Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2018

La forme de l'eau : une version édulcorée et hollywoodienne du labyrinthe de Pan

forme eau.jpgAux États-Unis durant les années 50, pendant la guerre froide, Elisa est femme de ménage dans un laboratoire gouvernemental secret. La discrétion est de mise dans son travail. Elle doit faire oublier sa présence, afin de ne pas perturber les scientifiques dans leurs recherches et réflexions. Elle ne doit pas être curieuse, ne regarder que son balai qui brosse le sol, et si jamais elle osait lever le nez, ne pas divulguer ce qu'elle pourrait éventuellement voir ou entendre. Ça tombe bien, elle est muette.

L'héroïne ne peut pourtant pas s'empêcher d'être intriguée par une nouvelle expérience des scientifiques. Ceux-ci ont trouvé une mystérieuse créature aquatique, mi-homme, mi-poisson, qui ne parle pas. Pour le terrible colonel qui s'en occupe, l'amphibien est un animal : il ne peut s'exprimer, il est donc stupide. Mais Elisa réussit à rentrer en contact avec l'amphibien et à le comprendre… (Voir bande annonce en lien.)

Elisa est isolée par sa particularité et n'a pas d'amis, à part sa collègue Zelda, une femme noire très bavarde qui trouve enfin en Elisa une oreille, puisque sa compère ne peut pas répondre. Zelda se plaint des hommes qui les déconsidèrent : leurs employeurs ou son mari, qui ne les voient que comme des outils, juste bons à nettoyer leurs toilettes ou faire les repas. Elisa côtoie aussi son vieux voisin homosexuel, un artiste solitaire qui regrette sa jeunesse passée. Ce dernier est rejeté lui aussi : par son patron qui refuse ses affiches publicitaires, par le jeune homme qu'il convoite.
Entre personnes dédaignées par la norme, les trois complices se comprennent et décident d'aider la créature, encore plus démunie qu'eux.

Le rejet des personnes différentes, le mépris des animaux (s'ils ne parlent pas, c'est qu'ils sont inférieurs, stupides et sans émotion) le dédain pour les femmes, les noirs, les homosexuels, pour les pauvres (si elles sont femmes de ménage, c'est qu'elle sont trop idiotes pour faire des études, pas parce qu'elles n'ont pas eu les moyens d'y avoir accès). Le film voit éclore la revanche des laissés-pour-compte.

labyrinthe de pan.jpgLa forme de l'eau reprend les thématiques du labyrinthe de Pan, du même réalisateur, l'un de mes films préférés. Dans Le labyrinthe de Pan, c'est une jeune orpheline qui se retrouve isolée, avec son nouveau beau-père tyran, un capitaine tortionnaire franquiste pendant la guerre d’Espagne. La petite se réfugie dans ses rêves où elle est enfin comprise par un faune, une créature qui ressemble étrangement à celle de La forme de l'eau (et surtout à la créature du lagon noir, le classique de Jack Arnold).
Mais si le labyrinthe de Pan reste profondément ancré dans l'époque qu'il dénonce (les atrocités de Franco) si le film est amer, La forme de l'eau en est pour moi une version édulcorée, hollywoodienne. Ce dernier film me semble fait pour plaire au public américain et gagner l'oscar (ce qu'il a réussi).

En effet, La forme de l'eau se déroule dans les années 50, époque chérie par les Américains, car celle de la prospérité et de la surconsommation : le général est ravi d'acheter une fameuse Cadillac emblématique de cette période (qui se retrouve détruite par nos héros rebelles dès le premier jour). Autre époque adorée des Américains, celle des comédies musicales. Hazanavicius avait joué à fond sur la nostalgie et l'hommage au cinéma hollywoodien avec The artist, qui a remporté l'oscar du meilleur film. Guillermo del toro a donc fait pareil, avec le moment où l’héroïne s'imagine danser dans une comédie musicale en noir et blanc. Scène totalement superflue, juste présente pour le clin d’œil grossier : « allez-y, vous aimez les comédies musicales, donnez-moi l'oscar ! » Et ça a fonctionné.

Si la musique du labyrinthe de Pan est sublime (une berceuse triste comme celle de Rosemarys' baby, à écouter en lien) La forme de l'eau exploite une musique d'accordéon vieillotte et peu originale, qui m'a dérangée dès le générique de début. Notre compatriote Alexandre Desplat a encore gagné l'oscar de la meilleure bande originale, mais je trouve qu'il a fait mieux avec The ghost writer par exemple (à écouter en lien).

Le film est aussi manichéen que Le labyrinthe de Pan, le colonel américain est aussi méchant que le franquiste, et les gentils exploités le sont autant que les républicains rebelles, mais le trait est plus lourd. Le contexte politique et social est moins dénoncé, car cela pourrait faire tiquer. Guillermo del Toro a préféré accentuer l'argument lisse et consensuel qui plaît au plus grand nombre : chacun est différent mais on est tous égaux, aimons-nous les uns les autres etc.
Surtout, La forme de l'eau se traîne en longueur. Lorsque l'histoire principale est résolue, je pensais que la fin du film était arrivée, mais on en était qu'à la moitié.

forme eau 2.jpgLes acteurs sont excellents : Sally Hawkins, qui trouve enfin la consécration après des rôles discrets mais déjà rebelles (Be happy, We want sex equality) nommée à l'oscar de la meilleure actrice. Sa camarade Octavia Spencer jouait aussi une femme de ménage dans La couleur des sentiments, qui lui a valu un oscar. Elle a encore été nominée cette fois-ci (jamais deux sans 3, un prochain rôle de femme de ménage à lui donner ?) Richard Jenkins, le père cool de Six feet under, a été également sélectionné comme meilleur second rôle. Le toujours inquiétant Michael Shannon (Bug, Take shelter, Midnight special…) en méritait tout autant, mais on ne pouvait pas non plus récompenser tout le casting.
Le film a obtenu 9 nominations et 4 prix, dont les plus convoités : meilleur film et meilleur réalisateur.

La forme de l'eau reste donc néanmoins un bon film, en priorité par son hommage au cinéma des années 50 et son esthétique baroque très travaillée (le film a obtenu l'oscar des meilleurs décors). Mais comme j'ai remarqué dès la bande annonce la ressemblance flagrante avec Le labyrinthe de pan, mon film fétiche, j'ai été déçue de n'en retrouver qu'une version assagie. Je n'ai pas retrouvé la profonde émotion et le profond choc que m'avait donné le labyrinthe de Pan. Je suis le parcours de Guillermo del Toro depuis ses débuts (Cronos (1993), Mimic, L’échine du diable, Blade 2, Hellboy). Pour moi il a atteint son apogée en 2006 avec le labyrinthe de pan et a décliné ensuite, son dernier film Crimson peak était vraiment décevant et superflu. Espérons qu'avec le crédit que lui apporte l'oscar, il se permettra de revenir à des sujets plus osés.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

moi aussi le labyrinthe de Pan m'avait beaucoup touché, mais la bande annonce de la forme de l'eau plutôt refroidie...son univers est vraiment intéressant

Écrit par : le chameau bleu | 29/03/2018

Ce film m'intéresse beaucoup, l'histoire a l'air touchante même si elle est édulcorée :)
Douce journée
Laurie
http://onlylaurie.fr/

Écrit par : Only Laurie | 30/03/2018

Comme nous avons dit notre petite critique à nous, il n'y a pas d'émotion dans ce film, pourtant bien réalisé techniquement parlant.
Nous ne connaissons pas Le labyrinthe de Pan, vous nous donnez envie de la voir

Écrit par : matchingpoints | 30/03/2018

chameau bleu : pareil pour moi !

Laurie : oui, c'est tout de même un bon film, touchant

Matching points : ah oui il faut vraiment voir le labyrinthe de pan, il vaut le coup !

Écrit par : Papillote | 30/03/2018

J'ai également vu le film qui tire en longueur inutilement, et on est loin du Labyrinthe de Pan. Je me suis donc quelque peu ennuyée. C'est un scénario très formaté, avec des décors vintages - les américains ayant une profonde nostalgie des années 50 - et des scènes qui semblent avoir fait râler Jeunet pour certaines ressemblances avec Amélie Poulain. Je ne lui jetterai pas la pierre, le rapprochement est effectivement aisé. Octavia Spencer a une filmographie intéressante, mais toujours reléguée à des seconds rôles peu reluisants dans tout ce que les USA ont de plus laid envers les "noirs-américains" à mon goût.

Écrit par : Boréalis | 07/04/2018

Boréalis : oui je suis d'accord ! et effectivement le film rappelle beaucoup l'univers de Jeunet...

Écrit par : Papillote | 07/04/2018

Écrire un commentaire