Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2018

Mémé a vu Star wars, les derniers jedi

star wars,cinémaJ'ai dû vérifier sur internet le titre, car mémé ne le connaissait même pas.

Je résume le film, enfin ce que j'en ai compris :
- Luke fait son caca boudin :
« NAN, laissez-moi tout seul dans mon coin. Je suis le dernier survivant Jedi et le seul qui peut vous sauver, rien à foutre, vous pouvez tous crever, vous êtes tous des cons. Na. Oui je sais, je ne propage pas la philosophie cool des Jedi, que je me suis emmerdé pendant des années à apprendre et à protéger, et puis là je fais tout cramer. Fuck ze system. »

Vivre 30 ans tout seul sur une île, on devient vite zinzin-ronchon. Tatie Danielle change enfin d'avis, au dernier moment. On ne s'en doutait pas du tout :
Rey : « - Bonjour, j'ai traversé toute la galaxie et bravé tous les dangers pour vous trouver. Je viens vous demander votre aide pour sauver les gentils car on va tous y passer
Luke : - Rien à battre
- D'accord, au revoir, bonne pêche ! »
Durée du film : 3 minutes (générique qui explique les 123 épisodes précédents compris).

Ça ne pouvait pas se passer comme ça, alors après 2h de film où Luke fait son chieur (« J'ai dit non ! Na ! ») il estime enfin : « des jours que que je me fais prier, c'est bon, ils ont compris, je peux venir comme un prince. Puis là le film commence à devenir vachement longuet, il est temps que ça se termine et que je répare le foutoir. Ouais moi je débarque devant tous les ennemis, ils me bombardent, je bouge pas d'un cil. Je vais tous les massacrer d'un regard, je vais leur montrer qui c'est le meilleur. »

star wars,cinémaJ'ai bien rigolé sur les incohérences du film, comme par exemple les méchants qui se télé transportent à la vitesse de la lumière là où se cachent les résistants. Mais au lieu de se placer juste devant la porte et les attaquer par surprise, l'armée se met à 3 km et avance sur des espèces d'éléphants avec de minuscules pattes pas du tout pratiques qui mettent 4 heures pour faire 2 mètres, comme ça les gars ont bien le temps de les voir arriver et de se préparer (à fuir).

Ou bien encore le méchant suprême, Snoke (interprété par Andy Serkis, qui joue aussi Gollum dans Le seigneur des anneaux et King Kong : le mec est abonné aux rôles de monstres ?) Snoke se vante de voir dans l'esprit des autres, mais ne devine pas ce que les spectateurs avaient senti venir : Kylo Ren allait lui piquer son sabre laser. La mort du grand méchant est un peu ridicule : on s'attendait à un combat épique et intense, et puis là, paf, en 2 secondes il se fait découper en deux comme une miche de pain.

Le plus gros reste tout de même toute la partie : « on va trouver le meilleur crypto machin de tout l'univers pour qu'il bousille le vaisseau des méchants ». Quand l'équipe de la résistance le trouve enfin, je suis ravie de voir que ce fameux personnage est incarné par Justin Théroux, le héros de l’excellente série Leftovers et le réalisateur harcelé/ débordé qu'on voit dans Mullholland drive. Mais non, l'acteur n'a même pas une ligne de dialogue et est remplacé par Benicio del toro, dont la mentalité du personnage est à l'image de sa tête de taureau répugnante.
star wars,cinémaTout le film reposait sur sa réussite à désactiver le traceur du vaisseau des méchants, et … il échoue. Donc à quoi on servi les 45 minutes sur le sujet ? Juste à nous montrer une nouvelle planète, avec de nouvelles créatures à acheter en peluches en produits dérivés : une espèce de cheval de course qui a la tête du dragon de l'histoire sans fin. En nouveaux zanimaux tout mignons, je préfère les porgs, les créatures pingouins qui font les yeux suppliants du chat potté lorsque Chewbacca mange l'un des leurs (la propagande végan est partout) et le vulptex, le renard de cristal majestueux.

Autre problème du scénario : la vice amirale Laura Dern qui se sacrifie : « faut que quelqu'un reste dans le vaisseau. » (bah pourquoi tu ne demandes pas à un subalterne inutile ?) En voyant la flotte résistante se faire massacrer, elle a l'idée d'envoyer son vaisseau s'écraser sur celui des stormtroopers. Mais pourquoi ne pas le faire à chaque fois alors ? S'il suffit d'un gros vaisseau kamikaze pour éliminer toute la flotte ennemie, inutile d'envoyer au casse pipe tous les braves mecs de la résistance.

star wars,cinémaLa première scène m'a fait peur, avec le méchant roux qui joue extrêmement mal, aussi expressif et charismatique qu'une huître.
Dans le précédent film, quand Kylo Ren ôte solennellement son masque et révèle enfin son visage, tout le monde s'était foutu de sa gueule de mérou. Les scénaristes ont alors pensé que dans cet épisode, il allait enlever le reste et montrer son torse musclé, pour enfin plaire et susciter l'admiration. Peine perdue, la salle a encore éclaté de rire devant cette scène totalement incongrue et ses pectoraux qui ont l'air gonflé artificiellement. Pourvu que dans le prochain épisode, il n'enlève pas le bas.
Quand le mérou parle à Rey de ses parents, j'ai encore cru qu'il allait lui révéler qu'ils étaient frères et sœurs, vu que c'est une marotte de star wars. Je ne crois pas trop au fait que les vieux de l'héroïne soient de vulgaires soûlards qui l'ont vendue, à mon avis c'est la fille de Luke ou une autre histoire de consanguinité, ils sont tous de la même famille ces gens-là.

J'ai bien rigolé à la fin du film quand l’impératrice conclut : « tout va bien, on a tout ce qu'il nous faut ». Il ne reste plus que 12 éclopés traumatisés parmi la résistance, face à des milliers de stormtroopers qui terrorisent la galaxie, mais pas de problème, à 12, on va gérer.

star wars,cinémaAutre passage bien kitsch, lorsque Léia se retrouve congelée dans l'espace, puis tout à coup se rend compte à 75 ans, il était temps, qu'elle a la force jedi en elle, et revient dans le vaisseau avec la grâce d'une baleine traînée par une corde. Ce problème d'effet spécial se remarque avec Yoda aussi, aussi mal articulé qu'une marionnette de ventriloque.

Les scénaristes ont aussi pensé : « On ne peut pas garder tous les héros de la première trilogie star wars. C'est pas crédible, des milliers de personnages meurent, faut en sacrifier un. Ok, Han Solo. Ah merde, c'était le plus populaire. Bon, il en faut un autre dans le deuxième film, on va tuer Luke. On en garde qu'un, Léia. »
Manque de bol, c'est la seule qui meurt pour de vrai, vous allez bien galérer les gars maintenant pour la mettre dans le prochain film alors que l'actrice n'existe plus : « et si on disait qu'on s'est trompé et que Han solo n'est pas mort ? Ça peut fonctionner, après tout Ripley revient bien dans Alien alors qu'elle a sauté dans le feu ! »

Star wars n'a pas été racheté par Disney mais par Benetton, united colors : « On a déjà mis un Noir, un sud américain.. Maintenant, on va mettre une Asiatique. Dans le prochain épisode, qu'est ce qu'il nous manque ? Ah oui, on a qu'à placer un Indien ! »

Le film est atrocement long, une des potes qui m'accompagnaient s'est même endormie. J'étais persuadée qu'il allait se terminer enfin avec la mort du gros méchant Snoke, mais non, on subit encore 30 minutes…
Comme les derniers films, je ne le reverrai pas sur mon petit écran, c'est un film à voir au ciné pour la beauté des images (l’île, les créatures dans le palace, mais la longue bataille du début, je m'en tapais complet). J'apprécie beaucoup plus les scènes sur la philosophie jedi et la dualité bien/mal ; transmission/rébellion que les batailles interminables. A voir, au ciné.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire un commentaire