Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2010

Soupe au lait

donald soupe au lait.jpgUn jour, il était une fois, dans un passé révolu, dans un royaume fort fort lointain, à la cantine du lycée, les grosses racailles du coin s’amusaient. Elles balançaient des épinards dans les cheveux de mes copines, qui restaient blasées sans rien faire. Je n'ai pourtant aucun courage, mais je déteste les injustices, qu'on s'en prenne aux "faibles" et je suis plutôt impulsive. Donc quand j’ai vu ça, ça m’a tellement énervée que j’ai hurlé sans réfléchir, en me levant en plein milieu du réfectoire :
« OH MAIS C’EST FINI LES Q.I D’HUITRES LA ?!!!!! »
Comme ils étaient vraiment très cons, ils ne comprenaient pas l’insulte :
« meuh… « cui » quoi ? Elle nous a traité d’huître ? C’est quoi, une insulte ? oh zy va toi, j’vais t’casser ta gueule pétasse !
- Ouais c’est ça ! J’y crois à mort ! »

Mes copines, raisonnables, essayaient de me faire taire pour ne pas envenimer les choses, mais  les QI d’huîtres, les lâches, ont pris leur plateau et se sont enfuis.
Ha ha ! C’est moi, Papillote, tremblez devant moi !

wonderwoman.jpg
Une heure après, l’histoire avait fait le tour du lycée. A mon grand étonnement tout le monde me parlait comme si j’étais wonderwoman :
Admirateur n°1 : « Dis donc, t’as osé ! Ils étaient 8 ! Tu sais qu’ils sont des vraies terreurs ces mecs ? Il paraît qu’ils ont fait ci et ça…»
Je ne me sentais plus pisser et je racontais avec forces détails mes exploits :
Moi : « Ouais… ils étaient au moins 28… 2m10 chacun… (Non, là j’exagère, je faisais ma modeste en fait)
Admirateur n°2 : « En plus ils prennent le même bus que toi le soir ! S’ils descendent au même arrêt, tu vas te retrouver seule avec eux, en pleine cambrousse ! T’as pas peur ? »

Au fil de la journée, à force d’entendre à quel point ces types étaient dangereux, wonderwoman avait perdu de sa superbe et s’était transformée en poltron woman. Je répétais à tous mes camarades qui me demandaient de raconter mon histoire  et me quémandaient des autographes :
« Ils vont me chopper à la sortie ! J’ai fait une connerie ! J’aurais dû fermer ma grande gueule ! J’ai peur maintenant!»

Les lycéens, après avoir admiré mon courage, me regardaient dorénavant avec dédain.
Le soir, dans le bus, je suis restée ratatinée sur mon siège pour que les voyous ne me remarquent pas. Ils parlaient de toute autre chose : ils avaient complètement oublié notre accrochage et l’existence de Papillote wonderwoman.

donald-duck-soupe au lait.jpgMa gloire n’aura vraiment duré qu’une heure. C’est déjà plus que le quart d’heure de Warhol, on va dire.

Et vous, avez-vous déjà osé vous opposer à plus fort que vous ?

Inutile de vous préciser que mon personnage préféré de Disney a toujours été Donald. Et vous, quel était votre personnage préféré ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Il y a très longtemps, il a fallu que j'ouvre ma grande bouche pendant que je passais mon oral d'espagnol au Bac... Cette peau de vache faisait pleurer toutes les filles... Heureusement que c'était que c'était que l'espagnol... Une autre fois pendant mon examen de permis, j'ai été recalé cette fois...

Écrit par : la bande à Jules | 03/07/2010

Je ne suis pas "grande gueule" du tout, et en plus je suis froussarde, donc non.
Par contre je suis assez coléreuse au quotidien.
Quant à mon personnage préféré, je pense que c'est Donald. Et j'aime bien Géo Trouvetou aussi.

Écrit par : bbflo | 04/07/2010

De mémoire, non...

Écrit par : Thé Citron | 04/07/2010

Hum, je passe mon temps à ouvrir ma gueule et à essayer d'en imposer aux plus forts que moi, genre des flics qui contrôle un djeunss, ou la vendeuse du Zara qui veut pas aller regarder la taille de la robe sur le mannequin, oui je sais , la prise de risque c'est mon truc ^^

Écrit par : Océane | 04/07/2010

Ah c'est drole il m'ait arrivé le même genre d'histoire, à la cantine du lycée, contre des connes bien plus agés que moi, que j'ai enguelé comme des merdes parce qu'elles faisaient chier, et tout le monde m'a regarder d'un oeil différent après ça, parce que au premier coup d'oeil, je passe pour une 2 de tension, le genre tout le temps fatiguer, un peu molle, toute calme, alors ma réaction à un peu choquer tout le monde! ça m'ait arrivé une deuxième fois à la fac et mes "nouvelles" amies qui ne me connaissait pas du lycée ont été une fois encore surprise! mais c'est pas toujours positif ce genre d'impulsivité, tu engueule sans réfléchir, mais le jour où je tomberais sur plus fort que moi, je risque de payer cher!!

Écrit par : Trillian | 04/07/2010

Je suis plutôt trouillarde quand il s'agit de s'opposer comme ça à plus fort parti... Je suis du genre à avoir "la répartie dans l'escalier" : je trouve les bonnes répliques dans l'escalier, une fois que tout est terminé...
Sinon, mon préféré, dans les "classiques", c'est Dingo. ;-)

Écrit par : Lizly | 04/07/2010

La bande à Jules : bienvenue ! c'est ballot pour le permis..; tu l'as eu la fois d'après ?

Bbflo : je ne suis pas grande gueule du tout non plus, juste colérique ! Géo Trouvetou, comment ai-je pu l'oublier ! je l'adorais, sage et très gentil à mes yeux ;-)

Océnae : j'ai jamais eu affaire aux flics, mais aux vendeuses, si ! j'ai dû calmer ma mère qui s'en prenait à un gendarme : pour chopper pour excès de vitesse tous les automobilistes. les flics avaient avancé de 200 mètres le panneau "ralentissement", habituellement au bord d'un village .. juste pour faire du fric..

Trillian : oui ! maintenant j'essaie de tracer mon chemin quand des racailles m'interpellent dans la rue, on ne sait jamais !

Lizly : "la répartie dans l'escalier" : très bon concept ! je le développe aussi tous les jours ! c'est même plutôt la "répartie dans le métro" une heure après ;-)

Écrit par : Papillote | 04/07/2010

j'ai jamais osé la ramener, en fait. Non par manque de courage (allons donc) mais parce que je n'ai aucun esprit d'à propos, en fait. Le temps que je cherche (voire trouve) la bonne réplique, c'est déjà le lendemain, en fait.

Écrit par : Une blonde dans la ville | 05/07/2010

Oui j'ai déjà fait ça aussi, par 2 fois au collège. Une fois avec une nana que tout le monde craignait et qui m'avait traité de "pucelle", je ne savais pas ce que c'était mais ça m'avait mis en rogne je lui avait répondu sûre de moi, on m'a longtemps admirée pour ça, personne n'osait lui répondre et encore moins lui parler sur ce ton. Et uen seconde fois j'ai mis une raclée à un mec de ma classe qui m'avait lancé du chewing gum dans les cheveux en cours d'espagnol. Je suis sortie et je lui ai mis un coup de pieds bien placé. C'est après que j'ai réalisé et que j'ai eu peur, comme toi. lol

Écrit par : maman@home | 05/07/2010

Jusqu'à l'adolescence, j'étais d'une timidité maladive ... donc je n'aurai jamais osé faire ce que tu as fait. par contre, j'avais une profonde admiration pour ceux qui, comme toi, y arrivaient !

Écrit par : Laurie | 05/07/2010

Non, je n'ouvre pas trop ma gueule, en règle générale. Ou alors je le fais sans réfléchir, et après, j'ai carrément peur.:D

Écrit par : Kahlan | 05/07/2010

tu as bien fait en tout cas
Oui , ça m'est arrivé , un fois , en ville, des ados pas futés deversaient des mots à s'en exploser les tympas
Mon garçon était avec moi , et je leur demandé de se taire , d'aller dire leurs grossieretés chez eux

Ils n'ont pas osé broncher , véxés en fait
mon fils s'en souviens encore

Écrit par : Jeanne | 05/07/2010

Moi je l'ouvre trop, Graou dit de moi que je ne sais pas me taire... La dernière fois (de trop) que je l'ai ouverte, c'était dans le métro, indigné que tous les mecs présents laissent des racailles cracher sur le gens. Je suis allée les trouver et j'ai craché aux pieds de l'un d'eux en lui disant que je faisais ce que je voulais, s'il crachait moi aussi je pouvais le faire. Personne, à part une autre femme, n'osait intervenir. Pour finir, ils sont sortis du métro et je me suis fait cracher au visage. Le gamin qui a fait ça s'est enfuit devant moi... Ca n'a vraiment aucun courage... Pas plus que tous les gens du métro qui n'ont rien fait. Si on était plus nombreux à oser l'ouvrir, on se ferait pas emmerder par des gosses. Seulement tout le monde pète de trouille devant des merdeux, ils le sentent et en profitent. Moi je refuse de me laisser faire. Une de mes collègues s'est fait tabasser par 4 zoulettes de 15 ans à peine parce qu'elles n'aimaient pas sa robe. Tant qu'on s'écrasera devant ce genre de choses, ça continuera. Alors tant pis pour le crachat, ce sera peut-être une baffe la prochaine fois, mais je ne veux pas rester sans rien faire. Alors bravo Papillote et les autres "colériques" d'oser ne pas être des moutons frileux !

Écrit par : marie et romain | 05/07/2010

Une blonde dans la ville : je suis pareille que toi, cet épisode était un peu une exception (c'est pour ça que j'ai dû remonter jusqu'au lycée dans mes souvenirs !) :-D

Mamanathome : merci, ton com m'a bien fait rire ! "on m'a longtemps admiré pour ça" :-D
le coup du chewing gum, j'ai déjà vu ça aussi. Une fois au collège, je n'ai remarqué qu'en m'asseyant qu'un gros malabar rose était collé sur mon siège. ... J'ai eu du mal à l'enlever de mon pantalon blanc !

Écrit par : Papillote | 05/07/2010

Laurie : comme je l'ai déjà écrit, c'est assez rare que j'ose m'opposer comme ça ! ça m'est quand même arrivé plusieurs fois face à des gros lourds qui emmerdaient mes copines. une fois je me suis plantée devant l'un d'eux, qui était vraiment très grand et costaud et je l'ai menacé du doigt en disant : "tu laisses ma copine tranquille maintenant ! " Le mec était tellement étonné qu'il n'a rien dit, la scène devait particulièrement être ridicule : la fille minuscule qui menace le colosse... heureusement qu'il n'a pas répliquer, il m'aurait assommé d'une chiquenaude !

Kahlan : pareil que moi quoi ;-)

Jeanne : j'ai remarqué qu'en général, quand on ose leur répliquer, ils s'écrasent. Ils sont plutôt lâches en fait

Marie : bravo pour le métro ! c'est incroyable ces histoires (la robe et tout). moi aussi je suis écœurée de voir que les gens ne réagissent pas, détournent la tête dans le métro. les seules que j'ai vu réagir : les femmes! Ce sont aussi les filles les plus violentes : je connais des bandes qui tyrannisaient les mecs et les passants, et je n'oserai jamais m'opposer à des filles !

Écrit par : Papillote | 05/07/2010

J'appel pas ça être soupe au lait moi, j'appel ça être brave et noble!!

Écrit par : Jane | 06/07/2010

Les commentaires sont fermés.