Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2017

Les perles du bac 2017 : l'économie

sous doués t shirt.jpgLes élèves de la série économie sont particulièrement cyniques, pragmatiques et déconnectés (de la réalité, pas de leurs ordis):

Economie :
- « La concurrence est un phénomène naturel entre les hommes. C’est pourquoi il existe des femmes plutôt jolies et des femmes plutôt moches. C’est pareil dans l’économie avec la concurrence entre les entreprises. »
Avec des entreprises plutôt jolies et d'autres plutôt moches.
- « La dette publique des états n’est pas si importante. En France, nous avons 18 mille euros de dette. »
Il a dû confondre avec son père qui a investi dans une voiture espace d'occasion pour la naissance du petit 3ème.
- « Un employé heureux considère son travail comme un loisir. Pourquoi l’employeur devrait le payer dans ce cas ? »
C'est vrai ça, pourquoi s'embêter. Déjà qu'on n'a que 18 000 euros de dette, on se crée vraiment des problèmes pour trois fois rien.
- « La canicule est peut-être la solution pour résoudre le problème des retraites. »
Mais tout à fait ! Et pour le chômage, zigouillons les autres postulants comme le fait José Garcia dans Le couperet de Costa-Gavras.

- « La richesse de l’âme n’a de grandeur que le montant du compte bancaire. »
J'ose espérer que c'est du second degré, ou une critique bien cachée avec une phrase sortie de son contexte...
- « Parfois l'homme ne fait pas de progrès, il dégraisse. »
Un bon résumé.

Certains sont moins optimistes :
- « Le trou de la sécu est de plus en plus grand, au point que la France tout entière va bientôt tomber dedans. »
Pas grave, on a que 18 000 euros de dette.
- « L’assurance-maladie en France est en mauvaise santé. »
- « Il n’est pas nécessaire d’être un homme riche pour être un homme libre. Comme l’a dit un grand philosophe, il vaut mieux être un peu malade que beaucoup mort. »
Ça partait bien pourtant... Étonnamment, je n'ai pas retrouvé le nom du grand philosophe.
- « Il faut sortir de l'obscurcisme. »
Un bon résumé, bis.

Suite et fin demain (oui je sais j'ai écrit que ce billet serait le dernier, mais que voulez-vous, les lycéens ont fourni trop de perles)

 

18/07/2017

Perles du bac philo 2017, série ES et S

sous doues.jpgLes séries ES et S n'étaient pas plus jouasses que la technologique (voir précédent billet.) Ben alors les jeunes, un coup de mou, elle est pas belle la vie ?

Série ES. Sujet 1 : La raison peut-elle rendre raison de tout ?
- « Rendre la raison c’est retomber sur terre. Mais la raison c’est surtout quelque chose qui se passe dans notre cerveau, donc ce n’est pas forcément sur terre. Du coup la question n’est pas évidente et cela complique l’analyse. » En effet, j'ai rien compris.
- « D'après mes dix-sept années d'expériences en tout genre, je caractériserais la raison comme un concept de l'évolution humaine. »
L'optimiste :
- « Ce n’est pas la raison qui peut rendre raison de tout, c’est juste qu’à la fin, personne n’a raison et tout le monde meurt. »
Comme chante Frédéric Fromet : « De toute façon faut pas rêver, on va tous crever »

Sujet 2 : Une œuvre d’art est-elle nécessairement belle ?
- « Le sujet pousse à nous réflexionner sur la notion de l'art. »
- « L'art est quelque chose de merveillance. »
- Une œuvre d’art c’est comme une jolie fille, c’est beau à regarder mais interdit de toucher.
« Don't touch me, if you don't love me sweetheart » comme chante Ella Fitzgerald.

On voit que c'est un étudiant en filière économie qui a répondu :
- « Mais nous ne sommes pas dupes ! La beauté d’une œuvre se détermine surtout par son prix de vente. Ce qui est cher est beau, et ce qui n’est pas cher n’est pas beau. Tout le reste n’est que baliverne et futilité. »

Ma préférée, humour noir toujours :
- « Les résistants, pendant la seconde guerre mondiale, écrivaient des poèmes à la gloire du IIIème Reich ou de Pétain. » C'est du joli.

Série S.  Peut-on se libérer de sa culture ?
Encore un dépressif :
- « Il faut souffrir aux autres cultures. »

- « La culture permet à l'homme de sortir de l'animalerie. »
Et pourtant :
- « C'est comme dans le film Le Roi Lion, lorsque Simba s'éloigne de sa tribu à la mort de son père et qu'il rencontre Timon et Pumba et qu'ils lui font changer de culture en lui faisant goûter de nouveaux plats et en lui chantant "Hakuna matata". »
Ces mots signifient que tu vivras ta vie, sans aucun souci, philosophie !

Et c'est pas fini ! Il reste les perles du bac dans les autres filières ! Suite et fin demain

 

 

14/07/2017

Les perles du bac 2017, suite

perles du bacPour la série technologique, les élèves ont dû plancher sur le classique sujet du bonheur. Pourtant le thème les a plutôt enclin à la morosité… :

Pour trouver le bonheur, faut-il le rechercher ?

Encore une allusion à l'actualité politique (voir précédent billet) :
- « Benoit Hamon avait une très bonne idée avec le revenu universel, cela nous aurait permis de vivre sans aller travailler. Et c’est quand même la base du bonheur. »
Le grand philosophe Coluche l'a chanté aussi : Sois feignant, sois feignant, tu vivras content. Le travail, y'en a pas beaucoup, faut le laisser à ceux qui aiment ça »

- « Le bonheur est un sentiment d'heureusité. Chacun a la caricature de son heureusité, c'est personnel. L'heureusité est la clé du bonheur. »
Une parfaite clairité dans ces propos.
- « Être heureux c'est faire des choses qu'on aime faire et aimer ça. Par exemple, moi j'ai la passion du tuning ».
Nous n'avons pas les mêmes valeurs, nous ne mangeons pas les mêmes rillettes, mais ne jugeons pas. Mémé s'est découvert une passion pour les mandalas. Je passe des heures à colorier des dessins en me trompant sur les couleurs et en les associant n'importe comment puisque je suis daltonienne, mais je persévère : un jour j'y verrai clair.

L'illuminé enfumeur qui va ouvrir une secte :
- « Alors vous belle âme qui lisez ces quelques lignes futiles par rapport aux histoires des grands philosophes ou poèmes des plus grands, oui dites-nous où vous iriez chercher votre bonheur ? Juste à côté de vous ? A des kilomètres de vous ? En vous ? Le bonheur est partout, ouvrez bien les yeux et suivez la douce lumière qui nous éclaire tous. »
Tenter une résumance de la pensée fulgurante et spiritique du grand gourou Skippy me paraît impossible.

Ma préférée, humour noir toujours :
- « Chacun voit le bonheur d’un œil différent, Causette mange du pain, Hitler tuait des Juifs tandis que d’autres mangent du chocolat dans leur lit. »
Elle rappelle celle de l'année dernière (voir en lien):
« Pourtant, pour être heureux, certains font des actes très méchants : violer, tuer, massacrer, torturer, découper, écorcher… Mais il n’est pas nécessaire toujours d’en arriver là. » Pas toujours non.

Encore un jeune plein de joie de vivre :
- « Tout comme la naissance d'un enfant ou le suicide, les voyages ont été désirés pour rencontrer le bonheur. »
La tristitude,
C'est quand tu marches pieds nus sur un tout petit légo,
C'est quand lors d'un voyage en Inde tu bois de l'eau,
Quand ton voisin t'annonce qu'il se met au saxo,
Et ça fait mal, mal, mal
La tristitude,
C'est toi, c'est moi,
C'est nous, c'est quoi,
C'est un peu de détresse dans le creux de nos bras.
La tristitude,
C'est eux, c'est vous,
C'est la vie qui te dit que ça ne va pas du tout.

Suite des perles demain

 

 

10/07/2017

Les perles du bac 2017

poudre-de-perlimpinpin.jpgAprès mes réponses idéales pour avoir le bac (voir en lien), voici celles des lycéens :

Série Littéraire. 1er sujet : Suffit-il d’observer pour connaître ?
- « Pas besoin d’observer pour connaître, la preuve, Gilbert Montagné, grand pianiste et chanteur français, connaît très bien le solfège. »
Ce qui m'étonne le plus dans cette phrase, c'est d'affirmer que Gilbert Montagné est un grand artiste. On ne va pas s'aimer à toucher le ciel, mais se séparer, à brûler nos ailes.

2ème sujet : Tout ce que j’ai le droit de faire est-il juste ?
Comme moi, les élèves ont été inspiré par l'actualité politique :
- « Je peux prendre l’exemple de l’affaire François Fillon pour illustrer ma démonstration. Il avait tous les droits d’avoir des costumes gratuits, mais ce n’était pas juste aux yeux du peuple et de la plupart des gens qui ne peuvent même pas aller faire les courses et acheter des chaussures pour leurs enfants. »
Alors ça, c'est injuste. Vraiment trop injuste. (voir Caliméro en lien

Macron fait des émules aussi :
- « Je n’irai pas jusqu’à dire que la justice c’est de la poudre de perlimpinpin, mais cela reste un sujet à débattre. »
- « La loi, la liberté, n'est-ce pas, au final, que de la poudre de perlimpinpin lancée aux yeux du peuple pour mieux le contrôler ?»

Suite demain