité. Avec sa tête de nounours inoffensif, on le trouvait insoupçonnable, gentil et serviable, mais il a tué ou tenté de le faire, froidement, 6 personnes. Pendant que sa femme qu'il a assommé avec un rouleau à pâtisserie gisait sur leur lit, il a regardé un dessin animé avec ses enfants (avant de les tuer à leur tour).

Romand est un grand mythomane et manipulateur. Alors qu'il est étudiant, sa petite amie, future épouse, future victime, le largue. Pour la récupérer, il prétend qu'il a réussi médécine et lui fait miroiter un avenir rempli de richesses à ses côtés. Surtout, il l'apitoie en lui faisant croire qu'il a un cancer. Elle ne peut tout de même pas larguer un homme dans un tel état, c'est inhumain ! Il refuse de parler de sa maladie, se rend seul à l'hopital : il paraît ainsi digne et fort, endurant seul cette épreuve. La petite amie admire ce courage et accepte de devenir sa femme. 
Quand les gens posent des questions, il détourne leurs pensées en réactivant son prétendu cancer quand ça l'arrange :
" Au fait chéri, c'est quand que tu m'invites à voir ton bureau de l'OMS ?
- Aïe j'ai mal, je vais plutôt rester ici, j'ai mon cancer qui revient !
- Je ne vais pas te fatiguer avec mes questions, repose-toi !"

En prison, Romand s'est tourné vers la religion, pour vivre encore dans l'illusion d'un homme bon et simplement victime et martyr. Il dispensait ses généreux conseils de médecin. Après 25 ans derrière les barreaux, il a été libéré en avril 2019, et depuis il vit dans un... monastère. 

30/10/2011

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Tigre et dragon, Le secret de brokeback mountain, Le dernier roi d'Ecosse, Intolérable cruauté

bebeteshow1.jpgDans la rubrique nécrologique de la semaine, le journaliste et humoriste Jean Amadou est décédé dimanche dernier à l’âge de 82 ans. Il officiait à la radio, où il faisait partie des grosses têtes. Il était l’un des créateurs du Bébête show, vaguement inspiré du Muppet show.

télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéJe regardais cette émission quand j’étais petite, mais j’étais gênée par  les Coco girls et en plus je trouvais que Stéphane Collaro avait une sale tronche. (en marionnette, je lui aurais donné celle d’un cochon je pense).  J’aimais bien les ressemblances physiques avec les animaux (le physique de Jack Lang me fait toujours penser à une chèvre et Tapie a vraiment une tête de taureau, tout comme Javier Bardem, Benicio del Toro et Benjamin Biolay dont je parlais récemment).
Je ne trouvais pas toujours les gags du Bébête show drôles et pertinents. Alors, comme beaucoup, j’ai zappé en 1988 sur Les Guignols de l’info. La concurrence de canal+ a fini par enterrer l’émission de TF1.

compagnie.jpgAutre décès cette semaine, celui de Robert Lamoureux, atteint d’un mélanome, qui s’est éteint à 91 ans. Comme Amadou, il était un comique populaire français, un peu lourd, il faut bien le dire. Il avait réalisé les  7ème compagnie. Comme le bébête show, enfant j’aimais bien regarder cette série de films, mais je ne trouvais pas Pierre Mondy et Jean Lefebvre aussi fins, drôles et attachants que De Funès et Bourvil dans La grande vadrouille.

A la télé cette semaine, ce soir vous avez l’embarras du choix : du film d’action, avec le culte Piège de cristal sur W9, ou des comédies, avec la suite de La cage aux folles sur France 4 et Shrek 3 sur TF1 (beaucoup moins bien que les précédents films).

hondelatte.jpgA 22h30, nouvelle saison de Faites entrer l’accusé, qui n’est plus présentée par mon chouchou Hondelatte mais par Frédérique Lantieri. Plus de « malgré ces 348 meurtres avec torture et barbarie, il est libéré après trois mois de prison », plus de relevé de col du blouson de cuir sur ces derniers mots fatals, plus d’ouverture de la porte et de départ dans la nuit, sur la magnifique et terrible musique de Michel Legrand, à l’origine BO du film Le messager de Joseph Losey (Monsieur Klein). Rassurez-vous, le décor reste le même et Dominique Pizet est toujours là (« justement Christophe, un fait impensable se produit : les pièces à conviction disparaissent dans les locaux même de la police judiciaire »).
Christophe Hondelatte, son tempérament sensible et sanguin nous manquera (ah, son clash dans l’émission de Ruquier et le JT de France 2 ! il m’a fait de la peine). J’admets que je le préfère en journaliste qu’en chanteur, sa chanson docteur House ne peut pas vraiment concourir pour les victoires de la musique (l’eurovision peut-être ? Les  Français seraient encore sûrs de tomber avant-dernier comme ça).

tigre-et-dragon-.jpgMardi, jour férié, des films sont diffusés l’après midi. J’aime beaucoup Tigre et dragon sur France 2, même si les puristes estiment qu’il propose des arts martiaux à la sauce occidentale. (Le réalisateur taiwanais Ang Lee travaille à Hollywood). Je suis scotchée par l’inventivité et la poésie des combats : au sommet des arbres, il fallait y penser. (J’ai essayé de reproduire certains mouvements, mon dos s’en souvient encore. Nan, mais je suis sûre qu’avec un peu d’entraînement…)
télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéJe ne pensais pas qu’un film où on se bat les ¾ du temps pouvait être romantique et tragique, mais vu les précédentes réalisations d’Ang Lee, ce n’est pas étonnant : Raisons et sentiments, Le secret de Brokeback Mountain...
Ce dernier est justement diffusé jeudi soir sur Arte, ne ratez pas cette histoire sensible d’un amour impossible entre deux cow-boys (avec Jake Gyllenhaal et le regretté Heath Ledger, mort à 28 ans, oscar du meilleur second rôle pour son interprétation d’un Joker halluciné dans Batman).

télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéLe soir, W9 programme le film des frères Coen, Intolérable cruauté, avec George Clooney et Catherine Zeta-Jones. Un avocat spécialiste en divorce affronte une femme fatale plumant  ses maris… Comme toujours chez les frères Coen, l’humour est féroce, les situations rocambolesques (ils ont réalisé entre autres Fargo et Burn after reading). En plus, le duo de charme des acteurs est irrésistible.

télé,cinéma,faites entrer l'accusé,clash hondelatte chez ruquier,intolérable cruautéJeudi en deuxième partie de soirée, France 3 diffuse Le dernier roi d’Ecosse de Kevin MacDonald (auteur du documentaire Mon meilleur ennemi sur Klaus Barbie, diffusé récemment et que j’ai évoqué ici). Le dernier roi d’Ecosse désigne Idi Amin Dada, comme il s’était lui-même auto proclamé. Le film suit un jeune médecin naïf et idéaliste embauché malgré lui par le dictateur ougandais, que l’on disait fou et même cannibale. On parvient sans difficulté à comprendre le sentiment de peur et de tension constante que doit ressentir le jeune homme face à un être aussi singulier. Forest Whitaker a obtenu l’oscar du meilleur acteur pour ce rôle, ce personnage et la relation complexe qu’il noue avec son médecin sont fascinants. 

Pour ceux qui captent canal +, je vous conseille vendredi soir Les petits mouchoirs de Guillaume Canet.

Et vous, appréciez-vous ces films ? Regrettez-vous Hondelatte dans Faites entrer l’accusé ?