16/10/2012

Les documentaires de la semaine : Les moissons du futur, Global gâchis...

global gachis.jpgCe soir sur Arte, le nouveau film de Marie Monique Robin. La journaliste poursuit toujours des enquêtes très pertinentes. Pour une fois, je ne classerai pas Les moissons du futur  dans le genre « documentaire qui donne envie de se réfugier dans une grotte », car celui-ci offre des solutions. Après les terrifiants et implacables « Le monde selon Monsanto » sur les OGM, et « Notre poison quotidien » sur le bisphénol A dans les aliments, la journaliste explique comment l’on peut nourrir toute la planète sans polluer et en respectant les exploitants, grâce à l’agroécologie. Pour ceux qui ne possèdent pas de télé comme Le chat masqué, le documentaire est disponible en DVD et un livre en est tiré.
France 5 fait bêtement concurrence à ce documentaire en diffusant à la même heure, « OGM, vers une alerte mondiale ? » développant la fameuse étude menée récemment sur des souris nourries aux OGM pendant 2 ans : Leur nourriture quotidienne comportait au moins 11% de maïs génétiquement modifié. Chez les femelles, la mortalité a été 2 à 3 fois plus élevée et plus rapide que dans les groupes nourris sans OGM.
Mercredi, Canal + reprend sensiblement le même thème que Marie Monique Robin, en diffusant « Global gâchis, le scandale mondial du gaspillage alimentaire ». Un tiers de la nourriture est jetée, car les légumes ne présentent pas la bonne forme, la bonne couleur, la date de péremption est mal précisée… « En France, la grande distribution et les commerces offrent 180 % de la quantité de nourriture dont la population a véritablement besoin. Les Français jettent en moyenne 7 kg d’aliments encore emballés chaque année » (sources : Télérama et « La grande (sur) bouffe de Bruno Lhoste)

Le documentaire propose des alternatives, comme redistribuer les produits non utilisés.
Samedi à Paris, les animateurs de Canal + offraient gratuitement 5000 currys cuisinés avec des ingrédients tout à fait comestibles, mais bêtement destinés à la poubelle. Contrairement à ma consoeur de Chômage mode d’emploi qui a osé braver la pluie, j’ai raté l’occasion de voir Antoine de Caunes me tendre une assiette, car ce week-end c’était la fête à la grenouille, mon hibernation a débuté plus tôt que prévue. A la place du Curry avec Antoine de Caunes, j’ai boulotté une tablette de chocolat à 75 %, réfugiée sous deux couvertures,  et j’ai regardé les 4 films de canal + cinéma à la suite (Mon pire cauchemar avec Benoît Poelvoorde que j’adore, Un été glacial brûlant, L’exercice de l’état et Carnage de Polanski). Dommage, mais les chats détestent sortir sous la pluie, c’est bien connu.

Lorsque je bossais dans une école, j’étais très énervée par le gaspillage à la cantine (30 à 40 % des repas y finissent à la benne selon Télérama). Les gamins touchaient à peine leur assiette, et contrairement à la légende, toutes les cantines ne sont pas forcément dégueulasses, avec parfois de vrais cuisiniers qui ne se contentent pas d’ouvrir des boîtes ou des sachets surgelés. Je ne pouvais pas forcer les gosses à manger, attachés à leur chaise un entonnoir dans le bec, mais je leur faisais les gros yeux revolver en leur demandant de « goûter avant de dire que tu n’aimes pas, si tu manges rien dans une heure quand tu seras en classe t’auras faim et tu seras obligé d’attendre la sortie » (les gamins avalaient sans broncher) (on m’appelle la mère fouettarde).
Beaucoup d’enfants ne touchaient pas les fromage emballés sous vide et les fruits. Je les récupérais ensuite pour les redistribuer aux gosses estomac sur pattes comme moi, qui me regardaient ensuite comme la mère noël « oh une clémentine, merci madame! » (ce qui change du père fouettard).

Un jour, une cantinière vient me voir :
« On n’a pas le droit, c’est interdit !
- Ben pourquoi ?
-Pour des questions d’hygiène !
- Attends, c’est des oranges et des bananes là, ils vont pas manger la peau ! Et tu parles d’une hygiène, on pioche nos couverts et nos tranches de pain dans des bacs communs, les autres ne disent même pas aux gamins de se laver les mains avant de manger, c’est dégueulasse ! Je suis tout le temps malade depuis que je bosse ici. (et je ne l’ai plus été dès que j’ai quitté l’école, je n’ai pas vu mon médecin traitant depuis deux ans).
- C’est interdit.
- Bon alors, si je n’ai pas le droit de redistribuer la bouffe, je la garde pour moi !
- Ah non, ça c’est du vol. Un ex employé a été renvoyé pour ça. »
J’ai bravé cet interdit stupide.

Lutter contre le gaspillage est aussi une question de bon sens. J’ai souvent vu des cantinières servir des énormes louches d’épinards aux gamins, alors que tout le monde sait qu’ils détestent ça en général. Même moi j’avais du mal à finir mon assiette copieusement garnie (mais l’estomac sur pattes a toujours tout mangé ! j’ai dû souffrir de la faim dans une vie antérieure). Ensuite, comme les cantinières avaient mal calculé la quantité de nourriture, le cuisinier était obligé d’en refaire, et en attendant la cuisson, la file d’attente s’éternisait dans la cantine, les gamins se chamaillaient en entamant des duels à la fourchette… tout cela pour des épinards qui finissaient tout de même à la poubelle.

Autre documentaire, jeudi, Arte nous montrera peut-être si l’on peut voyager dans le temps comme dans les livres de mes chouchous Philip K.Dick ou HG Wells, avec « La magie du cosmos, l’illusion du temps ».

Mercredi, autre témoignage indispensable de la semaine, Arte rediffuse à 23 h si vous l’avez raté la première fois « Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde ». Edifiant, mais il fait plutôt partie des « documentaires qui donnent envie de se réfugier dans une grotte ». Ou d’agir ?

14/10/2012

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Frank Alamo,This is England, Red Riding 1980, La vie des autres...

frank alamo.jpgJeudi, 17h30, au boulot. Silence de mort dans l’open space m’a tuer. Je traîne discrètement sur Twitter. Je lis la dernière dépêche du Monde diplomatique de Voici et je ne peux m’empêcher de m’exclamer :
« Oh purée, Frank Alamo est mort ! »
Tous les regards se braquent sur moi. Je viens de me faire griller en plein glandage. En même temps je suis censée finir le travail à 17 heures, enfin, plutôt 17h15 car j’arrive tous les jours sans exception en retard depuis deux mois (ça se sent que je suis motivée par ce job hein ?) donc j’ai bien le droit de glander sur Internet.

- Bah, qui c’est ?
- Mais si, enfin ! (je chante tout en twistant sur ma chaise) Biche ô ma biche, lorsque tu soulignes, au crayon noir tes jolis yeux… »
Collègue sympa : - oui hihi, j’aimais bien ! « biche ô ma biche, moi je m’imagine… »
Je reprends en chœur, haussant la voix et me levant pour l’inviter à danser : « que ce sont deux papillons bleus ! »
Air consterné des autres grincheux.

Malheureusement pour eux, j’ai squatté le bureau jusqu’à 19 heures parce que j’attendais le bon moment pour me rendre à un spectacle, ils ont donc dû subir ma chansonnite de radio Nostalgie. Certains ont quitté le travail plus tôt que d’habitude…

Frank Alamo est donc mort jeudi, de la maladie de Charcot, la veille de son anniversaire. C’est quand même pas de bol, il a manqué le gâteau et les 70 bougies à souffler (« fais un vœu… ») Il se nommait en réalité Jean-François Grandin (ce qui est tout de suite beaucoup plus commun) et a choisi son pseudonyme en référence au film de John Wayne. Il s’est spécialisé dans la reprise en français de chansons anglo saxonne à succès. Aujourd’hui on se plaint que nos compatriotes chantent en anglais, mais « je me bats pour gagner » sonne moins bien que « A hard day’s night »… Fort Alamo a également assiégé une autre chanson des Beatles, « Je veux prendre ta main ». (petit quiz on connaît la chanson : quel est le vrai titre anglais ?)

A la télé ce soir, France 4 diffuse souvent des films intéressants le dimanche, à … MINUIT ET DEMI. Par exemple Super size me, le documentaire sur MacDo la semaine dernière, ou il y a quelques temps le superbe My summer of love, avec l’ensorcelante musique de Goldfrapp (voir le lien). Je remercie pour une fois mes insomnies qui m’ont permis de redécouvrir My summer of love, qui m’avait déjà emballé des années auparavant, avec la magnifique Emily Blunt et l’acteur Paddy Considine, je vous en parlais la semaine dernière.

this_is_england.jpegCe soir justement, This is England, un film du copain de lycée de Paddy Considine, Shane Meadows. Dans This is England, le réalisateur raconte sa propre jeunesse, au début des années 80, dans un milieu pauvre où le chômage règne : celle d’un garçon de 12 ans mal dans sa peau, qui rentre dans un groupe de skin head… Il ne présente pas simplement un témoignage social dur et sombre sur les années Thatcher, à la Ken Loach ou Mike Leigh, mais aussi un film sur l’adolescence et ses découvertes. Il n’est pas aussi léger que La boum c’est sûr, mais on rit parfois ! Shane Meadows, tout comme son ami Paddy Considine, s’est sorti de ce « déterminisme social »  " En venant d'une ville comme Uttoxeter, personne ne s'attend à ce que vous deveniez réalisateur. En un sens, ma réaction face à cette violence a été l'élément déclencheur pour que je sorte de ce mode de vie."

red-riding-1980-paddy-considine1.jpgPaddy Considine n’apparaît pas dans This is England, mais on peut le voir lundi sur Arte, dans la suite de Red riding (j’espère que vous avez vu le premier que je vous avais conseillé la semaine dernière !) Ce deuxième film se déroule en 1980. Considine y incarne comme souvent un justicier, le seul flic honnête dans une ville corrompue, qui se bat pour éclaircir le mystère de fillettes enlevées depuis des années… J’ai retenu ce dialogue dans le premier film, où le rôle du type intègre était tenu par un journaliste consciencieux (qu’on assassine la séquence suivante en maquillant le meurtre en accident) :
 « -T’as jamais eu envie de nous délivrer du mal ? »
L’autre journaliste (le jeune Andrew Garfield) rigole.
Journaliste consciencieux : - Le mal triomphe par l’inaction des gens de bien ». (sur la photo : vas-y Paddy, te laisse pas intimider !)

vie des autres.jpgLe même soir, en première partie de soirée,  la nouvelle chaîne D8, rachetée par Canal +, propose des œuvres diffusées précédemment sur canal, comme par exemple lundi la série Braquo et le très bon La vie des autres. Dans ce film, un officier de la Stasi espionne un couple d’artistes soupçonné de diffuser des idées anti communistes. La paranoïa et la tension de cette époque sont parfaitement retranscrites, mais le film raconte aussi l’histoire touchante d’un homme qui s’éveille et se rebelle.
Mardi, W9 programme Babe, le cochon devenu berger, un joli conte que j’avais trouvé très novateur lors de sa sortie en 1995.

batman_le_defi.jpgJeudi, D17 ex Direct star, programme Batman le défi de Tim Burton. Je trouve que ses films sont de moins en moins bons depuis La planète des singes en 2001, film où il a rencontré sa femme Helena Bonham Carter. Elle n’est pas une très bonne muse. Alice au pays des merveilles ou Sweeney Todd ne valent pas Edward aux mains d’argent, Mars attacks ou Ed Wood … j’ai vu l’exposition Tim Burton à Bercy. Elle était intéressante (on voyait l’incroyable costume et les ciseaux-mains d’Edward, ou l’un de ses premiers courts métrages) mais les innombrables dessins étaient affichés à la suite sans véritable tri, on frôlait l’overdose.

Mardi, suite avec les documentaires à ne pas rater cette semaine. Pour une fois, ils ne seront pas classés dans la catégorie « documentaires qui donnent envie de se réfugier dans une grotte » car ils proposent des solutions et des actions concrètes ! Le mal triomphe par l’inaction des gens de bien…

07/10/2012

La rubrique nécrologique et les films de la semaine : Claude Pinoteau, Red Riding, Le cerveau...

télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, Claude Pinoteau s’est éteint vendredi 5 octobre, à l’âge de 87 ans, des suites d’un cancer. Le réalisateur est surtout connu pour son film devenu culte et emblème de toute une génération d’adolescents, La boum, qui donna son premier rôle à Sophie Marceau. Pinoteau a également révélé la jeune Isabelle Adjani dans La gifle.

Comme tout le monde, enfin surtout les filles, j’ai souvent regardé La Boum lors de ses passages à la TV. J’aimais bien les rebondissements comico romantiques (ah, lorsque Matthieu met le casque sur les oreilles de Vic et qu’ils dansent le slow «  dreams are my reality… ») Certaines répliques me faisaient marrer, comme « et ça fait longtemps que tu fais ça ? » - « oh, environ 2 minutes 30 ! ».
télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, Pourtant je ne voyais pas du tout La Boum comme une représentation de ma propre jeunesse. Déjà, j’ai découvert le film enfant, je n’étais pas assez grande pour sortir, et quand j’ai atteint l’âge, on ne m'invitait pas à ces soirées (« je ne dois pas sentir comme il faudrait l’argent et le succès, et ça me vexe »). Je ne faisais pas partie d’une bande (mais j’avais des amies hein). Je n’appartenais pas au même milieu social bourgeois et aisé (la mère de Vic est dessinatrice et son père dentiste). Je n’avais pas des parents cool et une grand-mère dans le coup (la mienne, enfin celle qui me restait à l’époque, n’avait jamais quitté son village et n’était allée au cinéma qu’une seule fois dans sa vie, pour voir La vache et le prisonnier en 1956). Je n’avais pas de parents ayant peur de se séparer. Ca va vous paraître étrange mais je ne connaissais aucun enfant de divorcés (c’était avant d’arriver à Paris et de voir qu’un couple sur deux s’y séparent !) Bref, je regardais La boum comme une curiosité, un miroir sur un monde inconnu, et non le reflet de mon adolescence.
Je ne m’identifiais pas non plus à La gifle, où Isabelle Adjani quitte la maison parce que son père, Lino Ventura, qui l’élève seul, à osé lui mettre une gifle, mais j’appréciais plus l’atmosphère de ce film.
Pinoteau a souvent fait tourner Lino Ventura, dans des films d’espionnage ou policier : Le silencieux, La septième cible, L’homme en colère. J’aimais bien ces films plus légers aussi, comme Le grand escogriffe avec Yves Montand et Claude Brasseur, ou dramatique et romantique, comme La neige et le feu, avec Géraldine Pailhas et Vincent Pérez.

télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, La télé rend hommage à Claude Pinoteau ce soir avec La boum sur NT1.
Direct 8, pardon, la nouvelle chaîne D8, programme Million dollar baby de Clint Eastwod, émouvant parcours d’une femme blessée par la vie qui décide de se battre en devenant boxeuse justement, avec un Clint parfait en manager grincheux. J’entendais chougner dans la salle de cinéma lorsque je l’ai vu la première fois, mais je trouve tout de même Gran Torino et L’échange plus poignants.
La soirée continue avec le très sombre Mr73 d’Olivier Marshall, que j’avais classé dans mon top ten de l’année 2008.

télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, Lundi, ne ratez pas sur Arte la trilogie Red Riding, adaptée des polars de David Peace. C’est Electra qui me l’a conseillé la première fois et je l’en remercie beaucoup. Cette histoire de corruption et de pédophilie dans une région pauvre de l’Angleterre a été un choc, surtout pour le premier film, avec une mise en scène superbe, originale et audacieuse de Julian Arnold.
télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, Dans le second volet tourné par James Marsh et qui sera diffusé lundi prochain, on voit en plus Paddy Considine, que je considère comme l’un des meilleurs acteurs anglais, presque inconnu en France malheureusement. Considine a écrit l’excellent et déjà éprouvant Dead Man shoes, réalisé par son ami Shane Meadows, et a sorti son premier film en tant télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, que réalisateur cette année, Tyrannosaur, qui me rappelle un peu par son aspect social et glauque mon film culte Série noire d’Alain Corneau. J’ai aussi repéré les aspects autobiographiques très touchants, qui transparaissent toujours dans une première œuvre, même si elle ne raconte pas une histoire vraie (ouf !) La musique de Tyrannosaur signée par The leisure Society est magnifique, je l’écoute quasiment tous les jours (voir le lien) (Electra va encore dire qu'elle est triste).

télé, cinéma, canal +, claude pinoteau, la boum, le cerveau, Paddy Considine, Tyrannosaur,  Red Riding, Passons à un registre plus joyeux, avec une de mes comédies préférées, jeudi sur France 3 : Le cerveau de Gérard Oury, avec Bébél, Bourvil et David Niven. Je possède toute la B.O, et je chante l’excellente « Who’s got a computer for a mind ? The Brain ! Who’s got an IQ like an Einstein ? The brain ! » dès qu’une idée lumineuse me vient à l’esprit (c'est-à-dire pas souvent).
Le cerveau est un « feel good movie » comme on dit maintenant, qui enchaîne les gags et les répliques hilarantes, que je cite bien évidemment à tout bout de champ et dont peu de gens saisissent la référence (j’aime me prendre des flops) :
Par exemple quand on ne répond pas à un bonjour : « coucou ? coucou ! coucou ? ben pourquoi il dit plus coucou ! »
Et bien entendu la scène que j’ai envie de rejouer au travail à chaque fois qu’une personne arrogante se plaint au téléphone (à 5.30 mn sur l'extrait):
Bébel, mieilleux  : - Allooo ?
Voisin : - C'est bien au monsieur anglais du 6ème que j'ai l'honneur de parler ?
Bébel, horripilant : - Ouiii ?
Voisin : - Je suis à bout, Monsieur. Qu'est-ce qu'il se passe chez vous ?
Bébel : - Il se passe que je vous emmerde, Monsieur. Vous, votre affreux boudin de femme, et votre sale chat. »

On retrouve ensuite Bébel avec Alain Delon, dans le classique Borsalino de Jacques Deray, avec la cultissime et entraînante musique de Claude Bolling (si vous ne connaissez pas, on ne peut rien faire pour vous)

Pour les abonnés canal +, mardi, un documentaire consacré à Roman Polanski, jeudi Homeland ou Polisse sur canal+ cinéma, et vendredi la comédie L’arnacoeur.

Et vous, aimez-vous ces films ? Qu’avez-vous vu cette semaine ? Petit quiz on connaît la chanson aussi.