Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2018

Tais-toi et danse : le piratage informatique

black mirror tais toi et danse.jpgUn adolescent se tripatouille devant un film porno. Mais la caméra de son ordinateur est piratée, et de mystérieux trolls pratiquent un chantage par sms : si il n’obtempère pas, tous ses proches recevront sa vidéo peu glorieuse. Les maîtres chanteurs lui demandent de se rendre à un lieu précis en un temps record, sans dire pourquoi. Le jeune y rencontre un homme victime de chantage lui aussi : il a trompé sa femme, et si elle l’apprend, elle demandera certainement le divorce et la garde des enfants. Les deux compagnons d'infortune se retrouvent dans une course contre la montre haletante.

Cet épisode de Black mirror qui suit directement le précédent Play test est aussi fertile en rebondissements. Son réalisme le rend d’autant plus effrayant : ça peut et c’est déjà arrivé.
Par exemple, avec le chantage à la webcam. Un pauvre hère qui s'est inscrit sur un site de rencontres est enfin contacté par une femme, il n'en peut plus de sa chance, enfin quelqu'un qui lui répond, enfin l'amour, enfin quelqu'un qui le comprend ! Après des jours de correspondance et de suspense follement romantique, les échanges deviennent plus intimes et la femme envoie une photo, puis une vidéo. Elle est sublime ! Elle a osé se dévoiler, à lui de le faire aussi ! Allez mon gars, prouve que t'as des couilles, en les montrant ! Et vlan, arrêt net des échanges. Voilà, il savait bien qu'il était trop moche pour plaire à une aussi belle femme. La réalité est pire, à la place de Tabatha 25 ans, c'est en fait Raoul, 48, qui réclame une rançon, sinon il diffusera la vidéo.

black mirrorLes pirates informatiques se contentent la plupart du temps d’envoyer des mails remplis de fautes d’orthographe, pour faire croire par exemple qu’un collègue a perdu sa carte bleue lors de son voyage de plaisance en Afghanistan : « peu tu manvoié de larjan pour me dépané, 8000 euro devraient suffire, via le lien totalement sûr et sécurisé que je te mets dans le mail, vas-y clique dessus en toute confiance »
Mon boss m’envoie un courrier pareil, je pense : « Super ! Surtout prend ton temps pour revenir ! Débrouille-toi, reviens à pied, on n’est pas pressé de te revoir ! » Un de mes collègues trop candide s’est fait avoir et a cru aider son prochain. A la place, il a infesté tout le réseau informatique de l’entreprise, bloquant internet et les logiciels de travail. Branle-bas de combat et panique à tous les étages : "horreur ! Qu'allons nous devenir ?" Alors que Gastonne pensait plutôt : « ah flûte, je ne peux plus ouvrir ma messagerie et lire les comptes rendus de réunion dont je me contrefous et où je ne mets jamais les pieds ? Je ne peux plus utiliser le logiciel pour travailler ? Quel dommage ».
Les malfaiteurs agissent en général par mail, comme les fausses factures de Free contenant un lien qui infecte ensuite l'ordinateur, avec une rançon ensuite demandée pour débloquer l'appareil. Les messages malveillants sont adressés non seulement aux particuliers mais aussi aux services publics, comme  des hôpitaux ou des écoles.
Conclusion : internet, c'est le mal, mieux vaut rester mémé nulle en nouvelles technologies, communiquer à l'oral, papier, ou pigeon voyageur.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire un commentaire