Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2017

Les films de 2016 : Money Monster, Les saisons, Midnight special...

saisons perrin.jpg- Les saisons de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud

J’aime beaucoup les films de Jacques Perrin, surtout Le peuple migrateur, gros choc. (voir chanson de Nick Cave♥  "To be by your side" en lien). Cette fois petite déception, on sent qu’il a du mal à trouver un nouveau thème : après les insectes dans Microcosmos, les oiseaux, puis les poissons dans Océans, ici, les animaux de la forêt au fil des saisons. Sauf que ces dernières ne se suivent pas : depuis quand l’hiver est juste après l’été pour revenir ensuite ? Le film explique l'impact de l'homme sur la nature au cours des derniers millénaires. Les animaux doivent se déplacer lorsqu'on modifie leur habitat (destruction des forêts pour créer des navires de guerre, ou à notre époque, les pesticides). Mais je trouve que l’apparition des humains, avec les reconstitutions, est assez malvenue et kitsch. On ne se sent plus dans un documentaire lorsqu’on voit un faux Neandertal attaquer un loup…
A l’issue de la projection presse, les réalisateurs sont venus nous parler du tournage, et c’était fascinant. Comme il est très difficile d’approcher des lynx par exemple, ils ont filmé des animaux dès leur naissance, pour les habituer à l’homme. Ils ont recrée des situations : ainsi, lorsque je détournais mon regard de l’écran quand le hibou grand duc attaque le hérisson (« oh non ! Pas kissifrott ! ») l’oiseau n’attrapait en fait qu’un leurre : « vous vous doutez bien qu’on n'allait pas sacrifier un animal que l’on connaît depuis sa naissance et qui nous prend pour ses parents ». Ceci est très rassurant : j’adore les documentaires animaliers, mais je ne supporte pas de voir les petites bêtes souffrir. Mais ça peut aussi poser un problème : tout est réaliste, mais pas vrai… A voir cependant, des images d’une grande beauté (voir bande annonce en lien). Avec toujours la musique ensorcelante de Bruno Coulais.

- Money monster de Jodie Foster

money monster.jpgLe présentateur d’une émission financière (George Clooney) est pris en otage en direct par un spectateur qui a suivi ses conseils et perdu ses économies. En cette époque de crise financière, des subprimes qui ont ruiné de modestes Américains pour en enrichir d’autres, un film parfaitement dans l’air du temps, qui dénonce les dérives de l’ultra capitalisme, de la spéculation boursière, l’impunité des grands patrons.
Money monster traite aussi de la puissance des médias (le direct à la télé donne toute l’importance à l’acte). Il montre l'invasion des nouvelles technologies et des réseaux sociaux (le présentateur lance un appel aux téléspectateurs : si chacun achète une action depuis son smartphone, le cours va rebondir et le preneur d’otages retrouvera son argent). Le film traite aussi de terrorisme, puisque le preneur d'otages porte une bombe… Une parfaite satire de notre époque désenchantée. Sur le thème de la crise des subprimes, je vous conseille aussi 99 homes, le documentaire Inside Job et le film un peu complexe Le casse du siècle.

- Midnight special de Jeff Nichols

midnight special.jpgDu même réalisateur, j'ai beaucoup aimé Mud et Take shelter. On retrouve ici l'atmosphère étrange et apocalyptique de ce dernier film, et le même acteur ambigu, Michael Shannon (déjà parfait dans Bug). Le film mêle S.f (un enfant aux pouvoirs extraordinaires, enlevé par une secte qui exploite son don) et drame intimiste (les parents récupèrent leur fils de force : doivent-ils le cloîtrer pour le protéger, ou le laisser partir loin d'eux et vivre son destin?) Le film est aussi un road movie plein de suspense (ils sont poursuivis par les fanatiques religieux et par la police). Midnight special m'évoque E.T et Rencontre du 3ème type de Spielberg, mais aussi Un monde parfait de Clint Eastwood (l'enfant élevé par une mère témoin de Jéhovah, puis enlevé par Kevin Costner et traqué par les flics). Midnight special est donc inclassable, à la fois profond et naïf. Un curieux film.

- Tony Erdmann de Maren Ade
Voir ma critique en lien

- Cigarettes et chocolat chaud de Sophie Reine
Voir ma critique en lien

Suite des films demain


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire un commentaire