Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2020

La femme de mon pote

cinéma, cinéma français, comédies françaisesDans une station de ski, Pascal (Thierry Lhermitte) s'éprend de Viviane (Isabelle Huppert). Avec sa mini jupe en cuir, ses talons aiguilles et son rouge à lèvres hyper vif et vulgaire, on repère vite la gourgandine qui cherche à se mettre au chaud pour l'hiver. Pascal, non, il ne voit rien, et laisse son meilleur ami (Coluche) s'occuper de sa bien-aimée pendant que lui part bosser... Évidemment, le pote tombe amoureux lui aussi et se retrouve en plein cas de conscience. Choisir l'amour ou l'amitié, trahir son meilleur ami ou pas ? On se laisse emporter dans le tourbillon de la vie et faire un remake de Jules et Jim ?
Elle avait des bagues à chaque doigt
Des tas de bracelets autour des poignets
Et puis elle chantait avec une voix
Qui, sitôt, m'enjôla

A l'origine le rôle du cocu devait être tenu par Patrick Dewaere♥, grand habitué de Bertrand Blier dans les personnages de naïf. Après son suicide, c'est Thierry Lhermitte qui reprend le rôle, qu'il connaît déjà puisqu'il jouait sensiblement le même dans Les bronzés font du ski : même vendeur dans un magasin de sport, même cœur d'artichaut. Quant à Coluche, avant Tchao Pantin qui lui a valu un césar, il prouve avec La femme de mon pote qu'il maîtrise autant la comédie que le drame.

Blier se tient souvent à la lisière entre provoc vulgaire (Les valseuses) et sensibilité. Son coup de maître dans ce registre reste Beau père, un drame délicat qui aurait pu virer au sordide graveleux  : une ado de 13 ans qui à la mort de sa mère, est gardée par son beau-père et tombe amoureuse de celui-ci ! (Faut dire que c'est Patrickou, comment résister). Dans La femme de mon pote, le cinéaste reprend son thème favori du triangle amoureux, mais dans le genre, je préfère l'excellent Préparez vos mouchoirs (avec Patrick Dewaere) et Tenue de soirée (Patrickou, décédé, remplacé par Michel Blanc).
J'apprécie l'humour grinçant de Blier, qui réussit tout de même à me faire accepter des scénarii souvent misogynes (les femmes sont toujours des garces écervelées, les mecs des braves types qui se font avoir, mais très cons aussi). De ce réalisateur, j'apprécie aussi Buffet froid :"Des gammes, toujours des gammes ! Pas moyen de se reposer 5 minutes ! Alors un jour, j'en ai eu marre, j'ai branché son violon sur le 220 !" (si je pouvais faire pareil avec le voisin qui beugle et me réveille chaque matin !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire un commentaire